Archive pour le Tag 'La'

Page 2 sur 437

Finance– inflation : la fausse lutte des banquiers centraux !

Finance inflation : la fausse lutte des banquiers centraux !

Les banquiers centraux multiplient les effets de manche afin de justifier la lutte contre l’inflation. Sauf que les taux d’intérêt proposés ne collent pas au danger annoncé. Par Karl Eychenne, stratégiste et économiste.

En clair, les banquiers centraux communiquent beaucoup sur les perspectives de relèvement des taux d’intérêt pour réguler l’inflation mais en vérité utilisent  cette inflation pour amortir les dettes et les énormes générosités monétaires pendant la crise sanitaire. Ils ne souhaitent pas non plus casser la fragile croissance avec un arrêt brutal de la politique monétaire accommodante . Finalement la manière classique qui consiste à utiliser l’inflation pour amortir les excès de la planche à billets.Ou le transfert de l’amortissement de l’endettement sur le consommateur. Un consommateur qui va subir avec l’inflation une dévaluation de fait de son pouvoir d’achat de l’ordre de 5 % en 2022 en moyenne. NDLR 

« L’inflation risque de tout raser sur son passage, il faut agir vite et fort. »

Voilà un condensé de ce qui a pu être dit par les membres des banques centrales américaine (Fed) et européenne (BCE) au cours des dernières semaines. Agir vite et fort, mais pas trop vite quand même, précise Christine Lagarde dans son dernier discours. Globalement, on a quand même bien compris le message. Les banquiers centraux ourdissent des politiques monétaires plus restrictives.

Pourtant, quelque chose ne colle pas. Il y a un décalage étonnant entre les mots et les taux. Les mots employés pour parler du danger inflationniste ne se retrouvent pas dans les taux qui sont proposés pour juguler ce risque. En vérité, on est bien loin d’une politique monétaire qui deviendrait restrictive. Il conviendrait plutôt de parler de politique monétaire moins accommodante.

Le cas américain en est la plus parfaite illustration. Aujourd’hui, le taux d’intérêt directeur de la Fed s’établit dans une fourchette allant de 0,25 à 0,5%, alors que l’inflation est en orbite à 8,5%. Le coût de l’argent (taux) est donc bien inférieur au coût de la vie (inflation). On pourrait anticiper alors que la volonté de la Fed de lutter contre l’inflation se traduise par une remontée des taux significative. Oui, la hausse sera significative, de 0,5 à près de 2% fin 2022 si l’on en croit les anticipations. Mais ce coût de l’argent restera bien inférieur au coût de la vie qui devrait décélérer de 8,5% à près de 5%. Même à son acmé en 2023, le coût de l’argent ne parviendrait qu’à revenir au même niveau que l’inflation : 3%. Pas vraiment l’impression d’une politique qui se donne les moyens de lutter contre l’inflation galopante.

En vérité, la lecture devient plus troublante encore si l’on adopte une approche plus fine. En effet, les initiés ont pour habitude de consulter un éventail de règles de politiques monétaires proposées par la recherche académique. Ces règles leur permettent de calibrer un niveau adéquat de taux d’intérêt directeur en fonction des fondamentaux économiques, un niveau qu’ils confrontent alors au taux d’intérêt directeur en vigueur. Si le taux requis par la règle est supérieur au taux en vigueur, on dira alors que la politique monétaire est trop accommodante : la Fed devrait donc remonter ses taux. On peut même se projeter en comparant le taux prévu au taux requis en fonction de différents scénario économiques.

Le constat est sans appel. Sur 21 cas retenus (7 règles et 3 scénarios), 19 justifieraient un taux d’intérêt directeur supérieur aux niveaux actuels de 0,5% aujourd’hui même. A horizon 1 an, 17 cas sur 18 justifieraient un taux directeur supérieur au 2% qui sont prévus. Enfin à horizon 2 ans, 13 cas sur 14 justifieraient un taux directeur supérieur à 3%. Clairement, la politique monétaire n’est pas, ne deviendrait pas restrictive, si les taux prévus par les membres de la Fed ou les marchés sont ceux qui seront appliqués. La Fed restera très accommodante, certes un peu moins.

La BCE n’est pas en reste. Certes son niveau d’inflation est un peu en dessous de celui des Etats-Unis à 7,4%. Mais la BCE ne prévoit pas de remonter ses taux aussi fort et aussi vite que la Fed. Seule une hausse des taux de 0 à 0,25% serait envisagée par la majorité des membres d’ici la fin de l’année. On est bien loin des 2% de la Fed. On peut alors procéder au même type d’analyse que pour la Fed ci-dessus. Le résultat sera du même acabit : la BCE ne pratiquera pas de politique monétaire restrictive ni en 2022 ni en 2023, mais une politique légèrement moins accommodante.

Mais alors pourquoi une telle agressivité verbale des banquiers centraux, pour une politique monétaire tout juste moins accommodante ? La première explication qui vient à l’esprit, c’est qu’ils ne croient pas à ce qu’ils disent. Le risque inflationniste est survendu. Personne ne croit vraiment que cette inflation galopante, dopée par les confinements à répétition et le conflit Ukrainien, ne tisonne un jour les salaires. Personne ne croit vraiment aux effets de second tour sur l’ensemble des prix des biens et services. D’ailleurs, même les marchés obligataires n’y croient pas. Franchement, avec des taux d’intérêt à 10 ans à près de 3% aux Etats-Unis et 1% en Allemagne, alors que l’inflation est à 8,5 et 7,4%, peut – on parler de Krach obligataire ? La hausse des taux depuis le début de l’année est impressionnante, vive et rapide, sans nul doute. Mais on est plus proche de l’allegretto que de l’allegro. Certes, l’histoire n’est pas terminée.

Plus vraisemblablement, les banquiers centraux ne reconnaissent toujours pas le risque inflationniste. En leur for intérieur, ils restent convaincus que l’inflation va retomber comme un soufflet, et qu’il faut éviter à tout prix de pratiquer une politique monétaire restrictive. L’activité économique n’y résisterait pas, et les marchés n’y survivraient pas. Depuis 15 ans les crises successives (Subprime, dette souveraine, Covid) ont rendu la performance économique et financière bien trop dépendante d’une politique monétaire qui devint ultra – accommodante sans jamais motiver de tensions indésirables sur les prix. Un constat que l’on peut faire dans toutes les économies dites développées.

Convaincus que cette période fut marquée par le sceau de l’excellence en matière de politique monétaire, les banquier centraux se refusent de croire qu’elle peut se terminer aussi bêtement. Ils tentent alors de donner le change avec des mots plutôt qu’avec des taux. Ils exagèrent le verbe plutôt que le geste. En art aussi on connût ce genre de pratique au XVIe siècle: on appela cela le maniérisme. L’expression d’un courant qui cherchait sa voix après que les artistes phares de l’époque (XVIe siècle) eurent tutoyé la perfection. Plutôt que de se risquer à quitter l’ivresse du génie, on préféra seulement s’en éloigner un peu, en exagérant les traits, les figures, les motifs. Bref, de l’exubérance plutôt que de l’errance diagnostique.

L’électricité et la régulation du marché européen

L’électricité et la régulation du marché européen 

 

L’Europe connaît une crise énergétique qui s’est traduit notamment par une envolée des prix de l’électricité qui a obligé les gouvernements à prendre des mesures. Cela remet-il en cause la libéralisation du marché de l’électricité qui doit relever deux défis majeurs: la décarbonation accélérée et la guerre en Ukraine? Par Charles Cuvelliez et Patrick Claessens, Ecole Polytechnique de Bruxelles, Université de Bruxelles ( dans la Tribune).

 

La libéralisation de l’électricité a-t-elle donc tout faux avec des prix qui augmentaient même avant la guerre en Ukraine, sans compter les craintes de pénurie qui s’annoncent (et qui pèsent pour beaucoup dans les prix qui montent). Alors qu’est-ce que la libéralisation et le couplage des marchés électriques nationaux ou les lois du marché ont apporté (de bien) ? La sûreté de l’approvisionnement, la complémentarité des moyens de production, quand il n’y a pas assez de vent ou de soleil dans un pays (pouvoir alors bénéficier de la capacité de production hydraulique ou du nucléaire des pays voisins), le tout à un prix acceptable puisque l’électricité grâce à ce couplage s’écoule, aux lois de la physique près, des régions où elle est la moins chère vers là où elle est la plus chère. La France bénéficie de cette sécurité malgré la mise à l’arrêt d’une grande partie de son parc nucléaire. La Belgique en a bénéficié quand plusieurs de ses réacteurs étaient aussi à l’arrêt pour examiner les conséquences des défauts de cuve.  Aujourd’hui, deux défis de plus se posent à la libéralisation des marchés qui ne les avait pas prévus : la décarbonation accélérée et la guerre en Ukraine.

La décarbonation mettra plus de sources d’énergie renouvelables et intermittentes dans le marché. Il y aura des acteurs qui sortiront de ce marché parce qu’ils ne peuvent produire de l’électricité à bas carbone tandis que d’autres, actifs dans le renouvelable, vont y entrer. La demande en électricité va aussi changer de profil au fur et à mesure de l’électrification de l’économie pour la décarboner. Des évènements extrêmes comme on le connait aujourd’hui (géopolitique) et connaitra demain (crise économique, épisodes de grand froid, rupture d’approvisionnement) s’inviteront aussi dans l’équation dont le résultat final est une volatilité qui est là pour rester. Que faire pour l’atténuer, la compenser ? Par des sources d’énergie flexibles nouvelles à l’échelle de la seconde, de la journée, de l’année, via du stockage, via d’autres sources d’énergie (batteries, turbines, des stations de pompage hydraulique, des technologies qui renforcent le réseau électrique, meilleur guidage de la demande en électricité). La volatilité des prix actuelle envoie en tout cas aujourd’hui un signal clair d’investissement pour plus de ressources flexibles. Soyons patient. Il ne faudrait pas, dit l’ACER, dans son évaluation de l’efficacité du marché européen de l’électricité, qu’un interventionnisme peut-être nécessaire aujourd’hui mais mal ciblé mette à mal ces signaux.

A court terme, pour éviter que plus d’acteurs encore ne sortent du marché de gros (comme du marché de détail d’ailleurs), ces derniers doivent se prémunir contre cette volatilité qui fera désormais partie de leur modèle d’affaire. C’est déjà le cas via des contrats bilatéraux long terme en dehors des marchés de trading. Mais ces contrats à terme présentent un risque crédit qui exige en retour que ces acteurs apportent des garanties financières (des collatéraux) qui ne sont pas accessibles à tous (tout comme tout le monde n’a pas un bon risque crédit). Les contrats long terme ne sont pas la panacée et n’annihilent pas non plus la volatilité. Dans cette veine, il y a les PPA (Power Purchase Agreements), des achats à long terme d’électricité verte (sur 5 à 20 ans) qui, à cause du risque crédit qu’ils impliquent ne sont offerts qu’à des grands acteurs. Il faut trouver un moyen de les rendre abordables à de plus petits acteurs, jusqu’aux groupements de consommateurs.

Pour plus de décarbonation, faut-il plus d’énergie renouvelable ou faut-il mieux la déployer ? On a surtout favorisé jusqu’ici, dit l’ACER, les capacités de production au point de subventionner les opérateurs ou de leur garantir un revenu mais si, ensuite, on taxe les revenus excessifs des opérateurs, en renouvelable ou pas, c’est reprendre ce qu’on a donné. Il serait plus efficace, dit l’ACER, de se tourner vers des schémas de rémunération orientés sur la mise à disposition de capacité de production plutôt que rémunérer ce qui est produit. D’office, des projets d’investissement iront là où ils sont le plus utiles, là où on manque justement de capacité de production. Les bourses d’électricité devraient aussi prévoir, dit l’ACER, des contrats à long terme à plus de trois ans (uniquement possible en bilatéral), de façon à élargir les moyens de se prémunir contre la volatilité du marché.

Les autres barrières

Il y a aussi, dans les marchés de gros, des barrières à l’entrée qui rendent le marché électrique aujourd’hui inefficace sans que le marché lui-même ne soit en cause : il faut encore améliorer les réseaux électriques, pour y connecter sans souci, des capacités de production renouvelable et des sources d’énergie flexibles à travers des zones géographiques étendues. Il faut mieux développer les instruments pour se prémunir contre les hausses de prix. Des organismes publics pourraient utiliser des instruments financiers pour se protéger contre la volatilité des prix au nom des clients, ce qui remplacerait à la fois le tarif social et le blocage des prix sans en avoir le côté intrusif. Et s’il faut vraiment un blocage des prix, qu’on songe à compenser les producteurs dont le coût de production dépasse le prix imposé.

Que faire dans l’immédiat ?

Ces mesures sont des améliorations structurelles du marché libéralisé tel qu’on le connait, dit l’ACER mais que faire là, maintenant, tout de suite, avec la guerre en Ukraine ? L’ACER a examiné les mesures prises par les États membres et a établi une taxonomie entre les plus interventionnistes (taxer les revenus excessifs des opérateurs ou bloquer les prix) et les moins interventionnistes (support ciblé aux utilisateurs vulnérables). Les mesures les plus interventionnistes sont les plus susceptibles de perturber le marché et d’envoyer de mauvais signaux aux acteurs de marché et aux investisseurs. Ces mesures étant prises, de manière dispersée, pays par pays, comment les transferts d’électricité entre pays vont-ils se réaliser? L’électricité continuera-t-elle bien d’aller des zones où son prix est le moins cher vers celles où il est le plus cher (et diminuer ce dernier au final).

L’ACER distingue, dans sa taxonomie interventionniste, 5 mesures : soutien aux groupes de consommateurs le plus vulnérables avec des chèques énergie, la taxation des profits au-dessus d’un certain niveau et redistribution aux consommateurs, subventionner le coût du gaz consommé par les producteurs pour qu’ils limitent en retour le prix auquel ils proposent leur électricité au marché, bloquer le prix de l’électricité et alors, le pire, segmenter le marché et réguler l’électricité en fonction du marché ou de la technologie, avec des prix et des quotas par filière (nucléaire, gaz…) ? Ceci  aboutirait, dit l’ACER, à une fragmentation qui rendrait la concurrence inefficace avec moins d’acteurs par filière, moins d’équilibrage naturel entre sources de production, en fonction de leur abondance et de leur prix, pour assurer la sécurité d’approvisionnement.

La taxation des profits indus semble le plus juste mais est difficile à mettre en place dit l’ACER. Comment l’évaluer surtout au regard des contrats à long terme d’électricité déjà vendus à des prix plus faibles que ceux du trading ? On va donc taxer des producteurs sur un prix qu’ils n’ont pas pratiqué ? Les subsides, quant à eux, cacheraient les vrais problèmes en ne donnant pas les bons signaux comme la présence de sous-capacités. On ne s’en rendra compte que quand la pénurie se manifeste.

Jouer en amont sur le gaz

Ceci dit, la volatilité des marchés est essentiellement due aujourd’hui à la volatilité du gaz. N’est-ce pas là qu’il faut adresser le problème. On interviendrait ainsi non pas sur les marchés de l’électricité qu’on perturberait moins. Là aussi, des contrats à long terme sécuriseraient l’approvisionnement et rendraient les prix moins volatils. Cela permettrait aussi de sécuriser l’exportation, l’exploitation de nouveaux champs gaziers et la construction d’infrastructures grâce à cet engagement. Le stockage de gaz, bien développé en Europe, est un autre coussin pour la volatilité : on l’a vu avec la Pologne qui ne craint pas la rupture d’approvisionnement en gaz décrété par la Russie.

Plusieurs États membres ont activé le recours au fournisseur de dernier ressort du fait de la sortie du marché d’acteurs alternatifs qui ne pouvaient faire face à la volatilité des marchés. Cela a plutôt bien fonctionné. Aucun consommateur ne s’est retrouvé sur le carreau. Ce qui fonctionne moins bien, c’est l’information au client qui a signé des contrats qui lui ont mis le couteau sur la gorge. Et de citer le cas de contrats qui s’indexe sur les prix de marché J+1. L’ACER évoque l’idée d’une obligation similaire à MiFID pour les clients : c’est une régulation qui impose de n’offrir au client que des produits financiers qu’il est capable de comprendre. Certains contrats d’électricité mériteraient le même traitement. On pourrait même étendre les profils défensif, neutre et agressif pour définir le type de portefeuille boursier aux contrats d’électricité.

Enfin, l’ACER évoque tout ce qu’on peut atteindre en rendant dynamique la demande, qu’elle puisse mieux répondre aux signaux du marché. Las, la faible pénétration des compteurs intelligents rend cette piste encore lointaine mais le temps presse : quand toutes les voitures seront électriques, si tout le monde recharge sa voiture au même moment, il va y avoir un problème. S’il faut agir sur la demande, il faut se tourner vers les gros consommateurs industriels et mieux les rémunérer. Et n’oublions pas que l’économie doit s’électrifier pour se décarboner : la consommation d’un ménage passera de la sorte de 3.500 KWh à 16.000 KWh par an si les transports et le chauffage sont électrifiés. Oui, le temps presse.

Pour l’ACER, rien ne justifie de renverser la table du marché de gros de l’électricité mais on peut l’améliorer. Il ne faut pas avoir honte de l’admettre : l’impact financier de la décarbonation accélérée voulue par l’Europe (et c’est tant mieux) impose d’adapter sa copie.

_______

Pour en savoir plusACER’s Final Assessment of the EU Wholesale Electricity Market Design, April 2022

La valeur des cryptomonnaies s’écroule

La valeur des cryptomonnaies s’écroule. Le bitcoin ,  star des cryptomonnnaies, est tombé sous les 27.000 dollars, une première depuis juillet 2021., Une chute qui entraîne les autres  (Ether -33% sur un mois, Litecoin, XRP, Cardano…) Après les mesures ultra accomodantes des banques centrales qui ont dopé les flux financiers, puis les marchés actions, et le goût du risque, le bitcoin, qui s’est largement infiltré dans les fonds institutionnels en 2021, en paie aujourd’hui le prix. Son prix, qui a sombré jusqu’à 25.424 dollars dans la nuit de mercredi à jeudi, remontait à 27.645 dollars jeudi soir, soit une baisse de 30% sur un mois.

Depuis les pics records de novembre 2021, le bitcoin a perdu 60% de sa valeur et la totalité du marché des cryptomonnaies ne représente plus de 1.200 milliards de dollars de capitalisation, contre plus de 3.000 milliards à son plus haut. Après avoir atteint jusqu’à 1 trillion de valorisation, celle-ci serait aujourd’hui réduite de moitié.

Le  mouvement observé sur le stablecoin Terra, une cryptomonnaie dite stable, censée être arrimée au cours du dollar américain perdu plus de la moitié de sa valeur en 24 heures, semant un vent de panique dans un marché des cryptoactifs déjà fébrile. La jeton numérique a dégringolé depuis le début de la semaine sous l’impact d’une vague de ces mouvements auxquels l’algorithme de la crypto a réagi automatiquement. Il sombrait mercredi de près de 95%, à 1,69 dollar, selon CoinGecko.

Les  entreprises liées aux cryptomonnaies introduites en Bourse souffraient logiquement du choc du secteur: la plateforme d’échanges Coinbase a vu son action plonger de 26,4% mercredi, à son plus bas niveau depuis son introduction en Bourse un an plus tôt.

La plateforme, qui permet d’acheter et de vendre des devises virtuelles comme le bitcoin et l’ether, a profité de la fulgurante ascension de cette classe d’actifs en 2020 et 2021.

Si le nombre d’utilisateurs actifs mensuels a progressé de 51% au premier trimestre par rapport à la même période en 2021, à 9,2 millions, il s’affiche en baisse de 19% par rapport au trimestre précédent. Et, selon Coinbase, la fuite des utilisateurs va se poursuivre durant ce trimestre.

 

Fin de la redevance télé !!!

Fin de la redevance télé !!!

La redevance audiovisuelle va disparaître. C’est du moins ce qu’a indiqué le gouvernement ce mercredi. « La contribution à l’audiovisuel public sera supprimée de manière pérenne dès cette année, et le financement de l’audiovisuel public sera assuré dans le respect de l’objectif à valeur constitutionnelle de pluralisme et d’indépendance des médias », indique l’exécutif dans la retranscription d’une communication de Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie, lors du conseil des ministres.

Concrètement, Bercy souhaite entériner cette suppression via le projet de loi de finances rectificative (PLFR), qui sera présenté courant juin, après les élections législatives. C’en sera alors terminé de cette vieille taxe de 138 euros, qui a vu le jour en 1933, et qui est payée par tous les ménages disposant d’un téléviseur. Ce n’est pas une surprise : Emmanuel Macron avait prévenu qu’il comptait torpiller la redevance pendant la campagne présidentielle.

Le seul problème qui reste est de savoir comment sera financé l’audiovisuel public et ce ne sont pas les déclarations de Macron qui éclaire la question Quand il évoque la possibilité de remplacer la redevance par « un budget avec de la visibilité pluriannuelle », lequel « ne donne pas lieu à la régulation budgétaire dans l’année par le gouvernement ». Du vrai langage d’énarque !

 

Urkaine: l’annexion aussi de la région de Kherson

Urkaine:  l’annexion aussi de la région de Kherson

La politique d’extension guerrière de la Russie continue. Ainsi la région ukrainienne de Kherson, occupée par les Russes depuis début mars, va demander à être annexée par la Russie, a affirmé mercredi un de ses responsables prorusses, alors que les livraisons de gaz russe à l’Allemagne transitant par l’Ukraine étaient pour la première fois affectées par le conflit.

« Il y aura une demande (adressée au président russe) pour intégrer la région de Kherson en tant que sujet à part entière de la Fédération de Russie », a déclaré Kirill Stremooussov, chef adjoint de l’administration de la cité côtière de Kherson, seule ville ukrainienne d’importance dont les Russes aient revendiqué le contrôle total en deux mois et demi de guerre en Ukraine

La Constitution n’impose pas une pratique jupitérienne

La Constitution n’impose pas une pratique jupitérienne 

 

La conception verticale du pouvoir sous la Vᵉ République est héritée d’une pratique gaullo-mitterrandienne dont le locataire de l’Elysée pourrait s’affranchir, sans avoir besoin de réviser la Constitution, observe le professeur de droit public Matthieu Caron dans une tribune au « Monde ».

 

La présidence jupitérienne n’est pas une fatalité constitutionnelle. Le césarisme et l’hubris ne figurent nullement dans la lettre de la Constitution de la Ve République ; ils procèdent de la déification gaullo-mitterrandienne de l’esprit présidentiel.

Cette déformation du texte constitutionnel pourrait aisément être révisée sans s’enliser dans les apories de la présidence normale. Entre la toute-puissance et l’impuissance, il y a la tempérance. Sans qu’il soit nécessaire de modifier la moindre virgule de la Constitution, tout nouveau président de la République peut présider autrement, en incarnant un leadership de service plutôt qu’en personnalisant le pouvoir.

Nul besoin, tout d’abord, d’une révision de la Constitution, pour que le Parlement exerce la plénitude de ses prérogatives. Le juriste Guy Carcassonne (1951-2013) professait que « ce qui manque à l’Assemblée nationale, ce ne sont pas des pouvoirs mais plutôt des parlementaires pour les exercer ». C’est particulièrement juste mais l’Assemblée manque également d’un président de la République qui ne l’entrave pas. Certains mécanismes de parlementarisme rationalisé, à commencer par les ordonnances de l’article 38 et l’article 49.3 de la Constitution, ne devraient plus être employés sur des sujets ne faisant pas socialement consensus à l’exception des cas d’impérieuse nécessité (crises ou obstruction parlementaire systématique).

Nulle nécessité, ensuite, d’une révision de la Constitution pour que le chef de l’Etat laisse travailler son gouvernement à encourager l’initiative parlementaire de la loi ainsi qu’à reprendre davantage d’amendements de la majorité comme de l’opposition, en particulier lorsqu’il s’agit de sujets sensibles.

De surcroît, en l’absence de représentation proportionnelle à l’Assemblée, il serait salutaire que le chef de l’Etat reçoive régulièrement à l’Elysée les responsables de l’opposition parlementaire. Car un président ne doit jamais ignorer que le fait majoritaire constitue moins un droit absolu qu’un mécanisme de stabilité institutionnelle aussi nécessaire que fragile.

Nouveau contrat démocratique

Nulle obligation, enfin, d’une révision de la Constitution pour que le chef de l’Etat laisse travailler son gouvernement plus librement. La Constitution du 4 octobre 1958 conçoit le rôle du président de la République comme arbitre de la nation (article 5) tandis qu’il appartient au gouvernement de déterminer et de conduire la politique de celle-ci (article 20).

En réalité, hors période de cohabitation, c’est le président qui détermine et conduit lui-même, pour partie, la politique du pays. Si le chef de l’Etat a normalement la charge des institutions, de la défense, des affaires étrangères et de la construction européenne, dans les faits – eu égard à son élection au suffrage universel direct –, il s’immisce dans la plupart des domaines de l’action gouvernementale.

Une stratégie de stockage d’eau pour faire face à la crise alimentaire.

Une stratégie de stockage d’eau pour faire face à la crise alimentaire.

La  FNSEA réclame une véritable stratégie de stockage d’eau.  En ce début de semaine, le mercure frôle par certains endroits les 30°C entraînant un manque d’eau. Entre septembre et avril 2022, le déficit de précipitations est estimé à 19%, et le déficit de recharge des nappes phréatiques est de 20%

La  FNSEA plaide pour un stockage de l’eau. Le gouvernement a d’ailleurs annoncé fin avril que les agences de l’eau pourraient dépenser 100 millions d’euros supplémentaires pour aider les filières agricoles à s’adapter ou créer des retenues d’eau. Une étape encore insuffisante. « Ce que nous dénonçons, c’est la gestion catastrophique de l’eau depuis plus de quinze ans. Nous stockons seulement 1,5% de l’eau qui tombe à l’automne et au début de l’hiver alors qu’en Espagne, ils sont à 17 ou 18% », déplore Luc Smessart, vice-président de la FNSEA.  »Ce qu’il faut c’est une continuité et une cohérence avec un vrai projet stratégique », poursuit-il, regrettant les oppositions associations écologiques et de certains syndicats paysans contre le stockage de l’eau. Il met en garde : « Si nous ne pouvons plus produire en France, il y en a d’autres qui le feront pour nous et on voit bien que nous avons délégué à d’autres pays comme l’Ukraine ou la Russie la production d’une partie de notre alimentation ce qui provoque des pénuries » et des hausses de prix. Et d’ajouter : « Nous devons accorder autant d’importance à la souveraineté de l’eau qu’à celle alimentaire ou énergétique ».

D’autres solutions sont également à chercher dans les progrès de la génétique qui permet de créer des variétés plus résistantes à la sécheresse. Les agriculteurs tentent par ailleurs d’adapter leurs méthodes de travail aux évolutions climatiques notamment en récoltant plus tôt lorsque cela est possible.

 

 

Un procès pour le ministre de la justice !

Un procès pour le ministre de la justice !

 

Le ministre actuel de la justice est renvoyé devant la cour de justice de la république. Autant dire qu’il ne risque pas grand-chose puisque cette cour a la particularité d’être composée surtout de politiques et de montrer la plus extrême bienveillance vis-à-vis des inculpés ( exemple 400 millions accordés indûment d’après la justice par Christine Lagarde à Tapie ; on a seulement reproché à Christine Lagarde sa « légèreté « ; et on a viré le président d’Orange alors  directeur de cabinet de Christine Lagarde, bref, un lampiste !) .

L e ministère public a jugé qu’il existait des «charges suffisantes» contre le garde des Sceaux pour le renvoyer devant la formation de jugement de la CJR, seule juridiction habilitée à poursuivre et juger des ministres pour des infractions commises dans l’exercice de leurs fonctions.

La décision finale sur un éventuel renvoi du ministre devant la formation de jugement de la CJR appartient désormais à la commission d’instruction de la CJR. Éric Dupond-Moretti, nommé au gouvernement à l’été 2020, est mis en examen pour des faits de prises illégales d’intérêt depuis juillet 2021.

Des plaintes de syndicats de magistrats et de l’association anticorruption Anticor, dénonçant deux situations de conflit d’intérêts depuis son arrivée à la Chancellerie, avaient donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire.

Convoqué en mars et en avril par les magistrats de la CJR sur les deux dossiers, il a refusé de répondre à leurs questions. Le premier dossier concerne l’enquête administrative qu’il a ordonnée en septembre 2020 contre trois magistrats du Parquet national financier (PNF) qui avaient fait éplucher ses factures téléphoniques détaillées («fadettes») quand il était encore une star du barreau.

Dans l’autre, il lui est reproché d’avoir diligenté des poursuites administratives contre un ancien juge d’instruction détaché à Monaco, Édouard Levrault, qui avait mis en examen un de ses ex-clients et dont il avait critiqué les méthodes de «cow-boy». Éric Dupond-Moretti a toujours martelé qu’il n’avait fait que «suivre les recommandations» de son administration.

Inflation : la Banque de France pour des hausses d’intérêt !

 

 

Inflation : la Banque de France pour des hausses d’intérêt !

 

Curieusement la Banque de France tient le discours des financiers orthodoxes de Berlin. Par conviction sans doute, pour servir les intérêts des banquiers tout autant et pour plaire à la Banque centrale européenne.

Une posture qui n’est pas complètement incohérente mais qui ne boucle pas avec la problématique économique, sociale et environnementale. Ou e saucissonnage de l’analyse des experts. Dans cette analyse on voit mal apparaître la problématique de la croissance.

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, n’a pas hésité, mardi soir, à évoquer les sujets qui fâchent. Invité à s’exprimer devant le Haut Conseil des finances publiques, organisme indépendant chargé de veiller à la cohérence des prévisions macroéconomiques du gouvernement, il a insisté sur la nécessité pour le futur exécutif d’adapter le train de dépenses du pays afin de se préparer à des hausses de taux d’intérêt, potentiellement très coûteuses.

Les investisseurs anticipent déjà cette remontée. Sur les marchés secondaires de la dette, les obligations souveraines hexagonales à dix ans s’échangent à environ 1,6%, alors qu’elles étaient à 0% au début de l’année, renchérissant d’autant le prix auquel l’État français s’endette.

 

Les observateurs tablent sur une décision de la Banque centrale européenne (BCE) de rehausser ses taux directeurs afin de lutter contre l’inflation, dès cet été, dans le sillage de la Réserve fédérale. Une échéance clairement assumée par Le gouverneur de la banque de France plus proche des Allemands que des Français.

Les défis de la supply chain

Les  défis de la supply chain 

 

Dans toute l’Europe, l’inflation frappe durement les ménages et les entreprises. Alors qu’elle atteint un niveau record dans la zone euro à 7,5 % sur le mois de mars et qu’en une année l’indice des prix à la consommation a augmenté de + 4,5 % en France, le paysage économique européen subit un véritable désordre. Quelle est la cause de cette inflation croissante, et pourquoi certaines entreprises mettent-elles en cause directement la supply chain ? Par Emmanuel Condroyer, Country Sales Director France chez project44.

 

Tribune

 

Lors du premier confinement, les consommateurs européens ont recentré leurs dépenses vers les biens plutôt que les services. L’offre a vite dépassé la demande jusqu’au point où la supply chain a dû revoir très rapidement ses modèles d’approvisionnement, laissant tomber la gestion de la demande immédiate pour s’occuper des produits nécessaires. Pour couronner le tout, les taux de fret ont continué d’augmenter à une vitesse vertigineuse au cours du second semestre 2021, alors que le nombre de ports à l’arrêt grandissait et que la main-d’œuvre qui y est rattachée continuait à s’amoindrir face aux vagues pandémiques. Il n’en fallait pas plus pour passer d’une inflation guidée par la demande à une inflation forcée par l’offre, avec des contraintes d’approvisionnement devenant le moteur des pressions inflationnistes.

Aujourd’hui, alors que l’inflation mondiale devrait rester élevée jusqu’à la fin de l’été 2022, les entreprises ne peuvent plus absorber la hausse des coûts. En effet, les pressions inflationnistes sont directement répercutées sur les clients, mettant en péril la réputation des marques et augmentant, in fine, le coût de la vie. Alors que les prix des produits ménagers, des denrées alimentaires, de l’énergie et des matériaux sont en hausse, comment les supply chain peuvent-elles faire face à ces nouvelles pressions financières et réduire cet impact sur leurs clients ? Si personne ne peut contrôler la politique étrangère sur les restrictions liées à la Covid, ou anticiper un autre blocage du canal de Suez, tout le monde peut agir maintenant et investir dans l’infrastructure numérique pour mieux se prémunir face aux perturbations à venir.

 

Le premier défi auquel doit faire face la supply chain est le phénomène de goulots d’étranglement, qui provoque une augmentation rapide des prix, à laquelle ne peuvent pallier les forces en présence. En d’autres termes, même si les capacités sont abondantes à certains endroits, elles ne suffisent pas à contrebalancer les longs délais d’attente et les retards, ce qui a pour effet d’augmenter l’inflation.

Ces blocages peuvent être atténués et évités, grâce à une visibilité de bout en bout. Les transporteurs, les transitaires et les expéditeurs peuvent surveiller – et dans certains cas prévoir – le moment où ces goulots d’étranglement se produiront, et réacheminer de manière proactive les expéditions par différents modes de transport et ports afin de minimiser les retards. Grâce à la visibilité en temps réel, il est plus facile d’identifier les tendances générales en matière de congestion portuaire, ainsi que les points d’intérêt spécifiques (arrêts de camions/stations d’attente/inspections frontalières) où les expéditions sont retenues pendant de longues périodes. Cela permet à la fois une planification stratégique à long terme et une gestion de crise en temps réel, tout en identifiant des itinéraires alternatifs et en évitant les blocages.

Les plus grands défis de la supply chain resteront surement ceux de l’écologie et de la neutralité carbone. Et pour ce faire, il est nécessaire de commencer quelque part et la visibilité en temps réel offre aujourd’hui une efficacité opérationnelle permettant notamment d’éviter les blank saillings, mais aussi d’aider à la réaffectation des moyens de transport de manière plus dynamiques et automatiques. Ainsi nous contribuerons à aider l’ensemble des acteurs de la supply chain à améliorer leur bilan carbone et tout en étant plus écoresponsable.


Dans la supply chain, un maillon faible en entraîne d’autres tout au long de la chaîne, et une hausse de prix peut, en aval, en provoquer d’autres. Par exemple, aux États-Unis, une augmentation de 15 % des coûts d’expédition entraîne une hausse de 0,1 % de l’inflation de base au bout d’un an, créant un effet boule de neige sur l’ensemble de la chaîne. L’engorgement des ports a entraîné de nouvelles pénuries du côté de l’offre et un déséquilibre croissant entre l’offre et la demande. Plus la supply chain est longue, plus l’impact inflationniste se fera sentir, car les répercussions s’aggravent au fur et à mesure que la chaîne avance.

Comme le disait le statisticien W. Edwards Deming « on ne peut pas améliorer ce que l’on ne sait pas mesurer ». Compte tenu du caractère imprévisible de la demande, cela peut provoquer à la fois des afflux et des pénuries qui mettent la supply chain sous pression à court terme. C’est là que la visibilité intervient, car ces pics et ces baisses de la demande peuvent être surveillés et prédits avec plus de précision. Plus les transporteurs, les transitaires et les prestataires de services logistiques se connectent à des plateformes de visibilité, plus les données s’enrichissent et s’affinent pour que cet effet domino se réduise.

 

De nombreux expéditeurs diversifient leur réseau de transporteurs et adoptent une approche multimodale et omnicanale. Aujourd’hui, les entreprises ne peuvent pas compter sur un seul transporteur ou un seul mode de transport, et les expéditeurs ne peuvent plus se permettre d’être fidèles à un transporteur spécifique. Les prix ont augmenté car les expéditeurs étaient bloqués derrière leur mode de transport habituel et avaient peu de visibilité sur les options alternatives. Le passage de dernière minute du fret maritime au fret aérien a peut-être facilité le réapprovisionnement des stocks, mais il a eu un coût énorme tant financier qu’environnemental.

Le réseau mondial de la supply chain devenant de plus en plus complexe et interconnecté, la visibilité et la connectivité de bout en bout ne sont plus qu’une option avantageuse à avoir, mais deviennent essentielles pour tenir le cap en temps de crise. Les crises sont inévitables et sans visibilité de l’ensemble de la chaîne – entre les transporteurs, les modes de transport et les frontières – les expéditeurs subiront des retards toujours plus importants et l’inflation se poursuivra.

 

Visibilité et collaboration vont de pair. À titre d’exemple concret, si un transporteur fait partie d’un réseau à visibilité ouverte et qu’il a du mal à réserver son propre fret, il peut alors se tourner vers les autres membres des flottes du réseau, en utilisant une plateforme de visibilité pour consulter leurs disponibilités. Cela permet à la fois aux transporteurs d’éviter les blocages tout en développant leur réseau, et à travailler ensemble en tant qu’industrie pour réduire ces goulots d’étranglement.

Mais la réalité c’est que l’inflation est partie pour durer pour une bonne partie de l’année 2022, et il est temps que la supply chain agisse. Il y a beaucoup de discussions à l’échelle politique sur la remise à niveau des infrastructures et des équipements, mais investir dans l’infrastructure numérique est une étape importante à considérer. La visibilité de données qualitatives de bout en bout peut réduire et supprimer les goulots d’étranglement, ralentir l’effet domino des coûts le long de la chaîne d’approvisionnement et favoriser la collaboration entre les réseaux multimodaux.

Emmanuel Condroyer

Le camp de la démocratie…. et les autres

Le camp de la démocratie…. et les autres

 

Il se pourrait bien que le monde se structure politiquement autour d’une part de la valeur de la démocratie, d’autre part de régimes politiques à caractère plutôt douteux voire autoritaires. De ce point de vue,  l’Inde est sans doute l’exemple le plus caractéristique. Plusieurs grands pays ont fait le choix de renvoyer dos à dos la Russie et l’Ukraine. Ce qui illustre la perte d’influence du camp occidental, analyse dans sa chronique, Gilles Paris, éditorialiste au « Monde ».

 

La captation mémorielle à laquelle les célébrations des 8 et 9-Mai ont donné lieu à Kiev et à Moscou en témoigne : la guerre en Ukraine s’enfonce dans une phase de durcissement synonyme de conflit prolongé, avec la certitude de morts et de dévastations supplémentaires. Dès lors qu’il est défini de part et d’autre comme existentiel, le conflit ne peut guère offrir leurs chances à la négociation et au compromis.

C’est d’autant plus vrai que le durcissement ne concerne pas seulement les deux protagonistes, il s’étend également aux acteurs périphériques.

Les Etats-Unis ont fait le choix de s’engager pleinement dans cette guerre par procuration, ajoutant l’objectif d’une Russie « affaiblie » à celui, initial, du soutien de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, conformément au droit international. A leur manière, plus alambiquée du fait de leurs hésitations ou divisions, les Européens ont effectué un choix similaire. Les autres membres du club occidental qu’est le G7, le Japon comme le Canada, dont le premier ministre, Justin Trudeau, a effectué à son tour le déplacement à Kiev, campent sur la même ligne, à la différence de nombreuses autres démocraties.

L’ancien président du Brésil Luiz Inacio Lula da Silva, qui espère effectuer en octobre un spectaculaire retour aux affaires à l’occasion de la prochaine élection présidentielle, a été la dernière figure en date à renvoyer dos à dos l’agresseur et l’agressé, le bourreau et la victime, au cours d’un entretien avec le magazine Time. « Je vois le président ukrainien être applaudi debout par tous les Parlements. Mais ce type est aussi responsable que Poutine. Une guerre n’a jamais un seul coupable », a-t-il assuré, avant d’accuser les Occidentaux « d’inciter à la haine contre Poutine ».

Avant lui, d’autres responsables de géants mondiaux ont fait de même. Cyril Ramaphosa, en Afrique du Sud, a souligné dès le mois de mars une responsabilité supposée de l’OTAN. Narendra Modi, en Inde, s’en tient également à une position d’équidistance, comme Andres Manuel Lopez Obrador, au Mexique. En Indonésie, quatrième pays mondial en matière de population et futur hôte du G20, le président, Joko Widodo, a annoncé, le 29 avril, avoir invité le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, tout comme celui qui a encore justifié, le 9 mai, sa « guerre de choix », son homologue russe Vladimir Poutine.

Ni le respect de la souveraineté d’un pays, ni les pilonnages à répétition de zones résidentielles, ni les découvertes d’atrocités que tout désigne comme des crimes de guerre ne font fléchir les réticents. Au contraire, ils réaffirment leur position alors que leurs pays sont déjà touchés par les répliques, dans le domaine de l’énergie ou de l’alimentaire, du séisme déclenché par l’agression russe.

Europe et gauche : Les contradictions de la désobéissance

Europe et gauche : Les contradictions de la désobéissance 

 

La désobéissance préconisé par la gauche des insoumis constitue un slogan d’opposition et non une posture de parti de gouvernement. Soulignant la contradiction du discours de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) qui prône la « désobéissance » aux règles européennes tout en respectant l’Etat de droit, Thomas Destailleur, chercheur spécialisé en droit de l’Union européenne, souligne dans une tribune au « Monde » le glissement dangereux que cela produirait sur le terrain du droit.

 

Annoncé par certains comme les prémisses d’une union historique de la gauche, l’accord LFI-EELV pour les prochaines élections législatives a fait l’objet d’un communiqué de presse remarqué et très discuté le 2 mai. Le sujet de l’Europe y occupe une place prépondérante puisque pratiquement 40 % du communiqué a pour objet de dresser l’inventaire des positions communes aux deux formations politiques.

Si le communiqué commun rappelle que « pays fondateur de l’Union européenne, la France ne peut avoir pour politique ni la sortie de l’Union, ni sa désagrégation, ni la fin de la monnaie unique », c’est immédiatement pour clamer qu’il faut être « prêts à désobéir à certaines règles européennes », aux premiers rangs desquelles « le pacte de stabilité et de croissance, le droit de la concurrence, les orientations productivistes et néolibérales de la politique agricole commune ».

Et le communiqué de conclure que cette désobéissance « ne peut se faire que dans le respect de l’Etat de droit (tel que défini aux articles 2 et 7 du traité sur l’Union européenne) ». Suivi depuis par le communiqué LFI-PCF puis LFI-PS, le terme de « désobéissance » y revient à chaque reprise et constitue l’un des marqueurs de la Nouvelle Union populaire écologiste et sociale (Nupes) qu’une récente tribune de Manon Aubry a entendu préciser.

Les références aux articles 2 et 7 du traité sur l’Union européenne (ci-après TUE) et l’Etat de droit présentent une lecture discutable des règles européennes. Que prévoient ces deux articles ? L’article 2 TUE liste plusieurs valeurs communes à l’Union européenne parmi lesquelles figurent la dignité humaine, les droits des minorités ou encore l’Etat de droit, tandis que l’article 7 TUE prévoit une procédure d’alerte et de sanction pour un Etat membre ne respectant pas ces valeurs (les procédures qui n’ont jusqu’à présent rien donné contre la Pologne et la Hongrie).

La Cour de justice de l’UE a rappelé dans deux arrêts du 16 février que l’Etat de droit renvoie à l’existence d’un droit sûr et prévisible, une soumission de toute personne – puissance publique comprise – au droit existant et la présence d’un recours effectif devant les juridictions compétentes pour en vérifier la bonne application.

 

Or, la désobéissance ne donne aucune stabilité au droit, implique une méconnaissance des engagements et obligations juridiques auxquels la France a souscrits et une émancipation face aux procédés juridictionnels existants. En d’autres termes, prôner la désobéissance aux règles européennes tout en respectant l’Etat de droit, c’est en réalité dire exactement l’inverse.

Démocratie : les limites de la proportionnelle

Démocratie : les limites de la proportionnelle

Il faudrait sans doute autre chose pour redonner un contenu à la démocratie participative. Cette question ne saurait être résolue par une répartition des postes de députés entre formations politiques. La problématique est autrement plus large. L’adoption du scrutin proportionnel, qui bénéficie d’un fort soutien chez les Français, pourrait engendrer déceptions et mécontentement, argumentent Jean-Éric Schoettl et Jean-Pierre Camby. En effet ce qui est en cause , c’est le rapports entre l’élu et le citoyen et pas seulement à l’Assemblée nationale. Bref une démocratie qui ne se limite pas au dépôt d’un bulletin de vote mais qui associe les électeurs au processus de réflexion et de décision.

 Jean-Éric Schoettl est conseiller d’État honoraire. Jean-Pierre Camby est haut fonctionnaire honorable de l’Assemblée nationale. Il a codirigé, avec Christelle de Gaudemont, l’ouvrage collectif «Code électoral 2022» (Dalloz).

Dans un pays où le mode de scrutin législatif n’est pas inscrit dans le marbre de la Constitution (il relève en effet de la loi ordinaire) et dont les institutions pâtissent de désamour, il est tentant de chercher à conjurer le désenchantement démocratique par un changement de régime électoral. Aussi n’est-il pas surprenant que l’idée d’attribuer les sièges de députés à la proportionnelle - c’est-à-dire en proportion des voix recueillies par des listes – ait à nouveau le vent en poupe.

Ce serpent de mer est  chéri par toute une partie de l’échiquier politique (surtout par les partis demeurés le plus longtemps dans l’opposition) et maintes fois invoqué au cours de la Ve République,.

L’INSEE annonce la stagflation pour la France

L’INSEE annonce la stagflation pour la France

 

Une situation de quasi stagflation se prépare la France avec une croissance inexistant tandis que les prix vont continuer de s’envoler au-delà même de 5 %. La conséquence sera pour les ménages, les salariés et les épargnants qui verront leur pouvoir d’achat réduit.

Du coup ils vont réduire aussi leur consommation et participer encore à l’écroulement de la croissance. Bref une situation de crise se prépare pour la fin de l’année 2022 et 2023

« La stagflation correspond à une activité qui stagne et une inflation sur une période durable. Notre scénario pour le second trimestre est celui d’une croissance modeste avec une inflation qui reste élevée. Nous n’avons pas de scénario au-delà de la mi-année », a expliqué le chef du département de la conjoncture Julien Pouget, q ui évidemment ne veut pas se  » mouiller » par rapport aux prévisions du gouvernement qui prévoyait une croissance de 4 % !. L’Insee n’a pas non plus évoqué de scénario de récession.

Après avoir atteint 4,8% au mois d’avril, l’indice des prix à la consommation pourrait dépasser la barre symbolique des 5% d’ici juin. « Les chocs d’offre négatifs avec la guerre en Ukraine et la politique zéro covid en Chine augmentent les tensions sur les quantités et les prix. S’agissant des prix, ils atteignent des niveaux inédits depuis le début de nos séries dans l’agriculture (+69% pour les céréales), l’industrie. Ces prix à la production continuent de se transmettre aux prix à la consommation », explique Julien Pouget. « En mars 2022, les prix de production de l’industrie française ont augmenté de 24,4 % sur un an. Il s’agit de la plus forte augmentation depuis que ces séries sont calculées, janvier 1995 », souligne un récent billet de blog de l’Insee.

L’inflation sous-jacente, qui exclut les prix les plus volatils (énergie, alimentation) pourrait grimper à 3,5% d’ici à juin contre 2,5% en juin. En moyenne annuelle, l’inflation sous-jacente était de 1,1% au cours de l’année 2021. La Banque centrale européenne (BCE) est actuellement sur une ligne de crête. Même si elle a déjà annoncé un resserrement de sa politique monétaire via l’arrêt du programme d’achat d’urgence face à la pandémie (PEPP), le conseil des gouverneurs doit éviter de freiner l’activité de la zone euro déjà empêtrée dans une croissance au ralenti au cours du premier trimestre.

 

La guerre en Ukraine a considérablement affecté la confiance et la consommation des ménages, traditionnel moteur de l’économie tricolore au cours du premier trimestre. Le pouvoir d’achat des ménages français a reculé de 1,5% entre janvier et mars et pourrait une nouvelle fois se replier de 0,5% au cours du second trimestre. « Il y a une baisse très nette de la confiance des ménages depuis le début de la guerre en Ukraine. L’indicateur mesurant l’opportunité de faire des achats importants marque une chute. Dans le même temps, l’indicateur mesurant l’opportunité d’épargner n’a pas vraiment diminué depuis le début de la crise sanitaire », souligne Julien Pouget.

Du côté des entreprises, la situation est particulièrement critique dans les secteurs très dépendants des énergies fossiles ou de l’étranger pour se procurer des matières premières ou des métaux. Dans l’automobile, la plupart des grands groupes et de leurs sous-traitants sont toujours dans le rouge. L’automobile reste marquée par des tensions d’approvisionnement. « Au mois de mars, la production automobile était encore inférieure d’un tiers à son niveau d’avant crise sanitaire », indique Julien Pouget. A l’opposé, certains secteurs dans l’informatique notamment continuent de tirer leur épingle du jeu, profitant de l’essor du numérique dans les entreprises depuis la pandémie.

 

La gauche : panne d’imaginaire ou de réel ?

La gauche : panne d’imaginaire ou  de réel ?

Un livre qui pose de vraies questions mais qui pourraient en partie être résolues si la gauche réelle était présente au côté des bobos et autres fonctionnaires qui dirigent les partis de gauche.

Interview du philosophe Michaël Foessel dans »Le monde »

Philosophe, professeur à l’Ecole polytechnique, Michaël Fœssel a notamment publié La Nuit. Vivre sans témoin (Autrement, 2018) et Récidive. 1938 (PUF, 2019). Auteur récemment de Quartier rouge. Le Plaisir et la gauche (PUF, 204 p., 17 euros), essai destiné à retrouver la dimension politique et subversive du plaisir, il analyse la façon dont « les idéaux de justice sociale et écologique cessent d’être punitifs quand ils sont à la source d’expérimentations sensibles heureuses ».

 

La gauche semblait, selon vous, bouder le plaisir. L’a-t-elle retrouvé et a-t-elle réussi à en donner avec cette Nouvelle Union populaire écologique et sociale ?

Une des dimensions de l’art politique est de transformer les défaites présentes en promesses de victoires. Avec toutes les précautions qui s’imposent, la comparaison entre la situation actuelle de la gauche et le Front populaire peut se justifier à ce niveau. Le Front populaire est né d’une réaction au 6 février 1934, lorsque la menace d’extrême droite est devenue perceptible. Le désir de trouver un débouché positif au rejet du nationalisme identitaire joue aussi un rôle dans la reconfiguration actuelle. Beaucoup d’électeurs de gauche sont las de devoir éliminer à la dernière minute l’extrême droite des urnes sans que ne soient jamais combattues sérieusement les causes de son succès.

On ne sait pas encore si, au-delà des jeux d’appareil, cette démarche unitaire suscitera de l’enthousiasme. Mais on peut se souvenir qu’en 1936 la victoire du Front populaire s’est accompagnée d’une forme d’allégresse collective, que la gauche pourrait revivre. A propos des occupations d’usine où le plaisir a subitement investi les lieux dévolus au labeur, la philosophe Simone Weil (1909-1943) évoquait « la joie de vivre, parmi ces machines muettes, au rythme de la vie humaine ». Aujourd’hui comme hier, les passions joyeuses sont le meilleur antidote aux passions tristes.

 

On disait les gauches « irréconciliables ». Etait-ce une illusion ou bien la gauche a-t-elle compris que le temps du dépassement de l’opposition entre le social et le sociétal était désormais venu ?

Seule une opposition abstraite entre le social et le sociétal rend les gauches « irréconciliables ». Selon un schéma désormais éprouvé, la gauche radicale s’empare du premier et la gauche réformiste se consacre au second. Plus récente et encore plus absurde, la distinction entre la « gauche quinoa » et la « gauche carnivore » politise la question des mœurs d’une manière particulièrement abstraite. Il est pourtant facile de voir que l’alimentation se situe au point de rencontre entre le social et le sociétal. La nourriture engage aussi bien une réflexion en termes de production industrielle et de partage des richesses qu’un examen de nos modes de vie confrontés à la crise écologique. Le marqueur principal de la gauche est l’égalité. Or, l’égalité entre les formes de vie ne se laisse pas séparer de l’égalisation des conditions économiques. A ce titre, il ne sert à rien de convaincre les plus pauvres de modifier leurs habitudes alimentaires tant qu’ils percevront ces habitudes comme une forme de résistance à un monde dont les évolutions les inquiètent.

Nouvelle baisse de fréquentation de la télévision

Nouvelle baisse de fréquentation de la télévision

 

 

En avril, le temps passé devant le petit écran a sévèrement décroché. Il s’est élevé à 3h27 en moyenne par jour, selon les chiffres de Médiamétrie. Soit 32 minutes de moins qu’il y a un an et 13 minutes de moins qu’en avril 2019, avant la pandémie. Simple trou d’air passager? Pas tout à fait. En mars, la baisse a atteint 22 minutes sur un an et 10 minutes en comparaison avec 2019.

À la rentrée, les audiences avaient eu un coup de mou encore plus sérieux. Au mois d’octobre, les téléspectateurs passaient en moyenne 3h22 devant leur poste. Soit 34 minutes de moins qu’à la même période en 2020.

Observons cependant que le relatifs hau niveau d’audience de la télévision est surtout assuré par la fidélité des téléspectateurs les plus anciens.

Sécurité routière : des incivilités qui augmentent

Sécurité routière : des incivilités qui augmentent

 

Des comportements de plus en plus dangereux et violent indique une enquête menée par l’association Prévention Routière et l’assureur Wakam. Des scènes vont être jouées par des acteurs de théatre de rue à Paris, Lyon, Marseille et Bordeaux pour sensibiliser le public.

Plus de 80% des Français ont déjà vécu une situation désagréable lors d’un trajet et 57% reconnaissent avoir peur de faire face à de telles situations sur la route ou dans la rue, d’après une étude OpinionWay* pour l’association Prévention Routière et l’assureur Wakam.

Parmi les incivilités les plus fréquentes « 45% des Français citent principalement des comportements intentionnellement dangereux (queue de poisson, refus de priorité, non-respect des distances de sécurité…) puis des gestes d’impatience manifestes (34%) ou encore des gestes obscènes (29%) et des insultes (20%). Pire, 6% d’entre eux déclarent avoir été incités à se battre et 10% des femmes déclarent avoir été victimes de propos misogynes ou sexistes », note le communiqué relayant cette enquête.

 

 

 

Vers la suppression des mots de passe ?

Vers la suppression des mots de passe ?

Enfin ? Apple, Google et Microsoft ont annoncé leur intention d’étendre aux particuliers la prise en charge d’une norme de connexion sans mot de passe. En clair, il s’agit de simplifier la vie de milliards d’internautes (5,3 milliards) et de sécuriser leurs usages des innombrables plateformes en ligne, devenues incontournables avec la dématérialisation des services. En effet, les internautes utilisent trop souvent des mots de passe très faciles à deviner voire toujours le même pour se simplifier la vie… mais aussi celle de tous les aigrefins.

 Grahame Williams, directeur de la gestion des identités et des accès chez Thales, lors de la Journée mondiale du mot de passe a par ailleurs déclaré que les mots de passe « devenaient de plus en plus dangereux » parce qu’ils étaient « facilement piratés »:

« Des recherches récentes montrent que nombre de PDG utilisent encore « 12356″ comme mot de passe. »

En effet, l’autre gros problème, c’est celui de la sécurité, le danger de se faire pirater son compte – voire tous ses comptes – et de ne plus pouvoir accéder à ses données, ou alors contre rançon.

Selon une ancienne étude (2016) de Skyhigh Networks analysant 11 millions de mots de passe mis en vente sur le Darknet, 10,3% des internautes utilisent l’un des 20 mots de passe les plus populaires d’internet. Ce qui revient à dire qu’en moins de 20 essais, n’importe qui pourrait pirater près d’un compte sur dix.

 Le communiqué publié depuis Mountain View, le fief de Google, annonce que les trois géants vont s’allier pour construire un système permettant de s’authentifier sans avoir à mémoriser des séries de signes cabalistiques.

 

Climat: Les limites de la tarification carbone

Climat: Les limites de la tarification carbone 

 

Deux anciens patrons, Pierre-André de Chalendar et Louis Gallois, signent pour la Fabrique de l’industrie une tribune au « Monde » demandant au gouvernement des choix politiques clairs, pour affranchir l’industrie française des dépendances énergétiques et technologiques dont elle pâtit.

 

…..Si l’augmentation progressive du prix du carbone semble être une solution efficace, là encore il s’agit d’être prudent. Ainsi que nous venons de le montrer dans une étude tout juste parue, une augmentation du tarif des émissions de CO2 jusqu’à 250 euros la tonne – ordre de grandeur considéré comme tout juste suffisant par les spécialistes du climat – sera à la fois de nature à peser lourdement sur les ménages (entre 20 et 25 milliards par an simplement pour la consommation de biens et de services, hors fiscalité spécifique), mais aussi à plonger dans de lourdes difficultés des filières entières telles que le transport aérien et l’aéronautique, la sidérurgie, les matériaux de base, etc. (étude « La tarification du carbone et ses répercussions. Exposition sectorielle au surcoût carbone », Olivier Sautel, Caroline Mini, Hugo Bailly et Rokhaya Dieye, La Fabrique de l’industrie et Deloitte, Presse des Mines, 2022).

Une erreur courante consiste à penser que la France et ses partenaires européens se sont couverts contre ce risque depuis qu’ils se sont dotés, à raison, d’un mécanisme d’ajustement carbone aux frontières. La Fabrique de l’industrie l’a bien montré : ce mécanisme, encore très partiel et qu’il faudra parvenir à étendre en dépit de sa technicité, protège du dumping environnemental extra-européen, mais pas des baisses de la demande domestique induites par un prix croissant du carbone, qu’il faut donc anticiper et accompagner.

Dans ce contexte, il est urgent pour la France de réfléchir à ses dépendances, énergétiques pour commencer. En dépit des questions qu’il soulève, il apparaît évident que son parc électronucléaire est un actif précieux, aux vertus multiples : électricité compétitive et peu carbonée, autonomie énergétique, etc. La crise ukrainienne montre de manière particulièrement claire la nécessité de réduire les dépendances énergétiques.

Économie–L’inflation va diminuer ou la grande intox !

Économie–L’inflation va diminuer ou la grande intox !

 

Christine Lagarde déclare avec « autorité » ( La même sans doute que celle qui lui a fait attribuer indûment 400 millions à Tapie lorsqu’elle était ministre des finances en France !) que l’Europe n’est pas concernée par la stagflation. Une intox de plus de sa part si on se souvient qu’il y a à peine quelques semaines elle est considérait  l’inflation comme un phénomène conjoncturel qui allait disparaître. Le problème est que cette inflation va durer  . Et comme par hasard un économiste américain reprend à son compte cette idée que l’inflation va diminuer et que les banques centrales maîtrisent bien la situation.

La vérité sans doute c’est que le pouvoir d’achat des ménages va mécaniquement être amputé. Ce sont des consommateurs qui faute de réévaluation de leurs revenus vont payer la facture des énormes sommes attribuées au monde des affaires y compris à la bourse. En moyenne, l’inflation risque d’être dans le monde d’au moins 5 % alors que les revenus en moyenne ne seront évalués qu’à peine de la moitié. La vieille méthode classique qui consiste à amortir les dettes par l’inflation et donc la dévaluation pouvoir d’achat des ménages, des salariés et les épargnants

 

Barry Eichengreen, L’économiste américain se livre dans le Monde un bel exercice hypocrisie

 

Les Etats-Unis ont, de toute évidence, un problème avec l’inflation. Mais on ne sait pas encore quelle va être l’évolution de celle-ci ni sa durée. Inquiets, certains observateurs font le parallèle avec les années 1970, lorsque les prix de l’énergie et des matières premières avaient explosé. La Réserve fédérale (Fed) avait tardé à réagir, et les anticipations d’inflation n’avaient alors plus connu de limite. Les producteurs, les consommateurs et les travailleurs s’attendaient à ce que la hausse des prix se poursuive ou s’accélère. En conséquence de quoi, les ménages avaient adapté leurs dépenses, les syndicats leurs revendications salariales et les entreprises leurs prix, ce qui avait déclenché une spirale inflationniste.

En revanche, aujourd’hui, l’anticipation d’inflation reste stable. Selon une enquête de l’université du Michigan, les consommateurs s’attendent à ce que l’inflation approche 5,4 % cette année, pour ensuite descendre un peu au-dessus de 2 % au cours des quatre années suivantes. L’anticipation d’inflation liée aux bons du Trésor indexés sur l’inflation à cinq ans montre à peu près la même chose : elle est en moyenne de 3,4 % au cours des cinq prochaines années. Compte tenu de l’anticipation de 5 % pour 2022, on peut en déduire que l’attente d’inflation pour la période 2023-2026 est inférieure à cette valeur. Autrement dit, rien ne laisse présager d’importantes variations de l’anticipation d’inflation.

Pourtant, aussi stable soit-elle pour le moment, le restera-t-elle à l’avenir ou bien évoluera-t-elle à la hausse comme dans les années 1970 ?

Répondre à cette question suppose de déterminer dans quelle mesure les conditions qui ont conduit à la « grande inflation » des années 1970 appartiennent désormais, ou pas, aux oubliettes de l’histoire. N’oublions pas que, en 1973, lorsque la hausse des prix à la consommation a atteint 6 %, il était logique que les consommateurs, les producteurs et les travailleurs extrapolent ce taux pour l’avenir. Ils estimaient que l’inflation allait persister, car il n’y avait aucune raison de penser que la Réserve fédérale allait la juguler.

La Fed, en tout cas ses dirigeants, ne disposait même pas, à l’époque, d’un modèle de relation entre politique monétaire et inflation. Dans les années 1950 et jusqu’au début des années 1960, la politique monétaire se décidait avant tout dans le cadre du système international de Bretton Woods, mis en place en 1944. Les banques centrales et les Etats étrangers pouvaient, à l’époque, échanger leurs dollars contre de l’or au prix fixé par les Etats-Unis, à savoir 35 dollars l’once d’or.

12345...437



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol