Archive pour le Tag '1%)'

Réchauffement climatique : la limite de 1,5°C déjà presque atteinte

Réchauffement climatique : la limite de 1,5°C déjà presque atteinte

La hausse des concentrations de CO2 dans l’atmosphère cette année s’annonce supérieure aux niveaux compatibles avec des trajectoires de réchauffement du climat respectant la limite de 1,5°C, selon une étude du service de météorologie britannique, qui s’appuie sur les relevés d’une station de référence à Hawaï.

L’accord de Paris de 2015 a pour ambition de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5°C. Mais cette limite la plus ambitieuse – qui se comprend comme une moyenne de température sur au moins 20 ans – est considérée comme de plus en plus difficile à conserver par les experts. «La hausse estimée des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone pour cette année est bien au-dessus des trois scénarios compatibles avec la limite de 1,5°C soulignés dans le rapport du Giec», a résumé Richard Betts, chercheur au Met Office.

Le climat actuel marque déjà un réchauffement d’environ 1,2°C ou 1,3°C par rapport à 1850-1900. Et au rythme actuel d’émissions, le Giec prévoit que le seuil de 1,5°C a une chance sur deux d’être atteint en moyenne dès les années 2030-2035. «Pour conserver le réchauffement sous 1,5°C, l’accumulation du CO2 devra ralentir substantiellement ces prochaines années et s’arrêter d’ici le milieu du siècle. Mais la prévision pour 2024 ne témoigne pas d’un tel ralentissement», a mis en garde Richard Betts.

Climat: la limite de 1,5°C déjà presque atteinte

Climat: la limite de 1,5°C déjà presque atteinte

La hausse des concentrations de CO2 dans l’atmosphère cette année s’annonce supérieure aux niveaux compatibles avec des trajectoires de réchauffement du climat respectant la limite de 1,5°C, selon une étude du service de météorologie britannique, qui s’appuie sur les relevés d’une station de référence à Hawaï.

L’accord de Paris de 2015 a pour ambition de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale bien en dessous de 2°C par rapport aux niveaux préindustriels et de poursuivre les efforts pour limiter l’augmentation de la température à 1,5°C. Mais cette limite la plus ambitieuse – qui se comprend comme une moyenne de température sur au moins 20 ans – est considérée comme de plus en plus difficile à conserver par les experts. «La hausse estimée des concentrations atmosphériques de dioxyde de carbone pour cette année est bien au-dessus des trois scénarios compatibles avec la limite de 1,5°C soulignés dans le rapport du Giec», a résumé Richard Betts, chercheur au Met Office.

Le climat actuel marque déjà un réchauffement d’environ 1,2°C ou 1,3°C par rapport à 1850-1900. Et au rythme actuel d’émissions, le Giec prévoit que le seuil de 1,5°C a une chance sur deux d’être atteint en moyenne dès les années 2030-2035. «Pour conserver le réchauffement sous 1,5°C, l’accumulation du CO2 devra ralentir substantiellement ces prochaines années et s’arrêter d’ici le milieu du siècle. Mais la prévision pour 2024 ne témoigne pas d’un tel ralentissement», a mis en garde Richard Betts.

Réchauffement climatique limité à 1,5° : complètement illusoire

Réchauffement climatique limité à 1,5° : complètement illusoire

L’objectif de l’Accord de Paris de limiter le réchauffement climatique à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels est désormais inatteignable. C’est ce qui ressort d’une étude de l’équipe scientifique du Global Carbon Project publiée mardi 5 décembre. Alors que la COP28 se tient actuellement à Dubaï, aux Emirats arabes unis, « il semble désormais inévitable que nous dépassions l’objectif de 1,5°C de l’Accord de Paris » signé en 2015 lors de la COP21, estime le professeur Pierre Friedlingstein, du Global Systems Institute d’Exeter, qui a dirigé l’étude.

« Les dirigeants réunis à la COP28 devront se mettre d’accord sur des réductions rapides des émissions de combustibles fossiles, même pour maintenir l’objectif de 2°C », alerte Pierre Friedlingstein. Le rapport note que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) fossile ont encore augmenté globalement en 2023. Elles s’élèvent à 36,8 milliards de tonnes en 2023, en hausse de 1,1 % par rapport à 2022. Toutefois, dans certaines régions, notamment en Europe et aux États-Unis, les émissions de CO2 fossile diminuent, de 7,4 % en Union européenne, et de 3 % aux États-Unis. A l’inverse, elles sont en hausse de 8,2 % en Inde et de 4 % en Chine.

Les scientifiques expliquent que l’action mondiale visant à réduire les combustibles Le rapport estime qu’au total, les émissions mondiales totales de CO2 (fossiles et changement d’usage des terres) atteindront 40,9 milliards de tonnes en 2023, soit qu’à peu près le même niveau qu’en 2022.

L’Accord de Paris signé en 2015 a fixé comme objectif de maintenir l’augmentation de la température moyenne mondiale « bien en dessous de 2°C au-dessus des niveaux préindustriels » et de poursuivre les efforts « pour limiter l’augmentation de la température à 1,5°C au-dessus des niveaux préindustriels ». Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C, les émissions de gaz à effet de serre doivent culminer avant 2025 au plus tard et diminuer de 43 % d’ici 2030.

France : une croissance insignifiante à plus 0,1 %

France : une croissance insignifiante à plus 0,1 %

Il est difficile de considérer que la croissance de la France résiste avec une augmentation de plus 0,1 % ( l’épaisseur du trait qui d’ailleurs pourra être modifié par la suite par l’INSEE). C’est en tout cas le cri d’optimisme du ministre de l’économie, par ailleurs candidat à la candidature pour 2027. Pour lui, c’est le signe que l’économie résiste et que l’inflation est maîtrisée.

Un constat un peu idyllique car la croissance ne tient pas grand chose et pourrait basculer dans le rouge dès le premier trimestre 2024. Quant à l’inflation elle diminue certes mais de manière inférieure à celle de l’union économique et elle doit surtout à la baisse des prix de l’énergie. Des prix de l’énergie qui justement pourrait bien remonter avec les risques géopolitiques au Moyen-Orient. Et par avance le ministre de l’économie trouve des les excuses :
« Toute extension du conflit amènera une flambée du prix des matières premières, une flambée des prix de l’énergie, et par conséquent, un impact sur la croissance européenne. »

Et pour cause, certains analystes tablent déjà sur une flambée des prix du cours de pétrole. Son tarif pourrait être doublé en quelques mois, et atteindre les 150 dollars le baril. Pour l’instant, il reste autour de 90 dollars, mais il a déjà progressé de 6% depuis le début du conflit en Israël, a relevé la Banque mondiale. Par ricochet, les tarifs du gaz et d’autres matières premières – agricoles notamment – pourraient être relevés dans les semaines à venir.

Selon la Banque mondiale, les tensions en Israël pourraient ainsi provoquer un nouveau choc de prix sur les matières premières. « Si le conflit devait gagner en intensité, l’économie mondiale devrait faire face à un double choc énergétique pour la première fois depuis des décennies », a ainsi prévenu Indermit Gill, le chef économiste de l’institution, faisant aussi référence à l’invasion russe en Ukraine.

Ce troisième trimestre, la croissance est restée positive grâce, notamment, à un rebond de la consommation des produits alimentaires, mais aussi des biens d’équipement. Sur l’alimentaire, la reprise est d’autant plus notable qu’elle intervient après 8 trimestres de baisse. Signe que les ménages ont rempli un peu plus leur caddie cet été.

Cette reprise de la demande intérieure s’explique par le ralentissement des prix enregistré ces dernières semaines. En octobre, l’inflation est tombée à 4% sur un an, après 4,9% en septembre. Ce qui amène Bruno Le Maire à assurer : « La France est en train de sortir de la crise inflationniste. Et ce recul de l’inflation doit nous permettre de tenir nos objectifs de croissance. »

Mais, « D’ici 2024, on ne retrouvera pas les prix que l’on a connus, et puis les salaires progressent moins vite que les prix », tempère Eric Heyer, de l’OFCE.

Économie–Croissance France : La Banque de France fait dans l’optimisme avec plus 0, 1 % au troisième trimestre

Économie–Croissance France : La Banque de France fait dans l’optimisme avec plus 0, 1 % au troisième trimestre


Il est probable que la France va connaître la stagnation voir la régression au troisième voir au quatrième trimestre. En effet tous les indicateurs sont dans le rouge le moral des entreprises comme celui des ménages, la consommation et les exportations.

Mais la Banque de France fait dans le volontarisme et pour éviter d’afficher la dépression économique qui pourrait encore détériorer un peu plus le moral déclare que la croissance va progresser de 0,1 %. C’est-à-dire à peu près rien et en plus en plein de toute manière dans la marge d’erreur.

D’après la Banque de France, l’activité économique devrait donc enregistrer une légère progression au troisième trimestre.

L’activité marquerait toutefois un net ralentissement après le rebond inattendu de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) observé au deuxième trimestre.

«La conjoncture d’après l’été est moins favorable que celle que l’on avait juste avant l’été», a déclaré Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France, en présentant la nouvelle enquête mensuelle de conjoncture de l’institution.

Pour l’ensemble de l’année 2023, la Banque de France s’attend à une croissance de 0,9%, un peu moins que la prévision du gouvernement (1%).

Croissance Etats-Unis : à 2,1% au 2e trimestre

Croissance Etats-Unis : à 2,1% au 2e trimestre

La croissance du produit intérieur brut (PIB) des Etats-Unis au deuxième trimestre s’est établie à 2,1% en rythme annualisé. Jusque-là la croissance est encore relativement dynamique et paradoxalement ce dynamisme pourrait encourager la banque centrale américaine a continué sa politique restrictive notamment en relevant les taux. Un relèvement des taux qui faire ensuite tâche d’huile dans d’autres zones comme en Europe mais où la croissance est nettement inférieure .

Ainsi l’Europe cumule un net tassement de la croissance ( Seulement plus 0,3 % du PIB au second trimestre) et un fort relèvement des taux d’intérêt. Les États-Unis de leur côté avaient réussi jusqu’à leur a conjugué hausse des taux et croissance. Le problème de l’Europe c’est qu’elle ne peut ignorer la hausse des taux américains sans mettre en danger l’euro.

La croissance aux États-Unis avait surpris par sa vigueur au deuxième trimestre, s’accélérant par rapport aux 2,0% du premier trimestre, quand les analystes la voyaient ralentir ou, au mieux, rester stable. En 2022, la progression de l’activité économique américaine avait ralenti à 2,1%, après avoir connu en 2021 la plus forte croissance depuis 1984 (5,9%), et en 2020 le plus fort recul du PIB depuis 1946 (-3,5%) et deux mois de récession à cause du Covid-19.

Croissance 2023 France: L’OCDE optimiste, prévoit 1%

Croissance 2023 France: L’OCDE optimiste, prévoit 1%


Comme la Banque de France, l’OCDE a légèrement relevé de 0,1 % sa prévision de croissance pour l’année en cours. On attendrait ainsi une croissance de 1 %. D’abord le pari est audacieux car on se fonde surtout sur la dynamique du deuxième trimestre alors que le troisième et le quatrième afficheront des résultats moins favorables. En outre et surtout, des variations de 0,1 ou 0,2 % n’ont guère de signification car elles se situent dans l’épaisseur du trait.

On aura observé que les experts et le gouvernement choisissent volontiers de se montrer optimiste d’autant que l’année 2024 sera, elle, moins dynamique que prévu avec une croissance qui dépasserait tout juste 1 %.

L’OCDE a revu mardi en hausse sa prévision de croissance française pour 2023 à 1%, à la faveur d’un deuxième trimestre vigoureux, mais s’est montrée plus prudente pour 2024 avec 1,2% attendu contre 1,3% lors de sa prévision de juin.

La prévision de l’Organisation de coopération et de développement économiques publiée dans ses anticipations trimestrielles de croissance et d’inflation mondiales s’aligne ainsi sur celle du gouvernement français pour cette année.

L’OCDE prévoyait 0,8% de croissance en France jusqu’alors pour 2023. Lundi déjà, la Banque de France s’était dite plus optimiste qu’auparavant pour l’économie française en 2023, anticipant 0,9% de croissance contre 0,7% jusqu’ici, grâce à des exportations dynamiques au printemps, et après une croissance de 2,5% l’an dernier. Cette prévision de la Banque de France pour 2023 est la même que celle de l’Insee (Institut national des statistiques et des études économiques) publiée début septembre, qui avait été elle aussi revue à la hausse.

L’inflation en France devrait commencer à refluer progressivement, prédit également l’organisation internationale, avec 5,8% attendus cette année, et 2,9% l’an prochain. Idem en zone euro avec 5,5% cette année et 3% l’an prochain, ce qui pourrait encourager la BCE à une politique monétaire moins restrictive. Le problème c’est que l’inflation évidemment ce cumul et qu’en conséquence les prix ne sont pas près de reculer. Ils vont continuer d’augmenter mais moins.

Indice Salaires des fonctionnaires : hausse de 1,5% du point d’indice au 1er juillet

Indice Salaires des fonctionnaires : hausse de 1,5% du point d’indice au 1er juillet

Au total, des mesures appréciées de manière modérée par les salariés mais susceptibles quand même de calmer un peu la grogne. À noter évidemment que le gouvernement n’indique pas comment ces dispositions seront financées ! ( Le déficit du budget représente déjà 5 % du PIB).Après avoir reçu les organisations ce lundi, le gouvernement a annoncé une hausse de 1,5 % du point d’indice des fonctionnaires, qui entrera en vigueur le 1er juillet prochain. Premier syndicat de la fonction publique, la CGT, qui réclamait une hausse du point d’indice de 10 %, a vilipendé une mesure « largement insuffisante », estimant la perte de pouvoir d’achat à 16 % depuis 2010.

Tous les agents se verront par ailleurs attribuer 5 points, correspondant à une aide forfaitaire de 25 euros supplémentaires par mois. Une partie des fonctionnaires – ceux dont la rémunération mensuelle brute va jusqu’à 3 250 euros – va également obtenir, avant la fin de l’année 2023, une prime dégressive de pouvoir d’achat allant de 800 à 300 euros. Cette mesure concerne 50 % des agents de l’État et 70 % des agents publics hospitaliers. Un agent d’accueil en début de carrière gagnerait au total 182 euros par mois de plus, et une professeur des écoles avec sept ans d’ancienneté 102 euros de plus, selon le ministère.

Les agents publics ont aussi obtenu la reconduction pour 2023 de la garantie individuelle de pouvoir d’achat, une revalorisation des frais de mission, une meilleure prise en charge des abonnements aux transports collectifs et une revalorisation du barème de monétisation des comptes épargne-temps. Après la hausse de 3,5 % du point d’indice intervenue l’été dernier pour un coût chiffré à 7,5 milliards d’euros, ces nouvelles mesures se montent à 3,5 milliards d’euros.

Europe : 1 milliard à la Tunisie pour freiner l’immigration

Europe : 1 milliard à la Tunisie pour freiner l’immigration

Pour faire face à la crise économique grave, l’Union européenne a proposé « un renforcement du partenariat » avec la Tunisie à travers un programme incluant une possible aide financière de long terme de 900 millions d’euros et une aide additionnelle de 150 millions à injecter « immédiatement » dans le budget.

Ursula von der Leyen a indiqué avoir proposé un programme en cinq points, incluant aussi un soutien à la lutte contre l’immigration clandestine et a souhaité la signature d’un accord entre la Tunisie et l’UE d’ici au prochain sommet européen à la fin du mois. Ce programme prévoit notamment un renforcement des investissements en Tunisie, en particulier dans le numérique et les énergies renouvelables ainsi qu’une extension à la Tunisie du programme européen d’échanges d’étudiants Erasmus, doté d’une enveloppe de 10 millions d’euros. L’un des volets importants du « package » européen concerne la lutte contre le « business cynique » de l’immigration clandestine, pour laquelle l’UE fournira « cette année à la Tunisie 100 millions d’euros pour le contrôle de ses frontières, la recherche et sauvetage » de migrants, a indiqué Ursula von der Leyen.

« Il est de notre intérêt commun de renforcer notre relation et d’investir dans la stabilité et la prospérité, c’est pour cela que nous sommes là », a-t-elle déclaré, disant agir au nom de la « Team Europe » et qui était accompagnée dans sa visite par les Premiers ministres d’Italie, Giorgia Meloni, et des Pays-Bas, Mark Rutte. Affirmant que l’Union européenne est le « premier partenaire commmercial et premier investisseur » en Tunisie, la présidente de la Commission a rappelé que l’Europe a « soutenu le parcours de la Tunisie dans la démocratie depuis 2011 (et la Révolution qui a renversé le dictateur Zine El Abidine Ben Ali, ndlr), une route longue et difficile ».

Le pays nord-africain, très endetté (80% du PIB), est en difficiles pourparlers avec le FMI pour un nouveau prêt de près de deux milliards de dollars. Les discussions achoppent sur le refus du président Saied de réformes comme la restructuration de la centaine d’entreprises publiques surendettées et la levée des subventions étatiques à des produits de base comme les carburants.

Dernier rebondissement et très mauvaise nouvelle pour le pays, dans la nuit de samedi à dimanche, l’agence de notation Fitch a baissé d’un cran la note de la Tunisie la passant de CCC+ à CCC-, à cause des délais dans les négociations pour obtenir un nouveau prêt du Fonds monétaire international (FMI).

Cette dégradation de la note de l’endettement à long terme du pays « reflète l’incertitude autour de la capacité de la Tunisie à réunir des fonds suffisants pour répondre à ses besoins financiers conséquents », a expliqué Fitch dans un communiqué. La Tunisie faisait déjà partie des émetteurs présentant des risques réels de non-remboursement, selon l’institution. « Notre principal scénario table sur un accord entre la Tunisie et le FMI d’ici la fin de l’année, mais c’est beaucoup plus tard que nous ne l’attendions auparavant et les risques restent élevés », a précisé Fitch. L’agence rappelle que le budget du gouvernement dépend de plus de 5 milliards de dollars de fonds externes (10% du PIB) des financements qui ne seront pas débloqués tant qu’il n’y aura pas d’accord avec le FMI.

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Environnement–Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

Environnement–Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

La limitation à 1,5°C du réchauffement de la planète permettra d’éviter un emballement du changement climatique, mais elle ne suffira pas, a averti mercredi 31 mai un consortium de 50 chercheurs.

Les émissions de gaz à effet de serre restent à des niveaux records, et pour les experts du Giec, les politiques actuelles mènent plutôt vers un réchauffement de 2,7°C d’ici à la fin du siècle. La température moyenne à la surface de la Terre a déjà augmenté de près de 1,2°C depuis l’ère préindustrielle. Afin d’éviter que de larges pans de l’humanité soient exposés à « des dommages importants (…), la juste limite doit être fixée à 1°C ou en dessous », et la concentration atmosphérique de CO2 – actuellement à 420 parties par million (ppm) – doit être réduite à 350 ppm, selon les scientifiques.

« Nous sommes dans l’Anthropocène, mettant en danger la stabilité et la résilience de la planète entière », a souligné Johan Rockström, auteur principal de l’étude, faisant référence à une nouvelle époque géologique marquée par l’empreinte humaine sur la planète. Johan Rockström est l’un des initiateurs du concept de « limites planétaires », des lignes rouges à ne pas franchir.

En 2009, lui et ses collègues ont identifié neuf de ces limites et trois avaient déjà été franchies : les gaz à effet de serre réchauffant la planète, l’accélération de l’extinction d’espèces et un excès d’azote et de phosphore dans l’environnement. Depuis, trois autres limites ont été franchies : la déforestation, la surexploitation de l’eau douce et l’omniprésence de produits chimiques synthétiques. La pollution extérieure aux particules pourrait s’y ajouter cette année et l’acidification des océans n’est peut-être pas loin derrière. « Rien de moins qu’une juste transformation globale (…) est nécessaire pour assurer le bien-être humain », concluent les auteurs de l’étude.

Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

Climat : limiter le réchauffement à 1,5°C ne suffira pas

La limitation à 1,5°C du réchauffement de la planète permettra d’éviter un emballement du changement climatique, mais elle ne suffira pas, a averti mercredi 31 mai un consortium de 50 chercheurs.

Les émissions de gaz à effet de serre restent à des niveaux records, et pour les experts du Giec, les politiques actuelles mènent plutôt vers un réchauffement de 2,7°C d’ici à la fin du siècle. La température moyenne à la surface de la Terre a déjà augmenté de près de 1,2°C depuis l’ère préindustrielle. Afin d’éviter que de larges pans de l’humanité soient exposés à « des dommages importants (…), la juste limite doit être fixée à 1°C ou en dessous », et la concentration atmosphérique de CO2 – actuellement à 420 parties par million (ppm) – doit être réduite à 350 ppm, selon les scientifiques.

« Nous sommes dans l’Anthropocène, mettant en danger la stabilité et la résilience de la planète entière », a souligné Johan Rockström, auteur principal de l’étude, faisant référence à une nouvelle époque géologique marquée par l’empreinte humaine sur la planète. Johan Rockström est l’un des initiateurs du concept de « limites planétaires », des lignes rouges à ne pas franchir.

En 2009, lui et ses collègues ont identifié neuf de ces limites et trois avaient déjà été franchies : les gaz à effet de serre réchauffant la planète, l’accélération de l’extinction d’espèces et un excès d’azote et de phosphore dans l’environnement. Depuis, trois autres limites ont été franchies : la déforestation, la surexploitation de l’eau douce et l’omniprésence de produits chimiques synthétiques. La pollution extérieure aux particules pourrait s’y ajouter cette année et l’acidification des océans n’est peut-être pas loin derrière. « Rien de moins qu’une juste transformation globale (…) est nécessaire pour assurer le bien-être humain », concluent les auteurs de l’étude.

L’inflation ramenée à 5,1% sur un an en mai (Insee)

L’inflation ramenée à 5,1% sur un an en mai (Insee)


L’inflation encore très forte a été ramené à 5,1 % sur un an en mai d’après l’INSEE. En cause ,la baisse des prix de l’énergie( dont par parenthèse les Français ne voient qu’une partie concernant les carburants) et aussi un tassement des prix des denrées alimentaires. La question reste de savoir si cette inflation même un peu réduite va ou non prendre un caractère, c’est-à-dire s’installer dans la durée. En outre il y a une différence entre tassement de l’inflation et niveau excessif des prix. Concernant les prix il se situe en effet à des niveaux particulièrement excessifs qui menacent la consommation, et l’économique entière. L’amorce d’une décrue durable ?

L’inflation a nettement ralenti en mai en France, à 5,1% sur un an, après avoir atteint 5,9% en avril et plus de 6% en début d’année, selon la première estimation de l’Insee dévoilée ce mercredi. Un niveau de hausse de prix aussi bas sur un an n’avait plus été vu depuis plus d’un an (+4,8% en avril 2022).

«Cette baisse de l’inflation serait due au ralentissement sur un an des prix de l’énergie, de l’alimentation, des produits manufacturés et des services», explique l’institut national de la statistique, tandis que «les prix du tabac accéléreraient pour le troisième mois consécutif».

Dans le détail, c’est principalement l’énergie qui tire l’inflation à la baisse, «dans le sillage des prix des produits pétroliers». Les prix énergétiques ont augmenté de 2% sur un an en mai, contre 6,8% en avril. Les prix de l’alimentation reculent aussi, mais moins nettement (+14,1% après +15% en avril).

À lire aussiInflation : pourquoi il est illusoire d’espérer un retour aux «prix d’avant»

Bruno Le Maire se félicite
Invité sur France Inter ce mercredi matin, Bruno Le Maire s’est félicité de cette baisse. «L’inflation ralentit, et elle ralentit même fortement. C’est la première fois depuis plusieurs mois que nous voyons que l’inflation ralentit en France, a déclaré le ministre de l’Économie. Nous avons toujours indiqué avec le gouvernement qu’à l’entrée de l’été nous verrions l’inflation ralentir, nous y sommes, l’inflation ralentit, et il y a un certain nombre de prix qui vont commencer à baisser.» Depuis plusieurs semaines, le locataire de Bercy répète en effet anticiper un pic de l’inflation à la mi-2023, après avoir maintes fois avancé, à tort, cette promesse depuis un an.

La baisse constatée est supérieure à celle qui était anticipée par l’Insee dans sa dernière note de conjoncture, publiée début mai. L’institut prévoyait une inflation à +5,7% en mai et +5,4% en juin sur un an. Le niveau de l’indice le mois prochain dépendra en partie du sort du «trimestre anti-inflation» lancé par le gouvernement en mars. Initialement prévu pour prendre fin le 15 juin, il pourrait être prolongé. C’est en tout cas le souhait de l’exécutif, qui aimerait le voir durer au moins jusqu’à la rentrée de septembre. Toutefois, «le léger tassement de l’inflation d’ensemble prévu pour la mi-2023 ne présume pas de son évolution au cours de la seconde moitié de l’année», précisait l’Insee au début du mois.

Covid France 4 mai 2023 : 8715 cas supplémentaires en 24 heures et 1 mort

Covid France 4 mai 2023 : 8715 cas supplémentaires en 24 heures et 1 mort

Découvrez les derniers chiffres concernant l’épidémie de covid-19 en France. D’après le dernier bilan de Santé Publique France, la France fait état de +1 morts supplémentaires au total. On recense ce mercredi 3 mai 2023, 166.646 morts au total et +8.715 nouveaux cas confirmés en 24h.
En France, le dernier bilan fourni par les autorités sanitaires concernant la pandémie de Covid-19, fait état d’au moins 207.029 cas confirmés soit +8.715 depuis le dernier bilan.

On enregistre mercredi 3 mai 2023 : 8715 cas supplémentaires en 24 heures et 1 mortsSoit depuis le début de la pandémie 166.646 morts au total.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.642 (+1) et celui de décès en milieu hospitalier est de 137.004 (0 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 0,83 le taux d’incidence à 57,80 et la tension hospitalière à 14,7 %.

La France compte actuellement 12.439 (+31) personnes hospitalisées et 741 (-14) malades en réanimation.


Bilan des régions :

Ile-de-France : 4.709 (-3) hospitalisées, 312 (-5) en réanimation et +5 décès en 24h
Grand Est : 577 (-2) hospitalisés, 43 (-2) en réanimation et +2 décès en 24h
Hauts de France : 999 (0) hospitalisés, 54 (+2) en réanimation et +7 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 921 (-14) hospitalisés, 42 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 830 (+38) hospitalisé, 54 (+3) en réanimation et +12 décès en 24h
Bretagne: 406 (+1) hospitalisés, 13 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
Normandie : 550 (+10) hospitalisés, 26 (+2) en réanimation et +2 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.233 (-5) hospitalisés, 79 (-5) en réanimation et +10 décès en 24h
Pays de la Loire : 221 (+8) hospitalisés, 8 (-2) en réanimation et +3 décès en 24h
Occitanie: 756 (-22) hospitalisés, , 45 (-7) en réanimation et +5 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 622 (-2) hospitalisés, 30 (-1) en réanimation et +5 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 410 (+3) hospitalisés, 22 (0) en réanimation et +7 décès en 24h

12345...16



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol