Archive pour le Tag '25%'

Risque Inondations: 25 % des logements concernés

Risque Inondations: 25 % des logements concernés

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

Inondations: 25 % des logements en zone à risques

Inondations: 25 % des logements en zone à risques

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

25 % des logements en zone inondables

25 % des logements en zone inondables

On découvre subitement une grande partie des habitations presque le quart court le risque d’inondation récurrente. En cause, notamment le réchauffement climatique mais aussi le développement irraisonné des concentrations urbaines où goudron et béton empêchent l’eau de pénétrer.

D’après le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, 17,1 millions d’habitants permanents sont exposés «aux différentes conséquences des inondations par débordement de cours d’eau, dont 16,8 millions en métropole» reprend le Figaro. C’est donc un Français sur 4 qui vit en zone inondable. Notamment à proximité des cours d’eau, c’est-à-dire dans leur lit majeur, dans les fonds de vallée.: «Pour la crue centennale par exemple [crue dont la probabilité d’apparition et de 1 sur 100 chaque année, NDLR] qui est un ordre de grandeur, certaines zones prendront plus d’un mètre d’eau, quand d’autres risquent seulement de recevoir 20 centimètres. Ce ne sont pas du tout les mêmes réalités physiques». Trois critères qui déterminent l’ampleur des crues : hauteur, rapidité et durée. Ainsi, «toutes les zones inondables ne sont pas concernées par les mêmes risques et à la même fréquence».

Logements :Chute de 25 % des demandes de permis de construire

Logements :Chute de 25 % des demandes de permis de construire

Une chute de près de 20 % des mises en chantier et plus inquiétant encore une chute de 25 % des demandes de permis sur un an. La crise du logement continue et s’amplifie

294.700 logements ont été mis en chantier entre décembre 2022 et novembre 2023, soitchute de 19,6% par rapport à l’année précédente. Sur douze mois (entre décembre 2022 et novembre 2023), 372.500 permis de construire ont été accordés. Lors des douze mois précédents, il y en avait 127.300 de plus. La chute dépasse donc 25%. Tous les types de logement sont affectés par cette crise. Les maisons individuelles, qu’elles soient situées en lotissement (- 25,1%) ou en diffus (- 31,7%), aussi bien que les logements collectifs (- 24,8%).

Grève de l’automobile aux États-Unis : projet d’augmentation de 25 % à terme

Grève de l’automobile aux États-Unis : projet d’augmentation de 25 %

Le projet d’accord chez Ford qui pourrait inspirer les autres constructeurs comprend notamment une augmentation de 25% du salaire de base et des indemnités de vie chère.

Après 41 jours de grève, le syndicat l’automobile UAW et le constructeur automobile Ford ont trouvé un «accord de principe» mercredi 25 octobre. Celui-ci comprend notamment une augmentation de 25% du salaire de base et des indemnités de vie chère, a indiqué l’UAW.

Le contrat de principe négocié avec Ford prévoit une augmentation salariale légèrement inférieure aux 40% que Le syndicat demandait quand l’UAW a lancé la grève le 15 septembre, mais elle est nettement supérieure à celle de 9% initialement proposée par Ford en août. «L’accord prévoit une augmentation de 2 % du salaire de base jusqu’en avril 2028», détaille le syndicat dans son communiqué. «Il va se traduire, en tout, par une hausse de plus de 30 % du salaire le plus élevé, soit plus de 40 dollars de l’heure, et une hausse de 68 % du salaire de départ, à plus de 28 dollars de l’heure».

Cours du pétrole : vers les 100 $ et à 94,25 dollars lundi 18 septembre

Cours du pétrole : vers les 100 $ et à 94,25 dollars lundi 18 septembre

La demande de pétrole ne faiblit sont pas tandis que l’offre est volontairement réduite; le prix du pétrole continu de monter et se dirige vers les 100 $ ( 94,25 dollars le baril Le 18 septembre).

De quoi évidemment alimenter l’inflation partout dans le monde et à terme de peser sur la reprise économique.

«Le seuil symbolique des 100 dollars est de nouveau envisagé» pour le Brent, a commenté Sophie Lund-Yates, d’Hargreaves Lansdown, sous l’effet des récentes prévisions de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), qui table sur un déficit de l’offre par rapport à la demande à 3,3 millions de barils par jour.

«Nous restons sceptiques» quant à ce scénario, «car les inquiétudes sur la demande et la conjoncture économique vont empêcher les prix d’aller trop haut», ont fait valoir, dans une note, les analystes de Commerzbank.

Conséquence le prix du litre de carburant va atteindre et dépasser les deux euros.

BCE : Hausse des taux au plus haut depuis 25 ans

BCE : Hausse des taux au plus haut depuis 25 ans


Comme c’était prévisible la banque centrale européenne a bien été contrainte de procéder à un nouveau relèvement des taux pour lutter contre l’inflation qui persiste au-delà des 5 % dans l’union européenne. En raison aussi de la nécessité de suivre la stratégie de la banque fédérale américaine. Et cela pour ne pas affaiblir davantage l’euro

La question se pose évidemment de savoir si cette stratégie de resserrement monétaire va ou non continuer. Difficile de dire tout dépendra de l’évolution de l’inflation et en particulier des prix de l’énergie actuellement encore un très haut niveau.

Concrètement pour les emprunteurs cela se devrait se traduire d’ici la fin d’année par dépôt d’emprunt de l’ordre de 5 %. De quoi peser négativement sur l’ensemble de l’économie en particulier dans l’immobilier. Sans parler évidemment des atteintes au pouvoir d’achat qui se répercutent sur la consommation et la croissance.

Il est trop tôt pour dire si les taux d’intérêt de la Banque centrale européenne ont atteint leur pic, a déclaré jeudi Christine Lagarde, présidente de la BCE, après l’annonce d’une dixième hausse consécutive destinée à combattre l’inflation. «Nous ne pouvons pas dire que nous avons atteint le pic», a déclaré Christine Lagarde à la presse.
La BCE a choisi de maintenir le cap, quatorze mois après avoir lancé le cycle de relèvement des taux le plus rapide et ample de son histoire, de 4,50 points de pourcentage à ce jour. Une décision qu’elle justifie en affirmant que «si l’inflation continue de ralentir, elle devrait toujours rester trop forte pendant une trop longue période». La BCE a d’ailleurs relevé jeudi ses prévisions d’inflation pour les années 2023 et 2024, en raison de l’impact des prix de l’énergie.

Les nouvelles projections macroéconomiques de l’institution monétaire prévoient une hausse des prix de 5,6% en 2023, puis 3,2% en 2024 et 2,1% en 2025, se rapprochant de l’objectif à moyen terme de 2,0%.

Des médecins impose des consultations à 30 € au lieu de 25

Des médecins impose des consultations à 30 € au lieu de 25


Des médecins généralistes Du secteur 1 ont passé leur tarif de consultation à 30 euros et parfois plus en raison de l’insuffisance du tarif fixé par la sécurité sociale

Une manière de protester contre l’augmentation de 1,50 euro, proposée par l’Assurance maladie en avril dernier et faisant passer la consultation à 26,50 euros, à l’automne prochain.

Un médecin généraliste gagne entre 4 297 € bruts et 17 072 € bruts par mois en France, soit un salaire moyen de 10 684 € bruts par mois, avant paiement des charges et impôts qui représentent environ 60% des revenus des professions libérales.

Grande distribution : E.Leclerc détient 25 % du marché

Grande distribution : E.Leclerc détient 25 % du marché

En parts de marché, E.Leclerc serait plus que jamais l’enseigne préférée des Français. Près d’un quart des achats de produits de grande consommation se ferait en effet dans un magasin du groupe.

Sur la période mi-avril/mi-mai, E.Leclerc obtient 23,9% des parts du marché, selon Kantar. Avec une augmentation de +1,1 point, le groupe creuse l’écart avec son poursuivant, Carrefour. L’attractivité de ce dernier reste néanmoins stable, le groupement captant toujours 18,8 % des achats de produit de grande consommation. La troisième marche est occupée par Les Mousquetaires et ses 16,4% de parts du marché. Viennent ensuite Système U (11,6%), Auchan Retail (8,3%), Lidl (8,2%) et Casino (6,1%).

En période d’inflation, les discounters attirent également davantage de clients. Lidl enregistre une hausse du même acabit, avec +0,5 pt. Aldi observe une progression encourageante, avec 0,2 point en plus.

Chute de 25,3% des prêts personnels

Chute de 25,3% des prêts personnels


En raison notamment de l’explosion de l’inflation et des taux d’intérêt, les prêts personnels, crédits à la consommation non affectés à un bien en particulier, ont chuté au premier trimestre de 25,3% sur un an, a annoncé lundi l’Association française des Sociétés Financières (ASF).

Avec près de 95 milliards d’euros d’encours à fin décembre, les prêts personnels représentent quasiment la moitié des encours du crédit à la consommation, selon la Banque de France. Les crédits affectés à l’amélioration de l’habitat et aux biens d’équipement du foyer se sont quant à eux maintenus sur le trimestre (+3,9%) et les crédits renouvelables ont bénéficié de circonstances favorables. (+11,1%). Ce volume de production ne dit en revanche rien sur la qualité des emprunteurs.

Qualifiant la conjoncture actuelle de «défavorable», l’ASF faisait remarquer dans un document paru en début de mois que la qualité de la demande des crédits à la consommation poursuivait son effritement avec des «premiers impayés (qui) augmentent légèrement».

Covid France 2 mars 2023 : 4525 cas supplémentaires en 24 heures et 25 morts

Covid France 2 mars 2023 : 4525 cas supplémentaires en 24 heures et 25 morts

On enregistre mercredi 1 mars 2023 : 4525 cas supplémentaires en 24 heures et 25 morts soient au total 164 988 morts.
Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.584 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 135.404 (+25 depuis le dernier bilan).
Le taux de reproductivité R est de 1,04 le taux d’incidence à 38,27 et la tension hospitalière à 14,2 %.
La France compte actuellement 12.787 (-71) personnes hospitalisées et 718 (-4) malades en réanimation.
Bilan des régions :
• Ile-de-France : 4.195 (+34) hospitalisées, 299 (+11) en réanimation et +5 décès en 24h
• Grand Est : 1.163 (+4) hospitalisés, 57 (-3) en réanimation et +8 décès en 24h
• Hauts de France : 1.269 (-7) hospitalisés, 54 (+2) en réanimation et +1 décès en 24h
• Auvergne Rhône Alpes : 983 (-4) hospitalisés, 63 (+1) en réanimation et +3 décès en 24h
• Provence-Alpes Côte d’Azur : 856 (-89) hospitalisé, 50 (-3) en réanimation et +1 décès en 24h
• Bretagne: 282 (-7) hospitalisés, 9 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
• Normandie : 791 (+8) hospitalisés, 23 (0) en réanimation et 0 décès en 24h
• Nouvelle-Aquitaine : 1.082 (-7) hospitalisés, 70 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
• Pays de la Loire : 145 (-1) hospitalisés, 7 (-1) en réanimation et +1 décès en 24h
• Occitanie: 766 (-3) hospitalisés, , 41 (-4) en réanimation et +1 décès en 24h
• Centre-Val de Loire : 566 (-2) hospitalisés, 21 (-2) en réanimation et +2 décès en 24h
• Bourgogne-Franche-Comté : 407 (0) hospitalisés, 18 (-3) en réanimation et 0 décès en 24h

Achats alimentaires: hausse des prix de 25% sur deux ans

Achats alimentaires: hausse des prix de 25% sur deux ans

Les prix ont déjà augmenté très fortement depuis un an mais ils devraient exploser à partir de mars du fait des nouveaux contrats entre la grande distribution et les fournisseurs. En effet les hausses des fournisseurs peuvent aller jusqu’à des 50 %, en général elle dépasse les 20 % en moyenne.

En janvier 2023, les prix des produits alimentaires ont accusé une hausse de 13,85%, selon la société d’analyse IRI. Et surtout cela va continuer. Il faudra encore ajouter 10 % d’augmentation en moyenne à partir de mars. En clair les achats alimentaires auront augmenté de 25 % sur deux ans.

Compte tenu de la flambée très significative de l’alimentaire chiffrée à 12 % sur un an, on a déjà assisté à un transfert des dépenses contraintes vers les dépenses ajustables comme l’alimentation.

Après la crise du Covid-19 qui a renforcé les achats en ligne, l’inflation vient à son tour modifier les habitudes de consommation des Français. C’est ce qui transparaît du baromètre Digital Payments publié mercredi 1er février par le deuxième plus gros groupe bancaire de France, BPCE, qui rassemble la Caisse d’Épargne, la Banque Populaire, la Banque Palatine et le groupe Natixis. L’étude, qui se base sur 20 millions de cartes bancaires pour analyser les achats de leurs détenteurs, met en évidence le fait que « les Français cherchent à optimiser leur budget » et font des choix sur leurs dépenses, résume Myriam Dassa, directrice du Baromètre . En moyenne les dépenses alimentaires des Français ont diminué de 10 % sur un an.

Avec une inflation moyenne de 5,2% en 2022, dont des pics à 6,2% sur un an en novembre et octobre, l’année de la reprise de l’économie a aussi été celle de la baisse du pouvoir d’achat pour les Français.

Consommation-Produits alimentaires: hausse des prix de 25% sur deux ans

Consommation-Produits alimentaires: hausse des prix de 25% sur deux ans

Les prix ont déjà augmenté très fortement depuis un an mais ils devraient exploser à partir de mars du fait des nouveaux contrats entre la grande distribution et les fournisseurs. En effet les hausses des fournisseurs peuvent aller jusqu’à des 50 %, en général elle dépasse les 20 % en moyenne.

En janvier 2023, les prix des produits alimentaires ont accusé une hausse de 13,85%, selon la société d’analyse IRI. Et surtout cela va continuer. Il faudra encore ajouter 10 % d’augmentation en moyenne à partir de mars. En clair les achats alimentaires auront augmenté de 25 % sur deux ans.

Compte tenu de la flambée très significative de l’alimentaire chiffrée à 12 % sur un an, on a déjà assisté à un transfert des dépenses contraintes vers les dépenses ajustables comme l’alimentation.

Après la crise du Covid-19 qui a renforcé les achats en ligne, l’inflation vient à son tour modifier les habitudes de consommation des Français. C’est ce qui transparaît du baromètre Digital Payments publié mercredi 1er février par le deuxième plus gros groupe bancaire de France, BPCE, qui rassemble la Caisse d’Épargne, la Banque Populaire, la Banque Palatine et le groupe Natixis. L’étude, qui se base sur 20 millions de cartes bancaires pour analyser les achats de leurs détenteurs, met en évidence le fait que « les Français cherchent à optimiser leur budget » et font des choix sur leurs dépenses, résume Myriam Dassa, directrice du Baromètre . En moyenne les dépenses alimentaires des Français ont diminué de 10 % sur un an.

Avec une inflation moyenne de 5,2% en 2022, dont des pics à 6,2% sur un an en novembre et octobre, l’année de la reprise de l’économie a aussi été celle de la baisse du pouvoir d’achat pour les Français.

Produits alimentaires: hausse des prix 25% sur deux ans

Produits alimentaires: hausse des prix 25% sur deux ans

Les prix ont déjà augmenté très fortement depuis un an mais ils devraient exploser à partir de mars du fait des nouveaux contrats entre la grande distribution et les fournisseurs. En effet les hausses des fournisseurs peuvent aller jusqu’à des 50 %, en général elle dépasse les 20 % en moyenne.

En janvier 2023, les prix des produits alimentaires ont accusé une hausse de 13,85%, selon la société d’analyse IRI. Et surtout cela va continuer. Il faudra encore ajouter 10 % d’augmentation en moyenne à partir de mars. En clair les achats alimentaires auront augmenté de 25 % sur deux ans.

Compte tenu de la flambée très significative de l’alimentaire chiffrée à 12 % sur un an, on a déjà assisté à un transfert des dépenses contraintes vers les dépenses ajustables comme l’alimentation.

Après la crise du Covid-19 qui a renforcé les achats en ligne, l’inflation vient à son tour modifier les habitudes de consommation des Français. C’est ce qui transparaît du baromètre Digital Payments publié mercredi 1er février par le deuxième plus gros groupe bancaire de France, BPCE, qui rassemble la Caisse d’Épargne, la Banque Populaire, la Banque Palatine et le groupe Natixis. L’étude, qui se base sur 20 millions de cartes bancaires pour analyser les achats de leurs détenteurs, met en évidence le fait que « les Français cherchent à optimiser leur budget » et font des choix sur leurs dépenses, résume Myriam Dassa, directrice du Baromètre . En moyenne les dépenses alimentaires des Français ont diminué de 10 % sur un an.

Avec une inflation moyenne de 5,2% en 2022, dont des pics à 6,2% sur un an en novembre et octobre, l’année de la reprise de l’économie a aussi été celle de la baisse du pouvoir d’achat pour les Français.

Achats alimentaires: : hausse de 25% sur deux ans

Achats alimentaires: : hause de 25% sur deux ans

Les prix ont déjà augmenté très fortement depuis un an mais ils devraient exploser à partir de mars du fait des nouveaux contrats entre la grande distribution et les fournisseurs. En effet les hausses des fournisseurs peuvent aller jusqu’à des 50 %, en général elle dépasse les 20 % en moyenne.

En janvier 2023, les prix des produits alimentaires ont accusé une hausse de 13,85%, selon la société d’analyse IRI. Et surtout cela va continuer. Il faudra encore ajouter 10 % d’augmentation en moyenne à partir de mars. En clair les achats alimentaires auront augmenté de 25 % sur deux ans.

Compte tenu de la flambée très significative de l’alimentaire chiffrée à 12 % sur un an, on a déjà assisté à un transfert des dépenses contraintes vers les dépenses ajustables comme l’alimentation.

Après la crise du Covid-19 qui a renforcé les achats en ligne, l’inflation vient à son tour modifier les habitudes de consommation des Français. C’est ce qui transparaît du baromètre Digital Payments publié mercredi 1er février par le deuxième plus gros groupe bancaire de France, BPCE, qui rassemble la Caisse d’Épargne, la Banque Populaire, la Banque Palatine et le groupe Natixis. L’étude, qui se base sur 20 millions de cartes bancaires pour analyser les achats de leurs détenteurs, met en évidence le fait que « les Français cherchent à optimiser leur budget » et font des choix sur leurs dépenses, résume Myriam Dassa, directrice du Baromètre . En moyenne les dépenses alimentaires des Français ont diminué de 10 % sur un an.

Avec une inflation moyenne de 5,2% en 2022, dont des pics à 6,2% sur un an en novembre et octobre, l’année de la reprise de l’économie a aussi été celle de la baisse du pouvoir d’achat pour les Français.

12345...7



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol