Archive pour le Tag '0.7%'

Baisse du gaz : 0.7% pour la cuisson !

Baisse du gaz : 0.7% pour la cuisson !

 

Un énorme cadeau pour ceux qui utilisent le gaz, en effet les tarifs vont diminuer de 07 % pour la cuisson. Une diminution difficile à percevoir puisque dans le même temps la taxe intérieure sur le gaz passera de 2,64 euros à 4,34 MWh. L’évolution des tarifs réglementés du gaz obéit un savant calcul et à une sulfureuse méthodologie que les consommateurs ont bien du mal à comprendre. Certes sur un an les tarifs ont diminué de l’ordre de 10 % mais il faut bien prendre en compte que les cours du pétrole (sur lesquels s’aligne à peu près le gaz) ont perdu la moitié de leur valeur depuis mi 2014. Notons aussi la subtile distinction en concernant le gaz destiné uniquement à la cuisson et de gaz utilisé aussi pour le chauffage. Comprenne qui pourra ! De toute manière cette énergie sera bientôt aussi affectée d’une nouvelle taxe, dite  taxe carbone( comme toutes les énergies polluantes)  et cette fiscalisation masquera encore un peu plus la pseudo transparence des prix En janvier prochain, ils diminueront de 2,1% pour les foyers se chauffant au gaz, de 0,7% de ceux qui utilisent le gaz pour la cuisson, et de 1,3% pour ceux qui ont un double usage cuisson et eau chaude. Les tarifs réglementés du gaz consistent en un prix de détail, qui n’inclut pas encore les diverses taxes, mais comprend les coûts d’approvisionnement d’Engie. Ils sont révisés mensuellement. Cependant, il est important de noter que la taxe intérieure de consommation sur le gaz naturel augmentera de 2,64 euros par mégawatheure à 4,34 euros/MWh le 1er janvier. Par ailleurs, les tarifs réglementés disparaîtront complètement au 1er janvier pour les clients professionnels du gaz naturel et de l’électricité, qui devront obligatoirement souscrire une offre à prix libre. Dans le gaz, ces tarifs ont déjà été supprimés pour les plus gros consommateurs (plus de 200 MWh par an) et ils le seront le mois prochains pour 108.000 sites professionnels dont la consommation annuelle est supérieure à 30 MWh. Mais au 21 décembre, environ 33.600 d’entre eux n’avaient pas encore basculé en offre de marché, a indiqué la CRE dans un communiqué distinct.

Alimentation : baisse de 0.7%

Alimentation : baisse de 0.7%

Une petite baisse des pris de 0.7% pour les produits alimentaires à la consommation. Une baisse toutefois à relativiser compte tenu des disparités autour de cette moyenne et surtout à la modification de la structure de consommation ; La tendance est en effet chez les consommateurs à la descente  de gammes. Du coup la baisse constatée sur certains produits de référence n’est pas  nécessairement la même que sur  les mêmes produits réellement  consommés. Ainsi si certains produits de marque en effectivement baissé par contre les produits marque distributeurs eux ont pu augmenter.  Les prix des produits alimentaires ont globalement reculé en France en 2014, au stade de la production comme, plus légèrement, à celui de la consommation. C’est ce que révèle le rapport de l’Observatoire de la formation des prix et des marges, publié mardi 21 avril.  Après plusieurs années de « hausse globale des prix agricoles et alimentaires », les prix à la production ont reculé en moyenne de 5% par rapport à 2013 et ceux des produits des industries alimentaires de 2%, expliquent les auteurs du document remis au Parlement. Les prix à la consommation alimentaire reculent en moyenne de 0,7%, soit la « première baisse annuelle observée depuis plusieurs années ». Ce recul cache néanmoins de fortes disparités selon les produits: les prix des viandes de bœuf et de porc, ainsi que ceux des pâtes alimentaires, baissent nettement mais ceux du lait augmentent. Pour les produits carnés, les prix à la production ont baissé de 6 à 8% tandis que les prix au détail étaient en « hausse modérée » de 1%.  « Si l’industrie restaure quelque peu ses marges, le secteur de l’élevage voit ses résultats se dégrader en 2014″, soulignent les auteurs. Dans la filière laitière en revanche, les prix à la production comme à la consommation ont augmenté, notamment pour le lait UHT vendu en grandes surfaces. En moyenne, les exploitations laitières améliorent leurs résultats, « grâce à la hausse du prix du lait ». Les pâtes alimentaires baissent « sensiblement », de 3%. La flambée des prix du blé dur fin 2014, qui sert à les fabriquer, ne s’est pas encore répercutée sur le prix au détail. Le prix de la baguette de pain est resté quasi stable, malgré une baisse de 15% du blé tendre et de 2% pour la farine boulangère. « La relation entre prix du blé et prix du pain est assez lâche, du fait de ‘l’amortissement’ des variations du prix du blé opéré par la meunerie et de l’importance des autres charges », explique le rapport. Les prix des fruits et légumes ont reculé sous l’effet d’une offre trop abondante l’été dernier.

 

Inflation : prix stables en novembre et 0.7% sur un an

Inflation :  :prix stables  en novembre et 0.7% sur un an

Les prix à la consommation sont restés stables en novembre en France, la hausse des produits alimentaires et manufacturés étant compensée par une nette baisse des services de transports et de communications, selon les statistiques publiées jeudi par l’Insee. Dans le même temps, les prix de l’énergie, en particulier des produits pétroliers, se sont de nouveau repliés, précise l’institut. En octobre, les prix avaient reculé de 0,1%. Sur un an, ils affichent une hausse de 0,7%, contre 0,6% un mois plus tôt. L’indice des prix harmonisé IPCH, qui permet des comparaisons avec les autres pays de la zone euro, est ressorti de même inchangé en novembre et progresse de 0,8% sur douze mois, conformément aux attentes des douze économistes interrogés par Reuters. Corrigée des variations saisonnières, l’inflation est aussi ressortie stable le mois dernier (+0,7% sur un an), de même que l’indice des prix hors tabac (+0,6% sur un an). L’inflation sous-jacente (hors tarifs publics et produits à prix volatils), qui restait sur trois mois de stabilité, a progressé de 0,1%, son taux de croissance annuel s’établissant à 0,8% après 0,7% en octobre. Les prix de l’énergie, qui avaient reculé de 1,7% en octobre, ont encore diminué de 0,6%, tirés par les produits pétroliers (-1,2% sur le mois et -3,4% sur un an). Les prix des produits alimentaires, qui restaient sur quatre mois de recul, ont légèrement rebondi (+0,1%) sous l’impulsion des légumes frais (+4,9% après -6,1% en octobre).  

 




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol