Archive pour le Tag 'des'

Dissolution : Menace des marchés financiers

Dissolution : Menace des marchés financiers

La fragilité de la France est évidemment son d’endettement qui représente environ  110 % de la richesse nationale annuelle. La France est condamnée à emprunter bien sûr pour ses investissements mais aussi pour assurer son fonctionnement du fait du déficit chronique du budget (et de celui de la sécu). Avec les changements politiques intervenus ce dimanche,  les marchés financiers ont décidé en quelque sorte de punir le pays avec une différence par exemple qui s’accroît entre les taux d’intérêt consentis pour les obligations allemandes ( prêts aux états) et les obligations françaises;  un écart qui a atteint jusqu’à 65 points de base pour redescendre à 60 points.

 

L’agence de notation Moody’s, qui avait maintenu fin avril la note souveraine de la France, a prévenu aujourd’hui que les élections législatives anticipées pourraient avoir un impact négatif sur la perspective de la note, et même sur la note elle-même. « L’instabilité politique potentielle constitue un risque de crédit compte tenu de la situation budgétaire difficile dont héritera le prochain gouvernement », souligne notamment l’agence, qui redoute plus que tout un blocage institutionnel dans l’hypothèse d’une nouvelle assemblée sans majorité de coalition.

La France est également la cible sur les marchés actions. Le CAC 40, l’indice des 40 plus grandes capitalisations françaises, cède à nouveau du terrain, presque deux fois plus que le Stoxx 600 (600 plus grandes capitalisations), sur un marché, il est vrai, globalement baissier. Les actions sont en effet sous pression à la veille de la réunion monétaire de la Réserve fédérale qui devrait maintenir le statu quo sur les taux directeurs, malgré les forts signaux de ralentissement de l’économie américaine.

Au Final, le CAC 40 est au plus bas depuis février et certaines valeurs, comme les banques, les concessionnaires autoroutiers ou l’audiovisuel, autant de secteurs qui pourraient pâtir d’une victoire de l’extrême-droite aux prochaines élections législatives. Le programme du Rassemblement national (arrivé en tête des élections européennes) prévoit notamment une nationalisation des concessions d’autoroutes et la privatisation de l’audiovisuel public.

 

IA- Des faux sites d’information aux États-Unis

IA-  Des faux sites d’information aux États-Unis

Des  faux sites d’info locale qui seraient plus nombreux que les vrais selon un rapport.

Le nombre de faux sites d’informations locales aux États-Unis dépasse désormais celui des authentiques médias locaux, affirme le groupe de recherche NewsGuard dans un rapport mardi, s’alarmant d’une potentielle explosion de la désinformation à cinq mois de la présidentielle américaine. Des centaines de sites se faisant passer pour de véritables médias locaux, souvent à l’aide d’articles partisans générés par intelligence artificielle, ont émergé ces derniers mois, selon le rapport, qui en identifie 1265 en tout.

Les journaux continuent de disparaître au rythme de plus de deux par semaine aux États-Unis, selon l’étude, tandis que le pays a perdu près des deux-tiers de ses journalistes de presse écrite depuis 2005. «Avec la disparition des journaux traditionnels, les faux sites se précipitent pour combler le vide», écrit Newsguard dans son rapport. «Par conséquent, des millions d’Américains se retrouvent sans informations locales authentiques», ajoute l’organisation. Ces faux sites de propagande partisane se reposaient auparavant sur une légion d’auteurs, mais l’avènement de l’intelligence artificielle générative signifie qu’il est désormais bien moins onéreux et bien plus rapide d’élaborer du faux contenu, difficile à distinguer du vrai.

Remise en cause de la réforme des retraites: Renvoyée à plus tard pour Bardella

Remise en cause de la réforme des retraites: Renvoyée à plus tard pour Bardella

 

Le rassemblement national affirmé qu’il avait l’intention de remettre en cause la réforme des retraites et promettait notamment de ramener l’âge de départ à 60 ans. Hier  Bardelle à considéréque cette question serait renvoyée à plus tard. Rien d’étonnant à cela d’une part parce que la réforme de Macron est en train de révéler que le déficit est prévisible été beaucoup plus conséquent que prévu. En conséquence si nouvelle réforme il y a,  elle risque d’être encore plus sévère que la précédente. Notons aussi que certains alliés du rassemblement national comme Ciotti sont totalement opposés à un adoucissement de la réforme et militent. au contraire pour des mesures plus draconiennes.

Le patron du RN a expliqué mardi soir sur France 2 distinguer «l’urgence de l’importance», avec pour «priorité», le «pouvoir d’achat» et les «factures d’électricité».

Dans un «second temps» seulement, il souhaiterait «évidemment» revenir sur la réforme Macron qui repousse à 64 ans l’âge légal de départ à la retraite, reconnaissant une «divergence» avec son nouvel allié de LR Eric Ciotti, favorable au récent report de l’âge légal. Abroger la réforme Macron ou pas? «Nous verrons», avait aussi répondu Jordan Bardella mardi matin sur RTL, en invoquant la «situation économique» d’un «pays qui pulvérise sous Emmanuel Macron les records de déficit».

Cela démontre à l’évidence qu’il y a des discours pour les campagnes électorales et d’autres quand les responsables politiques s’apprêtent à être en situation de gestion. En clair la réforme de la réforme pourrait être renvoyée aux calendes grecques d’autant plus que si elle revient sur le tapis elle pourrait se retraduire par des mesures encore plus rigoureuses compte tenu des déficits prévus du système.

  «Dans le cas d’une cohabitation, on ne peut évidemment pas faire tout ce que la présidence de la République vous permet de faire (…) Nous serons amenés à faire des choix»Jordan Bardella voudrait que «tous ceux qui ont commencé à travailler avant 20 ans puissent voir le dispositif de carrières longues renforcé et puissent partir avec 40 annuités», mais il y «aura des priorités», a-t-il prévenu.

En 2023, le RN avait mené la bataille contre la réforme des retraites en réclamant son abrogation. Pendant la présidentielle 2022, Marine Le Pen avait édulcoré la proposition initiale du RN de retraite à 60 ans avec 40 annuités pour tout le monde, en réservant la mesure aux personnes entrées dans la vie active avant l’âge de 20 ans.

 

 

Le rôle des économistes dans la société

 

Le rôle des économistes dans la société
 

Les économistes Virgile Chassagnon et Jean Tirole, qui a reçu le prix Nobel 2014, reviennent, dans une tribune au « Monde », sur le rôle des économistes dans la société, qui est souvent incompris par les citoyens, alors que les choix économiques sont au cœur des élections européennes du 9 juin.

Comme à chaque élection, l’expertise des économistes est invoquée par les candidats aux mandats pour donner une épaisseur, voire un cautionnement académique à leurs idées. Très souvent l’on entend des renvois, parfois hasardeux, aux « économistes » plutôt que des références précises à des économistes nommément distincts et/ou à leurs travaux particuliers. Pourtant, une partie de l’opinion publique fustige l’influence des économistes sur la prise de décision politique, leur côté « donneur de leçons » et leur incapacité à anticiper des crises économiques majeures.

Est-ce parce que leur discipline, bien que très familière par les sujets qu’elle traite, est en fait complexe et propice aux biais cognitifs ? Ou parce que l’économie est porteuse de mauvaises nouvelles, ébranlant la vision que nous aimerions avoir de la société, celle de citoyens recherchant le bien commun par motivation strictement intrinsèque et non pas mus aussi par des incitations ? Ou encore parce que les économistes auraient perdu la boussole du bien commun ? Cette relation ambiguë entre l’économiste et le citoyen n’est en réalité pas nouvelle ; elle a jalonné l’histoire de notre pays.

Pour comprendre le rôle de l’économiste dans la société, il faut sans doute revenir aux origines du mot « économie » dans le grec ancien oïkonomia, que l’on peut apprécier comme « gestion de la cité ». Dès son origine, l’économie fut donc politique ; elle s’inscrivit dans une perspective sociétale. A ce titre, la science économique se doit d’être une science morale et philosophique.

La tâche des économistes se veut pour autant logiquement neutre : neutre vis-à-vis des objectifs collectifs – l’économie est une science du « comment » : elle étudie comment allouer et produire des ressources rares pour atteindre les objectifs sociétaux – et neutre vis-à-vis des motivations des individus qui la composent – motivations matérielles, sentiments moraux, besoins d’image et d’identité…

L’intérêt général se fonde sur la volonté de préservation des principes moraux de la République en transcendant les aspirations individuelles, les lobbys des groupes socioprofessionnels et les partisanismes politiques, et en protégeant les droits fondamentaux

Dissolution: un coup de dés pas responsable !

Dissolution:   un coup de dés  pas responsable !

 Le coup de semonce qu’Emmanuel Macron a décidé au soir du raz-de-marée RN aux européennes en décrétant la dissolution de l’Assemblée nationale et des élections dans seulement trois semaines relève moins du courage que de la témérité. Laquelle séquestre l’avenir politique et civilisationnel de la France, puisqu’elle met concrètement en péril celle-là même que ses arguments sont censés honorer : la démocratie. L’impétuosité et l’autarcie décisionnelle ne sont pas compatibles avec le temps et avec l’enjeu de la démocratie, surtout lorsqu’il s’agit de la sauver.

Vingt-et-un jours. Trois semaines pour décider du sort de la France. Son économie, son socle social, ses finances, son attractivité, son avenir, ses emplois, son éducation, sa culture, ses services publics, etc. Et bien sûr « tout » de ce qui fait et défait la société, en premier lieu ce qui la fonde : son bien commun, son « vivre ensemble » qu’avait si justement défini Jean-Paul Delevoye lorsqu’il était médiateur de la République (2004 – 2011) et président du CESE (2010 – 2015).

Certes, la décision du chef de l’Etat de dissoudre l’Assemblée nationale n’est pas dépourvue d’arguments. Faute de s’être suffisamment investi en 2022 dans une campagne des législatives qu’il pensait acquise, Emmanuel Macron traine une majorité relative comme un fardeau. Lui à qui jusqu’alors rien ne résistait et qui n’a jamais apporté la preuve d’une sensibilité aiguë pour le compromis, était, depuis, entravé dans sa dynamique jupitérienne et sa hâte, obsessionnelle, de faire et surtout de faire vite.

Entériner l’implosion de la Nupes ; accélérer l’évaporation des Républicains ; étrangler le Rassemblement national en le sommant de désigner en quelques jours 577 candidats et de définir une stratégie électorale ; miser sur l’effroi – cette fois bien réel et à très court terme – d’une prise de pouvoir du RN pour espérer ramener à la raison et à la responsabilité une partie (mais dans quelle proportion ?) des électeurs qui ont composé les 37% de suffrages pour l’extrême droite (RN et Reconquête ! réunis)… voilà des arguments de « stratégie politique » audibles.

Auxquels il faut ajouter un autre, moins reluisant : Emmanuel Macron redoute plus que tout d’être le premier Président de la République de l’histoire à transmettre démocratiquement le pouvoir – en 2027 – à un(e) représentant(e) de l’extrême droite ; pour conjurer ce spectre il semble décidé à prendre le risque du moindre mal, funeste et même sépulcral, de nommer l’extrême droite à… Matignon et de prophétiser sa débâcle une fois aux manettes. Est-ce un scénario moins funèbre (pour la France) et moins humiliant (pour lui) ? Sans doute pas.

Et une fois ces arguments égrainés, que reste-t-il ?

En premier lieu le dévoiement de sa propre promesse. Est-ce faire honneur aux électeurs, est-ce revitaliser la démocratie que d’encager la campagne dans un contre-le-montre étourdissant qui la réduira à une seule question : faire ou non barrage au RN ? Ce biais qui empoisonnera ou ensevelira l’ensemble des débats va, de facto, enterrer les grandes questions et les thématiques fondamentales susceptibles justement de régénérer la démocratie. Punis de cette possibilité, ne sont-ce pas les citoyens les plus désireux de démocratie qui risquent d’être frappés de démobilisation les 30 juin et 7 juillet ?

Autre grave erreur : Emmanuel Macron discrédite lui-même l’enjeu européen en indexant le sort démocratique et parlementaire de la France à celui d’un scrutin dédié à l’avenir de l’Europe. Près d’un tiers des électeurs votent RN et il faut en déduire une dissolution de l’Assemblée nationale ? Exprimé autrement, la démocratie de l’Europe mérite-t-elle d’être ramenée au rang de révélateur ou plutôt de faire-valoir de la démocratie française ?

Également, qu’y-a-t-il de « responsable » d’exposer la nation, dès ce 9 juin 21 heures, au péril d’extrême droite et même, indépendamment du résultat final, au chaos organisationnel et fonctionnel : à quelques semaines des Jeux olympiques et paralympiques - imagine-t-on la sidération qui frappe ce soir les services de l’Etat affectés à la sécurité de l’événement – ? quand la guerre que livre la Russie à l’Ukraine traverse une phase critique, et quand celle qu’Israël mène à Gaza embrase jusqu’au cœur même des démocraties ? à quelques mois d’un scrutin américain à l’issue possiblement éruptive ? au moment où l’avenir de la société et de l’économie françaises est arrimé à des débats parlementaires déterminants et conditionné à des arbitrages gouvernementaux cruciaux ?

Est-il de responsable de placer la France dans la configuration, possible, d’un RN arrivant en tête des législatives mais avec une majorité relative incapable de former des alliances à l’Assemblée ? Considérons alors les conséquences d’un gouvernement RN sans possibilité de faire voter des lois et exposé à une motion de censure permanente…

La France souffre, elle est fracturée, elle hurle ses malaises et sa colère, son avenir est cerclé par l’angoisse, et voilà que le chef de l’Etat lui impose une nouvelle épreuve. Les urnes ont sanctionné son incapacité à écouter les Français, à entendre et à comprendre la nation ; une preuve supplémentaire de son insensibilité aux vibrations de ce « peuple » qu’il sert, pourtant, avec abnégation.

Il n’est pas contestable que l’acte de la dissolution peut sembler être de courage, voire de bravoure – c’est d’ailleurs le mantra communicationnel brandi par les disciples d’Emmanuel Macron pour qualifier le coup de semonce. Mais plus sûrement la décision s’apparente à de la témérité. Et elle est une nouvelle illustration d’un des traits symptomatiques de la personnalité et du style de gouvernance d’Emmanuel Macron : l’impatience. Ou plus exactement l’impétuosité. Laquelle suggère une frénésie, une fièvre de faire coûte que coûte, l’obsession de maîtriser, de bouleverser ou d’incarner le cours de l’histoire, incompatibles avec le temps de la démocratie. Surtout lorsque celle-ci, en danger, exige d’être maçonnée avec rigueur, méthode, concertation, apaisement. Incompatibles aussi avec la double règle du partage de la connaissance et de la collégialité des décisions : l’enjeu de la démocratie française ne s’accommode pas de l’isolement ou de l’autarcie décisionnelle que le chef de l’Etat cultive, du goût des « surprises » qu’il se plait à décréter seul (ou presque) avec lui-même. L’avenir de la France ne se joue pas sur un coup de dés.

 

 

Des Américains attaqués au couteau en Chine

Des Américains attaqués au couteau en Chine

 

On peut légitimement se demander comment des Américains ont pu être attaqués au couteau en Chine alors que le pays est particulièrement policé. En outre il ne s’agissait pas de personnalités politiquesou impliqués dans des conflits sino-américaines mais de professeurs.

On ne connaît pas les circonstances du drame et on les connaîtra sans doute difficilement. On peut cependant se demander comment la Chine où chaque chinois est surveillé a pu laisser se faire un tel événement. Un fait divers peut-être mais au parfum politique.

Quatre professeurs d’université américains qui travaillent en Chine ont été attaqués et blessés, apparemment lors d’une agression à l’arme blanche, selon leur employeur, une parlementaire et Washington. L’université Cornell College, située aux États-Unis dans l’État de l’Iowa, a indiqué que les quatre Américains travaillaient comme professeurs pour l’établissement d’enseignement supérieur et participaient à un échange universitaire en Chine. Ils ont été blessés lors d’un «grave incident», a souligné l’université.

 

Contre la dépendance technologique des GAFAM

Contre la  dépendance technologique des GAFAM

 

La chercheuse en géopolitique Ophélie Coelho, chercheuse en géopolitique  propose dans une tribune au « Monde », une lecture critique des annonces triomphales d’investissements d’infrastructures numériques, qui renforcent le contrôle des Gafam sur les territoires et les données.

 

Sous le couvert de la simplification administrative, un projet de loi, actuellement examiné au Sénat, vise à accélérer l’implantation de mégacentres de données en France en contournant le pouvoir de décision des élus locaux. Le 13 mai, lors du sommet Choose France 2024, les Big Tech Amazon, Microsoft, IBM, la société de placement immobilier américaine Equinix et le japonais Telehouse ont annoncé un plan d’investissement total de près de 7 milliards d’euros pour l’expansion de leurs infrastructures en France. Ces annonces marquent une nouvelle étape dans un processus entamé il y a plusieurs années. Car, en Europe et partout dans le monde, la territorialisation des infrastructures du numérique avance à pas de géant.Ces implantations de centres de données sont loin d’être anodines. Elles font d’abord partie d’une stratégie d’expansion globale de la part des Big Tech, qui va de pair avec la construction des mégacâbles sous-marins les plus puissants au monde. Il suffit de s’intéresser, sur les littoraux européens, à l’atterrage des câbles Dunant (Google), Amitié (Meta), Equiano (Google), 2Africa (Meta, China Mobile, MTN) ou encore Peace (consortium chinois), qui ont tous été construits ces dernières années.Et si ces câbles géants sont les « routes » qui transportent les données et les logiciels, les centres de données sont les « comptoirs » numériques de cette expansion territoriale. Ces infrastructures sont des relais de dépendance technologique majeure aux Big Tech, dont la gestion des données et des logiciels reste hors de contrôle du décideur, du régulateur et de l’utilisateur européens. En fin de compte, cette consolidation des dépendances pèse lourd sur nos capacités de négociation avec l’« ami américain ».

Cette territorialisation infrastructurelle des Big Tech poursuit plusieurs objectifs. Il s’agit d’abord d’une consolidation du marché numérique européen sur le cloud, avec l’idée que la localisation des données sur le territoire est une garantie qu’elles ne seront pas transmises aux Big Tech. Mais l’implantation des centres de données en Europe prépare aussi le terrain à la conquête d’un nouveau marché : la « transformation numérique » du continent africain. Dans cette nouvelle bataille, qui oppose entreprises américaines et chinoises, l’Europe joue le rôle de rampe de lancement et de partenaire conciliant en accueillant sur son territoire les comptoirs numériques des Big Tech…..

Politique-Le » Davos russe » : surtout des dictateurs !

Politique-Le » Davos russe » : surtout des dictateurs !

 

À Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine A réuni des pays du « Sud global » conviés  au Forum économique russe.  En faie, un Sud global qui réunit tous des pays à régimes illibéraux voire de dictateur. Comme les Chinois les talibans, les Iraniens et des Africains.

Autant de pays qui ont besoin du soutien ou en tout cas de la bienveillance russe pour se maintenir au pouvoir par la force et s’approprier les richesses de leur pays.

 

Une occasion donc, pour le chef du Kremlin, de compter ses « amis » et de présenter à nouveau la Russie à l’avant-garde d’un « nouvel ordre mondial » face à l’hégémonie déclinante des États-Unis et de leurs « vassaux » européens. « L’an dernier, la part de paiements de nos exportations en monnaies “toxiques”, celles des pays inamicaux, a été divisée par deux et le rouble représente 40% des transactions », a déclaré le chef du Kremlin, dans un long discours de clôture.

Évidemment des statistiques très douteuses sans doute sorti du KGB (FSB aujourd’hui). Et de toute façon en Russie plus c’est gros plus ça passe.

Fournir des Mirage à l’Ukraine : une nécessité

Fournir des  Mirage à l’Ukraine : une nécessité 

 Michel Goya, Historien militaire, et ancien colonel des troupes de marine, un des meilleurs spécialistes du conflit en Ukraine approuve l’envoi de Mirage en Ukraine.( dans la Tribune)

Que sait-on précisément de l’envoi de ces Mirage en Ukraine et du nombre de pilotes qui devront être formés ?

MICHEL GOYA - À ce stade, personne ne connaît le nombre exact de Mirage qui seront envoyés en Ukraine. Mais une chose est sûre, c’est qu’il y en aura un nombre limité. Si la France peut en fournir une dizaine, ce sera déjà très bien, et donc il faudra former au moins 15 ou 20 pilotes pour pouvoir utiliser ces appareils au mieux. Mais il faudra aussi former des maintenanciers et des mécaniciens, cela peut être long et compliqué.

Les Mirage sont des avions de chasse assez anciens, est-ce que cela va poser problème ?

L’élément important, ce sera surtout de cerner la rusticité des Mirage 2000. Est-ce qu’ils seront capables de se poser sur des autoroutes par exemple ? Auquel cas il serait possible d’avoir un certain nombre de bases assez discrètes. Ou alors il faudra avoir de grandes pistes avec de grandes bases qui doivent être plus protégées et qui nécessitent davantage de moyens.

Sur le plan tactique, que vont-ils apporter concrètement sur le front ukrainien ?

Le Mirage 2000 est un pur chasseur et un intercepteur, c’est-à-dire qu’il ne fait que de la défense du ciel. Il ne fait pas de frappes au sol. Sa seule mission est de défendre le ciel, notamment avec des missiles Mica, qui ont une portée de 80 kilomètres. Et l’avantage de ces avions est qu’ils sont mobiles par rapport à des batteries sol-air.

Ces avions faisaient partie des besoins prioritaires de l’armée ukrainienne ?

Absolument. La défense antiaérienne est un élément critique de l’armée ukrainienne, qui manque cruellement de batteries et surtout de missiles. Cette livraison va apporter l’équivalent d’une ou deux batteries sol-air dans le ciel. Cela écartera donc une menace aérienne importante puisque ces Mirage pourront intercepter des missiles balistiques et peut-être des drones. Mais ces avions restent tout de même insuffisants pour complètement contrôler l’espace aérien en Ukraine. Il faut donc espérer qu’à ces Mirage s’ajouteront rapidement les F-16, par exemple.

Comment ces appareils pourront-ils être protégés ?

C’est sûr qu’ils seront la cible des avions de combat et des défenses antiaériennes russes, mais l’armée ukrainienne peut s’en préserver en faisant des patrouilles au ras du sol, en passant sous les radars, et n’intervenir en altitude qu’au dernier moment. Les missiles d’interception russes ont une longue portée, qui va jusqu’à 400 kilomètres, mais ils sont très lourds et inadaptés pour abattre des chasseurs, donc les Mirage peuvent y échapper. Mais même avec cela, les batailles aériennes sont presque inévitables et il reste probable que certains des appareils envoyés par la France seront abattus, puisque l’armée russe a les moyens de les combattre grâce à sa défense antiaérienne solide.

Emmanuel Macron a aussi annoncé la formation et l’équipement de 4 500 soldats. Qu’est-ce que cela représente ?

Depuis le début de la guerre, la France a déjà formé plus de 10 000 soldats. Donc former une nouvelle brigade complète reste un point secondaire puisque l’armée ukrainienne, c’est 1 100 000 hommes. Dans cette formation, il y aura de tout, des novices et des cadres expérimentés. Ce n’est pas un défi majeur.

Ces annonces constituent-elles une escalade dans le conflit ?

Quand on augmente significativement les capacités de l’armée ukrainienne, c’est une forme d’escalade de notre part, et alors ? On est encore très très loin de la guerre, et la France répond simplement à une escalade russe.

Dissolution de l’Assemblée nationale : 52 % des Français favorables

Dissolution de l’Assemblée nationale : 52 % des Français favorables

D’après La Tribune, à  la question de savoir quelle réponse politique apporter aux résultats, 52% des sondés répondent la dissolution de l’Assemblée nationale.

La mesure séduit tout particulièrement les extrêmes : 77% de ceux qui ont voté pour la liste RN y sont favorables, 73% de ceux qui ont voté pour Reconquête et 64% de ceux qui ont voté pour la liste France Insoumise. Mais leur souhait premier aurait plutôt été un changement significatif de politique, qu’ils sont 68% à plébisciter. Enfin, 44% auraient souhaité un changement de Premier ministre.

Les  élections législatives se tiendront les 30 juin et 7 juillet. 

Des résultats conformes aux sondages avec le RN nettement en tête

Des résultats conformes aux sondages avec le RN nettement en tête

Le RN arrive en tête avec 31,47 %, devant Renaissance (14,56%), PS-Place publique (13,8%), LFI (9,87%) et LR (7,24%), selon les résultats provisoires. Suivent les Écologistes (5,47%) et Reconquête! (5,46%).

Pour le pouvoir il s’agit d’une sorte de séisme qui d’ailleurs a amené le président a décidé la dissolution de l’Assemblée nationale.

Élections européennes : montée des partis nationalistes

Élections européennes : montée des partis nationalistes

Recul des partis traditionnels , monté des nationalistes et relative défaite des écolos marquent le résultat de l’élection européenne.

À droite, le groupe du Parti populaire européen, auquel appartient les Républicains français, devrait rester le plus important, avec 189 élus selon les projections du Parlement européen, en légère hausse par rapport à la mandature précédente.
La droite nationaliste et l’extrême droite sont divisées entre les groupes des Conservateurs et réformistes européens (ECR) et Identité et démocratie, qui obtiennent respectivement 72 et 58 sièges, contre 68 et 59 jusqu’ici.

La gauche, à l’inverse, décroche, même si les sociaux-démocrates devraient rester la deuxième force du Parlement de Strasbourg, avec 135 élus. De son côté, le groupe écologiste chute, passant de 72 eurodéputés lors de la mandature sortante à 53 tandis que le groupe de la gauche, où siège la France insoumise, en obtient 35.

 

Jusqu’alors, aucun parti politique ne détenait la majorité absolue au sein du Parlement européen, qui comptait jusqu’ici 705 eurodéputés.

Conclusion, le jeu des alliances sera un peu plus complexe que précédemment avec sans doute notamment des unions de circonstances.

Européennes :la fin des écolos ?

Européennes :la fin des écolos ?

 

Europe écologie les Verts pourraient bien disparaître du paysage politique européen. En effet ils ne cessent de dégringoler dans les sondages et ils pourraient bien même ne pas atteindre le seuil de 5 % nécessaires pour obtenir des députés européens. En cause la posture de bobos gauchistes type Sandrine Rousseau qui sans doute fait perdre un nombre de voix considérables à chacune de ses nombreuses et invraisemblables prises de position. Le problème est qu’elle n’est pas la seule à être anachronique chez EELV.

La dernière livraison du «rolling» Ifop-Fiducial pour Le Figaro, LCI et Sud Radio, publiée ce mercredi, confirme l’effritement des intentions de vote pour la juriste internationale. Après avoir atteint un pic de 6,5% entre mercredi 29 et vendredi 31 mai, la candidate rechute au seuil fatidique des 5% (-0,5). Signe encore plus inquiétant dans la dernière ligne droite : la baisse continue de ses suffrages (-1,5 point depuis vendredi).

Société-Des riches de plus en plus nombreux dans le monde ….grâce à la spéculation

Société-Des riches de plus en plus nombreux dans le monde ….grâce à la spéculation

 

Grâce notamment à la spéculation boursière ( permise par le déversement sans compter de liquidités des banques centrales pendant le Covid),  il n’y a jamais eu autant de riches et leur fortune n’a jamais été aussi élevée, selon une étude internationale menée par le cabinet de conseil Capgeminii. Le nombre de personnes fortunées dans le monde, définies par Capgemini par les personnes dont l’argent disponible hors résidence principale dépasse le million de dollars, a augmenté sur un an de 5,1%, à 22,8 millions de personnes en 2023, a calculé le cabinet dans son étude intitulée «World Wealth Report».

La progression de ces richesses a surtout été permise par la hausse des places boursières dans le monde : l’indice Nasdaq américain s’est envolé de 43% et le S&P 500 de 24% en 2023, pendant qu’à Paris l’indice CAC 40 a pris 16% et le DAX à Francfort 20%. «Les actions ont bondi conjointement au marché de la tech, alimentées par l’enthousiasme pour l’IA générative et son impact potentiel sur l’économie», relève le cabinet dans l’étude qui a évalué 71 pays et utilise comme méthodologie un système de recensement statistique et une représentation graphique appelée la courbe de Lorenz. En 2022, les personnes les plus riches avaient vu la valeur de leur patrimoine connaître le plus fort recul en dix ans, en raison cette fois d’un repli des cours boursiers.

 

Manif A 69: Des violences

Manif A 69: Des violences

 

La mobilisation de militants écologistes contre l’autoroute A-69 Castres-Toulouse, ce samedi 8 juin à Puylaurens dans le Tarn, a dégénéré en affrontements entre manifestants encagoulés et les forces de l’ordre.

 

La préfecture indique qu’aucune interpellation n’a été effectuée. Deux manifestants ont également été blessés.

Des heurts ont opposé au cours de l’après-midi les manifestants et les policiers. Trois véhicules des forces de l’ordre auraient également été pris pour cible. La préfecture affirme que 800 black bloc et éléments radicaux étaient présents parmi les 1600 participants. Les organisateurs, eux, parlent de 7000 participants au total.

Selon, Michel Vilbois, le préfet du Tarn,  la plupart des personnes présentes « sont des radicaux qui viennent pour casser ». Sur les 1600 manifestants, il estime à 400 le nombre de participants pacifiques.

 

12345...526



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol