Archive pour le Tag '2 %'

Dépenses sociales des départements : Hausse de plus de 2 milliards

Dépenses sociales des départements : Hausse de plus de 2 milliards

Les dépenses sociales des départements français ont augmenté de 2,15 milliards d’euros (+5,2%) en 2023, alourdies en particulier par un bond de plus de 10 % des dépenses de l’Aide sociale à l’enfance(ASE), selon une enquête publiée mercredi. L’an passé, elles se sont élevées à 43,6 milliards d’euros, indique l’Observatoire national de l’action sociale (Odas) dans son enquête annuelle. Cette hausse de 5,2% est «inédite en dix ans», après une hausse de 2,7% en 2022 et 0,4% en 2021, a déclaré à la presse Didier Lesueur, délégué général de l’Odas.

La progression la plus importante concerne les mineurs étrangers non accompagnés (MNA), en hausse de 6.800 (+28%), pour un nombre total de 31.100 fin 2023, selon l’Odas. La loi de février 2022 impose aux départements de continuer à accompagner ces jeunes après leur majorité, jusqu’à leurs 21 ans: 31.000 jeunes sont dans le cas, dont 17.500 étrangers.

Prix carburants : près de 2 euros

Prix carburants : près de 2 euros

Les prix du carburant toujours à la hausse depuis le début de l’année 2024, selon les calculs de Fig Data, effectués grâce aux données publiques du ministère de la Transition énergétique. Un litre de sans-plomb 98 coûte en moyenne 1,9903 euro, soit une remontée de douze centimes par rapport à janvier. Le cours du sans-plomb 95 (1,9386 euro) et celui de l’E10 (1,9221 euro) suivent aussi cette tendance. Le gazole est également en hausse, à 1,8071 euro.

Sur un an, le tarif du SP-98 est en hausse de 0,8%, comme celui du SP-95 (+ 0,3%) et de l’E10 (+ 0,5%). Le gazole a également augmenté d’1,4%.

Les prix à la pompe suivent les évolutions du baril de Brent. Ce dernier a atteint son record annuel au début de l’automne à 96,55$ en clôture à Londres avant de redescendre. C’était sans compter sur l’irruption d’un nouveau conflit au Proche-Orient, entre le Hamas et Israël, qui a suscité l’inquiétude des marchés et une flambée des prix dans un contexte déjà plombé par les réductions de production saoudienne et russe et l’enlisement du conflit en Ukraine.

L’inflation officielle à 2,3% sur un an

 

L’inflation officielle  à 2,3% sur un an

 

L’INSEE annonce officiellement un ralentissement de l’inflation qui enregistre toutefois une hausse de 2,3 % en février sur un an. Bien évidemment il ne s’agit pas d’une baisse de prix mais d’une hausse plus mesurée . Une tendance toutefois à relativiser car la nature et le volume des achats des Français a profondément évolué témoin d’ailleurs l’assez net  tassement de la consommation. Inversement les dépenses contraintes, elle, comme les assurances par exemple dont les tarifs en moyenne ont évolué de plus 6 % début de l’année, continuent de progresser nettement

En mars, selon les estimations de l’Insee, l’inflation  serait limitée à 2,3 %, après 3 % en février. Au pic du phénomène, il y a un an, les hausses de prix avaient atteint 6,3 %. « Cette baisse de l’inflation serait due au ralentissement sur un an des prix de l’alimentation (+ 1,7 % en mars après + 3,6 % en février), des services, du tabac, de l’énergie et des produits manufacturés », explique l’institut dans un communiqué.

 L’inflation est déjà revenue à 3 % et redescendra bien à 2 % d’ici à 2025 », assurait ainsi récemment François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la Banque de France.

La plupart des lobbys ayant profité de la spéculation considère maintenant qu’on ne reviendra pas au niveau des anciens prix compte tenu du caractère dit structurel de l’inflation.

Croissance États-Unis : un bon résultat en 2023 avec une augmentation de 2,5 % du PIB

Croissance États-Unis : un bon résultat en 2023 avec une augmentation de 2,5 % du PIB


Finalement les États-Unis s’en sortent mieux qu’attendu et que beaucoup de pays du monde avec notamment une croissance relativement forte de 2,5 % alors par exemple que l’union européenne affiche seulement 0,6 % pour 2023. Par ailleurs l’inflation semble mieux maîtrisée aux États-Unis avec une augmentation de l’ordre de 3 % sur un an tandis que celle de l’union européenne est d’environ 3,4 %.

Sur l’ensemble de l’année 2023, l’économie américaine aura progressé de 2,5 %, selon les chiffres du Département du commerce publiés jeudi. Soit une croissance du PIB pratiquement deux fois plus élevée que les pronostics d’il y a un an. L’inflation, dont la flambée avait justifié le resserrement monétaire de la Fed qui risquait d’étouffer l’activité, est retombée autour de 2 à 3%.

Sur la fin de l’année, au quatrième trimestre, la croissance aux États-Unis dépasse aussi largement les prévisions qui tournaient autour de 2 %. Elle s’établit, selon la première estimation, à 3,3 % en rythme annuel.

Croissance États-Unis : un bon résultat en 2023 avec une augmentation de 2,5 % du PIB

Croissance États-Unis : un bon résultat en 2023 avec une augmentation de 2,5 % du PIB


Finalement les États-Unis s’en sortent mieux qu’attendu et que beaucoup de pays du monde avec notamment une croissance relativement forte de 2,5 % alors par exemple que l’union européenne affiche seulement 0,6 % pour 2023. Par ailleurs l’inflation semble mieux maîtrisée aux États-Unis avec une augmentation de l’ordre de 3 % sur un an tandis que celle de l’union européenne est d’environ 3,4 %.

Sur l’ensemble de l’année 2023, l’économie américaine aura progressé de 2,5 %, selon les chiffres du Département du commerce publiés jeudi. Soit une croissance du PIB pratiquement deux fois plus élevée que les pronostics d’il y a un an. L’inflation, dont la flambée avait justifié le resserrement monétaire de la Fed qui risquait d’étouffer l’activité, est retombée autour de 2 à 3%.

Sur la fin de l’année, au quatrième trimestre, la croissance aux États-Unis dépasse aussi largement les prévisions qui tournaient autour de 2 %. Elle s’établit, selon la première estimation, à 3,3 % en rythme annuel.

Economie France : Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Economie France : Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

Economie: Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Economie: Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

Social- Prix alimentaires : nouvelle augmentation supérieure à 2 %

Social- Prix alimentaires : nouvelle augmentation supérieure à 2 %

Contrairement aux déclarations du ministre de l’économie ou même des grands patrons de la distribution, il ne faut pas s’attendre à une diminution des prix dans l’alimentaire en 2024 mais plutôt à des augmentations qui forcément vont s’ajouter aux précédentes. À l’issue des négociations qui vont bientôt se terminer entre distributeurs et industriels non seulement l’alimentaire ne devrait pas afficher de baisse mais au contraire les prix pourraient enregistrer de nouvelles augmentations d’au moins 2 %

En effet, contrairement aux affirmations du ministre de l’économie, les industriels et les distributeurs semblent plutôt s’accorder sur la perspective que ces négociations aboutissent globalement à une « légère inflation » des tarifs alimentaires des fournisseurs payés aux producteurs.

« Je suis plutôt convaincu qu’on va partir sur une inflation tendancielle de 2-2,5% », estime notamment Richard Panquiault, directeur général de l’Institut de liaisons et d’études des industries de consommation (Ilec), interrogé par La Tribune.

Certes, entre 15% et 25% des produits verront leurs tarifs baisser, puisque les cours de certaines matières premières comme les céréales, les huiles végétales et la volaille ont effectivement reflué, détaille Richard Panquiault.

« Mais il y a quand même beaucoup plus de matières premières agricoles qui restent orientées à la hausse », observe-t-il.

Mais les industriels, tout en se montrant moins exigeants que l’année dernière, proposent des tarifs plutôt en hausse. L’augmentation moyenne est de 5% chez les adhérents de l’Ilec -contre une croissance des tarifs de 14% en 2023. La Feef enregistre pour sa part une hausse moyenne des tarifs demandés de 3%.

Prix alimentaires : une nouvelle augmentation supérieure à 2 %

Prix alimentaires : une nouvelle augmentation supérieure à 2 %

Contrairement aux déclarations du ministre de l’économie ou même des grands patrons de la distribution, il ne faut pas s’attendre à une diminution des prix dans l’alimentaire en 2024 mais plutôt à des augmentations qui forcément vont s’ajouter aux précédentes. À l’issue des négociations qui vont bientôt se terminer entre distributeurs et industriels non seulement l’alimentaire ne devrait pas afficher de baisse mais au contraire les prix pourraient enregistrer de nouvelles augmentations d’au moins 2 %

En effet, contrairement aux affirmations du ministre de l’économie, les industriels et les distributeurs semblent plutôt s’accorder sur la perspective que ces négociations aboutissent globalement à une « légère inflation » des tarifs alimentaires des fournisseurs payés aux producteurs.

« Je suis plutôt convaincu qu’on va partir sur une inflation tendancielle de 2-2,5% », estime notamment Richard Panquiault, directeur général de l’Institut de liaisons et d’études des industries de consommation (Ilec), interrogé par La Tribune.

Certes, entre 15% et 25% des produits verront leurs tarifs baisser, puisque les cours de certaines matières premières comme les céréales, les huiles végétales et la volaille ont effectivement reflué, détaille Richard Panquiault.

« Mais il y a quand même beaucoup plus de matières premières agricoles qui restent orientées à la hausse », observe-t-il.

Mais les industriels, tout en se montrant moins exigeants que l’année dernière, proposent des tarifs plutôt en hausse. L’augmentation moyenne est de 5% chez les adhérents de l’Ilec -contre une croissance des tarifs de 14% en 2023. La Feef enregistre pour sa part une hausse moyenne des tarifs demandés de 3%.

Alimentaire : une nouvelle augmentation supérieure à 2 %

Alimentaire : une nouvelle augmentation supérieure à 2 %

À l’issue des négociations qui vont bientôt se terminer entre distributeurs et industriels non seulement l’alimentaire ne devrait pas afficher de baisse mais au contraire les prix pourraient enregistrer de nouvelles augmentations d’au moins 2 %

En effet, contrairement aux affirmations du ministre de l’économie, les industriels et les distributeurs semblent plutôt s’accorder sur la perspective que ces négociations aboutissent globalement à une « légère inflation » des tarifs alimentaires des fournisseurs payés aux producteurs.

« Je suis plutôt convaincu qu’on va partir sur une inflation tendancielle de 2-2,5% », estime notamment Richard Panquiault, directeur général de l’Institut de liaisons et d’études des industries de consommation (Ilec), interrogé par La Tribune.

Certes, entre 15% et 25% des produits verront leurs tarifs baisser, puisque les cours de certaines matières premières comme les céréales, les huiles végétales et la volaille ont effectivement reflué, détaille Richard Panquiault.

« Mais il y a quand même beaucoup plus de matières premières agricoles qui restent orientées à la hausse », observe-t-il.

Mais les industriels, tout en se montrant moins exigeants que l’année dernière, proposent des tarifs plutôt en hausse. L’augmentation moyenne est de 5% chez les adhérents de l’Ilec -contre une croissance des tarifs de 14% en 2023. La Feef enregistre pour sa part une hausse moyenne des tarifs demandés de 3%.

Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

Economie, politique, société: les plus lus- 2 janvier 2024 -5h35

Economie, politique, société: les plus lus- 2 janvier 2024 5h35

Justice : une confiance contestée
Défense-L’urgence du retour du service militaire
Politique-Macron à la télé : des mots, des mots, des mots !
Social-Quel rattrapage des salaires sur l’inflation ?
Inégalités- 1.500 milliards de dollars : L’accroissement de la fortune des plus riches en 2023
Société-France : un pays ingérable ?
Pollution: Les péages seront plus chers pour les poids lourds
Nuit St Sylvestre « calme » : seulement 750 voitures brûlées
France : un pays ingérable ?
Politique- A Gaza, comme en Ukraine, une guerre pour durer des mois et des années
wokisme: Comme le maoïsme, la nouvelle mode
Démocratie-« L’Archipel du Goulag » :toujours d’actualité
Guerre-Mer Rouge: trois bateaux pirates houthis coulés et nouveau front
Economie- Réindustrialisation : pour un livret A industrie durable
Endettement : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE

Business- 1.500 milliards de dollars : L’accroissement de la fortune des plus riches en 2023
Réindustrialisation : pour un livret A industrie durable
Quel rattrapage des salaires sur l’inflation ?
Ministère de l’économie- Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
L’urgence du retour du service militaire
Géostratégie- Un désordre mondial appelé à durer (François Lenglet)
Macron avoue en creux qu’il est inefficace
Mer Rouge: trois bateaux pirates houthis coulés
Macron à la télé : des mots, des mots des mots !
France : un pays ingérable ?
Economie-Taux d’intérêt élevés : ça va durer
Cour de justice de la république : toujours la même mascarade
Justice : une indépendance contestée
Indépendance de la justice : une utopie
Endettement public : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE
Société- Le vide des médias pendant la trêve des confiseurs

Société- 1.500 milliards de dollars : L’accroissement de la fortune des plus riches en 2023
Société et Violences : la justice trop laxiste pour 87 % des Français
Le renouvelable cache-sexe de la politique énergétique
Economie-Croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur
Le quasi vide des médias pendant la trêve des confiseurs
Sondage-PERSONNALITÉS PRÉFÉRÉES DES FRANÇAIS
Palestine: Pour Nétanyahou la guerre va durer longtemps
Poutine qui n’a pas peur du ridicule en attaquant l’Ukraine à l’Onu pour terrorisme
1.500 milliards de dollars : L’accroissement de la fortune des plus riches en 2023
Politique–Le pouvoir supprime « Anticor » l’organisme en charge de la surveillance de la corruption
« L’Archipel du Goulag » :toujours d’actualité
Monde hyper numérique: Vers l’overdose ?
Société- Un désordre mondial appelé à durer (François Lenglet)
Société-L’intox ou « Sharp power » et désinformation : arme destruction des démocraties
Pourquoi l’urgence du retour du service militaire
Politique de Défense européenne : l’impuissance
Produits alimentaires : toujours pas de baisse des prix en perspective
Société-Sondage violences : 90 % des Français inquiets pour l’avenir

Economie et finances: un monde de casino ?
Politique-Macron , un président trop bavard !
Pas de nouveaux imams « importés »
Trump : Inéligible aussi dans le Maine
Augmentation des travailleurs indépendants surtout des autos entrepreneurs
Zones à faibles émissions (ZFE) :Les pauvres encore davantage exclus à Lyon, Grenoble et Strasbourg
CAC 40 : à 40,3% détenus par des non-résidents et la dette par plus de 50%
Logements :Chute de 25 % des demandes de permis de construire
Politique-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation
Macron , un président trop bavard !
1.500 milliards de dollars : L’accroissement de la fortune des plus riches en 2023
Politique–Le pouvoir supprime « Anticor » l’organisme en charge de la surveillance de la corruption
Politique-Delors et Rocard les deux seuls candidats compétents que la gauche n’a pas voulus
Gaza, comme en Ukraine, une guerre pour durer des mois et des années
Gaza, comme en Ukraine, une guerre pour durer des mois et des années
Futur de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées
Envol du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix
Gaza-L’instrumentalisation par l’Iran
Société et environnement -Du lait sans vache !

Jacques Delors, politique mais pas politicien
L’intelligence artificielle : pour quoi faire ?
L’angoisse du numérique qui monte
Russie : Navalny transféré dans un goulag
Politique: Delors et Rocard les deux seuls candidats compétents que la gauche n’a pas voulus
Viticulture -Conséquence du climat et de la demande : 8000 ha de vignes arrachées en bordelais
Le Conseil constitutionnel censure les avantages fiscaux pour les fédérations sportives internationales
Du lait sans vache !
Appel aux dons pour un hôpital !
Politique-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation
Macron , un président trop bavard !
Economie: un monde de casino ?
Homo Sapiens et les autres espèces humaines
Prix Assurances: Plus 20 % deux ans !
La vague des drogues douces et dures en Europe menace la société
Economie et Société- Le déclin de la valeur travail en France
Aménagement du territoire – Contre la métropolisation de nos sociétés
Economie, politique, société: les plus lus- 29 décembre 2023-5h17

Delors et Rocard les deux seuls candidats compétents que la gauche n’a pas voulus
« Démocratie » en Russie: l’opposant Navalny expédié dans l’arctique russe
Politique-Gaza, comme en Ukraine une guerre pour durer des mois et des années
Le pouvoir supprime anticorps l’organisme en charge de la surveillance de la corruption
Routière: Fin du retrait de points pour les «petits» excès de vitesse
Éoliennes : le grand gâchis continue
Pistes nouvelles contre le cancer grâce au Covid ?
Poutine se réjouit des atermoiements des États-Unis car
Popularité : nette baisse de Macron
Politique monétaire– L’orthodoxie financière des Banques centrales en cause
Politique–L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran
Logement : comment sortir de la crise
Pétrole : un doublement du prix avec un conflit au Moyen-Orient ?
Désordre mondial: ça va durer (François Lenglet)
Crise climatique : : Les Français conscients
Hausse du prix de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix
Environnement et Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées
Conséquence du climat : 8000 ha de vignes arrachées en bordelais

Pollution–recul des gaz à effet de serre en France
Sondages élections européennes : le RN à 31 %
Politique-Européennes: Raphaël Glucksmann: espoir ou bouée de sauvetage pour la gauche ?
Marchandisation de l’eau: dangereux, coûteux et polluant
Flambée de l’or: un mauvais signe pour l’économie et pour la paix
Électricité record d’exportations par la France
Loi immigration: Macron attend maintenant que le conseil constitutionnel la vide de son contenu
Une panne de recrutement 5 millions de sans-emploi !
Ruralité -Et un plan village d’avenir : du saupoudrage
Gaza, comme en Ukraine une guerre pour durer des mois et des années
Ce qui sépare vraiment l’humain de l’animal ?
Politique-Le piège du Sud global (Jacques Attali)
Ukraine dans l’UE: la nécessité d’une sérieuse lutte contre la corruption
Caricature démocratique en Russie: l’opposant Navalny expédié dans l’arctique russe
Revente des cadeaux de Noël : le grand gaspillage
Social France travail : Une nouvelle usine à gaz
L’intox mondiale grossière de la Russie
La reconnaissance des « gouvernements de transition » en Afrique de l’Ouest
Avenir de la terre: Des limites planétaires déjà dépassées

L’effondrement général de la France
Société- Drogue CBD : légalisée il y a un an par le conseil d’État pour faire oublier aux Français le naufrage du pays
Littérature–Laeticia Hallyday: Bientôt dans la Pléiade ?
Société et Immigration- Une critique des statistiques…. critiquable
Européennes: Raphaël Glucksmann: un espoir pour la gauche ?
La politique sous la dictature de l’opinion du moment
France travail : Une nouvelle usine à gaz ?
Avion avec 300 Indiens bloqués à Vatry , pourquoi ?
Revente des cadeaux de Noël : signe de gaspillage et de pauvreté signe de gaspillage et de pauvreté
Présidentielles Russie: l’opposant Navalny expédié dans l’arctique russe
La guerre de l’intox mondiale de la Russie
L’or qui remonte à plus de 2000 $ : un mauvais signe pour l’économie et pour la paix
Serbie : Soupçon d’élections truquées par un gouvernement pro Poutine
Pouvoir d’achat : D’après Macron les prix ne baisseront plus
Alimentation : trop de gaspillage
Afrique: Le flou de la politique française
Nigeria : des attaques de rebelles et au moins 160 morts
Business de l’eau : dangereux, coûteux et polluant

Drogue CBD : légalisé pour faire oublier aux Français le naufrage du pays
France : Un effondrement général du pays
Transition écologique : des emplois « verts » surtout en Chine
Société-La vague des drogues douces et dures en Europe menace la démocratie
Le déclin du concept de travail en France
Urbanisme et Aménagement du territoire – Pour la démétropolisation de nos sociétés
Réchauffement climatique :: les maladies tropicales menacent la France
La fin de la neige ?
Présidentielle-Trump ou Biden: un enjeu considérable
Crise climat : les maladies tropicales menacent la France
Environnement-Le gâchis écologique de l’automobile
Inflation: D’après Macron les prix ne baisseront plus
Société-Méconnaissance des Français dans le domaine financier
Immigration- une critique des sondages… critiquable
Isère : entrepôts du Secours populaire cambriolés avant Noël
Laeticia Hallyday: Bientôt dans la Pléiade ?
Soutien aux villes sous-préfecture : pour quoi faire ?
Mode du wokisme: maladie gauchiste classique des futures élites avant embourgeoisement

CBD : légalisé il y a un an par le conseil d’État pour faire oublier aux Français le naufrage du pays
Loi immigration et Conseil constitutionnel : un arbitre pas tout à fait neutre
Méconnaissance des Français dans le domaine financier
Inflation États-Unis : en baisse avec 2,6 % en novembre
Attaques des Houthis en mer Rouge : les États-Unis désignent directement l’Iran comme responsable
La gauche de plus en plus déconnectée
Bayrou: Pour un changement de gouvernement
Attaques Houthis mer rouge : la main de l’Iran contre le commerce international
Justice- Conseil constitutionnel : un arbitre pas tout à fait neutre
Déficit budgétaire : un accord bidon entre la France et l’Allemagne
Crise climat : les maladies tropicales menacent la France
Environnement–Pour une écologie sans idéologie
Politique- En cas de guerre de haute intensité, la France ne tiendrait pas longtemps (Pierre de Villiers)
Les chiffres inquiétants du trafic de drogue
Société France : Un effondrement général du pays
Russie- Le danger de la guerre qui monte en Europe
Activité économique France: Vers la croissance zéro( INSEE)
Philosophie-« Le sacré , une émotion universelle »
Politique et Conseil présidentiel de la science : Encore un gadget pour déstabiliser les institutions du régime

Gaza : le conseil de sécurité pour une aide humanitaire d’ampleur
Education : « syndicat Avenir lycéen » condamné pour détournement de fonds publics
Gauche : le manque d’ancrage social
Numérique : la Commission européenne en pleine paralysie
Logement : pour un plan Marshall ?
Bruits de bottes: le Japon double son budget militaire
France : la dette publique n’augmente pas mais ne diminue pas
Entreprises : moral des patrons en nette baisse
Pétrole : hausse à cause des événements mer Rouge
Hollande, symbole de la gauche bobo
Attaques Houthis mer rouge : la main de l’Iran contre le commerce international
Justice- Conseil constitutionnel : un arbitre pas tout à fait neutre
Déficit budgétaire : un accord bidon entre la France et l’Allemagne
Pouvoir d’achat : D’après Macron les prix ne baisseront plus
Écologie: des emplois « verts » surtout en Chine
Politique–Sondage loi Immigration : 84% des Français pour la déchéance de nationalité
Société-Les médecins libéraux bientôt fonctionnaires ?
La fausse résistance de certains départements
Cryptomonnaie-Bitcoin (+163% sur un an ): La folie continue
Immigration :La fausse démission de la ministre Sylvie Retailleau

Loi immigration :La fausse démission de la ministre Sylvie Retailleau
Commerce mondial : la Chine interdit l’exportation de technologies des métaux stratégiques
Bitcoin (+163% sur un an ): La folie continue
Immigration des départements font une fausse résistance
Paiement en ligne : la fraude dépasse 1 milliard d’euros
Pesticides et autres produits : Profits indécents
Les médecins libéraux bientôt fonctionnaires ?
Macron à la télé : émission un peu suivie
Sondage loi Immigration : 84% des Français pour la déchéance de nationalité
Hollande, symbole de la gauche bobo
Finances-Cryptomonnaie : enfin une régulation en France ?
Politique-Conseil constitutionnel : un arbitre pas tout à fait neutre
Politique- L’hypocrisie du recours de Macron au conseil constitutionnel
Politique-L’absence dramatique des couches populaires dans la gauche
Darmanin, symbole des illusions perdues du macronisme
Les pulsions anti-Israël à l’œuvre ?
Espérance de vie en bonne santé : recul en France
La nouvelle ministre de la santé déjà sous les feux de la justice
La fausse égalité des droits ?

Inflation : D’après Macron les prix ne baisseront plus
Finances publiques : un accord bidon entre la France et l’Allemagne
École : encore un parent qui frappe une assistante sociale
Majorité : un changement de gouvernement ou la dissolution de l’assemblée début 2024
Loi immigration- les principales mesures
Politique: Loi Immigration : le début de la fin du macronisme
Conseil constitutionnel : un arbitre pas tout à fait neutre
Macron : des explications de gauche pour une loi qui penche à droite
Loi immigration : De nombreux points contestables juridiquement
Un accord européen pour répartir l’immigration
Défense : une armée française incapable de se défendre longtemps
Environnement : des emplois « verts » surtout en Chine
Les travailleurs immigrés surreprésentés dans les secteurs difficiles
France : l’effondrement du pays
L’absence dramatique des couches populaires dans la gauche
Enfants footballeurs: Ces parents qui deviennent fous
Gaza: Une guerre légitime ?
L’hypocrisie du recours au conseil constitutionnel par le président

Défense : L’esprit munichois menace la sécurité de l’Europe
Loi immigration- les mesures
Politique- Loi immigration : une crise prévisible
Etats-Unis: La Cour suprême du Colorado déclare l’inéligibilité de Trump
La loi immigration provoque la démission du ministre de la santé
Majorité : un changement de ministres, de gouvernement ou la dissolution
Loi immigration: La victoire pour qui ?
Des élus de gauche hors-sol
Immigration : les voix du Front National en cause
Immigration: vote dans la confusion
Climat et budget : du pipeau
Les pitreries démocratiques de Poutine
Cryptomonnaie : enfin une régulation en France
Immigration : une loi qui sera laminée par le conseil constitutionnel ?
Finances publiques : un accord bidon entre la France et l’Allemagne
Loi Immigration : le début de la fin du macronisme
Loi Immigration : le début de la fin du macronisme
Economie- Des emplois « verts » : surtout en Chine
France: Un effondrement du pays dans tous les domaines

Liens
site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Voiture électrique : fin brutale des aides à l’achat en Allemagne
Projet de loi immigration : le bricolage
Société France: Un effondrement du pays dans tous les domaines
Défense -L’armée française incapable de résister à une guerre de haute intensité
Economie- Réindustrialiser la France: Tâche impossible ?
La Cour des Comptes pour la hausse de la taxe foncière !
Encore un professeur menacé de mort par un élève
La Finlande aussi menacée par la Russie
L’Union européenne a pris de nouvelles sanctions contre la Russie
Européennes : un nouveau sondage donne le RN largement en tête
Défense: L’armée française incapable de résister à une guerre d’ampleur
Énergies renouvelables : un manque de moyens
Loi immigration : une crise prévisible
Attaques Houthis : Une attaque de l’Iran contre le commerce international
Taxe foncière : un impôt injuste ?
Enquête européenne pour incitation à la haine sur le réseau X (ex Twitter)
Dérives sectaires: pour fuir la complexité
Impôt : Hollande regrette de n’avoir pas suffisamment augmenté la fiscalité locale
Des emplois verts : surtout en Chine

Economie France: Vers la croissance zéro( INSEE)
Immigration et Société: il faut aimer la France ou partir ?
Macron ferait mieux d’imiter Attal
France : Un effondrement général dans tous les domaines
Russie : danger de guerre qui va concerner toute l’Europe
Des risques de troisième guerre mondiale ?
Immigration : du bricolage vite fait ce lundi
L’inflation va reprendre à cause des attaques Houthis en mer Rouge
LFI attaque bêtement Attal
Défense et société: L’esprit munichois menace encore l’Europe
Environnement-Le grand gâchis écologique de l’automobile
Sauvagerie: Une ado de 13 ans sérieusement tabassée par quatre jeunes filles barbares à Lyon
Social et santé-Baisse du pouvoir d’achat et malbouffe
Loi immigration : un piège pour Macron
Réindustrialiser la France: Tâche impossible ?
Conseil présidentiel de la science : Encore un gadget pour déstabiliser les institutions du régime
L’armée française incapable de résister à une guerre de haute intensité
La COP 29 en Azerbaïdjan: la honte

  • Voir aussi théâtre

    Macron dit Jean Edouard 1er

  • Social 2024: adieu au plein emploi !
    Russie et guerre : le danger qui va concerner toute l’Europe
    Société France : Un effondrement général dans tous les domaines
    Pour une société de compromis ? (Jean Viard)
    Barbarie: Une ado de 13 ans sérieusement tabassée par quatre jeunes filles barbares à Lyon
    Conflit aussi en mer de Chine
    Complémentaire santé : des hausses injustifiées
    Guerre- Alerte aussi sur la mer Rouge
    Au lieu de s’agiter Macron ferait mieux d’imiter Attal
    Sondages législatives: les macronistes décimés
    Voitures électriques :avancée technologique chinoise grâce au charbon !
    Politique et Immigration : du bricolage vite fait
    Société: Aimer la France ou partir ?
    Culture et Société- Barbarie et faible niveau culturel : les deux mamelles de la violence
    Baisse du pouvoir d’achat et malbouffe
    Politique: L’Ukraine et l’union européenne : un symbole davantage politique qu’économique
    Se réveiller face au risque de guerre contre le camp occidental
    Le ministre de la Défense allemand pour le réarmement de l’Europe

    2024: adieu au plein emploi !
    Record d’endettement France en 2024
    Croissance France: Vers la stagnation ( INSEE)
    Énergies fossiles :Encore un bel avenir pour longtemps
    BCE: maintient des taux
    Wokisme: maladie gauchiste classique des futures élites avant embourgeoisement
    Hausse de la taxe Foncière
    Sport: le hand encore en vedette, trop méconnu
    Le SMIC va enregistrer une augmentation de 15 € par mois, c’est trop !
    Rétablir enfin l’autorité de l’enseignant
    France : un délitement général dans tous les domaines
    L’endettement qui progresse plus vite que la richesse annonce le krach
    Politique- Russie: Le danger qui va concerner toute l’Europe
    COP 28: le pétrole et énergies fossiles sauvés pour 30 à 50 ans
    La prochaine crise sera celle de l’endettement mondial
    Projet de loi Immigration : 74% des Français pour un referendum
    Face au risque de guerre: le retour du service militaire
    Défense et conflits : L’esprit munichois menace l’Europe
    Développement : le Maroc un exemple à suivre ?

    2024:Hausse du chômage à la place du plein-emploi
    En dépit de l’énorme endettement, le gouvernement finance l’industrie automobile
    Endettement France: record en 2024
    Economie: Une prochaine crise de l’endettement mondial
    Société et Défense: L’esprit munichois menace encore l’Europe
    Encore des professeurs menacés et encore le même profil
    Immigration: Les Français veulent un changement de gouvernement
    Immigration :74% des Français pour un referendum
    Dette France : emprunt record en 2024
    Une prochaine crise de l’endettement mondial
    Wokisme: dérive gauchiste classique des futures élites avant embourgeoisement
    Des cerveaux de plus en plus gourmands en énergie
    Les lève-tôt auraient davantage de gènes néandertaliens !
    L’Ukraine dans l’union européenne : un symbole davantage politique qu’économique
    En finir avec la cour de justice de la république
    Taux d’intérêt: la BCE maintient ses taux
    Le grand gâchis écologique de l’automobile
    Croissance: Révision encore en baisse par l’INSEE
    Énergies fossiles : la fin n’est pas pour demain !

    Cop 28: les dessous de la négociation
    Cette dette globale qui progresse plus vite que la richesse
    Français : Faiblesse également criante des enseignants
    Du sursis pour une menace de mort d’un enseignant !
    Justice: Le statut de maire n’est pas une circonstance aggravante en cas d’agression
    Société- Barbarie et faible niveau culturel : les deux mamelles de la violence
    Suisse : arrêt des financements à l’agence pour les réfugiés palestiniens de l’ONU
    Encore un professeur menacé et encore le même profil
    Notre-Dame de Paris : Macron s’occupe de tout y compris des vitraux
    FOOT PSG Europe…ça passe de justesse…. sauf devant le but
    Dette France : emprunt record en 2024
    Une prochaine crise de l’endettement mondial
    Etudiants et Wokisme: la dérive gauchiste classique des futures élites avant leur embourgeoisement
    Coût de Electricité : une facture de 500 milliards et des hausses de tarifs et de taxes
    Société-La baisse du pouvoir d’achat favorise aussi la mal bouffe
    Menaces antisémites dans une crèche
    COP 28: le pétrole sauvé encore pour longtemps
    Economie-Taux d’intérêt États-Unis : sans changement
    Défense et Russie: Le danger qui va concerner toute l’Europe

    Wokisme: la dérive gauchiste classique des futures élites avant leur embourgeoisement
    COP 28: Toujours pas de date pour le pétrole et pas encore d’accord
    Défense: L’esprit munichois menace encore l’Europe
    Automobiles électriques : une avance technologique chinoise grâce au charbon !
    Choix de société: Aimer la France ou partir ?
    Encore une professeure Victime de menaces par des islamistes
    Politique–L’Ukraine dans l’union européenne : Macron soutient mais…
    Immigration : du bricolage vite fait pour réparer la claque politique reçue par Macron
    Entrée de l’Ukraine dans l’union européenne : seulement 30 % des Français favorables
    Monnaie Argentine: une dévaluation plus de 50%
    Electricité : une facture de 500 milliards et des hausses de tarifs et de taxes
    Hausses des taxes sur l’électricité
    Russie: Le danger qui va concerner toute l’Europe
    Foot Lens: Un résultat heureux qui récompense le méritoire public
    La baisse du pouvoir d’achat favorise aussi la mal bouffe
    Le faux choc des savoirs ?
    Taux d’intérêt États-Unis : sans doute sans changement
    Achats de Noël en baisse
    Attaque de drones houthis contre la marine française
    Prix du gaz: En baisse

    Stations européennes: 50 % manqueront de neige ici 2050
    La fin du « panier anti inflation »… mais pas de l’inflation
    Rapports ambiguës entre féministes de gauche et antisémitisme
    Démission de Darmanin : refusée !
    La France éviterait la récession d’après la Banque de France : du pipeau
    Indemnisation réduite du chômage des seniors
    Effondrement du niveau scolaire : toute la société responsable
    Société- L’esprit munichois menace à nouveau l’Europe
    Immigration: un projet de loi sauf pour l’Algérie !
    Trump: Immunité éternelle?
    Une transition écologique pour tous
    Compétitivité économique : les Français travaillent beaucoup moins qu’ailleurs
    Economie- Remettre certains Français au travail
    International–L’Ukraine dans l’union européenne : Macron soutient mais…
    Encore une professeure injustement accusée d’islamophobie par des islamistes
    Energie-Production d’électricité : une facture de 500 milliards
    Rejet loi immigration : la confusion la plus totale pour l’opinion
    Economie- L’industrie automobile chinoise en avance grâce au charbon !
    Voiture électrique: vraiment pour tous ?
    Enseignement : des bacs bidons…. aux vrais bacs professionnels

    Choix sociétal : Aimer la France ou partir ?
    Crise sociétale : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant
    Technologie-L’industrie automobile chinoise en avance grâce au charbon !
    Pourquoi l’écroulement du niveau de l’enseignement en France
    L’enjeu économique de la formation en mathématiques
    Inflation : Michel Édouard Leclerc contredit Bruno Le Maire
    Prospective fiscal : un impôt sur l’électricité
    L’inflation en France fait du yo-yo
    L’Ukraine dans l’union européenne : Macon soutient mais…
    Présidentielle 2027 : Darmanin futur Premier ministre d’ Édouard Philippe ?
    Recherche: une révolution utopique dans un tel délai
    Immigration: Pourquoi un projet de loi sauf pour l’Algérie !
    Économie : la crise s’amplifie en Chine
    Crise sociétale –Les Français les plus pessimistes d’Europe
    Politique-Pourquoi une énarque avec Benjamin Smith pour piloter Air France-KLM ?
    Production d’électricité : une facture de 500 milliards
    Niveau scolaire : toute la société responsable de l’effondrement
    Conflits- L’esprit munichois menace à nouveau l’Europe
    Chômage des seniors : Moins d’indemnisation

    Compétitivité : les Français travaillent beaucoup moins qu’ailleurs
    Enseignement– «L’immigration, ce tabou dans l’effondrement du niveau scolaire en France»
    L’industrie automobile chinoise en avance grâce au charbon !
    Pourquoi un projet de loi immigration sauf pour l’Algérie !
    La vie sur terre menacée par l’agriculture industrielle
    Un accord européen sur l’intelligence artificielle très vaseux
    Face à l’envolée des prix les consommateurs réduisent la dépense alimentaire
    Politique- L’esprit munichois menace à nouveau l’Europe
    Macron: un président et une société sans autorité
    Ignorance ou incompétence : Macron a commis une atteinte à la laïcité
    Société: Aimer la France ou partir ?
    Indépendance de la justice : une utopie !
    École : retour du redoublement
    Fiscalité : un impôt sur l’électricité ?
    Ecole: classement PISA , catastrophique pour la France; Pourquoi ?
    Remettre certains Français au travail
    COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole
    Société : 81% des Français estiment que les parents ont moins d’autorité qu’avant

    L’habitabilité de la terre menacée par l’agriculture industrielle
    Politique-Un projet de loi immigration sauf pour l’Algérie !
    Le chaos raciste gagne des universités aux États-Unis
    Justice : surtout du sursis pour les élèves impliqués dans l’assassinat de Samuel Patty
    Pacte de stabilité : accord en vue mais bâtard
    Pourquoi une énarque, Florence Parly , avec Benjamin Smith pour piloter Air France-KLM ?
    COP 28 et pétrole: Vraisemblablement pas de date pour la fin
    Un accord entre Renault et Volkswagen pour produire des voitures électriques…. chinoises ?
    Macron se plante encore avec Hanouka
    COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole
    L’esprit munichois menace à nouveau l’Europe
    Justice- La majorité des délinquances en France ne sont pas sanctionnées
    Crise économique : les Français travaillent beaucoup moins qu’ailleurs
    Société- «L’immigration, ce tabou dans l’effondrement du niveau scolaire en France»
    Système scolaire : toute la société responsable de l’effondrement
    Croissance- Perspectives économiques de la France vers la stagnation
    Société–Les Français les plus pessimistes d’Europe
    Électricité : une facture de 500 milliards !
    Pollution–Le mythe du carburant durable pour l’aviation
    Assassinat de Samuel Paty : mensonge, réseaux sociaux et appât du gain

    Électricité : une facture de 200 milliards pour moderniser la distribution
    Martinique : des prix qui deviennent fous
    Un projet de loi immigration sauf pour l’Algérie !
    Les Français les plus pessimistes d’Europe
    Perspectives croissance France : vers la stagnation
    Effondrement du système scolaire : toute la société responsable
    Véhicules :La vignette verte remplacée par une vignette pour les Vieux ?
    «L’immigration, ce tabou dans l’effondrement du niveau scolaire en France»
    Ecole et Classement Pisa : une catastrophe dont la responsabilité incombe à la société toute entière
    Croissance France : stagnation ?
    COP 28 : vraisemblablement pas de date pour la sortie du pétrole
    L’agriculture industrielle menace l’habitabilité de la terre
    Economie-Plus de hausse des taux pour la Banque de France ?
    Hamas et Israël : une guerre sans issue ?
    Environnement–Le mythe du carburant durable pour l’aviation
    Eau du robinet : forte augmentation prévisible des tarifs
    Fibre optique : le grand ralentissement !
    Emissions de CO₂ d’origine fossile : nouveau record en 2023
    Le sport français est malade ?
    Sciences: Des ministres ignorants ?

    Transition écologique : Une facture très approximative 100 à 200 milliards d’euros par an
    Immonde attaque de Mélenchon contre une journaliste
    Crise de société : les Français travaillent beaucoup moins qu’ailleurs
    « Ferme ta gueule Mélenchon » !
    Deux frères d’un élève viennent corriger les enseignants
    Classement PISA catastrophique pour la France: Le fruit du laxisme généralisé
    Délinquances : la majorité en France ne sont pas sanctionnées
    Sociologie des terroristes : des déséquilibrés le plus souvent
    Gaza- 65 % des Français craignent l’importation du conflit
    Guerre contre le Hamas : 62 % des Français approuvent Israël
    catastrophe dont la responsabilité incombe à la société toute entière
    Croissance France : stagnation ?
    Faire fonctionner l’interface cerveau-machine
    Perspectives Elections européennes 2024 : les Européen optimistes sauf les Français
    Mort de Thomas à Crépol: un premier auteur des menaces à la maire de Romans condamné
    Routes de la soie : l’Italie dit non à la Chine
    Climat: Les COP Sont-elles vraiment utiles ?
    Plus de hausse des taux pour la Banque de France ?
    Le mythe du carburant durable pour l’aviation

    Société:Remettre certains Français au travail : le véritable objectif du gouvernement
    Justice: la plupart des délits non sanctionnés
    Enseignement : classement PISA catastrophique pour la France
    Une réforme du brevet pour entrer au Lycée
    Fiscalité : accord un impôt sur l’électricité ?
    Classement Pisa : le niveau des élèves français s’enfonce encore dans les profondeurs
    École : le retour enfin du redoublement
    Terroristes : des déséquilibrés et des ratés le plus souvent
    Guerre en Ukraine : Le patron de l’OTAN pessimiste
    Enseignement : des groupes de niveaux qui remettent en cause le collège unique
    L’éducation confrontée au biais de l’intelligence artificielle
    Logement : du fait de la location touristique 20 % du parc non occupés
    Télécoms : Bruxelles critique les prix en France
    Climat : Une facture de 100 à 200 milliards d’euros par an à partir de 2030 ?
    Climat: L’accord de Paris déjà obsolète
    Chine et endettement: Perspective négative pour l’agence de notation
    Classement Pisa : les meilleurs du classement
    Société:Remettre certains Français au travail : le véritable objectif du gouvernement
    Justice: la plupart des délits non sanctionnés
    Enseignement : classement PISA catastrophique pour la France

    Électricité : une hausse des prix qui ne veut pas dire son montant
    Or en hausse mais les bourses en baisse ?
    Mort de Thomas à Crépol : deux auteurs présumés
    Violences : un déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat
    Envolée du prix de l’or : un signe de crise
    Mort du supporter du FC Nantes :Un autre chauffeur de VTC mis en examen
    Mélenchon se transforme en pompier suicidaire
    Gaza :Les chars israéliens entrent dans le sud
    Encore un record des émissions mondiales de CO2 en 2023
    Crimes et Violences : mettre fin au déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat
    À quand une fiscalité sur la transition énergétique
    Terrorisme : ces individus déséquilibrés
    Réchauffement climatique limité à 1,5° : complètement illusoire
    Justice: la majorité des délits en France ne sont pas sanctionnés
    Le numérique pour renforcer la sécurité
    La recherche engluée dans les procédures administratives
    Terrorisme : « 10.000 personnes à surveiller en France »
    Climat : Le président de la COP 28 conteste le rôle du pétrole
    Remettre certains Français au travail : le véritable objectif du gouvernement
    Complémentaire santé : les assureurs se gavent aussi de l’inflation

    Politique et Hamas: Macron complètement inconséquent et contradictoire
    Économie mondiale : net tassement
    Violences et Société: Un nouvel antisémitisme ?
    Economie- L’inflation vient de l’énergie et non de la politique monétaire
    « Des prix baissent » d’après Bruno Lemaire
    Automobiles électriques : surtout des franco-chinoises
    COP 28: À défaut du pétrole, Macron demande l’arrêt du charbon !
    Risque climatique :le flou de l’aide réelle aux pauvres
    La trouble affaire du rachat des turbines Arabelle de Macron
    Société -Attaque mortelle à Paris : toujours les mêmes promesses de fermeté
    Crimes et Violences : mettre fin au déni de réalité qui masque l’impuissance de l’Etat
    Risques d’attentats : « 10.000 personnes à surveiller en France » (Driss Aït Youssef)
    La majorité des vols et des délits en France ne sont pas sanctionnés
    Politique- La montée du « Sud global »…et de l’autoritarisme !
    Politique- Élections européennes : Hollande ne sera pas candidat; Ouf !
    Énergie : le renouvelable nouveau cache-sexe du pétrole
    Politique: Les silences de Marine Le Pen : son meilleur atout politique
    Economie France : stagnation et menace de récession ?
    Violences: Un supporter gravement blessé au couteau lors du match Nantes-Nice
    Le concept d’indépendance de la justice : une utopie !

    Un supporter gravement blessé au couteau lors du match Nantes-Nice
    La montée du « Sud global »…et de l’autoritarisme !
    Société: Un nouvel antisémitisme ?
    Radicalisation islamiste: un terroriste enfin déchu de la nationalité française
    La référence à « l’indépendance » de la justice : une utopie
    Ensauvagement et violences: Les Français critiquent gouvernements, élites et médias
    Violences : la Justice trop laxiste pour 87 % des Français
    Gaza et Hamas: Macron complètement inconséquent et contradictoire
    Attaque à Paris : toujours les mêmes promesses de fermeté de la classe politique
    Attaque à Paris : encore le même profil
    Des voitures électriques françaises…. surtout chinoises
    Politique :La NUPES est morte (Mélenchon)
    Énergie : le renouvelable nouveau cache-sexe du pétrole
    Les silences de Marine Le Pen : son meilleur atout politique
    La montée de Bardella : alerte pour la classe politique
    Augmentation « en douce » de la carte grise
    Croissance mondiale: Simple ralentissement ou récession ?
    Croissance France : stagnation et menace récession ?
    Élections européennes : Hollande ne sera pas candidat, Ouf !

    Evolution Croissance France : stagnation…Avant la récession ?
    Prévision de croissance mondiale: Simple ralentissement ou crash ?
    Politique: Meurtre de Thomas à Crépol: Les Français critiquent gouvernements, élites et médias
    Le fonds d’aide mondial au risque climatique : L’embrouille de l’aide aux pauvres
    Voitures électriques : surtout des franco-chinoises
    Fitch : la note de la Grèce est relevée
    Radicalisation : un terroriste déchu de la nationalité française
    À défaut du pétrole, Macron demande l’arrêt du charbon !
    Notation France: note maintenue …..de justesse par Standard & Poor’s
    Enseignement: le danger des écrans
    Société- L’indépendance de la justice : une utopie !
    Crimes et Violences : la justice trop laxiste pour 87 % des Français
    Climat COP 28: Le renouvelable, cache-sexe du pétrole
    Politique: La montée du « Sud global »
    Economie – SNCF : des péages trop chers qui freinent la concurrence ?
    Crise climat: un problème urgent et immédiat et non pour la fin du siècle !
    La NUPES est morte (Mélenchon)
    L’inflation vient de l’énergie et non de la politique monétaire
    Un « certain nombre de prix baissent » d’après Bruno Lemaire

    Croissance France : stagnation…Avant récession ?
    Du miel en majorité importé !
    Finances publiques : l’attente terrible de la décision de Standard & Poor’s
    COP 28: Le renouvelable, cache-sexe du pétrole
    Les hypermarchés de casino repris par Intermarché et Auchan ?
    La trouble affaire du rachat des turbines Arabelle par EDF est reportée
    Sondage Violences : la justice trop laxiste pour 87 % des Français
    Justice: trop politisée et trop laxiste
    Après le meurtre de Thomas à Crépol, la maire de Romans-sur-Isère menacée
    En pleine trêve, attentat revendiqué du Hamas en Cisjordanie
    S’adapter ou limiter le réchauffement climatique ?
    Gaza :Fin de la trêve et reprise des combats
    Un nouvel antisémitisme ?
    La montée du « Sud global »
    Climat, un problème urgente et immédiate, et non pour la fin du siècle !
    Accès au réseau SNCF : des péages trop chers qui freinent la concurrence
    Risque climatique : L’embrouille de l’aide aux pauvres
    Société-Meurtre de Thomas à Crépol: Les Français critiquent gouvernements et médias
    Perspectives de croissance mondiale : crash ou atterrissage en douceur ?

    Otages et Hamas: mise en scène cynique
    Prix des Produits alimentaires : toujours pas de baisse en perspective
    Grève SNCF à Noël : le risque écarté
    Dette publique : Un risque d’éclatement d’après l’OCDE
    L’indépendance de la justice : une utopie
    Cour de justice de la république : toujours la même mascarade
    Mort de Thomas à Crépol: Le déni de réalité de la part des élites
    La taxe sur les autoroutes va se transformer en augmentation des péages
    Metz: le responsable d’un meurtre sauvage remis en liberté après un an de prison
    Arsenal- Lens(6-0): La différence entre le foot anglais et le foot français !
    Cop 28: Surtout du spectacle ?
    Parcours exemplaire: Du 93 à la Nasa !
    École : le redoublement envisagé déjà contesté par le parti socialiste
    Cop 28: Le renouvelable cache-sexe de la politique énergétique
    Croissance États-Unis : tassement
    Violences : la justice trop laxiste pour 87 % des Français
    Nucléaire : relance aussi en Suède
    Meurtre de Thomas à Crépol: Les Français contredisent gouvernements et médias
    Sondage violences et affrontements : 90 % des Français inquiets pour l’avenir

  • Voir aussi théâtre

    Macron dit Jean Edouard 1er

  • Inflation États-Unis : en baisse avec 2,6 % en novembre

    Inflation États-Unis : en baisse avec 2,6 % en novembre

    L’inflation a atteint 2,6% sur un an aux Etats-Unis en novembre ( 2.4% dans la zone euro), selon l’indice PCE, privilégié par la Banque centrale américaine (Fed) et publié vendredi par le département du commerce.

    La Fed se montre cependant prudente, estimant que la hausse des prix ralentira à 2,4% sur un an fin 2024 mais n’atteindra les 2%, soit l’objectif de l’institution monétaire, qu’en 2026. La dernière réunion de la Fed s’était conclue par des taux maintenus à leur niveau actuel, pour la troisième fois consécutive, soit entre 5,25% et 5,50%. mais avec une possible baisse des taux en 2024.
    Les responsables de la Fed anticipent, en effet, majoritairement trois ou quatre baisses l’année prochaine, pour les amener à 4,6% fin 2024, avait-il été annoncé.

    La Fed entend ainsi préserver la croissance économique du pays et éviter une récession. D’autant que les pleins effets des hausses de taux mettent du temps à se faire sentir entièrement dans l’économie réelle.

    Les consommateurs américains sont eux aussi optimistes quant à l’évolution de l’inflation. Cela a même fait grimper leur niveau de confiance en décembre au plus haut niveau depuis le mois de juillet, après quatre mois consécutifs de baisse, selon l’estimation finale publiée vendredi par l’Université du Michigan.

    L’optimisme est plus prudent côté européen. Même si, là aussi, l’inflation poursuit sa décrue et semble également s’être durablement installée sous les 3% : elle s’est ainsi établie en zone euro (les vingt pays à avoir adopté la monnaie unique) à 2,4% en novembre sur un an selon les chiffres définitifs de l’agence de statistiques européenne Eurostat, soit un fort ralentissement de la dynamique des prix puisque cette dernière s’affichait à 2,9% en octobre après 4,3% en septembre et 5,2% en août.

    Pour rappel, la BCE s’attend à ce que l’inflation atteigne 2,7% en 2024, 2,1% en 2025 et 1,9% en 2026 dans la zone euro.

    Réindustrialisation- Impossible de retrouver les 2, 5 millions d’emplois détruits

    Réindustrialisation- Impossible de retrouver les 2, 5 millions d’emplois détruits

    Nommé par Bercy à la tête d’une nouvelle mission pour plancher sur la réindustrialisation à l’horizon 2035, l’expert Olivier Lluansi mise beaucoup sur les territoires pour accélérer la transition écologique. A l’occasion de la semaine de l’industrie, le gouvernement veut enclencher la vitesse supérieure sur les investissements et les implantations d’usines. Mais la réindustrialisation pourrait se transformer en parcours du combattant.( dans la « Tribun »e)

    Olivier Lluansi est enseignant à l’Ecole des Mines de Paris, senior Fellow ESCP Business School

    Les ministères de l’Economie, des Finances et de l’Industrie viennent de vous mandater pour une mission sur l’industrie en 2035. En quoi va-t-elle consister ? Quelle est votre feuille de route ?

    OLIVIER LLUANSI – Il y a aujourd’hui une volonté de réindustrialiser la France. La question est de savoir quels sont les objectifs et à quelles échéances. Le chiffre de 15% du PIB a été exprimé, mais sans échéance, tandis que l’industrie manufacturière est aujourd’hui à 10%. D’autres défendent un objectif de 12% à l’horizon 2035, comme le directeur de BpiFrance, Nicolas Dufourcq. Dans un scénario catastrophe, la part de l’industrie dans le PIB pourrait passer à 8%.

    Notons aussi que, le PIB est un indicateur contesté, car il ne représente pas les aspects de bien-être ou d’impacts environnementaux. La mission élargit le champ des indicateurs. Elle doit prendre en compte des indicateurs sur la trajectoire carbone, le poids de l’économie circulaire à viser en 2035. L’autre volet important de cette mission est de travailler sur des leviers à renforcer comme le Made in France. Nous devons rendre nos premiers travaux à la fin du premier trimestre 2024.

    Allez-vous intégrer l’objectif des 5 points de PIB supplémentaires dans votre feuille de route ?

    Oui, nous allons intégrer ce scénario dans l’étude. Cependant, certains économistes soulignent que cet objectif est très ambitieux à l’horizon de 2035. Il faut aussi rappeler que l’objectif de 15% se rapproche de la moyenne européenne (16%). Or, dans une société qui se veut sobre, et dans une industrie avec des gains de productivité, est-ce que la référence européenne va rester à ce même niveau dans les 10 années à venir ?

    Comment la politique industrielle devrait-elle se caractériser au cours de la prochaine décennie ?

    Ce sujet doit être une réflexion collective avec des points d’accord et de divergence. Les grands axes actuels concernent les filières avec des comités stratégiques, l’innovation de rupture, la capacité de la France à exporter et à attirer des investissements étrangers. Si la France veut réussir le pari de la réindustrialisation, il faudra sans doute avancer sur la question des territoires, le Made in France, les innovations incrémentales et frugales

    Quels seraient les secteurs et les filières à privilégier selon vous ?

    A partir d’un héritage gaullo-pompidolien, la France a beaucoup mis l’accent sur les filières stratégiques. Mais quand on regarde de près, il y a des éléments stratégiques dans toutes les filières. Si on réfléchit plus en termes de territoires et d’écosystème, on peut même se dire qu’il serait bénéfique de produire en France des produits à moyenne, voire faible valeur ajoutée.

    Dans le cadre de la mission, je souhaiterai poser la question de l’élargissement de la notion de filières stratégiques ou pas. Le vélo, le textile ou l’horlogerie ne sont pas des filières stratégiques. Or, ces secteurs ont d’indéniables potentiels, au niveau national ou d’un territoire. Comment réussir la renaissance industrielle au-delà des filières stratégiques ?

    Comment réussir la réindustrialisation en limitant l’impact sur l’emploi dans le contexte du réchauffement climatique ?

    Il faut avoir un discours de vérité sur l’emploi. Une réindustrialisation même réussie ne recréera pas les 2,5 millions d’emplois détruits depuis 1975. Dans certains scénarios déjà ambitieux, il faudrait s’attendre à une création nette de 300.000 à 400.000 emplois industriels pour un poids de l’industrie dans le PIB à 12% d’ici 2035. Et ce ne sont pas les mêmes emplois que ceux qui ont disparu. Si la France arrive à créer ces emplois dans les 10 ans à venir, ce sera un bon marqueur de la réindustrialisation.

    La question est, par exemple, de savoir où vont se situer ces emplois. Est-ce que l’on continue à concentrer la création de valeur ajoutée autour des métropoles, comme on l’a fait en favorisant une économie tertiaire ? Est-ce que la politique industrielle doit comporter un volet sur l’aménagement du territoire ? Il ne faut pas forcément choisir l’un ou l’autre, mais essayer d’être bien équilibré. Si on regarde France 2030, 70% des lauréats sont à proximité des douze principales métropoles françaises. Il y a certes un effet « siège », mais aussi une logique : les start-ups, industrielles ou pas, fondées sur des innovations de rupture s’appuient sur la recherche et l’enseignement supérieur, lesquels sont principalement situés dans les métropoles. Et pourtant, il y a beaucoup de projets qui restent dans les cartons, dans les ETI et les PMI dans les territoires. Comment les activer pour équilibrer notre réindustrialisation ?

    L’une des valeurs les plus importantes est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les filières stratégiques et les autres, les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort nécessaire face aux défis qui sont les nôtres, avec le poison de la division.

    Faut-il mieux parler de réindustrialisation ou de relocalisation ?

    Je pense qu’il faut plutôt parler de renaissance industrielle. Nous vivons un changement de paradigme. On vivait auparavant dans un monde de mondialisation et de consommation, voire de consommation de masse. Les chocs géopolitiques récents ont remis en avant le thème de la souveraineté. L’environnement est devenu un thème phare en raison du dépassement des limites planétaires. Nous sommes en train de changer de projet de société. Dans l’histoire récente, un outil productif a toujours servi un projet de société. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, De Gaulle et Pompidou veulent rendre la France indépendante et plus moderne avec des grands groupes internationaux et grands programmes. Notre outil productif s’est calé sur ce projet politique.

    A partir des années 1970, l’économie a basculé dans un monde beaucoup plus mondialisé et une société de consommation. La France a basculé dans une société post-industrielle. A l’époque, produire n’est plus une priorité nationale. La préférence est donnée aux services. Pour gagner en pouvoir d’achat, il est logique de délocaliser. La France a restreint son outil productif en répondant à son projet de société. Aujourd’hui, un nouvel outil productif va devoir répondre aux enjeux de souveraineté et d’environnement. Il va falloir faire des choix. La France ne va pas faire revenir l’industrie d’avant.

    Comment rendre la réindustrialisation plus socialement acceptable dans les années à venir ?

    La réindustrialisation va être une course d’obstacles. Le premier obstacle franchi est d’avoir arrêté d’opposer industrie et environnement. Depuis 2021, on a compris que l’on ne pouvait pas répondre aux enjeux environnementaux sans réindustrialiser pour des questions d’empreinte carbone par exemple. Le deuxième obstacle franchi est de mettre la réindustrialisation comme une priorité dans l’agenda politique. Pendant la campagne présidentielle de 2022, il y a eu un consensus politique sur cette question. En mai 2023, le président de la République Emmanuel Macron a consacré la réindustrialisation comme « la mère des batailles ». Il reste néanmoins quelques grandes barrières à franchir. Par exemple, la question de l’électricité décarbonée et de sa compétitivité : difficile de livrer une telle bataille sans mobiliser un atout maître, notre parc électronucléaire, en faveur de l’industrie. De même, la France est un pays de faible densité d’habitants par km2 : la disponibilité de foncier devrait aussi être un atout.

    Par ailleurs, l’industrie a encore une image très négative. Déconstruire un imaginaire collectif est très compliqué. Mon sentiment est que l’on ne peut pas déconstruire l’image négative de l’industrie si on ne lui enlève pas quelques « sacs de plomb » qu’elle porte. Plusieurs enquêtes ont montré que 60% des jeunes ont une mauvaise image de l’industrie à cause des conditions de travail : pénibilité, management vertical, conditions peu compatibles pour assurer un équilibre vie pro-vie perso. Il faut avancer sur ces questions.

    En parallèle, il faut un récit plus positif de notre industrie. L’industrie va nous permettre de reconquérir notre souveraineté, de répondre aux défis environnementaux, de faire de la cohésion sociale et territoriale. Il lui faut, peut-être, une nouvelle esthétique, puisqu’elle correspond à un nouveau projet de société. Il lui faut sans doute une autre place dans l’aménagement du territoire.

    Enfin, l’acceptabilité doit passer par les territoires. Dans le programme Territoires d’industrie, on a associé les politiques et les industriels. On aurait pu associer les salariés et les habitants. Il est possible d’avoir une discussion collective sur le type d’industrie que les habitants sont prêts à accueillir si le sujet est bien amené. La réindustrialisation doit se faire autour d’un projet de territoire.

    Dans le cadre de cette mission, quelles pourraient être les compétences à développer ?

    ll est indispensable d’avoir des savoir-faire spécifiques dans l’industrie, des formations aux métiers industriels, et donc, des formations adaptées en quantité et en compétences. Toutefois, l’angle mort des débats est que les Français sont peu mobiles. Les salariés sont très attachés aux territoires sur lesquels ils travaillent. Il faut plus travailler sur les territoires pour les besoins du territoire avec les habitants du territoire. Il faut répondre aux besoins locaux des entreprises. A l’image du succès des écoles de production qui sont liées aux territoires. Les entreprises qui n’arrivaient pas à recruter se sont regroupées pour former des gens dont elles ont besoin.

    La valeur la plus importante est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort avec le poison de la division.

    Le projet de loi industrie verte prévoit une simplification et une réduction des délais de procédures pour bâtir des usines. Quel regard portez-vous sur cette mesure ?

    La simplification des textes est nécessaire. Mais nous avons eu peu de résultats en la matière jusqu’à présent. Les attentes de la société à l’égard des entreprises deviennent de plus en plus complexes. La société n’attend pas seulement de l’emploi et des résultats économiques. Elle souhaite aussi que les entreprises abordent la question de l’environnement, de l’inclusion, de la diversité et du bien-être au travail. La société imprime sur le monde économique une variété d’attentes parfaitement légitimes via des textes réglementaires.

    La question est de savoir comment accompagner les chefs d’entreprise dans ce dédale ? Les fonctionnaires en charge d’appliquer la législation en sont les meilleurs connaisseurs. Nous devons leur faire confiance pour accompagner les porteurs de projets tout en gardant leur indépendance. C’est parfaitement possible, et cela se pratique dans d’autres pays.

    La mise en parallèle des procédures prônée par la loi industrie verte exige que les fonctions publiques se fassent confiance, c’est un premier pas. Dans les Hauts-de-France, il y a un accord encore la Préfecture et la Présidence de région pour accorder une priorité aux projets industriels. Le traitement des dossiers industriels dans cette région respecte le droit. Mais cela va plus vite que dans d’autres régions. En se calant sur ces bonnes pratiques, il n’y a pas de raison pour que l’on n’y arrive pas à l’objectif fixé par cette loi.


    Quel bilan tirez-vous de la mise en place de France 2030 ?

    L’outil est nécessaire, indispensable pour nous repositionner sur les technologies de rupture et ses réalisations sont emblématiques, même s’il y a une lourdeur des procédures administratives dans la sélection des projets, selon une récente évaluation du comité de surveillance.

    Le plan France 2030 permettrait d’augmenter la part de l’industrie de 0,5 point dans le PIB et créer de l’ordre de 100.000 emplois industriels, nous en avons aujourd’hui près de 3 millions. Est-ce que ce « seulement » +3% en emplois industriels est en phase avec nos ambitions de réindustrialisation ? Il faudra sans doute d’autres outils, complémentaires, pour une réindustrialisation à la hauteur des attentes.

    La réindustrialisation ne recréera pas les 2,5 millions d’emplois détruits

    La réindustrialisation ne recréera pas les 2,5 millions d’emplois détruits

    Nommé par Bercy à la tête d’une nouvelle mission pour plancher sur la réindustrialisation à l’horizon 2035, l’expert Olivier Lluansi mise beaucoup sur les territoires pour accélérer la transition écologique. A l’occasion de la semaine de l’industrie, le gouvernement veut enclencher la vitesse supérieure sur les investissements et les implantations d’usines. Mais la réindustrialisation pourrait se transformer en parcours du combattant.( dans la « Tribun »e)

    Olivier Lluansi est enseignant à l’Ecole des Mines de Paris, senior Fellow ESCP Business School

    Les ministères de l’Economie, des Finances et de l’Industrie viennent de vous mandater pour une mission sur l’industrie en 2035. En quoi va-t-elle consister ? Quelle est votre feuille de route ?

    OLIVIER LLUANSI – Il y a aujourd’hui une volonté de réindustrialiser la France. La question est de savoir quels sont les objectifs et à quelles échéances. Le chiffre de 15% du PIB a été exprimé, mais sans échéance, tandis que l’industrie manufacturière est aujourd’hui à 10%. D’autres défendent un objectif de 12% à l’horizon 2035, comme le directeur de BpiFrance, Nicolas Dufourcq. Dans un scénario catastrophe, la part de l’industrie dans le PIB pourrait passer à 8%.

    Notons aussi que, le PIB est un indicateur contesté, car il ne représente pas les aspects de bien-être ou d’impacts environnementaux. La mission élargit le champ des indicateurs. Elle doit prendre en compte des indicateurs sur la trajectoire carbone, le poids de l’économie circulaire à viser en 2035. L’autre volet important de cette mission est de travailler sur des leviers à renforcer comme le Made in France. Nous devons rendre nos premiers travaux à la fin du premier trimestre 2024.

    Allez-vous intégrer l’objectif des 5 points de PIB supplémentaires dans votre feuille de route ?

    Oui, nous allons intégrer ce scénario dans l’étude. Cependant, certains économistes soulignent que cet objectif est très ambitieux à l’horizon de 2035. Il faut aussi rappeler que l’objectif de 15% se rapproche de la moyenne européenne (16%). Or, dans une société qui se veut sobre, et dans une industrie avec des gains de productivité, est-ce que la référence européenne va rester à ce même niveau dans les 10 années à venir ?

    Comment la politique industrielle devrait-elle se caractériser au cours de la prochaine décennie ?

    Ce sujet doit être une réflexion collective avec des points d’accord et de divergence. Les grands axes actuels concernent les filières avec des comités stratégiques, l’innovation de rupture, la capacité de la France à exporter et à attirer des investissements étrangers. Si la France veut réussir le pari de la réindustrialisation, il faudra sans doute avancer sur la question des territoires, le Made in France, les innovations incrémentales et frugales

    Quels seraient les secteurs et les filières à privilégier selon vous ?

    A partir d’un héritage gaullo-pompidolien, la France a beaucoup mis l’accent sur les filières stratégiques. Mais quand on regarde de près, il y a des éléments stratégiques dans toutes les filières. Si on réfléchit plus en termes de territoires et d’écosystème, on peut même se dire qu’il serait bénéfique de produire en France des produits à moyenne, voire faible valeur ajoutée.

    Dans le cadre de la mission, je souhaiterai poser la question de l’élargissement de la notion de filières stratégiques ou pas. Le vélo, le textile ou l’horlogerie ne sont pas des filières stratégiques. Or, ces secteurs ont d’indéniables potentiels, au niveau national ou d’un territoire. Comment réussir la renaissance industrielle au-delà des filières stratégiques ?

    Comment réussir la réindustrialisation en limitant l’impact sur l’emploi dans le contexte du réchauffement climatique ?

    Il faut avoir un discours de vérité sur l’emploi. Une réindustrialisation même réussie ne recréera pas les 2,5 millions d’emplois détruits depuis 1975. Dans certains scénarios déjà ambitieux, il faudrait s’attendre à une création nette de 300.000 à 400.000 emplois industriels pour un poids de l’industrie dans le PIB à 12% d’ici 2035. Et ce ne sont pas les mêmes emplois que ceux qui ont disparu. Si la France arrive à créer ces emplois dans les 10 ans à venir, ce sera un bon marqueur de la réindustrialisation.

    La question est, par exemple, de savoir où vont se situer ces emplois. Est-ce que l’on continue à concentrer la création de valeur ajoutée autour des métropoles, comme on l’a fait en favorisant une économie tertiaire ? Est-ce que la politique industrielle doit comporter un volet sur l’aménagement du territoire ? Il ne faut pas forcément choisir l’un ou l’autre, mais essayer d’être bien équilibré. Si on regarde France 2030, 70% des lauréats sont à proximité des douze principales métropoles françaises. Il y a certes un effet « siège », mais aussi une logique : les start-ups, industrielles ou pas, fondées sur des innovations de rupture s’appuient sur la recherche et l’enseignement supérieur, lesquels sont principalement situés dans les métropoles. Et pourtant, il y a beaucoup de projets qui restent dans les cartons, dans les ETI et les PMI dans les territoires. Comment les activer pour équilibrer notre réindustrialisation ?

    L’une des valeurs les plus importantes est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les filières stratégiques et les autres, les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort nécessaire face aux défis qui sont les nôtres, avec le poison de la division.

    Faut-il mieux parler de réindustrialisation ou de relocalisation ?

    Je pense qu’il faut plutôt parler de renaissance industrielle. Nous vivons un changement de paradigme. On vivait auparavant dans un monde de mondialisation et de consommation, voire de consommation de masse. Les chocs géopolitiques récents ont remis en avant le thème de la souveraineté. L’environnement est devenu un thème phare en raison du dépassement des limites planétaires. Nous sommes en train de changer de projet de société. Dans l’histoire récente, un outil productif a toujours servi un projet de société. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, De Gaulle et Pompidou veulent rendre la France indépendante et plus moderne avec des grands groupes internationaux et grands programmes. Notre outil productif s’est calé sur ce projet politique.

    A partir des années 1970, l’économie a basculé dans un monde beaucoup plus mondialisé et une société de consommation. La France a basculé dans une société post-industrielle. A l’époque, produire n’est plus une priorité nationale. La préférence est donnée aux services. Pour gagner en pouvoir d’achat, il est logique de délocaliser. La France a restreint son outil productif en répondant à son projet de société. Aujourd’hui, un nouvel outil productif va devoir répondre aux enjeux de souveraineté et d’environnement. Il va falloir faire des choix. La France ne va pas faire revenir l’industrie d’avant.

    Comment rendre la réindustrialisation plus socialement acceptable dans les années à venir ?

    La réindustrialisation va être une course d’obstacles. Le premier obstacle franchi est d’avoir arrêté d’opposer industrie et environnement. Depuis 2021, on a compris que l’on ne pouvait pas répondre aux enjeux environnementaux sans réindustrialiser pour des questions d’empreinte carbone par exemple. Le deuxième obstacle franchi est de mettre la réindustrialisation comme une priorité dans l’agenda politique. Pendant la campagne présidentielle de 2022, il y a eu un consensus politique sur cette question. En mai 2023, le président de la République Emmanuel Macron a consacré la réindustrialisation comme « la mère des batailles ». Il reste néanmoins quelques grandes barrières à franchir. Par exemple, la question de l’électricité décarbonée et de sa compétitivité : difficile de livrer une telle bataille sans mobiliser un atout maître, notre parc électronucléaire, en faveur de l’industrie. De même, la France est un pays de faible densité d’habitants par km2 : la disponibilité de foncier devrait aussi être un atout.

    Par ailleurs, l’industrie a encore une image très négative. Déconstruire un imaginaire collectif est très compliqué. Mon sentiment est que l’on ne peut pas déconstruire l’image négative de l’industrie si on ne lui enlève pas quelques « sacs de plomb » qu’elle porte. Plusieurs enquêtes ont montré que 60% des jeunes ont une mauvaise image de l’industrie à cause des conditions de travail : pénibilité, management vertical, conditions peu compatibles pour assurer un équilibre vie pro-vie perso. Il faut avancer sur ces questions.

    En parallèle, il faut un récit plus positif de notre industrie. L’industrie va nous permettre de reconquérir notre souveraineté, de répondre aux défis environnementaux, de faire de la cohésion sociale et territoriale. Il lui faut, peut-être, une nouvelle esthétique, puisqu’elle correspond à un nouveau projet de société. Il lui faut sans doute une autre place dans l’aménagement du territoire.

    Enfin, l’acceptabilité doit passer par les territoires. Dans le programme Territoires d’industrie, on a associé les politiques et les industriels. On aurait pu associer les salariés et les habitants. Il est possible d’avoir une discussion collective sur le type d’industrie que les habitants sont prêts à accueillir si le sujet est bien amené. La réindustrialisation doit se faire autour d’un projet de territoire.

    Dans le cadre de cette mission, quelles pourraient être les compétences à développer ?

    ll est indispensable d’avoir des savoir-faire spécifiques dans l’industrie, des formations aux métiers industriels, et donc, des formations adaptées en quantité et en compétences. Toutefois, l’angle mort des débats est que les Français sont peu mobiles. Les salariés sont très attachés aux territoires sur lesquels ils travaillent. Il faut plus travailler sur les territoires pour les besoins du territoire avec les habitants du territoire. Il faut répondre aux besoins locaux des entreprises. A l’image du succès des écoles de production qui sont liées aux territoires. Les entreprises qui n’arrivaient pas à recruter se sont regroupées pour former des gens dont elles ont besoin.

    La valeur la plus importante est la cohésion sociale et territoriale. Les efforts en matière de réindustrialisation ne se feront pas en opposant les ruraux aux urbains, les villes moyennes aux grandes métropoles. On n’arrivera jamais à répartir l’effort avec le poison de la division.

    Le projet de loi industrie verte prévoit une simplification et une réduction des délais de procédures pour bâtir des usines. Quel regard portez-vous sur cette mesure ?

    La simplification des textes est nécessaire. Mais nous avons eu peu de résultats en la matière jusqu’à présent. Les attentes de la société à l’égard des entreprises deviennent de plus en plus complexes. La société n’attend pas seulement de l’emploi et des résultats économiques. Elle souhaite aussi que les entreprises abordent la question de l’environnement, de l’inclusion, de la diversité et du bien-être au travail. La société imprime sur le monde économique une variété d’attentes parfaitement légitimes via des textes réglementaires.

    La question est de savoir comment accompagner les chefs d’entreprise dans ce dédale ? Les fonctionnaires en charge d’appliquer la législation en sont les meilleurs connaisseurs. Nous devons leur faire confiance pour accompagner les porteurs de projets tout en gardant leur indépendance. C’est parfaitement possible, et cela se pratique dans d’autres pays.

    La mise en parallèle des procédures prônée par la loi industrie verte exige que les fonctions publiques se fassent confiance, c’est un premier pas. Dans les Hauts-de-France, il y a un accord encore la Préfecture et la Présidence de région pour accorder une priorité aux projets industriels. Le traitement des dossiers industriels dans cette région respecte le droit. Mais cela va plus vite que dans d’autres régions. En se calant sur ces bonnes pratiques, il n’y a pas de raison pour que l’on n’y arrive pas à l’objectif fixé par cette loi.


    Quel bilan tirez-vous de la mise en place de France 2030 ?

    L’outil est nécessaire, indispensable pour nous repositionner sur les technologies de rupture et ses réalisations sont emblématiques, même s’il y a une lourdeur des procédures administratives dans la sélection des projets, selon une récente évaluation du comité de surveillance.

    Le plan France 2030 permettrait d’augmenter la part de l’industrie de 0,5 point dans le PIB et créer de l’ordre de 100.000 emplois industriels, nous en avons aujourd’hui près de 3 millions. Est-ce que ce « seulement » +3% en emplois industriels est en phase avec nos ambitions de réindustrialisation ? Il faudra sans doute d’autres outils, complémentaires, pour une réindustrialisation à la hauteur des attentes.

    Grégoire Normand

    12345...14



    L'actu écologique |
    bessay |
    Mr. Sandro's Blog |
    Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
    | MIEUX-ETRE
    | louis crusol