Archive pour le Tag '4G'

La 4G en retard chez les ploucs et la 5 G pour dans 30 ans

La 4G en retard chez les ploucs et la 5 G pour dans 30 ans

 

Au moment où on annonce à grand renfort de com.  Le développement généralisé de la 5g  -et par ailleurs du câble-, on s’aperçoit en fait que certaines zones ne sont pas couvertes par la 4G (certains ne reçoivent même pas la 3G dans des conditions satisfaisantes). Exemple quand on revoit un SMS le lendemenain de son émission ! Les opérateurs ne respectent pas leurs engagements . La couverture des zones blanches et des axes de transports, prévue dans le cadre de l’accord passé entre l’État et les opérateurs début 2018, ne va pas suffisamment vite et risque de ne pas être à la hauteur des engagements pris par les opérateurs en échange du renouvellement à titre gracieux de plusieurs fréquences accordées il y a 20 ans, selon l’ARCEP. Les mêmes retards seront constatés pour la 5G. Une 5G qui pourraiat même ne jamais atteindre les zones peu denses au profit dune technologie moins puissante ou d’une 4G améliorée ;

En effet y aura-t-il une technologie 5G  pour les villes et une autre pour les ploucs ? C’est la question qu’on peut se poser en raison du passé mais aussi du futur. Pour le passé, on sait que nombre de zones ne sont pas encore couvertes par la 3G, la 4G ou  ne sont pas couvertes du tout ou alors de temps en temps. Pour le futur, il n’est pas certain que la 5G couvre  rapidement l’ensemble du territoire. On pourrait se contenter pour certaines zones de la 4G améliorée. De toute manière la 5G à très, très  haut débit, celle des 26 GHz, sera réservé aux villes L’attribution va concerner la bande de fréquences des 3,4 à 3,6 GHz. qui permet d’offrir un bon débit couplé à une portée correcte pour couvrir le pays. Mais  autre bande, celle des 26 GHz, sera plus tard attribuée aux opérateurs. Ces fréquences seront essentiellement utilisées dans les villes, car si elles permettent des débits très puissants, leur portée, elle, s’avère faible. Lors de l’attribution de cette bande « cœur », 310 MHz seront proposés aux opérateurs. Une quantité jugée « significative » par l’Arcep.  Pour cette attribution, l’Arcep propose une procédure en deux temps. Le premier permettra aux quatre opérateurs nationaux (Orange, SFR, Bouygues Telecom et Free) d’acquérir chacun un bloc d’une taille de 40 à 60 MHz, à prix fixe, lequel sera déterminé par le gouvernement. Des engagements spécifiques seront liés à ces blocs. Les opérateurs devront notamment répondre aux demandes jugées « raisonnables » des industriels désireux de bénéficier de la 5G à certains endroits. Ou encore lancer des offres 5G à usage fixe dans certains territoires peu peuplés. Dans un second temps, les fréquences restantes seront mises aux enchères. Les opérateurs pourront cette fois acquérir plusieurs blocs de 10 MHz, avec un prix de réserve fixé ici aussi par le gouvernement. Tous les opérateurs qui remporteront des fréquences seront soumis à des obligations. Chacun devra notamment déployer 12.000 sites en 5G d’ici à la fin 2025 – ce qui correspond, selon l’Arcep, à une couverture des deux tiers de la population. Pour ne pas réserver la 5G aux grandes villes et éviter une nouvelle fracture numérique, des obligations concernent les territoires ruraux. Ainsi, en 2025, 90% des sites mobiles d’un opérateur devront proposer un débit au moins égal à 240 mégabits par seconde – lequel pourra être atteint soit via la 5G, soit par le biais d’une 4G boostée.  Il faudra au final attendre 2030 pour que tous les sites mobiles des opérateurs proposent a minima un débit de 240 mégabits par seconde.

 

Mobiles 4G : la France en retard

Mobiles  4G : la France en retard

Alors qu’on parle surtout du câble pour rattraper le retard de la France en matière de numérique, bon nombre de localités sont encore à espérer des relations par mobile satisfaisante (téléphone et internet). De toute manière il est clair que le câble ne pourra desservir que les zones très denses et que les résidents des autres territoires devront se satisfaire de la 4G en attendant la 5G. Selon une étude publiée récemment par la société britannique OpenSignal, spécialiste des cartes de couverture mobile, l’Hexagone reste un mauvais élève, au niveau mondial, concernant la 4G. La France échoue à une piètre 65ème place en matière de « disponibilité » de cette technologie mobile – un indicateur maison qui mesure le temps moyen pendant lequel les utilisateurs accèdent à la 4G. Avec un score de 62,51%, l’Hexagone se situe par exemple derrière le Cambodge (68,95%), la Grèce (71,15%) ou l’Inde (84,03%). Sachant que ce classement est logiquement dominé par la Corée du Sud (96,69%) et le Japon (84,11%), qui ont déployé à toute vitesse le très haut débit mobile ces dernières années.  Côté débit moyen en 4G, la France n’est guère mieux lotie. Avec 22,66 Mb/s, elle se situe à une peu reluisante 35ème place. C’est moins bien, par exemple, que l’Equateur (26 Mb/s), la Croatie (27,94 Mb/s) ou la Bulgarie (33,6 Mb/s). Sachant que ce classement est ici dominé par le trio Singapour (46,64 Mb/s), Corée du Sud (45,85 Mb/s) et Norvège (42,03 Mb/s). Ces résultats viennent, quoi qu’il en soit, appuyer la volonté du gouvernement d’accélérer sensiblement la couverture en 4G du territoire. A ce jour, il resterait au moins 550 hameaux et villages où le mobile ne passe toujours pas, sans compter celles ou la connexion ne passe qu’épisodiquement.

4G : enchères à 2.5 milliards pour l’Etat

4G : enchères à 2.5 milliards pour l’Etat

 

 

Encore au moins 2.5 milliards qui vont entrer dans les caisses de l’Etat avec les enchères sur le redéploiement de la 4G. Bouygues Telecom, Free, Orange et SFR ont en effet été retenus pour participer aux enchères pour l’attribution de la bande 700 MHz dans le cadre du déploiement de la 4G, a annoncé jeudi le régulateur des télécoms, l’Arcep. L’Arcep réaffirme dans un communiqué que les enchères débuteront le 16 novembre 2015. Dans le cadre de ces enchères, des blocs de fréquences de 5 MHz vont être alloués. Chaque opérateur pourra enchérir sur un maximum de deux blocs sur les six mis aux enchères, sauf Free. L’opérateur fondé par Xavier Niel, dernier arrivé sur le marché, possède moins de fréquences que les autres et peut donc postuler pour trois blocs. A 416 millions d’euros par bloc de fréquences comme prix d’entrée, plus 5 millions par tour, l’Etat français compte engranger 2,5 milliards d’euros minimum.

Télécoms : nouvelle offensive de Free sur la 4G

Télécoms : nouvelle offensive de Free sur la 4G

 

 

Free ne fait pas de cadeau à la concurrence et lance un nouveau défi avec la 4G pour moins de 5 euros. La guerre entre opérateurs français n’est pas terminée mais elle pourrait quand même finir avec le KO d’un des operateurs actuels.  L’opérateur télécom propose son forfait mobile 4G à 3,99 euros par mois, au lieu des 20 euros habituels. Les utilisateurs disposeront des appels, SMS, MMS illimités ainsi que 20Go d’Internet mobile 3G ou 4G, le tout pour le prix de 3 cafés. Le forfait est valable un an. Cette offre est disponible dans un temps limité sur le site vente-privée.com.L’opérateur avait déjà mené une opération similaire au mois de juillet, et à plusieurs reprises les années passées pour ses offres fixes. Cette stratégie de la braderie momentanée agace néanmoins ses concurrents, qui ont beaucoup souffert de ses prix cassés. «Free fait de plus en plus de promo pour maintenir la croissance», avait commenté Jean-René Cazeneuve, directeur général adjoint de Bouygues Telecom, sur Twitter. De son côté, le fondateur de Free Xavier Niel affirme simplement œuvrer pour le pouvoir d’achat des Français.  Ces promotions sont toutefois réservées aux détenteurs d’un numéro de téléphone mobile. Autrement dit, Free cherche à récupérer les clients de ses concurrents. Ne comptez pas profiter de cette promotion pour ouvrir à vos enfants qui n’auraient pas encore de portable, un abonnement à bon compte pour Noël. Pour Free, c’est un moyen habile de conquérir des parts de marché.  Au-delà de ces prix cassés, Free doit aussi affronter les critiques sur la qualité de son réseau. L’association de consommateurs l’UFC-Que Choisir avait même jugé que l’opérateur se «distinguait» par la moindre qualité de navigation Web sur mobile. Bouygues Telecom a par ailleurs assigné Free en justice en novembre pour «pratiques commerciales trompeuses», en l’accusant de brider le réseau Internet de ses clients les plus gourmands en données mobile. Ce à quoi Free a répondu en attaquant la communication de son concurrent.

 

4G : Xavier Niel « roi de l’embrouille » (Stéphane Richard).

4G :  Xavier Niel de « roi de l’embrouille » (Stéphane Richard).

Dans une interview au Figaro publiée ce mardi, le PDG d’Orange, Stéphane Richard, s’en prend à Xavier Niel, sans détour. Selon lui, le patron de Free est « le roi de l’embrouille », « prétentieux et agressif ». Avec son offre de 4G au prix d’un forfait classique, Xavier Niel propose de l’esbroufe, assure Stéphane Richard. « Free Mobile ne dispose que de très peu de fréquences et d’antennes, si on le compare à ses concurrents », explique le PDG d’Orange. « Le coup de com aujourd’hui, c’est qu’on vend la 4G au prix de la 3G parce que c’est de la 3G », avait déjà déclaré Stéphane Richard sur RTL, le 3 décembre.  Il ajoute dans les colonnes du Figaro que « pour obtenir une couverture digne de ce nom dans les semaines à venir, il lui faudra forcément s’appuyer sur un accord d’itinérance ou de mutualisation avec l’un de ses concurrents ». Or, Stéphane Richard laisse planer la menace. Alors qu’un accord d’itinérance lie actuellement Orange et Free, il affirme : « N’oublions pas que l’accord d’itinérance 2G/3G n’est pas un droit perpétuel. Orange peut très bien se passer de l’accord d’itinérance. » Et de s’interroger : « Mais la réciproque est-elle certaine ? » Le PDG d’Orange enfonce le clou anti-Niel, dans Le Figaro, en revenant sur la polémique qui a opposé Xavier Niel et le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, sur Twitter. Le ministre accusait la stratégie low cost de Free Mobile de détruire des emplois dans le secteur des télécoms. « J’apporte mon soutien personnel et celui d’Orange à Arnaud Montebourg », déclare Stéphane Richard au Figaro. « La démagogie consumériste appliquée à notre secteur fait des ravages. Je persiste à dire que l’arrivée d’un quatrième opérateur en France en 2012 dans un marché mature a été une mauvaise décision de politique industrielle, même si elle a donné un avantage à court terme aux consommateurs. »




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol