Archive pour le Tag 'La'

Page 5 sur 460

Contre la grande démission, la réhumanisation

Contre la grande démission, la réhumanisation

 

Le consultant Jacques Marceau, cofondateur des Assises sens et travail,  s’interroge, dans une tribune au « Monde » sur le sens de la « grande démission » des salariés, actuellement redoutée par de nombreuses entreprises et entrevoit une piste de sortie dans la réhumanisation du travail.

 

Comment, dans un pays obsédé par les statistiques du chômage au point que le mot « emploi » s’y est substitué à celui de « travail », en est-on arrivé en quelques mois à s’inquiéter de la difficulté des entreprises à recruter des collaborateurs ainsi qu’à limiter leur démission ? « Emploi », « collaborateur », les mots sont en effet lourds de sens.

Car il s’agit bien, dans notre modernité consumériste, d’être « employé à collaborer » à la croissance d’une économie basée sur la production d’objets, le « système des objets » décrit par le philosophe Jean Baudrillard (1929-2007), dont la finalité est d’être consommés donc rapidement détruits pour être remplacés par de nouveaux.

 

Un cycle aujourd’hui condamné par l’urgence écologique qui appelle à limiter l’exploitation de matières premières, la consommation d’énergie et la production de déchets. Dans ce contexte, et face au déferlement de nouveaux défis que notre humanité doit relever non plus pour simplement prospérer mais pour tenter de survivre, le progrès scientifique et technologique a bien du mal à continuer à s’imposer comme la seule solution alors que nous vivions avec la certitude que ce dernier générerait son propre antidote aux désordres qu’il aurait engendré et trouverait des solutions pour tous les autres.

Une vision du progrès qui ira jusqu’à prendre des allures de croyance au XXe siècle, la science venant se substituer à la religiosité et qui connaît aujourd’hui son apogée avec le discours solutionniste des entreprises de la Silicon Valley pour lesquelles c’est la technologie, et elle seule, qui pourra régler tous les problèmes de ce monde.

Conflit Ukraine : « La faute à Zelinsky  » (Ségolène Royal s’excuse) !

Conflit  Ukraine  : « La faute à Zelinsky  » (Ségolène Royal s’excuse) !

Ségolène Royal, la folle du Poitou, ne sait plus quoi faire pour se singulariser et exister politiquement. Malheureusement pour elle , elle n’a pu décrocher le moindre poste au plan national et international en dépit de ces démarches très appuyées y compris auprès de Macron. L’ancienne ministre, invitée ce jeudi sur le plateau de BFMTV, a dénoncé une « propagande de guerre par la peur » de la part du président Volodymyr Zelensky. En clair elle a imputé au président ukrainien la responsabilité de la guerre et même des horreurs. Des propos qui ont soulevé de nombreuses protestations dans l’opinion. Du coup Ségolène s’excuse maintenant considérant qu’elle a été mal comprise. Pourtant c’est après de nombreuses questions de l’animateur de BFM qu’elle a considéré le président ukrainien comme le responsable du conflit en cours.

Une attitude qui ne surprend pas les observateurs qui connaissent Ségolène Royal.

 « On ne peut pas lui faire confiance », Estime un conseiller ministériel. Avant qu’un membre du gouvernement ajoute : « Elle souffle le chaud et le froid en fonction des postes qu’elle vise. Tout est calculé en fonction de son propre intérêt. » Aujourd’hui, entre Ségolène et Macron « le lien est totalement rompu. »Du coup, elle multiplie les prises de position anachroniques voire fantaisistes et même scandaleuses. Elle considère en effet que la guerre en Ukraine est imputable aux provocations du président ukrainien. En clair ,elle se situe du côté de Poutine.

L’ancienne ministre, invitée ce jeudi sur le plateau de BFMTV, a dénoncé une « propagande de guerre par la peur » de la part du président Volodymyr Zelensky.

« La paix en Ukraine n’est pas rendue impossible par les victimes de l’invasion, mais par la volonté de conquête de Poutine! », a réagi sur Twitter le Premier secrétaire du PS Olivier Faure.

« Les crimes de guerre sont documentés, le nier est une insulte aux assassinés, aux violées, aux torturés ! Dire le contraire est de la propagande ! », a-t-il poursuivi.

Dans un autre tweet, il a ajouté: « Elle dit que la dénonciation des crimes (dont elle doute) a un objet: entraver le processus de paix. Les agressés deviennent les bellicistes. Jusqu’à preuve du contraire les Ukrainiens sont les résistants dans une guerre qu’ils n’ont pas choisie », a-t-il critiqué.

Le député européen Raphaël Glucksmann (Place publique), a lui aussi dénoncé un « naufrage. Total ».

La politique monétaire classique risque de provoquer une crise de la dette

La politique monétaire classique risque de provoquer une crise de la dette 

 

L’économiste Laurence Scialom appelle, dans une tribune au « Monde », à un aggiornamento de la doctrine anti-inflation des banques centrales pour faire face aux investissements nécessaires à la « reconstruction » d’une économie décarbonée.

 

Le grand retour de l’inflation renoue avec le narratif des années 1970 : choc énergétique, stagflation, boucle prix-salaires… Mais c’est faire fi des profondes mutations socio-économiques qui séparent nos deux périodes et de leur impact majeur sur les processus inflationnistes : désindexation et individualisation des salaires, concentration industrielle, libéralisation des marchés et situations de rente (dans la finance, le numérique, le secteur pharmaceutique, les énergies fossiles, etc.). C’est aujourd’hui davantage dans une boucle prix-profits que dans une boucle prix-salaires que s’entretient la dynamique inflationniste.

L’histoire que l’on se raconte aurait peu d’importance si elle ne conditionnait pas la tentation de renouer avec les vieilles recettes économiques et monétaires, aujourd’hui inappropriées, qui y sont associées.

L’inflation que nous vivons est appelée à durer. Certes, la sortie de la phase aiguë de la pandémie de Covid-19 et la guerre en Ukraine ont nourri les hausses de prix par leur impact sur la désorganisation des chaînes de valeurs et sur le prix de l’énergie et des céréales. Mais elles révèlent également des fragilités préexistantes et structurelles. Les racines de l’inflation actuelle sont largement non monétaires.

Dans les années 1970, l’accélération de l’inflation avait été le révélateur de la crise du régime de croissance des « trente glorieuses », amorcée dès les années 1960 par la baisse de la productivité. Aujourd’hui, l’inflation est de nouveau un symptôme, celui de la fin annoncée du régime de croissance financiarisé, globalisé et réputé autorégulé qui s’était installé précisément en réponse à la crise des années 1970.

L’inflation est l’une des expressions macro-économiques des tâtonnements vers un nouveau régime susceptible de surmonter les incohérences et l’insoutenabilité environnementale du modèle néolibéral. Les distorsions de prix relatifs reflètent les ajustements des prix aux pénuries sectorielles (énergies, produits agricoles, composants-clés de l’industrie du numérique, etc.), souvent favorisées par le dérèglement climatique.

Cette idée d’une inflation d’origine climatique est partagée par certains banquiers centraux. Isabel Schnabel, membre du directoire de la Banque centrale européenne, met l’accent sur plusieurs sources d’inflation liées au climat, notamment ce qu’elle a qualifié, lors d’un séminaire à Francfort, le 17 mars, d’« inflation climatique » et de « fossilflation » (« Monetary Policy and Climate Change »). La première désigne les impacts du réchauffement climatique sur l’activité économique et financière qui accroissent l’inflation (baisse des rendements agricoles, de la productivité, perturbations des chaînes d’approvisionnement…). La seconde traduit notre dépendance aux énergies fossiles, dont les prix sont appelés à rester élevés.

Les contradictions de la fin de  » l’abondance »

Les contradictions de la fin de  » l’abondance »

 

Si « la fin de l’abondance » proclamée par Emmanuel Macron témoigne d’une prise de conscience, la sociologue Dominique Méda pointe dans le Monde les contradictions de l’exécutif sur le sujet.

 

Le 24 août, en ouverture du conseil des ministres et en guise de discours de rentrée, le président de la République annonçait solennellement « la fin de l’abondance ». La formule a déjà fait couler beaucoup d’encre, de nombreux commentateurs rappelant que des millions de nos concitoyens connaissaient depuis fort longtemps cette situation, voire n’en avaient jamais connu d’autre. Cette affirmation recèle néanmoins une forme de performativité : tout se passe comme si, par cette parole, le politique validait (enfin) les alertes des scientifiques et reconnaissait officiellement l’impérieuse nécessité d’un changement d’ère.

Nous savons désormais assez précisément comment il est possible d’atteindre les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre que nous nous sommes fixés. Il s’agit notamment de modifier nos productions et notre consommation dans le sens d’une plus grande sobriété, grâce à des changements de pratiques individuelles, mais surtout grâce à des transformations structurelles obtenues par des investissements massifs dans les énergies renouvelables, la rénovation thermique des bâtiments, les alternatives aux transports thermiques et l’agriculture, notamment. Mais pour le gouvernement, passer de la parole aux actes exigera de résoudre au moins quatre contradictions.

Il lui faudra d’abord être capable de mobiliser l’ensemble de la population en faveur d’une politique de sobriété, alors qu’il s’est jusqu’à maintenant refusé à user de la contrainte, en particulier à l’égard des plus aisés, au nom de sa croyance à la théorie du ruissellement. Cela suppose, d’une part, de faire comprendre aux 1 %, et plus encore aux 0,1 % les plus riches, qu’il leur revient de faire les plus gros efforts et, d’autre part, de rassurer les plus modestes, qui craignent d’être une nouvelle fois les dindons de la farce.

Sans cela, la « grande bascule » souhaitée par le président de la République pourrait bien se muer en une « grande transformation », semblable à celle décrite par Karl Polanyi dans l’ouvrage éponyme : dans les années 1930, des sociétés traumatisées par les excès du « marché autorégulateur » s’étaient jetées dans les bras de régimes autoritaires en croyant y trouver protection.

Maintenant qu’il est clair que la surconsommation des uns détruit la base de vie des autres, la lutte en faveur de la réduction des inégalités de revenus et de patrimoine apparaît comme une des principales politiques écologiques. Le déploiement de politiques publiques incitant au développement d’activités à l’empreinte écologique légère et contribuant à l’utilité sociale en est une autre. Ceci devrait conduire le gouvernement à prendre au sérieux la question des effectifs et des rémunérations du secteur public, un des avantages de celui-ci étant d’ailleurs de ne pas être soumis à l’obligation de produire plus pour fournir un profit.

L’inflation sanctionne la fin d’un modèle économique

L’inflation sanctionne la fin d’un modèle économique

 

L’économiste Anne-Laure Delatte considère, dans une tribune au « Monde », que la remontée des taux ne doit pas grever la capacité d’investissement indispensable au changement de modèle économique, dont l’épuisement est la cause de l’inflation.

 

Nous sommes déjà dans le monde d’après. La très forte croissance des prix au cours de l’année est la manifestation d’un régime économique épuisé. L’action publique est revenue en force, mais les recettes du monde d’avant ne seront pas efficaces. Des mesures alternatives sont donc nécessaires pour que nous puissions avancer. L’enjeu économique contemporain est de protéger les femmes et les hommes des conséquences du changement climatique, tout en opérant une bifurcation des modes de consommation et de production. C’est ainsi que toute mesure politique de lutte contre l’inflation devrait être pensée.

L’inflation est le reflet des raretés accumulées depuis 2020 : rareté de biens traditionnellement importés d’Asie, rareté des cargos pour acheminer cette marchandise, rareté de certaines matières premières, rareté de l’énergie – accentuée depuis six mois par le conflit avec la Russie. On a mis du temps à comprendre que ces raretés étaient la nouvelle norme.

Au départ, les prix ont baissé à cause du confinement de nos économies : ils reflétaient le ralentissement soudain de toute l’activité. Puis, ils ont fini par augmenter, mais on a jugé la hausse transitoire, pensant que les raretés allaient se résorber. La politique monétaire n’a pas changé.

En 2022, toutefois, les banques centrales américaines et européennes ont changé de position : l’inflation ne reviendra pas à 2 % sans une intervention publique. En juillet, la Banque centrale européenne (BCE) a arrêté d’acheter des titres sur le marché pour la première fois depuis sept ans, et a augmenté ses taux pour la première fois depuis onze ans. Cela a entraîné une augmentation des taux de marché dont peuvent témoigner celles et ceux qui envisageaient un achat immobilier.

Mais ce changement d’orientation monétaire s’est ressenti sur un autre marché absolument crucial dans le contexte actuel : celui des dettes publiques. Le risque italien, par exemple, a atteint cet été le même niveau inquiétant qu’en mars 2020, au tout début de la pandémie. Pourquoi un tel effet ? Depuis 2015, et particulièrement depuis la pandémie, la BCE protégeait la capacité des gouvernements à s’endetter. Elle maintenait ce marché sous cloche en se portant acquéreur de dette publique. Concrètement, elle rachetait les obligations des Etats membres aux banques privées, ce qui a permis aux gouvernements de la zone euro de s’endetter à des taux historiquement bas. La suspension de ces achats et la hausse des taux, survenues en juillet, sont donc venues signaler au marché un changement d’époque. Pour résumer, quand l’inflation est devenue une menace crédible, la BCE a agi, mais cela a détérioré les conditions d’emprunt de plusieurs dettes souveraines de la zone euro, et s’endetter est devenu plus cher pour tous les Etats membres.

CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Encore une escroquerie institutionnelle !

CONSEIL NATIONAL DE LA REFONDATION »: Encore une escroquerie institutionnelle ! 

Dès septembre, le fameux machin intitulé Conseil national de la Refondation sera lancé par Macron. Face au  relatif vide politique actuel  ,  Macron a sorti  soudain de sa poche une nouvelle version d’un truc inutile : le conseil national de la Refondation. Et quand on examine l’objectif, il s’agit évidemment une nouvelle fois de faire doublon avec les institutions existantes notamment le conseil économique et social environnemental mais aussi et surtout le Parlement. Car c’est évidemment au parlement en premier de prendre en charge les objectifs politiques nationaux et de les traduire réglementairement. Pour cette raison, le président du Sénat par exemple  vient de décider de ne pas participer à ce fameux conseil.L’association des maires de France a aussi décidé de boycotter ce nouveau machin. De même que les forces politiques de la droite, de la gauche, de l’extrême droite et même Édouard Philippe.

Bref un remake de la commission de l’énergie qui va regrouper une cinquantaine de poilus, » soigneusement choisis au hasard » complètement incompétents pour la plupart est facile à manipuler par les experts.

Cerise sur le gâteau, ce machin sera posé de personnalités tirées au sort. Ce qui nous amènera directement à la fois à des manipulations observées lors  la convention citoyenne du fait de l’inexpérience des intéressés. Aussi à des propositions relevant du niveau de discussion de bistrot.

Avec la proposition de Macron, on pourrait facilement se dispenser des sélections législatives prévues en avril et tirer  au sort les députés  transformés alors  en membres du conseil national de la politique.

Emmanuel Macron a  en effet annoncé , vouloir créer un « Conseil national de la refondation » réunissant les « forces politiques, économiques, sociales, associatives » ainsi que des citoyens tirés au sort, pour « atteindre » cinq objectifs qui toucheront notamment au pouvoir d’achat et à l’écologie.

« J’ai porté cinq objectifs pendant la campagne : l’indépendance (industrielle, militaire, alimentaire…), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l’égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle. Pour les atteindre je veux réunir un Conseil national de la refondation, avec les forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires et de citoyens tirés au sort », a-t-il affirmé.

Notons en fait qu’il il s’agit aussi d’une remise en cause du gouvernement puisque les priorités déjà évoquées devront préalablement passer par ce fameux conseil de Refondation. .

Le président précise qu’il y aura « une première séquence de plusieurs jours, puis des rendez-vous réguliers » et que la première portera sur le pouvoir d’achat, préoccupation numéro un des Français.

Et Macron de resservir la soupe du grand débat national qu’il indique que des discussions auront lieu sur le terrain sur les objectifs indiqués

Macron  prévoit en effet que « soient définis nos objectifs et les moyens » au sein de ce Conseil avant des « discussions » à partir de septembre, « sur le terrain, dans les 1200 bassins de vie, auxquelles seront associées toutes les parties prenantes ».

« Les Français sont fatigués des réformes qui viennent d’en haut », a insisté Emmanuel Macron.

 

Ils risquent  sans doute aussi d’être fatigués par ce mécano d’institutions inutiles qui s’ajoutent déjà à d’autres..

Guerre en Ukraine : La faute à Zelinsky (Ségolène, la folle du Poitou) !

Guerre en  Ukraine  : La faute à Zelinsky  (Ségolène, la folle du Poitou) !

Ségolène Royal, la folle du Poitou, ne sait plus quoi faire pour se singulariser et exister politiquement. Malheureusement pour elle elle n’a pu décrocher le moindre poste au plan national et international en dépit de ces démarches très appuyées y compris auprès de Macron.

 

« On ne peut pas lui faire confiance », Estime un conseiller ministériel. Avant qu’un membre du gouvernement ajoute : « Elle souffle le chaud et le froid en fonction des postes qu’elle vise. Tout est calculé en fonction de son propre intérêt. » Aujourd’hui, entre Ségolène et Macron « le lien est totalement rompu. »Du coup, elle multiplie les prises de position anachroniques voire fantaisistes et même scandaleuses. Elle considère en effet que la guerre en Ukraine est imputable aux provocations du président ukrainien. En clair elle se situe du côté de Poutine.

L’ancienne ministre, invitée ce jeudi sur le plateau de BFMTV, a dénoncé une « propagande de guerre par la peur » de la part du président Volodymyr Zelensky.

« La paix en Ukraine n’est pas rendue impossible par les victimes de l’invasion, mais par la volonté de conquête de Poutine! », a réagi sur Twitter le Premier secrétaire du PS Olivier Faure.

« Les crimes de guerre sont documentés, le nier est une insulte aux assassinés, aux violées, aux torturés ! Dire le contraire est de la propagande ! », a-t-il poursuivi.

Dans un autre tweet, il a ajouté: « Elle dit que la dénonciation des crimes (dont elle doute) a un objet: entraver le processus de paix. Les agressés deviennent les bellicistes. Jusqu’à preuve du contraire les Ukrainiens sont les résistants dans une guerre qu’ils n’ont pas choisie », a-t-il critiqué.

Le député européen Raphaël Glucksmann (Place publique), a lui aussi dénoncé un « naufrage. Total ».

SONDAGE Macron et crise énergétique : pas la hauteur des enjeux

SONDAGE Macron et crise énergétique : pas la hauteur des enjeux -

 Seuls 35% des Français jugent Emmanuel Macron à la hauteur des enjeux écologiques actuels, selon un sondage Odoxa Backbone Consulting pour Le Figaro. Ils déplorent le manque d’investissement de la France dans le nucléaire.

 

Pour 54% des personnes interrogées, la première cause de cette vulnérabilité en matière d’énergie serait due avant tout au manque d’investissements de la France dans les centrales nucléaires (fermetures de centrales et manque d’investissement). Viennent ensuite le manque d’investissements de la France dans les énergies renouvelables (42%) et les conséquences de la guerre en Ukraine (40%). Seuls 26% des Français jugent que la vulnérabilité du pays est liée au fait que nous consommerions trop d’énergie.

Dans cette perception des causes de notre vulnérabilité, apparaît en filigrane le clivage droite-gauche. En effet, 69% des sympathisants de droite mettent au premier plan le manque d’investissements dans le nucléaire, contre seulement 38% de ceux de gauche. À l’inverse, c’est le trop faible effort envers les énergies renouvelables qui est jugé le principal responsable de la situation pour la gauche (53%), alors qu’il n’arrive qu’en troisième position à droite (32%).

Face aux solutions proposées, les Français sont volontaires. Ils sont majoritairement favorables à une baisse de 10% de la consommation d’électricité des entreprises pendant une période donnée (76%), mais opposés à l’arrêt complet de la production (69%) et à des coupures de courant (52%) en cas de forte tension sur le réseau. À titre individuel, les personnes interrogées sont prêtes à faire des efforts, qu’il s’agisse de réduire leur consommation d’énergie, d’éteindre leurs appareils plutôt que de les laisser en veille et de réduire la température de leur logement.

Mais dans la tempête, les Français ne font pas confiance à leur capitaine. Seuls 47% pensent qu’Emmanuel Macron pourra assurer l’approvisionnement en gaz et en électricité dans les mois à venir. 60% ne le croient pas capable de protéger leur pouvoir d’achat face à la hausse des prix de l’énergie, et à peine un sur trois (35%) le juge à la hauteur des enjeux écologiques actuels. «Le faible niveau de confiance générale en Emmanuel Macron se retrouve sur la question stratégique de son rôle pour nous protéger face à la crise énergétique dont nous ne connaissons pour l’instant que les prémices», souligne Céline Bracq, directrice générale d’Odoxa.

Sans surprise, la perception d’Emmanuel Macron fluctue en fonction des orientations partisanes.. Seuls 24% des proches du Rassemblement national ont confiance en l’action du chef de l’État pour assurer l’approvisionnement en gaz et en électricité dans les prochains mois, mais ils sont majoritaires chez les sympathisants de La République en Marche (83%), des Républicains (53%) et des écologistes (52%).

(Cette enquête a été réalisée auprès d’un échantillon de 1004 Français représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, interrogés par internet du 31 août au 1er septembre 2022.)

Jets privés: La démagogie

 Jets privés: La démagogie

L’incohérence et le double discours des pouvoirs publics pèsent lourd dans la réticence des citoyens à réduire leur consommation d’énergie. Par Dhouha El Amri, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC)

 

Au lendemain du premier tour de l’élection présidentielle du 10 avril 2022, le média Vert épinglait le choix du Premier ministre Jean Castex d’avoir utilisé un jet privé pour aller voter à Prades, dans les Pyrénées-Orientales.

Des accusations similaires se sont multipliées tout cet été 2022, visant patrons et stars sur les réseaux sociaux.

Ces polémiques surgissent dans un contexte où les appels à baisser la consommation d’énergie des ménages se multiplient, alors que l’Union européenne doit se libérer de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et que la publication du dernier volet du rapport du GIEC le 4 avril 2022 alerte une nouvelle fois sur l’urgence d’agir drastiquement pour freiner le dérèglement climatique.

Outre l’impact financier pour le contribuable du recours abusif aux jets privés de la part de responsables politiques, quels effets de tels comportements de la part des personnalités publiques peuvent-ils avoir sur les consommateurs en matière de choix énergétiques ?

Dans une étude publiée à l’été 2020 dans la Revue de L’organisation responsable, j’ai tenté d’explorer les principales raisons qui expliquent pourquoi les individus ne diminuent pas leur consommation d’énergie domestique, malgré les invitations pressantes à le faire.

Dans ces travaux, j’ai établi une typologie des consommateurs en fonction de leur rapport aux économies d’énergie. Si du côté des « résistants », les motivations sont diverses, les discours et attitudes contradictoires des dirigeants apparaissent comme un facteur saillant.

Il y a d’abord ceux qui jugent que les économies d’énergie ne sont qu’un effet de mode qui passera, qu’ils en ont assez d’en entendre parler et de faire des efforts. D’autres s’assument explicitement climatosceptiques : ils ne croient tout simplement pas à la problématique environnementale, ni par conséquent à la nécessité de réduire leur consommation énergétique résidentielle.

D’autres invoquent la préservation de leur liberté individuelle : ils refusent que l’action publique s’immisce dans leur vie quotidienne et les empêchent de consommer ce qu’ils veulent, quand ils veulent et comme ils veulent.

Une autre frange encore présente une réticence générale au changement, qui va au-delà des « habitudes » et peut présenter 4 dimensions : la recherche de routine, la réaction émotionnelle, la focalisation sur le court terme et la rigidité cognitive.

Mais il existe un autre segment chez ces « résistants » à l’économie d’énergie : celui des révoltés par l’injustice perçue à l’égard des vrais pollueurs, par l’incohérence de l’action publique et son manque de transparence.

Eux estiment que les pouvoirs publics s’acharnent sur les ménages tout en se montrant laxistes vis-à-vis des grands groupes pollueurs. Notre recherche qualitative, à travers des entretiens et une netnographie, révèle que ces répondants vont, parce qu’ils jugent l’action de l’État contradictoire, jusqu’à refuser d’adopter un comportement économe en énergie.

Pour eux, l’État incite d’un côté la population à adopter des comportements économes, tout en ne l’informant pas par ailleurs du caractère énergivore des innovations technologiques et des nouveaux appareils.

L’action publique peut en effet apparaître schizophrène sur ce sujet, prise entre les enjeux de la croissance économique et de la dynamique des marchés et ceux d’une régulation des comportements des consommateurs.

 

Pour les répondants révoltés, la résistance à la déconsommation apparaît donc comme une manière d’exprimer leur point de vue et de révéler leur opposition à ce double discours.

« Non pas du tout je ne vais pas faire le con alors que les autres dépensent de l’argent aux frais de la princesse. », « Qu’ils commencent par le haut », exprime une personne interrogée. « Pourquoi les gens au-dessus ne se serrent pas la ceinture. ».

« Le soir, sur les routes nationales, il y a des complexes commerciaux… qui laissent toutes les lumières allumées sur des parkings déserts. La consommation d’énergie de Las Vegas, Les politiciens qui voyagent en Jet Privé… », souligne un autre contributeur anonymisé sur le forum sur-la-toile.com.

« Calculer l’empreinte écologique : évaluer la trace laissée sur le passage sur cette Terre (en termes d’épuisement des ressources et pollution) et surtout, pour ceux qui le peuvent (c’est-à-dire les sociétés), le profit tiré de ces prélèvements (gratos), et pointez du doigt les coupables, les vrais. » (Anonymisé, forum : sur-la-toile.com)

S’ils veulent convaincre ce groupe de résistants d’agir en faveur de la maîtrise de l’énergie, les acteurs publics devront affiner leur communication et tâcher de corriger l’injustice perçue.

En la matière, les personnalités politiques gagneraient à prouver leur cohérence et à faire en sorte que le message qu’ils diffusent soit reflété dans leurs comportements.

______

Par Dhouha El Amri, Maître de conférences en sciences de gestion, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC).

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Fin de la gratuité du Net pour les grandes plates-formes numériques ?

Fin de la gratuité du Net pour les grandes plates-formes numériques ?

Bruxelles envisage de faire contribuer les plates-formes de contenu au financement des infrastructures, ce qui constituerait une discrimination envers les autres fournisseurs. Par Patrick Maillé, IMT Atlantique – Institut Mines-Télécom; Annie Blandin-Obernesser, IMT Atlantique – Institut Mines-Télécom et Bruno Tuffin, Inria

 

Sous prétexte d’équité, cette contribution vise en fait à contester le financement spécifique envisagé par les grandes plates-formes numériques qui utilisent pourtant plus de 50 % des infrastructures NDLR

À la fin de ce premier trimestre de 2022, la Commission européenne, via son commissaire chargé du marché intérieur Thierry Breton (également ancien PDG de France Télécom de 2002 à 2005 et de Atos, leader européen du cloud, de 2009 à 2019) annonce d’ici la fin de l’année une initiative pour que les grandes plates-formes de contenu numérique participent au coût de l’infrastructure des réseaux de communication.

Sont visées en particulier les quelques plates-formes qui occupent cumulativement plus de 50 % de la bande passante mondiale. Il est même question de faire de ce projet un des principaux chantiers de l’espace numérique, à la suite du Digital Markets Act (DMA) et du Digital Services Act.

Sous couvert d’équité en matière de financement des investissements, cette déclaration semble en tout cas remettre en cause les principes de neutralité du Net, jusqu’ici pourtant chers aux autorités européennes.

Pour rappel, un vif débat se déroule donc depuis les années 2000 autour de la notion de réseau « ouvert » et de neutralité du Net. Le débat a été provoqué par le blocage ou le ralentissement de certains flux par des opérateurs, qui a suscité de fortes réactions et par la suite une promulgation de principes de neutralité pour réguler les comportements.

Il existe plusieurs définitions plus ou moins similaires de la neutralité du Net, et leurs applications varient grandement selon les pays (et au cours du temps, avec notamment sous l’administration Trump aux États-Unis une remise en cause des principes précédemment actés).

Dans l’Union européenne, conformément aux dispositions du règlement de 2015 relatif à l’accès à un Internet ouvert, les utilisateurs ont le droit « d’accéder aux informations et aux contenus et de les diffuser, d’utiliser et de fournir des applications et des services et d’utiliser les équipements terminaux de leur choix, quel que soit le lieu où se trouve l’utilisateur final ou le fournisseur, et quels que soient le lieu, l’origine ou la destination de l’information, du contenu, de l’application ou du service, par l’intermédiaire de leur service d’accès à l’Internet ».

Les fournisseurs d’accès ont par conséquent le devoir de traiter « tout le trafic de façon égale et sans discrimination, restriction ou interférence, quels que soient l’expéditeur et le destinataire, les contenus consultés ou diffusés, les applications ou les services utilisés ou fournis ou les équipements terminaux utilisés », même si des exceptions restent autorisées dans des cadres précis. Des considérations commerciales ne peuvent donc pas justifier un traitement différencié, comme l’a confirmé l’arrêt Telenor de la Cour de justice de l’Union européenne en novembre 2020.

Ces principes de neutralité semblent ou tout du moins semblaient inamovibles pour les autorités européennes, d’où une certaine surprise face à la récente déclaration de Thierry Breton. En effet, si certaines plates-formes de contenu devaient participer au financement de l’infrastructure, cela ne signifierait-il pas que la transmission de leurs paquets deviendrait payante, contrairement aux autres fournisseurs, ce qui constituerait une discrimination ?

De surcroît, peut-on imaginer que les intéressés paieraient, en échange de rien ? Seraient-ils tentés d’exiger un traitement préférentiel de leurs flux ? À l’inverse, si ces mêmes plates-formes refusaient de payer, seraient-elles bloquées ou leur qualité de service détériorée, avec par conséquent un traitement inégal dans le réseau ?

Cependant, pour Thierry Breton :

« Les règles en place depuis vingt ans s’essoufflent et les opérateurs n’ont plus le bon retour sur leurs investissements. Il est nécessaire de réorganiser la juste rémunération des réseaux. »

On peut remarquer que faire payer certains fournisseurs était très précisément l’argument développé dans les années 2000 par Ed Whitacre, le PDG d’AT&T, fournisseur d’accès majeur aux États-Unis, en déclarant que les fournisseurs de contenu parfois distants et connectés à Internet via un autre fournisseur accédaient gratuitement au réseau d’AT&T pour atteindre les utilisateurs, et devaient donc payer à AT&T une contribution aux investissements nécessaires dans les infrastructures réseau. Mais c’est aussi précisément ce qui a soulevé une série de réactions de la part d’associations d’utilisateurs et des fournisseurs de contenu, craignant que le trafic concerné soit bloqué ou freiné, et a conduit aux définitions de la neutralité du Net et à leur application à travers le monde. Le but principal : empêcher que les fournisseurs de réseaux ne modifient les grands principes de liberté et d’Internet ouvert. La nouveauté aujourd’hui serait alors de se limiter aux « gros » fournisseurs de contenu.

Cet argument lié à l’investissement reprend ceux des opérateurs réseau. Ces derniers affirment en effet que les grands fournisseurs ont une part importante des revenus générés grâce à l’Internet et une capitalisation en bourse croissante, et qu’il y a une asymétrie sur la puissance financière et de négociation entre plates-formes et opérateurs ; il avancent également que ces mêmes fournisseurs ne participent pas à l’infrastructure alors qu’ils en sont les principaux utilisateurs, ou encore que l’utilisation accrue du réseau conduit à une forme de « tragédie du bien commun », phénomène bien connu en économie qui explique les conséquences négatives de la recherche de profit égoïste d’entités sur l’utilisation de ressources communes et gratuites.

On est donc conduit à s’interroger sur les raisons plus politiques qui expliquent ce revirement. L’heure est en effet à une réforme profonde de la régulation du numérique et de ses plates-formes, voire à un changement de paradigme. Lors de la phase de maturation de l’élaboration des nouvelles règles, on ne s’attendait pas à ce que l’on s’attaque de manière si frontale au pouvoir des grandes plates-formes dans un contexte de promotion de la souveraineté numérique européenne.

Tant le Digital Markets Act que le Digital Services Act prévoient en effet des obligations spécifiques pour certaines catégories d’acteurs, les contrôleurs d’accès dans le cas de la régulation des marchés et les très grandes plates-formes dans le cas de la régulation des contenus. Le DMA par exemple apporte une contribution à la neutralité en prévoyant que le comportement des contrôleurs d’accès ne doit pas compromettre les droits des utilisateurs finaux à accéder à un Internet ouvert.

Cette régulation est asymétrique, en ce qu’elle distingue différentes catégories d’acteurs. Thierry Breton estime que la réorganisation de l’espace informationnel étant réalisée, il faut désormais se préoccuper des infrastructures. L’asymétrie des règles a-t-elle dès lors sa place ? On peut en douter si l’on fait une application stricte du principe de neutralité du Net, mais on peut nuancer les choses en se rappelant que la régulation des télécommunications repose pour partie sur des règles asymétriques, sous la forme d’obligations renforcées pesant sur les opérateurs exerçant une influence significative sur tel ou tel marché.

En tout état de cause, soit on considère que la neutralité du Net est menacée par le projet de contribution, soit on prend acte du fait qu’elle doit être conciliée avec un principe figurant dans la récente déclaration de droits et principes numériques, celui selon lequel tous les acteurs du marché doivent participer de manière équitable et proportionnée aux coûts de biens, services et infrastructures publics. Sur un sujet connexe, on retrouve ce principe d’équité dans la proposition de loi sur les données de la Commission européenne (Data Act). Ce texte a pour but de « garantir l’équité dans la répartition de la valeur des données entre les acteurs de l’économie fondée sur les données ».

Encore une fois, le but ici n’est pas d’être pro ou contre la neutralité, mais de s’interroger sur les raisons du changement de vision de la Commission européenne, et sur son ambiguïté face aux principes qu’elle avait elle-même instaurés. Les nouveaux principes énoncés, de participation équitable aux coûts des biens, pourraient d’ailleurs être interprétés dans un sens inverse à celui initialement prévu : les opérateurs ne devraient-ils pas participer au financement de la création de contenus, qui leur permettent d’attirer des abonnés ?

_______

Par Patrick Maillé, Professeur, IMT Atlantique – Institut Mines-Télécom ; Annie Blandin-Obernesser, Professeur de droit, IMT Atlantique – Institut Mines-Télécom et Bruno Tuffin, Directeur de recherche Inria, Inria.

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Pékin -Moscou: Même dictature de la pensée

 Pékin -Moscou: Même dictature de la pensée 

 

Les autocraties se défendent en vantant les mérites de la « rééducation » des peuples ou des pays déviants. Une expression qui renvoie aux pires moments du stalinisme et du maoïsme, explique, dans sa chronique, Alain Frachon, éditorialiste au « Monde ».

 

Les situations sont différentes, mais les mots sont les mêmes et l’intention semblable. Moscou veut « dénazifier » l’Ukraine. Comprendre : « russifier » ou « rerussifier » ce grand voisin du Sud tenté par « l’occidentalisation » – mal absolu, selon Vladimir Poutine. Et Pékin, de son côté, prévoit de « resiniser » Taïwan, accusé de dérive antichinoise. Ce n’est pas seulement l’autonomie ou l’indépendance de facto de l’île qui est visée, mais, d’abord et surtout, sa pratique de la démocratie, « à l’occidentale ».

Les autocraties se défendent en vantant les mérites de la « rééducation » des peuples ou des pays déviants. L’expression renvoie aux pires moments du stalinisme et du maoïsme – les camps et la terreur. Mais les héritiers du pouvoir à Moscou et plus encore à Pékin croient dans l’ingénierie politico-psychologique, la manipulation des esprits par la force. On peut former un homme nouveau, forcer les consciences et lessiver les cerveaux, en somme faire d’un soi-disant « Ukrainien » un bon Russe, et d’un Ouïgour un grand Han (ethnie dominante en Chine) ! Mauvais souvenirs.

Poutine disait en février que l’Ukraine, terre de culture russe au sens large, était en passe d’être dérussifiée et, selon lui, tant d’ingratitude justifiait la guerre – les milliers de morts, les millions de réfugiés, la destruction de l’économie de ce voisin que l’on assure chérir ! Dans les 20 % de l’Ukraine aujourd’hui conquis par la Russie, on s’attache à « rééduquer ».

 

Fini l’ukrainien, il n’y a plus qu’une seule langue, le russe, qu’une seule devise, le rouble, qu’un seul mot d’ordre : « Nous formons un peuple unique. » Les panneaux de signalisation sont en russe. Le réseau téléphonique ukrainien est condamné, les territoires occupés sont raccordés au réseau de la Russie. On va changer les livres d’histoire, place aux manuels scolaires importés de Moscou. Internet est censuré. Aujourd’hui exilé, Dmytro Butriy, ancien fonctionnaire de la mairie de Kherson, cette ville du sud du pays capturée dès le début de la guerre, dit au Financial Times (du 5 août) : « Toutes leurs actions n’ont qu’un objectif, détruire l’identité ukrainienne. »

Tristement célèbres pour avoir été testés en Tchétchénie, des « camps de filtration » se chargent de « trier » parmi les Ukrainiens occupés. Citant des témoignages recueillis sur place par la presse ou auprès de diplomates occidentaux et d’ONG, le New York Times (du 1er août) décrit le sort réservé aux éléments jugés irrécupérables : « Enlèvements, tortures et exécutions de responsables politiques et culturels ukrainiens. »

Le dépérissement de la recherche française

Le dépérissement de la recherche française

 

Le directeur de recherche , directeur d’études à l’EHESS, Michel Grossetti s’inquiète, dans une tribune au « Monde », de la concentration des (faibles) moyens de la recherche sur quelques établissements

 

S’il n’est guère productif de dénigrer les universités françaises, qui font ce qu’elles peuvent avec les moyens qui leur sont attribués, il est tout de même permis de s’interroger sur les évolutions de la recherche française dans les dernières décennies. La place de notre pays dans les bases de données recensant les publications scientifiques, en particulier le Web of Science qui forme la base du classement de Shanghaï, fait apparaître une situation plus inquiétante que ne le suggère la tribune de Pierre Veltz « Arrêtons l’autodénigrement à propos de l’université française » parue dans Le Monde du 24 août 2022.

 

Dans son rapport de 2021 sur « La position scientifique de la France dans le monde et en Europe 2005-2018 », l’Observatoire des sciences et techniques (OST) constate le passage progressif de notre pays du 6e rang mondial en 2005 au 9e en 2018, la France ayant été dépassée successivement par l’Inde, puis l’Italie et enfin la Corée du Sud. Si la progression de très grands pays comme l’Inde est logique dans le cadre d’un processus global de rééquilibrage en faveur des pays émergents, le constat est plus inquiétant lorsque la France est devancée par des pays moins peuplés comme l’Italie ou la Corée du Sud.

 

Le nombre de publications d’un pays (ou d’une ville, d’une région ou d’une université) est fonction du nombre de personnes effectuant de la recherche et des moyens dont ces personnes disposent. Sur ces deux points, la France a moins progressé que d’autres pays. Ainsi, le Sénat notait en 2020 que « la dépense intérieure de R&D (DIRD) oscille depuis les années 1990 autour de 2,25 % du PIB (2,21 % en 2017), loin de l’objectif collectivement fixé en Europe dès le début des années 2000 : parvenir à 3 % du PIB. Pis, en 2017, l’effort de recherche a diminué dans notre pays, à 2,21 % du PIB. Pourtant, l’Allemagne dépasse les 3 % du PIB, comme la Suède, la Finlande, la Suisse et l’Autriche en Europe. La France est seulement le 13e pays du monde sur cet indicateur !  ».

Depuis une quinzaine d’années, la stagnation des financements et des recrutements, voire la diminution de ces derniers dans certains organismes comme le CNRS, s’est accompagnée de restructurations incessantes des établissements avec les regroupements comme celui de Paris-Saclay bénéficiant de fortes dotations, contrairement aux établissements qui ne font pas partie de ces grands assemblages, et de la mise en œuvre d’une politique d’« excellence » consistant à concentrer les moyens sur les chercheurs les plus reconnus.

Emploi: le  » précariat ou la précarité durable  »

Emploi: le  » précariat ou la précarité durable «  

Dans son dernier ouvrage, le sociologue Nicolas Roux étudie les façons très différentes dont les saisonniers agricoles et les intermittents du spectacle vivent leur « précariat ».

Par Alain Beuve-Méry dans le Monde. 

 

Livre. L’approche est originale, mais peut surprendre. Pour explorer les contours du monde du « précariat » (néologisme, né de la contraction des mots « précarité » et « prolétariat ») – qui concernerait 40 % de la population des pays développés, selon l’économiste britannique Guy Standing –, le sociologue Nicolas Roux a choisi d’étudier en France deux catégories sociales très éloignées l’une de l’autre, d’un côté les saisonniers agricoles, de l’autre les artistes intermittents du spectacle.

De fait, ces deux populations ont comme point commun de se situer à l’opposé du modèle salarial « fordiste », où domine un emploi stable et à temps plein. En ce qui concerne la France, ces catégories appartiennent plutôt aux marges du monde du travail, puisque le contrat à durée indéterminée (CDI) représentait encore 85,3 % de l’emploi stable, selon les statistiques de l’Insee, en 2016. Au total, ce sont quand même 3,7 millions de personnes qui ont occupé un emploi précaire dans l’Hexagone, cette année-là. Leur existence est de plus pérenne et ancienne, puisque les journaliers agricoles comme les travailleurs au cachet dans le monde du spectacle étaient déjà très nombreux au XIXe siècle, comme au début du XXe siècle.

Mais avec les crises sociales récentes – notamment le mouvement des « gilets jaunes » –, les discours sur l’avènement d’une « start-up nation » ou sur l’« ubérisation » de l’économie, l’idée que la précarité a gagné du terrain et s’installe dans la durée mérite une analyse. Dans ces conditions, le fil rouge de l’auteur est « de bien voir comment les individus aménagent au mieux leur situation, en fonction des ressources disponibles ».

Nicolas Roux étudie les conditions de soutenabilité et d’insoutenabilité de la précarité durable. La vie des saisonniers agricoles et celle des intermittents du spectacle alternent entre des périodes d’emploi et de chômage. La discontinuité est inscrite au cœur même de leur vie sociale, tant du point de vue du contrat (à durée déterminée, saisonnier, etc.) que du temps de travail (à temps partiel, morcelé, etc.). Mais là se situe, aussi, la grande différence entre eux.

 

D’un côté, les saisonniers agricoles, issus de milieux modestes et moins diplômés, sont amenés à accepter leur condition et à s’en satisfaire. Ils n’ont pas le choix de leur activité et dépendent de leur emploi précaire pour se nourrir. De l’autre, il s’agit d’un choix de vie pour les intermittents du spectacle. L’auteur arrive vite d’ailleurs à la conclusion suivante : « N’est pas “travailleur intellectuel” qui veut. » Cela est grandement facilité par l’acquisition, dès l’origine, d’un capital social et économique. Au fil de son enquête, Nicolas Roux démontre que le précariat est bien devenu un fait social de plus en plus en plus ancré dans la société française, en revanche, il ne constitue pas une classe sociale, ce monde demeurant très éclaté.

L’illusion de la méritocratie

L’illusion de la méritocratie

L’idée d’une hiérarchie fondée sur le mérite est un des fondements de l’école républicaine, mais une compétition équitable exigerait que tous les enfants aient les mêmes conditions culturelles et socio-économiques.

Luc Cédelle dénonce dans le Monde l’illusion de la méritocratie

 

 « Je suis un pur produit de la méritocratie républicaine dont l’école est le pilier. » Prononcée le 20 mai lors de sa passation des pouvoirs avec Jean-Michel Blanquer, cette phrase fut l’une des premières de Pap Ndiaye en tant que ministre de l’éducation nationale. Selon Le Robert, la méritocratie désigne la « hiérarchie sociale fondée sur le mérite ». Son invocation semble couler de source : qui peut être contre les efforts à fournir pour acquérir un savoir et contre le mérite qui en découle ?

Mais la mesure de ce mérite se dérobe. Comment, dans les résultats scolaires, distinguer ce qui relève de l’effort fourni, de dispositions personnelles ou du contexte familial et relationnel ? A résultat égal, un enfant sera immensément méritant et un autre n’aura eu qu’à s’acquitter d’une formalité. D’autres complexités surgissent lorsque l’on passe d’une situation ponctuelle (untel a bien travaillé, bravo) à une caractérisation durable (untel travaille toujours bien, c’est un « bon élève »), et du registre individuel à la dimension politique signifiée par la notion de « méritocratie ».

De ce fait, elle est associée à celle de « l’égalité des chances » : une compétition équitable exigerait que tous soient placés dans les mêmes conditions culturelles et socio-économiques. Ce n’est évidemment pas le cas et c’est pourquoi le système scolaire s’assigne un devoir de compensation : dans son article 1, le code de l’éducation stipule que le service public de l’éducation « contribue à l’égalité des chances ». Il précise que, « dans le respect de l’égalité des chances, des aides sont attribuées aux élèves et aux étudiants selon leurs ressources et leurs mérites ». Garante de la méritocratie et au cœur des discours sur l’école, l’égalité des chances a donc le statut ambivalent d’un principe de fonctionnement proclamé et d’un idéal toujours à atteindre.

La méritocratie, note le sociologue François Dubet à propos des paroles « rituelles » de Pap Ndiaye, est qualifiée de « républicaine », en référence à l’école de Jules Ferry. Pourtant, celle-ci « pratiquait plutôt l’élitisme républicain, consistant à sélectionner “les meilleurs des enfants du peuple’’, susceptibles de suivre une scolarité longue, sans se soucier d’organiser une quelconque “égalité des chances’’ pour les autres », rappelle le sociologue qui, d’un ouvrage à l’autre, appelle depuis plus de vingt ans à davantage d’attention pour les vaincus de la compétition scolaire.

Aujourd’hui, puisque les enfants de tous milieux fréquentent un système scolaire unifié et sont censés bénéficier d’une égalité des chances, les perdants sont rendus responsables de leurs échecs et des infériorités de statut social qui en découlent. Tel est le message, générateur de puissants ressentiments, que la société leur transmet – alors même que la crise sanitaire vient de souligner le rôle crucial des travailleurs de « première ligne » au service du bien commun.

La Chine s’enrichit mais pas les chinois !

La Chine s’enrichit mais pas les chinois !

 

Avec des excédents commerciaux record, mais de fortes tensions sur le marché immobilier et une hausse du chômage des jeunes, la solidité de la Chine de Xi Jinping repose sur une « base fragile »constate Frédéric Lemaître correspondant du » Monde » à Pékin.

 

Omniprésent dans les discours politiques, le découplage des économies reste étrangement absent des statistiques. En juillet, la Chine a même pour la première fois de son histoire enregistré un excédent commercial supérieur à 100 milliards de dollars (97 milliards d’euros) : 101,3 milliards de dollars exactement. Un résultat mensuel spectaculaire qui n’a rien d’accidentel : sur les sept premiers mois de l’année, l’excédent s’est élevé à plus de 492 milliards de dollars. Les 313 milliards enregistrés sur la même période en 2021 apparaissent déjà bien loin. Pourtant, eux aussi constituaient à l’époque un record. Sauf effondrement de la demande mondiale d’ici à décembre, la Chine devrait donc connaître en 2022 un nouvel excédent commercial historique.

Qui achète à la Chine ? Tout le monde, les Etats-Unis en tête, suivis des Européens et des Asiatiques. Quatre ans après le début de la guerre commerciale lancée par Donald Trump et poursuivie peu ou prou par Joe Biden, le déficit américain envers la Chine reste abyssal (244 milliards de dollars sur sept mois). En 2022, les Etats-Unis ont moins vendu de biens aux Chinois que l’Union européenne, la Corée du Sud, le Japon… et même Taïwan. Qualifié de « deal historique » par Trump, le compromis conclu entre Pékin et Washington en janvier 2020 selon lequel la Chine devait acheter 200 milliards de dollars supplémentaires de biens américains restera dans l’histoire comme l’exemple même de l’accord commercial qui n’a jamais été respecté.

Même si elle monte en gamme, la Chine reste donc bel et bien l’atelier du monde. Est-ce une bonne nouvelle pour Pékin ? En partie seulement. Certes, être le premier partenaire économique d’environ 120 pays dans le monde lui accorde un statut privilégié. Après avoir interrogé des experts du Bengladesh, du Chili, d’Indonésie, du Kazakhstan, du Kenya, du Nigeria, d’Arabie saoudite et de Turquie, l’Institut allemand Merics observe une tendance générale de ces pays à plutôt pencher vers les Etats-Unis pour assurer leur sécurité mais plutôt vers la Chine pour leur économie. « Tous les pays examinés ici refusent de prendre parti. Leurs gouvernements espèrent continuer à saisir des opportunités nées de cette rivalité sino-américaine », écrit Merics dans une note publiée en août.

Mais cette dépendance est à double sens. Si les exportations restent le principal moteur de l’économie chinoise, c’est à la fois parce que son industrie est sortie renforcée de la crise due au Covid-19 et a pris des parts de marché à ses concurrents, mais c’est aussi parce que la consommation des ménages chinois continue de baisser. Grâce à l’export, la Chine s’enrichit, mais plus les Chinois. Malaise. Les importations de biens électriques ou électroniques diminuent. Le chômage des jeunes est au plus haut : il touche 18,4 % des 16-24 ans.

Réforme de la police judiciaire : Un affaiblissement de la justice ?

 Réforme de la police judiciaire : Un affaiblissement de la justice ?

 

Présentée comme une simple réorganisation, cette réforme va priver l’Etat des moyens de lutter contre le crime organisé et la délinquance financière, dénonce un collectif de magistrats, de policiers et de citoyens dans une tribune au « Monde ».

La réorganisation vise à regrouper la PJ sous l’autorité des services de police de la sécurité publique. Un regroupement sans doute justifié par un manque chronique d’effectifs aussi bien à la PJ que dans les autres services de police NDLR

 

 

Cinq mille enquêteurs et personnels de soutien de la police judiciaire (PJ) travaillent quotidiennement à élucider les crimes et délits qui portent le plus gravement atteinte à notre pacte social (meurtres en bande organisée, braquages à main armée, traite des êtres humains, corruption, fraude fiscale, escroqueries massives, viols en série, trafic d’images pédophiles, trafics de drogue ou d’armes, etc.), sous la direction et le contrôle des procureurs de la République ou des juges d’instruction.

Parallèlement, les services de police de la sécurité publique, placés sous l’autorité d’un directeur départemental de la sécurité publique (DDSP), traitent de la petite et moyenne délinquance, affaires souvent simples et de traitement plus rapide : vols, violences, usage de stupéfiants, etc.

Plus d’un siècle s’est écoulé depuis la création des brigades du Tigre (ancêtres de la PJ), mais la nécessité de disposer d’une police spécialisée, affranchie des limites territoriales des départements et disposant d’un budget et d’effectifs sanctuarisés, est plus forte que jamais face à des réseaux criminels qui ne s’encombrent d’aucune frontière.

Le ministre de l’intérieur s’apprête pourtant à revenir à une départementalisation de la police judiciaire à compter de 2023, en unifiant le commandement des différents services de police (police judiciaire, police aux frontières, sécurité publique, renseignement) sous l’autorité d’un directeur départemental de la police nationale (DDPN), appelé à devenir le seul interlocuteur du préfet sur les questions touchant à la sécurité intérieure.

Derrière cette réforme, présentée comme une simple réorganisation, se dissimulent toutefois des changements majeurs portant atteinte à l’efficacité des enquêtes et à l’indépendance de la justice.

Elle permettra d’abord l’absorption de la PJ par la sécurité publique et sacrifiera une filière d’excellence sur l’autel du traitement de masse de la délinquance du quotidien. Le DDPN pourra en effet être incité à orienter les moyens de la PJ en fonction de critères opportunistes : missions assurant de meilleurs retours statistiques, exigences des élus, résorption du contentieux de masse. C’est privilégier l’arrestation du petit trafiquant, vite remplacé, plutôt que le démantèlement des réseaux, ou du vendeur à la sauvette plutôt que de ceux qui l’exploitent. C’est le choix de la lutte contre le sentiment d’insécurité, et non contre l’insécurité elle-même. C’est surtout un coup fatal à la lutte contre la délinquance économique et financière, déjà si mal en point.

Société-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

Société-Aménagement du territoire : la folie de la métropolisation

La mode de la métropolisation risque d’aboutir à un aménagement du territoire composé d’un côté d’une dizaine de villes de plus d’un million d’habitants concentrant une majorité d’emplois et de l’autre des zones en voie de régression voire  de désertification. Un non-sens non seulement économique et social mais aussi environnementale et sociétal. En effet l’hyper concentration qui génère effectivement une croissance endogène provoque aussi des dégâts humains et environnementaux catastrophiques. Les créations d’emplois se en effet concentrent depuis une dizaine d’années sur les aires urbaines de plus de 500.000 habitants, zones où l’on trouve les métiers les plus dynamiques – notamment les postes de cadres - au détriment des villes petites et moyennes, constate une étude de France Stratégie.

 

Au total, c’est une douzaine de métropoles régionales qui se partagent quasiment la moitié (46%) des emplois, dont 22% pour Paris et 24% en province. Et ce marché de l’emploi à deux vitesses se creuse. La situation est inédite: entre en 1968 et 1999, la croissance de l’emploi profitait à l’ensemble du pays… avant que les territoires ne se différencient de plus en plus, et que la fracture ne se transforme en fossé entre 2006 et 2013. C’est durant cette période que les aires urbaines de plus de 500.000 habitants ont massivement créé des emplois alors que les villes moyennes, les petites villes et les communes isolées ont subi des pertes, observe l’organisme placé auprès du Premier ministre.

 

Ce phénomène a un nom: la «métropolisation». Or cet aménagement du territoire qui privilégie l’hyper concentration autour de quelques centres conduits le reste à la désertification.  . La mode aujourd’hui est à la métropolisation, c’est à dire à la sururbanisation (qui constitue pourtant une  aberration environnementale) tandis que certaines  petites villes, des villages s’appauvrissent, des villes moyennes stagnent ou régressent. L’élément le plus significatif de cette désertification c’est la raréfaction de l’emploi. Du coup,  les populations sont contraintes de rechercher des embauches de plus en plus loin de leur domicile (20, 30, 50 kms). Jusqu’au  jour où elles décident de quitter leur zone d’habitat pour  rejoindre des zones plus riches en emplois. Pour preuve de cette désertification : la baisse dramatique de la valeur du patrimoine immobilier. Par manque de populations,  les services rétrécissent comme peau de chagrin.

Le cœur de la problématique de la désertification, c’est la disparition de l’emploi qui génère mécaniquement la fermeture des commerces et des services. La réactivation des villes moyennes, des  zones rurales défavorisées passe d’abord par une  analyse fine des réalités et de leur évolution sur longue période (emploi, PIB,  population, services etc.) ; aussi  par une prise en compte des  typologies différenciées des zones dont l’approche globale masque les disparités. Au-delà,  il convient d’agir sur les  leviers susceptibles d’abord de fixer la population active existante et d’encourager la création d’emplois.

 

Bien entendu une  commune ne peut, à elle seule, inverser ces tendances lourdes même si elle peut intervenir utilement dans le champ actuel  de sa  responsabilité. Beaucoup de communes se préoccupent de leur développement pour autant l’environnement défavorable limite leur action (fiscalité, réglementation, transport, équipements et services). En fonction de certains scénarios économiques, sociaux et démographiques, en 2040 certains villages se transformeront en zones pour retraités voire même disparaîtront (d’autant qu’à cette date un  Français sur trois aura plus de 60 ans). L’activité économique interagit sur la qualité et le niveau des services et réciproquement. Si on se préoccupe légitimement des équipements et des services publics, par contre le soutien à l’emploi et à l’économie locale en particulier est plus déficient.

 

Or en fonction du rythme de destruction  des emplois locaux, ce devrait être aussi une priorité. Encore une  fois compte tenu de la mode de la « métropolisation » ‘ pas spécifique à la France, il y a fort à parier qu’on pourra attendre encore longtemps des mesures significatives pour le développement rural des zones défavorisées. On ne saurait se limiter  à quelques dispositions certes utiles mais très insuffisantes (couverture internet, bureau de poste, quelques services …peut-être.

L’inflation et la recherche de prix bas

L’inflation et la recherche de prix bas

 

3%, c’est la proportion de Français qui, en juin 2021, positionnaient l’inflation parmi les trois sujets les plus inquiétants. En juin 2022, ils sont 38% dans ce cas, souligne Alexandre Guérin. Les Français auraient-ils été pris de court ? Par Alexandre Guérin, Directeur général d’Ipsos en France

 

Une approche très marketing qui peut en partie permettre d’affronter l’inflation mais avec des limites car le consommateur se rend vite compte des artifices pour dissimuler les hausses NDLR

 

L’inflation est devenue la préoccupation première des Français et la confiance des ménages s’érode. L’Indice primaire de Confiance des Consommateurs qui avait atteint son plus haut niveau depuis 10 ans en septembre 2021 (49) s’est effondré (43,9) en juin 2022, atteignant un niveau comparable à celui de la crise des Gilets jaunes. Il a rapidement été possible d’identifier certaines stratégies des consommateurs pour faire face à cette dégradation de leur pouvoir d’achat. Les deux plus répandues du mois de juin étaient de différer certains achats (30%) et de rechercher les promotions (26%).

Mais les marques ne sont pas toutes égales face à ces enjeux. La demande, en réponse à l’augmentation des prix, est hétérogène pour les catégories de produits de consommation, et peut même l’être au sein d’une même catégorie. Le consommateur va donc réagir au cas par cas à une hausse du prix. On observe ainsi ce que l’on appelle « une plus grande élasticité de la demande au prix » pour les soins capillaires que pour le papier hygiénique ou encore pour le lait infantile : quand le prix augmente, la consommation baisse. Parmi les catégories les plus « élastiques », on trouve ainsi, dans l’alimentaire, le bio, dont les volumes accusent une baisse de 10% sur un an.

 

Que restera-t-il des comportements nouveaux adoptés par les consommateurs pendant les confinements successifs de 2020 et 2021 ? C’était la grande interrogation des professionnels des études de marché l’an passé. Les plus provocateurs d’entre eux formuleraient plutôt aujourd’hui la question suivante : que restera-t-il dans le panier des ménages une fois qu’ils auront restreint leur train de vie ? Ce changement de perspective implique un retour aux fondamentaux des études de marché. Au-delà de la mesure de « l’élasticité prix », toute marque doit désormais se questionner sur ce qui la rend non-substituable pour résister.

Une quarantaine d’années de données montrent que les marques les moins substituables sont celles qui font le pari continu de l’innovation, qui peut se matérialiser sous différentes stratégies : la réduction des formats (downsizing), par exemple, qui garde l’étiquette de prix inchangé, mais pour une quantité de produit moindre, peut s’avérer une option particulièrement payante dans des catégories pour lesquelles les décisions d’achat sont immédiates. Un changement de design ou un travail sur les bénéfices pour les rendre plus percutants et pertinents sont à contrario souhaitables pour accompagner une hausse de prix. Enfin, un produit nouveau, premium, sans concurrent direct, sera par nature moins vulnérable à une « guerre des prix ».

Le marché des boissons chaudes constitue un exemple intéressant d’utilisation combinée de ces différentes stratégies : l’offre déjà très large de thé en sachet (de la marque distributeur au très premium) est très compétitive tandis que celle en capsules pour machine est encore récente et limitée. Un format au caractère innovant qui permettrait à la marque leader de proposer 16 capsules pour le prix de 50 sachets de thé.

Ce retour aux fondamentaux du commerce s’impose plus que jamais aujourd’hui. Non pas parce que la digitalisation, la personnalisation de l’expérience ou encore la raison d’être des marques seraient déjà derrière nous, mais parce que l’urgence du moment est bel et bien de revenir aux bases des quatre « P » : produit, prix, placement et promotion.

Crise de recrutement dans le public : la faute à l’absence de marché du travail

Crise de recrutement dans le public : la faute à l’absence de marché du travail

 

 

Le spécialiste des relations sociales et du marché du travail, Charles de Froment observe, dans une tribune au « Monde », que l’absence d’un véritable marché du travail nuit gravement à l’accomplissement des missions de service public, et propose des pistes d’amélioration.

En clair ne se pose  pas une crise de vocation mais une crise de rémunération des compétences  NDLR

l ’hôpital, mais plus largement dans l’ensemble du système de soins, les mêmes mots reviennent, comme dans une mauvaise antienne : manque de personnel, manque de reconnaissance, épuisement physique et psychique ; perte de chance pour les patients, actes de négligence, voire maltraitance, auprès de personnes fragiles.

Au sein de l’école républicaine, ce n’est guère mieux : 30 % de candidats en moins en quinze ans aux concours d’enseignement et mille admissibles pour deux mille cinq cents postes à pourvoir au concours de professeurs des écoles dans deux des académies concentrant les élèves avec le plus de difficultés socioculturelles, celles de Créteil et de Versailles ; les démissions d’enseignants en poste, certes rares, ont en outre plus que triplé depuis 2012.

Comment un pays passionné d’égalité en est-il arrivé à construire de fait, contre toutes ses valeurs et en dépit de ses institutions, un système de santé et un système éducatif à deux vitesses ?

Le fil rouge qui unit ces dysfonctionnements en apparence autonomes, puisque présents dans des institutions de nature très différentes, publiques et privées notamment, est en réalité une faille de marché, au sens littéral : dans les hôpitaux, les cliniques, les écoles, les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), les crèches, c’est le marché du travail qui fait défaut depuis des années.

Son absence fait l’objet d’un consensus paradoxal entre deux acteurs pourtant antagonistes : d’un côté, Bercy, qui pilote année après année le point d’indice et les niveaux de dotation en cherchant à minimiser les dépenses, et en se gardant de convoquer trop d’éléments de « benchmark » ; de l’autre, les enseignants, les soignants et leurs syndicats, qui, attachés à la notion de service public et fiers de leur choix de carrière altruiste au service de l’intérêt général, écartent d’emblée toute référence à l’univers privé marchand.

Mais, faute de boussole pour rendre ces métiers stratégiques attractifs, le système prend l’eau. En fixant, directement ou indirectement (avec les dotations soins et dépendances pour les Ehpad, par exemple), des grilles de rémunération déconnectées des réalités, l’Etat attire toujours davantage d’agents économiques « irrationnels » – et héroïques –, qui acceptent de sacrifier leur propre intérêt sur l’autel du bien commun ou du service public.

Ce recrutement de personnels sur une logique de vocation est à l’origine d’autres dérives, que l’on retrouve parfois dans le secteur de l’entrepreneuriat social et solidaire : oubli du droit du travail, effacement des frontières entre vie professionnelle et vie privée, burn-out, etc.

Réalité virtuelle : pour remplacer la religion

Réalité virtuelle : pour remplacer la religion

Dans un entretien au « Monde », le philosophe et chercheur Pierre Musso estime que le métavers vise à « construire un imaginaire autour de technologies existantes ou en développement », et à les présenter comme une « nouvelle révolution ».

 

Pierre Musso est professeur honoraire des universités, associé à l’école d’ingénieurs Télécom Paris, spécialiste des imaginaires technologiques. Il porte son regard de philosophe sur la réalité virtuelle.

Est-ce que les métavers concrétiseront « la philosophie des réseaux » du penseur de la société industrielle Saint-Simon [1760-1825], dont vous vous inspirez ?

Le métavers illustre une innovation – ou un agrégat de technologies – censée représenter ou annoncer une révolution culturelle. Car, de nos jours, les utopies ou les dystopies se réalisent sous la forme du messianisme ou du catastrophisme technoscientifique. La Silicon Valley, avec l’aide des studios d’Hollywood, ne cesse de mettre en scène des promesses technologiques « révolutionnaires » dans des fictions qui sont souvent des blockbusters mondiaux, comme Matrix ou Minority Report, pour promouvoir le cyberespace et l’intelligence artificielle [IA].
« Métavers » est un nouveau mot-valise dont la Silicon Valley a le secret, comme la « guerre des étoiles » ou les « autoroutes de l’information », destiné à produire un grand récit et à construire un imaginaire autour de technologies existantes, ou en développement, et à les présenter au public comme une nouvelle « révolution ».

 

Vous avez écrit « La Religion du monde industriel » en 2006, puis « La Religion industrielle. Monastère, manufacture, usine. Une généalogie de l’entreprise » en 2017 : se dirige-t-on vers la « religion virtuelle » ?

Dans nos sociétés sécularisées et hyper-technologisées demeure un désir de divinités, car aucune société ne peut se passer de mythes ou de croyances fondatrices qui la font tenir. Une société technicienne va logiquement chercher ses divinités dans la technoscience. Ainsi, les références au sacré et à Dieu sont omniprésentes dans la culture anglo-saxonne, notamment dans les temples de la Silicon Valley, laquelle a adopté une « idéologie technico-mystique », héritière de la cybernétique de Norbert Wiener. Et souvenons-nous : la mort de Steve Jobs [1955-2011] fut saluée en 2011 par les mots : « dieu », « prophète », « messie », « pape », « icône », « apôtre » ou « gourou ». Désormais l’invocation du divin, de l’immortalité et de la transcendance est censée apporter un supplément d’âme à la prolifération des techno-discours entourant l’IA ou le transhumanisme. On est plongé en pleine « techno-religiosité ».

 

L’Europe a-t-elle déjà perdu cette nouvelle bataille de la réalité virtuelle ?

Il n’y a pas aujourd’hui de révolution virtuelle ou digitale, mais des combinaisons d’innovations technologiques issues d’une rupture majeure intervenue au milieu du XXe siècle, qui est l’informatisation créant un nouveau système technique, comme le XIXe siècle fut celui de la mécanisation. L’Europe peut et doit retrouver sa puissance industrielle dans ce secteur, il n’y a aucune fatalité au déclin.

1...34567...460



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol