Archive pour le Tag '100 €'

Environnement: La tonne de carbone CO2 : vers les 100 € ?

Environnement: La tonne de carbone CO2 : vers les 100 € ?

Il y a longtemps que des économistes convertis aux exigences environnementales rêvent d’un prix de la tonne de carbone (CO2) à 100 €.  Aujourd’hui ce prix atteint 80 €. Cette internalisation des coûts externes serait le moyen de régulation central pour réduire les émissions polluantes. Une stratégie toutefois qui peut être discutée car la régulation ne passe pas uniquement par l’augmentation du prix des marchés mais aussi par les normes.En effet faute d’alternative, la fiscalité n’a pas d’effet sur l’offre.  En attendant, la tendance actuelle est à l’augmentation du prix du carbone qui a pris 140 % depuis début d’année.

 

Le carbone n’en finit donc plus de battre des records . Le prix de la tonne de CO2 sur le marché européen des « droits à polluer » a franchi la barre des 80 euros ce vendredi, inscrivant son douzième record historique en quinze séances. Depuis le début de l’année, le prix que les industriels de certains secteurs doivent payer pour compenser leurs émissions de CO2 a ainsi gagné pas loin de 50 euros, soit une hausse de 140 %.En cause la perspective de la réforme du marché européen des droits après, la hausse des matières premières et de l’énergie ainsi que les difficultés logistiques. Sans parler de la spéculation.

 

La tonne de carbone CO2 : vers les 100 €

La tonne de carbone CO2 : vers les 100 €

Il y a longtemps que des économistes convertis aux exigences environnementales rêvent d’un prix de la tonne de carbone (CO2) à 100 €. Aujourd’hui ce prix atteint 80 €. Cette internalisation des coûts externes serait le moyen de régulation central pour réduire les émissions polluantes. Une stratégie toutefois qui peut être discutée car la régulation ne passe pas uniquement par l’augmentation du prix des marchés mais aussi par les normes. En attendant, la tendance actuelle est à l’augmentation du prix du carbone qui a pris 140 % depuis début d’année.

 

Le carbone n’en finit plus de battre des records . Le prix de la tonne de CO2 sur le marché européen des « droits à polluer » a franchi la barre des 80 euros ce vendredi, inscrivant son douzième record historique en quinze séances. Depuis le début de l’année, le prix que les industriels de certains secteurs doivent payer pour compenser leurs émissions de CO2 a ainsi gagné pas loin de 50 euros, soit une hausse de 140 %.En cause la perspective de la réforme du marché européen des droits après, la hausse des matières premières et de l’énergie ainsi que les difficultés logistiques. Sans parler de la spéculation.

 

Prix Énergie : un chèque électoral de 100 €

Prix Énergie : un chèque électoral de 100 €

 

 

Officiellement le gouvernement vient de décider d’attribuer un chèque de 100 € pour les Français gagnant moins de 2000 € par mois. Il s’agit de compenser l’inflation enregistrée sur plusieurs produits de base dont le carburant.

 

Il y avait deux solutions s pour tenter d’influencer l’inflation. Soit une baisse de fiscalité ( qui représente 60 % du prix du carburant), soit une opération redistribution politiquement plus visible médiatiquement avec la distribution d’un chèque. Accessoirement la distribution d’un chèque coûtera bien moins cher aux recettes fiscales qu’une réduction des impôts sur le carburant.

 

Le problème est de savoir quel objectif exact on poursuit à long terme. En effet sur le plan environnemental, la hausse de la fiscalité constitue souvent un argument pour lutter contre les émissions polluantes et en particulier le carbone. D’une certaine manière ,on a aujourd’hui en temps réel les conséquences d’un haut niveau des prix du carburant.

 

Ce niveau des prix du carburant affecte effectivement davantage les ménages les moins favorisés. En clair ce sont des pauvres qui vont surtout subir la politique énergétique via la fiscalité. Cela tout simplement parce qu’il n’y a pas le plus souvent d’alternatives à l’usage de l’automobile pour les déplacements essentiels.

 

Une politique structurelle efficace passe par une fiscalité et un prix fort du carburant à condition qu’il existe une offre alternative moins polluante. Or à court terme une forte fiscalité et un prix élevé de l’énergie n’a que des conséquences sociales néfastes en entamant le pouvoir d’achat.

 

Le chèque de 100 € vise à répondre à cette situation mais de manière à court terme et n’est pas sans arrière-pensée électorale. Une diminution générale de la fiscalité sur le carburant pour tous est beaucoup plus indolore et plus discrète tandis que le chèque de 100 € va apparaître immédiatement comme beaucoup plus massif est plus significatif.

 

Par ailleurs et surtout sans doute, la France est entrée dans une période ; de nombreuses incertitudes nt  y compris l’hypothèse d’une non réélection Macron. . Ainsi ce chèque de 100 € ressemble aussi aux autres mesures de court terme comme le blocage des prix jusqu’aux élections présidentielles.

Énergie : un chèque électoral de 100 €

Énergie : un chèque électoral de 100 €

 

 

Officiellement le gouvernement vient de décider d’attribuer un chèque de 100 € pour les Français gagnant moins de 2000 € par mois. Il s’agit de compenser l’inflation enregistrée sur plusieurs produits de base dont le carburant.

 

Il y avait deux solutions s pour tenter d’influencer l’inflation. Soit une baisse de fiscalité ( qui représente 60 % du prix du carburant), soit une opération redistribution politiquement plus visible médiatiquement avec la distribution d’un chèque. Accessoirement la distribution d’un chèque coûtera bien moins cher aux recettes fiscales qu’une réduction des impôts sur le carburant.

 

Le problème est de savoir quel objectif exact on poursuit à long terme. En effet sur le plan environnemental, la hausse de la fiscalité constitue souvent un argument pour lutter contre les émissions polluantes et en particulier le carbone. D’une certaine manière ,on a aujourd’hui en temps réel les conséquences d’un haut niveau des prix du carburant.

 

Ce niveau des prix du carburant affecte effectivement davantage les ménages les moins favorisés. En clair ce sont des pauvres qui vont surtout subir la politique énergétique via la fiscalité. Cela tout simplement parce qu’il n’y a pas le plus souvent d’alternatives à l’usage de l’automobile pour les déplacements essentiels.

 

Une politique structurelle efficace passe par une fiscalité et un prix fort du carburant à condition qu’il existe une offre alternative moins polluante. Or à court terme une forte fiscalité et un prix élevé de l’énergie n’a que des conséquences sociales néfastes en entamant le pouvoir d’achat.

 

Le chèque de 100 € vise à répondre à cette situation mais de manière à court terme et n’est pas sans arrière-pensée électorale. Une diminution générale de la fiscalité sur le carburant pour tous est beaucoup plus indolore et plus discrète tandis que le chèque de 100 € va apparaître immédiatement comme beaucoup plus massif est plus significatif.

 

Par ailleurs et surtout sans doute, la France est entrée dans une période ; de nombreuses incertitudes nt  y compris l’hypothèse d’une non réélection Macron. . Ainsi ce chèque de 100 € ressemble aussi aux autres mesures de court terme comme le blocage des prix jusqu’aux élections présidentielles.

 

Ce chèque de 100 € ressemble fort à un chèque électoral.




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol