Archive pour le Tag '2.000'

Coronavirus États-Unis : 167.000 nouveaux cas , 2.000 morts en 24 heures

Coronavirus États-Unis : 167.000 nouveaux cas , 2.000 morts en 24 heures

 

Les Etats-Unis, pays le plus touché au monde  par la maladie en valeur absolue-la France est en quatrième position–, a encore détecté mardi 166.960 nouveaux cas en 24 heures et déploré 2.081 décès selon l’université Johns Hopkins, dont le relevé actualisé en continu fait référence. Plus de 259.000 personnes sont mortes du Covid-19 aux Etats-Unis depuis le début de la pandémie.

Banques : 2.000 milliards d’argent sale, ou quand l’argent n’a pas d’odeur

Banques : 2.000 milliards d’argent sale, ou quand l’argent n’a pas d’odeur

 

 

D’une certaine manière l’argent n’a pas d’odeur, ce qui est bien connu. Une fois dans les tuyaux bancaires l’argent sale-notamment celui de la drogue– est en quelque sorte légalisé et peut se recycler dans des investissements propres  notamment l’immobilier. L’évaluation du business de la drogue est forcément approximatif il se situerait entre 300 et 500 milliards par an. En France l’INSEE avait évalué ce trafic à environ 3 milliards.

 

Au total au moins 2.000 milliards de dollars de transactions suspectes aurait été réalisées entre 2000 et 2017 par les grandes banques mondiales, selon des documents bancaires obtenus par le média en ligne BuzzFeed News et qui ont fait l’objet d’une enquête au sein de l’ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation) dévoilée dimanche. Déjà à l’origine des « Panama Papers », l’ICIJ a constitué une équipe de plus de 400 journalistes travaillant pour 110 organes de presse dans 88 pays, dont la cellule investigation de Radio France et Le Monde.

L’enquête repose sur des « suspicious activity reports » (SAR, rapports d’activités suspectes) envoyés par les banques américaines lorsqu’elles détectent des transferts de fonds douteux. Les SAR sont destinés au service de renseignement financier américain FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network), au cœur du système mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

« Les ‘FinCEN Files’ montrent le rôle central des grandes banques systémiques dans la circulation des flux d’argent sale liés à la fraude, la corruption, le crime organisé et le terrorisme », explique de son côté Le Monde https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/09/20/fincen-files-comment-les-grandes-banques-mondiales-ferment-les-yeux-sur-les-mouvements-d-argent-sale_6052950_4355770.html, qui cite également les banques HSBC, Standard Chartered Bank et Bank of New York Mellon.

 

Banques : 2.000 milliards d’argent sale, ou quand l’argent n’a pas d’odeur

Banques : 2.000 milliards d’argent sale, ou quand l’argent n’a pas d’odeur

 

 

D’une certaine manière l’argent n’a pas d’odeur, ce qui est bien connu,. Une fois dans les tuyaux bancaires l’argent sale-notamment celui de la drogue– est en quelque sorte légalisé et peut se recycler dans des investissements propres  notamment l’immobilier. Au moins 2.000 milliards de dollars de transactions suspectes ont été réalisées entre 2000 et 2017 par les grandes banques mondiales, selon des documents bancaires obtenus par le média en ligne BuzzFeed News et qui ont fait l’objet d’une enquête au sein de l’ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation) dévoilée dimanche. Déjà à l’origine des « Panama Papers », l’ICIJ a constitué une équipe de plus de 400 journalistes travaillant pour 110 organes de presse dans 88 pays, dont la cellule investigation de Radio France et Le Monde.

L’enquête repose sur des « suspicious activity reports » (SAR, rapports d’activités suspectes) envoyés par les banques américaines lorsqu’elles détectent des transferts de fonds douteux. Les SAR sont destinés au service de renseignement financier américain FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network), au cœur du système mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

« Les ‘FinCEN Files’ montrent le rôle central des grandes banques systémiques dans la circulation des flux d’argent sale liés à la fraude, la corruption, le crime organisé et le terrorisme », explique de son côté Le Monde https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/09/20/fincen-files-comment-les-grandes-banques-mondiales-ferment-les-yeux-sur-les-mouvements-d-argent-sale_6052950_4355770.html, qui cite également les banques HSBC, Standard Chartered Bank et Bank of New York Mellon.

 

Banques : 2.000 milliards d’argent sale

Banques : 2.000 milliards d’argent sale

Au moins 2.000 milliards de dollars de transactions suspectes ont été réalisées entre 2000 et 2017 par les grandes banques mondiales, selon des documents bancaires obtenus par le média en ligne BuzzFeed News et qui ont fait l’objet d’une enquête au sein de l’ICIJ (Consortium international des journalistes d’investigation) dévoilée dimanche. Déjà à l’origine des « Panama Papers », l’ICIJ a constitué une équipe de plus de 400 journalistes travaillant pour 110 organes de presse dans 88 pays, dont la cellule investigation de Radio France et Le Monde.

L’enquête repose sur des « suspicious activity reports » (SAR, rapports d’activités suspectes) envoyés par les banques américaines lorsqu’elles détectent des transferts de fonds douteux. Les SAR sont destinés au service de renseignement financier américain FinCEN (Financial Crimes Enforcement Network), au cœur du système mondial de lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

« Les ‘FinCEN Files’ montrent le rôle central des grandes banques systémiques dans la circulation des flux d’argent sale liés à la fraude, la corruption, le crime organisé et le terrorisme », explique de son côté Le Monde https://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2020/09/20/fincen-files-comment-les-grandes-banques-mondiales-ferment-les-yeux-sur-les-mouvements-d-argent-sale_6052950_4355770.html, qui cite également les banques HSBC, Standard Chartered Bank et Bank of New York Mellon.

Apple : 2.000 milliards de capitalisation

Apple :  2.000 milliards de capitalisation

Apple est devenue la première capitalisation mondiale avec de l’art de 2000 milliards. Après la publication de résultats trimestriels marqués par une progression du groupe dans tous ses secteurs d’activité et dans toutes les zones géographiques où Apple est présent, l’action Apple a enchaîné les hausses, reprenant à la compagnie pétrolière saoudienne Aramco le titre de première capitalisation boursière mondiale.

Au total, la valeur boursière d’Apple a augmenté de 59% depuis le début de l’année.

Cette performance illustre la confiance toujours plus forte des investisseurs dans la capacité du groupe à réduire sa dépendance aux ventes d’iPhone au profit des services, qui génèrent des flux de chiffre d’affaires récurrents.

L’action pourrait toutefois être surévaluée selon une mesure largement utilisé puisqu’elle se négocie à plus de 30 fois les bénéfices attendus sur l’année à venir par les analystes, son plus haut niveau depuis plus de dix ans, selon les données Refinitiv.

Amazon et Microsoft talonnent Apple au classement des plus importantes sociétés américaines cotées, avec une valorisation d’environ 1.600 milliards de dollars.

Alphabet, la maison mère de Google, est derrière à un peu plus de 1.000 milliards.

Les groupes du secteur des hautes technologies ont vu leurs performances grimper depuis le début la crise du coronavirus, les consommateurs s’appuyant davantage sur le commerce et la vidéo en ligne ou d’autres services qu’ils fournissent.

Les investisseurs font le pari que ces géants technologiques sortiront de la crise plus forts que leurs concurrents, certains considérant même leurs actions comme des valeurs refuges malgré leur volatilité.

Coronavirus France : 2 000 nouveaux cas en 24 heures

Coronavirus France : 2 000 nouveaux cas en 24 heures

2 238 en 24 heures en France, portant le total des cas à 16 129 sur la semaine, selon les chiffres publiés mardi 18 août par la direction générale de la santé (DGS).

Les hôpitaux français ont admis 185 nouveaux patients atteints de Covid-19 au cours des dernières 24 heures, contre 234 lundi. Au total, 4 823 patients sont actuellement hospitalisés, soit 102 de moins que lundi, dont 380 en service de réanimation (contre 384 la veille).

Depuis le début de l’épidémie, 30 451 personnes sont mortes du coronavirus en France (soit 22 morts supplémentaires en 24 heures), dont 19 940 au sein des établissements hospitaliers et 10 511 en établissements sociaux et médico-sociaux.

Le pourcentage de tests positifs continue à augmenter, à 3% contre 2,9% lundi et 29 nouveaux clusters ont été détectés, a aussi indiqué la DGS, qui recommande toujours activement le port du masque et le respect des autres gestes barrières comme le lavage des mains et la distanciation physique dès qu’elle est possible.

Coronavirus États-Unis : plus de 42.000 infections en 24 heures

Coronavirus États-Unis : plus de 42.000 infections en 24 heures

 Près de 2,6 millions le nombre total de cas positifs à la Covid-19 sur le sol américain

Au moins 42.000 infections au coronavirus ont été recensées dans le pays en 24 heures, selon le dernier comptage officiel, ce lundi 29 juin à 20h30, heure locale.

Ces nouvelles infections, concentrées dans les États du sud et de l’ouest, portent à près de 2,6 millions le nombre total d’infections sur le sol américain. En raison de la remontée des contaminations, certains États américains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement.

Alors que le nombre de décès quotidiens dans la première puissance économique mondiale continue pour le moment de décliner, avec 355 nouveaux morts en 24 heures, le nombre de cas nouvellement détectés n’a jamais été aussi élevé depuis l’apparition de l’épidémie. Les hospitalisations augmentent dans plusieurs foyers détectés dans les villes d’Houston et Phoenix, ce qui fait craindre le pire pour le tableau des morts dans les prochaines semaines.

Coronavirus Espagne : en 24 heures 2.000 cas en plus et une centaine de morts

Coronavirus Espagne  : en 24 heures 2.000 cas en plus et une centaine de morts

Quelque 2.000 nouveaux cas de coronavirus ont été enregistrés en Espagne et une centaine de personnes sont mortes, en 24 heures en Espagne, le pays le plus touché en Europe derrière l’Italie, ont annoncé dimanche les autorités. Selon le dernier bilan, un total de 7.753 cas ont été détectés tandis que 288 personnes sont décédées du Covid-19 dans le pays qui s’est mis à l’isolement quasi total pour tenter de freiner la propagation de la pandémie.

Les précédents chiffres, communiqués par les autorités samedi, faisaient état de plus de 5.700 cas et au moins 183 morts. Le chef du gouvernement espagnol Pedro Sanchez a annoncé samedi soir la mise à l’isolement quasi total du pays dont les 46 millions d’habitants n’ont le droit de sortir seuls de chez eux que pour des raisons impératives comme aller travailler, à la pharmacie, se faire soigner ou acheter à manger.

Tous les commerces non essentiels, les écoles, les musées, les établissements sportifs ont par ailleurs été fermées dans l’ensemble de l’Espagne tandis que les processions religieuses prévues pour la Semaine sainte début avril ont été annulées dans de nombreuses régions ou villes du pays comme Séville, en Andalousie.

Ehpad : un prix de 2.000 euros par mois !

Ehpad : un prix de 2.000 euros par mois !

 
Le  prix moyen d’une chambre en EHPAD tourne autour de 2000 € par mois parenthèse (le prix médian). Un prix qui devient de plus en plus excessif et qui fait retarder l’entrée dans les maisons de retraite. Du coup, c’est le cycle infernal. On entre de plus en plus tard en EHPAD mais les pathologies sont de plus en plus lourdes et les coûts également. La solution, partielle en tout cas, passe sans doute par un vaste plan de maintien à domicile des personnes âgées mais là aussi faudrait revoir les conditions d’aide à domicile ( avec un forte révalorisation des rémunérations des assistantes de vie en particulier) et de soins. La Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie, un organisme rattaché au ministère de la Santé, a publié cette semaine les dernières statistiques sur les Etablissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad). Elle estime désormais que le prix médian pour une chambre est de 2.000 euros par mois -la moitié des résidents paye moins, l’autre moitié paye plus.

Ce tarif médian de 2.000 euros correspond à une chambre individuelle de 20 m2 à Lille, avec WC et salle de bains privatifs et accès aux animations et espaces verts, le tout à 10 mn du centre-ville. Ce prix médian varie cependant énormément d’un département à l’autre. C’est en Haute-Saône que les Ehpad sont les moins chers : entre 1.611 euros et 1.976 euros. Et sans surprise, c’est à Paris que le résident devra débourser le plus : entre 2.820 et 4.669 euros, avec des pointes jusqu’à 6.900 euros !

La facturation de base est composée de l’hébergement (1.810  euros) et du tarif dépendance, qui varie de  165 à 815 euros selon l’état du résident. Les soins sont quant à eux pris en charge par la Sécu. Selon les établissements, des services, comme le Wifi, le téléphone ou la télévision dans la chambre, peuvent être inclus dans la prestation ou sont des options payantes.

Au total, selon les derniers chiffres de 2015, la France comptait 585.560 résidents, dont 75% de femmes, dans les Ehpad, pour une moyenne d’âge de 85 ans et 9 mois. Une personne reste dans un établissement en moyenne deux ans et demi.

Professeurs: un salaire de 2.000 euros en 2020 ? Un peu moins qu’un plombier

 Professeurs:  un salaire de 2.000 euros en 2020 ? Un peu moins qu’un plombier

 

 

 

L’annonce du ministre de l’éducation évoquant une augmentation de l’ordre de 300 € et d’un objectif d’un salaire minimum de 2000 € en 2020 donne l’impression d’une avancée spectaculaire. La vérité c’est que c’est à peine le salaire d’un plombier. Des salaires ridicules pratiqués dans l’enseignement en début de carrière comme ceux d’ailleurs de l’ensemble des fonctionnaires ceci explique bonne part la baisse générale de qualité. Le même phénomène qu’on constate dans l’éducation nationale se vérifie aussi chez les médecins hospitaliers entre (dont 50 % sont d’origine étrangère pour cette raison sociale). La vérité c’est que cette nouvelle rémunération des professeurs représente à peine le salaire d’un plombier. Les salaires pratiqués dans l’enseignement en début de carrière comme ceux d’ailleurs de l’ensemble des fonctionnaires sont ridiculement bas. « C’est typiquement le genre d’objectif que je souhaite me fixer ». Interrogé sur Europe 1, sur les promesses d’augmentation de salaires faites au « stylos rouges », révélées par Challenges, le ministre de l’Education nationale a donné un possible ordre de grandeur à cette revalorisation.

Si ce montant était confirmé, il ne suffirait pas à calmer la grogne des professeurs, dont le ministre estime qu’ils seront 15 % à faire la grève jeudi, à l’appel d’une intersyndicale de la fonction publique. Car garantir un montant de salaire minimum répond davantage à un enjeu d’attractivité de la profession, dont les concours ne font pas le plein, qu’à une réponse substantielle aux problèmes de pouvoir d’achat des professeurs, qui comptent parmi les moins bien payés de l’OCDE.

Des discussions sont en cours avec Bercy, dans le cadre des négociations du projet de loi de Finances 2020. A priori, il s’agirait des revalorisations de salaire pluriannuelles, pour étaler la charge des augmentations sur plusieurs années.

Le problème c’est que cette augmentation de salaire risque d’être contagieux et de contaminer l’ensemble des fonctionnaires. Alors si les fonctionnaires sont si mal rémunérés c’est qu’ils sont globalement beaucoup trop nombreux et mal répartis entre les fonctions réellement régaliennes et des fonctions accessoires pouvant être confiées  au privé. Même dans les fonctions régaliennes,  d’immenses progrès d’organisation sont à réaliser  dans certaines filières y compris dans la filière hospitalière par exemple.

PSA 2.000 emplois supprimés : pourquoi ?

PSA 2.000 emplois supprimés : pourquoi

 

 

 

Le groupe PSA qui a bien failli disparaître en 2014 à effectivement retrouvé une rentabilité financière. Pour autant l’avenir n’est pas assuré compte tenu de l’évolution des marchés, témoin le fait que PSA est en train de se faire doubler par Renault en Europe concernant les immatriculations. En cause un renouvellement de gamme insuffisant, la baisse des immatriculations diesel aussi le contexte international notamment relatif au Brexit.  Sur les neuf premiers mois de l’année, PSA a ainsi immatriculé près de 520 000 voitures particulières neuves en France. Soit une progression de 2,6 % dans un marché en croissance moyenne de 6,3 %, selon les dernières données publiées par le Comité français des constructeurs automobiles. Au cours de la même période, Renault en a immatriculé près de 485 000, avec une progression depuis le début de l’année de 9,2 %. En septembre, la marque au losange a même doublé son rival en termes de volume de vente. PSA a en effet connu une forte baisse par rapport à septembre 2015 (de 6,8 %), plombé notamment par les contre-performances de ses marques Citroën (- 13,5 %) et DS (- 12,2 %). Alors que Renault voit ses ventes bondir de 8,2 %. La donne est sensiblement la même sur le marché européen. Renault, qui bénéficie en ce moment du renouvellement d’une grande partie de sa gamme, a doublé son concurrent français en septembre, lui ravissant la seconde place européenne derrière l’allemand Volkswagen. Ses ventes ont ainsi progressé sur le dernier mois de 18,7 %, alors que PSA chutait de 5,2 %, par rapport à septembre 2015. Du coup, le nouveau plan prévoit environ 2.000 départs, essentiellement via des mobilités externes sécurisées et des dispenses d’activité pour les fins de carrière, mais aucun licenciement. « PSA poursuit la même politique, nous sommes depuis plusieurs années sur une tendance régulière de départs chaque année », observe Xavier Lelasseux, représentant CFDT chez PSA. « Nous aimerions plutôt que le groupe consacre cette énergie à mieux former les gens aux métiers de demain tant l’automobile a besoin de nouvelles compétences. » Les mesures présentées au CCE ne se traduiront pas automatiquement et dans la foulée par autant de suppressions de postes, car les salariés senior restent inscrits à l’effectif jusqu’à leur retraite tandis que certains ayant opté pour une mobilité externe pourront théoriquement revenir chez PSA si l’expérience ne s’avérait pas concluante. « Tout se fera sur la base du volontariat, et il y aura une certaine compensation en terme de CDI et d’alternants », a souligné de son côté Franck Don, représentant CFTC. Le groupe PSA, dont la France pèse toujours 68% de l’effectif mondial pour la division automobile, compte en effet recruter 1.000 personnes en CDI et 6.000 jeunes en alternance sur trois ans, la durée du nouvel accord de compétitivité signé en juillet dernier. Malgré à chaque fois un effet retard, l’effectif de Peugeot Citroën Automobiles France diminue toutefois bel et bien chaque année. Au 31 décembre 2015, il était tombé à 54.649 salariés – hors usines réintégrées dans le périmètre du groupe – contre 57.790 en 2014 et 61.882 en 2013, soit une baisse d’environ 3.000 personnes par an. Interrogé sur les derniers chiffres d’effectifs, le directeur financier Jean-Baptiste de Chatillon a refusé de faire un commentaire. « Le plan ‘Push to pass’, c’est d’abord l’agilité, ce n’est pas d’être statique, ni en terme de performance ni en terme de métier », a-t-il simplement répondu. « C’est bien de déployer notre plan de croissance en bougeant un petit peu les lignes pour aller vraiment au plus près du client (…) Et bien sûr, nous devons le faire dans les meilleurs conditions de compétitivité. » Le nouveau plan stratégique de PSA a pris le relais du plan de redressement « Back in the race », qui a permis à PSA de sortir de la grave crise financière qu’il a traversée en 2012 via un plan d’économies drastique et le recentrage de l’activité sur les marchés et les modèles les plus rentables. Le groupe, qui ne donne pas de prévisions pour 2016, vise une marge opérationnelle courante moyenne de 4% pour la division automobile sur la période 2016-2018 et une cible à 6% en 2021, ainsi qu’une croissance de 10% du chiffre d’affaires à changes constants entre 2015 et 2018.

(Avec Reuters)

La dette publique : 2.000 milliards d’euros

La dette publique : 2.000 milliards d’euros

 

C’est fai,t cette fois on va atteindre les 2000 milliards de dettes publiques soit environ 100% du PIB ! Les Sages de la rue Cambon estiment que les mesures d’économies ne permettront pas d’empêcher la hausse du déficit. Le dérapage de la dette pourrait être encore plus important en cas de croissance inférieure à 1%. La Cour des comptes tire la sonnette d’alarme. Dans un rapport publié ce mardi 17 juin, les Sages de la rue Cambon affirment que « même si les objectifs de déficit du programme de stabilité sont atteints, la dette publique dépassera 2.000 milliards d’euros à la fin de 2014« . En cas de croissance inférieur à 1%, ce dérapage pourrait s’avérer bien pire. Le déficit public devrait par ailleurs s’établir aux alentours de 4% du PIB, voire un peu plus, fin 2014. Le gouvernement prévoit pourtant d’atteindre un déficit de 3,8%. Un chiffre réévalué par rapport à l’objectif initial de 3,6%.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol