Archive pour le Tag '14 000'

Coronavirus France : 353 décès en 24 heures , 14.000 décès en tout

Coronavirus France : 353 décès en 24 heures , 14.000 décès en tout

13.832 décès dus au coronavirus depuis le 1er mars, dont 8.943 dans les établissements hospitaliers et 4.889 dans les Ehpad et autres établissements médico-sociaux, a annoncé samedi le directeur général de la santé, Jérôme Salomon.

Avec 353 morts à l’hôpital et 290 dans les Ehpad, le bilan quotidien s’élève à 643 décès. Il était vendredi de 578 décès, selon les chiffres publiés sur le site de Santé Publique France, mais Jérôme Salomon en avait annoncé 554.

Le nombre total de cas graves en réanimation atteint 6.883, soit 121 de moins que la veille, a poursuivi Jérôme Salomon, lors de son point de presse quotidien. Le solde entre sorties et admissions est en baisse pour la troisième journée consécutive, s’est-il félicité.

“Cette éclaircie semble se confirmer et va évidemment soulager nos soignants, en particulier en réanimation”, a-t-il souligné.

“Un très haut plateau épidémique semble se dessiner, mais, je vous l’ai dit, l’épidémie est active. Beaucoup de cas arrivent encore à l’hôpital. Nous devons absolument continuer à rester vigilants, mobilisés et prudent.”

Grippe « ordinaire : déjà 14 000 décès aux États-Unis

Grippe « ordinaire : déjà 14 000 décès aux États-Unis

 

Alors que les médias ne cessent de traiter à la  ne les dégâts du Coronavirus, on parle moins de la grippe ordinaire particulièrement dure cette année. Selon l’agence américaine de contrôle et de prévention des maladies (Centers for Disease Control and Prevention ou CDC), la saison actuelle de la grippe, qui est loin d’être terminée, est particulièrement virulente cette année. Elle a déjà envoyé plus de 250.000 Américains à l’hôpital, avec une proportion plus élevée que d’habitude d’enfants et de jeunes adultes. Et elle a tué au moins 14.000 personnes.

Toute  la France est aussi  frappée par l’épidémie de grippe.. Sur les 13 régions que compte le territoire métropolitain, 12 ont franchi la phase épidémique et seront très prochainement suivies par les Antilles. Santé Publique France a constaté « une forte augmentation des indicateurs de l’activité grippale en métropole ».

L’épidémie s’étend : 190 personnes sur 100 000 présentent des syndromes grippaux. Le nombre d’hospitalisations pour grippe s’amplifie aussi : 460 personnes, en particulier des enfants de moins de 5 ans et des seniors de plus de 75 ans. Le réseau SOS Médecins a annoncé que 11,3% des consultations faites à travers ce service concernaient la grippe.

Cet hiver, le virus a fait 22 morts. Parmi eux, on compte deux enfants de moins de 15 ans, douze personnes entre 15 et 64 ans et huit seniors de plus de 65 ans. Depuis le 4 novembre 2019, 244 cas graves de grippe ont été signalés et admis en réanimation. 72% d’entre eux étaient des personnes non-vaccinées.

Depuis le mois de novembre, plus de 408 cas graves ont été admis en réanimation, dont 34 sont décédés. Il s’agit de 6 enfants de moins de 15 ans, 15 cas âgés de 15-64 ans et 13 cas âgés de plus de 65 ans. L’âge moyen de ces cas sévères est de 51 ans et 73% présentaient des facteurs de risque de complication. Parmi ceux dont le statut vaccinal était connu, les trois-quarts n’étaient pas vaccinés contre la grippe.

 

Sécheresse: la FNSEA compte seulement 14 000 entreprises sinistrées !

Sécheresse: la FNSEA compte seulement 14 000 entreprises sinistrées !

 

 

De manière un peu irresponsable, la FNSEA estime à seulement 80 millions les dégâts de la sécheresse pour le secteur agricole quand sans doute les dégâts atteignent des centaines de millions.  Seulement 14 000 exploitations seraient concernées sur les 450 000 du pays. Une évaluation tout à fait fantaisiste et dangereuse. En effet, les conséquences de la sécheresse dépassent et de très loin les 80 millions évoqués. Il faudra d’ailleurs attendre la fin de la saison pour faire un bilan autrement plus pertinent. Attendre par exemple l’ensilage des maigres productions de maïs qui vont affecter la production de viande. Une viande produite déjà depuis plusieurs mois avec du fourrage puisque les prés sont complètement grillés. La même problématique se pose pour les producteurs de lait dont les coûts vont également croître. Il faudra aussi attendre les vendanges pour bien apprécier les pertes de productions affectées en début d’année par le gel et plus tard grillé par des températures excessives. En apparence,  les producteurs de céréales s’en sont bien sortis avec de bons rendements. Le problème c’est que les rendements ont été excellents dans le monde entier en particulier dans les pays de l’Est. De ce fait, les cours s’écroulent et les retombées financières de ce phénomène affecteront fortement le résultat des les entreprises. La conséquence immédiate de tout cela sera de nouvelles faillites d’exploitations.

Le nombre de chefs d’exploitation agricole s’est réduit à 448 500 (-1%) en 2018. En 2017, il s’élevait encore à 453 000, et en 2016 à 462 000, a précisé la MSA, le régime de sécurité sociale des agriculteurs (santé, retraite, emploi). y a dix ans, en 2008, la France comptait encore 514 000 agriculteurs. Le pays « perd entre 1,5% et 2% de chefs d’exploitation par an », a indiqué un responsable de la MSA, selon lequel cette érosion est « assez régulière ».

Par paresse autant sans doute que par manque de courage politique, la FNSEA pour justifier le dommage à 80 millions se fonde sur l’assureur agricole Groupama qui ne prend en compte que les sinistres déclarés.

Ce premier bilan devrait être très inférieur à l’estimation finale, les agriculteurs étant couverts sur ce sujet jusqu’en octobre. D’autres assureurs agricoles, majeurs comme le Crédit agricole, n’ont pas encore dévoilé leurs chiffres. Avec la multiplication des aléas météorologiques, liés notamment au changement climatique, les coûts d’indemnisation vont crescendo depuis plusieurs années.

En juillet, la Fédération française de l’assurance avait chiffré entre 700 et 900 millions d’euros le coût annuel de tels épisodes de sécheresse, lors des quatre dernières années. Pour aider les agriculteurs à passer le cap cette année, le ministère de l’Agriculture avait demandé fin juillet à Bruxelles d’anticiper le versement d’une partie des aides européennes, à mi-octobre. Soit l’équivalent d’un milliard d’euros d’avance. Un coup de pouce pour soulager un peu les trésoreries des éleveurs, mises à mal par plusieurs saisons de manque d’eau.

Valls : 14 000 euros pour un match de foot : c’est cher

 

Valls : 14 000 euros pour un match de foot : c’est cher

Pas très brillante l’argumentation des soutiens de Valls pour justifier le voyage à Berlin afin de voir le match de foot Barcelone- Juventus de Turin. Il a même fallu que Hollande défende son Premier ministre. «Le Premier ministre avait une réunion avec l’UEFA», l’a défendu François Hollande, depuis le sommet du G7, qui se tient à Elmau en Allemagne. Face au tollé, le gouvernement avait déjà expliqué, dans le courant de la matinée, qu’à un an de l’Euro 2016 en France, les questions d’organisation, abordées en réunion avant le match, justifiaient ce déplacement.  En fait Platini sera à paris mercredi  et ce voyage de Valls ne se justifiait pas pour ce motif. Motif qui a changé d’ailleurs puisque Valls a d’abord expliqué sa «passion» pour le sport. «Qu’un Premier ministre s’intéresse au sport, que ce soit à Berlin ou à Paris, c’est la preuve d’une passion. Je pense que, dans la vie, quand on est un chef d’entreprise, un responsable public, un sportif, il faut avoir de la passion » ; Il a aussi expliqué à un autre moment qu’il avait besoin détente car le travail de Premier Ministre était très prenant.  «L’invitation a été faite par le président de l’UEFA, parce que l’an prochain le championnat d’Europe se déroulera en France», s’était borné à répondre plus tôt dans la journée Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement et ministre de l’Agriculture sur France Inter, refusant de faire «plus de commentaire que ça».  Michel Sapin, qui dès hier soir défendait Manuel Valls dans l’émission Tous Politiques sur France Inter avec Le Parisien, a invité à regarder du côté de la droite. « Nicolas Sarkozy qui se déplace pour aller de Paris au Havre, c’est son affaire, c’est payé par… euh… l’UMP, bafouille le ministre des Finances, parce que je n’arrive pas à trouver le nouveau nom de son parti. Là c’est le Premier ministre de la France qui va à Berlin à l’invitation de Michel Platini, pas la peine de polémiquer », s’est-il agacé sur RTL.  Pas de doute, pour François Bayrou, «les hommes politiques en fonction perdent parfois le sens de la réalité». Or, «ces facilités, ces privilèges que le pouvoir offre, il faut y résister avec beaucoup de force de caractère», selon le président du Modem. En faiat même si ce n’est pas le scandale du siècle Valls a faiat uen grosse erreur de communication, d’abord en se rendant à un match qui ne concernait pas le pays puis en s’embrouillant dans se explications. Valls le donneur de leçon de rigueur , c’est cette fois l’arroseur arrosé. Et 14 000 euros pour un match de foot, c’est quand même cher !




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol