Archive pour le Tag ''

Economie France : Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Economie France : Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

Economie: Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Economie: Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Une petite croissance à 0,2% pour la fin 2023

Le produit intérieur brut (PIB) de la France devrait croître de 0,2% au dernier trimestre de l’année 2023, a indiqué mercredi 10 janvier la Banque de France, révisant en hausse sa précédente estimation de croissance (0,1%). Si jamais les 0,2% attendus par la Banque de France au quatrième trimestre se confirmaient et que le chiffre de croissance des trois autres trimestres de l’année 2023 n’était pas révisé, la croissance française pour l’ensemble de l’année atteindrait alors 0,9%, a expliqué Olivier Garnier, le chef économiste de la banque centrale.

Le gouvernement parie, lui, sur une croissance d’1% en 2023, après 2,5% en 2022. La révision à la hausse de la croissance du 4e trimestre résulte d’une «bonne surprise sur l’activité en décembre», qui a progressé à une vitesse «un peu plus soutenue que ce qui était anticipé» par les chefs d’entreprise, selon Olivier Garnier. L’industrie a ainsi connu une expansion de son activité, en particulier dans la chimie, la pharmacie, l’automobile et la métallurgie, là où les patrons s’attendaient plutôt à un tassement.

Dans les services, la croissance de l’activité a été plus forte que prévu en décembre. Enfin, dans le bâtiment, l’activité a continué de progresser dans le second œuvre et s’est stabilisée dans le gros œuvre.

Pour le mois de janvier» 2024, l’activité progresserait, mais moins vite qu’en décembre, dans l’industrie et les services, tandis que celle du bâtiment se contracterait. Le pessimisme règne sur les carnets de commandes: dans le gros œuvre, ils ont atteint en décembre leur plus bas niveau depuis septembre 2014.

France : une croissance insignifiante à plus 0,1 %

France : une croissance insignifiante à plus 0,1 %

Il est difficile de considérer que la croissance de la France résiste avec une augmentation de plus 0,1 % ( l’épaisseur du trait qui d’ailleurs pourra être modifié par la suite par l’INSEE). C’est en tout cas le cri d’optimisme du ministre de l’économie, par ailleurs candidat à la candidature pour 2027. Pour lui, c’est le signe que l’économie résiste et que l’inflation est maîtrisée.

Un constat un peu idyllique car la croissance ne tient pas grand chose et pourrait basculer dans le rouge dès le premier trimestre 2024. Quant à l’inflation elle diminue certes mais de manière inférieure à celle de l’union économique et elle doit surtout à la baisse des prix de l’énergie. Des prix de l’énergie qui justement pourrait bien remonter avec les risques géopolitiques au Moyen-Orient. Et par avance le ministre de l’économie trouve des les excuses :
« Toute extension du conflit amènera une flambée du prix des matières premières, une flambée des prix de l’énergie, et par conséquent, un impact sur la croissance européenne. »

Et pour cause, certains analystes tablent déjà sur une flambée des prix du cours de pétrole. Son tarif pourrait être doublé en quelques mois, et atteindre les 150 dollars le baril. Pour l’instant, il reste autour de 90 dollars, mais il a déjà progressé de 6% depuis le début du conflit en Israël, a relevé la Banque mondiale. Par ricochet, les tarifs du gaz et d’autres matières premières – agricoles notamment – pourraient être relevés dans les semaines à venir.

Selon la Banque mondiale, les tensions en Israël pourraient ainsi provoquer un nouveau choc de prix sur les matières premières. « Si le conflit devait gagner en intensité, l’économie mondiale devrait faire face à un double choc énergétique pour la première fois depuis des décennies », a ainsi prévenu Indermit Gill, le chef économiste de l’institution, faisant aussi référence à l’invasion russe en Ukraine.

Ce troisième trimestre, la croissance est restée positive grâce, notamment, à un rebond de la consommation des produits alimentaires, mais aussi des biens d’équipement. Sur l’alimentaire, la reprise est d’autant plus notable qu’elle intervient après 8 trimestres de baisse. Signe que les ménages ont rempli un peu plus leur caddie cet été.

Cette reprise de la demande intérieure s’explique par le ralentissement des prix enregistré ces dernières semaines. En octobre, l’inflation est tombée à 4% sur un an, après 4,9% en septembre. Ce qui amène Bruno Le Maire à assurer : « La France est en train de sortir de la crise inflationniste. Et ce recul de l’inflation doit nous permettre de tenir nos objectifs de croissance. »

Mais, « D’ici 2024, on ne retrouvera pas les prix que l’on a connus, et puis les salaires progressent moins vite que les prix », tempère Eric Heyer, de l’OFCE.

Économie–Croissance France : La Banque de France fait dans l’optimisme avec plus 0, 1 % au troisième trimestre

Économie–Croissance France : La Banque de France fait dans l’optimisme avec plus 0, 1 % au troisième trimestre


Il est probable que la France va connaître la stagnation voir la régression au troisième voir au quatrième trimestre. En effet tous les indicateurs sont dans le rouge le moral des entreprises comme celui des ménages, la consommation et les exportations.

Mais la Banque de France fait dans le volontarisme et pour éviter d’afficher la dépression économique qui pourrait encore détériorer un peu plus le moral déclare que la croissance va progresser de 0,1 %. C’est-à-dire à peu près rien et en plus en plein de toute manière dans la marge d’erreur.

D’après la Banque de France, l’activité économique devrait donc enregistrer une légère progression au troisième trimestre.

L’activité marquerait toutefois un net ralentissement après le rebond inattendu de 0,5% du produit intérieur brut (PIB) observé au deuxième trimestre.

«La conjoncture d’après l’été est moins favorable que celle que l’on avait juste avant l’été», a déclaré Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France, en présentant la nouvelle enquête mensuelle de conjoncture de l’institution.

Pour l’ensemble de l’année 2023, la Banque de France s’attend à une croissance de 0,9%, un peu moins que la prévision du gouvernement (1%).

Inflation –La consommation des ménages aurait augmenté de 0,3% en juillet, selon l’Insee

Inflation –La consommation des ménages a augmenté de 0,3% en juillet, selon l’Insee

Théoriquement d’après l’INSEE la consommation des ménages aurait augmenté de 0,3 % en juillet. Par contre la consommation alimentaire est un repli d’environ 1 % sur un mois. De toute manière des mesures de consommation très discutables car tout dépend de la manière dont les prix sont déflatés, c’est-à-dire la manière dont on tient compte de l’évolution des prix pour mesurer les volumes réels de consommation. Or l’indice de consommation de l’INSEE pour les prix est complètement obsolète du fait des modifications structurelles des comportements des Français. Des Français qui modifient la nature et le volume de leurs achats. L’inflation étend largement sous-estimée on en déduit mécaniquement une augmentation des volumes.

Les dépenses des ménages français en biens de consommation ont progressé de 0,3% en juillet sur un mois, sous l’effet de l’augmentation des achats de biens fabriqués (+1,6%) et malgré le repli de la consommation alimentaire (-0,9%), a annoncé jeudi l’Insee.

La consommation augmente ainsi de 0,6% sur les trois derniers mois par rapport aux trois mois précédents, mais elle est en baisse de 1,1% par rapport à juillet 2022, selon l’Institut.

Croissance France: à peine 0,6% en 2023 selon l’Insee

Croissance France: à peine 0,6% en 2023 selon l’Insee

Plusieurs instituts prévoient une inflation de 5 % en 2023 en France. L’INSEE est encore plus optimiste et prévoit seulement 4,4 %. En cause une consommation particulièrement atone. Et des entreprises comme les ménages qui subissent toujours des prix très élevés de l’énergie alors que parallèlement les prix à la production se tassent. Par ailleurs on attend toujours la baisse des prix annoncés dans l’alimentaire. L’institut de statistiques table sur une très petite croissance du produit intérieur brut (PIB) de 0,6% pour 2023 à la mi-juin. Il s’agit toutefois d’une prévision théorique car il n’est pas exclu que la France tombe en récession

En zone euro, le tableau est loin d’être réjouissant. La semaine dernière, Eurostat a indiqué que l’Union monétaire était officiellement en récession. Outre-Rhin, les indicateurs économiques sont au rouge. L’Allemagne pourrait connaître un recul de -0,3% de sa croissance en 2023 selon les statisticiens français. Ce repli pourrait avoir des conséquences importantes compte tenu du poids de l’économie germanique dans le produit intérieur brut de la zone euro.

L’éclatement de la guerre en Ukraine en février 2022 a propulsé l’indice des prix à la consommation à des niveaux inédits depuis 40 ans en Europe. L’envolée des étiquettes à mis sous pression les ménages et les entreprises confrontés à des prix de l’énergie et de l’alimentaire vertigineux. Face à cette flambée, la Banque centrale européenne a sorti l’artillerie lourde à l’été 2022 en annonçant un relèvement brutal de ses taux et l’arrêt de sa politique monétaire accommodante (Quantitative easing ou QE). Un an après, les effets de cette politique monétaire restrictive commencent à apparaître. Et c’est loin d’être fini. L’institut de Francfort vient d’annoncer qu’elle allait poursuivre la hausse des taux.

Lire aussi
La BCE continue d’augmenter les taux pour lutter contre l’inflation

Ce jeudi, l’Insee a confirmé que l’indice des prix à la consommation avait bien marqué le pas en mai à 5,1%, une première après de longs mois consécutifs de hausse. Et ce virage pourrait se poursuivre au moins jusqu’à la fin de l’année puisque l’Insee table sur une inflation à 4,4% à la fin de l’année 2023.

Le reflux des prix de l’énergie et ceux de l’alimentaire devraient alléger la facture des entreprises et des Français dans les mois à venir. « Les prix à la consommation des produits alimentaires pourraient refluer d’ici la fin de l’année. L’inflation alimentaire atteindrait 7% en décembre », a affirmé Olivier Simon de l’Insee, soit environ deux fois moins que le niveau actuel (14%).

Consommation en berne
Ce repli de l’inflation pourrait cependant s’accompagner d’une consommation en berne. L’Insee prévoit ainsi un recul de la consommation des ménages de 0,2% en 2023. Dans le détail, l’inflexion est spectaculaire dans l’alimentaire (-8,9%) et la plupart des produits manufacturés. En revanche, la consommation se maintient en territoire positif dans les services. Ce fléchissement de la consommation, traditionnel moteur de l’économie française, traduit un pouvoir d’achat en berne. L’Insee projette une stagnation du pouvoir d’achat par unité de consommation en 2023 (0%), c’est-à-dire en prenant en compte les membres d’un ménage.

Lire aussiEn zone euro, la chute de la productivité devient un phénomène de plus en plus préoccupant

Après un précédent recul du pouvoir d’achat en 2022 (-0,4%), les Français vont encore devoir se serrer la ceinture au moins jusqu’à la fin de l’année. Une grande partie des revenus des ménages (salaires, primes, revenus des indépendants) continue d’augmenter moins vite que l’inflation. Ce qui signifie que le revenu réel, c’est-à-dire en prenant en compte l’inflation, baisse pour de nombreuses familles. Dans le secteur privé par exemple, toutes les catégories professionnelles ont enregistré un recul de leur salaire au premier trimestre selon une note de la direction statistique du ministère du Travail (Dares).

Une croissance du PIB à 0,6% en 2023
L’économie devrait accélérer de 0,6% en 2023 selon la première estimation de l’Insee pour cette année. Après 2,2% en 2022 dans le sillage du rebond post-pandémie, l’activité hexagonale ralentit grandement. Dans le détail, la croissance trimestrielle ne devrait pas dépasser 0,2% cette année et l’Insee vient de réviser à la baisse la croissance du second trimestre de 0,1 point. Le PIB ferait presque du surplace entre fin mars et fin septembre avant de légèrement rebondir.

Du côté de la demande des ménages, des investissements des entreprises ou des collectivités, la plupart des voyants sont au rouge. En revanche, le commerce extérieur devrait soutenir l’activité. « Il y a assez peu de soutien à la croissance en 2023. La contribution du commerce extérieur viendrait soutenir l’activité par une hausse des exportations mais surtout une baisse des importations », a résumé Julien Pouget.

Un chômage à 7,1% fin 2023, des créations d’emplois au ralenti
Sur le front du chômage, l’Insee projette un taux rapporté à la population active de 7,1% d’ici la fin de l’année. Les créations d’emplois devraient nettement ralentir en 2023 à 175.000 contre 445.000 en 2022. Malgré une croissance morose, l’économie française continue de créer des jobs. « La relative bon

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Activité économique : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

Économie : une toute petite croissance de 0,1 % au deuxième trimestre

L’économie française évite de justesse la récession avec une toute petite croissance de 0,1 % par rapport au premier trimestre. Notons cependant que ce chiffre pourrait bien être rectifié par la suite ! Entre avril et juin, le produit intérieur brut (PIB) progresserait selon ses prévisions de 0,1% par rapport au premier trimestre, où il avait augmenté de 0,2%. «Mois après mois, l’activité continue de progresser même si c’est sur un rythme modéré», a déclaré jeudi Olivier Garnier, directeur général des statistiques, des études et de l’international à la Banque de France.

Sur le front des prix, la Banque de France a fait état d’une amélioration, dans un contexte d’inflation qui reste toutefois élevée. Comme le mois précédent déjà dans l’industrie, qui retrouve un rythme de progression des prix comparable à la période pré-Covid, «on voit maintenant aussi une nette inflexion du côté des prix des services», a souligné Olivier Garnier. Les prix ralentissent aussi dans le bâtiment. «Ceci nous conforte dans l’idée que le pic de l’inflation est probablement atteint au cours du deuxième trimestre de cette année, et qu’on devrait voir un ralentissement au cours du second semestre», a-t-il ajouté.

Pour les prix, une première estimation de l’Insee, l’inflation a marqué un net ralentissement en mai en France, bénéficiant d’un sérieux coup de frein dans l’énergie, à l’origine du choc inflationniste mais supplantée depuis par l’alimentation. Les prix ont ainsi continué à augmenter sur un an, de 5,1%, mais moins fortement que les mois précédents (5,9% en avril et 6% en début d’année). Selon la Banque de France, ce relâchement des prix bénéficie notamment de moindres difficultés d’approvisionnement. Dans l’industrie, 23% des entreprises interrogées les mentionnent en mai, contre 28% en avril. La proportion passe de 17% à 15% dans le bâtiment. «Dans beaucoup de secteurs, on est à peu près revenus à la normale», a estimé Olivier Garnier.

Mais si les industriels mentionnent une «nette baisse» des prix des matières premières en mai, ils doutent de pouvoir la répercuter dans son intégralité sur les prix de vente en raison du renchérissement des intrants et des hausses salariales. Ainsi, 5% des industriels disent avoir baissé leurs prix de vente en mai, 10% les ont augmentés et même 13% dans l’agro-alimentaire, secteur accusé par le gouvernement de traîner des pieds pour revoir ses prix à la baisse. Dans les services, 12% des entreprises disent avoir augmenté leur prix, contre 19% en avril.

Les industriels anticipent par ailleurs un nouveau recul de leurs carnets de commandes. Pour l’ensemble de l’année, la Banque de France table toujours sur une croissance du PIB de 0,6%, inférieure à celle prévue par le gouvernement (1%) et bien moindre que les 2,6% enregistrés en 2022.

Covid France 11 mai 2023 : 6708 cas supplémentaires en 24 heures et 0 mort

Covid France 11 mai 2023 : 6708 cas supplémentaires en 24 heures et 0 mort

On enregistre mercredi 10 mai 2023 : 6708 cas supplémentaires en 24 heures et 0 mort soit 166.862 morts au total depuis le début de la pandémie.

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.652 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 137.210 (0 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 0,80 le taux d’incidence à 43,97 et la tension hospitalière à 13,8 %.

La France compte actuellement 11.968 (-82) personnes hospitalisées et 698 (-20) malades en réanimation.


Bilan des régions :

Ile-de-France : 4.622 (-9) hospitalisées, 303 (-2) en réanimation et +5 décès en 24h
Grand Est : 546 (-5) hospitalisés, 36 (-3) en réanimation et +3 décès en 24h
Hauts de France : 955 (-17) hospitalisés, 43 (-5) en réanimation et +6 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 866 (-14) hospitalisés, 51 (+4) en réanimation et 0 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 756 (-1) hospitalisé, 40 (-6) en réanimation et +2 décès en 24h
Bretagne: 406 (-3) hospitalisés, 14 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
Normandie : 520 (-3) hospitalisés, 26 (+1) en réanimation et +2 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.122 (-9) hospitalisés, 72 (-1) en réanimation et +3 décès en 24h
Pays de la Loire : 214 (+7) hospitalisés, 5 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
Occitanie: 772 (-1) hospitalisés, , 49 (-1) en réanimation et +6 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 604 (-12) hospitalisés, 25 (-6) en réanimation et +4 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 381 (-13) hospitalisés, 23 (-1) en réanimation et +2 décès en 24h

Covid France 13 avril 2023 :14.207 cas supplémentaires en 24h et 0 mort

Covid France 13 avril 2023 :14.207 cas supplémentaires en 24h et 0 mort

On enregistre mercredi 12 avril 2023 : 14.207 cas supplémentaires en 24h et 0 mort ( 165.916 morts au total depuis le début de l’épidémie)

Le nombre de décès en EHPAD et EMS est de 29.611 (0) et celui de décès en milieu hospitalier est de 136.305 (0 depuis le dernier bilan).

Le taux de reproductivité R est de 0,98 le taux d’incidence à 81,21 et la tension hospitalière à 14,1 %.

La France compte actuellement 12.493 (+14) personnes hospitalisées et 715 (+1) malades en réanimation.

Bilan des régions
:

Ile-de-France : 4.695 (+20) hospitalisées, 322 (+5) en réanimation et +2 décès en 24h
Grand Est : 681 (-1) hospitalisés, 42 (-2) en réanimation et +1 décès en 24h
Hauts de France : 1.239 (-12) hospitalisés, 43 (+2) en réanimation et +6 décès en 24h
Auvergne Rhône Alpes : 935 (+5) hospitalisés, 43 (0) en réanimation et +3 décès en 24h
Provence-Alpes Côte d’Azur : 807 (+5) hospitalisé, 44 (+5) en réanimation et +1 décès en 24h
Bretagne: 378 (+5) hospitalisés, 10 (+2) en réanimation et +3 décès en 24h
Normandie : 460 (-12) hospitalisés, 16 (0) en réanimation et +2 décès en 24h
Nouvelle-Aquitaine : 1.125 (+6) hospitalisés, 77 (+2) en réanimation et +1 décès en 24h
Pays de la Loire : 173 (+3) hospitalisés, 8 (+1) en réanimation et +1 décès en 24h
Occitanie: 755 (+16) hospitalisés, , 55 (+7) en réanimation et +2 décès en 24h
Centre-Val de Loire : 628 (-27) hospitalisés, 24 (-1) en réanimation et +2 décès en 24h
Bourgogne-Franche-Comté : 551 (-14) hospitalisés, 29 (0) en réanimation et 0 décès en 24h

Croissance France: + 0.2% au lieu de 0.1% au premier trimestre

Croissance France: + 0,2% au lieu de 0.1% au premier trimestre


La Banque de France (BdF) révise à la hausse sa prévision de croissance à 0,2 % pour le premier trimestre soit plus 0,1 % par rapport aux dernières prévisions.

La nouvelle enquête, réalisée auprès des chefs d’entreprise entre le 29 mars et le 5 avril, montre que l’activité a été résiliente au premier trimestre, avec une progression en mars dans l’industrie, les services et le bâtiment.

« Pour avril, les entreprises anticipent une nouvelle progression dans l’industrie et les services, et un repli dans le bâtiment », indique la BdF.

Pour l’ensemble de 2023, la BdF a dit le mois dernier tabler sur une croissance du PIB français de 0,6%.

Le Fonds monétaire international (FMI) a de son côté réitéré mardi sa prévision d’une croissance de 0,7% de l’économie française cette année.

Croissance européenne 2023 : plus 0,8 % ?

Croissance européenne 2023 : plus 0,8 % ?

La commission économique européenne se veut optimiste peut-être pour contrer des scénarios plus gris du fonds monétaire international et autre institutions. La prévision de croissance pour 2023 est toutefois modeste seulement 0,8 %. Une évolution qui dépendra sans doute aussi d’une inflation qui va encore augmenter et toucher particulièrement les achats de denrées alimentaires.

Dans le nouveau scénario économique de la commission européenne on prévoit cette année 0,8 %, . Pour les pays de la zone euro, il est question d’une augmentation de PIB de 0,9 %, soit 0,6 point de mieux. L’année prochaine, en 2024, la croissance s’établirait à 1,6 % dans l’UE et à 1,5 % dans la zone euro, sans changement par rapport aux prévisions d’automne.
L’économie européenne a enregistré un taux de croissance de 3,5 %, au lieu de 3,2 % attendus.

Cette année comme en 2024, la France devrait faire mieux que l’Allemagne, avec des prévisions de croissance de 0,6 % puis 1,4 contre 0,2 % et 1,3 %. Toutefois, les deux grandes économies de l’UE seront en deçà de la moyenne européenne. L’Espagne tire ainsi très bien son épingle du jeu. Grâce à la forte reprise du tourisme, son économie devrait connaître une croissance de 1,4 % en 2023 puis de 2 % en 2024. Quant à l’économie italienne, elle pourrait croître de 0,8 % cette année puis de 1 % l’an prochain, tirée par le plan de relance européen dont elle est le premier bénéficiaire.
Parmi les facteurs explicatifs,, la baisse notable des prix du gaz. Après la flambée ¬historique qu’il avait connue à l’été 2022, le TTF, indice de référence pour l’UE, est revenu fin janvier à ses niveaux d’avant la guerre en Ukraine, soit 55 euros par MWh.

Maiss les consommateurs et les entreprises vont devoir continuer à composer avec des prix du gaz trois fois plus élevés qu’en 2019 et une inflation sous-jacente (inflation hors énergie et produits alimentaires non transformés) encore en hausse en janvier.

Linflation passerait de 9,2 % en 2022, à 5,6 % en 2023 puis 2,5 % en 2024 dans la zone euro

Zone euro-BCE : Un relèvement des taux taux d’intérêt de 0,50 point… À contre-courant

Zone euro-BCE : Un relèvement des taux taux d’intérêt de 0,50 point… À contre-courant

En relevant les taux d’intérêt de 0,50 point, la BCE veut lutter contre l’inflation qui demeure un très haut niveau en Europe en raison en particulier de la crise énergétique. une hausse peut-être à contretemps !

Le problème qui se pose est de savoir si cette décision dans la conjoncture présente est très opportune. En effet, contrairement à 2022 ,on a enregistré un net rebond de l’activité économique, il faut s’attendre pour 2023 à un net tassement de la croissance, on risque même de frôler la récession dans certains pays d’Europe.

Du coup,ce nouveau relèvement des taux va affecter la compétitivité des entreprises et plomber encore un peu plus le pouvoir d’achat des ménages donc aussi la consommation qui tire une bonne partie de la croissance.

Or dans le même temps les États-Unis se posent maintenant la question d’une diminution des taux d’intérêt justement pour faire face à la tendance baissière de la croissance.

Le pire c’est que la BCE entend poursuivre cette politique de relèvement des taux alors que parallèlement les États-Unis vont sans doute mettre la pédale douce sur le resserrement monétaire

Le Conseil des gouverneurs a donc annoncé ce jeudi qu’il relèvera «de nouveau» ses taux d’autant en mars pour lutter contre l’inflation.

La Banque centrale européenne (BCE) a relevé jeudi ses principaux taux directeurs de 0,50 point de pourcentage, comme lors de sa précédente réunion en décembre, et «les relèvera de nouveau» d’autant en mars pour combattre l’inflation, a-t-elle indiqué dans un communiqué à l’issue de sa réunion de politique monétaire.

Les taux d’intérêt de la BCE se situent désormais dans une fourchette comprise entre 2,5% et 3,25%, au plus haut depuis novembre 2008. L’institution compte augmenter «sensiblement les taux d’intérêt à un rythme régulier», mais entend «évaluer» les suites à donner à cette politique en mars, a ajouté la BCE.

Baisse de la consommation alimentaire de 0,7 %

Baisse de la consommation alimentaire de 0,7 %

Compte tenu de la très forte flambée des prix dans l’alimentation, les consommateurs s’adaptent en diminuant leurs achats. D’après l’INSEE,La consommation des ménages en France a rebondi de 1,2% en septembre mais à l’inverse, la consommation alimentaire baisse de nouveau (-0,7% )

La consommation de biens fabriqués a notamment été tirée par les achats en biens durables, comme des équipements pour le logement ou les voitures, ainsi que par les dépenses dans l’habillement (+6%). «Sur l’ensemble du troisième trimestre 2022, la consommation des ménages en biens fabriqués est quasi stable (+0,1 %)», indique l’Insee.

La consommation alimentaire, déjà en baisse de 1,2% en août, reste en berne dans le contexte d’inflation. Sur l’ensemble du trimestre, elle diminue de 1,6%. «La baisse concerne principalement la consommation de produits agricoles», constate l’Insee en septembre. De nombreux produits frais comme la viande ou les œufs font en effet partie des aliments les plus touchés par la hausse des prix, selon une étude publiée la semaine dernière par le panéliste Nielsen.. Par rapport à septembre 2021, les dépenses de consommation des ménages affichent une baisse de 3%.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol