Archive pour le Tag '1000 milliards'

UE: un besoin de 1000 milliards… et une mutualisation partielle des dettes ?

UE: un besoin de 1000 milliards… et une mutualisation partielle des dettes

 

Pour résumer en l’état actuel de la situation, 500 milliards ont déjà été décidés en Europe pour sortir de la crise. Il en faudra encore 500 d’après le président du MES. mais la question est de savoir si c’est 500 nouveaux milliards seront mutualisés ou pas. Pour la première tranche de 500 milliards l’Allemagne et les pays du Nord s’y sont opposés. Pour la seconde tranche l’hypothèse est de faire garantir les prêts par le budget de l’union européenne ce qui serait une forme de mutualisation. Pas sûr que cela passe mieux auprès d’Allemagne ou encore des Pays-Bas.

Dans un entretien publié dimanche par le journal italien Corriere della Sera, le dirigeant du Mécanisme européen de stabilité (MES), le fonds d’urgence de la zone euro, déclare que la manière la plus simple de réunir ces fonds serait de passer par la Commission européenne et le budget de l’UE .

“Je dirais que, pour la deuxième phase, nous avons besoin d’encore 500 milliards d’euros de la part des institutions européennes, mais cela pourrait être davantage”, poursuit Klaus Regling.

“A cet effet, nous devons discuter de nouveaux instruments avec un esprit ouvert mais il s’agit aussi de faire appel à des institutions existantes parce que c’est plus facile, en particulier la Commission et le budget européen”, ajoute-t-il.

“Repenser les fonds européens peut largement contribuer au maintien de la cohésion au sein de l’Union européenne.”

Le 9 avril, les ministres des Finances de l’UE sont convenus d’un plan de soutien de 500 milliards d’euros pour faire face aux conséquences économiques de la crise sanitaire du coronavirus, après des semaines de querelles qui ont souligné les douloureuses divisions au sein du bloc communautaire.

L’Europe est particulièrement touchée par l’épidémie, qui a mis l’économie mondiale à l’arrêt, déplorant non loin de 60% du total mondial des décès liés à la maladie, qui s’approche des 160.000, selon les dernières données Reuters.

Les dirigeants de l’Union européenne doivent se réunir par visioconférence le 23 avril. Un compromis possible pourrait être trouvé dans le principe d’une Commission européenne empruntant sur le marché avec la garantie du budget européen à long terme.

BCE : rachat de 1000 milliards d’actifs mais quand ?

BCE : rachat de 1000 milliards d’actifs mais quand ?

 

Comme la Banque d’Angleterre, la FED ou encore la Banque du Japon, la BCE va peut-être enfin se déboutonner et se lancer vraiment dans une politique accommodante (soutien d’actifs et taux très bas. Il serait temps car contrairement à ce que dit la BCE la reprise n’est pas au rendez –vous en Europe qui compte 10 millions de chômeurs. La Banque centrale européenne (BCE) a modélisé les retombées économiques d’un rachat de 1.000 milliards d’euros de valeurs mobilières dans le cadre d’un programme d’assouplissement quantitatif (QE), écrit vendredi la Frankfurter Allgemeine Zeitung (FAZ). Le président de la BCE Mario Draghi a dit jeudi, au terme de la réunion du Conseil des gouverneurs, qu’il y avait unanimité au sein de l’institution pour envisager de faire fonctionner la planche à billets afin de stimuler l’économie de la zone euro dans le cas où l’inflation resterait très faible très longtemps. Le vice-président de la BCE Vitor Constancio a déclaré pour sa part vendredi que la BCE n’avait pas encore débattu des modalités de mise en oeuvre de mesures d’assouplissement quantitatif. Le principal acquis de la réunion de jeudi a été d’obtenir l’unanimité du conseil sur le principe d’un recours à de telles mesures si l’inflation demeurait durablement inférieure à 1%, un niveau que Mario Draghi qualifie de « zone dangereuse », a-t-il ajouté. La BCE estime que racheter pour 1.000 milliards d’euros d’actifs sur un an ajouterait 0,2 à 0,8 point au taux d’inflation, en fonction du modèle économique suivi, rapporte la FAZ. « La question qui se pose est de savoir si le marché de la dette privée en Europe est suffisamment important pour un QE », observe le quotidien, citant une source proche de la banque centrale. Un banquier central se dit très préoccupé par les éventuelles distorsions de marché qu’une telle initiative entraînerait, redoutant en particulier l’émergence d’une bulle spéculative sur le marché des emprunts de sociétés, ajoute la FAZ. La BCE se tient prête mais estime qu’elle n’a pas pour le moment à utiliser des instruments non conventionnels car elle juge le faible niveau de l’inflation dû en partie à des facteurs temporaires, déclare pour sa part Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE, dans une interview accordée au Figaro. « L’inflation devrait donc remonter mais nous continuerons à suivre les évolutions très attentivement et agirons si nécessaire », dit-il. L’assouplissement quantitatif ne garantit pas à lui seul la reprise du crédit, ajoute Benoît Coeuré. « Même si le QE se traduit par plus de liquidités dans le bilan des banques, il n’est pas sûr que cela crée du crédit », dit-il. « La BCE ne peut se substituer à l’assainissement des banques. La revue des bilans bancaires que nous menons en 2014 y contribuera. C’est pourquoi un QE à l’européenne sera nécessairement différent de ce qui se pratique aux États-Unis », ajoute le membre du directoire de la BCE. Si elle se tient prête à s’éloigner de son orthodoxie pour avoir recours à l’assouplissement quantitatif, la BCE estime que la reprise se dessine et veut l’accompagner avec des taux d’intérêt bas sur une période prolongée. « Les marchés anticipent une reprise économique. C’est bon signe, et nous pensons qu’ils ont raison », dit Benoît Coeuré au Figaro. « Nous voulons donc l’accompagner avec des taux d’intérêt bas, voire plus bas, sur une période prolongée », ajoute-t-il.

 

« Bad Banks » : une bulle de 1000 milliards, plus le reste

« Bad Banks » : une bulle de 1000 milliards, plus le reste

 

Pas étonnant que l’union bancaire avance à très petits pas car des pays comme l’Allemagne ne veulent pas payer la facture de la bulle, celle cantonnée dans des bad banks mais celles qui se trouvent au sein même des autres banques et que le contribuable devra un jour ou l’autre apurer. Eclipsée par la crise des dettes souveraines et par la récession des économies réelles, la crise des « subprimes » n’est pas une affaire classée. Détonateur de la bombe financière européenne, elle laisse une facture que les banques et les Etats européens ne sont pas près de régler. Pour se sauver, de grands établissements de crédit, paralysés par les créances douteuses et les actifs illiquides accumulés au fil des ans depuis 2007, ont constitué des « bad banks ». Bilan, six ans après le début de la crise financière : plus de 1.000 milliards d’euros d’actifs restent encore stockés dans ces structures de défaisance en Europe. En amont, la création de ces dernières répond toujours à la nécessité de tirer un trait arbitraire sur les actifs toxiques et non stratégiques, pour que les activités cœur de métier restent attractives aux yeux des investisseurs. Mais les « bad banks » peuvent prendre différentes formes : une structure nationale rachetant des actifs aux banques privées, comme l’a fait l’Irlande avec la Nama (National Asset Management Agency) ; une banque insolvable nationalisée et séparée en « good bank » et « bad bank » ; et enfin une structure de cantonnement à l’intérieur d’un établissement privé.  C’est le schéma retenu par plusieurs banques françaises. Dont, en tête, Dexia. La « bad bank » de l’établissement franco-belge recensait fin mars 266 milliards d’euros d’actifs douteux gérés en extinction. Un record en Europe. Mais deux des poids lourds du secteur ont également eu recours à une « bad bank » interne. Natixis, la banque de financement et d’investissement du groupe coopératif BPCE, s’est doté en 2009 d’une GAPC (gestion active des portefeuilles cantonnés), regroupant 35 milliards d’actifs toxiques ou illiquides. Quatre ans plus tard, à la fin mars 2013, la banque n’en gérait plus « que » 13,5 milliards, misant sur la fermeture de sa GAPC à la mi-2014. La Société Générale suit une trajectoire analogue : sa « bad bank » Inter Europe Conseil, constituée début 2010 avec 35,5 milliards d’euros d’actifs douteux, en rassemblait 8,8 milliards à la fin de 2012.  Les plus de 1.000 milliards logés au sein des « bad banks » européennes ne constituent toutefois que la partie émergée de l’iceberg. Des centaines de milliards de créances douteuses et de fonds communs de créance, dont la valeur de marché s’est brutalement dégradée, figurent dans les livres des banques européennes. La banque de financement et d’investissement du Crédit Agricole, Cacib, n’a pas créé de « bad bank » et ne détenait plus, à la fin 2012, que 1,15 milliard d’actifs douteux en cours de cession.  Ces actifs dégradés, que les Etats, les banques et les marchés savent si mal évaluer, constituent-ils une bombe financière à retardement ? Une gestion à très long terme, en extinction ou au gré des opportunités de marché, permettra aux banques de digérer leurs erreurs. Mais elle pèse sur le dynamisme du secteur financier.

 

Évasion fiscale : un coût de 1000 milliards par an pour l’UE

Évasion fiscale : un coût de 1000 milliards par an pour l’UE

Affaire Cahuzac mais surtout la diffusion par la presse des personnalités ayant des comptes dans des paradis fiscaux ; deux éléments pour faire enfin réagir la commison européenne. La Commission européenne a exhorté jeudi les pays de l’UE à « se saisir de la question » de l’évasion fiscale, notamment en adoptant une définition commune de ce qu’est un paradis fiscal, et a rappelé que l’évasion fiscale coûtait « plus de 1.000 milliards » d’euros par an à l’Europe. Interrogé au cours d’un point de presse sur la liste de personnalités actionnaires de sociétés dans des paradis fiscaux, publiée jeudi par plusieurs journaux dans le monde, le porte-parole de la Commission européenne, Olivier Bailly, a refusé de la commenter.  Mais, a-t-il rappelé, la Commission « a une position très ferme sur la fraude fiscale en générale » et a proposé en décembre dernier des mesures qui « sont encore en attente d’accord de la part des Etats membres » de l’UE.  Le but est de « limiter le coût de l’évasion fiscale en Europe, que nous évaluons à plus de 1.000 milliards d’euros par an », a-t-il expliqué.   »Pour la Commission, il ne doit y avoir aucune complaisance quelle qu’elle soit pour les individus, les sociétés ou les pays tiers qui contournent les lois internationales pour organiser la fraude fiscale », a-t-il dit.  La Commission a proposé en décembre un paquet d’une trentaine de mesures visant à lutter contre l’évasion fiscale. Elle y invite notamment les Etats de l’UE à faire une liste des paradis fiscaux, et à renforcer les accords de double imposition entre pays, pour éviter les vides juridiques favorisant la fraude fiscale.   »Nous attendons que les Etats membres se saisissent de cette question », a-t-il dit, ajoutant: « nous voulons que les Etats membres développent une position commune et une définition commune de ce qu’est un paradis fiscal ».  A la question de savoir si le Luxembourg est un paradis fiscal, M. Bailly n’a pas directement répondu, rappelant que des règles « très claires » s’appliquaient à « tous les Etats membres » de l’UE en matière de transmission d’informations sur les contenus des comptes bancaires.   »Nous sommes plutôt en train d’essayer d’avoir une définition des pratiques qui seraient illégales, plutôt que d’un terme qui cristallise », comme celui de paradis fiscal, a-t-il ajouté.

 

Multinationales : 1000 milliards d’évasion fiscale par an

Multinationales : 1000 milliards d’évasion fiscale par an

 

L’OCDE découvre la lune et l’évasion fiscale des multinationales ; le principe est pourtant simple et ancien, internaliser les pertes dans les pays à forte fiscalité et externaliser via des filiales les profits dans des pays à fiscalité accueillante. Très attendu par les États membres, notamment par la France, la Grande-Bretagne et les États-Unis, le rapport de l’OCDE est un véritable réquisitoire contre les pratiques fiscales des multinationales. Baptisé BEPS («Base erosion and profit shifting»), il compte 90 pages et annexes chiffrées. Il sera remis aux ministres des Finances du G20 vendredi à Moscou. Les géants d’Internet, Google, Amazon, Apple, Microsoft, ou des entreprises comme Starbucks, dont les pratiques fiscales ont fait scandale en Grande-Bretagne, ne sont pas citées nommément dans le rapport, mais ils se reconnaîtront au détour des schémas fiscaux évoqués par l’OCDE, et des annexes techniques. «Les multinationales sont accusées d’éviter l’impôt partout dans le monde, y compris dans les pays en développement» écrit l’OCDE. Elles y développent des «pratiques fiscales agressives», qui, bien que légales, montrent que les règles en vigueur aujourd’hui sont «dépassées». Si le phénomène est jugé suffisamment grave pour être devenu l’une des priorités du G20, rares sont les États qui ont évalué avec précision les dommages pour leurs finances publiques. Les États-Unis font exception. Le fisc américain chiffre à 1375 milliards de dollars les profits des entreprises américaines qui échappent à l’impôt, en restant logés «off shore» dans des filiales basées dans des paradis fiscaux. C’est le seul chiffre officiel cité par l’OCDE. En 2011, Google, caricature de l’optimisation fiscale, a logé 11 milliards de profits dans sa filiale aux Bermudes, ce qui lui a évité 2 milliards de taxes aux États-Unis, abaissant ton taux effectif d’imposition aux États-Unis de moitié. Sur ses profits mondiaux, réalisés hors des États-Unis, notamment en Europe, Google ne paye que 3,2% d’impôts, alors que le taux d’imposition sur les sociétés en Europe varie de 26% à 34%. En Europe, où les caisses sont vides, et où l’impôt sur les particuliers ne cesse d’augmenter, les pratiques des multinationales sont jugées «scandaleuses» par le commissaire européen à la fiscalité, Algirdas Semeta. Bruxelles évalue à 1000 milliards d’euros par an le manque à gagner de l’optimisation fiscale et de la fraude pour les États, soit 10% du PIB européen! Si l’OCDE s’empare du sujet, à la demande du G20, c’est parce qu’il est mondial, qu’il remet en cause les grands principes et les pratiques de la fiscalité internationale, basés sur la libre circulation des capitaux et la libre concurrence. Les pratiques fiscales des multinationales – quelques 400 schémas différents d’optimisation fiscale on été répertoriés par l’organisation économique – sont totalement légales, encouragées par des petits États qui en profitent, en logeant sur leur sol défiscalisé des milliers de «boites à lettre», ces sociétés fictives, sans personnel ni activité économique réelle.

 

Nouveau :- site chansons-poèmes de  g.bessay:

 

 

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

1000 milliards de budget et 55 OOO fonctionnaires, de quoi tuer l’Europe !

 

Pas de politique budgétaire commune mais quand même un budget de 1000 milliards. Et 55 0000 fonctionnaires couteux et inutiles qui réglementent le fromage, les fosses septiques ou l’environnement des grenouilles. Fonctionnaires qui asphyxient l’Europe à coup de réglementations qui touchent tous les secteurs mais qui ont oublié l’essentiel ; à savoir, la régulation assurant des conditions de concurrence équitables tant à l’intérieur de l’UE que vis-à-vis de l’extérieur et la mise en place de politiques industrielles communes. . 1000 milliards qui seraient plus utiles à la relance de la croissance et à cette régulation  réponse des ultra européen : 1% du PIB européen, c’est pas grand-chose ; pourtant c’est beaucoup quand on mesure l’efficacité de la commission européenne qui en fait ne décide rien de fondamental mais tue l’initiative ; Un vrai budget européen serait nécessaire , même beaucoup plus important , encore faudrait-il qu’il serve des stratégies de développement et non  les vues bureaucratiques de technocrates qui n’ont qu’un rapport très approximatif avec les réalités économiques, sociales et même sociétales. En attendant, il fait s’attendre à Bruxelles à une bataille de marchands de tapis.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol