Archive pour le Tag '1000'

Page 2 sur 2

Syndicats de police : 1000 emplois à plein temps

Syndicats de police : 1000 emplois à plein temps

 

1000  emplois à plie temps c’est l’équivalent en temps donné au représentants syndicaux pour représenter les fonctionnaires de police. Ce qui permet à plus de 600 policiers ne de pas assurer de tâches  de police alors qu’ils ne sont pas officiellement détachés comme permanents syndicaux. Nn a un peu moins de 6 000 équivalents temps plein syndicaux au sein de l’éducation nationale, c’est important mais c’est encore  moins  que dans la police, la santé, la culture, les affaires étrangères. Dans un référé consacré à la gestion des carrières des policiers et des gendarmes transmis le 3 février au ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, mais publié seulement ce 20 avril, Didier Migaud met en évidence les grandes facilités accordées par l’Etat aux représentants syndicaux du ministère.  A ce jour, elle n’a toujours pas reçu officiellement de réponse du gouvernement.  La Cour rappelle que 7 policiers sur 10 sont syndiqués. Un taux record dans la fonction publique puisque même les enseignants le sont moins. Ce qui explique que « la négociation syndicale est très présente dans l’organisation et le fonctionnement des services », lit-on dans le référé de la Cour.   Une manière de dire que les syndicats de policiers s’occupent de tout au ministère de l’Intérieur, quel que soit le pouvoir en place. Et en particulier des carrières des fonctionnaires.  »Sans préjudice des contacts informels, le dialogue social se développe notamment dans le cadre de la préparation des commissions qui émettent un avis sur des décisions individuelles comme les avancements et les nominations », explique la Cour. Une forme de cogestion qui ne veut pas dire son nom et qui existe aussi à l’Education nationale.

Sondage chauffage : 1000 euros par an ?

 Sondage Chauffage : 1000 euros par an ?

 

Une étude de l’IFOP qui surprend car elle estime que le coût du chauffage est de 897 euros par an. Certes le cout de l’énergie a diminué en 2014 mais la facture réelle est plus proche de 1500 euros que de 1000. Il ya de ce point de vue sans doute parfois confusion  entre chauffage et éclairage. En fait le chauffage doit représenter de l’ordre de 4% pour un revenu moyen disponible d’environ 3000 euros par ménages. On est donc plus proche de 1500 euros que de 1000 et à fortiori de 897. , d’après l’IFOP  En 2014, les ménages français estiment débourser en moyenne 897 euros par an pour se chauffer dans leur habitation familiale, selon une étude IFOP réalisée pour L’énergie tout compris.  Une somme en baisse de 190 euros par rapport à 2013, mais qui « s’explique en grande partie par la clémence de l’hiver » dernier, selon l’étude. Les logements les plus récents sont également mieux isolés, et souvent chauffés à l’électricité. Résultat, le chauffage pèse de moins en moins lourd dans les factures énergétiques (67% des dépenses énergétiques en 2012 contre 76% en 1990, selon le Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie).  Mais alors que le pouvoir d’achat des Français stagne, ils sont quatre sur dix à déclarer avoir du mal à payer leurs factures de chauffage, et six sur dix à privilégier les économies au confort d’une pièce bien chauffée, selon une étude Odoxa pour Honeywell. La situation n’est pas bonne pour la paix des ménages, puisqu’un Français sur cinq déclare que les questions de chauffage sont la source de querelles dans leur foyer.  Et les clichés ne sont pas forcément infondés: dans 39% des cas, la dispute commence parce que la femme ou la conjointe veut qu’il fasse plus chaud, et dans 20% des cas, parce que le mari ou conjoint veut faire des économies (contre 16% des hommes qui se plaignent du froid et 13% des femmes qui se plaignent du coût).  Ces études visent à encourager les Français à renforcer l’optimisation de leurs systèmes de chauffage. Cet effort pourrait devenir nécessaire dans les années à venir: selon Ecosocioconso, un site du groupe Leclerc, la facture d’un chauffage électrique pour un appartement de 75 mètres carré devrait passer de 1.131,90 euros en 2014 à 1.584,66 euros en 2020.

 

Municipales : près de 1000 triangulaires

Municipales : près de 1000 triangulaires

Le  ministère de l’Intérieur a annoncé ce mercredi que des triangulaires auront lieu dans 986 communes de plus 1 000 habitants, des quadrangulaires dans 207 communes et des pentagulaires (cinq listes en présence) dans 16 autres. Mais, cas assez exceptionnel, dans la commune de Taiarapu-est, en Polynésie, six listes seront en concurrence, selon le communiqué du ministère. A noter qu’une liste unique sera en lice à Morne-à-L’Eau, en Guadeloupe. Ces données marquent un émiettement politique considérable. En effet, en 2008, on comptait, pour les seules villes de plus de 30 000 habitants, seulement 62 triangulaires et 14 quadrangulaires, selon des chiffres établis à l’époque par l’AFP. Principale explication à cette hausse des listes présentes au second tour (pour rappel, il faut 10% des suffrages exprimés pour se maintenir, ndlr) : les résultats du Front national. Le parti de Marine Le Pen participera, selon sa présidente, à 328 seconds tours, dont 229 dans des communes de plus de 10 000 habitants. Il y a six ans, il n’avait pris part qu’à une douzaine de triangulaires.  Mais le phénomène tient aussi à la multiplicité des dissidences, comme par exemple à Montpellier où s’affronteront quatre listes : un adjoint du maire sortant (PS) se maintenant notamment face au candidat socialiste arrivé en tête.

 

PSA : plus de 1000 suppressions d’emplois

PSA : plus de 1000 suppressions d’emplois  

 

PSA envisage de réduire sa production sur le site de Poissy, dans les Yvelines. La direction du groupe a confirmé jeudi en comité d’établissement « son intérêt pour le passage en monoligne » sur ce site qui se traduira, en janvier 2015, par l’arrêt d’une des deux lignes de montage, « sans impact sur la main d’œuvre de production ». Résultat, une équipe de 684 employés va être supprimée mais PSA a précisé que ces 684 personnes seront reclassées ou bénéficieront de mesures volontaires, « sans licenciement ». Sauf pour les 400 intérimaires dont la mission ne sera pas renouvelée en mars. Pourquoi PSA supprime une équipe. « Il y a une nécessité d’adaptation de l’outil industriel et d’organisation de la production au regard des prévisions pour 2014 qui restent relativement basses », a justifié fin janvier le porte-parole en rappelant « la baisse des ventes du groupe de 7,3% en 2013 » et « un contexte de marché européen qui a touché son plus bas historique ». Ce qui attend les employés. Au total, 684 personnes sont concernées, « mais ce ne sont pas des suppressions de postes, il n’y aura pas de licenciement », assurait fin janvier un porte-parole du site. La production de la 208 serait transférée sur une seule ligne qui produit actuellement la C3 et la DS3 et dont la cadence augmenterait de 45 à 52 véhicules par heure pour « arriver à un taux de capacité de production de 100% » dans l’usine. Résultat, 550 personnes seront « majoritairement reclassées sur la ligne 1″, pour « augmenter la cadence » de la production de la DS3, la DS3 cabriolet et la C3, modèles pour lesquels « la demande commerciale est très forte ». Conséquence de cette annonce, « environ 400 intérimaires vont partir » – sur les 880 présents – à la fin de leur contrat d’ici à mars. Poissy va se spécialiser dans le segment « B premium » (haut de gamme) avec la production de DS3 et de 208 GTI et annoncera en 2015 un nouveau véhicule sur ce segment », a ajouté le porte-parole.

FagorBrandt : offres de reprises mais 600 à 1000 licenciements

FagorBrandt : offres de reprises mais 600 à 1000 licenciements  

Deux offres de reprise mais 600 à 1000 suppresion de postes. Socialement cela limite un peu la casse sociale, reste à savoir si les repreneurs ne se contenteront pas à plus long terme de récupérer seulement la marque en externalisant tout ou partie de la production restante. Quatre offres ont été déposées pour la reprise du fabricant d’électroménager FagorBrandt en redressement judiciaire, a annoncé Philippe Breger, secrétaire national CGT du comité central d’entreprise, ce samedi 18 janvier. L’offre la plus large permettrait, à ce stade, de conserver 1.200 salariés sur les 1.800 que compte actuellement le groupe en France. Une deuxième offre concernerait « entre 700 et 1.000 personnes ». Enfin, deux dossiers, dont un financier, porteraient « sur des sites isolés » et concerneraient chacun « 200 personnes », a ajouté Philippe Breger.  Le responsable syndical, qui s’exprimait devant près de 300 salariés de FagorBrandt venus s’informer devant les grilles de l’usine de la Roche-sur-Yon, s’est dit « déçu » car l’administrateur judiciaire s’est selon lui refusé à communiquer aux syndicats les noms des repreneurs avant le CCE prévu mercredi. « Mercredi matin, on aura la totalité des dossiers », a ajouté Philippe Breger, indiquant en outre qu’une réunion des élus locaux et régionaux concernés par le dossier était prévue au cabinet du ministre du redressement productif Arnaud Montebourg jeudi matin.  Au total, 28 groupes se seraient manifestés au début du processus de recherche de repreneurs, « entre dix et douze ont eu accès aux informations » et l’administrateur a retenu les quatre dossiers dont elle a communiqué les éléments aux syndicats vendredi soir, a précisé le syndicaliste. Les postulants avaient jusqu’à vendredi 17H00 pour déposer une offre formelle auprès de l’administrateur judiciaire.   »Elle (l’administratrice judiciaire) a voulu être rassurante en disant, ‘c’est les premières offres’, elle a dit ‘surtout les 1.200, celui qui est le plus avancé peut aller dans le bon sens, peut aller sur plus de reprises’ », a-t-il ajouté. « On a vraiment senti hier soir que l’attention était surtout d’éviter la casse sociale, d’avoir des dossiers pérennes mais on sent bien que ça prend une dimension politique ».   FagorBrandt, placé en redressement judiciaire en novembre, emploie 1.800 personnes en France, dont 1.200 sur ses quatre sites industriels (Aizenay, La Roche-sur-Yon, Orléans et Vendôme). La coopérative basque Mondragon, actionnaire de l’Espagnol Fagor, lui aussi en dépôt de bilan, avait renoncé début novembre à sauver le groupe, qui emploie 5.700 personnes en Espagne, France, Pologne, Maroc et Chine.   Le conglomérat algérien Cevital, dont le nom était le plus souvent cité dans la presse vendredi parmi les dossiers déposés, est présent dans plusieurs secteurs (industrie, menuiserie, agro-alimentaire, électroménager) et compte près de 13.000 personnes. Il a repris en juin l’entreprise de menuiseries en PVC Oxxo, basée à Cluny (Saône-et-Loire) en s’engageant à conserver 288 des 406 emplois. La reprise de FagorBrandt est compliquée par le fait que les marques (Vedette, Brandt, Sauter, De Dietrich, etc.) ne lui appartiennent pas. Elles sont détenues par une autre filiale du groupe espagnol.

 

Tradition de la Saint Sylvestre : plus de 1000 véhicules brulés !

Tradition de la  Saint Sylvestre : plus de 1000 véhicules brulés !

 

C’est maintenant une tradition bien française, la célébration de la nouvelle année avec l’incendie de véhicules. Une tradition qui ne mérite désormais que quelques lignes dans les médias.  De quoi  peut-être relancer un marché automobile au plus bas depuis 15 ans !  Avec un total de 1.067 véhicules incendiés pendant la nuit de la Saint-Sylvestre, le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a annoncé mercredi soir un chiffre en baisse par rapport à l’an dernier.  Manuel Valls n’a pas échappé à la traditionnelle conférence de presse du Nouvel an sur le bilan sécuritaire de la nuit de la Saint-Sylvestre. Le ministre de l’Intérieur a énuméré les statistiques, en amélioration par rapport au 31 décembre 2012. En effet, un total de 1.067 véhicules ont été incendiés en France dans la nuit de mardi à mercredi, soit un chiffre en baisse de 10,6% par rapport à l’an dernier. Plus généralement, au cours des onze premiers mois de l’année, ce chiffre est en recul de plus de 6% par rapport à la même période de l’année précédente pour parvenir au chiffre le plus bas depuis six ans, a-t-il dit. Le département de France métropolitaine le plus touché a été la Seine-Saint-Denis avec 80 véhicules incendiés. Autre donnée, les forces de l’ordre ont procédé à 322 interpellations dont 217 ont donné lieu à une garde à vue, des chiffres comparables à ceux de l’an dernier.

Volvo : 1000 suppressions d’emplois

Volvo : 1000 suppressions d’emplois

 

Volvo, propriété du chinois Geely, a annoncé mercredi la suppression en 2013 d’un millier d’emplois, soit près de 5% de ses effectifs. « Avant la fin de l’année, nous serons sans doute un millier de personnes de moins« , a déclaré à la radio publique SR un porte-parole, Per-Aake Fröberg. SVT, qui a publié des extraits d’un entretien avec le patron de Volvo, Haakan Samuelsson, rapporte au style indirect que ce dernier souhaite supprimer au cours de l’année 1.000 postes de salariés et consultants. Volvo indiquait en septembre employer 22 400 personnes dans le monde, et a, selon Haakan Samuelsson, déjà supprimé 1 100 postes en 2012.

 

France : 1000 usines fermées depuis 2009

France : 1000 usines fermées depuis 2009

 

La France a perdu plus d’un millier d’usines depuis 2009, a annoncé le quotidien économique Les Echos qui cite une enquête d’une société de veille économique. Le quotidien écrit que « le délitement du tissu industriel français s’est de nouveau accéléré en 2012, avec une augmentation du rythme des fermetures de sites de 42%, selon les estimations du cabinet Trendeo ». « L’an dernier, 266 usines de plus de 10 salariés ont encore mis la clé sous la porte », ajoute Les Echos. « Cette accélération des fermetures d’usines a de lourdes conséquences sur l’emploi », estime le jounal qui poursuit: « après avoir remonté la pente en 2010 et 2011, l’industrie manufacturière a perdu près de 24.000 postes au cours de l’année 2012 et plus de 120.000 depuis janvier 2009″. Selon le quotidien économique, « les secteurs de l’automobile, de la pharmacie, du meuble ou de l’imprimerie » sont en « première ligne » de cette dégradation. En revanche, souligne Les Echos, « dans cet environnement difficile, la construction aéronautique et le luxe continuent d’afficher leur singularité, avec plus de 2.400 créations de postes ». « L’industrie bénéficie aussi des investissements dans les énergies vertes, avec plus de de 9.000 annonces de création en l’espace d’un an », écrit encore le journal qui conclut toutefois que cette « montée en puissance … restera insuffisante pour redonner du souffle à l’industrie française ».

 

12



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol