Archive pour le Tag '3e'

Brexit: l’accord de transition refusée pour la 3e fois

Brexit: l’accord de transition refusée pour la 3e fois

 

Jusqu’à maintenant le Parlement britannique n’a cessé de montrer ses contradictions et le ridicule de ses positions. En gros, la chambre des communes a dit non à tout, un Brexit  dur sans accord aussi un Brexit mou avec l’accord négocié par Teresa May et l’union européenne. Un accord qui vient d’être rejeté pour la troisième fois. Du coup le royaume uni s’engage dans une voie qui le conduit directement dans le mur. De fait, avec cette décision, devrait se mettre en place à partir d’aujourd’hui le départ brutal du Royaume-Uni de l’union européenne. Certes on a repoussé l’échéance au 12 avril. Mais on voit mal en l’état des oppositions internes notamment du parti des conservateurs comment la moindre proposition crédible pourrait être acceptée par l’union européenne. Du coup, ce qui paraît d’hypothèses la plus vraisemblable maintenant c’est un nouveau report de l’échéance avec peut-être des élections législatives justifiées notamment par le départ de la première ministre Teresa May. Les députés de la Chambre des Communes ont en effet pour la troisième fois depuis le début de l’année rejeté l’accord de Brexit, ce qui accroît le risque d’un retrait sans accord ou la possibilité d’un report de plus longue durée de la date de départ du Royaume-Uni de l’Union européenne. Juste après ce vote, Donald Tusk, le président du Conseil européen, a annoncé qu’un Conseil européen extraordinaire se tiendrait le 10 avril, soit à l’avant-veille de l’échéance du 12 avril fixée pour le Brexit dans le cas d’un rejet de l’accord. La Grande-Bretagne se doit désormais de proposer à l’Union européenne un nouveau plan de Brexit, dans les deux semaines à venir, faute de quoi un “Brexit dur”, sans accord, interviendra, déclare le chancelier autrichien, Sebastian Kurz.

Zone euro: la croissance à + 0,6% au 3e trimestre

Zone euro: la croissance à  + 0,6% au 3e trimestre

Sur un an la croissance de l’union économique augmente de 2,5 % et sur le seul troisième trimestre la hausse est de 0,6 % par rapport au trimestre précédent. La confirmation donc que le retour de la croissance est bien amorcé. La croissance économique dans la zone euro est restée solide au troisième trimestre, avec un produit intérieur brut en hausse de 0,6% par rapport au trimestre précédent, selon une première estimation publiée par l’Office européen de statistiques Eurostat. Ce chiffre est supérieur aux attentes des analystes interrogés par le fournisseur de services financiers Factset qui tablaient sur une hausse de 0,5%. La croissance avait atteint 0,7% dans les 19 pays ayant adopté la monnaie unique européenne au deuxième trimestre 2017 et 0,6% au premier trimestre. En comparaison avec le troisième trimestre 2016, le PIB corrigé des variations saisonnières a enregistré une hausse de 2,5%.     Dans les 28 pays de l’Union européenne, la croissance économique atteint également 0,6% au troisième trimestre par rapport au trimestre précédent, selon Eurostat. Sur un an, il progresse de 2,5% dans l’UE. Le PIB représente l’ensemble des richesses produites dans une zone géographique donnée. La Commission européenne doit présenter la semaine prochaine ses nouvelles perspectives économiques pour la zone euro. Début octobre, le FMI avait revu à la hausse ses prévisions de croissance pour les deux années à venir, misant désormais sur une croissance de 2,1% en 2017 et de 1,9% en 2018.

Alain Rousset :  » la 3e révolution agricole »’ (Alain Rousset)

Alain Rousset :  » la 3e révolution agricole »’ (Alain Rousset)

À l’occasion 1er Forum Agriculture Innovation, le 17 novembre à Bordeaux, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset explique dans la tribune comment il compte accompagner l’innovation agricole et quelles sont ses priorités.

Alain Rousset, quelle est votre vision de l’agriculture innovante ? Quels sont les axes à travailler en priorité ?

« L’agriculture va devoir répondre aux besoins alimentaires de près de 10 milliards d’êtres humains d’ici 2050, tout en réduisant son impact environnemental et fournissant des ressources pour des usages énergétiques ou la chimie verte. A cela il faut bien entendu rajouter les contraintes liées au changement climatique qui vont peser sur nos modèles agricoles. L’innovation doit nous permettre de régler ce défi multifactoriel. C’est pourquoi, nous devons accélérer la 3e révolution agricole, l’Agri-Tech, qui sera basée sur les nouvelles technologies et la bio-économie. J’en veux pour preuve les techniques et technologies se développant de plus en plus dans le monde agricole et qui relevaient il y a encore seulement 5 ou 10 ans de la science-fiction : drones, robots, matériels et objets connectés, big data, analyses satellitaires… Bien évidemment, au-delà d’être technologiques, ces innovations devront également envahir le champ social et organisationnel voire commercial. Deux priorités majeures sont à mon sens à privilégier : l’adaptation au changement climatique et les réponses à apporter aux attentes sociétales. Bien entendu, la Région Nouvelle-Aquitaine s’engage dès à présent aux côtés des acteurs professionnels souhaitant relever ce double défi, notamment au travers d’un plan ambitieux de réduction massive de l’utilisation des produits phytosanitaires dans le vignoble bordelais. »

La Nouvelle-Aquitaine est la plus grande région agricole d’Europe. Quels sont ses points forts et sur quoi doit-elle s’améliorer ?

« En effet, pour la Nouvelle-Aquitaine l’agriculture est une chance pour notre économie et l’emploi régional (première région européenne agricole en valeur) puisqu’en 2015 avec 8,6 milliards d’euros, le secteur agricole et agroalimentaire est la locomotive de l’export dans la région. Ainsi, à elles seules les industries agroalimentaires concentrent près de 28 % des exportations avec notamment les boissons (essentiellement vins et Cognac) qui représentent 4,2 milliards d’euros de ventes, soit le double des ventes de la construction aéronautique et spatiale. Ce dynamisme économique a bien entendu un impact fort pour l’emploi, en particulier dans les zones rurales, ce qui explique que la Région soit n°1 en Europe pour sa masse salariale agricole avec 130.000 emplois dans ce secteur.
Ses points forts sont non seulement nombreux mais également diversifiés avec des produits sous signes de qualité (157 signes d’identification de l’origine et de la qualité) dont les vins et spiritueux, une agriculture biologique en pleine croissance, des grandes cultures (maïs, blé, tournesol), des élevages leader (1re place nationale en bovins-viande, ovins et caprins), des fruits et légumes (melons, fraises, tomates…). A cela s’ajoutent également les produits de la mer, en particulier une filière conchylicole dynamique et leader en France.
A mon sens, il faut aujourd’hui travailler sur 3 sujets prioritairement : conforter et améliorer nos parts de marchés à l’export, soutenir et pérenniser des filières d’élevages – surtout bovines – qui traversent une forte crise structurelle, et poursuivre la modernisation de nos industries agroalimentaires. »

Votre objectif est de passer d’une agriculture de compensation à une agriculture d’innovation. Comment mettre en place un modèle d’agriculture innovant mais aussi performant, équitable et préservant l’environnement ?

« L’agriculture de la Région Nouvelle-Aquitaine a tous les atouts en main pour y parvenir, notamment grâce à notre habitude de co-construire les politiques publiques avec l’ensemble des acteurs du monde agricole. Il est évident que l’innovation n’est pas une fin en soi mais bien une dynamique au service de cette mutation que doit mener l’agriculture aujourd’hui. Cette mutation intégrant aussi bien la compétitivité que la réduction de l’impact de l’agriculture sur l’environnement, les questions organisationnelles ou les conditions de travail. Ainsi, dans ce contexte de changement climatique il est essentiel d’être pionnier dans le passage d’une économie fondée sur les ressources fossiles à une économie issue de la biomasse, décarbonée. Cette bio-économie étant bien entendu basée sur des bio-ressources (agricoles, forestières, marine et bio-déchets) pour lesquelles la Nouvelle-Aquitaine possède d’énormes gisements à valoriser.
Tout cela doit nous rassembler, être le terreau de notre unité pour construire ensemble le futur de cette grande région. En matière agricole et agroalimentaire je souhaite ainsi placer ce mandat sous le signe du triptyque innovation – recherche – formation. Ces éléments nous garantissant la défense du leadership de cette région et notre compétitivité dans le futur. »

 

Vous avez dit en mars dernier : « Tant que l’agriculture restera scotchée avec les hypers, les chaînes, tant que l’on considèrera que c’est là l’avenir agricole, on se plantera. Que proposez-vous ?

« En effet, je pense que la question est : comment conserver le plus de valeurs ajoutées sur le territoire et au niveau des exploitations ? Il faut donc engager dès à présent un travail prospectif sur ce que pourrait être notre agriculture régionale d’ici 10 à 20 ans.
Il est ainsi essentiel pour l’agriculture de diversifier ses débouchés, qu’ils soient lointains ou locaux. A l’export, la Région accompagne les filières et les industries pour gagner de nouveaux marchés à l’étranger. D’ailleurs, dans ce domaine la France a des atouts, en particulier l’excellence sanitaire de ses produits et ses productions sous signes officiels d’origine et de qualité qui intéresse fortement des pays tel que la Chine. En ce qui concerne les circuits courts, le marché à conquérir pour nos exploitants agricoles est bien la restauration collective hors domicile. Rien que pour les lycées de Nouvelle-Aquitaine, cela représente plus de 30 millions de repas annuels. Il est donc indispensable que les denrées utilisées pour l’élaboration des plats soient locales. Comment ne pas s’interroger sur le fait que dans la première région d’élevage de France, la viande servie dans les établissements scolaires ou de santé provienne d’autres pays ? C’est pourquoi la Région s’engage fortement aujourd’hui avec la profession dans un travail pour optimiser l’approvisionnement local dans les lycées régionaux. »

 

(La Tribune)

 

 

Croissance France : plus 0,3% au 3e trimestre ? (Banque de France)

Croissance France : plus 0,3% au 3e trimestre  ? (Banque de France)

 

La prévision d’une augmentation de 03 % de la croissance au troisième trimestre par la Banque de France pourrait bien être assez hypothétique. Une croissance qui interviendrait après la stagnation au second trimestre. D’après l’enquête mensuelle de la Banque de France l a croissance de l’économie française devrait rebondir.  Une prévision qui pourrait bien être contredite du fait du recul  de l’industrie manufacturière constatée en juillet. Le secteur manufacturier enregistre en effet en juillet un nouveau recul pour le cinquième mois consécutif d’après ‘indice Markit. De manière mécanique les effectifs sont aussi en retrait. L’indice global du secteur s’est établi à 48,6 le mois dernier, sans changement par rapport à sa première estimation « flash » et en légère hausse par rapport à la marque de 48,3 atteinte en juin. S’il s’agit de son plus haut niveau depuis quatre mois, il se maintient ainsi pour le cinquième mois consécutif sous le seuil de 50 qui distingue croissance et contraction de l’activité. Selon l’institut d’études, quatre des cinq composantes de son indice se sont inscrites en repli le mois dernier – la production, les nouvelles commandes, l’emploi et les stocks d’achats – et seul un nouvel allongement des délais de livraisons a soutenu son évolution. Le sous-indice de la production a enregistré un quatrième mois consécutif de recul, parallèlement à un nouveau repli des nouvelles commandes. Témoin de cette atonie la forte baisse de leur de 10 % des immatriculations automobiles le mois dernier. Pour autant L’enquête de la Banque de France sur le mois de juillet ferait apparaître une hausse de l’indicateur du climat des affaires dans l’industrie par rapport au mois précédent, à 98, mais une baisse d’un point de celui des services à 96. Celui du bâtiment est stable à 97. Dans l’industrie, les chefs d’entreprises interrogés font état d’un redressement de la production dans la plupart des secteurs, à l’exception de l’automobile où elle ralentit. À noter qu’il faudra aussi intégrer les conséquences de la nette baisse des les activités touristiques évaluées par la profession à 10 %. Face aux différentes incertitudes, il se pourrait bien que la consommation se montre peu dynamique dans les mois à venir.

(Avec Reuters)

Croissance Espagne : 3,5% au 3e trimestre

 

Croissance Espagne : 3,5% au 3e trimestre

Après six années de crise, l’Espagne est sortie de récession et affiche actuellement l’un des taux de croissance les plus élevés d’Europe (3.5% sur un an au troisième trimestre) mais le pays compte toujours plus de cinq millions de chômeurs et beaucoup de ceux qui ont retrouvé du travail ont des emplois précaires et mal payés. Luis de Guindos a assuré que plus de deux millions d’emplois seraient créés dans les trois prochaines années si le président du gouvernement Mariano Rajoy est réélu pour un deuxième mandat à l’occasion des élections législatives de décembre. Une instabilité politique ou la remise en cause des réformes lancées par le gouvernement de centre-droit en 2011 constituent les principaux risques pour l’économie, a-t-il affirmé. « La croissance de l’emploi a ralenti ces derniers mois mais les indicateurs laissent prévoir une croissance proche de 3,5% sur un an au troisième trimestre », déclare le ministre dans les colonnes du journal catalan Periodico de Catalunya. « Certains investisseurs attendent le résultat des élections. Si c’est celui qu’ils espèrent, ils mèneront à bien leurs projets car l’Espagne est une économie compétitive. » Il a ajouté que le débat sur une éventuelle indépendance de la Catalogne ne nuisait pas aux investissements internationaux car « personne n’imagine une sécession. » Les investissements directs étrangers en Catalogne se sont élevés à près de deux milliards d’euros au premier trimestre et ils ont été légèrement supérieurs à 6,3 milliards pour l’ensemble de l’Espagne, a-t-il précisé.

Croissance : + 0,3% au 3e trimestre

Croissance : + 0,3% au 3e trimestre

Une bonne surprise, la croissance du troisième trimestre qui progresse de 0.3%. En réalité de 0.2% puisqu’on a revu à la baisse la croissance du second trimestre (-0.1%).Quand même de quoi atteindre au moins 0.4% en 2014, pas le Pérou ! Surtout pour faire diminuer le chômage.  Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin souligne que l’acquis de croissance pour 2014, à savoir le niveau de l’ensemble de l’année si la croissance du dernier trimestre était nulle, se situe à +0,4%, ce qui crédibilise les dernières prévisions du gouvernement. Celui-ci a revu en septembre à 0,4% son scénario pour l’économie française en 2014, contre 1,0% auparavant.  La contribution de la demande intérieure finale à la croissance du trimestre a été positive de 0,2 point et celle de la variation des stocks de 0,3 point. Mais le commerce extérieur y a contribué négativement à hauteur de 0,2 point, du fait d’une progression des importations plus forte que des exportations. Les dépenses de consommation des ménages ont augmenté de 0,2% et celle des administrations publiques ont bondi de 0,8%, notamment les médicaments et les services de santé, indique l’Insee.  Mais l’investissement s’est contracté de 0,6%, un recul dû essentiellement aux administrations publiques (-1,2%) et aux ménages (-1,7%), sur fond de déprime, pour ces derniers, des achats immobiliers. L’investissement des seules entreprises a reculé encore de 0,1% après avoir déjà perdu 0,6% au premier trimestre et 0,5% au second.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol