Archive pour le Tag 'La'

Cryptomonnaies: La nécessité de réguler

 Cryptomonnaies:  La nécessité de réguler

 

L’économiste Karel Lannoo juge, dans une tribune au « Monde », que l’Union européenne devrait considérer les cryptomonnaies comme des instruments financiers, et non comme une catégorie distincte d’actifs.

 

Tribune. Les cryptomonnaies seront bientôt soumises à un système de supervision dans l’Union européenne (UE) : la Commission de Bruxelles se prépare, en effet, à proposer une directive sur les marchés de crypto-act

ifs, dite « directive MiCA ». Selon les propositions de la Commission, seules les cryptomonnaies autorisées dans l’UE pourront être vendues. Une cryptomonnaie pouvant prendre différentes formes, elles-mêmes soumises à différentes formes de supervision, le sujet est complexe à comprendre pour les consommateurs, et il est tout aussi difficile à traiter pour les superviseurs européens.


Déjà présentes depuis quelques années, les cryptomonnaies deviennent de plus en plus populaires, malgré le fait qu’elles ne soient soumises à aucune forme de surveillance. Il est difficile, voire impossible, pour un investisseur ou un utilisateur ordinaire de déterminer s’il s’agit d’une escroquerie à la Ponzi, de coquilles de blanchiment d’argent, de stablecoins (« monnaies stables ») bien conçues ou de véritables actifs numériques. On ignore également, en général, où elles sont basées, comment elles sont organisées et qui en est le gérant…

La Commission européenne est la première organisation internationale à proposer un cadre réglementaire spécifique. Certains membres de l’UE disposent déjà d’une législation spéciale pour les crypto-actifs et les cryptomonnaies, mais il n’existe aucun accord international à ce sujet. D’autres pays, comme les Etats-Unis ou Hongkong, appliquent la législation existante des valeurs mobilières. Cela conduit à un cadre très flou pour une innovation comme la cryptomonnaie. Un consommateur ne sait guère si une protection existe, surtout pour les transactions qui ont lieu en dehors de l’UE.

Pour la Commission européenne, les cryptomonnaies fonctionnent sur la blockchain (sécurisation numérique) ou une technologie de registre distribué (DLT), et peuvent prendre trois formes, suivant un degré de surveillance correspondant : les tokens (gadgets virtuels), les stablecoins, composées de monnaies de réserve, et la monnaie numérique pure, qui offre toujours un taux de change fixe en monnaie forte. La monnaie numérique peut uniquement être émise par des banques ou des sociétés fintech qui disposent d’une licence existante, les stablecoins uniquement par ceux qui respectent des exigences minimales (très faibles) en matière de capital.

Les cryptomonnaies non européennes, comme le diem ou le novi de Facebook, le bitcoin ou l’ethereum, devront s’enregistrer sous l’une de ces formes pour être admises sur le marché européen. Un système de reconnaissance mutuelle n’est pas prévu, car les réglementations sont trop différentes au niveau international. Le consommateur risque d’en faire les frais, car il ne verra aucune différence entre une crypto de l’UE et une crypto internationale, mais recevra quand même de la publicité sur les médias sociaux pour les cryptos non réglementées.

Hôpital et Covid: la lourdeur des maladies chroniques

Hôpital et Covid: la lourdeur des maladies chroniques 

Le Collectif inter-associatif pour la santé environnementale considère dans une tribune au « Monde » qu’il est urgent de lutter contre les causes des maladies chroniques qui pèsent de plus en plus lourd sur l’hôpital.

 

Tribune. 

 

La crise sanitaire a jeté une lumière crue sur les failles de notre système de santé qui était déjà sous tension avant même l’émergence de la pandémie. Ce système repose en grande partie sur l’abnégation des personnels dont nous soutenons la mobilisation du 4 décembre 2021 pour la défense de l’hôpital public.

Ces difficultés structurelles ont des causes multiples, certaines intrinsèques à l’organisation du soin et au manque de moyens, d’autres sont plus profondes, en lien avec l’épidémie de maladies chroniques qui s’observe depuis ces dernières décennies, dont l’origine environnementale est aujourd’hui scientifiquement établie.

Les victimes du Covid sont prioritairement les personnes atteintes de maladies chroniques (obésité, hypertension, diabète, maladies cardiovasculaires, etc.) et 15 % des décès dus au coronavirus sont par ailleurs liés à la pollution de l’air. En février 2021, Epi-phare (Caisse nationale d’Assurance-maladie-CNAM/Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé-ANSM) a réalisé une analyse des données de l’intégralité de la population française, soit 67 millions de personnes, afin d’identifier les maladies chroniques et les facteurs tels que l’âge ou le genre susceptibles d’induire un sur-risque d’hospitalisation ou de décès pour le Covid-19.

Le doublement des maladies chroniques

Le constat est sans appel. Sur 47 affections chroniques analysées, 46 sont associées à des risques accrus d’hospitalisation et de décès pour le Covid-19. Certes, l’âge et le sexe sont des facteurs importants, mais, après ajustement sur ces deux facteurs, l’augmentation du risque d’hospitalisation et de décès est de 150 % pour l’obésité et l’insuffisance cardiaque, de 100 % pour le diabète ou les maladies respiratoires chroniques… Le risque est doublé chez les populations les plus défavorisées.

Richard Horton, rédacteur en chef du Lancet, a pu parler à ce propos de « syndémie », c’est-à-dire une pandémie dont l’ampleur provient d’autres facteurs que la cause infectieuse. En France, le nombre des malades chroniques a doublé au cours des deux dernières décennies et ce phénomène s’accentuera si rien n’est fait.


Le rapport de la CNAM publié en 2021 donne la réalité de l’épidémie de maladies chroniques en 2018 : 21 millions de personnes atteintes et une projection de 23 millions pour 2023. Entre 2012 et 2018, les maladies cardiovasculaires sont passées de 3,5 millions à 4,9 millions (prévision 2023 : 5,5 millions), et le diabète de 2,9 millions à 3,9 millions (projection 2023 : 4,4 millions).

Symbolisme médiatique ou la pathologie politique

  • Symbolisme médiatique ou  la pathologie politique 
  • La représentation des choses prenant le pas parfois sur la réalité, certains en politique , notamment Macron, en déduisent qu’on peut s’affranchir du traitement du réel pour se mobiliser uniquement sur l’apparence.
  • Sans doute la pathologie politique la plus partagée y compris par un président de la république qui faute d’idéologie et de vision claire se satisfait d’empiler des symboles susceptibles de structurer sa propre histoire. Difficile en effet de décrypter ce que peut être le macronisme, une espèce de patchwork ou d’auberge espagnole dominée par des convictions libérales teintées de progressisme et de disruption  plus tapageurs que concrets.
  •  Dès lors , pour masquer la confusion et le vide, le recours au symbolisme médiatique devient incontournable. Ce qui compte, c’est n’est pas l’acte en tant que tel mais l’image qui en sera retranscrite médiatiquement. L’apparat compte davantage même que le pouvoir d’autant que la capacité d’agir n’est parfois  que vanité face à un monde de plus en plus complexe donc de plus en plus difficile à faire évoluer positivement et surtout rapidement.
  • La politique n’est plus le sujet mais l’effet de miroir que peut proposer son intention.
  • Bref un changement de paradigme  ontologique.
  • Les politiques conseillés par des publicistes n’ignorent pas que les capacités cognitives sont grandement affectées par l’utilisation excessive des supports numériques qui affectent, en tout cas diminuent, la profondeur de lecture et l’ouverture d’esprit. Ils recourent donc volontiers au symbolisme schématique qu’impose la mémorisation médiatique.
  • Ce n’est pas un hasard si Macron multiplie les occasions de commémoration à tout bout de champ pour tenter de s’insérer dans ce roman national dont il souhaite être l’un des héros entre Jeanne d’Arc, Napoléon et De Gaulle. Quitte d’ailleurs à élaborer des relations douteuses entre des événements contemporains et des faits historiques non contestés. Le problème , c’est que l’histoire, la vraie celle écrite par des historiens, aura du mal à isoler un événement significatif de Macron justifiant sa place dans l’histoire.

Transport logistique : la Covid a changé la problématique

Transport logistique : la Covid a changé la problématique

Alors que le secteur souffrait plutôt d’un excès d’offre ces dernières années, la crise sanitaire a tout bouleversé. Désorganisé par une demande jamais vue, confronté à une pénurie de chauffeurs inédite, le transport logistique traverse non sans mal cette période incertaine. Mais c’est peut-être pour le mieux. Par Jean-Marie Mascarenhas, PDG d’Interlog Group.( la Tribune)

Un article intéressant qui souligne le changement de rapport de force entre le monde du transport et les chargeurs ( clients Marchandises du transport). La question est de savoir si le phénomène est conjoncturel ou structurel NDLR

 

Tribune 

Dans une économie mondiale bouleversée par la crise sanitaire, le secteur du transport et de la logistique, qui s’est avéré vital lorsqu’il a fallu maintenir à flot la chaîne d’approvisionnement et permettre aux vaccins et matériels médicaux d’arriver à bon port, a été durement touché. Et alors qu’il a continué de fonctionner et fait face malgré les difficultés, il s’est progressivement désorganisé sous le double effet d’une demande toujours plus importante et d’une pénurie de produits généralisée.

Les clients ne sont plus livrés à l’heure, mais sont contraints de s’en accommoder du fait d’un marché en flux tendu qui peine à se sortir de cette situation. Des solutions de secours sont trouvées dans l’urgence et des camions reviennent à vide, alimentant la pénurie et ce cercle vicieux. Au lieu de transporter 33 palettes de marchandises, une semi-remorque fait ainsi le trajet avec la moitié ou le tiers de son chargement habituel, les clients pressés payant l’espace vide puisqu’il faut bien que l’approvisionnement se fasse.

Si la crise sanitaire a donc démontré l’importance du secteur logistique et sa fonction capitale au cœur de l’économie, elle met aussi désormais ses failles en lumière. Les camions manquent, et les chauffeurs avec eux (40 à 50 000 chauffeurs de plus seraient nécessaires en France selon la Fédération Nationale des Transports Routiers). Alors même que la demande de transport est plus forte qu’avant la crise, le secteur ne peut pas suivre. Les scènes de panique vues récemment en Grande-Bretagne dans les stations-service en sont sans doute l’exemple le plus frappant. Ce n’est pas le carburant qui manquait, mais bien les chauffeurs routiers, et l’on a ainsi assisté à des perturbations massives des chaînes d’approvisionnement, conséquences combinées du Brexit et de la pandémie de Covid-19.

Pourtant, le transport souffre plutôt depuis quarante ans d’un excès d’offre qui pénalisait jusqu’à présent les plus petites entreprises, incapables de s’en sortir face à la concurrence des plus gros. Mais la donne a changé. Les lois européennes sont aujourd’hui plus protectionnistes pour les Etats membres les plus riches, interdisant le cabotage et limitant donc de fait le nombre de chauffeurs étrangers, venus de l’Est notamment, sur leurs territoires, malgré un besoin toujours plus grand. Il est en effet devenu très compliqué de recruter de jeunes chauffeurs routiers. L’envie de travailler dans ce secteur est moindre et pour cause : comment rendre attractif un métier peu valorisé et dont les conditions de travail sont des plus difficiles (amplitudes horaires importantes, nombreux découchages) ?

Le déficit de transport logistique devrait durer plusieurs années encore. Conséquence de cette pression sur les chaînes d’approvisionnement et de cette pénurie de chauffeurs, les prix du transport routier vont augmenter, comme c’est déjà le cas dans les frets maritime et aérien où les tarifs du transport de conteneurs ont littéralement flambé dernièrement. Mais cette crise aura peut-être le mérite de recentrer l’attention sur la vraie valeur de ceux qui travaillent et produisent des richesses réelles au quotidien. Car si les prix du transport augmentent de la sorte, c’est aussi parce les salaires des chauffeurs vont augmenter en parallèle et que leurs conditions de travail vont s’améliorer, effet logique du déséquilibre entre l’offre et la demande. Une lueur d’optimisme dans cette crise dont on peine encore à bien cerner l’issue.

L’amortissement de la dette par l’inflation

L’amortissement de la dette par l’inflation

L’inflation: Une bonne nouvelle pour les Etats endettés comme la France et une mauvaise nouvelle pour les revenus du travail et l’épargne.

 

Nombre d’experts ne cessent de s’interroger sur les moyens complexes d’amortissement d’une dette publique qui ne cesse de s’amplifier. En réalité, la solution est à la fois simple et habituelle : par l’amputation des revenus du travail et de l’épargne.Le problème c’est qu’avec une telle politique qui ampute le pouvoir d’achat, c’est qu’on risque de tuer la croissance par ailleurs menacée par la reprise de la pandémie avec le variant omicron.

En gros, les prix en France auront augmenté de l’ordre de 3 % en 2021 mais la rémunérations de l’épargne par exemple du livret à demeure à 0,5 %. Même chose les salaires qui ne seront pas augmentés de 3 % mais sans doute en moyenne de 1 % comme le SMIC début 2022. Les revenus du travail comme l’épargne sont donc rognées progressivement au service du remboursement de la dette. Une sorte de dévaluation de fait. . L’épargne garantie des particuliers est en moyenne rémunérée 0,63 % avant impôt, selon le relevé mensuel publié ce 2 décembre par la Banque de France.

 

L’affaire Peng Shuai est significative de la dictature chinoise

L’affaire Peng Shuai est significative de la dictature chinoise

 

 

Un papier du Monde souligne la contradiction entre la dictature chinoise et l’image d’ouverture qu’elle souhaite donner.

Quoi qu’on pense des « témoignages » de vie prodigués après la disparition de la joueuse de tennis, la Chine n’a pas pu ignorer les pressions extérieures pour maintenir sa réputation de « grand-pays-ouvert-sur-l’extérieur ».

 

Chronique. Un court instant, quelques minutes, l’Empire a été sur la défensive. Une petite jeune femme défiait « le Parti ». La très masculine direction chinoise a dû s’inquiéter. On ne prend pas à partie l’un de ses membres, surtout quand il s’agit de vie privée. Secret d’Etat. Il en va de l’image, régulièrement sanctifiée par Xi Jinping, d’un groupe dirigeant qui, personne n’en doute, n’a qu’une préoccupation : la grandeur de la Chine.

L’histoire de Peng Shuai ressemble à l’un de ces contes populaires, comme il y en a sûrement en Chine, où le faible s’attaque au puissant sans qu’on sache au départ quelle en sera la fin. A bien des égards, cette histoire est exemplaire de la Chine du président Xi. Elle illustre les paradoxes du « modèle chinois » – et, incidemment, elle dit quelque chose du tennis professionnel d’aujourd’hui.

Rappel des faits. Le 2 novembre, sur son compte Weibo, Peng Shuai, 35 ans, qui a talonné les dix premières places du tennis mondial, accuse l’un des grands pontes du Parti communiste chinois (PCC), aujourd’hui retraité, d’agression sexuelle. Si elle n’a pas de « preuves » à apporter, elle assure ne plus pouvoir garder pour elle une histoire qui la hante. Son post reste dix minutes en ligne avant d’être censuré, mais il a fait l’objet de nombreuses captures d’écran : le texte de la jeune femme ne passe pas inaperçu à l’étranger.

Sommé de réagir

Deux semaines durant, on ne sait plus rien d’elle. Assignée à résidence ? Interrogée par la police ? Le milieu du tennis s’inquiète. Les plus grands champions, femmes et hommes, demandent des nouvelles. Le pouvoir chinois est sommé de réagir. Il n’a pas pour habitude de céder à la pression extérieure. Seulement, les Jeux olympiques (JO) d’hiver 2022, hébergés par la Chine, sont dans deux mois.

Alors, sans doute pilotées et mises en scène, des nouvelles arrivent, mi-novembre : un message écrit puis des clips filmés de Peng Shuai, enfin une conversation de l’ex-championne avec Thomas Bach, l’Allemand qui préside le Comité international olympique (CIO). Message ainsi relayé : Peng Shuai va bien, elle est à la maison, elle aimerait qu’on la laisse tranquille…

Quoi qu’on pense de ces « témoignages », un fait est là : le PCC a dû répondre. Il n’a pas pu ignorer la pression extérieure. Il en allait de la réputation de la Chine-grand-pays-ouvert-sur-l’extérieur, de son image de superpuissance accueillant certaines des plus importantes manifestations sportives du siècle. Pas question de risquer un boycottage sportif, les JO approchent.

Société-Symbolisme médiatique : la pathologie politique

  • Société-Symbolisme médiatique : la pathologie politique 
  • La représentation des choses prenant le pas parfois sur la réalité, certains en politique , notamment Macron, en déduisent qu’on peut s’affranchir du traitement du réel pour se mobiliser uniquement sur l’apparence.
  • Sans doute la pathologie politique la plus partagée y compris par un président de la république qui faute d’idéologie et de vision claire se satisfait d’empiler des symboles susceptibles de structurer sa propre histoire. Difficile en effet de décrypter ce que peut être le macronisme, une espèce de patchwork ou d’auberge espagnole dominée par des convictions libérales teintées de progressisme et de disruption  plus tapageurs que concrets.
  •  Dès lors , pour masquer la confusion et le vide, le recours au symbolisme médiatique devient incontournable. Ce qui compte, c’est n’est pas l’acte en tant que tel mais l’image qui en sera retranscrite médiatiquement. L’apparat compte davantage même que le pouvoir d’autant que la capacité d’agir n’est parfois  que vanité face à un monde de plus en plus complexe donc de plus en plus difficile à faire évoluer positivement et surtout rapidement.
  • La politique n’est plus le sujet mais l’effet de miroir que peut proposer son intention.
  • Bref un changement de paradigme  ontologique.
  • Les politiques conseillés par des publicistes n’ignorent pas que les capacités cognitives sont grandement affectées par l’utilisation excessive des supports numériques qui affectent, en tout cas diminuent, la profondeur de lecture et l’ouverture d’esprit. Ils recourent donc volontiers au symbolisme schématique qu’impose la mémorisation médiatique.
  • Ce n’est pas un hasard si Macron multiplie les occasions de commémoration à tout bout de champ pour tenter de s’insérer dans ce roman national dont il souhaite être l’un des héros entre Jeanne d’Arc, Napoléon et De Gaulle. Quitte d’ailleurs à élaborer des relations douteuses entre des événements contemporains et des faits historiques non contestés. Le problème , c’est que l’histoire, la vraie celle écrite par des historiens, aura du mal à isoler un événement significatif de Macron justifiant sa place dans l’histoire.

la Chine privée de sport international

la Chine privée de sport international

 

 

Deux raisons militent en faveur de la suppression de sport international d’abord l’affaire récente de la tenniswoman Oeng victime de la répression de l’appareil chinois. Ensuite évidemment les incertitudes relatives au développement Covid  via le variant omicron.

  »Nous répétons notre appel pour une enquête complète et transparente concernant l’affaire  Peng ». Indique la fédération de tennis international féminine

la deuxième incertitude concerne le développement potentiel du variant Omicron qui va compliquer l’organisation. Ce mardi 30 novembre, la Chine a affirmé que le variant Omicron allait rendre plus difficile l’organisation des Jeux olympiques d’hiver qui se déroule du 4 au 20 février 2022, à Pékin.

Covid: le chancelier allemand favorable à la vaccination obligatoire

Covid: le chancelier allemand favorable à la vaccination obligatoire

Le futur chancelier allemand va proposer une loi rendant obligatoire la vaccination Covid. L’entrée en vigueur de la vaccination obligatoire pourrait avoir lieu en février ou en mars.

. L’Allemagne va donc imiter son voisin autrichien, qui a décidé de trancher en ce sens alors qu’une cinquième vague de coronavirus, liée au variant Delta, se propage en Europe. L’inquiétude est d’autant plus vive concernant la situation sanitaire qu’un nouveau variant, Omicron, a été détecté en Afrique du Sud. Au moins 42 cas de ce dernier ont été recensés pour l’heure au sein de l’Union européenne.

Mardi, le taux d’incidence en Allemagne était de 452,2 cas pour 100 000 habitants. ( À comparer au taux d’incidence en France à 311 mais qui ne cesse de progresser).

Une sous-estimation des impacts climatiques par la BCE

Une sous-estimation des impacts climatiques par la BCE

Les professeurs Aurélien Acquier et Jérôme Creel analysent, dans une tribune au « Monde », les résultats du premier stress test climatique conduit par la Banque centrale européenne (BCE), mais se demandent si les auteurs ont bien lu les rapports du GIEC.

A la veille de l’ouverture de la COP26 (31 octobre-12 novembre 2021), la Banque centrale européenne (BCE) publiait, le 22 septembre 2021, les résultats de son étude de résilience au risque climatique (climate stress test) en Europe à l’horizon 2050, reconnaissant ainsi que « le changement climatique constitue une source majeure de risque systémique » pour les économies européennes.

Outre la composition d’une base statistique impressionnante de quatre millions d’entreprises et 1 600 banques, cette étude fait partie d’une nouvelle génération de stress tests climatiques qui dépasse les études précédentes. Jusqu’ici, elles ne portaient que sur les « risques de transition », c’est-à-dire les coûts économiques induits par les politiques visant à « décarboner » l’économie.

 

Dans ce cadre, le risque n’était envisagé qu’à travers les pertes financières des industries fortement dépendantes des énergies fossiles (industrie automobile, pétrolière). Ce faisant, ces premiers tests ignoraient les risques liés aux catastrophes climatiques (inondations, sécheresses, perte de productivité agricole, etc.).

PIB européen inférieur de 10 % en 2100

L’étude de la BCE corrige cette myopie : à côté des « risques de transition », elle intègre l’existence de « risques physiques », c’est-à-dire les dommages financiers causés par les catastrophes climatiques, vouées à s’accroître drastiquement faute d’action significative sur le front du climat.

Ce qui interpelle néanmoins, c’est l’écart entre un discours empreint de gravité dans la présentation des principales conclusions et le contenu concret et chiffré de l’étude de la BCE. Selon celle-ci, sans mesures fortes, en 2100 le PIB européen pourrait être de 10 % inférieur à ce qu’il serait dans un scénario de transition ordonnée.

Si aucune politique de lutte contre le changement climatique n’était mise en œuvre, une entreprise européenne médiane subirait une perte de 40 % de sa profitabilité et une hausse de 6 % de sa probabilité de défaut en 2050, par rapport à une situation dans laquelle l’accord de Paris serait respecté.

Aucun pays européen en conformité avec les objectifs climat

La lecture détaillée de l’étude laisse entrevoir une grave sous-estimation des impacts du changement climatique sur les économies européennes, en lien avec certaines hypothèses discutables du Network for Greening the Financial System (NGFS – réseau lancé en 2017 et qui réunit 89 banques centrales et superviseurs) sur lesquelles se fonde la BCE. Une première série de questions concerne le réalisme des scénarios retenus.

Une hausse des taux d’intérêt compatible avec la croissance ?

Une hausse des taux d’intérêt compatible avec la croissance ?

 

 

Frédéric Leroux, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac  estime que les banques centrales pourraient retrouver des marges de manœuvre sur les taux… à moins que le variant Omicron ne rebatte les cartes, estime, dans une chronique, Frédéric Leroux, membre du comité d’investissement stratégique de Carmignac. ( Le Monde)

 

 

l’approche des fêtes de fin d’année, la menace du Covid-19 a refait surface sur les marchés financiers avec la découverte du nouveau variant Omicron, dont les effets sur l’économie mondiale pourraient être récessifs et inflationnistes. C’est en tout cas la crainte qui a animé vendredi 26 novembre les marchés financiers, dans une réaction très vive à la diffusion de cette nouvelle.

S’il est encore trop tôt pour savoir quelles seront les conséquences du variant, les banquiers centraux entrevoient, pour l’heure, un retour progressif à une inflation léthargique et à une croissance poussive de l’économie mondiale.

Dopé par des politiques de taux d’intérêt toujours plus bas, l’endettement n’a cessé de croître. Ce cocktail – concocté depuis trop longtemps par les banques centrales – est aussi euphorisant pour les marchés financiers qu’il est déprimant pour les ménages qui voient stagner leurs salaires, victimes collatérales de cette croissance atone sous perfusion monétaire.

En excluant la nouvelle menace Covid-19, les investisseurs envisagent, eux, un scénario différent. Ils anticipent ainsi une inflation un peu plus tenace et des hausses de taux directeurs plus rapides et plus nombreuses que ce que prévoient les banques centrales.

Plus de déboires que de satisfactions

Jusqu’à présent, les investisseurs obligataires n’ont pas vraiment voulu, ou pu, se mesurer aux autorités monétaires. Il faut en effet aujourd’hui beaucoup d’énergie, de courage et des poches profondes pour lutter contre cette « répression financière » qui contraint les fonds privés vers le financement des déficits et de la dette publics contre une rémunération si faible qu’elle est parfois négative. L’économie de marché a grand besoin d’une politique monétaire plus orthodoxe.

Les investisseurs anticipent une inflation un peu plus tenace et des hausses de taux directeurs plus rapides et plus nombreuses que ce que prévoient les banques centrales

Comment les taux d’intérêt pourraient-ils retrouver leur signification économique pour permettre à l’entrepreneur de récupérer sa boussole et au système économique, sa capacité à allouer les ressources de façon optimale ?

Un consensus plus large sur une inflation durablement supérieure aux objectifs des banques centrales (fixés entre 2 % et 2,5 %) devrait finir par favoriser l’ajustement des taux d’intérêt. Or – bonne nouvelle ! –, un changement de paradigme est en train de s’opérer aux Etats-Unis, où la raréfaction de la main-d’œuvre disponible met le salarié américain en position de force dans les négociations sur les rémunérations.

Cela devrait nourrir l’inflation et l’installer durablement au-delà des objectifs des banquiers centraux après des décennies de résignation salariale qui ont nourri l’humeur déflationniste des consommateurs. Les enquêtes statistiques sur le sentiment des consommateurs tendent d’ailleurs à montrer que ces derniers rechignent de moins en moins, pour s’équiper, à passer à l’acte malgré les hausses de prix parfois fortes de certains biens d’équipement.

Le retour potentiel d’une boucle prix-salaires approche, tout comme l’heure de la normalisation des politiques monétaires. Reste qu’une hausse de l’inflation et des taux d’intérêt sans croissance positive apporterait plus de déboires que de satisfactions.

Inflation et taux d’intérêt plus élevés

Mais, là aussi, les bonnes surprises sont nombreuses et plusieurs éléments alimentent la perspective d’une croissance soutenue à moyen terme. Les programmes américains de soutien aux ménages ont engendré une épargne disponible et un effet richesse considérables depuis le début de la pandémie. La réouverture de l’économie mondiale et la fin prochaine des pénuries actuelles vont libérer encore davantage de croissance économique.

La profitabilité record des entreprises va favoriser les investissements. Les taux d’intérêt réels devenus très négatifs sous l’effet de la répression financière encouragent également l’investissement et pourront même nettement remonter avant de devenir un frein, voire un obstacle. L’économie chinoise, dont le cycle est décalé par rapport au cycle américain (les Etats-Unis sont en expansion monétaire et budgétaire alors que la Chine met actuellement en œuvre des politiques monétaire et budgétaire restrictives qui ralentissent l’activité), pourrait aussi prendre le relais comme moteur de la croissance mondiale, le moment venu.

A moins d’un impact majeur du nouveau variant Omicron, il y a donc une fenêtre de tir durant laquelle la croissance semble pouvoir s’accommoder d’une inflation et de taux d’intérêt plus élevés. Une première depuis longtemps, qui ouvre la voie à une croissance nominale forte, capable d’éroder la dette.

 

Croissance : la France encore en retard sur 2019

Croissance : la France encore en retard sur 2019

La France a beau  affiché des taux de croissance flatteur de 6 à 7 % pour 2021, le niveau de l’activité est encore inférieur à celui de 2019. En France, selon l’Insee, la croissance du PIB atteint 3% au troisième trimestre, contre 1,3% au second trimestre. Du coup, le PIB retrouve quasiment son niveau d’ »avant-crise » du Covid. C’est toujours la consommation des ménages qui tire le rebond de l’activité, soit une hausse de 5% au troisième trimestre (contre 1,2% au trimestre précédent). Cette consommation est portée par la consommation de services (restaurants et hôtels) mais également par la culture et les loisirs.

À noter cependant que, le pouvoir d’achat des ménages est resté stable au troisième trimestre. Une situation qui ne saurait durer très très longtemps car la France vient d’enregistrer fin octobre une inflation officielle de près de 3 %. Une évolution qui va rapidement poser la question du revenu du travail et de l’épargne. Les Français commencent donc à puiser dans leur épargne excédentaire, estimée à près de 160 milliards d’euros. Le taux d’épargne, de plus de 20% en début d’année, s’établit à la fin du troisième trimestre à 17,5%, un niveau encore supérieur à celui d’avant-crise (15% en 2019).

 

Société-Symbolisme médiatique : la pathologie politique de Macron

  • Société-Symbolisme médiatique : la pathologie politique de Macron  
  • La représentation des choses prenant le pas parfois sur la réalité, certains en politique , notamment Macron, en déduisent qu’on peut s’affranchir du traitement du réel pour se mobiliser uniquement sur l’apparence.
  • Sans doute la pathologie politique la plus partagée y compris par un président de la république qui faute d’idéologie et de vision claire se satisfait d’empiler des symboles susceptibles de structurer sa propre histoire. Difficile en effet de décrypter ce que peut être le macronisme, une espèce de patchwork ou d’auberge espagnole dominée par des convictions libérales teintées de progressisme et de distribution  plus tapageurs que concrets.
  •  Dès lors , pour masquer la confusion et le vide, le recours au symbolisme médiatique devient incontournable. Ce qui compte, c’est n’est pas l’acte en tant que tel mais l’image qui en sera retranscrite médiatiquement. L’apparat compte davantage même que le pouvoir d’autant que la capacité d’agir n’est souvent que vanité face à un monde de plus en plus complexes donc de plus en plus difficile à faire évoluer positivement.
  • Les politiques conseillés par des publicistes n’ignorent pas que les capacités cognitives sont grandement affectées par l’utilisation excessive des supports numériques qui affectent, en tout cas diminuent, la profondeur de lecture et l’ouverture d’esprit. Ils recourent donc volontiers au symbolisme schématique qu’impose la mémorisation médiatique.
  • Ce n’est pas un hasard si Macron multiplie les occasions de commémoration à tout bout de champ pour tenter de s’insérer dans ce roman national dont il souhaite être l’un des héros entre Jeanne d’Arc, Napoléon et De Gaulle. Quitte d’ailleurs à élaborer des relations douteuses entre des événements contemporains et des faits historiques non contestés. Le problème , c’est que l’histoire, la vraie celle écrite par des historiens, aura du mal à isoler un événement significatif de Macron méritant sa place dans le grand roman. Ce n’est pas avec l’affaire Benalla ou des gilets jaunes que Macron pourra donner une légitimité à son rôle héroïque dans l’histoire.

Non à l’union de la gauche : Jadot et Hidalgo d’accord !

Non à l’union de la gauche : Jadot et Hidalgod’accord  !

Les fidèles de l’union de la gauche y croient encore mais pas les leaders des partis considérés et pas davantage les sympathisants. Des sympathisants aussi divisés que leurs responsables de partis. De toute manière, une éventuelle union entre le parti socialiste, les insoumis et les écolos ne permettraient guère de dépasser les 25 % de voix aux présidentielles.

Dès lors pourquoi s’effacer puisque la défaite est à peu près assuré sauf événement imprévisible. L’objectif n’est pas la victoire électorale mais la prise de position pour des élections futures. Or ne pas présenter de candidats aux présidentielles, c’est condamner les partis respectifs à la disparition.

De ce point de vue, le parti socialiste comme le parti communiste jadis joue certainement ses dernières cartes.

 Sur le plan idéologique, de grandes différences séparent ses différentes organisations avec des orientations qui vont du libéralisme classique ( courant Hollande), en passant par la social-démocratie, le socialisme et le communisme sans parler des gauchistes nombreux à Europe écologie les Verts.

 

Jadot et Hidalgo ont cependant trouvé un terrain d’accord commun : celui qui consiste à dire non à l’union de la gauche !

Symbolisme médiatique : la pathologie politique de Macron

  • Symbolisme médiatique : la pathologie politique de Macron  
  • La représentation des choses prenant le pas parfois sur la réalité, certains en politique , notamment Macron, en déduisent qu’on peut s’affranchir du traitement du réel pour se mobiliser uniquement sur l’apparence.
  • Sans doute la pathologie politique la plus partagée y compris par un président de la république qui faute d’idéologie et de vision claire se satisfait d’empiler des symboles susceptibles de structurer sa propre histoire. Difficile en effet de décrypter ce que peut être le macronisme, une espèce de patchwork ou d’auberge espagnole dominée par des convictions libérales teintées de progressisme et de disruption  plus tapageurs que concrets.
  •  Dès lors , pour masquer la confusion et le vide, le recours au symbolisme médiatique devient incontournable. Ce qui compte, c’est n’est pas l’acte en tant que tel mais l’image qui en sera retranscrite médiatiquement. L’apparat compte davantage même que le pouvoir d’autant que la capacité d’agir n’est parfois  que vanité face à un monde de plus en plus complexe donc de plus en plus difficile à faire évoluer positivement.
  • La politique n’est plus le sujet mais l’effet de miroir que peut proposer son intention. Bref un changement de paradigme moral et ontologique.
  • Les politiques conseillés par des publicistes n’ignorent pas que les capacités cognitives sont grandement affectées par l’utilisation excessive des supports numériques qui affectent, en tout cas diminuent, la profondeur de lecture et l’ouverture d’esprit. Ils recourent donc volontiers au symbolisme schématique qu’impose la mémorisation médiatique.
  • Ce n’est pas un hasard si Macron multiplie les occasions de commémoration à tout bout de champ pour tenter de s’insérer dans ce roman national dont il souhaite être l’un des héros entre Jeanne d’Arc, Napoléon et De Gaulle. Quitte d’ailleurs à élaborer des relations douteuses entre des événements contemporains et des faits historiques non contestés. Le problème , c’est que l’histoire, la vraie celle écrite par des historiens, aura du mal à isoler un événement significatif de Macron méritant sa place dans le grand roman. Ce n’est pas avec l’affaire Benalla ou des gilets jaunes que Macron pourra donner une légitimité à son rôle héroïque dans l’histoire.

Numérique et aliénation de la pensée

Numérique et aliénation  de la pensée

 

Le chercheur Guilhem Fouetillou compare, dans une tribune au « Monde », la « raréfaction de l’attention » créée par le numérique tout-puissant à la raréfaction des ressources naturelles.

 

Tribune. 

 

La partie se corse pour Facebook et Mark Zuckerberg : après le scandale Cambridge Analytica, après la prise du Capitole par les trumpistes, c’est maintenant la lanceuse d’alerte Frances Haugen qui met au jour la nocivité de son ex-employeur. La prise de conscience va s’accélérant dans toutes les couches de la société, et particulièrement chez les politiques, trop longtemps portés par un sentiment d’indifférence, puis de fascination, envers une économie qu’ils ne comprenaient pas et dont ils ignoraient presque tout. Les dégâts causés par le modèle économique des plates-formes sociales gratuites s’affichent au grand jour : un modèle ne trouvant sa subsistance que dans la monétisation du temps passé sur ses contenus par le maximum d’utilisateurs, et cela sans prise en compte aucune de la nature de ce temps passé, de sa qualité et de ses impacts négatifs tant à l’échelle collective (incitation à la haine, réseaux criminels, désinformation) qu’individuelle (santé mentale).


Mais en se focalisant sur Facebook uniquement et en accusant l’entreprise de « faillite morale », risque de se répéter le schéma bien connu de la brebis galeuse et de sanctions et régulations qui manqueront de se confronter au problème majeur auquel l’humanité fait face, et dont Facebook n’est qu’un des innombrables vecteurs : l’épuisement de nos ressources attentionnelles.

Car si l’écologie pose la question de l’épuisement de nos ressources naturelles, il est incompréhensible de constater que ne s’y ajoute pas celle de nos ressources attentionnelles, attaquées de toute part par un design des vulnérabilités exploitant nos faiblesses psychologiques, sociales et cognitives pour construire des expériences toujours plus addictives.

Tout comme nous entrevoyons la fin des énergies fossiles, l’épuisement des terres et des océans, la raréfaction du vivant, le numérique et ses écrans poussent à leur limite nos attentions sollicitables, notre « temps de cerveau disponible ». En passant d’une société du travail à une société de loisirs et de divertissement, en transformant le capitalisme industriel en capitalisme cognitif, nous subissons une marchandisation permanente de notre activité cérébrale, qui, contrairement à l’activité physique, jamais ne s’épuise.


Par les messageries instantanées, nous gardons un lien permanent avec nos cercles les plus proches et pouvons entretenir une quantité inédite de liens faibles. Pour les professions intellectuelles, les réseaux sociaux d’entreprise et les outils de visioconférence permettent de passer d’un projet à l’autre, d’un interlocuteur à l’autre, d’un continent à l’autre, sans aucune friction, faisant entrer dans une journée de travail infiniment plus que ce qu’on y faisait tenir ne serait-ce qu’avant même le surgissement du Covid-19. Les fonctionnalités d’accélération des flux vidéo et audio sont aujourd’hui utilisées par le plus grand nombre et certaines séries sur Netflix ne voient qu’une minorité de leur audience les regarder à la vitesse « normale ». Même la musique qui, par nature, ne peut que difficilement supporter cette accélération, a changé ses règles de composition pour que la mélodie y soit exposée dans les premières secondes afin d’éviter le zapping.

Société- La liberté de pensée en danger ( Vincent Lamkin*)

Société- La liberté de pensée en danger ( Vincent Lamkin*)

 

Sous l’effet des sollicitations cognitives qui abrutissent, la liberté de pensée est en danger estime Vincent Lamkin*) ( dans l’Opinion)

 

Tribune

 

La liberté d’expression est célébrée à la mesure de la bêtise qui s’est abattue sur elle et du terrorisme qui l’a prise pour cible. L’extrême violence que l’ignorance ou le fanatisme peuvent arborer à son encontre ne doit pas nous tromper cependant : la liberté d’expression est très forte dans notre pays. Elle l’est dans l’espace public où les médias sont beaucoup plus libres et divers qu’ils ne le furent en d’autres temps. La censure d’Etat, au nom des bonnes mœurs, s’est réduite à peau de chagrin, si l’on pense à celle qui pesait sur l’art et la société au XIXe siècle.

Avec l’avènement des réseaux sociaux, chacun a gagné un droit à la parole publique, avec bien peu de limites. Elle l’est dans l’entreprise où le dialogue social et l’écoute atteignent des niveaux inédits. Elle l’est dans le cercle de la famille et à l’école où les enfants ont gagné un droit à s’exprimer qu’ils n’avaient pas jadis…

*Mais la liberté d’expression peut être un leurre et constituer un idéal bien maigre si la liberté de pensée, qui la légitime, se trouve atrophiée et pervertie par une société qui distrait et flatte plus qu’elle n’éduque, qui assujettit plus qu’elle ne forme et n’émancipe… La belle affaire qu’une société où la liberté d’expression serait totale mais où les individus auraient perdu toute capacité à forger un jugement libre et civilisé, ancré dans un champ de questionnements rationnels, de connaissances et de valeurs universelles.

Comme l’a notamment démontré dans ses travaux successifs le sociologue Gérald Bronner, nous vivons de plus en plus, par un effet d’aliénation aux écrans et aux contenus les plus racoleurs, sous l’empire et dans l’emprise de sollicitations cognitives qui captent notre attention, altèrent notre capacité de jugement et alimentent des addictions stériles. Ce constat implacable se doit d’être affiché sur les murs d’une société disneylandisée (la culture a rejoint la grande famille des loisirs : on se « vide la tête ») et hystérisée par des altercations binaires et superficielles. Société dont, last but not least, le système éducatif est en crise.

On peut craindre que notre époque, sous ses airs sympathiques, dégrade la liberté de pensée plus qu’elle ne la sert – reportant toute son attention sur la médiatique liberté d’expression, paradoxalement moins engageante. « Les gens exigent la liberté d’expression pour compenser la liberté de pensée qu’ils préfèrent éviter », déclarait, en son temps déjà, Kierkegaard.

La liberté de pensée est d’abord un devoir, une responsabilité à prendre, dans un moment de grande solitude. La censure morale et la prison n’ont pas empêché Baudelaire ou Sade de créer

Les grands artistes et les penseurs dissidents des régimes totalitaires – de Soljenitsyne à Kundera – ont prouvé que la liberté de pensée n’est pas inféodée à la liberté d’expression. C’est le sens de la fameuse phrase de Sartre : « Jamais nous n’avons été plus libres que sous l’occupation allemande ». La liberté de pensée est d’abord un devoir, une responsabilité à prendre, dans un moment de grande solitude. La censure morale et la prison n’ont pas empêché Baudelaire ou Sade de créer. Dans une époque où l’État n’aime rien tant qu’à déresponsabiliser pour mieux infantiliser et où la solitude de la pensée se heurte au bruit permanent du monde, la partie n’est pas gagnée.

La liberté d’expression est la partie émergée d’un iceberg, et nous ne devons l’encenser que pour ce qu’elle permet, non pour ce qu’elle serait en soi. Sinon, elle n’est qu’une arme de plus offerte à la toute-puissance du sujet roi ! Si la liberté d’expression ne visait qu’à la cohabitation cloisonnée des contraires, la paix civile serait fragile. Dans une République digne de ce nom, chacun doit tolérer la pensée d’autrui pour construire une communauté de vie et de destin. Le problème, dans notre société d’hyper-sensibilité et de gestion étatisée des récits victimaires, est que « la tolérance n’a plus pour but d’assurer l’échange d’arguments et le brassage des modes de vie divers, comme le déplore Claude Habib. Elle devient séparatrice ».

La liberté de pensée mobilise notre entendement et notre libre arbitre. Elle est beaucoup plus qu’un droit, c’est un pouvoir, une responsabilité que chaque individu a le devoir d’apprendre à exercer, qui engage notre éducation, notre culture. Le terrorisme intellectuel contemporain, qui bipolarise et hystérise tout débat, est le symptôme d’une société où la liberté de pensée – qui a des comptes à rendre à la raison, à l’Histoire, au champ argumentaire – s’est appauvrie ; là où la liberté d’expression, revendiquée pour elle-même, débouche sur un dialogue de sourds. Or, c’est bien la capacité à dégager des jugements communs, des valeurs communes, des caps collectifs, dans le respect d’une pluralité de nuances, qui est cruellement en jeu dans le monde contemporain.

*Vincent Lamkin est co-Président d’Opinion Valley, associé-Fondateur de Comfluence.

Politique-«Ensemble citoyens !» La pauvreté sémantique de la maison commune de Macron !

Politique-«Ensemble citoyens !» La pauvreté sémantique de la maison commune de Macron !

 

Chacun aura sans doute noté que le débat politique actuellement n’est guère à la hauteur des enjeux y compris vis-à-vis de l’échéance présidentielle. Ce serait plutôt en ce moment un concours de promesses notamment concernant l’augmentation du SMIC. Du côté de la majorité , on a mis des semaines pour trouver le nom de la maison commune qui rassemblera les organisations très balkanisées qui soutiennent Macron. La pauvreté sémantique du nom de cette maison « ensemble citoyens » est à la mesure de la pauvreté du contenu politique.

Le nom du parti en marche ( la république en marche) n’était déjà pas très signifiant mais cette fois le nom de la maison commune n’est porteur d’aucun véritable sens. Il faut espérer que les boîtes de communication spécialisées n’ont pas phosphoré pendant des mois pour aboutir à une telle nullité.

En réalité Macron compte surtout sur lui-même pour se faire élire et cette maison commune « ensemble citoyens  » aura surtout pour mission de délivrer les investitures pour les législatives où le pouvoir n’est pas du tout certain d’obtenir la majorité.  Moins ambitieux qu’initialement espéré par certains, le dispositif prévu vaut surtout pour les élections législatives de juin 2022. Il vise à coordonner les investitures afin que la majorité s’accorde sur le nom d’un candidat dans chaque circonscription, même si chaque parti conservera sa propre commission d’investiture.

Preuve du peu d’ambition de cette maison commune elle sera dirigée par quatre oligarques déjà usés jusqu’à la corde. Richard Ferrand, François Bayrou, Édouard Philippe et Jean Castex. Curiosité enfin : cette maison commune ne permettra pas une adhésion directe. Bref la maison commune sera une sorte de club de chapeau à plumes.

Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

Covid 19 : le laxisme européen responsable de la pandémie (OMS)

Avec plus de 2,5 millions de cas et près de 30.000 morts enregistrés depuis une semaine, le Vieux Continent est de loin la région du monde la plus touchée par la pandémie, selon les données officielles collectées par l’AFP. Et la tendance reste à la hausse.

L’Organisation mondiale de la santé tire la sonnette d’alarme sur la situation sanitaire dans le Vieux continent. L’OMS s’est inquiétée dans un communiqué publié mardi 23 novembre de l’ »emprise » de la pandémie de Covid-19 en Europe, estimant qu’elle pourrait être à l’origine de 700 000 morts de plus dans le continent, d’ici le printemps 2022. Si ce scénario se confirmait, il y porterait le nombre total de décès à 2,2 millions.

« On peut s’attendre à ce que les lits d’hôpitaux soient soumis à une pression élevée ou extrême dans 25 pays et à une pression élevée ou extrême dans les unités de soins intensifs dans 49 des 53 pays d’ici au 1er mars 2022. Les décès cumulés signalés devraient atteindre plus de 2,2 millions d’ici le printemps prochain, sur la base des tendances actuelles », a expliqué l’organisation dans un communiqué.

Actuellement, plus de 1,5 million de personnes sont mortes du Covid-19 dans la région.

Pour l’OMS, l’augmentation des cas s’explique par la combinaison de la prévalence du variant Delta hautement contagieux, d’une couverture vaccinale insuffisante et de l’assouplissement prématuré des mesures anti-Covid-19.

Selon ses données, les décès liés à la pandémie ont plus que doublé depuis fin septembre, passant de 2 100 par jour à près de 4 200 quotidiens.

Climat-Environnement: Stop à la politique de Métropolisation !

Climat-Environnement: Stop à la politique de Métropolisation !

 

 

Drogués à la vitesse de l’avion, du TGV et surtout de la voiture, nos modes de vies émettent toujours trop de CO2. Croyant avoir trouvé la parade et s’inspirant des conclusions de la Convention citoyenne pour le Climat, plusieurs candidats à la présidentielle proposent simplement de réduire les vitesses de circulation, au risque de rejouer la crise des Gilets Jaunes. Par Tom Dubois, Christophe Gay, Vincent Kaufmann, Sylvie Landriève, membres du Forum Vies Mobiles et auteurs de « Pour en finir avec la vitesse » paru aux éditions de l’Aube.

 

Tribune

 

La journée n’étant pas extensible, si on va moins vite, il faut pouvoir pratiquer ses activités quotidiennes en plus grande proximité. Autrement dit, il faut que l’État stoppe sa politique de métropolisation et repense l’aménagement du territoire en tenant compte des aspirations des citoyens et de la nécessaire transition écologique.

Aller toujours plus vite pour aller toujours plus loin

Avec le train, puis la voiture et enfin l’avion, nous avons connu au cours du XXe siècle une augmentation sans précédent de la vitesse de nos déplacements. Et pourtant, le temps que nous consacrons chaque jour en moyenne à nos déplacements est globalement resté stable : environ une heure et demie. Au lieu de nous faire gagner du temps, la vitesse nous amène à aller toujours plus loin. Résultat, nous avons dispersé nos activités, même les plus quotidiennes, sur des territoires de plus en plus vastes : on habite quelque part, on fait ses courses ailleurs et on travaille encore à un autre endroit. Alors qu’on parcourait quatre kilomètres par jour en France il y a deux siècles, on en parcourt soixante aujourd’hui. Quinze fois plus.

De l’ivresse à l’addiction

Contraints de sillonner quotidiennement des espaces toujours plus vastes, nous souffrons des inévitables frictions engendrées par la vitesse (retards, stress, pollution, congestion, accidents).

Cette dépendance à la vitesse est telle qu’il nous semble impossible de nous en passer malgré l’ampleur et la gravité des problèmes environnementaux qu’elle soulève. Le secteur des transports représente effectivement près de 30% des émissions nationales de CO2. À elle seule, la voiture en est responsable de près de la moitié. Et il n’est pas simple de s’en passer, en particulier pour les habitants des territoires peu denses, qui n’ont pas ou peu d’alternatives. Et si l’avion n’est responsable que de 5% des émissions nationales, malgré une certaine banalisation, son utilisation reste fortement polarisée et beaucoup plus fréquente chez les plus aisés soulignant, si besoin en était, la forte stratification sociale de la vitesse des déplacements.

Pourtant, huit Français sur dix aspirent à ralentir leur rythme de vie et tous, à vivre davantage en proximité. Les aspirations des citoyens, la crise climatique – et l’augmentation du coût des carburants que nous connaissons actuellement – nous invitent donc de concert à en finir avec la vitesse.

Pas de ralentissement sans proximité

Si les candidats à la présidentielle veulent réellement relever le défi posé par la crise climatique et la nécessaire réduction des émissions de CO2, sans pour autant venir exacerber les très fortes inégalités des Français face à la mobilité – autrement dit s’ils ne veulent pas rejouer la crise des Gilets jaunes – ils doivent s’emparer de cette question. Mais il ne s’agit pas seulement d’appeler au ralentissement du rythme de vie, de la vitesse sur les routes secondaires et de la fréquence des déplacements motorisés, mais aussi de s’atteler au réaménagement du territoire national. Il faut ainsi stopper la concentration des services dans les centres des métropoles et concevoir de nouveaux territoires de vie, plus décentralisés, répondant aux aspirations des citoyens. Non pas pour gagner du temps, comme pourrait le laisser croire une lecture trop rapide du slogan « la ville du quart d’heure », mais bien pour que tous les Français puissent vivre au quotidien en plus grande proximité, c’est-à-dire sur des territoires plus restreints, et ainsi limiter leurs déplacements motorisés. Et ce, grâce au redéploiement local de l’activité, des services et des équipements du quotidien autour du domicile : emplois, avec entre autres le télétravail et l’économie résidentielle qui lui est associée, alimentation, restauration, sports et loisirs, etc.

Face à la diversité de nos territoires et de nos modes de vie, nul besoin de fixer des normes trop strictes qui seraient rapidement démenties. Si l’on considère qu’une heure de déplacement par jour reste une moyenne à ne pas dépasser, selon que l’on marche, que l’on utilise un vélo, un véhicule électrique ou les transports collectifs, on doit pouvoir accéder à l’essentiel des activités quotidiennes dans un rayon de deux à quinze kilomètres autour de son domicile, mais pas beaucoup plus et cela quel que soit le type de cadre de vie dans lequel on habite : campagne, petite ville, ville moyenne, métropole régionale. Cela passe aussi par la fin de la course à la taille que se livrent les métropoles, Paris en tête (territoire où l’on passe le plus de temps à se déplacer).

Dans ce nouveau système territorial, qu’on se déplace à pied ou en transports collectifs, certaines personnes déploieront effectivement leurs activités dans un rayon de deux kilomètres autour de chez eux quand d’autres continueront à parcourir jusqu’à trente kilomètres par jour. Ces situations pourront d’ailleurs varier au cours de la vie. Mais, les disparités entre ceux qui se déplacent le plus et ceux qui se déplacent le moins seront beaucoup moins importantes qu’aujourd’hui. Pour tout le monde, les déplacements quotidiens seront moins rapides, les distances plus courtes et la dépendance aux modes carbonés, diminuée.

Tom Dubois, Christophe Gay, Vincent Kaufmann et Sylvie Landriève

12345...393



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol