Archive pour le Tag '10%'

Page 4 sur 6

Football : bientôt 5, 10 ou 25 arbitres par match !

Football : bientôt 5, 10 ou 25 arbitres par match !

Dans tous les sports les erreurs d’arbitrage sont possibles mais dans le football elles sont tellement récurrentes  qu’on les qualifie de « faits de jeux » affin de les banaliser. Il est vrai qu’il n’est pas facile d’arbitrer des matchs de football lorsqu’au moindre contact les joueurs se roulent par terre et font semblant de hurler de douleur jusqu’à obtention d’un coup franc ou d’un carton pour le supposer coupable. Bien sûr il y a des fautes indiscutables mais la plupart peuvent être discutées tellement les footballeurs ont amélioré leur capacité de comédien ;  il faut ajouter à cela que le rythme s’est nettement accéléré du fait de la technicité des joueurs et en raison des  nouveaux ballons. Face aux critiques récurrentes contre l’arbitrage les porteurs de sifflets officiels organisés en syndicat comme les pilotes de ligne ou les producteurs de porcs proposent donc des mesures concrètes notamment la professionnalisation du métier.  Difficile de croire à l’efficacité de ces orientations car le défaut majeur de ces arbitres c’est de n’avoir pratiquement jamais joué au football. La vraie professionnalisation consisterait «  comme au basket par exemple) à recaser  d’anciens joueurs notamment professionnels dans la fonction d’arbitre. Pas sûr qu’en systématisant la présence de cinq arbitres sur le terrain (pourquoi pas 10 ou 25) on améliorera sérieusement la situation.

les 5 principales mesures concrètes préconisées par le syndicat des arbitres (SAFE).

1. Un appel à la professionnalisation

L’appel à « la professionnalisation de l’arbitrage » est une des propositions du SAFE. « Il faut donner à tous les arbitres les moyens de se consacrer pleinement à l’arbitrage », a justifié Olivier Lamarre, qui a cependant rappelé que « les arbitres ont un statut d’indépendant et ne sont pas salariés de la FFF, car la loi l’interdit ».

2. Un arbitrage à 5 en Ligue 1

« L’utilisation de deux arbitres additionnels » en L1 dès la saison prochaine, « en adéquation avec le niveau des compétitions UEFA » (Ligue des champions, Europa League, Euro 2016), est également préconisée. « Au niveau des ressources humaines, nous n’aurions pas de souci pour trouver les arbitres supplémentaires compétents« , a assuré Olivier Lamarre.

 

3. La mise en place du carton blanc et l’extension de la vidéo

Le SAFE propose également « une ouverture à l’évolution des règles », comme l’usage d’un carton blanc, qui exclurait temporairement, durant dix minutes, un joueur coupable d’énervement. « Nous sommes évidemment favorables à l’usage de la vidéo proposée récemment par le Board (organe garant des lois du jeu) ». En ce sens, la FFF et la LFP ont aussi indiqué leur volonté de tester la vidéo en fonction des recommandations du Board.

4. Une diffusion des propos des arbitres

Autre proposition notable, « un surplus d’ouverture auprès des joueurs, des entraîneurs et des spectateurs ». Ce qui se traduirait par la possibilité de diffuser les propos des arbitres pendant les matches, mais également d’ouvrir les vestiaires aux joueurs et aux entraîneurs.

5. De la pédagogie dans les médias

Parmi les autres propositions concrètes, figurent également « une éducation pédagogique sur les règles pour faire évoluer les mentalités » qui se ferait par l’intervention plus régulière des arbitres dans les médias. Un renforcement des sanctions disciplinaires après des comportements déviants et des agressions est également suggéré, tout comme une meilleure protection sociale et une préparation à la reconversion des arbitres. Ces propositions seront abordées lors d’une réunion avec la Direction technique de l’arbitrage (DTA) le 5 février.

 

CAC 40 : plus ou moins 10 % en 2016 ?

 

 

 

Rien de mieux que la méthode Coué pour encourager les investisseurs sur les marchés financiers De nombreux gestionnaires voient le CAC 40 dépasser les 5000 points d’ici à un an, grâce aux profits des entreprises. Et peut-être même gagner 10 %. Pourtant on pourrait s’interroger sur le différentiel de rentabilité entre la bourse française et la bourse américaine. Une bourse française qui a permis de dégager sur l’année 2015 un taux de rentabilité de 6  à 7 % cela avec une croissance du PIB  insignifiante tandis que par exemple le Dow Jones, lui, reculait de plus de 2 % alors que l’activité aux États-Unis connaissait une accélération remarquable (plus de 2,5 % d’augmentation du PIB).  – Wall Street a enregistré des performances disparates en 2015, marquée en particulier par la déprime des matières premières qui a pesé sur le Dow Jones alors que le Nasdaq a bénéficié des performances de stars de la technologie.  Selon des résultats définitifs, l’indice vedette Dow Jones Industrial Average a cédé sur l’année 2,23% à 17.425,03 points, sa première baisse depuis la crise financière de 2008.  Le Nasdaq (sur les valeurs technologiques) en revanche a gagné 5,73% à 5.007,41 points.  Particulièrement suivi par les investisseurs, l’indice élargi S&P 500 a reculé de juste 0,73% à 2.043,94 points. On objectera peut-être que les investisseurs avaient anticipé les années écoulées les profits qui devaient être réalisés. On peut quand même se demander quelle est la logique économique de ce décalage sur les cours boursiers ;  certains feront observer que l’évolution des cours de la bourse tient compte des résultats financiers des entreprises. Mais des les entreprises qui ont surtout réalisé des profits grâce à des restructurations (intégrant des plans de suppressions d’emplois et des délocalisations). Prévoir une hausse de 10 % des cours de bourse paraît toutefois relativement utopique dans la mesure où de sérieuses inquiétudes planent sur le niveau de l’activité économique mondiale en particulier sur la Chine sur nombre de pays en développement mais aussi sur la zone euro et même les États-Unis. Ce qui plaide en faveur d’une poursuite des cours,  c’est la masse de liquidités qui circulent dans le monde en raison en particulier des politiques accommodants des banques centrales. Mais d’une certaine manière cette masse de qualité de liquidités représentera le moment venu une monnaie de singe parce qu’en décalage avec la richesse réellement produite. Du coup si la méthode Coué permet de pronostiquer un bond de 10 % des valeurs françaises la raison ne peut écarter l’hypothèse d’une baisse de même ampleur s’il se révèle que la croissance européenne est encore plus nous engluée que ce qui était prévu.

Banque : suppression de la moitié des emplois d’ici 10 ans ?

Banque : suppression de la moitié des emplois d’ici 10 ans ?

 

 

Un secteur qui pourrait connaître le sort de la sidérurgie ou presque. 150 000 emplois ont déjà été supprimés en six mois et les restructurations devraient encore s’accélérer pour les banques européennes. En cause suffisance de rentabilité des activités bancaires. Le taux de rentabilité des activités de dépôt est plombé par le coût de main-d’œuvre (notamment nombre  d’agences et personnel) Il est par ailleurs menacé par la future existence de nouveaux moyens de paiement et la dématérialisation de certaines opérations mais le second volet de l’activité des banques, l’activité d’investissement souffre aussi d’un manque de retour financier lui aussi très gourmand en personnel. Dans un premier temps est donc probable que les banques européennes devront s’aligner si les critères de gestion des banques américaines qui ont supprimé près de 7 % des postes quand les banques européennes n’ont supprimé que quatre %. À plus long terme c’est peut-être l’existence même des les activités bancaires en tout cas leur structure actuelle qui pourrait être en cause et engendrer jusqu’à la moitié des emplois existants d’ici 10 ans. Les réductions d’effectifs vont devoir encore s’accentuer et s’accélérer si le secteur bancaire européen veut améliorer sa rentabilité et se rapprocher des niveaux atteints par les banques américaines, estiment des investisseurs. « Nous interprétons les suppressions de postes comme le signe d’un changement structurel et pas seulement conjoncturel vers des banques de plus petite taille », a dit Jamie Clarke, qui codirige la recherche macroéconomique de la société de gestion Liontrust. Moins d’un tiers des banques de la zone euro présentaient une structure leur permettant d’espérer dégager une rentabilité satisfaisante sur la durée contre 80% des banques américaines, selon une étude sur 300 grandes banques internationales publiée l’année dernière par le Fonds monétaire international. « Les banques américaines ont presque toutes fait ce qu’il y avait à faire et sont sur une pente ascendante », dit Chris Wheeler, analyste sur le secteur bancaire chez Atlantic Equities. La baisse des effectifs peut certes résulter de cessions d’activités en bloc sans se traduire nécessairement pas des destructions d’emploi. Mais les changements technologiques poussent les banques à fermer des agences ou à migrer vers des systèmes moins intensifs en main-d’œuvre. « Nous sommes dans un marché durablement baissier pour l’emploi dans le secteur bancaire parce que nous voyons que la technologie et l’automation détruisent finalement des postes dans la banque de détail », dit à Reuters Xavier VanHove, associé de la société de gestion THS Partners. De nombreuses banques européennes sont en pleine réflexion sur le sort de leurs activités de banque d’investissement avec des activités de marché particulièrement sur la sellette car gourmandes en fonds propres et aux marges comprimées par les évolutions technologiques.

Fonds de 10 milliards proposé par Macron « connais pas »!(Sapin)

Fonds de 10 milliards proposé par Macron « connais pas » ! (Sapin)

Il y a sûrement de la friture en ligne dans les communications entre le dynamique ministre de l’économie macro est le  vieux  crocodile Sapin, ministre des finances. Récemment en effet un fonds de 10 milliards pour les réfugiés et le renforcement des frontières extérieures a été proposé par Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel. Curieusement Sapin a déclaré ignorer tout de cette proposition. De quoi vraiment s’interroger sur la cohérence des positions des deux responsables de Bercy et au-delà sur la cohérence au sein du gouvernement. jeudi, interrogé sur RMC sur le fonds de 10 milliards d’euros proposé par le ministre de l’Économie Emmanuel Macron et son homologue allemand Sigmar Gabriel, le ministre des Finances, Michel Sapin, a tout simplement répondu qu’il ne savait pas de quoi il s’agissait! «Vous leur demanderez à eux», a-t-il lâché, se disant bien incapable d’expliquer cette initiative…  Cette idée commune, Emmanuel Macron et Sigmar Gabriel l’avaient proposée à François Hollande et Angela Merkel, dans un courrier rendu public deux jours avant. Un procédé qui en avait d’ailleurs déjà surpris quelques-uns, l’usage voulant qu’on ne dévoile ce genre de dispositif qu’une fois son principe décidé et tranché. Dans leur lettre, ils estiment que ce fonds doit renforcer la dynamique franco-allemande dans trois domaines: le contrôle des frontières extérieures, la sécurité (partage de renseignements, coopération policière) et la gestion de l’arrivée des réfugiés. «Je pense que, dans une période comme celle que nous connaissons, les initiatives individuelles, aussi intelligentes soient-elles, on doit les laisser de côté. Les Français veulent un gouvernement cohérent, qui parle d’une seule voix», a lancé Michel Sapin à l’adresse de son jeune collègue. De toute évidence l’audience dont jouit Macon dans l’opinion publique, sa liberté d’expression et ses innovations commencent à agacer sérieusement le vieux  crocodile Sapin adepte de la langue de bois.

Un fonds de 10 milliards pour les frontières et les migrants (Macron)

Un fonds de 10 milliards  pour les frontières et les migrants (Macron)

 

 

Une proposition doublement originale puisqu’il émane de la seule initiative des ministres français et allemand de l’Economie et qu’elle est adressée d’une part à Merkel et à Hollande. Une proposition qui tente d’articuler la problématique d’accueil des réfugiés avec un renforcement des frontières intérieures et extérieures à l’Europe.  Animés par une volonté de « préserver la vitalité du projet européen », les deux ministres, qui s’étaient vus samedi à Paris, ont donc proposé dans un courrier adressé ce mardi au président François Hollande et à la chancelière Angela Merkel la création d’un fonds, auquel abonderaient pour commencer Paris et Berlin à hauteur de 10 milliards d’euros « pour financer la sécurité et le contrôle des frontières, et l’accueil des réfugiés », a déclaré E. Macron lors d’un déplacement à Berlin. Evoquant cette initiative lors d’un discours, S. Gabriel a également mentionné comme destination de cet argent des aides financières aux pays qui accueillent beaucoup de réfugiés avant leur départ pour l’Europe, comme le Liban, la Jordanie et la Turquie. Cette proposition fait suite à des arrivées massives de candidats à l’asile en Allemagne – jusqu’à un million cette année – et aux attaques meurtrières perpétrées par le groupe djihadiste Etat islamique en France. Des soupçons semblent indiquer que certains suspects ont pu emprunter la route des migrants traversant les Balkans vers l’Europe occidentale. « Le risque que nous voyons poindre c’est que nos peuples, nos partis politiques, nos gouvernements décident de traiter séparément » ces défis, a développé E. Macron, insistant sur la nécessité au contraire d’apporter une réponse commune, et décrivant le fonds proposé comme « la réponse de court terme qui (leur) paraît nécessaire ». Ce fonds, dont il n’a pas précisé les modalités de constitution ni de financement, serait « ouvert », c’est-à-dire que d’autres pays européens seraient dans un deuxième temps invités à y participer. La création de ce fonds « supposera d’installer une discussion permanente » sur ces sujets, a espéré M. Macron. Car si l’Allemagne se sent abandonnée par ses partenaires dans l’accueil des réfugiés et si la France se sent délaissée dans son combat contre le terrorisme « au final nous risquons de voir les divergences entre nos deux pays se creuser », a-t-il argumenté dans un discours devant le congrès de la fédération BDA des employeurs allemands.

 

SNCF : déraillement d’un TGV d’essai près de Strasbourg, au moins 10 morts

SNCF : déraillement d’un TGV d’essai près de Strasbourg, au moins 10 morts

Une rame d’essai du TGV Est a déraillé samedi en début d’après-midi à Eckwersheim, une commune située au nord de Strasbourg, faisant 10 morts et 32 blessés, dont 12 en « urgence vitale », a annoncé la gendarmerie. Sur les 49 personnes qui devaient se trouver à bord, selon la SNCF, cinq étaient encore portées manquantes en fin de journée. « Je ne suis pas capable de vous dire s’il s’agit de cinq disparus ou de cinq personnes qui ne sont pas montées dans le train », a précisé à la presse le général Stéphane Ottavi, commandant de la légion de gendarmerie d’Alsace. La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, et son secrétaire d’Etat aux transports, Alain Vidalies, se sont rendus sur les lieux, dans la soirée. « C’est un drame pour la SNCF, c’est un drame pour les cheminots », a dit Ségolène Royal, lors d’un point de presse. Elle a qualifié la scène « d’apocalyptique ». La ministre a précisé qu’outre les cheminots, il y avait également à bord du train, en ce samedi, « un certain nombre d’invités » et des membres de leurs familles. L’accident serait dû à un excès de vitesse, sans qu’on en connaisse la cause, a indiqué la préfecture. Un sabotage est a priori exclu, a indiqué Ségolène Royal. La rame effectuait un test de vitesse entre Saverne et Strasbourg sur la ligne à grande vitesse de la deuxième phase du TGV Est, qui doit être mise en service en avril 2016. L’accident s’est produit peu avant la jonction de la LGV avec le réseau général, à l’approche de la gare de Strasbourg. Les six wagons ont totalement déraillé à la sortie d’une courbe, au passage d’un pont, l’avant de la rame se couchant dans un champ tandis que la motrice arrière tombait dans le canal de la Marne au Rhin, a constaté un photographe de Reuters. Des plongeurs devaient continuer, dimanche, à fouiller l’épave et les eaux du canal. (Reuters)

Chine : réduction de 10% de sa production d’acier

Chine ; réduction de 10% de sa production d’acier

 

. Le tassement économique actuel de la Chine se caractérise par un net affaiblissement de l’industrie lourde et des exportations.  La Chine a réduit de 77,8 millions de tonnes ses capacités de production d’acier et de fer, a déclaré le président Xi Jinping mercredi, abordant un sujet sensible pour les Britanniques lors de sa visite au Royaume-Uni. « L’industrie chinoise du fer et de l’acier est elle aussi confrontée à des surcapacités », a-t-il dit lors d’une conférence de presse à la résidence du Premier ministre David Cameron, au 10 Downing Street. « La Chine a pris une série de mesures pour réduire ses capacités », a-t-il ajouté avant de donner le chiffre de 700 millions de tonnes. Officiellement la croissance du PIB chinois a ralenti à 6,9% sur un an au troisième trimestre de l’année, selon un chiffre gouvernemental publié lundi, soit la plus faible performance trimestrielle de la deuxième économie mondiale depuis la crise financière de 2009.cependant ce chiffre est mis en dote par de nombreux experts car les statistiques chinoises sont toujours très politiques.  En faiat affaiblissement de l’activité en Chine reflète la mollesse de la demande internationale qui se caractérise notamment  par une inflation insignifiante voire négative comme en Europe. La croissance du Produit intérieur brut (PIB) chinois s’était établie officiellement à 7%, au premier trimestre puis au deuxième trimestre de l’année, après être déjà tombée à 7,3% en 2014, son plus faible niveau depuis un quart de siècle. De nombreux experts jugent cependant les chiffres officiels surévalués par rapport au ralentissement véritable de l’économie, sur fond d’indicateurs d’activité toujours alarmistes.  De fait, la salve de statistiques mensuelles également dévoilées lundi continue de dresser un tableau très morose de la conjoncture.  Si le BNS a décrit comme «léger» le ralentissement de la croissance, le porte-parole de cette agence gouvernementale a néanmoins reconnu que «l’environnement économique intérieur et extérieur restait compliqué» et que «des pressions à la baisse sur le développement économique persistaient». Ainsi, la production industrielle du pays a essuyé en septembre un ralentissement très marqué, avec une hausse de 5,7% sur un an, très en-deçà du gonflement de 6,1% enregistré en août, a indiqué le BNS. De leur côté, les ventes au détail, considérées comme le baromètre de la consommation des ménages chinois, n’ont connu qu’une très légère accélération, augmentant de 10,9% sur un an (à relativiser compte tenu des valeurs absolues).Sur les neuf premiers mois de l’année, les investissements en capital fixe –qui traduisent notamment les investissements publics dans les infrastructures– ont eux gonflé de 10,3% sur un an, ce qui suggère pour septembre un ralentissement sensible.

Sondage Conférence sociale : inutile pour 6 Français sur 10

Sondage Conférence sociale : inutile pour 6 Français sur 10

 

  • Une grande messe considérée comme inutile. Pas étonnant,  les grands sujets fondamentaux n’y seront pas traités : l’emploi, le pouvoir d’achat, les conditions de travail ou le financement de la protection sociale. Pour ne fâcher personne on va traiter de questions importantes mais quand même secondaires. Trois tables rondes sont en effet prévues lors de la conférence sociale, sur la « sécurisation des parcours professionnels et la création du compte personnel d’activité », sur la transition énergétique et une troisième sur la « transformation numérique ». En outre c’est une curieuse conception du dialogue sociale réduite à une conférence d’une journée ! pourquoi pas une heure ? le PS qui a usurpé sa légitimité de gauche conserve une curieuse conception des relations sociales en se substituant en faiat aux partenaires sociaux. Du coup l’étatisation des relations vide les relations sociales de leur contenu et le syndicalisme se réfugie le plus souvenait dans la contestation  Près de 60 %% des Français jugent cette conférence inutile selon un sondage OpinionWay* pour Axys Consultants, et BFM Business publié Ce rendez-vous annuel, instauré par François Hollande en 2012 pour fixer la feuille de route sociale de l’année à venir, n’est plébiscité que par les sympathisants socialistes (66%). Les sympathisants Les Républicains et Front national sont les moins enthousiastes (27% chaque parti).

 

Déficit de la Sécurité sociale : sous les 10 milliards en 2016 ?

Déficit de la Sécurité sociale : sous les  10 milliards en 2016 ?

« L’objectif, pour l’année prochaine, c’est d’aller en dessous de cette barre symbolique des 10 milliards », a  déclaré Marisol Touraine sur Europe 1, alors qu’elle doit présenter son projet de budget à la Commission des comptes de la Sécurité sociale. La ministre confirme aussi que la branche vieillesse du régime général sera « en léger excédent » pour « la première fois depuis 2004″. En 2012, « quand je suis arrivée, le déficit était de 21 milliards », rappelle Marisol Touraine. « Il est un peu inférieur à 13 milliards cette année, c’est-à-dire que nous l’avons réduit de 40% », se félicite-t-elle.  Selon les dernières prévisions de la Commission des comptes de la Sécurité sociale, les déficits cumulés du régime général (maladie, vieillesse, famille, accident du travail) et du fonds de solidarité vieillesse atteindront 12,8 milliards d’euros en 2015, soit 400 millions d’euros de moins qu’en 2014.  Insistant sur la bonne forme de la branche vieilliesse, Marisol Touraine estime qu’elle est liée aux « politiques portées, (à) la réforme de 2013″. « Des efforts sont demandés, ils portent des résultats », assure la ministre, voulant « rassurer » les Français sur la « capacité » du gouvernement à « garantir les retraites ».

Retraites: vers la suppression de la majoration de 10% pour enfants ?

 

Vers la suppression de la majoration de 10% pour enfants ?

 

 

Il est clair que le gouvernement va taper fort sur les retraites en l’état catastrophique actuel de la situation financière des caisses. D’abord l’indexation sur le coût de la vie et mœurs et pour longtemps. On envisage aussi de supprimer ou de plafonner la majoration de 10 % accordés lorsque trois enfants ont été élevés. Pour éviter mécontentement ou en tout cas le limiter la mesure serait progressive. Dans un premier temps les retraités actuels pourraient ne pas être concernés. Mais on sait ce que signifie le terme progressif, inéluctablement à terme tous les pensionnés seraient concernés. La majoration des avantages familiaux des retraités est un sujet tellement brûlant et complexe que le gouvernement avait préféré, lors de la réforme des retraites votée fin 2013, le remettre à plus tard. C’est tout juste si, à l’époque, mission avait été donnée à Bertrand Fragonard, président du Haut conseil à la famille, de rendre un rapport sur le sujet en 2015. Ce grand spécialiste de la Sécurité sociale a présenté les grandes lignes de sa réflexion, lors d’une réunion du Conseil d’orientation des retraites  Ces pistes, même si elles ne sont pas encore finalisées, sont déjà potentiellement explosives. Si elles se transformaient en réforme concrètes, «il y aura des perdants parmi les classes supérieures», note un bon connaisseur du dossier. La première piste évoquée consisterait en effet à plafonner la majoration de pension servie aux parents à la retraite de trois enfants et qui s’élève à 10% de la pension dans le privé. Toutefois, si plafond il y a, a prévenu Bertrand Fragonard, il ne doit pas être trop bas. Il ne faudrait pas, a-t-il en effet justifié, que le gouvernement ne cède à la facilité en ponctionnant trop lourdement les ménages les plus aisés. «Le sujet est très sensible: dès qu’on touche à un paramètre, on touche à une population», approuve Serge Lavagna, «Monsieur Retraites» de la CFE-CGC, le syndicat des cadres. L’autre solution étudiée, la «forfaitisation», pénaliserait moins les grosses retraites. Il s’agirait de transformer les 10 % de majoration en un montant moyen calculé à partir des pensions des deux conjoints. Cela aurait l’avantage de corriger un dispositif strictement proportionnel qui profite jusqu’à présent davantage aux hommes, car ils gagnent en moyenne de plus grosses retraites. Paradoxal, alors que ce sont surtout les femmes qui sacrifient une partie de leur carrière, donc de leur future pension, à la maternité. S’il présente des avantages, le calcul du forfait promet cependant de devenir un véritable casse-tête pour les couples remariés. Mais le gouvernement touchera-t-il vraiment à ce sujet sensible? «Pour lancer cette réforme lourde et chargée en émotion, prévient Patrick Poizat, en charge des retraites à la CFTC, il faut être sûr de soi et solide». Prudent, Bertrand Fragonard devrait présenter à Manuel Valls et à la ministre des Affaires sociales Marisol Touraine un catalogue des scénarios possibles. Il rendra son travail mi-février.

Morano-NKM – la lutte des classes: CP contre bac +10

Morano-NKM - la lutte des classes:  CP contre bac +10

D’une certaine manière c’est la  luttes des classes qui a lieu entre Morano et NK aiment. NKM une grande bourgeoise ultra diplômée contre Morano qui ne peut afficher qu’un vague diplôme de vente et filles de prolos. En proclamant que Nicolas Sarkozy n’avait qu’à bien se tenir et qu’elle ferait tout –je cite- pour le « dézinguer », Nadine Morano a révélé la vraie nature de son incompréhensible sortie sur la « race blanche » chez Laurent Ruquier, dans On n’est pas couché. Une sortie qu’elle a réitérée cinq jours plus tard à Moscou. Nadine Morano qui a été très déçue de ne pas être retenue dans une place stratégique au sein de l’organigramme du nouveau parti républicain de Sarkozy. Alors que dans le même temps NKM, elle, été promue  au rang de numéro 2. Une sorte de déception amoureuse à l’égard de Sarkozy qu’elle a toujours servi avec zèle et aveuglement ;  du coup pour se venger de ce dernier elle a même décidé de se présenter aux primaires non  pas tellement pour la gagner mais pour tenter d’empêcher Sarkozy de gagner. Mais c’est aussi une sorte de lutte idéologique entre une vision populiste et racoleuse de Morano et une vision plus moderniste et plus ouverte de NKM. D’une certaine façon  une querelle interne au parti les républicains qui crédibilise les positions plus modérées de Sarkozy par rapport à Morano. Querelle qui cependant montre bien l’étendue du champ des divergences au sein même du parti. À force de flirter avec certaines thèses extrémistes et populistes, certains au parti les républicains ont donné l’occasion à Morano de tomber dans le piège de l’outrance simpliste et démago. Et Morano dans ses explications fumeuses de s’enfoncer un peu davantage dans le ridicule et le canaveau.

A320 : Air bus impose une réduction de 10% des prix aux équipementiers

A320 : Air bus impose une  réduction de 10% des prix aux équipementiers

 

Air bus qui fait travailler de nombreux équipementiers et des centaines et des centaines de fournisseurs (Airbus ne fait en réalité que du montage, par ailleurs très complexe)   va imposer une réduction drastique des coûts ; cela pour répondre aussi au même plan de Boeing et ainsi maintenir la domination du 320 sur le marché mondial. Un coup dur pour certains fournisseurs car 10% cela est déjà supérieur à la marge. Il faudra donc effectuer de nouveaux investissements de productivité. Airbus a demandé à ses fournisseurs associés à l’A320 de réduire leurs prix d’au moins 10% d’ici 2019 afin d’accroître la rentabilité de ce programme phare du constructeur aéronautique européen, a-t-on appris de trois sources proches du dossier. Boeing a lui-même lancé un programme similaire, « Partner for Success », afin de redéfinir les rapports entre le constructeur américain et ses équipementiers. Ce projet d’Airbus figure dans un programme d’amélioration de l’efficacité interne, appelé SCOPe+, qui prévoit également d’établir de nouvelles relations avec les compagnies aériennes. Airbus a indiqué à ses fournisseurs qu’il pourrait développer le double approvisionnement pour les éléments les plus stratégiques, afin de réduire les coûts et d’éviter des pénuries de pièces en cas d’accélération de la production. Dans le même but, Airbus envisage également de laisser aux compagnies aériennes un choix d’options moins important qu’actuellement pour équiper les appareils. SCOPe+ prévoit d’obtenir des fournisseurs une base de coûts inférieure « d’au moins 10% » en 2019 à celle de 2015, selon des équipementiers et un document d’Airbus consulté par Reuters. Airbus a reconnu l’existence du projet SCOPe+ mais une porte-parole a refusé de commenter les détails de ce plan.

 

Hewlett-Packard : suppression de 10% des effectifs soit 30.000 emplois

Hewlett-Packard : suppression de 10% des effectifs soit   30.000 emplois

Au plan mondial la purge  sera sévère puisqu’il s’agit de supprimer environ 30 000 emplois sur 300 000.  HP compte se scinder en deux sociétés cotées dans le courant de l’année, séparant ses opérations dans les PC et les imprimantes de celles liées aux matériels et services destinés aux entreprises, ces dernières étant regroupées au sein d’une nouvelle entité baptisée Hewlett Packard Enterprise. Les suppressions de postes se traduiront par une charge de l’ordre de 2,7 milliards de dollars (2,4 milliards d’euros), dont l’imputation commencera au quatrième trimestre. « Nous avons beaucoup travaillé ces dernières années pour réduire nos coûts et simplifier les procédures et ces dernières initiatives élimineront la nécessité de toute restructuration à l’avenir », a déclaré la directrice général Meg Whitman. Le nombre total des suppressions d’emplois planifié dans le cadre d’un plan de restructuration pluriannuel était de 55.000 à la date d’octobre 2014. Hewlett-Packard employait autour de 302.000 salariés au 31 octobre 2014, selon son rapport financier 2014.Au troisième trimestre, le chiffre d’affaires de la division PC et imprimantes, la plus importante, avait baissé de 11,5%. Le CA de la division services Enterprise avait diminué de 11% et celui de la division entreprises avait augmenté de 2%.

Réforme régions : « 10 milliards de dépenses en plus ». (Raffarin)

Réforme régions : « 10 milliards de dépenses en plus  ». (Raffarin)

Sur France Info Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier ministre, dénonce l’illusion de la réforme territoriale. Il considère en effet que cette réforme ne permettra pas d’économiser 12 milliards comme l’indique le gouvernement mais au contraire sera l’occasion  d’en dépenser 10 milliards supplémentaires. L’évaluation de Jean-Pierre Raffarin et sans doute tout aussi approximative que celle du gouvernement. Reste effectivement que  cette réforme n’aura pas l’effet bénéfique escompté car évidemment on a dû abandonné en route la suppression des départements. Il y aura donc toujours juxtaposition des structures régionales et départementales. Enfin pour apaiser la grogne, on  a décidé dans certaines régions de maintenir les effectifs administratifs des capitales régionales anciennes qui ont été destituée de leurs titres « Cette réforme était bien partie, et elle finit mal« , indique sur France Info Jean-Pierre Raffarin, à propos de la réforme territoriale. La nouvelle carte des régions est sortie vendredi, lors du dernier Conseil des ministres de l’été. Le gouvernement a publié la liste des capitales régionales, là où la réforme territoriale a modifié les frontières. Sont donc ainsi désignées Strasbourg, Bordeaux, Dijon, Lille, Lyon, Rouen et Toulouse. Les chefs-lieux définitifs seront fixés avant le 1er octobre 2016, après avis des conseils régionaux issus du renouvellement de fin 2015.   Sénateur de la Vienne, et président de la région Poitou-Charentes pendant plus de 13 ans (qui va se retrouver absorbée dans un vaste ensemble dont la capitale sera Bordeaux), Jean-Pierre Raffarin ajoute : « Cette réforme territoriale part à la dérive ». Capitales régionales : « La politique s’est imposée par rapport à la raison » selon Jean-Pierre Raffarin sur France Info. « C’est fait sans aucune consultation, le fait du prince, on saupoudre ici un bout de rectorat, là une direction de l’agriculture, tout cela est fait dans l’improvisation et c’est fort regrettable, car on avait promis des économies à Bruxelles, et en fait on va dépenser beaucoup plus« , considère l’ancien Premier ministre.  »On a annoncé qu’il y aurait sans doute 12 milliards d’économies, moi je suis prêt à parier que c’est plutôt 10 milliards de dépenses en plus, vers lesquelles on va« , dit-il. « C’est le manque d’autorité politique de l’exécutif qui n’a pas pu imposer à ses troupes des actions de rationalisation et de réorganisation, il a fallu contenter tout le monde, les frondeurs, les barons locaux… Finalement l’exécutif a préféré saupoudrer, distribuer, plutôt que d’organiser et rationnaliser« , conclut-il.

 

Rachat de Bouygues Telecom pour 10 milliards par SFR ?

Rachat de Bouygues Telecom pour 10 milliards par SFR ?

 

Ce n’est pas encore fait mais ça se prépare sérieusement. En fait, les réticences de Bouygues ne viseraient qu’à faire monter les enchères. A terme de toute façon un opérateur devrait disparaitre, ce devrait être Bouygues depuis que SFR a été racheté par Numéricable. SFR, propriété du magnat des télécoms et médias français Patrick Draghi, a en effet formulé une offre de rachat de Bouygues Telecom pour « un peu plus de dix milliards d’euros », affirme Le Journal du dimanche. Le JDD, qui s’appuie sur « plusieurs sources » non identifiées, précise que cette offre mise sur la table il y a dix jours, devrait être examinée mardi lors d’un conseil d’administration du groupe Bouygues.   »L’offre de Drahi n’est pas convenable et pas bouclée, notamment son financement », affirme au JDD un lieutenant de Martin Bouygues, une manière selon le journal de « faire monter les enchères ». « Patrick Drahi propose de payer en cash » au moyen d’un emprunt auprès de BNP Paribas, ajoute le journal selon lequel le montant avancé est « 25% plus cher que les 8 milliards estimés par les marchés » pour Bouygues Telecom. Toujours d’après le JDD, SFR reprendrait la totalité des 11 millions de clients en téléphonie mobile de Bouygues Telecom. Un accord a été trouvé avec Free « pour éviter des obstacles en matière de concurrence » : le groupe rival de Xavier Niel « reprendra une partie des fréquences, des antennes et des boutiques de Bouygues », écrit le JDD. En rachetant Bouygues Telecom, SFR deviendrait le premier opérateur mobile français avec la moitié du marché et le deuxième pour l’accès à internet derrière Orange. Numericable, propriété de Patrick Drahi, avait réussi à s’emparer de SFR en mars 2014 à l’issue d’une bataille homérique contre Bouygues, en mettant sur la table 13,36 milliards d’euros pour racheter l’opérateur de télécoms à Vivendi. L’opération avait ouvert la voie à la formation du groupe Numericable-SFR qui a depuis absorbé Virgin Mobile et Telindus, tandis que sa maison mère Altice, pilotée par Patrick Drahi, a pris le contrôle de Portugal Telecom et de Suddenlink Communications, le septième câblo-opérateur américain.

Hollande : une semaine catastrophique ( feuilleton -10 mai 2015)

  • Hollande : une semaine catastrophique ( feuilleton -10 mai 2015)

 

 

François de Tulle subit toujours l’ingratitude de ses sujets. En début de semaine un sondage le juge certes assez sympathique mais incompétent , maintenant 81% des Français portent un jugement négatif sur Hollande.. Selon un sondage CSA, seules 18% des personnes interrogées souhaitent que le chef de l’Etat soit candidat à sa propre succession lors de l’élection présidentielle de 2017. En cause toujours l’économie qui ne va pas fort. Le Roy peut toujours répliquer qu’en Chine ou au Japon, comme en France,  l’industrie recule aussi. Pas vraiment un argument ! En plus une  très sérieuse étude prévoit que les gros animaux vont disparaître d’ici une vingtaine d’années, animaux politiques y compris sans doute ! Le Pen peut être en premier qui vient d’être répudié par le parti qu’il a fondé ;  la morale familiale fout le camp. Preuve de cette extinction des pachydermes politiques, le prétendant Valls de Vienne est largement préféré pour succéder au monarque en 2017. Un crime de lèse majesté là aussi. Une véritable épidémie comme celle de ces CRS qui se sont faits porter pâles lors de la visite de Hollnde. La garde royale ne respecte plus rien. Hollande est sans doute porteur d’un virus et c’est vraisemblablement pour s’en protéger que 44 CRS sur 74 s’étaient faits porter pâle le jour le la visite du chef de l’Etat le 30 avril. Un virus par ailleurs très répandu chez les fonctionnaires surtout depuis la suppression du jour de carence. A la cour on craint la remise en cause des privilèges. Le bas peuple conteste la retraite chapeau de l’ancien patron de PSA, une rente retraite de 300 000 euros par an après moins de 5 ans passés dans l’entreprise. Heureusement discrètement le petit Duc Macron a décrété la légitimité de cette pension princière. De là à approuver aussi le financement du mariage de Copé par Bygmalion, il n’y a qu’un pas ! Peut-être aussi un autre à franchir pour approuver aussi les irrégularités et le copinage ( une bricole de 800 000 euros) de Mathieu Gallet quand il était patron de l’INA ( toujours jugé légitime à radio France). Heureusement il ya des motifs de se rassurer car ça ne va pas fort dans l’ opposition, le prince noir Sarkozy a été piégé par la justice qui a considéré comme valable les écoutes téléphoniques de M. Bismuth. Avec toutes ses casseroles aux fesses, le prince noir pourra se reconvertir dans la quincaillerie. Autre bonne nouvelle pour le Roy, Marine Lepen prise la main dans le sac du trésor royal avec son micro parti Jeanne. Tout s’achète , se vend aussi. En France on vend les bijoux progressivement après Alstom, vendu aux américains , c’est Lafarge vendu aux Suisse. D’autres vendus aux chinois. Les immeubles parisiens vendus au Qatar. Un jour il faudra se résoudre à vendre la Tour Eiffel à un ferrailleur comme Mitral,( il a déjà acheté la sidérurgie). Décidemment le climat n’est pas fameux à la cour, en Navarre et dans le compté de Tulle. François a donc décidé de se réchauffer le cœur  aux Antilles justement pour changer la météo mondiale. Le roi François n’est pas encore entré à l’académie française mais il a cependant revêtu l’habit vert pour se refaire une beauté écologique. Il faut absolument empêcher l’empoisonneuse Madame Duflot de se présenter en 2017. Du coup la conférence sur le réchauffement climatique devient politiquement stratégique. Ce sera un succès à déclaré le Roy, pour preuve :  elle aura lieu en fin d’année ;  les institut de sondage prévoient  que la température sera moins élevé qu’en juillet. Donc une première victoire sur le réchauffement climatique.

God save the king

 

Salaires grands patrons : augmentation de 10% en 2014

Salaires grands patrons : augmentation de 10% en 2014

 

Les rémunérations globales des dirigeants des entreprises du CAC 40 ont sensiblement augmenté en 2014. Elles atteignent le chiffre vertigineux de 153 millions d’euros, en hausse de 10,1% par rapport à 2013. Sur un périmètre strictement comparable (mêmes entreprises et mêmes dirigeants sur l’ensemble de l’exercice, soit 33 sociétés), cette hausse est à peu près du même ordre, de 8,2%. Mais parmi les différentes composantes des rémunérations, les évolutions ne sont pas similaires.

Ryanair : baisse des prix de 10 à 15%

  • Ryanair : baisse des prix de 10 à 15%
  •  
  • Double coup de com. pour Ryanair  dont le PDG annonce uen réduction des prix  de 10 à 15 % des prix et qui en même temps règle ses comptes avec la France en dénonçant la folie administrative du pays. En réalité, on ne sait pas quelle sera l’évolution du prix du pétrole ( donc des prix du transport aérien) mais c’est l’occasion de parler de Ryanair.  « C’est le résultat de la baisse du prix du pétrole que nous allons répercuter », a-t-il justifié. « Nous continuons aussi à voir le nombre de passagers que nous transportons augmenter et à baisser nos coûts ».  Sur les douze mois achevés fin mars, Ryanair a ainsi vu son trafic progresser de 11% pour atteindre 90,5 millions de passagers. La compagnie compte dépasser le cap des 100 millions de passagers annuels dès l’exercice prochain et a pour ambition d’atteindre les 160 millions d’ici à  2024. La baisse de la consommation de carburant et la hausse du nombre de sièges dans les nouveaux appareils, ainsi que l’obtention de tarifs « intéressants » de la part des aéroports  »qui veulent se développer », participent aussi à la réduction des coûts, a remarqué Michael O’Leary.  La politique de prix bas ne se fait pas au détriment de la sécurité, a assuré le patron de Ryanair. « Nous avons toujours été irréprochables sur ce sujet. La première raison est que nos avions sont neufs » avec un âge moyen de la flotte de 5 ans. Cette dernière « grossit de 10% par an en fonction du programme de livraison de Boeing », a expliqué M. O’Leary. « J’aimerais aussi acheter des Airbus mais on n’a jamais réussi à se mettre d’accord sur les prix« , a-t-il remarqué. 

Précarité : 9 Français sur 10 la craigne

Précarité : 9 Français sur 10 la craigne

Un sondage passé assez inaperçu et qui explique le niveau du morale des ménages ( et la croissance atone). 9 personnes sur 10 n’excluent pas totalement la possibilité de tomber un jour dans la précarité. Il s’agit d’un record dans ce baromètre BFM de fin 2014. Seuls 8% des Français n’ont aucune crainte de la précarité,.  Logiquement, cette crainte taraude davantage les catégories les moins favorisées : 71% des personnes dont les revenus nets mensuels du foyer sont inférieurs à 2000€, mais aussi des populations plus fragiles que la moyenne sur les plans économique et/ou de la sécurité de l’emploi : 83% des ouvriers, 72% des non-bacheliers et 70% des ruraux. A noter enfin qu’en termes d’âge, les plus inquiets sont les moins de 50 ans (63%). Et cette inquiétude n’est pas tout à fait injustifiée. En effet, de plus en plus de Français ont des difficultés pour boucler leurs fins de mois. 37% des personnes interrogées déclarent avoir des revenus insuffisants pour finir la fin du mois, soit une hausse de 6 points en 8 mois seulement et un bond de 15 points depuis janvier 2013.  Et cette crainte qui pèse sur les Français a une conséquence directement sur leur consommation. Il y a une augmentation de personnes qui estiment devoir se contenter de l’essentiel. Ils sont 60% aujourd’hui à penser cela, cela représente une hausse de 5 points depuis janvier 2014.  Autre conséquence plus grave : 47% des Français différent leurs dépenses parce qu’ils pensent que les prix vont baisser et qu’ils paieront moins cher demain. 38% pensent qu’il n’est pas urgent de faire des achats importants car les prix vont rester durablement stables. 10% seulement pensent que c’est le moment d’acheter car les prix vont augmenter !  c’est  l’un des phénomènes caractéristiques de la déflation est quand les consommateurs préfèrent attendre la baisse des prix pour acheter.

Argentine : un accident terrible, 10 morts pour la téléréalité

Argentine :  un accident terrible, 10 morts pour la téléréalité

Un événement dramatique qui concerne des sportifs de renommée mondiale victime sans doute de la malchance ; en la circonstance, il travaillaient pour uen émission de téléréalité , les sportifs devaient être lâchés en plein nature en situation de survie. Ce qui permet quand même de s’interroger sur l’intérêt réel de ce type de téléréalité et sur les risques pris. Bien entendu la collision de deux hélicoptères n’est pas imputable à l’émission de téléréalité pour autant on peut s’interroger sur l’existence de ce type de production télévisuelle toujours à la recherche du danger, de l’inédit, du sensationnel pour faire rêver le téléspectateur. On ne peut que rendre hommage à ces personnalités qui auront marqué le sport mondial mais quand même regretter qu’ils aient perdu la vie pour une émission destinée à distraire le téléspectatuers. Tutoyer l’insécurité ( ou la vulgarité dans d’autre types de téléréalité) pour faire marcher   l’audimat ne remonte pas le niveau des productions du petit écran.   Huit Français ont donc  trouvé la mort dans un accident d’hélicoptères dans la province de la Rioja en Argentine. Aucun des 10 passagers n’a survécu. Les Français présents à bord participaient au tournage d’un jeu télévisé d’aventure, Dropped.  « Un accident entre deux hélicoptères dans la Quebrada del Yeso a provoqué la mort de dix personnes (…). Ils faisaient partie de la production de Dropped« , dit un communiqué des autorités argentines. Auparavant, une source policière a déclaré que huit Français et les deux pilotes argentins avaient péri dans l’accident. Les autorités locales ont indiqué par la suite que la navigatrice Florence Arthaud, 57 ans,  la championne olympique de natation Camille Muffat, 25 ans, et le boxeur Alexis Vastine, 28 ans, faisaient partie des victimes. Les cinq autres membres de l’équipe de Dropped ont été identifiés par les autorités argentines comme « Laurent Sbasnik, Lucie Mei-Dalby, Volodia Guinard, Brice Guilbert, Edouard Gilles ».  « L’entreprise Dropped a communiqué la liste des personnes décédées dans l’accident, dont Camille Muffat, Alexis Vastine et Florence Arthaud », dit le communiqué diffusé par les autorités de la province de La Rioja, dans le nord-ouest de l’Argentine, où s’est déroulé le drame. Dropped est un programme de la chaîne TF1, produit par la société ALP, également productrice de Koh-Lanta et de Fort Boyard.

123456



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol