Archive pour le Tag '2 %'

Contenir l’inflation autour de 2% : un vœu pieux

Contenir l’inflation autour de 2% : un vœu pieux

la BCE et la banque de France auraient pour objectif de contenir l’inflation autour de 2 %. Un vœu pieux dans la mesure où l’inflation a déjà marqué de façon considérable la conjoncture économique avec une hausse en moyenne des prix à la consommation de 5 %. Une hausse de 2021 qui va évidemment peser sur 2022. La prévision d’ailleurs très théorique est une inflation à 2,6 % supplémentaires pour 2022 .

La hausse des prix à la consommation a atteint 5% sur un an au mois de décembre dans la zone euro, son niveau le plus élevé depuis 25 ans, donc depuis le lancement de la monnaie unique. En France, cette hausse n’a atteint que 2,8% sur un an en décembre, comme en novembre, ce qui est le taux le plus élevé depuis 2008. Une sorte de miracle cependant que personne n’explique et qui est surtout due à un biais méthodologique de l’indice INSEE devenu obsolète avec la modification structurelle de la consommation en France et la sous-estimation de certaines dépenses ( logement, et dépenses contraintes notamment).

Cet objectif très théorique de contenir l’inflation autour de 2 % vise évidemment à influencer la réévaluation des revenus du travail et de l’épargne. Pour la BCE comme pour la banque de France, il s’agit de convaincre que l’inflation ne s’est envolée que de manière assez transitoire et qu’il n’est donc pas nécessaire de réajuster le pouvoir d’achat.

Présidentielle 2022 : l’union de la gauche de Taubira à 2,5 % !

Présidentielle 2022 :  l’union de la gauche de Taubira à 2,5 % ! 

 

 

Christiane Taubira vient de déclarer qu’elle réfléchit sérieusement au maintien de sa candidature comme candidat de l’union de la gauche. Il y a effectivement matière à réflexion car le dernier sondage  Ifop-Fiducial pour Le Figaro et LCI place Christiane Taubira en queue de peloton avec 2,5 %.

 

De quoi évidemment discréditer définitivement le concept d’union de la gauche qui déjà n’avait pas beaucoup de sens avant l’intervention de Taubira et qui se trouve complètement démonétisé avec son incarnation par une personnalité qui réunit sur elle toutes les contradictions de la gauche notamment l’élitisme coupé des réalités socio-économiques et cependant la radicalité notamment sociétale dans le discours.

 

Dans le sondage évoqué, le président de la République devance très largement Marine Le Pen (16%) et Valérie Pécresse (16%). Toutes deux en recul de -1 point, la candidate LR et son adversaire RN se disputent virtuellement la place qualificative pour le second tour.

Jean-Luc Mélenchon est à à 8,5%. , l’écologiste Yannick Jadot est donné à 7%, contre 3,5% seulement pour la socialiste Anne Hidalgo, et à peine 2,5% pour Christiane Taubira lorsqu’elle est testée. Le souverainiste Arnaud Montebourg s’effondre enfin à 1%, soit autant que Jean Lassalle et Philippe Poutou.

Revenus : inflation + 2,8 % mais salaires et pensions plus 1 %

Revenus : inflation + 2,8 % mais salaires et pensions plus 1 %

 

Compte tenu de l’inflation, le salaire minimum va bénéficier d’une revalorisation automatique de 0,9% au début de l’année 2022. Le montant du Smic horaire brut va s’établir à 10,57 euros, soit 1603 euros mensuels sur une base de 35 heures.

Le salaire minimum avait déjà augmenté de 2,2% en octobre 2021, en réaction à l’augmentation de l’indice des prix.

Les pensions de retraite du régime général vont être revalorisées à hauteur de 1,1%.

Notons que pour l’épargne, on envisage éventuellement une augmentation du taux de rémunération du livret à de 0,75 %. !

Pas étonnant que dans les sondages  la première préoccupation 2022 et des élections présidentielles la question du pouvoir d’achat apparaisse sujet numéro un.

 

Le problème évidemment l’inflation, elle, va atteindre plus de, 8 % sur un an. Bref les revenus vont perdre presque 2 % de pouvoir d’achat. Par ailleurs il n’est pas prévu que cette hausse des prix diminue avant la fin 2022 . Il n’est même pas certain du tout qu’elle diminue car la pandémie pourrait accroître les difficultés du processus de production et de distribution.

Covid France 2 janvier 2022 : encore plus de 200 000 contaminés

Covid France 2 janvier 2022 : encore plus de 200 000 contaminés

 

Toujours un niveau de crise exceptionnelle en France avec pour le 1er janvier  219.126 nouveaux cas officiels de Covid-19 en 24 heures. Le nombre d’hospitalisations liées au Covid-19 a également progressé ces dernières 24 heures, avec 18.811 patients au total selon les chiffres publiés samedi par Santé publique France. Parmi eux, 3560 patients sont en soins intensifs. En 24 heures, 111 personnes ont succombé au virus, portant le bilan total à 123.851 décès depuis le début de l’épidémie.

COVID France 2 déc 2021: 48 416 cas en 24 heures

COVID France 2 déc 2021: 48 416 cas en 24 heures

 

jeudi 2 décembre 2021, 119.330 morts au total et +48.416 nouveaux cas confirmés en 24h.

 En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 7.773.530 cas confirmés soit +48.416 en 24h.

On recense ce jeudi 2 décembre 2021 : 119.330 morts au total,+103 morts supplémentaires. Le nombre de décès en EHPAD et EMS fait état de 26.935 (0) décès au total. Le nombre total de décès en milieu hospitalier est lui de 92.395 (+103 en 24h).

Le taux de reproductivité R est de 1,55 le taux d’incidence à 342,76 et la tension hospitalière à 38,2 %. Le taux de positivité est à 6,8 %.

La France compte actuellement 10.790 (+232) personnes hospitalisées et 1.934 (+48) malades en réanimation.

 

 

Annonces Gouvernement : Un nouveau plan de 2 milliards chaque semaine

Gouvernement : Un nouveau plan de 2 milliards chaque semaine

 

Dernière annonce en date, celle du Premier ministre qui ne veut sans doute pas être en reste par rapport au président de la république. Ce n’est pas le dernier sans doute . Le dernier  annoncé par le gouvernement concerne le développement du tourisme. Le président de la république lui-même la semaine dernière a annoncé un plan de 2 milliards pour l’hydrogène. Un plan qui s’ajoute évidemment au plan santé, au plan nucléaire, au plan industrie, au plan formation et aux multiples autres plans qui affectent les domaines sociaux, économiques ou sociétaux. Un plan aussi pour les abeilles  ( Comme s’il était possible de les distinguer d’autres insectes également utiles !). 

 

En réalité, il s’agit moins de plans que de promesses électorales puisque ces orientations doivent largement enjamber l’élection présidentielle de 2022 et donc être concrétisées dans les futurs budgets. Naîtront vraisemblablement de nombreux autres plans : pour les pêcheurs à la ligne, pour les cueilleurs de champignons, pour les chasseurs, pour les joueurs de bilboquet ou encore pour les collectionneurs de timbres.

 

À raison d’un ou deux plans par semaine, le gouvernement pourra annoncer une cinquantaine de plans d’ici les présidentielles

Gouvernement : Un nouveau plan de 2 milliards chaque semaine

Gouvernement : Un nouveau plan de 2 milliards chaque semaine

Dernière annonce en date, celle du Premier ministre qui ne veut sans doute pas être en reste par rapport au président de la république. Ce n’est pas le dernier sans doute . Le dernier plan annoncé par le gouvernement concerne le développement du tourisme. Le président de la république lui-même la semaine dernière a annoncé un plan de 2 milliards pour l’hydrogène. Un plan qui s’ajoute évidemment au plan santé, au plan nucléaire, au plan industrie, au plan formation et aux multiples autres plans qui affectent les domaines sociaux, économiques ou sociétaux.

En réalité il s’agit moins de plans que de promesses électorales puisque ces orientations doivent largement enjamber l’élection présidentielle de 2022 et donc être concrétisées dans les futurs budgets. Virage vraisemblablement de nombreux autres plans : pour les pêcheurs à la ligne, pour les cueilleurs de champignons, pour les chasseurs, pour les joueurs de bilboquet ou encore pour les collectionneurs de timbres.

Hausse de l’inflation : plus 2,6 % en octobre

Hausse de l’inflation : plus 2,6 % en octobre 

l’Insee a confirmé mardi la hausse  des prix à la consommation en hausse de 2,6% sur un an au mois d’octobre dans l’Hexagone. Avec les problèmes d’approvisionnement, le spectre de l’inflation, capable de faire reculer le pouvoir d’achat et la croissance – tous deux nécessaires pour financer les plans de relance et l’Etat -, pourrait planer jusqu’à la fin 2022, a récemment concédé le ministre de l’Economie Bruno Le Maire.

Sur un mois, l’inflation atteint 0,4%, après -0,2% en septembre (+2,2%), confirme encore l’Insee. La hausse a été une nouvelle fois tirée par les prix de l’énergie. « Cette hausse de l’inflation résulte d’une accélération des prix de l’énergie (+20,2% après +14,9% en septembre) et des services (+1,8% après +1,4%)« , détaille l’Institut national de la statistique dans un communiqué.

Cette hausse persistante des prix n’inquiète pas davantage pour l’instant la Bourse de Paris et les places européennes. Mardi matin, le CAC 40 évoluait en hausse de 0,22%, désormais bien au-delà de son pallier record des 7.000 points (7.144 points).

En Allemagne, le taux de l’inflation se rapproche des 5% sur un an, un niveau inédit depuis 30 ans. Du coup la presse populaire tire à boulets rouges sur la Banque centrale européenne (BCE), dont la politique des taux maintenus au plus bas.

En Espagne, elle a aussi atteint 5,4% en octobre, selon l’Institut national de la statistique (INE).

En Russie, où l’inflation a atteint 8,1% sur un an, est qualifiée de « désastre » car elle appauvrit la population, a noté lundi la présidente de la Banque centrale, Elvira Nabioullina.  »Une inflation élevée détruit vraiment la prospérité. Et quand on nous dit que (…) l’essentiel est de maintenir le taux d’intérêt bas pour que le crédit augmente partout, nous ne pouvons pas être d’accord avec cela », a-t-elle dit devant le législateur.

 

Sondage Présidentielle 2022 : le Parti animaliste ….. à 2%

Sondage Présidentielle 2022 : le Parti animaliste ….. à 2%

 

Décidément la démocratie dérape sérieusement en France ou le parti Animaliste obtiendrait 2 % des voix. Certes la cause animale mérite d’être défendue; pour autant; cette défense ne saurait qualifier les responsables d’associations de partis Animalistes pour gérer les intérêts du pays.

À ce compte chaque organisation, de boulistes, de collectionneurs de timbres ou de pêcheurs à la ligne  pourraient sur cette base lobbyste présenter un candidat. On pourrait ainsi obtenir un chiffre de plusieurs centaines de candidats à la candidature, plus fantaisistes les uns que les autres.

On objectera qu’il y a un filtre puisque les candidats doivent obtenir la signature de maires. Mais ce n’est pas forcément un obstacle infranchissable si l’on considère qu’il y a au moins 30 000 communes en France.

Officiellement aujourd’hui on compte 50 intentions de personnalités souhaitant se présenter. Une spécificité très française qui ne grandit pas la démocratie. D’une certaine manière ,il est plus facile de se présenter à la magistrature suprême en France que d’être élu dans une petite commune ou élus du personnel dans une entreprise.

Pour nombre de candidats, c’est évidemment l’occasion de satisfaire un ego surdimensionné voire de se faire un peu de pub.

De toute évidence il manque un filtre de candidats qui devraient pour le moins présenter un bilan de compétences sur des chambres d’intérêts généraux et  prouver un minimum de représentativité.

Google: amende européenne de 2,4 milliards d’euros ?

Google: amende européenne de 2,4 milliards d’euros ?

Une amende de 2,4 milliards d’euros infligée à Google par Bruxelles pour abus de position dominante sur le marché des comparateurs de prix. L’arrêt du tribunal de l’UE basé à Luxembourg est attendu à 11 heures (10H00 GMT). Il pourrait annuler, valider ou bien réduire le montant de l’amende infligée par la Commission européenne en juin 2017, qui avait constitué à l’époque un montant record, dépassé depuis. L’exécutif européen et Google pourront encore se pourvoir devant l’instance supérieure, la cour de justice de l’UE, si le jugement de première instance ne leur donne pas satisfaction.

Une amende qui va s’ajouter à d’autres. En effet au total, la Commission réclame au groupe de Mountain View (Californie) quelque 8,2 milliards d’euros, en additionnant  trois procédures toujours relatives au non-respect des règles de concurrence, ce qui en fait l’une des firmes les plus lourdement sanctionnées par Margrethe Vestager. Constatant la lenteur des enquêtes et des recours judiciaires qui les rend inefficaces, l’UE est en train d’élaborer une nouvelle législation pour enfin mettre au pas les géants du numérique. Bruxelles a présenté en décembre 2020 un projet de réglementation (DSA/DMA) qui prévoit des obligations et interdictions assorties de sanctions dissuasives. Le texte est actuellement examiné par le Parlement européen et les États membres.

Hollande à 2 % ! Pas de matières grasses, chez les électeurs !

Hollande à 2 % ! Pas de matières grasses, chez les électeurs ! 

Hollande qui distribue actuellement à l’occasion de son dernier ouvrage les bons points et surtout Les coups de pied au cul de la majorité comme de l’opposition . Hollande ne recueille pourtant pas vraiment l’adhésion d’un grand nombre de Français. Un sondage le  mesure en effet à 2 %, d’après un sondage non publié. . Il ne s’agit pas de matières grasses car là il doit dépasser nettement ce chiffre tellement il a tendance à s’empâter depuis qu’il a quitté l’Élysée. Non, il s’agit de sondages électoraux qui la mettent encore plus bas qu’Anne Hidalgo qui évolue entre 3 et 4 %.

Le pire évidemment ce que François Hollande continu de donner des conseils voir des leçons sur la manière de gérer la politique.

 

 

Climat: Vers une catastrophe avec +2,7°C ( ONU)

Climat: Vers une catastrophe avec +2,7°C  ( ONU)

l’Accord de Paris prévoyait rester sous le seuil fatidique des +2°C, si possible 1,5°C, d’ici à 2050 par rapport à l’ère pré-industrielle mais d’après l’ONU les engagements réels des Etats restent largement insuffisants. Résultat : le monde se dirige peu à peu vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7 °C, avertit l’ONU dans un rapport publié le 17 septembre.

.Pour cause, en prenant en compte l’ensemble des contributions nationales des Etats (c’est-à-dire leur stratégie pour atteindre les ambitions de préservation du climat), les émissions de gaz à effet de serre devraient augmenter de 16% en 2030 par rapport à 2010. Il faudrait pourtant les réduire de 40% d’ici à 2030 pour rester sous les +1,5°C, et de 25% pour se maintenir sous les +2°C, fait valoir l’organisation internationale. Sinon c’est une véritable catastrophe climatique qui va se produire.

Climat :Vers une catastrophe avec +2,7°C ( ONU)

Climat :Vers une catastrophe avec +2,7°C  ( ONU)

l’Accord de Paris prévoyait rester sous le seuil fatidique des +2°C, si possible 1,5°C, d’ici à 2050 par rapport à l’ère pré-industrielle mais d’après l’ONU les engagements réels des Etats restent largement insuffisants. Résultat : le monde se dirige peu à peu vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7 °C, avertit l’ONU dans un rapport publié le 17 septembre.

Pour cause, en prenant en compte l’ensemble des contributions nationales des Etats (c’est-à-dire leur stratégie pour atteindre les ambitions de préservation du climat), les émissions de gaz à effet de serre devraient augmenter de 16% en 2030 par rapport à 2010. Il faudrait pourtant les réduire de 40% d’ici à 2030 pour rester sous les +1,5°C, et de 25% pour se maintenir sous les +2°C, fait valoir l’organisation internationale. Sinon c’est une véritable catastrophe climatique qui va se produire.

Coïncidence sans doute, et les pays qui s’étaient engagés à réactualiser leur plan contre le réchauffement climatique sortent seulement maintenant leurs objectifs futurs mais de plus en plus éloignés.

La Chine a présenté le 22 septembre un plan visant à atteindre la neutralité carbone, autrement dit à absorber autant de carbone qu’elle en émet, en 2060. Pour le pays responsable de 28% des émissions globales des gaz à effet de serre et qui pèse pour plus de 54% de la consommation mondiale de charbon, c’est un très grand bond en avant! Le 13 octobre, la Russie, deuxième productrice de pétrole de la planète, lui a emboîté le pas, suivie le 23 octobre par l’Arabie saoudite, troisième pays producteur.

En avril, les États-Unis, premiers au classement à cause du gaz de schiste et deuxièmes plus grands pollueurs du monde (14,5% des émissions de CO2), avaient pris eux aussi l’engagement de parvenir à la neutralité carbone.

Inflation : plus de 2 % sur un an

l’inflation : plus de 2 % sur un an

 L’indice des prix à la consommation a augmenté de 2,2% sur un an selon les derniers chiffres dévoilés par l’Insee ce vendredi matin, soit 0,1 point de plus que lors de la précédente estimation. Il s’agit d’un record depuis novembre 2018.

 

De son côté, la Banque de France fait comme beaucoup d’experts le pari d’une « hausse temporaire ». Cela pour refroidir les velléités revendicatives des salariés mais aussi des épargnants ( la Banque de France lutte contre le relèvement du taux des livrets d’épargne) « C’est un coup de vent plutôt qu’une rafale. L’inflation en France est prévue à 2,3% contre 3,4% en zone euro. Parmi les facteurs temporaires, il y a un effet de base important. L’inflation avait nettement baissé en 2020 au même moment. Le deuxième effet est la sortie de crise Covid et de la réouverture des économies », a rappelé l’économiste Olivier Garnier de la banque centrale lors d’un récent point presse.

Le problème c’est d’une part que cette différence d’inflation entre la France et la zone euro paraît pour le moins suspecte. Cela témoigne l’évidence du caractère obsolète de l’indice des prix à la consommation de l’INSEE. Un indice qui ne tient pas compte de la modification de la structure de consommation depuis la crise sanitaire. En France, une part de plus en plus importante des dépenses est consacrée aux charges contraintes. Le plus curieux dans cette différence d’inflation entre la France et la zone euro c’est que la France importe la majorité de ses produits de l’étranger du fait du déséquilibre chronique de la balance commerciale. Des hausses sur des produits étrangers qui se font sentir en zone euro mais pas en France, en tout cas pas totalement.

L’examen plus détaillé de l’indice des prix à la consommation montre sans surprise que la flambée des prix de l’énergie contribue grandement à la hausse générale de l’indicateur. « Sur un an, la hausse des prix de l’énergie accélère en septembre (+14,9% après +12,7%). La hausse des prix du gaz naturel et de ville se poursuit sur un an (+38,8% après +31,2%). Les prix des produits pétroliers gonflent (+19,6% après +16,9%) en lien avec ceux du gazole (+19,3% après +15,3%) », indiquent les statisticiens.

La réouverture de l’économie mondiale depuis le début de l’année a entraîné des frictions importantes entre l’offre et la demande partout sur la planète. « Les prix de l’énergie continuent d’augmenter et continuent de peser sur l’inflation. Cette hausse est visible partout en Europe. C’est une hausse qui va se poursuivre dans les prochains mois notamment en raison de l’hiver. L’impact de la hausse des prix sur les marchés de l’énergie va se poursuivre. On estime qu’il faudra attendre le troisième trimestre 2022 pour observer une contribution négative des prix de l’énergie sur l’inflation » ajoute Charlotte de Montpellier. Toute la question est de savoir si les prix énergétiques vont se maintenir à un niveau élevé à plus long terme. Sur ce point, le changement climatique et la raréfaction de certaines ressources pourraient pousser les prix à la hausse. A l’heure actuelle, la pandémie continue de brouiller les grilles de lecture de l’inflation chez beaucoup d’économistes. L’indice des prix à la consommation construit à partir d’un panier moyen ne s’est pas révélé toujours adapté à la mesure de variation des prix pendant les périodes de confinement.

2 millions de Chinois payés pour intoxiquer le monde via Internet

2 millions de Chinois payés pour intoxiquer le monde via Internet

 

l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem) dévoile la stratégie que Pékin met en œuvre pour étendre ses réseaux et pousser ses pions. ( l’Opinion, extrait)

Tous les moyens sont bons pour la Chine pour renforcer son influence. Il y a bien sûr le plus évident : les diasporas, diplomates, universités, la culture (le cinéma notamment), les think tanks.

Mais Pékin a d’autres atouts, comme « l’armée des 50 cents ». Du nom d’individus anonymes payés pour propager des informations. D’après le travail de l’Irsem, deux millions de Chinois seraient payés à temps plein pour effectuer ce travail de propagande insidieuse. Le PCC ne s’arrête pas là, enrôlant à temps partiel, à la demande, près de 20 millions de concitoyens pour ses tactiques sur les réseaux sociaux. Créant ainsi de faux mouvements d’opinion. Des « fermes de contenus » ont même été mises en place en Malaisie.

2 millions de Chinois payés pour intoxiquer- via Internet- le monde

2 millions de Chinois payés pour intoxiquer via Internet le monde

 

l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (Irsem) dévoile la stratégie que Pékin met en œuvre pour étendre ses réseaux et pousser ses pions. ( l’Opinion, extrait)

Tous les moyens sont bons pour la Chine pour renforcer son influence. Il y a bien sûr le plus évident : les diasporas, diplomates, universités, la culture (le cinéma notamment), les think tanks.

Mais Pékin a d’autres atouts, comme « l’armée des 50 cents ». Du nom d’individus anonymes payés pour propager des informations. D’après le travail de l’Irsem, deux millions de Chinois seraient payés à temps plein pour effectuer ce travail de propagande insidieuse. Le PCC ne s’arrête pas là, enrôlant à temps partiel, à la demande, près de 20 millions de concitoyens pour ses tactiques sur les réseaux sociaux. Créant ainsi de faux mouvements d’opinion. Des « fermes de contenus » ont même été mises en place en Malaisie.

Vers une catastrophe climatique avec +2,7°C ( ONU)

Vers une catastrophe climatique avec +2,7°C  ( ONU)

l’Accord de Paris prévoyait rester sous le seuil fatidique des +2°C, si possible 1,5°C, d’ici à 2050 par rapport à l’ère pré-industrielle mais d’après l’ONU les engagements réels des Etats restent largement insuffisants. Résultat : le monde se dirige peu à peu vers un réchauffement « catastrophique » de +2,7 °C, avertit l’ONU dans un rapport publié le 17 septembre.

.Pour cause, en prenant en compte l’ensemble des contributions nationales des Etats (c’est-à-dire leur stratégie pour atteindre les ambitions de préservation du climat), les émissions de gaz à effet de serre devraient augmenter de 16% en 2030 par rapport à 2010. Il faudrait pourtant les réduire de 40% d’ici à 2030 pour rester sous les +1,5°C, et de 25% pour se maintenir sous les +2°C, fait valoir l’organisation internationale. Sinon c’est une véritable catastrophe climatique qui va se produire.

Hausse SMIC: 2 %….. ou rien du tout

Hausse SMIC: 2 %….. ou rien du tout

Au 1er octobre, il y aura peut-être une augmentation du SMIC ou rien du tout si l’indice des prix est inférieur à 2 %. Pour une hausse automatique du SMIC, ll faut  que l’indice des prix à la consommation dépasse d’au moins 2 % celui pris en compte lors du dernier établissement du salaire minimum, c’est-à-dire l’indice de novembre 2020 qui a servi lors de la dernière revalorisation annuelle du 1er janvier 2021 .Auquel cas le SMIC horaire brut mensuel augmentera d’autant, soit 31 euros de plus a minima, pour le porter à un peu moins de 1.586 euros bruts (sur la base de 35 heures) . Actuellement le SMIC est de  1231 € nets., Soit une augmentation de l’ordre de 25 € nets). Rien n’est sûr car l’augmentation des prix à la consommation est actuellement de 1,9 % ( mais sur un indice largement obsolète).

Croissance Zone euro : hausse de 2% au second trimestre

Croissance Zone euro : hausse de 2% au second trimestre

Le produit intérieur brut PIB de la zone euro a augmenté de 2% au cours du deuxième trimestre. A l’échelle de l’Union européenne, l’activité a accéléré de 1,9% sur la même période. Entre janvier et mars, la croissance avait reculé de 0,3% en zone euro et 0,1% dans l’UE à 27.

« Ce n’est pas une surprise. Il n’y pas eu de révision de croissance trimestrielle de la part d’Eurostat. C’est un bon signe. Le deuxième trimestre n’avait pas très bien commencé. Il y avait encore des confinements. Au premier trimestre, il y avait encore quelques pays avec des confinements très stricts en Allemagne et aux Pays Bas par exemple. L’activité économique a repris assez rapidement. La demande est revenue rapidement. C’est une bonne performance pour la zone euro. Il existe encore des restrictions mais l’activité économique est encore bouillonnante. Les indices PMI sont à un niveau élevé » a expliqué Charlotte de Montpellier, économiste chez ING interrogée par La Tribune.

Après deux trimestres consécutifs en repli, l’activité repasse ainsi en territoire positif. « La vaccination a permis ces chiffres de croissance. Les restrictions ont pu être levées. Le niveau européen de vaccination a dépassé celui du Royaume-Uni et celui de Etats-Unis alors que l’Europe avait du retard en début d’année. Le retour de la confiance devrait favoriser la demande » a ajouté l’économiste.

Création d’emplois : une hausse de 1,2 % au second trimestre

Création d’emplois : une hausse de 1,2 % au second trimestre

 

L’emploi retrouve presque son niveau de fin 2019. En effet, 239.500 créations nettes d’emploi enregistrées entre avril et juin, soit une hausse de 1,2 % par rapport au premier trimestre, l’emploi dans l’Hexagone retrouve quasiment son niveau d’avant-crise. Une véritable surprise tant tous les observateurs de l’économie prédisaient plusieurs années de labeur pour retrouver le niveau de fin 2019.

 

Cette hausse de l’emploi salarié privé intervient après une amélioration déjà nette de 0,5 %, soit la création de 91.400 emplois, au trimestre précédent. À cela s’ajoutent des niveaux de recrutements records, avec quelque 785.000 déclarations d’embauche en mai et 837.000 en juin, dont 400.000 en CDI – et une décrue continue du chômage depuis maintenant un an avec une accélération au deuxième trimestre 2021.Entre avril et juin, le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie A (sans emploi et en recherche) a diminué de 1,3 %.

L’intérim qu’on considère souvent comme un indicateur avancé de la conjoncture, continue de se redresser. Il progresse ainsi de 2,4 % (+ 17.900) entre avril et juin après une augmentation de 0,7 % au premier trimestre (+ 4 900). Des hausses toutefois plus modérées que lors des trois trimestres précédents.

 

La situation reste cependant contrastée d’un secteur à un autre. Certains dépassent leur niveau d’avant-crise, à l’image de la construction et du tertiaire non marchand, quand d’autres demeurent au-dessous, comme l’industrie ou le tertiaire marchand. Ce rattrapage pourrait cependant être affecté par les conséquences de la quatrième vague sanitaire.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol