Tourisme : « fragilité d’une économie dépendante de l’hypermobilité »

Tourisme : «  fragilité d’une économie dépendante de l’hypermobilité »

 

 

La crise sanitaire a fragilisé les villes et régions dépendantes du tourisme, à l’instar de Saint-Sébastien, archétype d’une croissance effrénée. La mise en œuvre de stratégies de développement plus focalisées sur les atouts des territoires est indispensable, estime dans une tribune au « Monde » le géographe Mikel Agirre Maskariano

 

Tribune. Le tourisme est devenu l’un des secteurs productifs les plus concernés par la crise socio-économique résultant de l’entrée en scène du Covid-19. Le secteur s’est retrouvé dans une impasse soudaine en raison des restrictions à la mobilité imposées à plusieurs niveaux afin de limiter l’expansion du virus. Dans ce contexte, ce sont notamment les économies dont le tourisme occupe une part privilégiée du PIB qui souffrent de manière accentuée des effets néfastes de la chute d’activité.

A titre d’illustration, le dernier rapport intitulé « Perspectives économiques » publié par l’OCDE cite la forte dépendance au tourisme en tant que principale raison pour comprendre la fragilité de l’Espagne ou encore de l’Italie face au nouveau paysage économique qui se dessine sous nos yeux.

Toutefois, ces deux pays ne symbolisent que la face visible d’une réalité répandue partout dans le sud de l’Europe. Depuis une vingtaine d’années, les pays du bassin méditerranéen ont connu une forte progression du tourisme, qui est devenu un moteur fondamental de leur croissance. Au cours de la dernière décennie, l’essor du tourisme a atteint même des territoires jusqu’alors méconnus du public international.

La région de Saint-Sébastien, au Pays basque, représente un cas d’école en matière de croissance effrénée de l’activité touristique. Grâce à la stratégie d’internationalisation suivie par les autorités locales, Saint-Sébastien s’est positionnée comme l’épicentre du tourisme sur tout l’arc atlantique sud-européen. A cet égard, le nombre de visiteurs étrangers, dont notamment des Etats-uniens et des Français, ne cesse d’augmenter chaque année.

L’apparition des activités liées au tourisme dans la ville s’est multipliée pendant ces dernières années, mettant le secteur au premier rang de l’économie locale par rapport aux principaux indicateurs économiques. Ainsi, la ville fait l’objet d’une spécialisation accrue dans le domaine du tourisme. Toutefois, ce phénomène a entraîné toute une série de répercussions profondes, qui ont redessiné la nature même de la ville.

Parmi les conséquences les plus évidentes figurent : l’augmentation des loyers à la suite de la prolifération des appartements touristiques ; la hausse des prix à la consommation liée au pouvoir d’achat plus élevé des touristes ; la disparition progressive des commerces de proximité et leur remplacement par des établissements à caractère touristique ; ou encore les nuisances inhérentes au secteur de l’hôtellerie et de la restauration.

Chine : face à la répression soutenir les avocats

Chine : face à la répression soutenir les avocats

 

Face à l’ampleur de la répression qui touche les avocats « weiquan », un collectif de chercheurs et de militants appelle, dans une tribune au « Monde », à une plus forte mobilisation de la communauté internationale.

 

Tribune. Le 19 janvier 2018, l’avocat pékinois Yu Wensheng est embarqué par une douzaine de policiers alors qu’il accompagnait son fils à l’école. Détenu au secret, il est soumis à la torture, sans accès à un avocat ni à sa famille, puis condamné, en mai 2019, à quatre ans de prison, à la suite d’un procès à huis clos dont le résultat a été notifié à sa femme, Xu Yan, il y a à peine un mois. Yu œuvrait pour la défense de militants et soutenait des réformes structurelles du système sociopolitique. La veille de son arrestation, il avait appelé à une réforme constitutionnelle et à la création d’un système de contrôle du Parti communiste chinois.

Yu est loin d’être un cas isolé en Chine : il fait partie des avocats weiquan (« défense des droits » en chinois), un groupe d’avocats se battant pour le respect des droits humains et l’état de droit, que Pékin s’efforce par tous les moyens de faire taire. Yu s’était déjà vu retirer sa licence d’avocat pour avoir défendu son célèbre collègue Wang Quanzhang, victime de la « rafle 709 » du 9 juillet 2015. Il y a cinq ans jour pour jour, plus de 250 avocats et militants ont été poursuivis et arrêtés ; certains ont disparu ou ont été emprisonnés pour « subversion du pouvoir de l’Etat », et contraints à des confessions diffusées sur des chaînes publiques.

Le mouvement de défense des droits (« weiquan yundong ») est né en 2003 avec l’abolition du système d’« hébergement et rapatriement » consécutif à la mort de Sun Zhigang, un travailleur migrant. Appuyés par des journalistes et des universitaires, des avocats ont décidé de prendre au mot le pouvoir, qui venait d’introduire la défense des droits humains dans la Constitution.

Tirant les leçons de la répression du mouvement pour la démocratie de 1989, ces professionnels engagés ont aidé des paysans, des ouvriers, des citadins persécutés par le pouvoir à défendre leurs droits devant les tribunaux, en s’appuyant sur la Constitution et sur les traités internationaux relatifs aux droits humains signés par la Chine. Conscients des risques que comportait la fondation d’une organisation, ils ont constitué des réseaux informels sur Internet, que les victimes d’abus n’hésitent pas à saisir.

Pour la première fois depuis 1989, un mouvement informel regroupant des citoyens appartenant à diverses classes sociales est apparu en Chine. Rapidement, les autorités ont commencé à harceler les avocats engagés dans le mouvement, leur retirant leur licence, ou les enlevant, comme en 2011. »

 

Coronavirus : tests rapides en pharmacie

Coronavirus : tests rapides en pharmacie

Les pharmacies sont désormais autorisées, depuis samedi, à réaliser des tests rapides d’orientation diagnostique (TROD) du coronavirus.

Les TROD s’effectuent en prélevant une goutte de sang en piquant la peau, généralement au bout du doigt, pour la mettre en contact avec un réactif. Le résultat apparaît en quelques minutes. Les tests sérologiques ne pouvaient, jusqu’à présent, être réalisés que par les laboratoires d’analyses médicales, en ville ou à l’hôpital.

Un TROD positif signifie que l’on a été exposé au virus et que l’on a développé (ou que l’on est en train de développer) des anticorps. Un résultat positif doit être confirmé par un laboratoire de biologie, à partir d’une prise de sang analysée en laboratoire afin de préciser la réalité de la réponse immunitaire. Il est éventuellement complété par un test virologique (PCR) pour préciser si le virus est toujours présent dans l’organisme et donc, si l’on risque ou non de contaminer d’autres personnes.

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Économie : « La dramatisation est contre-productive »

Le président-délégué du Medef Patrick Martin s’agace de la dramatisation excessive de la crise économique par les responsables gouvernementaux, on rajoute ainsi de la crise à la crise. Le président délégué du Medef en profite pour égratigner la convention sur le climat dont le principal défaut est de n’avoir rien chiffré au plan financier ( un oubli récurrent chez certains lobbyistes écolos NDLR).  interview la tribune.

 

 

  »Technocrate, rigide, inexpérimentée dans ses nouvelles responsabilités » ; ainsi est volontiers qualifiée Elisabeth Borne, qui succède à Muriel Pénicaud : le casting du ministère du Travail et, au-delà, la coloration d’ensemble du gouvernement Castex, vous apparaissent-ils (in)appropriés à l’envergure du chantier économique et social ?

Patrick Martin : (Silence). Nous avons travaillé de manière convenable avec Muriel Pénicaud, surtout depuis l’irruption du séisme pandémique. De notre côté, nous espérons que les nouvelles conditions nous permettront de faire mieux.

146 sur 150 : c’est le nombre de propositions issues de la Convention citoyenne pour le Climat que le chef d’Etat s’est engagé à initier. Auxquelles souscrivez-vous franchement, lesquelles dénoncez-vous franchement ? Plus globalement, applaudissez-vous franchement une « première » démocratique saluée ?

Dès l’installation de la Convention, nous avons opté pour une attitude constructive de dialogue. Abstraction faite du processus démocratique (tirage au sort) qui, en témoigne le courroux de parlementaires, est contestable, notre sentiment est contrasté. Nous partageons l’analyse d’ensemble, mais nous regrettons l’état d’esprit général qui a présidé à la tenue des débats et à la teneur des préconisations : le prisme retenu est celui d’une contrainte, d’une coercition, d’injonctions culpabilisantes à nos yeux inappropriées.

Le mouvement des Gilets jaunes l’a démontré : lorsque les citoyens n’acceptent pas une réforme, ils ne peuvent pas se l’approprier et même ils la combattent. De « mauvaises » méthodes peuvent faire avorter une « bonne » idée. Exemple ? La rénovation des bâtiments. Il s’agit là d’un engagement que nous-mêmes, au Medef, estimons majeur. Mais enfermer le déploiement dans un calendrier insupportable – 30 millions de logements en dix ans – s’avérera contre-productif, et surtout fragilisera des propriétaires qui, faute de moyens financiers pour mener la rénovation, verront ce qui souvent est leur seul bien, cruellement se dévaloriser. Autre exemple : la suppression des vols intérieurs lorsque la durée des trajets en train est inférieure à… quatre heures – finalement ramenée à deux heures trente : a-t-on songé aux conséquences économiques et sociales dans certains territoires ? Enfin, last but nos least : aucun chiffrage n’a été produit ! Le mieux est parfois l’ennemi du bien…

Production industrielle: fort rebond en mai

Production industrielle: fort rebond en mai

Sur un an la baisse est encore  très forte de l’ordre  de 25 % mais le redressement de mai a été assez significatif. La production industrielle en France a rebondi de 19,6% en mai, regagnant presque ce qu’elle a perdu en avril (-20,6%), selon les chiffres publiés par l’Insee vendredi.

Sur les mois de mars à mai, par rapport aux trois mois précédents, la production industrielle s’est effondrée de 23,4%, plombée par la crise sanitaire et le confinement, a encore rapporté l’Institut national des statistiques.

Sur un an (mai 2020 par rapport à mai 2019), la production industrielle se contracte encore plus fortement, de 25,4%, et de 27,7% pour les seules industries manufacturières.

Sur un mois, le rebond en mai pour la production manufacturière est de 22% par rapport à avril, tandis que la chute d’avril par rapport à mars est de 22,3%, selon les derniers chiffres de l’Insee, qui ont été révisés par rapport à ceux publiés le mois dernier.

Sur la période allant de mars à mai par rapport aux trois mois précédents, la contraction enregistrée par les industries manufacturières atteint 25,9%.

Le rebond du mois de mai par rapport à avril a été le plus important pour la construction (+118,5%), alors que les chantiers étaient souvent à l’arrêt pendant le confinement.

Suivent les matériels de transports (+49,9%) qui comprennent l’industrie automobile, et les biens d’équipement (+27,4%).

Le rebond a été le plus faible pour les industries agroalimentaires (+1,8%), qui avaient comparativement moins souffert en avril avec une chute limitée à 7,5% par rapport à mars.

 

Relance bâtiment : 5 ou 20 milliards ?

Relance bâtiment : 5 ou 20 milliards ?

 

On sait que chaque ministre s’efforce d’apporter sa pierre spécifique aux futurs plans de relance de l’économie. Ainsi la ministre délégué au bâtiment Emmanuelle Wargon parle d’une enveloppe de 4 à 5 milliards d’euros pour que le bâtiment puisse reprendre sa dynamique. Elle parle de bâtiment et de rénovation. La question est de savoir comment cela s’articule avec les annonces de Macron qui il y a encore quelques jours avait indiqué une dépense supplémentaire de 15 milliards d’euros pour la conversion écologique. Quand et comment vont apparaître ces 15 milliards d’euros supplémentaires sur deux ans annoncés par Macon ? Ou pourra-t-il se contenter dans un premier temps de 4 à 5 milliards. . « On sera autour de 4 à 5 milliards rien que pour le bâtiment et la rénovation », a indiqué Mme Wargon au micro d’Europe1/Les Echos/Cnews, soulignant que des discussions sur ces enveloppes étaient en cours « avec Bercy ».

« Quand on rénove massivement les bâtiments publics (…), quand on aide les particuliers à faire des travaux chez eux, on soutient un secteur économique et on avance vers une économie plus verte », a-t-elle aussi déclaré ajoutant encore plus de confusion aux enveloppes financières prévues. Il n’y a pas de contradiction entre l’écologie et l’économie », a souligné Mme Wargon, précisant que beaucoup d’investissements seraient consacrés aux bâtiments publics tels que « des universités, des écoles, des hôpitaux » mais aussi « du soutien aux ménages », dont les modalités restent à définir. « Quand on rénove massivement les bâtiments publics (…), quand on aide les particuliers à faire des travaux chez eux, on soutient un secteur économique et on avance vers une économie plus verte », a-t-elle ajouté.

Le président Emmanuel Macron a annoncé fin juin que 15 milliards d’euros supplémentaires sur deux ans seraient injectés pour la conversion écologique dans le plan de relance qu’il doit présenter le 14 juillet. Le plan de relance post-Covid doit être ciblé sur la transformation écologique et la préservation des emplois, a demandé jeudi le Conseil économique, social et environnemental (CESE) dans son rapport annuel.

L’ordonnance anticrise du Conseil d’analyse économique: 50 milliards

L’ordonnance anticrise du Conseil d’analyse économique: 50 milliards

 

Pour le conseil d’analyse économique la recommandation est claire, il faut ignorer pour l’instant tous les déficits y compris celui des retraites et se concentrer uniquement sur l’emploi et le pouvoir d’achat. On sent cependant que l’ordonnance du conseil d’analyse économique a été rédigée un peu dans la précipitation avec les principales propositions qui ressortent à savoir des bons d’achat notamment de produits verts pour les plus défavorisés et des primes à l’embauche.

Des mesures sans doute à approfondir, à cibler pour qu’elles  elles puissent aider  la consommation des ménages qui soutient actuellement à bout de bras la croissance en raison de l’écroulement des échanges internationaux et des investissements.

Les mesures proposées paraissent un peubrouillones mais elles se veulent sans doute surtout un message sur la ligne stratégique à tenir qu’on peut résumer de la manière suivante : on met de côté les questions financières pour  se consacrer  essentiellement au soutien de l’emploi. Le Conseil d’analyse économique (CAE), publie  une série de recommandations, qui peuvent se résumer en une formule assumée « la relance et l’investissement priment à court terme sur l’équilibre des finances publiques ». Car récupérer ces 2 %  de la consommation qui manquent s’annonce « décisif », même s’ils peuvent sembler peu de chose. Mais cette faible perte revient à 1 % de PIB en moins et 1 % de chômage en plus et des conséquences graves sur l’emploi.

Pour les experts, l’automne-hiver marquera soit un retour à la normale, soit le début d’une crise « persistante ». Le danger repose sur les prophéties autoréalisatrices : multiplier les mauvaises nouvelles, et notamment les annonces de réduction de postes dans les entreprises, fait chuter la confiance des Français. Du coup, ces derniers risquent de préférer garder leur épargne que de la consommer, et donc la demande va baisser, les investissements avec, et les entreprises licencieront.

Pour éviter ce « cercle vicieux », les économistes préconisent, entre autres mesures, de doubler l’allocation de rentrée scolaire et de distribuer des « bons d’achat » aux ménages modestes, à dépenser avant 2021 dans l’achat de biens « verts », une mesure déjà évoquée par le Medef. « Les ménages les plus modestes dépensent immédiatement la moitié d’une aide financière, tandis que les plus aisés ne dépensent que 35 % du montant donné et épargnent le reste », indiquent-ils dans la note, appelant à diriger l’aide vers les plus pauvres.

Pour l’emploi, le CAE privilégie une prime forfaitaire à l’embauche, ciblée sur les bas salaires et les jeunes. Selon eux, cette mesure permet d’accélérer la dynamique du marché du travail, là où une baisse de charges ne bénéficierait qu’aux travailleurs déjà en poste et aurait donc moins un « effet relance ». Comme pour la plupart des autres mesures, ils recommandent de limiter son application dans le temps, par exemple uniquement pour les embauches entre le 1er septembre 2020 et le 1er septembre 2021.

 

Les jeunes diplômés « qui arriveront sur un marché de l’emploi déprimé » pourraient aussi être employés temporairement par l’éducation nationale pour réaliser du tutorat auprès des décrocheurs. Les économistes estiment que ce dispositif coûterait environ 3 milliards d’euros par an aux finances publiques.

Au total, le paquet de mesures présentées par le CAE pèserait 48 milliards d’euros, sur le court et moyen terme, et en combinant relance de l’offre et soutien de la demande. « Le risque d’affaiblissement économique nous paraît plus grave que celui d’une augmentation de la dette », affirment les auteurs de la note, qui ont profité de la présentation pour répondre au nouveau premier ministre, Jean Castex : « l’urgence pour le moment n’est pas de savoir comment financer les déficits, y compris celui des retraites. »

 

« Ségur de la santé ou Ségur de l’hôpital » ?

« Ségur de la santé ou Ségur de l’hôpital » ?

 

Indiscutablement la discussion baptisée Ségur de la santé s’est conclue par un succès caractérisé par un compromis sur la revalorisation salariale dans les hôpitaux et pas seulement pour les médecins. Le compromis a été tenu largement par les syndicats majoritaires. Reste il s’agit essentiellement d’une négociation concernant les hôpitaux et non le champ entier de la santé qui comprend évidemment d’autres établissements de soins et bien d’autres  acteurs comme par exemple les médecins libéraux mais plus largement d’autres soignants.

Il fallait évidemment crever cet abcès de l’hôpital qui constitue un foyer d’infractions sociales depuis des mois et des mois bien avant la crise du Coronavirus. Cette première phase était indispensable En accordant 7,5 milliards d’euros de revalorisation salariale aux personnels non-médicaux, l’exécutif concède «la plus grosse augmentation de revenu jamais proposée dans ce pays», de l’aveu d‘Olivier Véran. Le CFDT ne s’y est pas trompée, qui a salué «un accord historique», suivie par FO et l’Unsa, transformant le texte soumis à la signature des syndicats en accord majoritaire.  En fait on a surtout revalorisé les rémunérations mais deux questions importantes restent à traiter : la réorganisation même de l’hôpital public et son articulation avec l’ensemble du dispositif sanitaire. Deux aspects également fondamentaux qui pour l’instant ne semblent pas figurer sur l’agenda gouvernemental

Facebook : boycott aussi du parti travailliste britannique

Facebook : boycott aussi du parti travailliste britannique

Ce ne sera sans doute pas une grande perte financière pour  Facebook ce boycott du parti travailliste britannique. Mais c’est évidemment tout un symbole qui vient s’ajouter à la décision de nombre de très grandes organisations et de très grands marques de tourner le dos à un réseau qui ne fait rien pour réguler les haines et les contrevérités les plus scandaleuses. Le problème c’est que les ressources de Facebook reposent sur la publicité justifiée par le volume des flux. Or si les marques boycottent Facebook, le réseau est  touché au point le plus sensible : au portefeuille. «Tous les députés du parti travailliste utilisent Facebook pour faire passer notre message», a déclaré Rachel Reeves sur la BBC, «mais ce que nous ne faisons plus pour le moment, c’est la publicité sur Facebook».

Selon le Sunday Times, le chef du parti travailliste Keir Starmer a décidé de mettre en place un «boycott total» de la publicité de la formation politique sur Facebook en solidarité avec le mouvement «Black lives matter». Selon le journal, le parti a dépensé plus d’1,2 million de livres en publicités sur le réseau social lors de la dernière campagne pour les législatives du 12 décembre dernier.

Il s’agit d’une manière de «mettre la pression sur Facebook» pour que le réseau social fasse davantage contre «délinquance et discours haineux», a déclaré Rachel Reeves.

Déjà suivie par près d’un millier d’entreprises – dont Adidas, Levi’s, Coca-Cola, ou encore Starbucks – la campagne #StopHateForProfit a été lancée il y a quelques semaines aux Etats-Unis par des organisations de défense des droits civiques sur fond de manifestations contre le racisme et les violences policières dans le pays après la mort de George Floyd.

 

la France m’a abandonné » (Carlos Ghosn )

la France m’a abandonné » (Carlos Ghosn )

L’ ancien PDG de Renault accuse les pouvoirs publics français de l’avoir abandonné dans l’affaire Nissan au Japon. La déclaration peut paraître excessive chez quelqu’un qui finalement a réussi grâce à son influence et à son argent à échapper au piège infernal conduit non seulement par Nissan mais aussi par le gouvernement japonais. De toute évidence, Carlos Ghosn  n’est pas un saint, il a sans doute un peu abusé des largesses des entreprises qu’il dirigeait. Ceci étant  s’il fallait mettre en prison tous les dirigeants qui ont un peu trop confondu  leur portefeuille avec la trésorerie de leur entreprise, il faudrait sans doute lancer un immense plan de construction de prisons spécifiques.

Carlos Ghosn  a sans doute été beaucoup trop gourmand. Ce n’est toutefois pas ce motif qu’il est tombé mais d’abord en raison des querelles intestines notamment chez Nissan. Il y avait d’abord des questions de jalousie personnelle de certains dirigeant japonais de Nissan. Mais tout cela s’est déroulé sur fond de rejaponisation n de l’économie nipponne. Avec le soutien en particulier d’un premier ministre très nationaliste. En fait,  on a reproché à Carlos Ghosn  de continuer de diriger une entreprise au motif qu’il l’avait sauvée. En clair le Japon voulait récupérer Nissan assaini et se détacher de Renault.

Il est vrai que la France n’a pas manifesté un grand enthousiasme pour défendre Carlos Ghosn . Pour dire vrai elle l’a complètement laissé tomber. Il faut voir derrière cette affaire la haine récurrente de Macon vis-à-vis d’un chef d’entreprise un peu trop puissant, un peu trop efficace aussi il faut bien dire un peu trop gourmand. Sur le plan stratégique Carlos Ghosn  a aussi fait des erreurs comme d’autres d’ailleurs dans cette industrie en pleine mutation.

On ne devrait cependant pas oublier que Carlos zone a d’abord réussi à sauver Renault menacé de disparition. Ensuite qu’il a sauvé Nissan puis qu’il a été capable de créer l’un des premiers groupes mondiaux d’automobiles. Il a commis sans doute des erreurs stratégiques par exemple sur le problème des perspectives de la voiture électrique voire sur d’autres aspects. Tout cela ne justifiait sans doute pas que la France abandonne à ce point Carlos Ghosn .

Encore une fois c’est loin d’être un saint mais c’est un patron qui a fait la preuve de son efficacité même si son tempérament est souvent assez insupportable . ? Dans un entretien accordé à la chaîne Al Arabiya, l’homme d’affaires s’en prend à l’État français, estimant avoir été «abandonné» par les pouvoirs publics. «Le gouvernement français m’a aidé de la même manière qu’ils aideraient n’importe quel citoyen, sans plus», a-t-il jugé.

«Ils m’ont soutenu brièvement, puis ils m’ont abandonné en novembre», a regretté l’homme d’affaires, qui estime ne pas avoir obtenu de traitement de faveur, malgré son rôle d’ancien PDG et sa contribution «majeure» à l’économie française. «Ils m’ont soutenu le premier mois. Je pense que ce soutien aurait dû être meilleur. Un officiel m’a dit que s’il avait été président de la République, il m’aurait fait sortir en 24h. L’ambassadeur américain au Japon a dit à son homologue français que si j’avais été président d’une entreprise américaine, j’aurais été dehors en 24h», s’est-il insurgé.

«lls m’ont traité encore moins bien qu’un citoyen français lambda. C’est un point négatif que je retiens à l’encontre de la France», a-t-il ajouté, considérant que le Liban était le «seul gouvernement à ses côtés» durant ces moments difficiles. «La seule personne qui est venue me rendre visite au Japon était l’ancien président Nicolas Sarkozy, qui m’a rencontré une demi-heure à l’ambassade de France au Japon lorsqu’il représentait Emmanuel Macron à la cérémonie organisée pour le nouvel empereur japonais», s’est souvenu l’ex-PDG de Renault.

Aujourd’hui, Carlos Ghosn explique avoir été lâché par une grande partie de son entourage : «tous ceux autour de moi voulaient mon bonheur. 98% de ces personnes ne me parlent plus, mais 2 à 3% me sont restées loyales. Et, bien entendu, je récompenserai leur loyauté. Ma chute m’a montré qui sont les personnes loyales sur qui je peux compter», a-t-il déclaré. Il a promis de revenir sur les «fausses» accusations portées par les autorités japonaises «dans un livre qui sera publié avant la fin de l’année». Ce dernier devrait contenir des «documents et des témoins» pour appuyer ses déclarations. L’affaire est donc plus complexe qu’il n’y paraît que ce mail des enjeux de stratégie économique et technologique, des enjeux politiques et les rapports exécrables entre Macon et Carlos gone.

 

Vaccin Coronavirus : peu probable en 2021

Vaccin Coronavirus : peu probable en 2021

La plupart des experts médicaux et des praticiens sont persuadés qu’on ne trouvera pas un vaccin aussi vite que promis. Il y a d’un côté les annonces retentissantes des responsable marketing des industries pharmaceutiques à la recherche préalable de milliards de dollars, de l’autre des chercheurs qui tâtonnent sérieusement compte tenu de la complexité de ce Coronavirus. Certes la connaissance a un peu avancé mais il y a encore de nombreux trous dans la raquette concernant par exemple sa nature, son mode de propagation ( par exemple jusqu’à une dizaine de mètres via des micros gouttelettes, les conditions et l’ampleur des anticorps chez les asymptomatiques). Bref encore un énorme travail d’identification à faire avant d’envisager un traitement et a fortiori un vaccin. Un vaccin ne peut en effet être mis en service qu’après une très longue étude épidémiologique pour s’assurer de l’efficacité et identifier les dangers et les contre-indications. La probabilité d’avoir en 2021 un vaccin «efficace» à 100% contre le coronavirus est peu élevée, a donc estimé dimanche l’épidémiologiste Arnaud Fontanet, invitant les Français à «revenir à des habitudes plus sérieuses» face au risque épidémique. «Un vaccin, c’est plusieurs années de développement, il y a bien sûr un effort sans précédent pour développer ce vaccin mais je serais très surpris si on avait en 2021 un vaccin qui soit efficace», a affirmé sur BFMTV ce membre du Conseil scientifique chargé d’éclairer le gouvernement français face à la crise sanitaire.

«On aura probablement un vaccin qui marchera de manière partielle», a-t-il ajouté, martelant que «la fin de l’épidémie» est encore «très loin». En conséquence, «il faut qu’on apprenne à vivre avec ce virus, on ne peut pas se permettre un reconfinement … donc prenons les choses au sérieux», a-t-il souligné. «Cet été, respectons déjà la distance physique ! Le rassemblement de population, c’est l’ennemi numéro 1»,

 

Coronavirus Mexique : presque 300 000 cas

Coronavirus Mexique : presque 300 000 cas

«Il y a au Mexique 299.750 cas de contamination confirmés et 35.006 décès», ont indiqué les autorités sanitaires mexicaines sur Twitter. Au cours des dernières 24 heures, le Mexique a enregistré 4.482 nouveaux cas et 276 décès supplémentaires, selon la même source.

Les États-Unis sont en tête de la liste des pays les plus endeuillés de la planète avec plus de 135.000 morts, suivis du Brésil, du Royaume-Uni et depuis dimanche du Mexique. L’Italie recensait dimanche 34.954 décès des suites du coronavirus.

Le 1er juin, le Mexique a entamé le chemin vers une «nouvelle normalité» avec la réouverture progressive des activités économiques non essentielles.

Coronavirus États-Unis : près de 60.000 cas en 24 heures

Coronavirus États-Unis : près de 60.000 cas en 24 heures

Les Etats-Unis, le pays le plus affecté par la pandémie de coronavirus, ont recensé dimanche 59.747 nouvelles contaminations en 24 heures, selon le bilan quotidien de l’Université Johns Hopkins. Le nombre de cas confirmés s’établit à 3.301.820 et le nombre de décès à 135.171 (442 de plus en une journée), selon cette université basée à Baltimore (est) et dont les bilans font référence.

Samedi, le nombre de nouvelles infections aux Etats-Unis avait atteint un record de 66.528 en 24 heures.

Bayonne- mort d’un chauffeur de bus : pour un statut juridique protecteur des agents de service public

Bayonne-  mort d’un chauffeur de bus : pour un statut juridique protecteur des agents de service public

 

C’est un peu la tradition après un drame comme celui l’assassinat du chauffeur de bus de Bayonne. La presse en rend compte, des manifestations de compassion sont organisées, le ministre se déplace puis on oublie presque. Darmanin, le ministre de l’intérieur a promis de “réaffirmer l’autorité” et de protéger “les honnêtes gens” en réponse à l’émotion créée par le décès d’un chauffeur de bus de Bayonne (Pyrénées-Atlantiques) violemment agressé alors qu’il travaillait. Ce n’est pas malheureusement la première est sans doute la dernière agression d’un agent assurant une mission de service public ( pompiers, agents du transport, médecin, ambulance voire  forces de l’ordre).

Ces agents assurent ces obligations de service public dans des conditions de plus en plus difficile et devraient pourtant pouvoir bénéficier d’un statut juridique plus protecteur. En clair, on pourrait aller jusqu’à des peines de prison à perpétuité pour toute agression ayant mis en danger la vie d’un de ses agents.

Aucune tolérance ne devrait être acceptée. Une échelle des peines devrait rendre compte du fait que la société n’accepte plus la moindre obstruction, contestation a fortiori agression contre un de ses représentants agissants pour le service public.

Après les déclarations du ministre de l’intérieur, la tolérance vis-à-vis des actes d’indiscipline et a fortiori agression doive être traitée juridiquement.

“C’est un acte parfaitement odieux, inqualifiable, et je fais confiance à la magistrature pour pouvoir mener avec les enquêteurs de la police de Bayonne tout ce qui pourra être fait pour pouvoir confondre ceux qui ont commis ces actes barbares”, a déclaré à la presse Gérald Darmanin, qui a rencontré à Bayonne des collègues du chauffeur défunt.

“Jamais, comme ministre de l’Intérieur, jamais le président de la République et le Premier ministre ne vont laisser se banaliser une violence gratuite, inacceptable”, a-t-il ajouté.

Gérald Darmanin a dit son intention de mobiliser les acteurs concernés par la sécurité dans les transports en commun.

“Je sais que trop souvent les conducteurs de bus, les conducteurs de métro, les contrôleurs, les citoyennes et les citoyens, les honnêtes gens, ont peur”, a-t-il dit. “Nous sommes là pour les rassurer et leur dire qu’on a bien compris que dans cette situation particulièrement dramatique, c’est en réaffirmant l’autorité qu’on arrivera de nouveau à réaffirmer la République.”

Actu, éco, social, politique : les plus lus

Actu, éco, social, politique : les plus lus

 

 

 

 

Un procureur en opposition à Dupond-Moretti démissionne

Un procureur en opposition à Dupond-Moretti démissionne

Jean-Luc Lennon, 55 ans, a évoqué auprès de l’AFP « une décision personnelle qui n’engage que [lui]« , ainsi que sa volonté d’indépendance du parquet. Pourtant sur ce dernier point, le nouveau ministre a indiqué vouloir s’attaquer à la patate chaude de la réforme du parquet dans son discours programmatique mardi dernier lors de la passation de pouvoirs avec Nicole Belloubet.

Alors la « décision personnelle » découlerait-elle d’une incompatibilité philosophique avec Eric Dupond-Moretti? Les avocats du secteur de Lons-le-Saunier se souviennent d’un procureur « strict » : « Avec Monsieur Lennon, évoque Me Bagot, une conduite sous alcool en récidive donnait lieu à une audience de comparution immédiate, alors que d’autres procureurs auraient renvoyé devant le tribunal correctionnel classique. » Lorsqu’il a quitté son poste jurassien pour rejoindre la Guadeloupe en mai 2019, le procureur Lennon, qui avant d’intégrer la magistrature avait été inspecteur de police pendant dix ans dans les Hauts-de-Seine, a fait la promotion dans le journal local Le Progrès de sa politique pénale axée sur des réponses judiciaires rapides par le biais de comparutions immédiates. Près de 200 par an. « Il s’agit de répondre aux demandes des victimes. C’est une procédure rapide mais construite, avait expliqué le magistrat. Le contrôle du parquet sur la procédure est plus efficient car il se fait en temps réel. » Nul doute que ce n’est pas la conception du ténor du Barreau surnommé Acquittator, chantre des droits de la Défense.

 

 » Des opérations » de reconquête républicaine » (Marlène Schiappa)

 » Des opérations » de reconquête républicaine » (Marlène Schiappa)

 

 

Une timidité très surprenante de la part de Marlène Schiappa d’habitude très prolixe dans les médias pour parler de tout et de rien. Pourtant deux événements dramatiques qui bafouent les principes républicains viennent de se produire avec d’une part cette policière écrasée par un délinquant et ce chauffeur de bus à Bayonne assassiné pour avoir voulu notamment faire respecter la loi. On ce demande à quoi correspond ce titre un peu flambant de déléguée chargée de la citoyenneté. En effet, les deux événements déjà cités révèlent le piétinement des valeurs qui font la citoyenneté. La ministre aurait pu s’appuyer sur ces deux drames prendre des initiatives qui sont dans le champ d’action de son ministère. Au lieu de cela, elle se livre à du bavardage dans le JDD et qui en matière d’action se réduisent comme à des « opérations de reconquête des territoires ». En fait quelques opérations de communication quand il faudrait une politique courageuse de reconquête globale de tous les territoires perdus. Elle indique d’ailleurs, qu’elle se contentera de mettre en application les décisions gouvernementales, sans porter de nouvelles loi ou mesure. À commencer par le plan de lutte contre le communautarisme et les séparatismes annoncé en février par Emmanuel Macron entre parenthèses et pour l’instant complètement enterré ). Une interview d’une platitude confondante surtout au regard des enjeux.

En quoi consiste votre poste? 
Je pilote tout ce qui touche à la citoyenneté au sens des politiques d’intégration, de cohésion ; je défends les valeurs de la République, notamment la laïcité, sous l’autorité du ministre de l’Intérieur. Celui-ci m’a demandé de prendre en charge l’engagement des forces de l’ordre dans la protection des femmes face aux violences. Et en tant que ministre déléguée, je le seconde Place Beauvau.

Quelle est votre vision de la laïcité? 
J’ai publié en 2017 Laïcité, point ! Trop souvent, on accole un adjectif : il y aurait une laïcité ouverte, une autre stricte… Retrouvons l’esprit de la loi de 1905. Liberté de conscience fondamentale, de croire ou ne pas croire, et les lois de la République au-dessus de toute autre. Il faut le marteler sans quoi le communautarisme et le séparatisme prospèrent.

C’est le premier des ministères sociaux! 

Un rapport sénatorial a alerté cette semaine sur l’urgence à agir contre l’islam radical. Partagez-vous ce constat?
Nous sommes dans une situation d’urgence face à ce que [le politologue] Jérôme Fourquet appelle « le puzzle français ». La République fait face à des attaques contre son unité. Je ne veux pas d’un pays composé de simili-communautés ne se parlant plus : il n’existe que la communauté nationale, indivisible. Au ministère de l’Intérieur, 290.000 femmes et hommes défendent tous les jours ces valeurs et protègent les plus faibles. Comme le dit [le ministre de l'Intérieur] Gérald Darmanin, c’est le premier des ministères sociaux!

Le calendrier du plan de lutte contre le communautarisme présenté mercredi

Emmanuel Macron a annoncé en février un plan contre le communautarisme et les séparatismes. Où en est-on?
Le calendrier sera précisé par le Premier ministre lors de son discours de politique générale [mercredi].

Que proposez-vous pour lutter contre ces phénomènes?
D’abord, l’affirmation du principe de laïcité lors des parcours de naturalisation – je souhaite mettre en lumière ces cérémonies, moments solennels, émouvants pour ceux qui deviennent citoyens français! Ensuite, des opérations de reconquête républicaine de terrain comme lorsque Gérald Darmanin et moi allons, de nuit, Porte de la Chapelle à Paris, aux côtés des forces de l’ordre. Sans prévenir, parce que la République est chez elle partout.

Si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez!

Faut-il prendre de nouvelles mesures?
Nous sommes dans la deuxième partie du quinquennat, je vais m’attacher à mettre les lois et décisions du Gouvernement en application, par exemple en matière d’asile et d’immigration.

La politique migratoire macroniste, c’est aussi revendiquer la fermeté dans les expulsions. Etes-vous à l’aise avec cette idée? 
C’est deux piliers : humanité et fermeté. L’an dernier, j’ai obtenu que soit actée l’expulsion des étrangers coupables de violences sexuelles et sexistes. C’est du bon sens : si la maison de votre voisin s’effondre, vous l’accueillez. Mais s’il se met à tabasser votre sœur, vous le virez!

 

Vous êtes une fidèle de Macron. Etes-vous là pour surveiller Gérald Darmanin, venu de la droite ?
Pas du tout. Bon courage à celui qui voudrait surveiller ce ministre en perpétuelle action! Le Président a choisi un ministre de l’Intérieur en qui il a confiance, point. Ceux qui relaient d’autres rumeurs se trompent.

Faut-il des secrétaires d’Etat à l’Intérieur?
Cette décision appartient au Président, au Premier ministre et au ministre de l’Intérieur. Grand professionnel unanimement reconnu, il est légitime et efficace que Laurent Nuñez soit reconduit.

 

 

On attend quoi pour la relance ? (Bertrand)

On attend quoi pour la relance ? (Bertrand)

Le  président de la région Nord « (» les Hauts de France ») s’étonne de la lenteur du plan de relance promis par le gouvernement dans une interview au JDD.

« C’est maintenant qu’il faut un plan de relance : qu’est-ce qu’on attend?! » Dans un entretien au Journal du DimancheXavier Bertrand accuse Emmanuel Macron de trop tarder à prendre des mesures face à la crise économique. « L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi! » martèle le président des Hauts-de-France. La semaine dernière, il a présenté un plan de relance pour sa région d’1,3 milliard d’euros. Xavier Bertrand détaille ses propositions et défie le chef de l’Etat de les reprendre à son compte. « Au bout d’un moment, y en a marre des beaux discours! » s’emporte l’élu. Il réclame des exemptions de charges et des baisses de TVA, « quoi qu’il en coûte ».

 

Selon Emmanuel Macron, la « rentrée sera difficile ». Êtes-vous d’accord?
Qu’il dise la vérité. Ce ne sera pas seulement « difficile ». Nous n’aurons jamais connu une telle rentrée économique et sociale. Quand Bruno Le Maire parle de 800.000 demandeurs d’emploi de plus d’ici à la fin de l’année, il dit la vérité. Le combat que nous aurons à mener à partir de la rentrée, c’est contre le chômage de masse. Je ne comprends pas qu’on attende plusieurs mois pour préparer un plan de relance.

Si on attend la rentrée, nous ne serons pas prêts au moment où nous encaisserons le premier choc de la crise

Bruno Le Maire en prépare un pour la fin août…
Pourquoi attendre fin août? C’est beaucoup trop tard! On nous avait promis un plan massif pour l’emploi des jeunes pour début juillet. Il n’y a toujours rien. Une fois que des mesures sont votées, il faut toujours du temps pour qu’elles s’appliquent de façon efficace. Dans les Hauts-de-France, nous avons voté un plan de relance de 1,3 milliard d’euros la semaine dernière. Si on attend la rentrée, nous ne serons pas prêts au moment où nous encaisserons le premier choc de la crise. Il faut aller beaucoup plus vite.

Est-ce vraiment possible?
Un projet de loi de finances rectificatif [PLFR] est en cours de discussion au Parlement. Des premières mesures pour l’emploi peuvent, et doivent être votées dès ce mois de juillet. Ce n’est pas quand un tsunami arrive sur la plage qu’il faut dire « on va se préparer ». C’est maintenant qu’il faut un plan de relance : qu’est-ce qu’on attend?! L’État se doit de protéger les Français, un chef de l’État doit les rassurer et leur inspirer confiance. C’est une des clefs de la reprise.

Qu’attendez-vous de l’intervention d’Emmanuel Macron, le 14 juillet?
Qu’il dise la vérité sur les deux principales préoccupations des Français : l’emploi et la crise sanitaire. Aucun plan de relance ne tiendra s’il n’y a pas cette fois-ci une bonne anticipation d’une nouvelle vague de l’épidémie. Je veux donc que le chef de l’État soit très clair : où en est-on de la préparation face à une deuxième vague? Qu’est-ce qui est prévu cette fois-ci pour nous protéger? Quelles sont les consignes claires pour les gestes barrière et le port du masque? Quels sont les stocks actuels de masques? Aura-t-on assez de tests? A-t-on refait des stocks suffisants de médicaments en réanimation? Les règles de continuité de l’activité des entreprises et des collectivités doivent être précises. J’attends aussi que le Président nous confirme mardi que la France sera bien le premier pays au monde servi avec le vaccin de Sanofi, entreprise française. Certains pays ont déjà fait des préréservations de vaccins. Emmanuel Macron est allé le 16 juin chez Sanofi : j’espère qu’il n’a pas parlé que de la relocalisation du Doliprane…

Les gens n’attendent pas des envolées lyriques mais des mesures concrètes. L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi!

Emmanuel Macron a affirmé que la reconstruction économique était une priorité. En doutez-vous?
Les grands mots d’Emmanuel Macron n’intéressent plus grand monde. Les gens n’attendent pas des envolées lyriques mais des mesures concrètes. L’urgence absolue, c’est l’emploi, l’emploi, l’emploi! À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles.

Lesquelles?
Je fais des propositions précises. Pour ne pas avoir une génération sacrifiée, mettons en place un contrat d’accès à l’emploi pour les jeunes. Jusqu’à 30 ans et un salaire de deux smics, un CDD d’au moins six mois donnerait droit pour l’employeur à une prime de 5.000 euros et à une exonération des charges patronales et salariales. Si c’est un CDI, la prime s’élèverait à 10.000 euros, avec là aussi une exonération totale de charges. Ainsi, parce qu’on aura allégé considérablement le coût du travail des jeunes, les entreprises n’attendront pas pour embaucher. Et je vais plus loin. Pour les précaires, ceux qui sont en fin d’intérim et les contrats courts, il faut mettre en place le même dispositif pour le premier CDI.

L’effondrement économique et social est un péril beaucoup plus grave et plus imminent que la dette. Le « Quoi qu’il en coûte », c’est toujours d’actualité!

Combien coûteraient ces mesures à l’échelle nationale?
Environ 10 milliards d’euros. C’est important, mais l’effondrement économique et social est un péril beaucoup plus grave et plus imminent que la dette. Le « Quoi qu’il en coûte », c’est toujours d’actualité!

Quid des commerçants et des indépendants ?
Je ne veux pas qu’ils soient les grands oubliés. Commerçants, artisans, autoentrepreneurs, professions libérales… Beaucoup n’auront plus d’activité, plus de revenu et donc rien pour vivre, manger, ou habiller leurs enfants. La pseudo-réforme de l’assurance chômage dont ils devaient bénéficier a fait pschitt. Les conditions sont telles que quasiment personne n’en bénéficiera. Pour ces indépendants sans revenus, je propose une garantie revenu-formation. Je préfère qu’ils soient en formation avec une indemnisation plutôt qu’au RSA. C’est ce que je mets en place dans les Hauts-de-France.

Comment soutenir les entreprises?
Baissons la TVA dans la restauration à 5,5%. Mais pas dans trois mois : tout de suite, dès le 1er août et pour douze mois. Il suffit d’inclure cette mesure dans le PLFR. C’est une mesure de soutien simple et massive pour sauver des emplois qui ne sont pas délocalisables. Abaissons aussi la TVA dans le bâtiment à 5,5%. Ainsi, on évitera le travail au noir et on aidera puissamment le secteur de l’artisanat et du bâtiment. Par ailleurs, je demande depuis deux mois à Bercy de transformer les PGE [prêts garantis par l'État] en fonds propres pour les PME et les ETI. Pour les TPE, la seule solution, c’est l’annulation des charges.

Tout cela coûte très cher…
Et si Bercy sortait de ses raisonnements traditionnels? Si l’économie s’effondre, l’État perdra toutes ses recettes fiscales, et pour longtemps. Il lui faudra en plus financer des dépenses sociales considérables. Sans compter le gâchis humain, la casse économique et sociale. À une époque, on nous disait que l’exonération des heures supplémentaires coûtait cher. Mais Bercy ne calculait pas ce que la consommation supplémentaire générait comme recettes de TVA en plus. Il y a des dépenses plus intelligentes que d’autres : celles qui recréent de l’activité et de la cohésion sociale.

Je m’opposerai à la mise en œuvre de la réforme de l’assurance chômage

Faut-il renoncer à la réforme de l’assurance chômage ou la reporter, comme l’envisage le gouvernement?
Je m’opposerai à la mise en œuvre de cette réforme, dont l’objectif n’est pas de ramener vers l’emploi, mais de faire des économies. Elle va précariser les chômeurs. Par temps calme, elle était vicieuse car, d’après les partenaires sociaux, 850.000 personnes allaient perdre jusqu’à 200 euros par mois. Je sais bien que la politique du Président n’est pas faite pour les Français qui ont des problèmes de fin de mois, mais appliquer aujourd’hui une telle réforme est impensable.

Faut-il réduire les impôts de production comme le prône Bruno Le Maire?
Bruno Le Maire dit cela depuis mai 2019, Emmanuel Macron depuis octobre 2019. Ils veulent le faire? Pourquoi alors avoir rejeté à l’Assemblée nationale, cette semaine, l’amendement que j’avais coécrit avec des députés des Hauts-de-France? J’y proposais que toute implantation nouvelle ou extension d’activité d’une entreprise industrielle ou artisanale donne droit à une exonération de CVAE [cotisation sur la valeur ajoutée des entreprises] de la part du Conseil régional. Depuis un an que je le propose, on me dit toujours : « Il faut attendre. » Au bout d’un moment, y en a marre des beaux discours! Ça fait aussi deux ans que j’ai proposé au président de la République, qui m’avait dit « oui », de créer une zone franche à Calais pour attirer les entrepreneurs britanniques. Je lui ai fait plusieurs courriers depuis. Aucune nouvelle.

Emmanuel Macron n’aime que les grands discours!

Comment l’expliquez-vous?
Emmanuel Macron n’aime que les grands discours! À moins qu’il ne veuille pas aider les Hauts-de-France? Mais alors il faut le dire clairement! Je ne lâcherai pas cette idée, d’autant que les entrepreneurs y sont favorables. Le gouvernement a dit non à l’Assemblée, mais il peut encore dire oui au Sénat.

Vous prônez un système de prêt de main-d’œuvre. Comment ça marche?
L’idée est de pouvoir transférer beaucoup plus facilement, avec leur accord, des salariés d’un secteur d’activité à un autre pour un temps donné. Ma Région est prête à cofinancer leur formation. Un exemple : le secteur aéronautique est à la peine, alors que le ferroviaire a des carnets de commandes bien remplis. Si les salariés de sous-traitants aéronautiques vont travailler chez Bombardier et Alstom Transport, les trains seront livrés à temps et les salariés ne connaîtront pas le chômage. Je demande de la souplesse. Et qu’on nous fasse confiance.

La relance doit-elle être écologique?
Dans les Hauts-de-France, nous avons déjà mis en place Rev3, la troisième révolution industrielle, qui accélère sur la rénovation thermique ou les nouvelles énergies comme l’hydrogène et le photovoltaïque. Nous avons aussi postulé pour être Région pilote du « Green new deal » de la Commission européenne. Je suis convaincu que l’écologie sera un fer de lance de la relance économique et sociale. Portons des grands projets d’infrastructure à neutralité carbone : comme le canal Seine-Nord-Europe, faisons le Lyon-Turin et une liaison ferroviaire bassin minier-Lille.

Emmanuel Macron dit aussi qu’il faut travailler plus…
Qu’on fasse déjà travailler plus… de monde!

 

Faut-il remettre en chantier la réforme des retraites? Les partenaires sociaux y sont hostiles…
Pour une fois, Emmanuel Macron a réussi à rassembler patronat et syndicats… contre lui! C’est irresponsable de rouvrir maintenant ce dossier des retraites, surtout pour faire une réforme comme celle-là : ni claire, ni courageuse, ni juste. S’il fait cela, c’est pour faire croire qu’il est réformateur, pour avoir encore des chances d’être candidat à sa réélection en 2022. C’est au moment de la présidentielle que ce sujet devra être tranché. Risquer à nouveau un blocage complet du pays juste pour pouvoir dire « j’ai fait ma réforme », c’est irresponsable. Les priorités sont ailleurs.

Avez-vous parlé de vos propositions au nouveau Premier ministre, Jean Castex, votre ancien directeur de cabinet?
C’est quelqu’un de bien, qui révèle tout ce qu’Emmanuel Macron n’est pas. Jean Castex a un ancrage local et les pieds sur terre, quand le Président préfère les envolées lyriques… J’aimerais que mes propositions soient reprises par le président de la République et le gouvernement. Si c’est le cas, je n’hésiterai pas à le saluer, et ma Région sera partenaire. Toute la question est de savoir si, pour le chef de l’État, nous sommes un partenaire efficace ou encombrant…

Ou plutôt en opposant?
S’opposer à une politique qui n’est pas faite pour les gens aux fins de mois difficiles, alors oui, j’assume! La théorie macroniste du ruissellement, ça ne marche déjà pas par temps calme, mais en temps de crise c’est une faute. Et je ne laisserai pas à la gauche la plus radicale le monopole de la lutte contre les inégalités. C’est un gaulliste social qui vous le dit.

 

Un nouveau DG d’Engie : pour quoi faire ?

Un  nouveau DG d’Engie : pour quoi faire ?

Il faut évidemment  un  nouveau directeur général d’Engie, en remplacement d’Isabelle Kocher partie en février, il sera choisi en septembre, selon Jean-Pierre Clamadieu, président du conseil d’administration de l’énergéticien français. La question de la personnalité de ce nouveau directeur général n’est pas indifférent et il est sans doute tout aussi important de savoir quelle est l’orientation stratégique d’Engie qui flotte entre un positionnement de concurrence vis-à-vis d’EDF, de support aux énergies nouvelles, de  gestion de l’eau et de la propreté en même temps que d’entreprise énergétique très classique. L’État aurait sûrement son mot à dire dans la mesure où il conserve encore à peu près un quart capital de ce regroupement assez hybride de l’ancien Suez et de l’ancien . GDF. C’est précisément pour des ambiguïtés de stratégie notamment celles évoquées ci-dessus qu’on a demandée à l’ancienne directrice générale Isabelle Kocher de partir

“Nous souhaitons que le poste soit pourvu d’ici à la fin de l’année, ce qui suppose de choisir le bon candidat en septembre. Et je ne sens pas d’impatience particulière de nos actionnaires”, déclare-t-il dans un entretien accordé au Journal du dimanche aux côtés de Claire Waysand, directrice générale d’Engie par intérim.

“L’enjeu, c’est de trouver le meilleur manager possible pour continuer la transformation d’un groupe qui a bien sûr de nombreux défis à relever. Nous regardons donc toutes les candidatures, internes comme externes”, ajoute Jean-Pierre Clamadieu.

Union européenne : du mou dans le budget pour plaire aux Etats rigoureux

Union européenne : du mou  dans le budget pour plaire aux Etats rigoureux

 

Le président du Conseil européen Charles Michel a été contraint de se montrer un tout petit peu plus rigoureux dans les prévisions budgétaires européennes. Il a ainsi réduit un peu le montant de l’enveloppe de l’arbre de 1000 milliards sur sept ans auxquels il faut ajouter 750 milliards dont les deux tiers prendront des formes de subventions et un tiers des formes de prêts afin de relancer des économies affectées par la crise sanitaire. Des propositions globales au départ très contestées  par les états rigoureux du nord  qui considérait que l’union européenne est beaucoup trop laxiste d’autant qu’elle n’assortit pas ses subventions et ces prêts de mesures plus rigoureuses de gestion pour les pays bénéficiaires.

Alors que la Commission envisageait fin mai un budget commun de 1.100 milliards d’euros sur sept ans, le président du Conseil européen propose désormais un montant de 1.074 milliards et un fonds de 750 milliards, avec deux tiers de subventions et un tiers de prêts, pour relancer des économies durement touchées par la crise sanitaire.

La révision à la baisse du budget de l’UE vise à convaincre certains Etats du Nord, à commencer par les Pays-Bas, de valider le fonds de relance de 750 milliards d’euros envisagé en supplément pour faire face aux conséquences de la crise sanitaire.

Ces Etats du Nord, dits “frugaux” par comparaison avec les pays du Sud très endettés, ont défendu l’idée d’un budget réduit et de réformes économiques comme condition d’accès aux fonds du plan de relance.

La proposition budgétaire est connue dans le jargon bruxellois comme la “boîte de négociation”, un ensemble complexe de chiffres couvrant les dépenses dans des domaines allant du soutien à l’agriculture au développement régional, à la recherche et aux bourses scolaires.

Il s’agit du point de départ des négociations auxquelles se livreront les dirigeants de l’UE lors de leur sommet des 17 et 18 juillet.

12345...1754



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol