Archive pour le Tag '1er Semestre'

Dexia : nouvelle perte de 905 millions d’euros au 1er Semestre

 

Dexia : nouvelle perte de  905 millions d’euros au 1er Semestre

 

L’affaire Dexia est révélatrice des dérives bancaires ; D’un certain point de vue, c’est une caricature ; Pour autant la crise de cette banque présente bien des points communs avec d’autres établissements bancaires. Dexia déjà victime de la crise des subprimes, n’a pu encaisser la crise financière actuelle. Dexia est l’exemple même, extrême sans doute, des dérives bancaires. Dexia dont l’activité essentielle devait être orientée vers les prêts aux collectivités locales s’est aventuré dans des placements à haut risques dans des zones géographiques, dans des secteurs et dans des modalités qui ne correspondant ni à son objet, ni à ses compétences. Même chose pour les banques qui  n’ont tiré aucun enseignement de la crise de 2008 et ont continué, elles aussi à investir dans des placements à risques mal mesurés pour lesquels alors que ce n’est pas leur mission première et qu’elles n’ont en réalité que peu de compétence dans ces domaines. En clair on joue avec l’argent des dépôts et des épargnants pour tenter d’accroitre les profits et satisfaire les actionnaires et les égos (et les rémunérations)  des dirigeants. Notons que la rémunération de M. Mariani, dirigeant de Dexia était de l’ordre de 2 millions d’euros en 2010  (salaires et bonus), c’est évidemment mieux que son ancien salaire de fonctionnaire inférieur à 100 000 euros. ; En fait M. Mariani est représentatif des dirigeants de banques français, hauts  fonctionnaires, qui ne doivent leur promotion qu’à leur passage dans les cabinets ministériels ; ce qui explique une grande partie de leur incompétence et de leur irresponsabilité. Et pourtant M. Mariani était considéré comme l’un des meilleurs, ce qui en dit long sur la qualité des autres.  Le groupe avait affiché un an plus tôt une perte de 1,166 milliard d’euros, selon les résultats retraités publiés par le groupe dans un communiqué.  Dexia précise que les activités conservées au sein du groupe ont limité leurs pertes à 775 millions. Une perte de 134 millions est due aux activités arrêtées ou en cours de cession.  Le produit net bancaire, qui s’apparente au chiffre d’affaires, a été négatif de 522 millions d’euros sur la période, dans la mesure où les recettes tirées de la gestion du portefeuille ont été inférieures aux coûts de refinancement du groupe.   »Au-delà de la volatilité introduite par des éléments comptables ou non-récurrents, le résultat récurrent s’est amélioré, porté par une réduction du coût de financement au deuxième trimestre », a souligné Karel de Boeck, administrateur-délégué de Dexia SA, cité dans le texte.  Le groupe préfère donc mettre l’accent sur son résultat net récurrent (hors éléments exceptionnels), qui n’est négatif « que » de 364 millions d’euros.  Car Dexia a souffert « d’éléments de volatilité comptable » qui ont pesé à hauteur de 389 millions sur son résultat semestriel sous l’effet de l’introduction d’une nouvelle norme comptable.  Dexia rappelle que son premier trimestre a été marqué par la vente de la Société de Financement Local, avec à la clef une perte de 142 millions, compensée par un effet fiscal de 46 millions et un ajustement de 133 millions en fonds propres.  Parmi les éléments positifs, Dexia souligne être parvenue à réduire son bilan de 31% sur le semestre, même si celui-ci atteint encore 247 milliards d’euros.  A la fin juin, Dexia affiche un coût du risque de 84 millions d’euros, principalement en raison d’une provision passée sur la ville américaine de Detroit, qui vient de se déclarer en faillite.  D’autre part une charge couvrant différents litiges juridiques a également été passée pour 80 millions d’euros, alors que la banque a été assignée en justice par plusieurs municipalités qui contestent la validité de leurs emprunts.  La banque, principal acteur du financement des collectivités jusqu’à ses déboires, a été durement frappée par la crise de la dette, ce qui a rendu nécessaire un second sauvetage en octobre 2011, après un premier à l’automne 2008.  Selon la Cour des comptes, les déboires de Dexia, en cours de démantèlement, ont coûté 6,6 milliards d’euros à la France jusqu’à présent.

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol