Archive pour le Tag '2 millions'

2 millions de jeunes de 15-29 ans sans emploi et sans formation

2 millions de jeunes de 15-29 ans  sans emploi et sans formation

 

Selon le Conseil d’analyse économique (CAE), 17 % des jeunes de cette classe d’âge échappent au système scolaire ou professionnel. Plus grave encore: 900.000 jeunes ont quitté le cursus scolaire sans diplôme, donc sans aucun viatique pour l’emploi. Ce chiffre, plus élevé qu’ailleurs, est source d’inquiétude. «Si la crise a affecté l’ensemble des pays développés, nombre de pays européens connaissent des taux d’emplois des jeunes supérieurs au nôtre», soulignent les auteurs de cette analyse, Pierre Cahuc, Stéphane Carcillo et Klaus Zimmermann. Pour tenter d’inverser la tendance, le CAE prône la mise en place de deux types de mesures: celles qui amèneront le jeune vers l’emploi, puis celles qui inciteront les entreprises à l’accueillir. Ces deux axes d’un même engrenage vertueux sont forgés autour de deux idées maîtresses. Dans un premier temps, le CAE prône le développement de l’enseignement professionnel via l’alternance emploi-étude. En Allemagne, c’est une réussite: 50 % des jeunes utilisent cette possibilité, contre 25 % en France. «En outre, la hausse récente de l’apprentissage est le fait des diplômés alors que l’effort devrait être concentré sur les jeunes sans diplôme», note cette instance qui dépend directement du premier ministre. Ce constat engendre une proposition simple: réorienter les fonds alloués aux emplois d’avenir vers la formation des jeunes sans diplôme, en subventionnant 120.000 emplois avec une formation en alternance (secteur marchand) et 750.000 formations à plein temps dans les programmes de «la deuxième chance». Dans un second temps, du côté des entreprises, le CAE suggère de supprimer l’obstacle du salaire minimum pour les jeunes peu qualifiés: des allégements de charges ciblés seraient réservés aux contrats de génération pour les rémunérations inférieures à 1,6 fois le smic. «Les sommes dégagées seraient réallouées à l’accompagnement des jeunes», poursuivent ces experts qui proposent, en outre, la simplification de la rupture du contrat de travail pour motif économique. Une réelle alternative entre des CDI trop stables et des CDD qui le sont trop peu. En ouvrant le RSA aux jeunes et en triplant les moyens de l’État pour l’accompagnement, le CAE voudrait ainsi inverser les courants de cette inquiétante

 

Mobile-Free : 5,2 millions d’abonnés en 2012

Mobile-Free : 5,2 millions d’abonnés en 2012

Le 10 janvier 2012, le groupe de Xavier Niel bousculait le marché en présentant deux offres très inférieures à celles de la concurrence: un forfait à 19,99 euros/mois avec internet, SMS/MMS illimités et appels illimités, et un autre à 2 euros mensuels pour 60 minutes de communications et 60 SMS.  Jeudi, Iliad, maison-mère de Free, a annoncé totaliser 5,205 millions d’abonnés mobiles à la date du 31 décembre 2012.  La répartition des abonnés entre les deux forfaits proposés est « assez équilibrée », précise le groupe.   »On ne pensait pas que le marché se développerait autant sur la SIM only », soit l’abonnement « nu » sans téléphone, « c’est une des grosses surprises de cette première année », a déclaré à l’AFP Maxime Lombardini, directeur général du groupe, qui rappelle que ces offres sans engagement étaient « quasi inexistantes avant l’arrivée de Free ».   »Notre lancement a déclenché une multiplication d’offres du même type en Europe, comme chez Vodafone ou France Télécom Espagne », a-t-il ajouté.  En un an d’existence, l’activité mobile représente déjà plus d’un quart du chiffre d’affaires total du groupe, qui s’est élevé en 2012 à 3,15 milliards d’euros, en progression de 48,5% sur un an.   »Dans une Europe des télécoms qui, à quelques très rares exceptions près est en déclin, nous faisons presque 50% de croissance du chiffre d’affaires sur l’année, et même 63% sur le seul quatrième trimestre, cela nous permet d’être assez satisfaits », s’est félicité Maxime Lombardini.   Free, précurseur de la « box » avec offre triple (internet, téléphone, télévision) qui avait imposé l’abonnement à moins de 30 euros, annonce également de bonnes performances sur ce segment.  A fin décembre 2012, Free revendique 5,364 millions d’abonnés à ses offres fixes, contre 4,8 millions un an plus tôt, et évoque « une année historique ».  Ces derniers jours, les trois opérateurs historiques France Télécom, SFR et Bouygues Telecom ont publié des résultats annuels mitigés, voire plus mauvais que prévu, tous évoquant la « pression concurrentielle » subie en France avec l’arrivée de Free.  Bouygues Telecom a été plus durement touché que ses concurrents par la guerre des prix: l’opérateur a clos en 2012 son premier exercice déficitaire depuis dix ans, et prévoit déjà pour 2013 un nouveau repli de l’activité.  Et Stéphane Richard, patron de France Télécom, a déjà prévenu que si « l’arrivée de Free a (déjà) provoqué une baisse de l’ordre de 10% dans le mobile », ce repli « va se prolonger en 2013″.  Mais pour le directeur général d’Iliad, « globalement, cela ne va pas si mal » pour la concurrence.   »Quand on regarde les parcs d’abonnés, on s’aperçoit que les trois opérateurs historiques ont terminé l’année avec à peu près autant d’abonnés qu’ils l’avaient commencée », souligne-t-il.   »Et même si les rentabilités se dégradent un peu, il reste des sommes considérables, en tout cas permettant de financer les investissements, et les dividendes annoncés par les trois groupes sont encore à des niveaux très élevés », a ajouté M. Lombardini.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol