Archive pour le Tag 'La'

Page 5 sur 269

Croissance France : la chute plus importante qu’ailleurs

Croissance France : la chute plus importante qu’ailleurs

Une chute de près encore de 7 % en avril qui succède un fort déclin enregistré en janvier mars. Une baisse plus importante que dans la plupart des pays voisins. Plusieurs facteurs explicatifs : un confinement qui aurait été plus sévère en France, ce qui reste à vérifier mais surtout une politique sanitaire complètement contradictoire inefficace sur le plan de la santé et qui en plus à paralyser nombre d’activités. Ajoutons à cela que nombre de services publics se sont autorisés à fermer complètement les guichets accélérant l’écroulement de  l’économie. Entre janvier et mars, le PIB national a plongé de 5,8%, selon la première estimation de l’Insee. La chute est historique. Pendant la même période, les PIB espagnol, italien, belge et autrichien se sont respectivement contractés de 5,2%, 4,7%, 3,9%, 2,5%. Et les chiffres allemands, publiés cette semaine, sont attendus autour de – 2%.

À première vue, Paris paie donc un tribut à l’épidémie, du moins sur la sphère économique, plus lourd que ses voisins. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce décalage, dont la première tient aux conditions très rigoureuses du confinement français. Selon un indice développé par l’université d’Oxford, les règles imposées par Paris ont été en effet particulièrement sévères, comparables uniquement à celles imposées en Espagne ou en Italie, mais bien plus dures qu’en Allemagne, aux États-Unis

La France élitaire en cause

La France élitaire en cause

L’essayiste Hervé Sérieyx perçoit, dans une tribune au « Monde », la « découverte » des métiers socialement utiles, une manifestation de la conception pyramidale des

Tribune.

 

Nés l’un et l’autre au XVIIIe siècle mais d’origines philosophiques différentes, le mouvement des Physiocrates et celui des Saint-Simoniens se retrouveraient aujourd’hui, dans cette crise du Covid-19, pour constater que l’utilité sociale des caissières, des éboueurs, des routiers et des porteurs missionnés par les plates-formes a été déterminante pour permettre de survivre à une société blessée.

Alors que l’utilité sociale de centaines de milliers de consultants et d’une kyrielle d’autres jobs interstitiels a pour principal intérêt de permettre à ceux qui les tiennent de subvenir à leurs propres besoins ; sans même parler de ces millions de cadres dont la présence, dans le secteur public ou le secteur privé, n’est, la plupart du temps, justifiée qu’en raison de choix organisationnels qui privilégient de lourdes structures hiérarchiques.

Qu’il faille mieux reconnaître ceux qui rendent un véritable service vital à la société, alors qu’ils ont été si longtemps considérés comme « des gens qui ne sont rien » (pour reprendre l’étonnante locution du président de la République), voilà qui commence à percoler dans toutes les machines à penser et à décider du pays. Bonne nouvelle ; la notion d’utilité sociale fait son chemin dans la plupart des camps politiques.

Mais saurons-nous nous attaquer aussi, et avec la même lucide énergie, à l’effet France Télécom ? On s’en souvient : les juges ont condamné l’ancien président de France Télécom et son équipe rapprochée pour « harcèlement moral institutionnel » lors de leur gestion de l’entreprise en 2007-2008. Un an de prison dont huit mois avec sursis. On ne sait encore ce qui sera décidé en appel. Mais en toute hypothèse, ne tirons pas sur le pianiste : le mode de gestion de Didier Lombard ne fait que traduire à l’extrême une conception française, quelque peu coloniale, de la hiérarchie.

L’organisation pyramidale crée en effet, chez ceux que leurs responsabilités situent vers le haut, le sentiment qu’ils sont supérieurs à ceux que l’organigramme place en dessous d’eux. Par « supérieurs », on veut bien dire… « supérieurs » ; ipso facto les autres sont inférieurs – en intelligence, en statut social, en capacités, en crédibilité…

 

Les limites de la thérapie par la dette publique?

Les limites de la thérapie par la dette publique?

’Emmanuel Combe, Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence évoque les limites de la thérapie par la dette publique.( Dans l’Opinion)

« Ce qui était au départ une crise sanitaire s’est rapidement transformé en une crise économique d’une violence inégalée : en Europe, la Commission table désormais sur une chute du PIB de 7,7 % en 2020. Du jamais vu depuis la Grande Dépression. Face à l’urgence de la situation, l’Etat a rapidement pris les commandes de l’économie : il a laissé filer les déficits, en gelant les rentrées fiscales et en ouvrant les vannes de la dépense publique. Il a eu raison : à grand choc, grands remèdes.

Dans le cas de la France, le déficit public devrait plonger à 9,9 % du PIB en 2020 et la dette atteindre 116 % ; même la vertueuse Allemagne va connaître une tendance similaire, avec un déficit de 7 %, contre un excédent budgétaire de 1,4 % en 2019. Faut-il s’en inquiéter ? sur le principe, non ; en pratique, oui, surtout pour un pays comme la France.

D’un point de vue théorique, une forte hausse de la dette n’est pas une mauvaise nouvelle en soi : face à un choc négatif sur l’offre et la demande, il est logique que la dépense publique vienne se substituer momentanément à des investissements et une consommation privés en berne. C’est le sens même d’une politique contracyclique. »

Les marchés financiers ont d’ailleurs intégré ce rôle salutaire de la dette publique puisqu’ils continuent à accorder leur confiance aux pays les plus solides de la zone Euro : preuve en est, l’Allemagne vient de lever sans difficulté plus de 7,5 milliards d’euros à échéance de 15 ans et… à taux négatif. La France a émis de son côté de la dette à… 40 ans, au taux de 0,86 %.

Il n’existe pas non plus de chiffre absolu en matière de dette publique : dire qu’il ne faut pas dépasser les 100 % du PIB n’a pas de sens. Qui plus est, une dette peut n’être jamais remboursée, si elle est refinancée régulièrement, surtout à des taux bas : seul la charge de la dette doit alors être payée.

Pour autant, on peut s’inquiéter de la hausse de la dette publique.

« Dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique »

Drogue dure. Tout d’abord, dire qu’il n’y a pas de chiffre absolu pour la dette ne signifie pas que l’on peut s’endetter à l’infini : il y a forcément un seuil au-delà duquel les marchés financiers auront des doutes sur sa soutenabilité et exigeront une prime de risque. Les taux d’intérêt exploseront alors et le pays se verra rappeler brutalement à la réalité.

De plus, si la dette publique est monétisée par la BCE, la contrainte de financement est certes levée mais au prix d’une inflation : si ce n’est pas sur le marché des biens et services, ce sera ailleurs, et notamment sur le marché de l’immobilier, avec une bulle.

Ensuite, un pays qui s’endette doit avoir conscience qu’il fait peser un risque financier sur les générations futures : si les taux remontent, le refinancement de la dette coûtera plus cher demain et amputera d’autant les marges de manœuvre de l’Etat. La dépense publique supplémentaire affectée au paiement des intérêts se fera en effet au détriment d’autres dépenses utiles, telle que l’éducation ou la santé.

Mais surtout, dans un pays comme la France où les déficits publics sont la norme depuis 1975, les citoyens risquent d’être confortés dans l’idée selon laquelle tout peut se régler durablement par de la dépense publique. La dette est certes un très bon médicament pour stopper une crise ; ce ne doit pas devenir une drogue dure. »

Emmanuel Combe est professeur à Skema Business School et vice-président de l’Autorité de la concurrence.

 

Ferroviaire: Jusqu’ à 8 milliards d’aide pour la DB

Jusqu’ à 8 milliards d’aide  pour la DB

 

Lors  de sa dernière réforme la DB, l’entreprise  ferroviaire allemande avait bénéficié d’une reprise totale de son déficit par l’État, ce qui lui avait permis de retrouver rapidement une situation plus saine financièrement. Elle avait même pu dégager des bénéfices. Évidemment, le Coronavirus porte un coup sévère à la paralysie de l’activité ferroviaire. Une fois de plus gouvernement allemand décide de mettre le paquet et d’attribuer un soutien financier jusqu’à 8 milliards d’euros à la compagnie.

Les fonds pourraient être débloqués rapidement, avec une première enveloppe de 4,5 milliards d’euros, « dès les prochaines semaines ».

Berlin planche également sur une augmentation du montant maximum de dettes autorisé pour le groupe, aujourd’hui plafonnée à 25,4 milliards d’euros.

La fiabilité des tests PCR en cause

La fiabilité des tests PCR en cause

 

Des interrogations sérieuses naissent de la fiabilité des tests PCR. Première observation, en dépit des intentions de procéder à des tests plus massifs, la plupart de la population ne pourra être soumise à cet examen. Par ailleurs, les PCR pourraient laisser passer jusqu’à 30 % d’infectées considérées comme négatifs alors qu’ils sont positifs. Ajoutons à cela que les tests de sanguin (sérologiques), eux, peuvent révéler la présence d’anticorps mais on ne sait pas encore si cela constitue une protection pour l’avenir, dans quelle mesure et pour combien de temps.

Pour ce qui le concerne, le test PCR a un taux élevé de «faux négatifs». C’est-à-dire que des personnes réellement infectées seront diagnostiquées comme non porteuses du virus. Ce taux d’erreur peut être significatif. Selon des données chinoises, jusqu’à 30 personnes sur 100 atteintes d’un coronavirus pourraient avoir un résultat négatif.

 

Coronavirus: la surconcentration urbaine responsable

Coronavirus: la surconcentration urbaine responsable

La  surmortalité a atteint le double de la moyenne nationale dans les métropoles et les grandes villes .  les régions Île-de-France et Grand Est sont plus touchées par cet excédent de mortalité. Mais cette étude permet surtout de voir avec plus de précision le surcroît de décès en fonction de la taille des communes. Dans villes les plus denses, la surmortalité atteint ainsi 49 %, contre 26 % pour l’ensemble de la France. «La hausse des décès est plus forte dans les territoires densément peuplés bien que la population y soit en moyenne plus jeune», résume l’Insee. À l’inverse, dans les territoires moins denses, «les décès en 2020 sont plutôt stables par rapport aux années précédentes». Pourtant, ces communes moins peuplées abritent une population «en moyenne plus âgée, et donc plus fragile face au Covid-19»«Les interactions entre individus sont moins fréquentes et donc le risque de contamination plus faible», avance l’étude comme principale explication à ce phénomène.

Les grandes agglomérations, même proches, n’ont cependant pas toutes été touchées avec la même force par cette vague de décès. Il semble qu’il y ait un lien avec la situation sociale des zones intéressées.

Coronavirus Allemagne : l’épidémie reprend de la vigueur

Coronavirus Allemagne : l’épidémie reprend de la vigueur

Le nombre de contamination en Allemagne a grimpé à 169.575 cas et l’épidémie a désormais causé 7417 décès dans le pays, selon les données publiées lundi matin par l’Institut Robert Koch (RKI) pour les maladies infectieuses.

Cela représente 357 nouveaux cas de contamination et 22 décès supplémentaires en l’espace de 24 heures, précise le RKI, qui ajoute que le « taux de reproduction » du virus est désormais de 1,1, signe d’une accélération potentiellement exponentielle de sa propagation au sein de la population.

 

 

La CGT Info’Com à l’origine d’insultes infamantes vis à vis de Laurent Berger

La CGT Info’Com à l’origine d’insultes infamantes vis à vis de Laurent Berger

Il est clair que le fossé se creuse de plus en plus entre les syndicats réformistes et les syndicats manipulés par les gauchistes. En ligne de mire des gauchistes figure Laurent Berger souvent attaqué  personnellement de manière ignoble. Ce week-end, le syndicat CGT des salariés de l’information et de la communication, la CGT Info’Com, a déclenché un torrent de critiques en publiant plusieurs affiches s’en prenant au chef de la CFDT, Laurent Berger, sur son compte Twitter.

la CGT Info’Com est toutefois allée trop loin, même pour son propre syndicat : la CGT a désavoué publiquement l’organisation, en condamnant dans un tweet «sans aucune réserve ces affiches. Ce type de communication ne fait que décrédibiliser l’action syndicale. À la CGT, nous avons d’autres arguments que ceux-là, ceux de l’intérêt des travailleurs et de la justice sociale», fustige la centrale de Montreuil. La CFDT a estimé que ces affiches étaient «ignobles». «Elles sont une insulte pour l’ensemble des salariés et agents qui votent pour la CFDT, ainsi que pour ses adhérents», a dit le syndicat dans un communiqué, condamnant «avec la plus grande fermeté» cette campagne.

Renault: la CGT « irresponsable « pour la CFDT

Renault: la CGT « irresponsable « pour la CFDT

 

Le Tribunal du Havre a ordonné jeudi l’arrêt de la production de l’usine à la suite d’une procédure en référé portée par la CGT Sandouville.

“Ce qui s’était passé à Sandouville, c’était un dialogue social assez exemplaire sur la reprise d’activité en toute sécurité pour les travailleurs”, a déclaré Laurent Berger sur France inter. “La posture de la CGT est irresponsable et infondée.”

“La réalité, c’est que l’usine va rester fermée lundi, que les 700 intérimaires vont être renvoyés chez eux. Donc je pense qu’il faut arrêter ce type de pratique et qu’il faut plutôt favoriser le dialogue social”, a-t-il ajouté.

“On voit bien qu’il y a deux attitudes syndicales : il y a celles qui sont prêtes à tout pour stopper l’activité – et ce n’est pas un service rendu aux travailleurs (…)- et celles, qui sont plus nombreuses à Renault, qui veulent négocier des conditions de reprise acceptables en toute sécurité.”

L’usine, qui employait l’an dernier environ 1.900 personnes, avait été la deuxième usine française de Renault à reprendre une activité partielle fin avril. A l’arrêt depuis mi-mars à cause de l’épidémie de coronavirus, le site produit le Renault Trafic et des dérivés du fourgon pour Fiat et Nissan.

Coronavirus : « surtout la discipline » ( urgentiste)

Coronavirus : « surtout la discipline » ( urgentiste)

Réglementation sans doute, mais surtout du civisme ce que recommande  sur d’Europe 1, Raphaël Pitti, médecin anesthésiste et réanimateur en renfort au CHU de Metz; depuis le début de la crise sanitaire, il exhorte les Français à la discipline et au civisme, après la découverte d’un nouveau foyer de contamination en Dordogne. « C’est dans cette discipline que nous pourrons limiter le nombre de victimes du coronavirus », a-t-il insisté.

« Chacun de nous est responsable de lui-même et des autres », rappelle le professeur Raphaël Pitti, médecin urgentiste humanitaire, anesthésiste et réanimateur en renfort au CHU de Metz (Lorraine). Invité d’Europe 1, samedi soir, celui-ci a réagi à la découverte d’un nouveau foyer de contamination en Dordogne, implorant les Français à « être vigilants chacun pour soi et chacun pour tous.

 

Selon lui, le virus ne demande qu’à se propager. Dans ces conditions, le relâchement du confinement est du pain béni pour le Covid-19  »qui se sert de nous pour se déplacer ». Si, comme le rappelle le docteur Raphaël Pitti, le virus « a réussi à faire le tour de la Terre en 18 jours », il n’est pas étonnant qu’il se soit propagé de personne en personne lors de funérailles ayant rassemblé des dizaines de personnes dont plusieurs arrivaient du Portugal et de Suisse. « Il nous faut apprendre à nous discipliner aussi fortement que savent le faire les Japonais ou les Sud-Coréens », déclare-t-il encore.

 

 

La Cour européenne de justice conteste la cour constitutionnelle allemande

La Cour européenne de justice conteste la cour constitutionnelle allemande

En termes diplomatiques, la cour de justice européenne renvoie dans ses baskets la cour constitutionnelle allemande qui voulait s’immiscer dans la gestion de la banque centrale européenne. En cause évidemment comme toujours, une opposition de certains courants en Allemagne concernant les prêts et les rachats d’actifs de la BCE.

 

La Cour ne commente “jamais un arrêt d’une juridiction nationale” mais “d’une manière générale, il est rappelé qu’un arrêt rendu à titre préjudiciel par cette cour lie le juge national pour la solution du litige au principal”, peut-on lire dans un communiqué.

“Des divergences entre les juridictions des États membres quant à la validité de tels actes seraient en effet susceptibles de compromettre l’unité de l’ordre juridique de l’Union et de porter atteinte à la sécurité juridique”, ajoute la Cour, dont le siège est au Luxembourg.

“Tout comme d’autres autorités des États membres, les juridictions nationales sont obligées de garantir le plein effet du droit de l’Union”, peut-on encore lire. “Ce n’est qu’ainsi que l’égalité des États membres dans l’Union créée par eux peut être assurée.”

La cour constitutionnelle de Karlsruhe a estimé mardi que la Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, devrait cesser d’ici trois mois d’acheter des emprunts d’Etats de la zone euro pour le compte de la BCE si cette dernière ne prouvait pas que ces achats sont justifié.

Ce jugement contredit une précédente décision de la Cour de justice de l’UE, en 2018, sur la légalité des achats d’actifs de la BCE.

1.500 milliards d’euros d’emprunts en zone euro ( la BCE)

1.500 milliards d’euros d’emprunts en zone euro ( la BCE)

 

500 milliards, c’est l’estimation des besoins d’emprunt cette année pour les pays de la zone euro en matière de prêts. Une somme énorme mais sans doute encore en dessous de la vérité. En effet il faudra compenser les pertes de richesses nationales (PIB) qui seront de l’ordre de 10 % et non de 7 ou 8 % comme l’indique la BCE. Il faudra y ajouter les sommes nécessaires à soutenir l’économie, les ménages et la politique sanitaire. Au total sans doute une somme plus près de 3000 milliards que 1500.

“La BCE estime que, dans notre scénario médian d’une baisse d’environ 8% du produit intérieur brut, les besoins de financement additionnel pour les gouvernements de la zone euro cette année résultant de la récession et des mesures budgétaires nécessaires pourraient dépasser 10% du PIB de la zone euro” a dit Christine Lagarde.

“Cela situerait l’émission de dette supplémentaire en raison de la pandémie dans une fourchette entre 1.000 et 1.500 milliards d’euros simplement pour 2020”, a-t-elle ajouté. Le problème pour la BCE est de satisfaire les besoins mais de ne pas affoler les marchés financiers et notamment sur  la parité de l’euro.

Vers un éclatement de la majorité ?

Vers  un éclatement de la majorité ?

Un groupe autonome de  la majorité pourrait se constituer à l’assemblée nationale. Une situation qui ferait perdre la majorité absolue au parti la république en marche. En cause évidemment des sensibilités assez différents dans le parti hétéroclite de la république en marche avec des ultralibéraux, des sociaux-démocrates, des anciens socialistes aussi beaucoup d’opportunistes. Justement beaucoup de députés commencent à s’interroger sur leurs chances de réélection s’ils continuent leur mandat sous  la bannière officielle de la république en marche. Les élections municipales ont démontré que la plupart des responsables de la république en marche n’avaient pas d’ancrage local. Le temps est sans doute venu d’afficher une différence qui permettrait lors  des élections parlementaires à venir de prendre du champ avec un courant politique présidentiel en nette perte de crédibilité dans l’opinion. La création d’un tel groupe, imminent selon Les Echos, constituerait un tournant dans le turbulent quinquennat d’Emmanuel Macron, où tous les textes ont jusqu’ici été votés grâce à une majorité qui s’est effritée au fil du temps.

Le départ, cette semaine, de la députée Martine Wonner, qui n’avait pas voté en faveur du plan de déconfinement, a porté à 296 le nombre d’élus LaRem et apparentés à l’Assemblée (ils étaient 314 en juin 2017), alors que la majorité absolue est fixée à 289.

Le camp présidentiel peut compter sur les 46 députés du groupe MoDem, dont certains pourraient toutefois être eux aussi tentés par l’aventure d’un nouveau groupe.

Selon Les Echos, qui cite sa profession de foi, le groupe “Ecologie démocratie solidarité” pourrait compter 58 membres venant d’horizons divers, animés par le désir de “répondre à l’urgence écologique, moderniser la démocratie, réduire les inégalités sociales et territoriales”.

Les députés de l’aile gauche de LaRem Aurélien Taché et Guillaume Chiche pourraient en faire partie, de même que les anciens députés LaRem Matthieu Orphelin et Cédric Villani, candidat dissident à la mairie de Paris, ou encore l’ex-ministre socialiste Delphine Batho, présidente de Génération Ecologie.

Reuters a eu accès au message envoyé ce vendredi aux députés LaRem par Gilles Le Gendre, alors que la rumeur de la formation de ce nouveau groupe, qui couve depuis des mois, se fait plus pressante.

Une limitation des « trains du quotidien » contradictoire avec la distanciation

Une limitation des « trains du quotidien » contradictoire avec la distanciation

 

Il y a une contradiction évidente entre le souhait du gouvernement de renforcer les mesures barrière notamment la distanciation dans les transports et en même temps de limiter le nombre de trains quotidiens. Cela d’autant plus que le gouvernement souhaite une reprise massive de l’économie à partir du 11 mai. Le gouvernement français souhaite en effet  que 50% des “trains du quotidien” et 75% des métros et RER puissent circuler à compter de lundi, a annoncé vendredi Jean-Baptiste Djebbari, lors de la présentation du plan de déconfinement dans les transports en commun. Bref avec ses orientations contradictoires, le pouvoir est en train d’organiser une pagaille monstre dans les transports. On voit mal comment on pourrait en effet filtrer les flux de voyageurs et sur quels critères.

“Nous voulons une offre de transports la plus important possible de manière à minimiser le nombre de voyageurs dans chaque tram, dans chaque bus, dans chaque train. Le gouvernement a fixé des objectifs clairs en la matière : nous souhaitons que roulent à la SNCF en moyenne 50% des trains du quotidien – les TER et Transiliens – et 75% de l’offre habituelle de la RATP en Ile-de-France”, a déclaré le secrétaire d’Etat aux transports.

Jean-Baptiste Djebbari a en outre annoncé que l’accès à plusieurs centaines de gares serait “filtré” et qu’une soixantaine de stations de la RATP resteraient fermées après le 11 mai, date de début déconfinement.

“Nous maintenons par ailleurs les restrictions sur les trains longue distances – TGV et Intercités – tant en nombre de trains qu’en capacité maximum de personnes pouvant emprunter ces trains, de manière à limiter pendant la période du 11 mai au 2 juin la circulation du virus”, a-t-il poursuivi.

Union européenne : la France demande un plan de 150-300 milliards par an sur 2021-2023

Union européenne : la France demande un plan de 150-300 milliards par an sur 2021-2023

 

Un plan de 150 à 300 milliards par an pendant trois ans, c’est la demande de Paris aux autorités européennes afin de relancer l’économie. Soit. 1% à 2% du produit national brut (PNB) par an, . Le problème c’est que ce plan entretient encore l’ambiguïté entre les prêts et les subventions. Il n’est pas certain que les pays nordiques notamment l’Allemagne adhèrent  aux aspects de mutualisation des dettes que constituent les subventions.

“Les prêts aux États membres pourraient aider à combler l’écart mais ils doivent rester un complément aux subventions”, précise la proposition française. “Il est également essentiel que ce fonds soit mis en place dès que possible, possiblement avant l’entrée en vigueur du prochain” cadre financier pluriannuel (CFP).

La proposition française survient en plein débat sur la manière de relancer l’économie du bloc, touchée de plein fouet par l’épidémie de coronavirus qui a mis à l’arrêt pendant plusieurs semaines l’activité économique dans la majorité des Etats membres.

La Commission européenne doit proposer la semaine du 18 mai un nouveau budget conjoint pour l’ensemble des 27 États membres pour 2021-2027 et un fonds de relance.

Sur franceinfo mardi, le commissaire européen au Marché intérieur Thierry Breton a indiqué que la CE travaillait sur un “fonds” de relance “gigantesque” qui “devrait se situer entre 1. 000 et 2.000 milliards d’euros” au total.

Croissance Allemagne : forte chute de la production industrielle

Croissance Allemagne : forte chute de la production industrielle

Après une quasi-stagnation en février (+0,3%), la production industrielle allemande a chuté de 9,2% en mars sur un mois, ce qui représente « la plus forte diminution depuis le début de la série en janvier 1991″, selon l’institut.

Cette statistique déjoue les pronostics des analystes sondés par le fournisseur de services financiers Factset, qui comptaient sur une baisse de 5%.

«Au secours, la gauche est de retour… les réacs aussi !»

 «Au secours, la gauche est de retour… les réacs  aussi !»

 

Un appel au secours d’un éditorialiste du Figaro qui écrit : au secours, la gauche morale est de retour. Certes certains points de vue exprimés quant à une transformation brutale du mode de production et de consommation peut paraître assez ésotérique. Ils expriment cependant la nécessité d’envisager des modifications plus respectueuses de l’environnement aussi plus égalitaire. Ceci étant ,  il est évident que la transition ne pourra être aussi soudaine que souhaitée pour des raisons liées à la complexité de la crise qui intègre des éléments environnementaux, économiques, sociaux et sociétaux qui interagissent entre eux. Par ailleurs,  la priorité dominante après la crise sanitaire sera la crise économique avec son cortège de défaillance et de chômage. Pas forcément le moment privilégié opéré immédiatement des mutations du système de production et de comportement des consommateurs. C’est l’emploi qui va devenir la priorité immédiate avec celle de la baisse générale des revenus. Les évolutions structurelles de l’organisation mondiale de la production et de la distribution devront s’inscrire dans le temps et être cohérente avec un projet sociétal cohérent. Cela passe par un travail d’expertise préalable et une forte association des acteurs concernés. Inversement on ne peut que regretter que certains militent en faveur d’un jour d’après qui ressemble au jour d’avant, bref qui milite pour que rien ne change pour surtout ne pas perturber les retours financiers que procure le mode de production, de commercialisation et de consommation actuelle. Bref la gauche morale et théorique et peut-être de retour mais les réacs aussi..

Coronavirus: annonces prématurées du fait de la concurrence des industries pharmaceutiques

Coronavirus: annonces prématurées du fait de la concurrence des industries pharmaceutiques

 

Les autorités administratives de certains pays en France, aux États-Unis et ailleurs ont un peu tendance à faire si des procédures d’expertise pour vanter les mérites de tel ou tel remède. Ces annonces prématurées correspondent en fait  à la lutte sans merci que se livrent les industries pharmaceutiques qui pourraient être les premiers à commercialiser un traitement voir un vaccin. Ainsi L’AP-HP a déclenché une polémique en annonçant, le 27 avril, que le tocilizumab, utilisé dans le traitement de la polyarthrite rhumatoïde améliorait «significativement le pronostic des patients avec pneumonie Covid moyenne ou sévère». À cela s’ajoute une guerre d’ego de certains grands chercheurs et ou de mandarin qui profite de la situation pour valoriser leurs compétences dans les médias.

La BCE indifférente au jugement allemand sur le QE

La BCE indifférente au  jugement allemand sur le QE

 

Christine Lagarde préside de la BCE a tenu à marquer l’indépendance de l’institution monétaire  :

“Nous sommes une institution indépendante, qui répond au Parlement européen et animée par un mandat”, a-t-elle dit lors d’un webinaire organisé par Bloomberg. “Nous continuerons à faire tout ce qui est nécessaire (…) pour remplir ce mandat.”

“Sans se décourager, nous continuerons à le faire”, a-t-elle ajouté.

La Banque centrale européenne (BCE) n’est pas découragée par le récent jugement de la Cour constitutionnelle allemande demandant à l’institution de Francfort de justifier ses achats massifs de dette souveraine sous peine que la Bundesbank, la banque centrale nationale allemande, cesse de participer aux achats de titres, a déclaré jeudi sa présidente Christine Lagarde.

Chute de la consommation d’électricité en Europe

Chute de la consommation d’électricité en Europe

 

 

Selon une étude de Cornwall Insight les  cinq marchés étudiés – Grande-Bretagne, France, Allemagne, Italie et Espagne – « ont vu à la fois la demande d’électricité et les émissions de carbone diminuer par rapport à 2019″ selon le cabinet de consultants en énergie qui s’appuie sur des données récoltées entre le 23 mars, date du début du confinement britannique, et le 19 avril.

Les entreprises ont été forcées de réduire leur activité face aux mesures de distanciation sociale adoptées pour contrer l’épidémie, alors que la consommation en énergie des foyers a plutôt augmenté en raison du développement du télétravail. La Grande-Bretagne est le pays le plus touché avec une baisse moyenne de la demande en électricité de 17,2% par rapport à la même période l’an dernier. C’est légèrement plus que l’Espagne (-16,7%) et la France (-16,3%). Suivent ensuite l’Italie (-14,9%) et l’Allemagne (-11,5%).

 

L’étude observe que cette chute importante entraîne de façon encore plus prononcée celle des émissions de carbone

1...34567...269



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol