Dupont-Aignan pourrait choisir Marine Le Pen comme Premier ministre !

Dupont-Aignan pourrait choisir Marine Le Pen comme Premier ministre !

Nicolas Dupont-Aignan, candidat de Debout la République (DLR) à l’Elysée, affirme qu’il pourrait choisir Marine Le Pen, la candidate FN à la présidentielle, comme Premier ministre, s’il était élu, dans une interview au Figaro-Magazine publiée samedi. Cette interview publiée dans la rubrique « Dans la tête de » se présente sous la forme d’un questionnaire avec réponses très courtes.  Ainsi à la question « Un Premier ministre que vous pourriez choisir ? », Nicolas Dupont-Aignan répond: « Marine Le Pen ». Curieux républicain qui s’enferme de plus en plus dans un nationalisme étriqué et qui en fait vient draguer sur les terres du front national pour essayer de sortir du 0.5% d’intention de vote. Tout n’est certes pas à rejeter dans ses analyses mais ses propositions ne sont guère crédibles. Lui aussi essaye de faire le buzz. Marine le Pen consciente de sa force (autour de 18%, sans doute plus en fait) a déjà répondu qu’il rejoigne le front national. Pas sûr pour autant qu’il

65% des Français pour un gouvernement Hollande avec les écologistes

65% des Français pour un gouvernement Hollande avec les écologistes

Plus de deux tiers des Français (65%) souhaitent que si François Hollande est élu président de la République son gouvernement comporte des représentants d’Europe Ecologie Les Verts (EELV), selon un sondage Ifop à paraître dans Sud-Ouest dimanche.  Les Français sont quasiment aussi nombreux (63%) à se prononcer pour que le gouvernement de M. Hollande compte des membres du MoDem en son sein, selon le sondage.  Cependant, moins de la moitié des Français (48%) souhaite que le gouvernement de M. Hollande comporte des représentants du Parti Communiste ou du Front de Gauche de Jean-Luc Mélenchon.  Le souhait de représentation des Verts dans le gouvernement est plus fort à gauche de l’échiquier politique (77% chez les sympathisants du Front de Gauche et jusqu’à 95% pour ceux d’EELV).  Concernant le MoDem, la quasi-unanimité (96%) des sympathisants du parti de François Bayrou souhaiterait que leur parti participe à un gouvernement nommé par le candidat PS à la présidentielle et contre 58% des sympathisants UMP, EELV et Front de gauche.  La demande d’intégrer le parti centriste est plus faible chez les sympathisants des partis radicaux (44% pour LO/NPA et 41% pour le Front National).  La représentation du PC et du Front de Gauche au sein du gouvernement Hollande provoque un rejet notable chez les sympathisants de droite : seuls 19% y sont favorables. A l’inverse, 89% des personnes se disant proches du Front de Gauche seraient favorables à ce scénario.  Au sein des sympathisants socialistes, la présence de membres d’EELV est souhaitée par 83% d’entre-eux. Ils sont également très nombreux (68%) à attendre des ministres du Modem ou du Front de Gauche (71%).

Un collectif de patron de PME contre les banques

Un collectif de patrons de PME contre les banques

 

Le collectif de défense des PME lancé par Patricia Koch dénonce les banques et les repreneurs d’entreprise. Face aux difficultés de financement des PME s’organisent, un mouvement s’organise à partir de l’Alsace lancé par Patricia Koch, la patronne d’une petite entreprise de mécanique MGAD qui emploie 6 personnes à Sentheim. La crise n’ayant pas épargné sa société, elle s’est retrouvée en difficultés financières et n’a pu éviter la faillite que grâce aux prêts de deux clients. Malgré des carnets de commandes pleins. Patricia Koch dénonce aussi les conditions de reprise des entreprises.

Rama Yade ne soutiendra pas Sarkosy

Rama Yade ne soutiendra pas Sarkosy

 

 

« En 2007, Nicolas Sarkozy dictait le tempo, imposait les débats. Aujourd’hui, nous avons le sentiment, nous, les républicains, d’avoir le pistolet du FN sur la tempe. » Rama Yade a donc décidé de ne pas voter la résolution de soutien au président-candidat Nicolas Sarkozy lors du congrès du Parti radical samedi. L’ancienne secrétaire d’Etat entend ainsi protester contre sa « stratégie de droitisation ». »on nous dit que le FN est un parti nationaliste et socialiste. Où tombera le curseur ? Vous comprendrez que j’ai besoin de savoir cela précisément avant de m’engager », explique-t-elle dans une interview au Monde. « Jean-Louis (Borloo) nous a demandé de nous prononcer en notre âme et conscience. En femme libre que j’ai toujours été, avec la sincérité dont j’ai toujours fait preuve, je ferai ce que je crois bien. Ce n’est pas parce que Jean-Louis Borloo n’est pas candidat qu’il me faut en choisir un autre », ajoute Rama Yade.Rama Yade assure par ailleurs qu’elle ne se rendra pas au meeting de Nicolas Sarkozy à Villepinte dimanche. Jean-Louis Borloo, qui a annoncé son soutien au chef de l’Etat sortant, ne devrait pas non plus s’y rendre, a indiqué son entourage.

 

Sarkozy Villepinte : remontée ou chant du cygne ?

Sarkozy Villepinte : remontée ou chant du cygne ?

 

Son équipe de campagne se défend de vouloir en faire un contre-Bourget – c’est là, près de Villepinte, que le candidat socialiste et favori des enquêtes d’opinion François Hollande a relancé sa campagne le 22 janvier devant 20.000 personnes. « Le Bourget n’est pas une référence pour nous », assure la porte-parole du président sortant, Nathalie Kosciusko-Morizet. Tout est néanmoins organisé pour faire du seul meeting national de Nicolas Sarkozy avant le premier tour de la présidentielle, le 22 avril, une démonstration de force. Le chef de l’Etat n’a pas réussi jusqu’ici à conjurer la perspective d’une défaite annoncée par les sondages, malgré un début de campagne très offensif contre François Hollande. Si les courbes se sont rapprochées depuis l’officialisation de sa candidature le 15 février, elles ne se sont pas croisées comme il l’espérait et il est donné largement battu au second tour par le candidat socialiste, dans ce qui prend de plus en plus l’allure d’un référendum anti-Sarkozy. Les proches du chef de l’Etat sortant disent attendre quelque 60.000 participants de toute la France et annoncent 600 journalistes accrédités  Depuis le 15 février, il a présenté une quarantaine de propositions au gré de ses réunions publiques et interventions dans les médias et il pourrait en présenter encore d’autres à Villepinte. Pas question pour autant de présenter un « programme » sous forme d’un catalogue de mesures, assure Nathalie Kosciusko-Morizet : « Il s’agit de présenter sa vision de la France forte et d’ordonner ses propositions autour de cette vision. » « Il n’y aura pas tout. Il faut que vous ayez encore des choses à écrire », a pour sa part dit à des journalistes le député UMP Eric Ciotti, qui accompagnait le candidat à Nice. Selon Nathalie Kosciusko-Morizet, Nicolas Sarkozy entend aussi faire de Villepinte un « moment de rassemblement qui déborde largement l’UMP ». Pour Jérôme Fourquet, de l’Ifop, l’enjeu est pour le chef de l’Etat de « reprendre l’ascendant psychologique et médiatique » sur François Hollande, de « montrer qu’il y a une armée en marche derrière lui et que l’ensemble des droites est rassemblé ». Les analystes, de même que certains élus de la majorité, sont cependant sceptiques. « J’irai pour écouter, j’espère que cela permettra de limiter les dégâts, sinon on va au devant de graves désillusions », dit ainsi un parlementaire UMP. « Il faut que Sarkozy assume la rupture, y compris avec lui-même, ou alors il va dans le mur. » Pour Gaël Sliman, de BVA, le meeting de dimanche ne peut pas « faire la différence », ni « transformer la profonde impopularité de Nicolas Sarkozy en adhésion à sa personne » dans le pays. « Ça ne jouera que marginalement », estime cet analyste, pour qui seul un « choc exogène » – une crise internationale, par exemple – est susceptible de lui redonner des chances de l’emporter le 6 mai en lui permettant de jouer de son expérience et de retrouver un rôle de protecteur des Français.

 

Pas de soutien pour l’instant de Borloo et de Rama Yade à Sarkozy

Pas de soutien pour l’instant de Borloo et de Rama Yade à Sarkozy

 

 

 Vendredi sur Europe 1, Borloo avait lancé : «Ne faisons pas de ce meeting de Nicolas Sarkozy l’absolu ou l’alpha et l’omega. Si nous n’y sommes pas, ça ne voudra pas dire qu’il n’y a pas un soutien au président. Si nous y sommes, ça ne voudra pas dire qu’on a perdu notre personnalité.» Sa présence avait été annoncée en début de semaine par l’UMP, dont le candidat ne parvient pas à s’envoler dans les sondages. Au sein des radicaux, réunis en congrès ce samedi, les dissensions s’expriment ouvertement sur la stratégie à suivre depuis que le parti a quitté l’UMP. Ce matin, l’ex-ministre Rama Yade et les jeunes du Parti radical ont refusé de voter la motion de soutien à Nicolas Sarkozy soumise aux militants, rapporte BFM-TV.   «Ce n’est pas parce que Jean-Louis Borloo n’est pas candidat qu’il me faut en choisir un autre (…). En 2007, Nicolas Sarkozy dictait le tempo, imposait les débats. Aujourd’hui, nous avons le sentiment, nous, les républicains, d’avoir le pistolet du FN sur la tempe», déclare Rama Yade au Monde.fr. Dénonçant la «stratégie de droitisation qui ne fera pas reculer le FN», elle ne se rendra pas non plus à Villepinte.  «On nous explique que certaines civilisations sont inférieures à d’autres, et, en même temps, on nous dit que le FN est un parti nationaliste et socialiste. Où tombera le curseur ? Vous comprendrez que j’ai besoin de savoir cela précisément avant de m’engager», insiste-t-elle.

L’Allemagne veut un nouveau débat sur une Constitution européenne

L’Allemagne veut un nouveau débat sur une Constitution européenne

 

L’Allemagne souhaite un nouveau débat sur une Constitution européenne pour permettre à l’Union de mieux lutter contre les risques financiers et faire face à l’influence croissante des économies émergentes, a déclaré vendredi le ministre allemand des Affaires étrangères. Pour Guido Westerwelle, le traité de Lisbonne signé en 2007, après le rejet d’une Constitution européenne deux ans auparavant par la France et les Pays-Bas, n’améliore pas suffisamment les structures de décision européennes. « Nous devons ouvrir un nouveau chapitre dans l’histoire de la politique européenne », a-t-il déclaré en marge d’une réunion des ministres européens des Affaires étrangères à Copenhague. « Nous avons un bon traité mais nous avons besoin d’une constitution « , a-t-il ajouté. Poussé par une opinion publique de plus en plus lassée par les renflouements des pays endettés de la zone euro, le gouvernement allemand a tenté en vain de modifier le traité de Lisbonne l’an dernier. Il souhaitait notamment imposer une plus forte discipline fiscale et autoriser une surveillance plus étroite des dépenses nationales.

 

Chine: déficit commercial record, le miracle économique craque

Chine: déficit commercial record, le miracle économique craque

 

Déficit commercial record en Chine de 31,48 milliards de dollars, à cause d’un bond des importations, notamment de pétrole, selon les chiffres rapportés samedi par les douanes chinoises. Le modèle économique chinois fondé sur les exports craque du fait de la crise mondiale.  Les importations ont bondi de 39,6% sur un an à 145,96 milliards de dollars, tandis que les exportations ont augmenté de 18,4% à 114,47 milliards de USD, ont détaillé les douanes sur leur site internet. Les importations ont progressé bien au-delà des attentes des économistes interrogés par l’agence Dow Jones, qui tablaient en moyenne sur 26% de hausse, tandis que les exportations sont largement en deçà de leurs prévisions, qui étaient de 28,8% de hausse.  Le déficit attendu par ces économistes était de 8,5 milliards de dollars seulement.  Il s’agit du plus important déficit commercial jamais enregistré en un seul mois par la Chine depuis au moins l’an 2000, selon l’agence Dow Jones.  Pour les deux premiers mois de l’année, la Chine affiche un déficit commercial de 4,25 milliards de dollars. En janvier, elle avait dégagé un excédent, mais le volume du commerce extérieur chinois s’était contracté à cause de l’impact des fêtes du Nouvel an chinois. Le niveau élevé des importations est notamment dû aux importations de pétrole, qui ont atteint le mois dernier le volume record de 23,64 millions de tonnes, pour un montant de 19,47 milliards de dollars.  Les importations de cuivre ont presque doublé sur un an en février et celles de minerai de fer ont progressé de 34%.  La Chine enregistre fréquemment un déficit un commercial en début d’année, mais en 2011, il n’avait atteint que 890 millions de dollars pour les deux premiers mois de l’année.  Le déficit de février s’ajoute à d’autres indicateurs économiques publiés qui traduisent un ralentissement de la croissance dans la deuxième économie mondiale.  La hausse de la production industrielle est ainsi tombée à son plus faible niveau depuis juillet 2009.   »D’une manière générale, nous assistons à une accélération de la détérioration des conditions économiques », a réagi Zhang Zhiwei, un économiste de Nomura Securities cité par l’agence Dow Jones.   »Le ralentissement survient plus rapidement que ce que prévoyait le gouvernement », selon lui.  Le déficit commercial record pourrait inciter Pékin à assouplir davantage sa politique monétaire pour soutenir l’activité, alors que les exportateurs chinois souffrent actuellement de l’impact de la crise de la dette en Europe et de la faiblesse de la croissance économique aux Etats-Unis.  Dans ce contexte, l’objectif de croissance du commerce extérieur a été ramené pour 2012 à 10% alors qu’en 2011, les exportations ont encore augmenté de 20,3% et les importations de 24,9%.  Sur la période janvier-février, la Chine a accru ses échanges commerciaux avec la Russie de 31,9% à 13,51 milliards de dollars, tandis que ceux avec le Brésil ont augmenté de 10,6% à 11,54 milliards de dollars, reflétant un commerce croissant entre pays émergents.  Le premier partenaire commercial de la Chine reste l’Union européenne, avec 79,8 milliards d’échanges sur les deux premiers mois de l’année (+4,7%), devant les Etats-Unis avec 66,05 milliards de USD (+9,2%), les dix pays de l’ASEAN avec 51,84 mds de dollars (+9,1%) et le Japon avec 49,07 mds de dollars (+0,5%).

 

Economie politique: derniers articles

  • aujourd’hui samedi

 

 

verndrei

Kosciusko-Morizet, porte-parole de Sarkozy : le prix du ticket de métro qui tue, surtout pour une ministre des transports

Kosciusko-Morizet, porte-parole de Sarkozy : le prix du ticket de métro qui tue, surtout pour une ministre des transports

 

Une méconnaissance qui fait  mauvais genre. Nathalie Kosciusko-Morizet, porte-parole du candidat Nicolas Sarkozy, n’a pas su répondre vendredi à une question d’un auditeur d’Europe 1 qui lui demandait, si en tant que « porte-parole du candidat du peuple (qualificatif utilisé par Nicolas Sarkozy, ndlr) », elle connaissait « le prix d’un ticket de métro ». L’ancienne ministre de l’Ecologie et des transports  hésite, et répond :  »4 euros et quelques ». Raté puisque le prix d’un ticket de métro à Paris est de… 1,70.  Quand on est ministre, on prend peu le métro, c’est vrai, je le reconnais. Et quand on le prend, on a le métro gratuit, notamment quand on est ministre des Transports. Donc mea culpa, mais ça fait bien longtemps que je n’ai pas acheté un ticket de métro », s’est-elle justifié un peu plus tard. C’est sans doute le plus grave, être ministre des transports et ignorer le prix du ticket de métro comme sans doute elle ignore la plupart des éléments de base des dépenses des familles.pas étonnant, elle ne doit pas faire se courses elle-même. Nathalie Kosciusko-Morizet est issue d’une vieille famille bourgeoise, elle-même issue de la noblesse polonaise. Son arrière-grand-père, Charles Kosciusko, était le descendant direct de Józef Tomasz Kościuszko (1743-1789), frère aîné du patriote polonais Tadeusz Kościuszko. Elle est la sœur de Pierre Kosciusko-Morizet. Elle est également une descendante de Lucrèce Borgia Fille naturelle du cardinal Rodrigo Borgia (futur pape Alexandre VI) et de Vannozza Cattanei, une patricienne romaine. Polytechnicienne (X1992), elle a choisi la biologie comme spécialité, et l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF) comme école d’application, au sein du corps des ingénieurs du génie rural, des eaux et des forêts. Elle est également titulaire d’un MBA du Collège des ingénieurs (promotion 1997). Berf une descendante de la plus grande noblesse, douée sans doute, surdiplômée, mais peu compétente en gestion des affaires publiques concernant le citoyen ordinaire. Une vraie porte parole du « candidat du peuple » !

ArcelorMittal-Florange : durcissement social en vue

ArcelorMittal-Florange : durcissement social en vue

 

 

Echec vendredi d’une ultime négociation pour dénouer la crise à l’aciérie de Florange (Moselle) : les syndicats ont menacé de durcir leur mouvement. Comme d’habitude Sarkozy a fait trop de promesse sur ce dossier qui va lui coûter très cher sur le plan électoral car strictement aucune solution crédible n’est en vue ; Ces derniers réclament toujours à la direction de se prononcer sur une date pour le redémarrage partiel annoncé par Nicolas Sarkozy. Mais ArcelorMittal conditionne cette reprise à l’état de son carnet de commandes. « ArcelorMittal n’a même pas garanti par écrit une poursuite de l’exploitation jusqu’au 31 mars 2013″, a expliqué Edouard Martin, de la CDFT. « La semaine prochaine, ça va chauffer encore peu plus », a-t-il promis.Ecouter Samuel Goldschmidt | La réunion de « facilitation » organisée sous l’égide de l’Etat à la sous-préfecture de Thionville pour mettre fin aux blocages paralysant partiellement l’usine n’a pas permis de trouver un compromis et le conflit devrait se poursuivre la semaine prochaine.  Les métallurgistes ont néanmoins levé « temporairement » vers 15h le piquet de grève dressé depuis lundi devant les expéditions du site, expliquant « reculer pour mieux sauter ». « La direction n’a pas voulu entendre raison. Le protocole de sortie de crise qui nous a été présenté ne comprenait aucune avancée », a regretté le responsable de la CFDT, Edouard Martin, à l’issue de la réunion dirigée par le préfet de Lorraine, Christian Galliard de Lavernée, et à laquelle FO a refusé de participer.  « Nous donnons un zéro pointé à la direction », a ajouté le leader de la CGT, Jean Mangin. Pour lui, « ce qui se prépare, c’est une fermeture pure et simple de Florange ».  Convoqués lundi à 17h en assemblée générale à Florange, les ouvriers devraient voter sur la poursuite du mouvement, la CFDT promettant de « hausser le ton ». « ArcelorMittal n’a même pas garanti par écrit une poursuite de l’exploitation jusqu’au 31 mars 2013« , a affirmé Edouard Martin. « La semaine prochaine, ça va chauffer encore peu plus », a-t-il prévenu.  Dans un communiqué publié à Paris, la direction a appelé les syndicats à la reprise du dialogue. Prenant acte de leur refus de signer, elle a regretté que les engagements détaillés dans le protocole de sortie de crise, « qui témoignent d’une volonté de redémarrer la phase liquide (les hauts fourneaux) dès que la conjoncture le permettra », n’aient pas été entendus.  Elle a parallèlement souligné qu’elle investirait 17 millions d’euros « immédiatement et sans conditions de reprise économique » sur le site, dont deux millions pour des travaux de maintenance et 15 millions pour deux nouveaux projets « déterminants » pour l’usine. Le préfet de Lorraine a assuré que les engagements pris par Nicolas Sarkozy pour l’aciérie figureront « de la façon la plus précise » dans le dispositif de chômage partiel devant être signé prochainement entre ArcelorMittal et l’Etat.

Sarko ne veut pas baisser son salaire mais celui de Hollande !

Sarko ne veut pas baisser son salaire mais celui de Hollande !

Le président de la République ne veut pas baisser son salaire mais celui de Hollande. « Ce que je ne comprends pas, c’est qu’alors qu’il est président du département le plus endetté de France, il ne l’a pas fait pour lui-même », s’est demandé Nicolas Sarkozy. L’équipe de François Hollande a répondu.  Il lui renvoie l’ascenseur. Jeudi sur RMC et BFM-TV, Nicolas Sarkozy a commenté la proposition de son adversaire socialiste de réduire de 30% le salaire du chef de l’Etat. « J’ai vu que François Hollande proposait de baisser les salaires. Ce que je ne comprends pas, c’est qu’alors qu’il est président du département le plus endetté de France, il ne l’a pas fait pour lui-même », s’est interrogé le président-candidat. « Pourquoi dire qu’il le fera dans les années qui viennent? Qu’il le fasse tout de suite », a-t-il ajouté. Et d’expliquer : « Même si chacun peut avoir son opinion là-dessus, je ne pense pas que c’est la solution. La solution, c’est d’avoir des responsables politiques honnêtes, compétents et qui s’engagent. Je ne pense pas que la rémunération du personnel politique dépasse en quoi que ce soit la rémunération des autres catégories ». La réaction n’a pas tardé dans le camp socialiste. « François Hollande ne s’est pas auto-accordé comme Nicolas Sarkozy au début de son mandat une augmentation de salaire de 172%! », a répliqué la porte-parole du candidat, Delphine Batho. Traitement mensuel du Président  : 21 176,36 € bruts par mois qui comprend une indemnité de base (16 544,03 €), une indemnité de résidence (496,32 €) et une indemnité de fonction non imposable (4 136,36 €).plus les avantages : logement de fonction à l’Elysée, accès gratuit au réseau SNCF, voitures de fonction et chauffeurs, mise à disposition d’une flotte d’avions, bénéfice de plusieurs résidences secondaires. Dans un communiqué,  Delphine Batho  affirme que le chef de l’Etat dit une « contre-vérité » en déclarant que son salaire avait été fixé sur celui du Premier ministre et que celui-ci avait été déterminé « par Lionel Jospin, lorsqu’il était à Matignon ». La députée cite même l’ancien chef du gouvernement, qui avait déjà démenti de tels propos de la part de Nicolas Sarkozy en 2008. « Mon traitement était fixé, comme celui des ministres, par décret du président de la République », avait alors déclaré Lionel Jospin, qui précisait que son salaire en 1997 était équivalent à 9.000 euros. « Qu’il cesse de faire porter à d’autres la responsabilité d’une décision qu’il a prise et qu’il doit assumer », conclut Delphine Batho. En tant que président de Conseil général, François Hollande touche pour sa part une indemnité de 5.400 euros brut par mois, une rémunération fixée par la loi. Mais avec sa fonction de député, il « ne peut cumuler les indemnités afférentes à ces mandats ou fonctions avec son indemnité parlementaire de base que dans la limite d’une fois et demie cette dernière », comme l’écrit le site Internet de l’Assemblée nationale. Indemnisé à hauteur de 7.100,15 euros brut comme parlementaire, le socialiste gagne donc 10.650,225 euros brut tous les mois. Certes ce n’est pas la réduction des salaires du personnel politique qui va sauver la France mais un geste pourrait donner une plus grande légitimité aux efforts demandés aux français.

Dette grecque : les CDS seront déclenchés, 2.4 milliards de dollars en cause

Dette grecque : les CDS seront déclenchés, 2.4 milliards de dollars en cause

 

 

 L’Isda, l’association qui régit les CDS ( »credit default swap ») a rendu son verdict, après six heures de délibération. Les CDS, qui fonctionnent comme des contrats d’assurance, seront déclenchés. Autrement dit, les investisseurs qui se sont assurés contre un défaut grec seront dédommagés. L’Isda avait réuni vendredi après-midi un comité composé de quinze vendeurs et acheteurs de CDS (10 banques d’affaires et 5 fonds d’investissement). Ils ont décidé que l’utilisation des Clauses d’action collectives par la Grèce pour forcer les créanciers privés à effacer une partie de sa dette représentait un événement de crédit, c’est à dire un défaut de la Grèce. Les contrats d’assurance sur la Grèce représentent 3,2 milliards de dollars en net (une fois éliminées les positions vendeuses / acheteuses de chaque intervenant). C’est donc cette somme, au maximum, qui sera déboursée en guise de dédommagement. Les spécialistes assurent que les banques qui jouent le rôle d’assureurs ne risquent pas la faillite et ont eu le temps de se prémunir contre ce risque. A ce stade, on ne sait pas quels sont les établissements concernés, car le marché des CDS est un marché de gré-à-gré, donc peu transparent. Rendez-vous est pris pour le 19 mars, date à laquelle une enchère permettra d’évaluer précisément le montant des dédommagements. Selon Morgan Stanley, la valeur de recouvrement serait de 25 pour cent de la valeur faciale des titres. Cela veut dire qu’un détenteur de CDS (un ‘assuré’) peut espérer être remboursé sur chaque titre grec valant 100 dollars : 100 dollars -25 dollars, soit 75 dollars. Au final, si ce prix de recouvrement est bien celui qui ressort de l’enchère le 19 mars, ce sont 2,4 milliards de dollars qui seront déboursés par les assureurs. Les dirigeants européens, notamment la Banque centrale européenne, voulaient à tout prix éviter un déclenchement des CDS il y a encore un an. Désormais, cela ne semble plus les effrayer. v

Taxe carbone: après la Chine, les compagnies aériennes américaines menacent l’Europe

Taxe carbone: après la Chine,  les compagnies aériennes américaines menacent l’Europe

La taxe carbone inepte, inefficace, contreproductive fait du bruit. Après la Chine qui veut annuler se commandes de 45 Airbus, c’est les compagnies américaines qui menacent. Une association rassemblant la plupart des compagnies aériennes américaines, Airlines for America (A4A), a demandé vendredi à l’administration américaine de lancer une procédure à l’OACI pour obtenir l’annulation de la taxe européenne sur la pollution aérienne. « A4A demande au gouvernement américain de lancer une procédure judiciaire ‘Article 84′ auprès de l’Organisation de l’aviation civile internationale (OACI) pour annuler la (taxe européenne) et faire revenir les Européens à la table des négociations », a fait valoir le directeur général de cette association Nicholas Calio, cité dans un communiqué.  L’A4A a souligné que les compagnies aériennes étaient responsables de moins de 2% des émissions de dioxyde de carbone aux Etats-Unis, et de 2% tout juste sur une base mondiale.  Cette association rassemble des compagnies qui assurent plus de 90% du trafic passager et cargo aux Etats-Unis.  La législation européenne, entrée en vigueur sur le papier le 1er janvier 2012, oblige les compagnies opérant dans l’Union européenne, quelle que soit leur nationalité, à acheter l’équivalent de 15% de leurs émissions de CO2, soit 32 millions de tonnes, pour lutter contre le réchauffement climatique.  Mais 26 des 36 membres de l’OACI, dont la Chine, les Etats-Unis et la Russie, contestent la mesure.  L’Union européenne a déjà affirmé qu’elle souhaitait « une solution internationale au sein de l’OACI », par la voix de la négociation.  Une procédure suivant l’article 84 de la Convention de Chicago, en revanche, serait contraignante: elle donne au conseil de l’OACI la responsabilité de trancher un différend en cas d’impossibilité de le résoudre par la négociation.  Cette procédure avait déjà été utilisée il y a une dizaine d’années, au détriment de l’UE, pour trancher un différend sur l’insonorisation des avions. La taxe carbone, produits de l’ingénierie fiscale de l’Europe, ne saurait remplacer un politique de normes et de régulation seule capable de réduire de manière significative les émissions polluantes.

Coca-cola, réduction de la dose de poison : à votre santé !

Coca-cola,  réduction de la dose de poison : à votre santé !

 

Le Coca c’est bien connu est plus effective ( et moins dangereux)  comme détergent que comme boisson ; Il contient notamment de  L’acide phosphorique employé comme régulateur de pH (E338) : principalement dans les sodas au cola (Coca-Cola, Pepsi Cola)[7]. L’ingestion d’un taux élevé d’acide phosphorique pourrait entraver le fonctionnement des reins et favoriser les calculs rénaux. Des chercheurs américains ont interrogé 465 personnes pour lesquelles une insuffisance rénale avait été récemment diagnostiquée et ont constaté à partir de la description de leur régime alimentaire qu’à partir de deux verres de coca journalier, le risque d’insuffisance rénale est multiplié par deux. Il en est de même avec le Coca « Light ». En revanche, aucune association n’a été trouvée avec les autres sodas. . L’un de ses composants, le 4-methylimidazole (4-MEI), qui sert à colorer la boisson, serait cancérigène.  Dans la composition, il apparait sous les termes colorants caramel E150c et E150d. Coca-Cola et Pepsi se veulent rassurants. Ils assurent que les consommateurs ne détecteront aucune différence.  D’autres sodas, les sauces soja et certaines bières seraient aussi concernées par la présence de cette substance chimique selon le Monde.fr.  C’est une association américaine de défense des consommateurs, le Centre pour la science dans l’intérêt du public (CSPI), qui a donné l’alerte en février 2011 et a demandé son interdiction. La Californie a ajouté cette substance à sa liste de produits cancérigènes. Ainsi, dans cet Etat, le niveau maximum conseillé de 4-MEI à consommer sur une journée est de 29 microgrammes. Si ce seuil est dépassé, le fabricant est obligé de placer un message d’avertissement sur le produit. Or, d’après la CSPI, une canette de 33 cl de Coca-Cola contient 142 à 146 microgrammes de 4-MEI, un chiffre qui s’établit à 103 à 113 microgrammes pour le Coca-Cola Light.  Coca-Cola, qui entretient le mythe autour de sa recette centenaire en la conservant jalousement dans un coffre-fort, a fait valoir que son breuvage était inoffensif et que son goût resterait identique. «Nous ne changeons NI notre recette, NI notre formule», a fortement démenti un des porte-parole de la marque, Ben Sheidler, dans un courriel envoyé à l’AFP.  «Nous allons demander à nos fournisseurs de caramel de réduire les niveaux de 4-MEI pour se mettre en conformité avec la loi californienne», a-t-il ajouté, précisant, sans donner de date ces changements seraient faits sur l’ensemble des Etats-Unis.  Même son de cloche chez Pepsi qui affirme que ses «boissons sont et seront toujours propres à la consommation». Dans un communiqué, la firme indique que «les consommateurs ne verront aucun différence dans nos produits et n’ont aucune raison de s’inquiéter au sujet de quelconques problèmes de santé. Il n’y a aucune preuve scientifique que le 4-MEI utilisé dans l’alimentation constitue une menace pour la santé humaine.»,  En Europe, la législation est moins contraignante et ces «changements techniques» d’après les propres termes de Coca-Cola, ne seraient donc pas nécessaires sur le Vieux Continent. En 2008, l’Union européenne, dans une directive établissant les critères de pureté scientifiques pour les colorants pouvant être utilisés dans les denrées alimentaire, a fixé la limite légale à 250 milligrammes de 4-MEI par kilogramme (ce qui ferait plus de 80 000 microgrammes par canette). Le produit cancérigène animal-MEI est soupçonné de toucher le foie, le poumon, la thyroïde et le sang. Mais sa toxicité fait encore débat dans la communauté scientifique. La molécule en question n’est pas listée par le programme national toxicologique américain comme un cancérigène humain potentiel. Mais la démarche de l’association CSPI a suffi pour semer le doute et troubler la confiance dans le breuvage le plus consommé au monde. Le Centre pour la science dans l’intérêt du public a fait une demande auprès de la FDA (Food and Drug Administration) pour que le 4-MEI soit classé parmi les produits cancérigènes, applaudit les changements en Californie mais demande une action plus large, étendue au monde entier.

Le Pen : Islam français ou Islam de France ?

Le Pen :  Islam français ou Islam de France ?

 

 

Sur Canal hier, marine le Pen interrogée par un imam modéré a finalement répondu qu’elle accepterait  un Islam mais  français. Ce à quoi l’Imam toujours très modéré a répondu, «  c’est un Islam de France   que nous souhaitons ». La nuance peut paraître anecdotique, elle est pourtant essentielle. Marine Lepen veut  franciser les convictions les lus intimes.  On parle d’’Eglise de France, de catholicisme de France, de protestantisme de France pourquoi faudrait-il parler autrement de l’islam et vouloir non pas un Islam de France mais un islam français ; pour quoi pas un bouddhisme français comme si les religions et au-delà les conceptions philosophiques devraient être  colorées  en bleu, blanc, rouge. Cette approche franchouillarde  vise en fait à cadrer strictement l’Islam en France. Or c’est en contradiction avec le concept de laïcité. Le politique n’a pas à s’immiscer dans la sphère privée des convictions personnelles et doit s’interdire de les réglementer dès lors que l’intérêt public n’est pas en jeu. Même observation pour Fillon qui n’a pas à mettre son nez dans ce qui est archaïque ou pas dans les religions pour les mêmes raisons.

Grèce : risque « imminent » écarté mais pas celui à moyen terme

Grèce : risque « imminent » écarté mais pas celui à moyen terme

« La Grèce a écarté vendredi le risque d’un défaut imminent », indique l’agence Reuters qui ne veut pas gâcher le métier et désespérer les investisseurs. Le risque imminent certes mais pas celui à moyen terme. D’ores et déjà, les perspectives de réduction de la dette à 120% apparaissent inatteignables. En cause l’étranglement de l’économie et de la croissance. Le sauvetage concerne donc le court terme, grâce à la forte participation de ses créanciers privés à l’échange d’obligations qui permettra au pays de réduire son endettement et de bénéficier d’un second plan d’aide internationale. Les ministres des Finances de la zone euro devraient, en réponse, donner leur feu vert à l’octroi du deuxième plan de sauvetage grec, d’un montant de 130 milliards d’euros, d’après un projet de communiqué obtenu par Reuters. Le problème grec est « réglé » et « la page de la crise financière et en train de se tourner », a estimé Nicolas Sarkozy, en marge d’un déplacement électoral à Nice, tandis que Berlin a mis en garde contre tout enthousiasme prématuré. « La Grèce a obtenu aujourd’hui une opportunité claire de redressement. Mais il faut au préalable que la Grèce saisisse cette opportunité », a déclaré le ministre des Finances Wolfgang Schäuble. « Ce serait une grosse erreur de donner l’impression que la crise a été résolue », a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse. « Ils ont l’opportunité de la résoudre et ils doivent en profiter. » A travers cette restructuration de dette souveraine, la plus importante de l’histoire, les créanciers privés d’Athènes doivent échanger leurs obligations grecques contre de nouveaux titres d’une échéance plus longue, affichant une valeur nominale nettement réduite et un taux d’intérêt plus faible. Au total, ils perdront autour de 74% de la valeur de leurs titres. D’après le ministère grec des Finances, les détenteurs de 85,8% des 177 milliards d’euros d’obligations relevant du droit grec ont donné leur accord à l’échange de titres. Au final, l’Europe va payer très cher, parce que trop tardif, un plan qui ne résout rien sur le moyen et long terme. Il faudra remettre au pot d’ici 2 à 3 ans. Un véritable gâchis pour l’Europe et pour la Grèce d’abord. Il n’y en aura pas deux du même type ; la facture est top salée.

Costa Concordia : la croisière de masse condamnée ?

Costa Concordia : la croisière de masse condamnée ?

Les accidents de la compagnie Costa ont plombé les comptes mais pas sûr qu’il y ait encore un avenir pour ces croisières de masse. Carnival, le numéro un mondial des croisières, a revu en forte baisse ses prévisions de résultats vendredi, principalement à cause du coût du naufrage en janvier du Costa Concordia, l’un des plus gros bateaux de sa flotte. Le groupe américain a précisé que la catastrophe, dans laquelle 25 personnes ont perdu la vie, avait moins nui à ses activités en Amérique du Nord qu’en Europe. Il a ajouté que ses réservations s’amélioraient, sauf pour la marque Costa, qui exploite 14 de ses 99 bateaux. Pour l’exercice fiscal en cours, le groupe prévoit désormais un bénéfice par action de 1,40 à 1,70 dollar, soit 1,15 dollar de moins qu’évoqué en décembre. Sur le trimestre à fin février, le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 3,58 milliards de dollars, en hausse de 4,8%, et une perte nette de 139 millions (18 cents par action). Fin janvier, il avait annoncé que le désastre du Costa Concordia, qui s’est échoué au large des côtes italiennes, amputerait ses bénéfices de 155 à 175 millions de dollars (118 à 133 millions d’euros) cette année. Vendredi, il a précisé que le Costa Concordia était désormais considéré comme « une perte totale ». La filiale Costa devrait afficher une perte de 100 millions de dollars cette année, contre un bénéfice de 400 millions l’an dernier. Les déboires du groupe ont continué avec un incendie sur le Costa Allegra, qui a contraint les passagers à passer plusieurs jours sans électricité sur le bateau dans l’océan Indien. La question des croisières de masse sur des bateaux de type HLM transportant plusieurs milliers de passagers se posent. En effet, outre les risques potentiels en cas d’accident, se posent l’intérêt touristique. La plupart des usagers ne quittent pas le navire, ne visitent rien des pays côtoyés et finalement passent leurs vacances dans un immense hôtel de luxe sur l’eau.la dimension culturelle set réduite à peu de chose ; cette consommation de masse du loisir pourrait être remise en question compte tenu de la pauvreté de son contenu et des risques potentiels.

Hollande : programme économique convaincant pour seulement 40% de Français

Hollande : programme économique convaincant pour seulement  40% de Français

 

 

Hollande : programme économique convaincant pour seulement  40% de Français  Une majorité de Français (53%) doutent de la crédibilité du programme économique du candidat socialiste François Hollande, contre 40% qui le jugent crédible, selon un sondage CSA pour l’émission Capital de M6. Avec 74% d’opinions favorables, les sympathisants socialistes sont les premiers soutiens du candidat du PS, devançant les sympathisants du Front de Gauche (70%) ou bien encore ceux d’Europe Ecologie Les Verts (55%).Selon cette enquête, 55% des Français (contre 42%) ne font pas confiance à François Hollande, qui participera à l’émission capital dimanche sur M6, « pour lutter contre les excès des marchés financiers » alors qu’il se présente comme « l’adversaire de la finance ». CSA a déjà effectué ce sondage pour le centriste François Bayrou et la candidate du Front national Marine Le Pen, dont les programmes économiques n’étaient pas jugés crédibles par respectivement 47% et 69% des sondés. Le programme économique de Nicolas Sarkozy doit être testé la semaine prochaine. Le sondage sur le programme de François Hollande a été réalisé le 5 mars 2012. Les français sont lucides, même s’ils avouent eux mêmes leur faible connaissance économique, ils font preuve de bon sens. Ils savent que la crise ne fait que commencer pour la France et que la plupart des promesses vont voler en éclats ; pire qu’il faudra engager des réformes beaucoup plus douloureuses que ce que proposent les candidats.

Soja, blé : prix en hausse; en cause la spéculation

Soja, blé : prix en hausse; en cause la spéculation

Soja, maïs, blé : prix en hausse. En cause l’état des stocks mais surtout la spéculation,. Le département américain de l’agriculture a publié son rapport mensuel, vendredi 9 mars. Il réserve quelques surprises sur le soja et le maïs.  La production sud-américaine de soja a été fortement revue en baisse. Les stocks de blé, aussi 6,5 millions de tonnes en moins pour les estimations de récoltes sud-américaines de soja, c’est beaucoup. Les marchés s’attendaient à ce que le département américain de l’agriculture (USDA), révise encore cette-fois ci, à l’occasion de la publication du rapport, la production de soja en provenance d’Amérique du Sud -les estimations locales se révélant inférieures. Mais de manière bien plus modérée. Le consensus anticipait un repli compris entre 4 et 5 millions de tonnes. Les prix du soja au plus haut depuis cinq mois L’USDA a donc surpris, une fois encore, les opérateurs. D’autant que simultanément, il a réduit la consommation au niveau mondial de 3,15 millions de tonnes. Au final, le stock de fin 2011-2012 est réduit de 3 millions de tonnes à 57,3 millions, un niveau équivalent à celui attendu par le consensus, mais avec un rationnement de la consommation en raison de prix élevés. En raison des dégâts provoqués par la sécheresse des derniers mois en Argentine et au Brésil, les cours du soja ont nettement rebondi depuis le début de l’année (+12%). A 13,46 dollars le boisseau à Chicago, les prix ont atteint un plus haut depuis cinq mois. Sur le blé, le rapport USDA a réservé aussi quelques surprises. Début février, le département américain avait révisé en hausse les stocks de fin de campagne. Les économistes font maintenant machine arrière, avec un stock de blé mondial abaissé de 3,5 millions de tonnes à 209,6 millions. Ils restent malgré tout à un niveau élevé, à 209,6 millions de tonnes.  A la Bourse de Paris, les cours du contrat de blé se sont tendus, en hausse de 2,20%. Déçus par les produits financiers notamment les actions et les obligations les investisseurs spéculent désormais sur les matières premières, le pétrole bien sûr mais aussi sur les matières alimentaires.

1...11251126112711281129...1181



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol