Archive pour le Tag '40%'

Politique- Sondage popularité : Macron retombe à 40%

Politique- Sondage popularité : Macron retombe à 40%

 

 

De toute évidence, il n’y a pas eu le moindre effet  avec la nomination d’Élisabeth borne à Matignon. Au contraire les différents sondages montrent que 60 % de l’opinion n’est pas satisfaite de cette désignation qui ne change rien. De son côté Macro a passé sans encombre les présidentielles mais sa cotes de popularité retombe au niveau où il était avant l’élection autour de 40%.

 

D’ après Le baromètre IFOP JDD, vec une cote de popularité de 45 %, Élisabeth Borne  fait moins bien que ses prédécesseurs à Matignon, Édouard Philippe et Jean Castex (55 % tous les deux), mais mieux que les socialistes Édith Cresson (25 %) et Pierre Bérégovoy (36 %), ou encore le chiraquien Dominique de Villepin (44 %). « C’est moins sa personnalité qui est en cause que le contexte politique du pays et le fait qu’elle incarne une forme de continuité », relève le sondeur. Les « très satisfaits » (6 %) sont ainsi trois fois moins nombreux que les très insatisfaits (18 %). Reste que le total des mécontents (43 %) est inférieur à ceux qui estiment son arrivée positive, à la différence du chef de l’Etat. « Les Français saluent ses compétences, observe Frédéric Dabi, et le fait que ce soit une femme de caractère, une technicienne ayant l’envergure du poste. »

Paradoxe, celle qui se présente comme une femme de gauche enregistre ses meilleurs scores chez les sympathisants des Républicains et les électeurs de Valérie Pécresse au premier tour de la présidentielle. Sans doute parce qu’elle a conduit des réformes que la droite aurait pu mener, celle de la SNCF et de l’assurance chômage.

* Sondage Ifop pour le JDD réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 17 au 25 mai auprès d’un échantillon de 1.946 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (selon des critères sociodémographiques, socioprofessionnels et géographiques), définis à partir des données de l’Insee. La marge d’erreur varie de 1 à 2,3 points.

Sondage popularité : Macron retombe à 40%

Sondage popularité : Macron retombe à 40%

 

 

De toute évidence, il n’y a pas eu le moindre effet  avec la nomination d’Élisabeth borne à Matignon. Au contraire les différents sondages montrent que 60 % de l’opinion n’est pas satisfaite de cette désignation qui ne change rien. De son côté Macro a passé sans encombre les présidentielles mais sa cotes de popularité retombe au niveau où il était avant l’élection autour de 40%.

 

D’ après Le baromètre IFOP JDD, vec une cote de popularité de 45 %, Élisabeth Borne  fait moins bien que ses prédécesseurs à Matignon, Édouard Philippe et Jean Castex (55 % tous les deux), mais mieux que les socialistes Édith Cresson (25 %) et Pierre Bérégovoy (36 %), ou encore le chiraquien Dominique de Villepin (44 %). « C’est moins sa personnalité qui est en cause que le contexte politique du pays et le fait qu’elle incarne une forme de continuité », relève le sondeur. Les « très satisfaits » (6 %) sont ainsi trois fois moins nombreux que les très insatisfaits (18 %). Reste que le total des mécontents (43 %) est inférieur à ceux qui estiment son arrivée positive, à la différence du chef de l’Etat. « Les Français saluent ses compétences, observe Frédéric Dabi, et le fait que ce soit une femme de caractère, une technicienne ayant l’envergure du poste. »

Paradoxe, celle qui se présente comme une femme de gauche enregistre ses meilleurs scores chez les sympathisants des Républicains et les électeurs de Valérie Pécresse au premier tour de la présidentielle. Sans doute parce qu’elle a conduit des réformes que la droite aurait pu mener, celle de la SNCF et de l’assurance chômage.

* Sondage Ifop pour le JDD réalisé par questionnaire auto-administré en ligne et par téléphone du 17 au 25 mai auprès d’un échantillon de 1.946 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (selon des critères sociodémographiques, socioprofessionnels et géographiques), définis à partir des données de l’Insee. La marge d’erreur varie de 1 à 2,3 points.

Climat de guerre : 40 pays réunis en Allemagne par les États-Unis

Climat de guerre : 40 pays réunis en Allemagne par les États-Unis

Une sorte de climat de guerre s’installe dans le monde suite à l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Un climat d’autant plus inquiétant que la Russie n’exclut pas forcément le recours à l’arme nucléaire et reconnaît que le conflit en Ukraine pourrait prendre une dimension mondiale.

Les incertitudes concernant l’évolution du conflit en Ukraine sont grandes d’autant que Poutine qui durcit de plus en plus son régime à l’intérieur pourrait être pressé d’obtenir des victoires significatives du fait d’une santé personnelle qui pourrait être détériorée au vu de ses dernières apparitions publiques.Poutine pourrait être amené affaire un coup de force pour laisser son nom dans l’histoire russe.Difficile d’expliquer autrement la précipitation russe vis-à-vis d’une opération en Ukraine visiblement mal préparée.Difficile aussi de prévoir les réactions d’un dictateur affaibli en interne par ses déconvenues en Ukraine. En attendant une quarantaine de pays se réunissent ce mardi en Allemagne, à l’invitation des Etats-Unis, pour renforcer la défense de l’Ukraine qui, selon le ministre américain de la Défense Lloyd Austin « peut gagner » face à la Russie, si on lui en donne les moyens.

Au moment où la Russie vise le contrôle total du sud de l’Ukraine et de la région du Donbass, cette réunion organisée sur la base aérienne américaine de Ramstein, dans l’ouest de l’Allemagne, est destinée à « générer des capacités supplémentaires pour les forces ukrainiennes », a déclaré ce lundi Lloyd Austin, au retour d’une visite à Kiev.

« Ils peuvent gagner s’ils ont les bons équipements, le bon soutien », a-t-il souligné après ce déplacement au cours duquel il a rencontré le président ukrainien Volodymyr Zelensky, en compagnie du secrétaire d’Etat Antony Blinken.

La Russie met en garde contre un danger « réel » d’une Troisième guerre mondiale

Le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov a assuré ce lundi que Russie va poursuivre les négociations de paix avec l’Ukraine. Pour autant, il a mis en garde contre un danger « réel » d’une Troisième guerre mondiale.

>> Notre article complet

4:15

Zelensky estime que le destin de la sécurité mondiale se joue désormais en Ukraine

« Tout le monde dans le monde s’accorde désormais à dire que c’est en Ukraine que se joue le destin de l’Europe, le destin de la sécurité mondiale », déclare Volodymyr Zelensky un discours publié sur les réseaux sociaux ce lundi. Il ajoute que l’Ukraine « accélère autant que possible son mouvement vers l’Union européenne ».

Présidentielle : l’indifférence, premier parti de France avec au moins 40 %

Présidentielle : l’indifférence, premier parti de France  avec au moins 40 %

Dans la bataille électorale en cours,  les candidats ne vont recueillir que des miettes par rapport au premier parti de France : celui l’indifférence. En effet, l’abstention pourrait être record lors de cette échéance électorale avec environ 25  % des électeurs qui ne fréquenteront pas les urnes. A cela il faut ajouter les électeurs potentiels non-inscrits ou mal inscrits (ceux qui ont déménagé et qui n’ont pas actualisé leur résidence principale.) Ces chiffres varient entre 10 et 20 pour cent. Autant dire qu’il y aura une partie de l’électorat de l’ordre de 40 % qui va manifester son indifférence. D’ores et déjà on peut donc considérer que les candidats mêmes arrivés en tête ne représenteront qu’une faible minorité au premier tour : environ  25 %.

De toute manière, le vainqueur sera mal élu comme ont été mal élus les candidats en tête aux municipales et aux régionales.

En cause,  évidemment une grave crise démocratique avec la mainmise de la bureaucratie, des bureaux d’études et des professionnels de la politique sur la représentation locale et nationale.

Au plan local la plupart des élus locaux sont bien incapables de présenter les grandes réformes d’une complexité administrative sans nom et qui définissent des schémas pour tout et surtout pour rien. Du coup lors des séances de présentation publique ce sont surtout les bureaux d’études qui parlent après 30 secondes d’introduction d’un élu local qui n’y comprend pas grand-chose.

Même chose au plan national où Macron est contraint de recourir sans cesse à des cabinets d’études pour gérer ce qu’il appelait la start-up nation. Une confusion évidemment entre le concept de gestion d’une entreprise et le management démocratique d’un pays. Pas étonnant Macron n’a jamais eu de parti, il n’en veut d’ailleurs surtout pas pour ne pas être un jour concurrencé ou gêné dans sa gestion. Du coup son entourage ne comprend que des seconds couteaux y compris au gouvernement. Ne parlons pas des députés en marche choisis  sur Internet complètement inexistants

Pas étonnant si il y a cet énorme décalage entre la structure politique et le réel social et sociétal. Les sélecteurs abstentionnistes ou non pour la plupart ne croient plus au discours de changement.

Résultat présidentielle : l’indifférence avec au moins 40 %, premier parti de France

Résultat présidentielle : l’indifférence avec au moins 40 %, premier parti de France  

Dans la bataille électorale en cours,  les candidats ne vont recueillir que des miettes par rapport au premier parti de France : celui de la différence. En effet, l’abstention pourrait être record lors de cette échéance électorale avec environ 30 % des électeurs qui ne fréquenteront pas les urnes. A cela il faut ajouter les électeurs potentiels non-inscrits ou mal inscrits (ceux qui ont déménagé et qui n’ont pas actualisé leur résidence principale.) Ces chiffres varient entre 10 et 20 pour cent. Autant dire qu’il y aura une partie de l’électorat de l’ordre de 40 % qui va manifester son indifférence. D’ores et déjà on peut donc considérer que les candidats mêmes arrivés en tête ne représenteront qu’une faible minorité au premier tour : environ 20 à 25 %.

De toute manière le vainqueur sera mal élu comme ont été mal élus les candidats en tête aux municipales et aux régionales.

En cause,  évidemment une grave crise démocratique avec la mainmise de la bureaucratie, des bureaux d’études et des professionnels de la politique sur la représentation locale et nationale.

Au plan local la plupart des élus locaux sont bien incapables de présenter les grandes réformes d’une complexité administrative sans nom et qui définissent des schémas pour tout et surtout pour rien. Du coup lors des séances de présentation publique ce sont surtout les bureaux d’études qui parlent après 30 secondes d’introduction d’un élu local qui n’y comprend pas grand-chose.

Même chose au plan national où Macron est contraint de recourir sans cesse à des cabinets d’études pour gérer ce qu’il appelait la start-up nation. Une confusion évidemment entre le concept de gestion d’une entreprise et le management démocratique d’un pays. Pas étonnant Macron n’a jamais eu de parti, il n’en veut d’ailleurs surtout pas pour ne pas être un jour concurrencé ou gêné dans sa gestion. Du coup son entourage ne comprend que des seconds couteaux y compris au gouvernement. Ne parlons pas des députés en marche choisis  sur Internet complètement inexistants

Pas étonnant si il y a cet énorme décalage entre la structure politique et le réel social et sociétal. Les sélecteurs abstentionnistes ou non pour la plupart ne croient plus au discours de changement.

CAC 40: -10 % en cinq séances

 CAC 40: -10 % en cinq séances 

Il n’y a pas si longtemps en se félicitait que le CAC 40 ait  enfin crevée le plafond des 7000. Malheureusement la crise en Ukraine a révélé les fragilités économiques liées à l’environnement politique. L’indice parisien a perdu en cinq séances près de 10% et 4,97 % sur la seule séance de vendredi. L’indice flirte désormais les 6.000 points et a pulvérisé à la baisse sa moyenne mobile à un an, signe d’un véritable retournement de marché.

La tendance est également baissière à Wall Street, le son du canon en Europe faisant fi des bonnes statistiques sur les créations d’emploi. L’indice VIX de volatilité des marchés actions, surnommé « l’indice de la peur », a même grimpé à 45 points en Europe, tout en restant bien inférieur à son niveau de mars 2020.

Société: 50% d’enfants ne savent pas bien lire en 6e

Société:  40% d’enfants ne savent pas bien lire en 6e

« Aujourd’hui il y a 30 à 40% des enfants qui arrivent en sixième sans savoir bien lire, dans certains quartiers ce chiffre monte à plus de 50% », a déclaré le candidat Eric Zemmour.

C’est vrai, et même légèrement en dessous de la réalité. Les résultats des dernières évaluations du primaire publiés en novembre par le ministère de l’Education nationale montrent que seulement la moitié des élèves de 6e avaient le niveau attendu en lecture. En ce qui concerne les établissements placés en éducation prioritaire, ce n’est plus un sur élève deux, mais seulement un élève sur trois qui a le niveau . Seule la moitié des élèves atteignent l’objectif (52,7%). Pire, dans les établissements en zone prioritaire, REP+ (réseau éducation prioritaire), ils ne sont plus qu’un tiers à l’atteindre (35,8%).

Si globalement, le niveau scolaire a augmenté depuis 2020, les différences entre les zones prioritaires et les autres établissements scolaires n’ont pas réellement baissé depuis 2019.

Pour les CP par exemple, sur la résolution des problèmes, l’écart de performance entre les zones REP + et les établissements hors-REP est de 24,6%. Si en 2020 il était de 25,5%, il était déjà en 2019 de 24,7%.

 

D’autres indicateurs observent le niveau scolaire. CEDRE, par exemple, regarde le niveau dans différentes matières : maths, compréhension de la langue, langues étrangères ou encore histoire-géographie. Une évaluation tous les six ans, à la fin du CM2, sur un échantillon réduit pour comparer le niveau.

Avec ces résultats, difficile de faire une généralité : le niveau en français entre 2003 et 2015 est resté stable.   60 % des élèves ont une maîtrise suffisante des compétences attendues en fin de scolarité primaire

Tous les quatre ans le Programme international pour le suivi des acquis des élèves (PISA), organisme lié à l’OCDE, enquête sur les systèmes éducatifs à l’international via des évaluations pour les élèves de 15 ans. Sa dernière publication, en 2018, rappelait que la France était sur le podium des plus grands écarts de réussite scolaire entre milieux favorisés et défavorisés.

Alliance écolos–PS: seulement 40 % favorables à gauche

Alliance écolos–PS: seulement 40 % favorables à gauche

 

Une éventuelle alliance entre le parti socialiste et les écolos pour la candidature aux présidentielles ne changeraient sans doute pas grand-chose. Dans les sondages Jadot est en effet crédité de l’ordrede 8 % et Hidalgo de 6 %. L’addition ne ferait pas 14 % mais sans doute pas plus de 10 %. En dépit du caractère un peu gauchisant d’ Hidalgo, de nombreuses divergences demeurent entre les deux partis. Et les écolos se souviennent de la politique des socialistes quand ils sont au pouvoir . Même si on envisageait l’impossible union de la gauche réunissant écolos, parti socialiste et insoumis on ne parviendrait même pas à 30 %.

 

Dernier aspect et non des moindres si Hidalgo devait retirer sa candidature ce serait sans doute la disparition totale et définitive du parti socialiste sur la scène politique française.

 

Certes cette disparition est cependant programmée mais elle peut encore s’étirer assez longtemps dans le temps en s’appuyant sur les solides bastions locaux du parti socialiste notamment les élus. Ce qu’on a pu vérifier l’heure des élections régionales et des élections communales. Selon un sondage Ifop paru dans le Journal du Dimanche, 53% des électeurs de gauche sont en faveur d’une alliance.

 

Elections Russie : Le parti de Poutine avec 40 % des voix dans une élection sans candidats d’opposition

Elections  Russie : Le parti de Poutine avec 40 % des voix dans une élection sans candidats d’opposition

 

Le parti de Poutine a récolté 43,39% des voix dans une élection où tous les candidats opposés officiellement à Poutine ont été interdits, selon des résultats préliminaires portant sur 21% des bureaux de vote. « 

Le parti du Kremlin devance les communistes du KPRF (22,82%) et semble assuré de conserver une large majorité à la Douma, la chambre basse du Parlement, même si ces résultats préliminaires témoignent d’une baisse par rapport à 2016. Russie Unie avait alors obtenu 54,2% des voix et les communistes 13,3%.

Le Kremlin a  écarté tous les concurrents les plus dangereux pour assurer à son parti, Russie unie, la majorité des sièges à la Douma. Les partisans de l’opposant emprisonné Alexeï Navalny ont en réaction appelé à voter pour les candidats les mieux placés pour battre ceux de Russie Unie, bien souvent des communistes.

Afghanistan : La responsabilité des Occidentaux depuis 40 ans

Afghanistan :La responsabilité des Occidentaux depuis 40 ans

« L’horreur que constitue la victoire des talibans en Afghanistan est avant tout le résultat d’une multitude de fautes graves imputables aux gouvernements occidentaux, estime Sylvain Foulquier dans le Monde.

Nous vivons l’une des pages les plus sombres de l’Histoire humaine : une sorte de siècle des Ténèbres, parfaite antithèse du siècle des Lumières. L’horreur que constitue la victoire des talibans en Afghanistan est avant tout le résultat d’une multitude de fautes graves imputables aux gouvernements occidentaux, et tout particulièrement anglo-saxons.

Tout a vraiment commencé lors de la guerre d’Afghanistan ayant opposé l’URSS aux moudjahidins, de 1979 à 1989. Rappelons au passage que l’Armée rouge n’était intervenue dans ce pays qu’à la demande du gouvernement local (comme la France au Mali) pour lutter contre le fascisme djihadiste, et que ce sont les Nord-Américains (ainsi que certains pays européens) qui ont alors armé et financé les talibans – dont la nature criminelle était pourtant déjà connue.

Le président américain Joe Biden pendant sa conférence de presse consécutive au double attentat de Kaboul.

La défaite de l’URSS a donc été un désastre dont seuls des fous peuvent se réjouir. Les dirigeants occidentaux étaient et continuent d’être parmi les plus irresponsables au monde : on l’a vu avec Donald Trump abandonnant les Kurdes à leur triste sort, puis avec Joe Biden décidant de retirer ses troupes d’Afghanistan. Exemples parmi une infinité d’autres.

Ajoutons que les talibans ne sont pas différents des fanatiques du Hamas et du Hezbollah, lesquels continuent de bénéficier d’une très grande complaisance en Europe, sur fond d’antisémitisme totalement décomplexé. Ou de certains imams salafistes ayant pignon sur rue en France, en Angleterre, en Belgique…

Les salafistes et les islamistes ne sont forts que parce que les Occidentaux d’aujourd’hui sont faibles. Cela fait des décennies que les très rares intellectuels (Boualem Sansal, Georges Bensoussan, Céline Pina, etc.) présents dans l’espace public tentent de sonner l’alerte… Sans jamais être écoutés par les différents pouvoirs en place. Et le résultat est là, effarant et sinistre, sous nos yeux.

Covid -Restaurants : une baisse d’activité de 40 % !

Covid -Restaurants : une baisse d’activité de 40 % !

 

 Le Syndicat des indépendants et des TPE (SDI) a réalisé une enquête auprès de ses adhérents restaurateurs sur l’impact du passe sanitaire. Son secrétaire général Marc Sanchez en commente le résultat pour le JDD.(Extraits)

  •  

Le Syndicat des indépendants et des TPE (SDI) a mené pendant huit jours, du 9 au 16 août. D’après cette enquête 87% d’entre eux ont observé une baisse de fréquentation – et donc de chiffre d’affaires – et sur ces 87%, 73% ont indiqué que cette baisse était de l’ordre de 40%. Marc Sanchez, secrétaire général du SDI, analyse pour le JDD les résultats de l’enquête et met en avant les revendications de ses adhérents.

Dans le détail de votre enquête, cette baisse de fréquentation constatée est-elle uniforme?
Les situations sont bien sûr variables en fonction des zones géographiques. Dans les stations touristiques des zones côtières, l’impact a été très important sur la première journée, le 9 août, avant que cela se normalise, avec un recours aux tests par la clientèle non vaccinée. En revanche, dans les grandes villes, à commencer par Paris, la baisse de fréquentation s’est accentuée au fil de la première semaine.

 

Comment vos adhérents ont-ils vécu la mise en place du passe sanitaire?
Ils reconnaissent que c’est un mal nécessaire. Mais cela s’ajoute à de nombreuses restrictions et ils n’arrivent pas à voir le bout du tunnel. De plus, certains secteurs ont subi, depuis le 1er juin, la dégressivité des aides au point de connaître des premières difficultés financières, et ce, alors même qu’ils n’ont pas encore eu à payer les charges sociales [à partir d'octobre, NDLR]. Un décret, publié mercredi, a permis d’actualiser le dispositif concernant les pertes d’exploitation, mais cela ne suffira pas et il y a encore beaucoup d’inquiétudes.

Les restaurateurs interrogés ont-ils rencontré des difficultés d’organisation sur la mise en place du passe?
Le contrôle en lui-même, ça peut se passer assez vite et sans trop de problèmes techniques. Mais ça a été plus compliqué dans les zones très fréquentées – les stations balnéaires par exemple – et pour ceux qui ont du volume. Quand vous avez une grande terrasse, il est parfois difficile de bien contrôler les clients, de vérifier qu’ils ont le passe alors qu’ils se sont déjà assis, de gérer les tensions avec les récalcitrants – même si elles restent minoritaires.

Vous demandez la suppression du passe sanitaire pour les terrasses des restaurants. La mesure a pourtant été déjà actée fin juillet et le gouvernement ne prévoit pas revenir dessus…
On se heurte à un certain illogisme. Les autorités, se basant sur des études scientifiques, nous ont assuré pendant des mois qu’être en terrasse, en extérieur et avec la distanciation minimale, n’entraînent pas de risques supplémentaires. Et là, d’un coup, il y a une stigmatisation sur les terrasses. Aujourd’hui, vous pouvez faire la queue devant un boulanger, acheter un sandwich et le manger devant la boutique sans contrainte, ni masque, ni passe.

A partir du 30 août, les salariés des entreprises recevant du public devront avoir un passe sanitaire. Les restaurateurs redoutent-ils cette échéance? 
Nos adhérents observent que la majorité de leurs salariés sont ou seront vaccinés à cette date. Beaucoup sont en revanche inquiets de la gestion des quelques personnes récalcitrantes ou pas encore vaccinées. La question se pose surtout pour les entreprises de moins de 5 ou 10 salariés. En effet, l’absence de passe sanitaire entraîne la suspension du contrat du salarié concerné. Mais on ne sait pas quand cet employé va réintégrer l’entreprise. Voilà pourquoi nous avons proposé, dans un courrier transmis au gouvernement le 9 août dernier, que la suspension ferme du contrat soit d’une durée fixe d’un mois. D’un côté, le salarié a un mois pour se faire vacciner. Et de l’autre côté, l’employeur peut embaucher une personne par intérim pour un mois ou réorganiser le planning de ses autres salariés en leur proposant des heures supplémentaires – que nous souhaitons défiscalisées.

Ces embauches provisoires ne risquent-elles pas d’être compliquées alors que le marché de l’emploi est tendu dans le secteur de la restauration?
C’est pourquoi nous proposons aussi la création d’une task force au sein de Pôle Emploi, dédiée à l’accompagnement des dirigeants en recherche de personnels qualifiés. Parmi nos autres demandes, nous souhaitons la continuité du Fonds de solidarité sans dégressivité pour les secteurs les plus impactés par la crise, mais aussi la réactivation de ce Fonds pour les autres entreprises en difficulté économiques avérées, où nous avons des baisses d’activité entre -20% et -40% sur toute l’année.

 

CAC 40 : en hausse 20 % depuis le début de l’année

CAC 40 : en hausse  20 % depuis le début de l’année

 

Le CAC 40 affiche une progression étonnante de 20 % depuis le début de l’année cela moins en raison du résultat des entreprises que de la perfusion de masses de liquidités déversées par les banques centrales. Des liquidités qui compte  tenu des taux proches de zéro s’investit surtout en bourse et beaucoup moins en obligations. La question est évidemment de savoir si cette situation va durer. En effet globalement la rentabilité des entreprises est loin d’avoir atteint ce taux de 20 %. Il y a d’ailleurs beaucoup de dispersions dans cette évolution de la situation financière des entreprises selon leurs activités.

La banque centrale européenne, comme d’ailleurs nombre d’autres banques centrales comme la Fed,  inonde l’économie  de milliards supposés soutenir l’activité. Mais nombre de ces sommes n’atterrissent pas sur le terrain concret de l’économie mais dans les canaux bancaires et financiers qui préfèrent spéculer plutôt que de soutenir des entreprises dont certaines à l’avenir douteux en tout cas fragiles.

La réalité économique en France c’est que la croissance au second trimestre n’a atteint que 0,9 % (après 0 % au premier trimestre) qu’on peut espérer une croissance de 4 à 5 % en 2021 mais qu’on sera encore en dessous du niveau de 2019. Globalement la situation financière des entreprises est loin d’être reluisante mais il y a longtemps que la bourse n’est plus corrélée avec la situation économique réelle.

Avenir climat ROYAUME-UNI : des températures de plus de 40° en été

Avenir climat ROYAUME-UNI : des températures de plus de 40° en été

Déjà confronté à un climat plus chaud et plus humide, le Royaume-Uni risque de connaître des températures estivales dépassant les 40°C même si le réchauffement global reste limité à 1,5°C, ont averti jeudi des météorologistes.

Ce seuil correspond à l’objectif le plus ambitieux fixé par l’accord de Paris pour limiter le réchauffement climatique par rapport à l’ère pré-industrielle, que la présidence britannique de la COP26, prévue en novembre à Glasgow, espère maintenir « en vie ». Il est selon nombre de scientifiques hors de portée.

À l’occasion de la publication du rapport annuel sur le climat britannique pour l’année 2020, la directrice générale de la Royal Meteorological Society, Liz Bentley, a souligné que la planète subissait déjà des chaleurs extrêmes résultant d’un réchauffement de 1,1 à 1,2°C.

 

Déficit Sécu 2021 aggravé : autour de 40 milliards

  • Déficit Sécu 2021 aggravé : autour de 40 milliards

Le déficit de la Sécu se maintiendra au même niveau cette année, à 38,4 milliards d’euros, selon un rapport de la Commission des comptes de la Sécurité sociale consulté mercredi par l’AFP. Malgré des recettes meilleures que prévu grâce à une récession moindre que redouté l’an dernier, le coût persistant de l’épidémie – et de la campagne de vaccination – continue de plomber la branche maladie, ce qui dégrade légèrement la prévision de déficit par rapport aux 35,8 milliards de pertes inscrites dans le budget voté en décembre.

 

Les dépenses couvertes par l’objectif national des dépenses d’assurance-maladie (Ondam) seraient ainsi supérieures de 9,6 milliards d’euros à l’objectif voté. Elles atteindraient 235 milliards d’euros en 2021, soit une progression de 17,1% par rapport à la situation d’avant-crise (2019) à périmètre courant (16,4 % à périmètre constant du fait de la création de la branche autonomie). En 2021, le déficit de l’Assurance-maladie se creuserait encore à 31 milliards, après 30,4 milliards en 2020.

Côté recettes, la situation va mieux, mais pas dans tous les secteurs. Si les prévisions de recettes s’améliorent sur les revenus d’activité du secteur privé (+6,2 milliards d’euros) et les recettes fiscales (+3,6 milliards), elles sont en revanche en baisse chez les travailleurs indépendants (-3,3 milliards), du fait d’hypothèses de revenus 2020 des artisans et commerçants revues à la baisse et d’une hausse du provisionnement d’un milliard pour risque de non-recouvrement.


40 % des infirmiers veulent changer de profession

40 % des infirmiers veulent changer de profession

 

40 % des infirmiers affirment vouloir changer de métier, révèle une enquête de l’Ordre national des infirmiers. Au contraire, 21 % se disent renforcés dans leur vocation.

 

Malgré leur exposition, 46 % des infirmiers estiment ne pas être mieux reconnus aujourd’hui par les patients, 60 % par les autres professions de santé et 77 % par les pouvoirs publics.

Covid : Près de 40 millions de vaccins au Royaume-Uni pour 10 millions en France

Covid : Près de 40 millions de vaccins au Royaume-Uni pour 10 millions en France

 

Alors que la France seulement réalisée environ 10 000 vaccinations, -le Royaume-Uni approche des 40 millions de doses, selon les données quotidiennes publiées dimanche.

Le Royaume-Uni a désormais administré 32,12 millions de premières doses de vaccins et 7,47 millions de deuxièmes doses, ce qui lui permet de commencer à relancer son économie.

Toujours selon les données publiées dimanche, 1.730 personnes de plus y ont été testées positives au coronavirus, contre 2.589 la veille, tandis que sept personnes étaient décédées dans les 28 jours suivant un test positif, contre 40 samedi.

 

Cybercriminalité en Russie : un coût de 40 milliards d’euros

Cybercriminalité en Russie : un coût de 40 milliards d’euros

 

La Russie connaît des difficultés économiques majeures qui s’ajoutent à une crise sanitaire mal maîtrisée. Du coup ,la cybercriminalité augmente parallèlement. Les cyberattaques ont coûté jusqu’à 3,600 milliards de roubles (40 milliards d’euros) aux entreprises et aux citoyens russes cette année, a déclaré la plus grande banque du pays, la Sberbank.

La Russie a encouragé ses citoyens à utiliser les cartes bancaires pour limiter la circulation d’argent liquide et tenter de réprimer l’économie souterraine.

Les cybercriminels russophones opèrent depuis l’Allemagne, l’Ukraine et le Venezuela, ainsi que depuis la Russie, a ajouté la Sberbank, contrôlée par l’État, qui gère sa propre unité de cybersécurité pour assurer la protection informatique et la cyberdéfense de la banque et d’autres entités.

Si les banques, y compris la Sberbank, sont mieux protégées que d’autres secteurs de l’économie, la fraude téléphonique, qui implique qu’un individu se fasse passer pour un employé d’une banque pour obtenir les informations d’une carte bancaire, est de plus en plus courante, a précisé Stanislav Kuznetsov.

Rien que cette année, estime-t-il, les Russes pourraient perdre jusqu’à 10 milliards de roubles à cause de la fraude téléphonique. Il n’a pas fourni de données pour 2019.

La Banque centrale russe a enregistré plus d’un demi-million d’opérations frauduleuses sur des comptes bancaires dans le pays en 2019 et 6,4 milliards de roubles ont été dérobés sur des comptes bancaires de particuliers et d’entreprises.

Noël : presque 40 % des cadeaux revendus !

Noël : presque 40 % des cadeaux revendus !

Dans les années 50, des enfants étaient satisfaits de recevoir par exemple une orange comme cadeau de Noël. Depuis les 30 glorieuses et le développements du consumérisme, le concept de cadeau a évolué. Pour 40 % ,le cadeau est devenu une chose à monétiser.

Quatre personnes sur 10 ont déjà remis sur le marché les présents trouvés sous le sapin ou envisagent de le faire, indique le baromètre annuel de Rakuten réalisé par OpinionWay. Les 18 à 24 ans sont même six sur dix dans ce cas. Alors que les trois quarts des plus de 65 ans rejettent l’idée. En outre, les femmes hésitent moins que les hommes. Et les habitants de la région parisienne font partie des plus grands adeptes de cette pratique.

Heureusement,. 45 % des Français le préféreraient la revente, selon le baromètre de Rakuten. L’application Geev , dédiée aux dons d’objets et de nourriture entre particuliers, avait déjà observé l’an dernier une augmentation de 25 % de ceux effectués entre le 25 et le 27 décembre par rapport à la semaine précédant Noël.

Sondage vaccin : 40 % des Français seulement pour

Sondage vaccin : 40 % des Français seulement pour 

D’après le sondage de l’institut Elabe et dévoilé ce mercredi après-midi, seuls 4 Français interrogés sur 10 envisagent actuellement de se faire vacciner contre le Covid-19, une proportion en baisse de 5 points depuis le 29 octobre.

À l’inverse, ils sont 46% (+6) à répondre qu’ils ne se feraient pas vacciner contre le Covid-19 si un des vaccins était autorisé. 14% (-1) « ne savent pas encore ».

 

La première raison évoquée chez les réfractaires du vaccin est le manque de recul sur la maladie et le vaccin (66%), mais aussi la crainte d’effets secondaires indésirables (54%). 21% mettent en avant la défiance envers les vaccins de manière générale, et 11% déclarent ne pas craindre d’attraper le Covid-19.

Toutefois, le même sondage souligne que hors Covid-19, 64% des Français ont confiance dans les vaccins, contre 36% déclarant « ne pas avoir confiance ».

La situation actuelle semble donc beaucoup jouer sur la perspective d’une vaccination. Interrogés sur leur avis quant à une vaccination obligatoire si un vaccin contre ce coronavirus était mis sur le marché, 60% des Français estiment ainsi que ce n’est pas une bonne idée. Seules 21% des personnes interrogées y sont favorables.

Sondage réalisé sur Internet sur un échantillon de 1003 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus les 17 et 18 novembre. La représentativité de l’échantillon a été assurée selon la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes: sexe, âge et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.

 

Recrutement des cadres: la grosse chute de 30 à 40 %

Recrutement des cadres: la grosse chute de 30 à 40 %

 

Les embauches de cadres sont en chute libre avec 170.00 recrutements prévus cette année, contre 281.300 recensés en 2019. . Lors d’un point presse ce jeudi matin, le directeur général de l’organisation des cadres, Gilles Gateau, a tiré la sonnette d’alarme.

« L’enquête montre un effondrement très important des recrutements de cadres, surtout par rapport au 300.000 prévus en début d’année. Les dernières annonces du chef de l’État vont sûrement abaisser ces prévisions. C’est une baisse de 30% à 40% par rapport aux intentions d’embauches initiales de 2020. C’est une baisse sans précédent par son ampleur et sa brutalité. C’est un choc très lourd. Des signaux étaient déjà visibles sur le nombre d’offres déposées sur le site de l’Apec en début d’année. »

1234



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol