Archive pour le Tag '400 000'

Réouverture de 400.000 entreprises lundi

Réouverture de 400.000 entreprises lundi

Lors de sa conférence télévisée dédiée au plan de déconfinement du 11 mai, le Premier ministre a passé la parole au ministre de l’Économie, Bruno Le Maire, qui a notamment annoncé que, lundi, quelque 400.000 entreprises vont pouvoir rouvrir, ce qui représente 875.000 salariés. Les centres commerciaux de plus de 40.000 mètres carrés pourront rouvrir, en accord avec les préfets, « sauf en Ile-de-France, où les risques sanitaires nous amènent à reporter leur ouverture », précise Bruno Le Maire.

Moins d’une semaine après les États-Unis, le Japon est devenu jeudi le deuxième pays au monde à autoriser le médicament remdesivir pour traiter des patients atteints de la maladie Covid-19, a confirmé à l’AFP un responsable du ministère japonais de la Santé.

Les procédures d’autorisation d’un nouveau médicament sont habituellement longues au Japon, mais le gouvernement nippon a décidé cette fois-ci de faire vite, face au manque actuel de solutions thérapeutiques validées contre le nouveau coronavirus.

Ce médicament avait obtenu vendredi dernier une autorisation en urgence similaire de l’agence américaine du médicament (FDA), sur la base d’un essai clinique américain positif. Ce médicament expérimental du laboratoire américain Gilead Sciences avait initialement été développé pour soigner les malades de la fièvre hémorragique Ebola, mais n’avait jamais été approuvé contre aucune maladie avant le Covid-19.

C’est la première thérapie à avoir démontré une certaine efficacité face au Covid-19 dans un essai clinique de taille significative, englobant plus d’un millier de patients.

Covid 19 Chine : 4000 ou 400 000 morts ?

Covid 19 Chine : 4000 ou 400 000 morts ?

 

Il est évident que la Chine est doublement coupable d’une part pour avoir tardivement informé sur l’existence du virus d’autre part avoir omis des statistiques complètement ridicules quant au nombre de victimes. la Chine a en effet attendu un mois et demi avant d’admettre le virus poursuivant même les médecins découvreurs de la maladie (l’un d’eux est même mort ), hélas scandaleusement minimisé le nombre de décès. En Europe par exemple à ce jour on compte environ 100 000 décès pour une population de 400 millions habitants, hors la Chine compte environ 1 500 000 000 d’habitants. Le nombre de décès est sans doute plus proche de 400 000 que du ridicule chiffre de 4000.

« Les comparaisons faites avec les courbes des cas confirmés et des décès en Chine avec d’autres pays très touchés par le Covid-19 notamment en Europe suggèrent une aberration statistique », note pour sa part Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie à l’Institut Montaigne. Dans un entretien au « Financial Times », Emmanuel Macron a lui même exprimé des doutes. Le président a ainsi estimé que des zones d’ombre persistaient sur la gestion chinoise, affirmant qu’il y avait « manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas ».

Coronavirus Chine : 4000 ou 400 000 morts ?

Coronavirus Chine : 4000 ou 400 000 morts ?

 

Il est évident que la Chine est doublement coupable d’une part pour avoir tardivement informé sur l’existence du virus d’autre part avoir omis des statistiques complètement ridicules quant au nombre de victimes. la Chine a en effet attendu un mois et demi avant d’admettre le virus poursuivant même les médecins découvreurs de la maladie (l’un d’eux est même mort ), hélas scandaleusement minimisé le nombre de décès. En Europe par exemple à ce jour on compte environ 100 000 décès pour une population de 400 millions habitants, hors la Chine compte environ 1 500 000 000 d’habitants. Le nombre de décès est sans doute plus proche de 400 000 que du ridicule chiffre de 4000.

« Les comparaisons faites avec les courbes des cas confirmés et des décès en Chine avec d’autres pays très touchés par le Covid-19 notamment en Europe suggèrent une aberration statistique », note pour sa part Mathieu Duchâtel, directeur du programme Asie à l’Institut Montaigne. Dans un entretien au « Financial Times », Emmanuel Macron a lui même exprimé des doutes. Le président a ainsi estimé que des zones d’ombre persistaient sur la gestion chinoise, affirmant qu’il y avait « manifestement des choses qui se sont passées qu’on ne sait pas ».

Sarkozy financement Libye: son ancien collaborateur a touché 400 000 euros

Sarkozy financement Libye:  son ancien collaborateur a touché 400 000 euros

le JDD va sans doute lancer une nouvelle grande enquête pour à nouveau défendre Sarkozy après les révélations de Mediapart qui montrent  qu’un ancien collaborateur de Nicolas Sarkozy aurait touché en 2006 un virement de 440.000 euros provenant du régime libyen de Kadhafi et ayant transité par un compte appartenant à l’intermédiaire Ziad Takieddine, d’après  Mediapart. Selon le média en ligne, Thierry Gaubert aurait reçu cette somme le 8 février 2006 sur un compte ouvert aux Bahamas par un virement de la société Rossfield, qui serait la propriété de Ziad Takieddine. L’argent aurait ensuite été transféré le lendemain sur un compte non identifié.

Or Rossfield n’aurait été « alimentée que par de l’argent du régime de Khadafi », selon le journal, à hauteur de six millions d’euros en 2006: trois millions en janvier, soit quelques jours avant le virement évoqué dimanche, un autre en mai et deux derniers en novembre. Contactés ce dimanche par l’AFP, Thierry Gaubert et Ziad Takieddine n’ont pas souhaité réagir. Cité par Mediapart, Thierry Gaubert a affirmé que « Rossfield n’est pas du tout M. Takieddine » et qu’il ne s’agit « pas du tout d’argent libyen ».

Après six ans de travail des juges d’instruction, une somme d’indices troublants a donné corps à la thèse d’un financement de la campagne présidentielle victorieuse de Nicolas Sarkozy en 2007 par le régime de Khadafi. En novembre 2016, Ziad Takieddine, mis en examen, avait affirmé avoir remis entre fin 2006 et début 2007 cinq millions d’euros à Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, et à son directeur de cabinet Claude Guéant. Mais aucune preuve matérielle n’a été retrouvée, même si des mouvements de fonds suspects ont conduit à huit mises en examen à ce jour.  

L’ancien chef de l’Etat est ainsi mis en examen depuis le 21 mars 2018 pour « corruption passive, financement illégal de campagne électorale et recel de détournement de fonds publics libyens ». Avec plusieurs proches, il conteste la validité de cette enquête judiciaire. L’examen de leurs requêtes en nullité doit avoir lieu le 19 mars devant la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris.
    
Thierry Gaubert, qui a notamment travaillé auprès de Nicolas Sarkozy à Bercy, doit par ailleurs comparaître à partir de lundi devant le tribunal correctionnel de Paris pour « fraude fiscale » et « blanchiment de fraude fiscale ». Il est, entre autres, soupçonné d’avoir placé des avoirs sur des comptes à l’étranger sans les déclarer au fisc français.

 

L’ex-président du Grand Palais : 400 000 euros de frais de taxis

L’ex-président du Grand Palais :  400 000 euros de frais de taxis

On se souvient que Stéphane Berg, chargé d’une mission sur la préservation du patrimoine avait protesté avec vigueur contre les 450 millions attribués aux Grand palais pour sa rénovation en vue des JO. Un gaspillage qui n’était pas justifié d’après l’intéressé qui avait alors menacé d’abandonner sa mission. Il semble bien que ce gaspillage se confirme avec la révélation du canard enchaîné qui montre que l’ancien président du Grand palais à dépenser plus de 400 000 € de frais de taxi en cinq ans. Le Canard enchaîné s’appuie sur un rapport confidentiel de la Cour des Comptes : «95.090 euros ont été dépensés, soit près de 8 000 euros par mois» par l’ancien patron du Grand Palais, en place de janvier 2011 à janvier 2016.  Finalement un montant de dépenses de frais de taxi équivalent à celui de l’autre énarque Agnès Saal. .  L’hebdomadaire l’Express avait révélé  qu’Agnès Saal avait également dépensé 400.000 euros de frais de taxi entre 2007 et 2014 lorsqu’elle était directrice générale du Centre culturel Georges Pompidou. Selon le parquet de Créteil, ces frais sont certainement « non exclusivement professionnels ». Au mois de mai, le ministère public avait ouvert une enquête pour « détournement de fonds public aggravé ».  Il s’agit d’une somme très supérieure à celle qui avait poussé Agnès Sall à quitter la direction de l’INA en avril (40 000 euros en six mois). Par jour, les frais de déplacement d’Agnès Saal au Centre Pompidou se seraient ainsi élevés à 157 euros contre 130 à l’INA. Pour justifier ces frais, Agnès avait affirmé ne pas pouvoir faire travailler son chauffeur « 12 à 15 heures par jour ni les week-ends » ajoutant qu’elle ne disposait pas du permis de conduire. Conclusion dans le cadre du grand plan vélo, il serait peut-être utile d’acheter des bicyclettes électriques à l’énarque qui occupe les plus hautes fonctions dans les institutions françaises.

Agnès Sall : suspendue 6 mois pour 400 000 euros de frais

Agnès Sall : suspendue 6 mois pour 400  000 euros de frais

Finalement l’ancien énarque François Hollande ne pouvait souhaiter la mort du pécheur en l’occurrence celle d’Agnès (également énarque) suspendue seulement pendant six mois pour avoir plongé trop profondément les mains dans le pot de confiture. Elle sera donc suspendue seulement pendant quelques mois. Notons que dans le privé elle aurait été licenciée et sans aucune indemnité. D’après l’Express le détournement dans les différentes fonctions assurées par l’intéressé pourrait se monter à 400 000 € ! Il y a lieu de s’interroger sur le concept de suspension « avec sursis » concept  spécifique à la haute fonction publique et complètement inconnu dans le privé. Il est clair de toute façon que François Hollande qui a décidé lui-même de la sanction ne pouvait porter atteinte à la solidarité corporatiste des anciens élèves de l’ENA. La sanction disciplinaire est donc tombée pour Agnès Saal. L’ex-patronne de l’INA est exclue de la fonction publique pour 2 ans, dont 6 mois ferme. Une sanction administrative décidée par le président de la République et annoncée par le ministère de la Culture. Agnès Saal a été nommée en avril 2014 à la tête de l’INA. La haute fonctionnaire est accusée d’y avoir dépensé plus de 40.000 euros en frais de taxis en dix mois. Dont 6.700 euros pour son fils qui possédait son code de réservation.  Auparavant, alors qu’elle était à la tête du Centre Pompidou, elle avait déjà accumulé 38.000 euros de frais de taxis. La partie émergée de l’iceberg, selon L’Express, qui estime la note à 400.000 euros en 7 ans.  Agnès Saal faisait l’objet d’une procédure disciplinaire administrative qui a abouti à cette sanction prise par décret du chef de l’État. Le 4 décembre, elle a été placée en garde à vue dans le cadre de ces deux affaires. Elle pourrait être accusée de « détournement de fonds publics aggravé ». Le détournement de fonds publics est prévu et réprimé par l’article 432-15 du Code pénal. Il se définit comme « le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, un comptable public, un dépositaire public ou l’un de ses subordonnés, de détruire, détourner ou soustraire un acte ou un titre, ou des fonds publics ou privés, ou effets, pièces ou titres en tenant lieu, ou tout autre objet qui lui a été remis en raison de ses fonctions ou de sa mission », rappelle Me Pierre Lebriquir, avocat au barreau de Paris. Le détournement est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150.000 euros d’amende.

Agnès Saal : 400 000 euros de taxis !

Agnès  Saal :  400 000  euros  de  taxis !

Nouvelle découverte de frais accessoires de l’énarque Agnès Saal avait précipitamment quitté son poste à la direction de l’INA après les révélations sur ses frais de taxis. Cette semaine, l’hebdomadaire l’Express, à paraître mercredi, révèle qu’Agnès Saal aurait également dépensé 400.000 euros de frais de taxi entre 2007 et 2014 lorsqu’elle était directrice générale du Centre culturel Georges Pompidou. Selon le parquet de Créteil, ces frais sont certainement « non exclusivement professionnels ». Au mois de mai, le ministère public avait ouvert une enquête pour « détournement de fonds public aggravé ».  Il s’agit d’une somme très supérieure à celle qui avait poussé Agnès Sall à quitter la direction de l’INA en avril (40 000 euros en six mois). Par jour, les frais de déplacement d’Agnès Saal au Centre Pompidou se seraient ainsi élevés à 157 euros contre 130 à l’INA. Pour justifier ces frais, Agnès avait affirmé ne pas pouvoir faire travailler son chauffeur « 12 à 15 heures par jour ni les week-ends » ajoutant qu’elle ne disposait pas du permis de conduire.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol