Archive pour le Tag 'Mali'

Les trois dictatures Burkina, Mali et Niger quittent la CEDEAO

Les trois dictatures Burkina, Mali et Niger quittent la CEDEAO

Avec le soutien et la complicité de la Russie, les militaires qui ont prient le pouvoir au Burkina Faso, au Mali et au Niger vont pouvoir se partager les maigres ressources du pays en s’affranchissant de toute règle économique et démocratique. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger, trois pays dirigés par des juntes militaires, ont en effet annoncé dimanche qu’ils quittaient la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest (Cédéao) avec effet immédiat.

Le bloc régional a suspendu ces trois pays à la suite de coups d’Etat successifs à partir de 2020. Le Burkina Faso, le Mali et le Niger subissent tous trois des violences de groupes islamistes armés, qui ont fragilisé les pouvoirs civils et amené dans chacun de ces pays l’armée à prendre le pouvoir.

Malgré des sanctions et des menaces d’intervention militaire de la Cédéao, les trois juntes n’ont pas fourni de calendrier clair sur le rétablissement d’un pouvoir démocratiquement élu. Elles ont au contraire durci le ton contre le bloc régional qu’elles accusent d’être soumis à des puissances étrangères.

Interdiction pour Air France : le Mali se tire une balle dans le pied

Interdiction pour Air France : le Mali se tire une balle dans le pied

En interdisant désormais la reprise des vols d’Air France, les dictateurs du Mali se tirent une balle dans le pied. À l’image du Niger, il y a une sorte de concours de la plus mauvaise gouvernance et de la bêtise qui est engagée aussi au Mali et au Burkina Faso.

Les dictatures militaires veulent montrer leurs muscles vis-à-vis de la France mais pas vis-à-vis du terrorisme qu’elles ignorent.

La dernière initiative idiote est donc celle du Mali qui interdit la reprise des vols d’Air France. Pourtant ce sont surtout des Maliens qui vivent en France et en Europe qui seront les victimes. Les Français et plus largement les Européens sont en effet très peu nombreux à se rendre dans un pays aussi instable que le Mali.

Nombre de Maliens ont émigré vers l’Europe pour échapper à la misère économique et ce sont eux qui seront pénalisés quand ils se rendent dans leur famille restée au pays.

La junte au pouvoir à Bamako a décidé d’annuler l’autorisation donnée à Air France de reprendre la desserte du Mali, ont indiqué ce mercredi deux hauts responsables maliens et un responsable dans le transport aérien. La compagnie aérienne avait indiqué la veille reprendre les vols, à raison de trois jours par semaine.

. « Il n’y aura pas de vol Air France vendredi. Cela doit se faire de manière responsable et coordonnée, le tout dans le respect de notre souveraineté », a dit un second responsable, lui aussi sous couvert d’anonymat. Un acteur du transport aérien a confirmé que « l’autorisation a été annulée », sans plus de détails. « Il est clair que les vols ne reprendront pas vendredi », a-t-il dit.

Le directeur de l’aviation civile au Mali a été remercié sans motif pour la dictature!

Politique- Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Politique- Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Ces régimes sont condamnés à être balayés de l’extérieur par la poussée des islamistes et de l’intérieur par la montée du mécontentement et de la misère sociale. Depuis ces dictatures, le prix des denrées essentielles s’est en effet considérablement envolé et la pauvreté s’est encore développée

La conséquence directe aussi sera le développement d’un immense mouvement migratoire de ces pays en direction de l’Afrique de l’Ouest plus développée et de l’Europe, en particulier de la France.

Justifier de la lutte contre le colonialisme en installant une dictature relève de la plus grande supercherie politique et idéologique.
Les membres de la junte et ceux qui les entourent sont surtout là pour se répartir les richesses du pays avec l’appui des Russes. Des riusses qui eux aussi se désintéressent totalement de la lutte contre l’islamisme en Afrique.

Dans un premier temps, ces Etats vont se réduire à une zone autour des capitales avant sans doute d’être balayés en raison de leur incompétence et de leur corruption.

Afrique–Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Afrique–Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Ces régimes sont condamnés à être balayés de l’extérieur par la poussée des islamistes et de l’intérieur par la montée du mécontentement et de la misère sociale. Depuis ces dictatures, le prix des denrées essentielles s’est en effet considérablement envolé et la pauvreté s’est encore développée

La conséquence directe aussi sera le développement d’un immense mouvement migratoire de ces pays en direction de l’Afrique de l’Ouest plus développée et de l’Europe, en particulier de la France.

Justifier de la lutte contre le colonialisme en installant une dictature relève de la plus grande supercherie politique et idéologique.
Les membres de la junte et ceux qui les entourent sont surtout là pour se répartir les richesses du pays avec l’appui des Russes. Des riusses qui eux aussi se désintéressent totalement de la lutte contre l’islamisme en Afrique.

Dans un premier temps, ces états vont se réduire à une zone autour des capitales avant sans doute d’être balayées en raison de leur incompétence et de leur corruption.

Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes

Ces régimes sont condamnés à être balayés de l’extérieur par la poussée des islamistes et de l’intérieur par la montée du mécontentement et de la misère sociale. Depuis ces dictatures, le prix des denrées essentielles s’est en effet considérablement envolé et la pauvreté s’est encore développée

La conséquence directe aussi sera le développement d’un immense mouvement migratoire de ces pays en direction de l’Afrique de l’Ouest plus développée et de l’Europe, en particulier de la France.

Justifier de la lutte contre le colonialisme en installant une dictature relève de la plus grande supercherie politique et idéologique.
Les membres de la junte et ceux qui les entourent sont surtout là pour se répartir les richesses du pays avec l’appui des Russes. Des riusses qui eux aussi se désintéressent totalement de la lutte contre l’islamisme en Afrique.

Dans un premier temps, ces états vont se réduire à une zone autour des capitales avant sans doute d’être balayées en raison de leur incompétence et de leur corruption.

Niger , Burkina et Mali: une conjoncture qui va favoriser la poussée migratoire

Niger , Burkina et Mali: une conjoncture qui va favoriser la poussée migratoire

Les putschs , le réchauffement climatique et l’explosion démographique dans ces pays, risquent de déboucher sur une hausse de l’immigration subsaharienne en Europe, analyse l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration dans le Figaro.

Patrick Stefanini est l’ancien secrétaire général du ministère de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Développement solidaire de 2008 à 2009. Ancien préfet, il est actuellement conseiller départemental des Yvelines. Dernier ouvrage paru: Immigration. Ces réalités qu’on nous cache (Robert Laffont, 2020)

Patrick STEFANINI considère que l’environnement politique, la situation économique et la sécurité vont inciternombre d’habitants de ces pays à émigrer en particulier vers l’Europe.
C es dictatures en ce repliant sur elle-même vont affecter gravement une conjoncture économique déjà très fragile. Une fois l’enthousiasme des dictatures un peu refroidi, il faudra en effet faire face aux impératifs de gestion économique et sociale.

Nombre d’investisseurs et d’acteurs économiques européens vont quitter ses pays faute de stabilité politique. La conséquence sera une augmentation sensible d’un chômage qui affecte déjà de l’ordre de 30 à 40% de la jeunesse. Des candidats potentiels à une immigration vers l’Europe pour trouver un travail et nourrir la famille.–

Mali: des élections en 2024 ?

Mali: des élections en 2024 ?

Après l’adoption de la nouvelle constitution, des élections pourraient avoir lieu au Mali. Rien n’est sûr cependant car la souveraineté du Mali est maintenant largement hypothéquée par la présence des Russes et notamment de Wagner.

Les électeurs maliens ont adopté à une très large majorité de 97% des amendements constitutionnels soumis aux urnes par la junte militaire au pouvoir, a déclaré vendredi la commission électorale malienne.

Cette adoption ouvre la voie à des élections en février 2024, ont ajouté les autorités.

Environ 8,4 millions de Maliens étaient invités à participer dimanche à un référendum visant à modifier la Constitution que la junte militaire présente comme une étape vers des élections et un retour à un régime civil.

Les militaires qui ont pris le pouvoir lors de coups d’État en 2020 et 2021 ont organisé ce scrutin sous la pression de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest.

(Reportage Tiemoko Diallo et Fadimata Kontao, version française Kate Entringer, édité par Jean-Stéphane Brosse)

Mali : les erreurs françaises

 Mali : les erreurs françaises

La  France a commis une erreur en restant aussi longtemps sur ce territoire, estime l’ancien ambassadeur de France au Mali, Nicolas Normand. ( interview, le Figaro)

 

Nicolas Normand a été ambassadeur de France au Mali de 2002 à 2006, au Congo, au Sénégal et en Gambie. Il est l’auteur du Grand Livre de l’Afrique, Ed. Eyrolles, 2018 édition mise à jour en juin 2022.


Le 11 janvier 2013, les autorités maliennes demandent l’appui de la France pour arrêter l’avancée de groupes terroristes en direction de Bamako et les repousser vers le Nord. C’est le début de l’opération Serval. Quel est son bilan ? A-t-elle été efficace ?

Nicolas NORMAND. - Serval a été un succès incontestable pour avoir à la fois arrêté l’avancée des terroristes vers le sud et réunifié le Mali qui avait perdu tout le nord du pays, soit près des deux tiers du territoire, détenu par trois groupes djihadistes se référant à Al Qaïda : Ansar Dine (à majorité Touareg), le MUJAO (composé surtout de subsahariens et de Saharaouis) et AQMI (originaire d’Algérie).

Du point de vue des Maliens, cependant, ce succès est incomplet, voire gâché par le fait que la ville de Kidal a été aussitôt réoccupée par un groupe de séparatistes touaregs, le MNLA. L’armée française ne pouvait guère s’y opposer car il ne s’agissait pas de terroristes selon le point de vue occidental. Mais malheureusement, Serval a ensuite coopéré avec ces séparatistes pour combattre les djihadistes. C’était une double erreur politique du gouvernement de François Hollande : premièrement l’armée française n’aurait pas dû s’appuyer sur une milice illégale alors que les États seuls (Mali ou France) ont le monopole de la violence légitime.

Deuxièmement, vu de Bamako, les séparatistes sont pires que les djihadistes puisqu’ils remettent en cause l’existence même ou l’intégrité du Mali. Cette faute politique française (que j’avais dénoncée en son temps) pèse encore et durablement dans les relations entre la France et le Mali en faisant croire, pourtant évidemment à tort, que la France aurait un agenda caché de démembrer le Mali pour mieux «piller» ses ressources supposées au nord en connivence avec les rebelles séparatistes.

Le 1er août 2014, Serval est remplacée par Barkhane. Quel est l’objectif de la France à ce moment-là ?

En 2014, il aurait été logique et bien préférable que l’armée française se retire du Mali après mission accomplie, déjà en 2013 après les élections présidentielles maliennes d’août 2013. Dans ce cas, l’armée malienne devait prendre le relais pour assurer une présence dans le nord du pays et éviter une éventuellerésurgence du djihadisme. Mais deux facteurs ont apparemment conduit le président Hollande à décider de maintenir une armée française au Mali. Premièrement la faiblesse de l’armée malienne, notamment après ses défaites de 2013 (contre les djihadistes) et de mai 2014 (à Kidal contre les séparatistes), sans oublier le coup d’État militaire de mars 2012 qui avait provoqué des affrontements internes dans l’armée malienne.Une prolongation est forcément ressentie comme une occupation, voire une volonté de recolonisation.

Deuxièmement, l’idée erronée que la France avait les moyens d’empêcher la résurgence du djihadisme et d’éliminer les bandes subsistantes, sans pouvoir traiter les causes même du mal. Ces causes sont précisément l’absence de l’État malien et de ses services publics sur l’ensemble du territoire, le désespoir d’une jeunesse sans formation ni avenir dans un pays sans développement et en explosion démographique. Dans une sorte de Far West sans shérif qu’est devenue une partie du Mali, une insurrection locale s’appuyant sur l’idéologie djihadiste ne pouvait que se diffuser et se développer, malgré tous les efforts militaires. Faute de l’avoir analysé et compris, Barkhane s’enfonçait dans une impasse.

Au printemps 2021, la France lève progressivement le pied au Mali. Peut-on pour autant qualifier Barkhane d’échec contrairement à Serval ? La France a-t-elle commis une erreur en restant au Mali ?

Barkhane, malgré le fait qu’une action militaire ne pouvait seule apporter une solution, n’est pas un échec sur le plan technique. Cette opération a empêché d’abord les djihadistes de reprendre pied dans les villes du nord qui sont restées sous le contrôle du gouvernement malien, contrairement à la situation de 2012. Ensuite, Barkhane a donné aux autorités maliennes un délai de plusieurs années pour reconstruire son outil militaire, rétablir son autorité politique et, si possible, sa présence dans les zones rurales où les djihadistes avaient été éliminés ou repoussés par Barkhane. Mais cette part du travail de fond qui devait être accomplie par le Mali n’a pas pu réussir, faute essentiellement de moyens, mais faute peut-être aussi d’un leadership malien volontaire et efficace.

À mon avis, il n’est guère contestable que la France a commis une erreur en restant militairement si longtemps au Mali. Serval était un pompier qui a rempli sa mission. Mais en décidant une longue prolongation de la présence armée française, on ignorait complètement la psychologie et la politique au Mali : même un sauvetage d’urgence par l’armée de l’ancien colonisateur (Serval) est déjà ressenti comme une humiliation. Une prolongation est forcément ressentie comme une occupation, voire une volonté de recolonisation. Cette situation a été encore aggravée par des erreurs de comportement et de communication, donnant le sentiment aux Maliens urbains que la souveraineté du pays était bafouée : communication unilatérale française, et non pas malienne, et laissant de surcroît croire que les terroristes ne subissaient que des échecs et donc que la solution était militaire ; apparente marginalisation de l’armée malienne qui n’était plus en première ligne ; enfin dégradation permanente et continue de la sécurité en zone rurale et extension du djihadisme à de nouvelles régions.

 

Au final, la déception des populations urbaines s’est muée en ressentiment puis en colère. Cela s’est traduit par l’essor du sentiment anti-français (plus exactement anti politique française) et par le populisme au nom de la souveraineté nationale. C’est pourquoi le deuxième coup d’État à Bamako (mai 2021 après celui d’août 2020) a été bien accueilli par la population urbaine et c’est pourquoi la junte malienne au pouvoir a exploité le ressentiment anti-français et finalement provoqué une rupture avec la France, bouc-émissaire idéal. Mais néanmoins conscientes de ses insuffisances militaires, les autorités maliennes actuelles se sont tournées vers la Russie qui s’est engouffrée dans la brèche, mais sans bourse délier : ventes de matériel militaire, fourniture des mercenaires Wagner au prix coûtant et marée de propagande anti-française et anti-occidentale sur les réseaux sociaux.

Depuis le coup d’État du 30 septembre, la junte au pouvoir à Ouagadougou multiplie les signes de défiance. Où en est-on aujourd’hui ? Quelles conditions sont nécessaires pour améliorer la situation ?

L’extension du djihadisme au Burkina-Faso depuis 2015 s’explique en partie par la désorganisation des services sécuritaires de ce pays après le coup d’État renversant le président Compaoré en octobre 2014. Barkhane a eu dès l’origine des difficultés particulières à coopérer avec l’armée de ce pays en raison d’une tradition sankariste encore ancrée, l’ancien président Sankara ayant laissé le souvenir d’un héros de la résistance anti-impérialiste. La dégradation continue de la situation sécuritaire au Burkina a provoqué les deux derniers coups d’État. Celui de septembre 2022, portant au pouvoir le capitaine Traoré, a été soutenu par un ensemble d’activistes urbains demandant le départ de l’armée française, mettant à ce sujet la pression sur le nouveau chef d’État inexpérimenté et sur la recherche de solutions nouvelles. À ce stade, les négociations avec Moscou buteraient sur l’aspect financier et notamment le coût des mercenaires Wagner, tandis que les relations bilatérales avec la France ont atteint un point bas, avec déjà la demande burkinabée de rappeler notre ambassadeur.

 

Abandon militaire de la France: Après le Mali, le Burkina Faso, demain le Niger et la Côte d’Ivoire ?

Abandon militaire de la France: Après le Mali, le Burkina Faso, demain demain le Niger et la Côte d’Ivoire ?


Alors que le président de la république parle d’un renforcement du dispositif global de défense, dans les faits la France subit avec l’opération Barkhane un véritable échec.
À tel point que la France a été obligée de se retirer complètement du Mali sur pression de forces notamment politiques proches de la Russie. Ainsi le groupe Wagner a remplacé la France ! On envisage maintenant de se retirer aussi du Burkina Faso ou des mouvements de protestation contre la France sont aussi organisés par des groupes de pressions au service de la Russie. Demain peut-être faudra-t-il se retirer aussi du Niger et plus tard pourquoi pas aussi de pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire (en conflit larvé actuellement avec le Burkina Faso).

Cette situation révèle l’insuffisance dramatique des moyens de la défense française et de ce point de vue les orientations budgétaires confirment cette situation même avec des progrès mais qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.

. «Il est évident que la révision de notre stratégie générale en Afrique interroge toutes les composantes de notre présence, y compris les forces spéciales», déclare Sébastien Lecornu dans un entretien au Journal du Dimanche.

Les déclarations du ministre de la défense Sébastien le cornu résonne comme un aveu.
. «Il n’est plus question de lutter contre le terrorisme « à la place » de nos partenaires, mais de le faire avec eux, à leurs côtés», indique-t-il.

Vendredi, une manifestation contre la présence de la France au Burkina Faso, miné par les violences jihadistes, a visé l’ambassade de France à Ouagadougou et la base militaire de Kamboisin, en périphérie de la capitale, où est stationné un contingent de forces spéciales de la force Sabre.

Abandon militaire de la France: Après le Mali, le Burkina Faso demain Le Niger et la Côte d’Ivoire ?

Abandon militaire de la France: Après le Mali, le Burkina Faso demain Le Niger et la Côte d’Ivoire ?


Alors que le président de la république parle d’un renforcement du dispositif global de défense dans les faits la France subit avec l’opération Barkhane un véritable échec.
À tel point que la France a été obligée de se retirer complètement du Mali sur pression de forces notamment politiques proches de la Russie. Ainsi le groupe Wagner a remplacé la France ! On envisage maintenant de se retirer aussi du Burkina Faso ou des mouvements de protestation contre la France sont aussi organisés par des groupes de pressions au service de la Russie. Demain peut-être faudra-t-il se retirer aussi du Niger et plus tard pourquoi pas aussi de pays d’Afrique de l’Ouest comme la Côte d’Ivoire (en conflit larvé actuellement avec le Burkina Faso).

Cette situation révèle l’insuffisance dramatique des moyens de la défense française et de ce point de vue les orientations budgétaires confirment cette situation même avec des progrès mais qui ne sont pas à la hauteur des enjeux.

. «Il est évident que la révision de notre stratégie générale en Afrique interroge toutes les composantes de notre présence, y compris les forces spéciales», déclare Sébastien Lecornu dans un entretien au Journal du Dimanche.

Les déclarations du ministre de la défense Sébastien le cornu résonne comme un aveu.
. «Il n’est plus question de lutter contre le terrorisme « à la place » de nos partenaires, mais de le faire avec eux, à leurs côtés», indique-t-il.

Vendredi, une manifestation contre la présence de la France au Burkina Faso, miné par les violences jihadistes, a visé l’ambassade de France à Ouagadougou et la base militaire de Kamboisin, en périphérie de la capitale, où est stationné un contingent de forces spéciales de la force Sabre.

Paris, qui a déjà quitté le Mali avec qui il entretient des relations exécrables, souhaite néanmoins conserver une présence militaire au Sahel, notamment au Niger. «Sa déstabilisation aurait un impact épouvantable», met en garde le ministre.Un ministre qui oublie que la déstabilisation au Burkina Faso aurait des conséquences également épouvantables par exemple sur la Côte d’Ivoire.

«D’autres pays nous demandent également un accompagnement dans la lutte contre le terrorisme. Pour que ce travail s’installe dans la durée, la question de la formation des officiers et des sous-officiers des armées africaines va être centrale». Le président Emmanuel Macron s’est donné en novembre six mois pour finaliser la nouvelle stratégie de la France en Afrique.Pourquoi six mois ? En attendant le terrorisme progresse en même temps que la déstabilisation dans cette région d’Afrique

Mali: La Grande-Bretagne se retire aussi

Mali: La Grande-Bretagne se retire aussi

Après la France et la force barkhane qui se sont retirés de manière assez piteuses du Mali, c’est au tour de la Grande-Bretagne de retirer ses troupes.

Le pays selon encore davantage livré d’une part à la dictature des militaires, à celle de la Russie via le groupe Wagner et surtout aux terroristex. Bref le Mali s’enfonce de plus en plus dans une crise inextricable d’autant que ce pays ne dispose pas d’une véritable autorité sur le pays et qu’il est essentiellement concentré dans quelques grandes villes.

A cela va s’ajouter sans doute une progression de la terrible maladie de la corruption encouragée d’une part par les militaires et le groupe Wagner.

Le Mali se trouvait de plus en plus isolé du camp occidental. Son rapprochement avec la Russie constitue une erreur stratégique majeure car il est clair que la Russie n’a pas les moyens financiers ni même sans doute l’intention d’aider vraiment le pays. La Grande-Bretagne a annoncé lundi qu’elle allait donc retirer ses 300 soldats déployés au Mali en appui de la Mission de maintien de la paix des Nations unies (Minusma), emboîtant le pas à la France et d’autres pays occidentaux depuis l’arrivée dans le pays des mercenaires russes du groupe Wagner.

Le ministre britannique des Forces armées, James Heappey, a déclaré au Parlement que les deux coups d’Etat successifs au Mali ont compromis les efforts internationaux visant à mettre fin aux violences djihadistes.

« Ce gouvernement ne peut pas déployer notre armée (…) quand le gouvernement du pays hôte ne souhaite pas travailler avec nous pour établir une stabilité et une sécurité durables », a-t-il dit.
Le partenariat entre la junte de Bamako et le groupe Wagner, dont l’Onu a dénoncé les violations des droits de l’Homme dans plusieurs pays où il intervient, est contre-productif pour rétablir la paix au Sahel, a ajouté James Heappey.

La Grande-Bretagne avait déployé son contingent et des hélicoptères lourds Chinook au Mali en 2020 pour appuyer l’action de la Minusma et de la force française Barkhane, qui s’en est depuis retirée.

Le problème c’est que la chienlit contamine progressivement les pays du Sahel et que la déstabilisation politique qui en découle pourrait menacer d’autres pays en Afrique de l’Ouest.

Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso

Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso

Après les manipulations de la Russie au Mali, c’est au tour du Burkina Faso de connaître les mêmes turbulences avec encore un coup d’État. Des manifestations hostiles aussi près de l’ambassade de France. À peu près le même processus qu’au Mali. Tout cela sans doute orchestré par la Russie qui pousse ses pions en Afrique histoire de déstabiliser l’Occident. Pas très compliqué d’organiser une manifestation de rue. On trouve un manifestant rémunéré pour une bière ou 500 francs CFA.

Le problème c’est que la France a dû lamentablement reculer au Mali. Après avoir sauvé ce pays d’une invasion de terroristes, la France a été chassée de façon pitoyable. En cause aussi une politique de défense complètement inadaptée non seulement sous dimensionnée mais qui est négligée les problématiques de sécurité des populations et de développement. En outre l’Europe se désintéresse totalement de ce continent où la Russie et la Chine ne cesse de pousser leurs avantages politiques et économiques.

Au lendemain du putsch, l’ambassade de France au Burkina Faso a donc été la cible de manifestants.

Ces attaques « sont le fait de manifestants hostiles, manipulés par une campagne de désinformation à notre encontre », a estimé l’ambassade : « Toute atteinte à nos emprises diplomatique est inacceptable. Nous appelons les parties prenantes à assurer la sécurité, conformément aux conventions internationales. » Quant aux ressortissants français, ils ont reçu les consignes suivantes : faire preuve de la plus grande vigilance et rester à leur domicile.La plus grande confusion règne au sein même de l’armée

«Les putschistes inscrivent très explicitement leurs actions dans un clivage Russie versus France», relevait samedi Yvan Guichaoua, expert de la région à l’université de Kent, à Bruxelles. «Très étonnant de voir les putschistes déclarer leur flamme si vite à leur  »partenaire stratégique »» privilégié. «On aurait pu imaginer qu’ils prennent le pouvoir d’abord puis fassent monter les enchères», ajoutait-il sur Twitter.

Et l’expert de poser deux hypothèses : «soit bosser avec les Russes était le projet depuis le début et on a affaire à un plan de déstabilisation mûrement réfléchi, soit on invoque de manière opportuniste le clivage France/Russie pour galvaniser les soutiens parce que le projet tangue». Samedi l’ambassade de France à Ouagadougou a donc même été attaquée. La claque est d’autant plus rude pour Paris qu’elle s’inscrit dans une tendance lourde.

«À qui le tour ?» s’interrogeait pleine d’ironie, une source sécuritaire ouest-africaine à l’AFP, en évoquant le coup d’État au Burkina. «Au Sénégal et en Côte d’Ivoire, c’est à bas bruit, mais le vent  »France dégage » souffle également». À terme, la France pourrait devoir quitter le Burkina. Quelque 400 soldats y sont présents avec la force Sabre, des forces spéciales qui forment des soldats burkinabés près de Ouagadougou.

Sous influence russe, le Mali dérape de plus en plus

Sous influence russe, le Mali dérape de plus en plus

 

Le Mali reprend désormais à son compte la phraséologie et la dialectique outrancière russe pour dénoncer presque chaque jour l’attitude de la France. Y compris avec des contrevérités de type KGB pour intoxiquer les populations. La vérité c’est que le Mali officiel se rétrécit comme une peau de chagrin depuis le départ imposé à la France et que les Russes et ce qui reste des forces maliennes sont maintenant opposés aux islamistes.

Et pour masquer leurs faiblesses la Russie et le Mali attaque la France à l’ONU. De quoi sourire si la situation n’était pas aussi dramatique pour une dictature malienne de plus en plus isolée en dépit du soutien russe et notamment des mercenaires de Wagner

Le gouvernement malien affirme être en mesure de démontrer où et quand la France aurait livré des armes à des groupes islamistes, est-il ajouté dans le courrier, sans toutefois qu’aucune preuve ne soit fournie.

« La France n’a évidemment jamais soutenu, directement ou indirectement, ces groupes terroristes, qui demeurent ses ennemis désignés sur l’ensemble de la planète », a indiqué l’ambassade de France au Mali sur Twitter, soulignant que 53 soldats français étaient morts au Mali au cours des 9 dernières années.

Ces accusations interviennent alors que la France a achevé lundi le retrait des soldats français de Barkhane, une opération militaire visant à lutter dans le Sahel contre les mouvements islamistes.

 

Le Mali provoque la Côte d’Ivoire

Le Mali provoque la Côte d’Ivoire

Complètement englué dans son régime de dictature et aux ordres de la Russie via les mercenaires de Wagner, le Mali cette fois s’attaque à la Côte d’Ivoire en arrêtant 50 de ses militaires qui devaient participer à la Minusma. Il s’agit évidemment d’une véritable provocation du Mali qui n’avait nul besoin d’arrêter les militaires et aurait pu tout simplement permettre leur retour en Côte d’Ivoire. Cette affaire isole encore un peu plus un Mali sans véritable Etat, gangrèné  par la corruption , les violences djihadistes autant que les violences des militaires maliens et des mercenaires russes de Wagner. Le Mali a tout à perdre dans ce conflit car la Côte d’Ivoire est notamment une terre d’accueil pour de nombreux Maliens victimes de la crise politique économique qui secoue le pays depuis de nombreuses années

 Le mandat ONU  de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (MINUSMA):

  • stabilisation de la situation dans les principales agglomérations et contribution au rétablissement de l’autorité de l’État dans tout le pays ;
  • contribution à l’application de la feuille de route pour la transition, y compris le dialogue national et le processus électoral ;
  • protection des civils et du personnel des Nations unies ;
  • promotion et défense des droits de l’homme ;
  • soutien de l’action humanitaire ;
  • appui à la sauvegarde du patrimoine culturel ;
  • action en faveur de la justice nationale et internationale.

.

Or des  soldats ivoiriens ont été arrêtés dimanche à l’aéroport international de la capitale malienne, une mesure que la junte a justifiée notamment par l’absence de permission pour leur venue et par l’absence du statut de soldat dans le passeport de certains d’entre eux.

Bamako dit considérer qu’il s’agit de mercenaires et a annoncé son intention de les juger comme tels, ajoutant qu’Abidjan n’était pas informé de l’arrivée des soldats.

Mais les autorités ivoiriennes ont assuré mardi que ces soldats ont été déployé s dans le cadre de contrats d’assistance sécuritaire et logistique signés en juillet 2019 avec la mission des Nations unies au Mali – la Minusma. Elles ont demandé la libération immédiate des soldats.

Le porte-parole de la Minusma, Olivier Salgado, a confirmé via Twitter cette information.

 

Mali: fin de l’aide militaire européenne

Mali:  fin de l’aide militaire européenne

 

Après l’arrêt des opérations Barkhane, fin aussi des missions de formation militaire au Mali par l’Europe.

 

« On arrête les missions de formation et les entraînements des forces armées et de la garde nationale », a déclaré lundi le haut représentant aux Affaires étrangères de l’Union européenne Josep Borrell. Les formations juridiques sur le droit des conflits se poursuivront. « Il n’y a pas assez de garanties de sécurité de la part des autorités maliennes sur la non-interférence avec le groupe Wagner », a-t-il ajouté en dénonçant une nouvelle fois la présence des mercenaires russes employés dans le centre du pays. Ceux-ci sont soupçonnés d’exactions et de la mort de civils dans la ville de Moura, fin mars.

12345...8



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol