Archive pour la Catégorie 'sport'

Page 5 sur 14

Foot France Biélorussie : un match vraiment nul

Foot France Biélorussie : un match vraiment nul

 

 

L’équipe de France retombe dans ses travers avec un résultat nul face à une équipe de Biélorussie insignifiante ; un résultat nul comme le contenu. En fait un match qui ressemblait à une séance d’entraînement où la France maîtrisait  le ballon en permanence mais sans inquiéter le but adverse ou en se montant d’une maladresse extrême. Pour résumer pas de rythme, pas d’engagement ou alors aucune efficacité. Comme l’avant-centre Giroux qui est à l’équipe de France ce que Cavani est au PSG : un joueur généreux mais aux pieds carrés. Avec en plus un entraîneur Didier Deschamps qui s’inspire sans doute des méthodes de coaching de Laurent Blanc en roupillant sur le banc alors qu’il était évident au bout d’un quart d’heure maximum qu’on devait accélérer le rythme. Les Bleus n’ont donc pas réussi à faire la différence pour leur premier match des éliminatoires de la Coupe du Monde 2018, face à la Biélorussie (0-0), à Borisov. Après une première période passable, où les Bleus où une possession stérile, ils ont réussi à prendre le dessus sur la Biélorussie en seconde période. Alors que les Bleus ont eu plusieurs occasions de but, ils n’ont pas réussi à concrétiser entre maladresse, malchance et les superbes arrêts du gardien Harbarnow. L’équipe de France ne prend donc qu’un point ce soir, mais rien d’encore alarmant pour cette équipe qui a montré de belles choses mais qui a cruellement manqué d’efficacité devant le but. Prochain match face à la Bulgarie, en France, au mois d’octobre.

Les notes de Pierre menez de Canal

Mandanda (non noté) : C’est impossible de lui mettre une note puisqu’il n’a rigoureusement rien eu à faire. Il a été spectateur privilégié du match.

Sidibé (6) : Un peu prudent en début de match, il s’est enhardit. Très rassurant sur le plan défensif, il a essayé de porter le danger en ajustant quelques centres. Il a beaucoup d’avenir.

Varane (6) : Bien plus déterminé que contre l’Italie, il a été tranchant dans ses interventions. Avec son adresse technique, il aurait toutefois peut-être pu profiter davantage de la liberté qui était la sienne.

Koscielny (6) : Égal à lui-même. Intransigeant, il a remporté quasiment tous ses duels sans commettre la moindre faute.

Kurzawa (7) : Il n’a pas souffert défensivement – le contraire aurait été étonnant vu que les Biélorusses n’ont pas attaqué – et sa participation au jeu offensif a été intéressante. Il s’est notamment montré dangereux de la tête à deux reprises. Il a marqué beaucoup de points sur les deux matchs.

Kanté (7) : C’est la lessiveuse du milieu de terrain français. À lui tout seul, il a cassé les très rares tentatives de contres biélorusses. Avec le ballon, c’est vrai qu’il ne prend pas beaucoup de risques mais défensivement, c’était du haut niveau.

Pogba (6) : Je ne sais jamais trop quoi dire concernant Pogba. C’est vrai qu’il a fait de très jolies choses, notamment au niveau des dribbles. Seulement, derrière, ni ses frappes ni ses passes n’ont été très nettes. Je ne cesse de le répéter mais j’attends plus du Mancunien. Je note qu’il a quand même été plus présent dans l’intensité.

Sissoko (4) : Il a eu du mal et c’était à prévoir puisqu’il n’avait pas joué depuis l’Euro. Titularisé par Didier Deschamps, on n’a pas retrouvé le joueur qui avait tant de jus au mois de juin. À part une action avec un bon centre, il n’a pas réussi à faire parler sa puissance et n’a pas vraiment existé dans ce match.

Griezmann (6) : Très décevant voire même trop mou en première période – on ne l’a quasiment pas vu – il s’est bien repris après le repos. Sur une talonnade, il a d’abord offert une balle de but merveilleuse à Giroud avant de frapper un très joli coup-franc repoussé par le portier biélorusse. Il s’est également offert une occasion en coupant au premier poteau. Alors ce n’est pas encore le grand Griezmann de l’Euro mais sa deuxième période est rassurante. On le retrouvera assurément au fil de la saison.

Martial (5) : Un bon début de match avec des prises de balle tranchantes. Malheureusement, alors qu’il avait l’air en jambes, il s’est un peu éteint au fil des minutes et a donc été remplacé à l’heure de jeu par Dimitri Payet.

Giroud (4) : À son crédit, il y a une belle tête sur la barre. Mais à son débit, il a goinfré la superbe occasion offerte par Griezmann dans un excès de précipitation. Dans le jeu, il a eu beaucoup de mal sur le plan technique et physiquement, il n’est pas vraiment parvenu à s’imposer face à ses vis-à-vis.

Remplaçants : clairement loin de son meilleur niveau physique, Payet a essayé par ses centres et ses coups de pied arrêtés d’offrir de bons ballons à ses coéquipiers. Dembélé a fait une entrée nettement plus convaincante qu’en Italie avec quelques dribbles intéressants. On l’a senti moins intimidé, c’est prometteur. Quant à Gameiro, il n’a eu le droit qu’à dix petites minutes et c’était difficile pour lui puisqu’il n’y avait aucun espace.

 

Sondage Foot fric Mercato : 80% des Français contre

Sondage Foot fric Mercato : 80% des Français contre

Près de 80 % des Français condamnent les sommes consacrées au transfert des joueurs de foot à l’occasion du mercato. Des sommes de plus en plus démentiel dans le foot fric finalement payées notamment  par le téléspectateur à travers les droits télés et les abonnements aux chaînes spécialisées, aussi par le coût des places qui devient pro puisqu’il faut parfois compter sur un prix de 50 à 100 € pour assister à un match de foot Les effectifs de Ligue 1 sont désormais complets. Le Mercato estival à refermé ses portes avec une dernière journée extrêmement alléchante qui a vu les signatures de Mario Balotteli à Nice notamment. Certains clubs n’ont pas hésité à sortir leur chéquier, notamment outre-Manche où les clubs de Premier League ont dépensé 1,38 milliard d’euros. Des sommes incomprises pour la majorité des Français. Selon 80% d’entre eux, ces sommes ne sont pas justifiées et ne sont pas rentables malgré des retombées économiques indéniables comme les droits télévisuels ou encore la vente de maillots.  Et le constat est encore plus alarmant en Ligue 1 où 58% des Français estiment que le championnat français ne peut pas rivaliser avec les meilleurs championnats européens. Un chiffre qui grimpe à 68% chez les amateurs de football. Ces derniers sont cependant séduits par le mercato du Paris Saint-Germain. Si beaucoup attendaient la signature d’une star pour pallier le départ de Zlatan Ibrahimovic à Manchester United, celle-ci n’a jamais eu lieu.  Cette année, le club de la capitale a misé sur le collectif davantage que sur le côté « bling-bling ». Un changement par rapport aux derniers mercatos, qui a séduit les amateurs de ballon rond. 31%d’entre eux estiment que le PSG a réalisé le meilleur mercato de Ligue 1 avec les arrivées deBen ArfaJeséMeunier et Krychowiak. L’OGC Nice suit à la seconde place (22%) alors que l’AS Monaco complète le podium (18%). L’Olympique lyonnais, qui a réussi à conserver Alexandre Lacazette mais a perdu Samuel Umtiti, décroche la 4e place (8%).  Orphelin de sa star suédoise, le club parisien a remis les clés de l’attaque à Edinson Cavani. L’Uruguayen, souvent décrié, évoluera enfin à son vrai poste après trois saisons passées sur le côté. Sa capacité à marquer autant de buts qu’Ibra est pointé du doigt malgré la confiance que lui accorde son entraîneur Unai Emery. Une assurance partagée par une majorité des amateurs de football puisque 61% d’entre eux estiment que les dirigeants parisiens ont raison de faire confiance au buteur uruguayen. Enfin, les regards devraient très rapidement se tourner vers la Côte d’azur où la signature de Mario Balotelli suscite un intérêt certain. Malgré un pari risqué de la part des dirigeants niçois, cette arrivée donne un attrait au club azuréen et à la Ligue 1. Reste à voir si l’enfant terrible du football italien va pouvoir se relancer en France et ainsi faire vibrer les supporters de l’Allianz Riviera. Une chose est sûre, les amateurs de football sont confiants. Ils sont 69% à estimer que Mario Balotelli est un bon renfort pour l’OGC Nice.

Foot Marseille : l’Om à vendre sur le bon coin ?

Foot Marseille : l’Om à vendre sur le bon coin ?

 

 

Vendu pas vendu ? Margarita Louis Dreyfus affirme que la vente est toujours en attente de même que l’éventuel retour de l’entraîneur Marcelo Bielsa. Toujours est-il qu’après des débuts encore catastrophiques du club,  les conditions de vente seront encore plus difficiles. Sur la vente la pente du déclin,  l’OM pourrait même se retrouver en ligue 2 voire finir sur le « bon coin ». . D’ores et déjà l’Olympique de Marseille est difficilement vendable. Un club dont l’actif est surtout représenté par des supporters qui méritent mieux. La raison voudrait que Margarita Louis Dreyfus cède gratuitement le club à un repreneur sérieux. A s’entêter  à vouloir tirer un profit substantiel de cette vente Margarita Louis-Dreyfus prend le risque de dévaloriser complètement un club dont les supporters pourraient bien se lasser des marchandages en cours. Selon France Football, l’entraîneur argentin était quasiment de retour sur le banc de l’Olympique de Marseille, ramené par Gérard Lopez, qui aurait convaincu Margarita Louis-Dreyfus de lui revendre le club. Mais lundi soir, coup de théâtre : l’actionnaire majoritaire de l’OM a formellement démenti la revente du club à l’homme d’affaires luxembourgeois. « Margarita Louis-Dreyfus dément formellement les informations publiées par France Football indiquant que le club aurait été vendu. Elle s’interroge sur l’intérêt que pourrait avoir un média sérieux à diffuser des informations erronées et non vérifiées », a déclaré le club dans un communiqué. « Le jour où la vente de l’OM sera finalisée, les salariés et la Mairie seront les premiers informés puis un communiqué sera diffusé comme il se doit. Toute spéculation est par conséquent fantaisiste », ajoute l’OM. Début août, MLD avait estimé que la vente de l’OM était un « processus bien engagé » mais qui pourrait prendre du temps, ajoutant que sa priorité était de « trouver un nouveau propriétaire qui prend bien soin du club ». Les supporters continueront à ronger leur frein un moment.

 

 

 

JO : fric, dopage et combines

JO : fric, dopage et combines

Le spectacle des jeux olympiques est souvent magnifique à condition évidemment d’oublier certaines pratiques des coulisses sportives. En premier lieu, le dopage généralisé et de plus en plus sophistiqué de sorte que  le contrôle a toujours 10 ans de retard sur la pratique des fraudeurs. Un mal qui touche nombre de sports et malheureusement pas seulement le sport professionnel. Mais les JO sont surtout devenus un enjeu géo politique ainsi pour l’attribution des jeux dans des conditions le plus souvent très sulfureuses. En clair, grâce à la corruption de certains membres du comité olympique international. Un comité qui brasse énormément d’argent au point que certains dirigeants confondent la caisse du comité avec leurs propres portefeuilles (pratiques également courantes dans les fédérations internationales) ;  dernières exemple en date le président du Comité olympique européen, l’Irlandais Patrick Hickey, a été arrêté mercredi à son hôtel de Rio de Janeiro dans le cadre d’une enquête sur un trafic de billets pour les Jeux. La police brésilienne dit avoir découvert des éléments mettant en cause cet homme de 71 ans. Il a été conduit à l’hôpital après son interpellation. Le Comité international olympique (CIO) a par la suite annoncé sa suspension temporaire. « A la lumière des développements de ce matin et de sa santé, M. Hickey a pris la décision de se mettre temporairement à l’écart de la présidence du comité olympique irlandais et de toutes ses autres fonctions olympiques (membre du CIO, président du Comité olympique européen, vice-président de l’Association des comités olympiques nationaux) jusqu’à la complète résolution de cette affaire », dit le CIO dans un bref communiqué. « Attendons de voir quelles sont les allégations. Nous avons une confiance totale dans le système. Tout le monde est innocent tant que sa culpabilité n’est pas prouvée », a déclaré Mark Adams, porte-parole du CIO, selon lequel les faits reprochés à Patrick Hickey concernent un millier de billets sur les 6,5 millions proposées pour les Jeux de Rio. L’arrestation du président du Comité olympique européen, qui faisait également partie de la commission de coordination des Jeux de Rio, fait suite à celle la semaine dernière de Kevin Mallon, directeur de la firme THG Sports, soupçonné d’avoir obtenu jusqu’à dix millions de reals (trois millions de dollars) de la revente illégale de billets. Quatre autres membres de la direction de la compagnie font l’objet de mandats d’arrêt émis lundi par la justice brésilienne. On est loin évidemment de la pureté des premiers jeux grecs où les participants étaient tous amateurs. Les participants d’aujourd’hui sont sans doute tous des athlètes exceptionnels mais l’argent les contraints à faire du dopage une  pratique très généralisée.

(Avec Reuters)

Dopage JO 2016 : trafic d’urine

Dopage JO 2016 : trafic d’urine

En matière dopage,  les méthodes sont plus ou moins sophistiquées selon le développement économique des pays. Du coup au Kenya, pays en développement, on a choisi une méthode basique pour ne pas dire simpliste en faisant uriner un entraîneur à la place d’un coureur. Du coup c’est le deuxième responsable kényan qui est renvoyé au pays. Le Kenya fait partie  des pays comme la Russie ou encore la Chine dont  les athlètes sont souvent chargés. En cause évidemment les énormes sommes d’argent qui sont brassés lors des JO du fait de l’influence des sponsors et des droits télés. Comme il ne faut pas gâcher le spectacle,  les affaires de dopage sont mis sous le boisseau pendant l’épreuve voir même après sauf évidemment pour les cas de violation des règles un peu trop visibles. Le Comité international olympique (CIO) a donc décidé d’exclure un entraîneur kényan des Jeux de Rio ce jeudi. L’organisation a annoncé que l’homme avait tenté de tricher à un contrôle antidopage et avait été renvoyé de la compétition. « Nous prenons note de la décision du comité olympique kényan de renvoyer à la maison son entraîneur d’athlétisme à la suite de la violation des règles antidopage », écrit le CIO dans un communiqué. « Nous remercions le comité olympique kényan de sa décision rapide. Le CIO a immédiatement mis sur pied une commission disciplinaire afin d’enquêter sur l’entraîneur et l’athlète concernés », ajoute le CIO. Selon le Daily Telegraph, l’entraîneur John Anzrah s’est présenté en lieu et en place d’un de ses athlètes à un contrôle antidopage. Il aurait même fourni un échantillon d’urine et signé des papiers au nom de son athlète avant que le subterfuge ne soit découvert lors de la comparaison des photos d’identités. Le nom de l’athlète, homme ou femme, n’est pas encore établi officiellement, et il reste à savoir si celui ou celle-ci risque également d’être exclu des jeux Olympiques.  John Anzrah est le deuxième officiel de la délégation kényane à devoir plier bagage depuis le début des JO-2016. Michael Rotich, manageur de l’ensemble de l’athlétisme, a également dû rentrer au Kenya, accusé d’avoir demandé de l’argent à des journalistes, qui se faisaient passer pour des agents d’athlètes, en contrepartie d’informations sur les contrôles antidopage qu’auraient eu à subir ses athlètes

Dopage JO de Rio : le doute sur la victoire de Cancellara (Armstrong)

Dopage JO de Rio : le doute sur la victoire de Cancellara (Armstrong)

 

C’est un spécialiste du dopage qui met en cause la victoire de Cancellara aux JO dans l’épreuve cycliste de Rio. Il faut bien convenir que cette victoire en a surpris plus d’un dans la mesure où les derniers résultats de l’intéressé étaient loin de permettre d’envisager cette victoire. De toute manière le cyclisme comme nombre d’autres disciplines sportives sont gangrenées  par le dopage et l’argent sans parler des  intérêts géo stratégiques. On objectera que les contrôles ont été notoirement renforcés y compris dans le cyclisme ; ceci étant  le dopage court  beaucoup plus vite que les capacités à le détecter. Du coup suite à la victoire de Cancellara,  Lance Armstrong, le champion du monde du dopage, n’a pas hésité à ironiser sur cette victoire surprise et a  réagi sur les réseaux sociaux au titre olympique de Fabian Cancellara. Il a tweeté le nom «Luigi», une référence à des affaires de dopage. Héros déchu du cyclisme, Lance Armstrong porte aujourd’hui un regard avisé sur le monde du cyclisme. C’est donc logiquement qu’il a réagi à la victoire de Fabian Cancellara mercredi lors de l ‘épreuve du contre-la-montre olympique de Rio. L’Américain a répondu au Tweet de Trek-Segafredo qui célébrait la victoire de son poulain en répondant simplement «Luigi!!» Ce prénom fait référence à deux choses. La première, c’est Luigi Cecchini, un ancien préparateur italien proche du docteur Fuentes, celui-là même qui prescrivait de l’EPO. Luigi Cecchini est connu pour avoir travaillé avec de nombreuses équipes professionnelles au début des années 2000, dont la CSC où il a travaillé avec Fabian Cancellara. Luigi est également le nom lié à des poches de sang, dans l’affaire des transfusions liée (encore une fois) au docteur Fuentes. L’enquête de la justice espagnole n’a toujours pas révélé qui était le coureur associé. Les soupçons étaient d’abord portés sur le Néerlandais Thomas Dekker. Celui-ci a d’ailleurs confirmé jeudi sur Twitter que ce n’était pas lui, en répondant à Armstrong sur Twitter.

(Avec le Figaro)

 

JO natation : faire le ménage à la tête de la fédération (Alain Bernard)

JO natation : faire le ménage à la tête de la fédération (Alain Bernard)

 

 

Ce que réclame l’ancien champion Alain Bernard dans une interview à 20 minutes  suite aux piètres résultats de la natation française aux JO de Rio

Vous êtes venu hier soir poser des questions à Yannick Agnel lors de sa conférence de presse. Vous en avez pensé quoi de tout ça ?

Ce qui me fait mal au cœur c’est que ça part complètement en live et qu’on le sent venir depuis longtemps. C’est même pas la conf’de Yannick… En gros, on dirait que personne n’est responsable de quoi que ce soit alors que les principaux responsables, ceux qui sont censés être là pour protéger les nageurs, on ne les a pas vus… On a eu un communiqué de presse à l’arrache. En termes de chef, on a connu mieux. Un chef c’est quelqu’un qui assume ses choix. On a eu des choix de faits sur les critères de qualification disant : « on prend les six premiers mondiaux comme ça, ça va être très dur ». Là, on arrive aux championnats de France et on change de critères, on passe à un pourcentage. Mais c’était déjà flou : on savait que ça allait être le bordel avant les championnats de France.

C’est-à-dire ?

La cohérence des critères de sélection n’est pas la même qu’il y a quinze ans. On a changé trois fois de DTN en quatre ans, il n’y a pas eu de vraie continuité. Franchement, certains choix ne sont pas forcément compréhensibles. C’est pas l’histoire de faire un choix, c’est la façon de le défendre.

Vous vous êtes étonné qu’il n’y ait personne aux côtés de Yannick Agnel pendant sa conférence de presse…

Mais comment c’est possible ? Pendant 30 minutes, tu laisses Yannick tout seul face à 30 journalistes. Tu le laisses finir sa carrière comme ça ? Avec tout ce qu’on lui doit ?

 

 

JO dopage : «Arrêtez de prendre les gens pour des cons» (Philippe Lucas)

JO dopage : «Arrêtez de prendre les gens pour des cons» (Philippe Lucas)

 

Panem et circenses, la devise est toujours d’actualité surtout en période de crise. Les jeux notamment olympiques font oublier le reste,  au moins pendant un temps. Mais Philippe Lucas l’entraîneur en natation, met  les pieds dans le plat à propos du dopage et affirme que nombres de nations sont concernés par le phénomène.  Estimant qu’il n’y a pas seulement la Russie, éclaboussée par le récent scandale du dopage d’Etat, ou même la Chine, qu’il faut pointer du doigt, Lucas rappelle que le fléau du dopage touche de nombreuses nations. Mais, selon lui, certains pays bénéficient d’une indulgence incompréhensible. Il est clair que le dopage concerne de nombreuses disciplines en particulier celles qui exigent  des performances physiques très éprouvantes. Le phénomène ne gangrène pas seulement le sport professionnel mais aussi le sport amateur. Dans un article du Nouvel Observateur un économiste du sport considère que la lutte actuelle contre le dopage est une illusion.  Dans le livre La Société dopée, qu’il publiera au Seuil dans quelques mois avec son collègue Jean-Jacques Gouguet, Jean-François Bourg Chercheur au Centre de droit et d’économie du sport, à Limoges, montre à quel point il est illusoire de vouloir lutter contre le dopage dans un monde sportif empreint des principes de l’économie de marché – concurrence, dépassement de soi, course à la performance et à la rentabilité.   Les scandales liés au dopage semblent se multiplier – dans l’athlétisme, le tennis, le foot, le cyclisme… Jusqu’à quel point la triche a-t-elle envahi le sport professionnel?   Le dopage est inhérent à la compétition de haut niveau. Aujourd’hui, à quelques exceptions près, le sport professionnel est totalement gangrené, quelle que soit la discipline. La très faible proportion de sportifs contrôlés positif est un leurre. Les quelques rares compétiteurs à se faire prendre sont ceux qui ont commis une erreur dans les délais d’élimination des produits, ou qui ne sont pas accompagnés par un staff médical performant. Tous les autres savent jouer avec la liste des substances interdites et les seuils. Ou alors ils prennent des produits nouveaux, inconnus, et donc indétectables.   Mais comment pourrait-il en être autrement? Les limites physiques du corps humain, au moins pour l’athlétisme, le cyclisme et la natation, sont quasi atteintes. Et pourtant, tout, à commencer par la devise olympique « Plus vite, plus haut, plus fort », pousse à la recherche de la performance. L’évolution vers le sport business a été parallèle à celle de la libéralisation de l’économie, où tout le monde est en concurrence, où il faut se dépasser en permanence. Dans ces conditions, le dopage devient un rouage essentiel du sport moderne.   Tout converge vers le milieu des années 80. C’est à ce moment-là que la dérégulation et les privatisations ont réellement commencé dans l’économie en général. Le sport n’y a pas échappé. La première cotation en Bourse d’un club de foot date de 1983. Le Comité international olympique (CIO) a ouvert les jeux aux sportifs professionnels et aux sponsors en 1984. A la même époque, il y a eu la multiplication des chaînes payantes un peu partout dans le monde, dont Canal+ en France. La télévision est devenue un financeur majeur du sport, qui permet une croissance du chiffre d’affaires du secteur. Peu à peu, les clubs, jusque-là des associations à but non lucratif, se sont transformés en sociétés privées à but commercial.   Le résultat est qu’aujourd’hui tout le monde a intérêt à ce qu’il y ait du dopage. Les sportifs, pris dans une sorte de course aux armements sans fin, avec des gains potentiellement très importants - Lance Armstrong, au sommet de sa carrière, gagnait 23 millions d’euros par an, pour un « budget dopage » estimé à 100000 euros annuels. Les fédérations, assises sur une rente de monopole: la vente des droits commerciaux représente un gigantesque gisement financier. Les sponsors, dans l’attente d’un retour sur leurs investissements. Les Etats, enfin, qui voient souvent le sport comme un élément de leur soft power en Russie, par exemple, c’est toujours une stratégie d’Etat…   Que représente le marché mondial du dopage?   J’ai tenté de l’évaluer en croisant les budgets consacrés au dopage dans les équipes où des scandales ont éclaté avec les données sur le chiffre d’affaires des principales substances dopantes (stéroïdes anabolisants, testostérone, EPO…). J’estime qu’il atteint environ 30 milliards d’euros par an. Le principal pays producteur est la Russie, où l’on trouve de nombreux scientifiques et laboratoires de grande qualité, issus de la vieille industrie chimique de l’ex-URSS. Tout de suite derrière arrivent la Chine et l’Inde.   Le seul rôle de la lutte antidopage est de maintenir l’illusion d’un sport propre. Mais je crois que les spectateurs ne sont pas dupes. Il y a une sorte d’acceptation générale: le spectacle est grandiose, et tout le monde admet qu’il n’y a pas d’éthique. Le Tour de France en est le meilleur exemple: malgré les scandales, l’épreuve reste populaire.   Aujourd’hui, la lutte antidopage est cogérée par les fédérations et les agences de contrôle. Un peu comme si un criminel était jugé par sa famille! Notez d’ailleurs que les grosses affaires sortent toujours par un biais extérieur au mouvement sportif: contrôles douaniers, enquêtes journalistiques, dénonciations. Créons des agences de contrôle indépendantes des fédérations et des Etats, et donnons-leur beaucoup plus de moyens. Pas pour multiplier les contrôles – comme aujourd’hui, où l’on dépense des fortunes pour chercher des produits que les sportifs n’utilisent plus -, mais pour faire de la recherche et trouver quelles sont les substances réellement utilisées. Pour l’instant, elles ont toujours cinq à dix ans de retard sur les sportifs…

 

Rio : Encore les Jeux olympiques du dopage ?

Rio : Encore les Jeux olympiques du dopage ?

  •  

Le dopage dans le sport de haut niveau n’est pas une découverte mais malheureusement une pratique récurrente dans nombre de disciplines. De ce point de vu, e on peut s’interroger sur le manque de courage du comité olympique qui a refusé de suspendre la Russie dont le dopage d’État a été démontré par l’agence mondiale  anti dopages. Certains objecteront que les contrôles n’ont jamais été aussi nombreux cependant la sophistication des moyens de dopage évoluent encore plus vite que les contrôles. Du coup de nombreux épreuves sportives sont clairement faussés même si effectivement elles ne peuvent expliquer les piètres résultats de la France ; résultat sans doute aussi  à imputer à une politique sportive insuffisante. En tout cas à l’occasion des jeux de Rio Camille Lacour le nageur a mit les pieds dans le plat.  Ecœuré, il a, avant de tourner le dos, jeté un gros pavé dans la piscine en assurant sur RMC : « Sun Yang (le Chinois, titré sur le 200 m nage libre, médaillé d’argent sur 400 m nage libre ; double champion olympique à Londres sur 400 m et 1500 m nage libre, puis contrôlé positif en 2014), il pisse violet… Je suis très triste de voir mon sport évoluer de cette façon. J’ai l’impression de voir l’athlétisme avec deux-trois dopés dans chaque finale. J’espère que la FINA va vite réagir et arrêter ce massacre, parce que ça devient triste. Ils n’ont rien à faire dans un sport. Ils ont qu’à faire une «Fédé» de chargés et s’amuser entre eux. Ça me dégoûte de voir des gens qui ont triché sur les podiums… » Et d’ajouter : «Ça me déplaît d’être battu par un Chinois (Xu Jiayu). Il y a pas mal de sentiments. En même temps, je vois le podium du 200m libre, ça me donne envie de vomir. Je préfère retenir cette foule qui a crié quand on est rentré, ce bassin olympique qui est génial. Et oublier un peu ce sport business qui est un peu à gerber.». Pour se défausser de ses responsabilités en matière de dopage  le patron du comité international olympique Thomas Bach a appelé à une « révision totale du système de lutte antidopage ». Une manière de repousser à plus tard la mise à l’écart de la Russie suite au rapport de l’agence mondiale antidopage évoquant un dopage d’Etat.  Pour n’avoir pas à trancher sur cette question le sulfureux comité international olympique avait déjà renvoyé la responsabilité d’exclusion sur les fédérations internationales. Pour justifier encore davantage son laxisme le comité international olympique évoque la nécessité d’un système de lutte antidopage plus transparent, un euphémisme ! «  Les événements récents montrent que nous avons besoin d’une révision totale du système de lutte antidopage, a déclaré M. Bach, à l’ouverture de la 129e session du CIO qui réunit la centaine de membres de l’instance. Cela implique des responsabilités clairement établies, plus de transparence, plus d’indépendance et une meilleur harmonisation au niveau mondial», a ajouté le patron du mouvement olympique. Un mouvement olympique qui porte des responsabilités pour avoir fermé pendant longtemps les yeux sur les pratiques du dopage et par ailleurs impliqué dans les manœuvres délictueuses pour attribuer les jeux.

(Avec AFP)

Foot Marseille : l’OM toujours invendable

Foot Marseille : l’OM toujours invendable

 

Dans un article récent nous indiquions qu’en l’état l’Olympique de Marseille était à peu près invendable et que l’endettement  de la propriétaire, Margarita Louis-Dreyfus, a tirer profit de cette vente reléve de l’utopie voire de l’indécence.  Margarita Louis-Dreyfus a reconnu lors d’une conférence de presse jeudi que cette vente rencontrée des difficultés et qu’elle prendrait du temps ! Le problème c’est que Margarita Louis Dreyfus veut tirer profit de la vente d’un club pratiquement invendable. . Pourtant elle a hérité de l’immense fortune de Robert Louis Dreyfus passée ainsi sous pavillon russe ;  très critiqué pour sa gestion de l’Olympique de Marseille (et pour cause elle a vendu tous les  meilleurs joueurs au cours des dernières saisons) elle ambitionne de redresser la valeur de vente potentielle de l’Olympique de Marseille. Le problème c’est que l’Olympique de Marseille ne vaut à peu près rien surtout compte tenu de ses lamentables résultats sportifs. La raison commanderait que Margarita Louis Dreyfus cède le club pour le franc symbolique afin qu’un repreneur sérieux puisse redonner à Marseille le club que ses supporters exceptionnels méritent. La vérité c’est que son mari Louis Dreyfus aujourd’hui décédé, lui, s’intéressait vraiment au football et avait mis son argent personnel au service du club. Ce n’est pas le cas de Margarita Louis Dreyfus qui ne sait vraiment jamais intéressée au football et en plus qui espère tirer un profit de la vente d’un club. Le risque évidemment c’est qu’avec l’affaiblissement de l’effectif l’Olympique de Marseille pourrait encore flirter avec la descente en ligue deux pour la saison 2016 2017. Parmi les candidats acquéreurs figure Grégory Maquet mais qui n’a pas encore fait d’offre ferme et une source proche du dossier, indique que le fonds Guggenheim Partners « n’a pas fait et ne fait pas d’offre pour acquérir l’Olympique de Marseille ». Reste Gérard Lopez, qui aurait bien fait une offre ferme selon un proche du dossier mais dont les conditions d’achat ne satisfont pas le clan ‘MLD’. Selon L’Equipe, l’investisseur souhaiterait inclure au contrat une garantie de passif, « sorte d’assurance contre les éventuels vices cachés » lors de la vente, pas au goût des propriétaires actuels.

(Avec AFP)

Corruption FIFA : procès fin 2017 fixé à l’automne 2017

Corruption FIFA : procès fin 2017 fixé à l’automne 2017

 

L’ampleur et la complexité du dossier de corruption de la FIFA contraindront à n’engager le procès que fin2017. Une corruption notamment pour le choix des mondiaux et pour enrichissement personnel avec souvent la complexité la complicité des Etats et des sponsors. Exemple : avec tout l’argent détourné vers les Caraïbes le football devrait être très développé dans cette région (comme l’athlétisme par exemple). Ce n’est pas le cas car d’une  part une grande partie de l’argent de la FIFA était détournée par l’ancien vice président de la FIFA, lui même originaire des Caraïbes et que par ailleurs ce dernier allait monnayer les voix auprès des pays candidats  à l organisation de la coupe du monde.  D’après  l’ancien ministre des sports égyptien Jack Warner se serait manifesté en 2004 pour proposer à ce ministre un marché en vue de l’attribution du mondial 2010 pour lequel l’Egypte était candidate. Warner aurait demandé 7 millions de dollars en échange de 7 voix pour le vote, ce qu’a refusé le ministre égyptien. Bilan : aucune voix reçue pour l’Egypte. C’est l’Afrique du Sud qui a alors été choisie. L’Afrique du Sud, justement, s’est privée de 10 millions de dollars de la FIFA pour organiser ce Mondial. Ils ont été déroutés au profit du développement du foot dans les Caraïbes et versés sur les comptes de la CONCACAF, la confédération qui rassemble l’Amérique du nord, l’Amérique centrale et les Caraïbes. Oui mais c’est le même Jack Warner qui en était le président, en plus de son siège de vice-président à la FIFA. Il se serait alors largement servi dans ces 10 millions de dollars, avec plus de la moitié de la somme détournée. . Le procès qui implique pour l’instant une cinquantaine de personnes ou d’organisations ne pourra pas débuter avant octobre 2017, a annoncé un juge fédéral du district de Brooklyn, mercredi. Le magistrat, Raymond Dearie, a précisé que le ministère public souhaitait un début des audiences plus tôt en 2017 mais l’examen des pièces à conviction nécessite un délai supplémentaire en raison de leur nombre. Pour l’instant, 16 personnes et deux sociétés de marketing sportif ont choisi de plaider coupable dans cette affaire.

(Avec Reuters)

 

Une «révision totale du système de lutte antidopage» ? (CIO)

Une «révision totale du système de lutte antidopage» ? (CIO)

Afin sans doute d’éviter d’avoir à exclure tous les sportifs russes des JO, le président du Comité international olympique Thomas Bach a appelé mardi à une « révision totale du système de lutte antidopage ». Une manière de repousser à plus tard la mise à l’écart de la Russie suite au rapport de l’agence mondiale antidopage évoquant un dopage d’Etat Pour n’avoir pas à trancher sur cette question le sulfureux comité international olympique avait déjà renvoyé la responsabilité d’exclusion sur les fédérations internationales. Pour justifier encore davantage son laxisme le comité international olympique évoque la nécessité d’un système de lutte antidopage plus transparent, un euphémisme ! «  Les événements récents montrent que nous avons besoin d’une révision totale du système de lutte antidopage, a déclaré M. Bach, à l’ouverture de la 129e session du CIO qui réunit la centaine de membres de l’instance. Cela implique des responsabilités clairement établies, plus de transparence, plus d’indépendance et une meilleur harmonisation au niveau mondial», a ajouté le patron du mouvement olympique. M. Bach a également fermement répondu à ceux qui avaient appelé à une suspension totale de la Russie, après les révélations du rapport McLaren mettant en lumière un dopage d’Etat en Russie. Sur la base de ce rapport, le CIO a demandé aux fédérations internationales d’établir une liste de sportifs russes éligibles et non éligibles pour les JO. Un panel du CIO validera d’ici à vendredi ces listes, avec la possibilité d’écarter de nouveaux sportifs, qui s’ajouteraient à ceux déjà exclus. Certains ont appelé à une exclusion totale de l’équipe olympique russe bien avant que les révélations du rapport McLaren ne soient connues, a ajouté M. Bach. Cette exclusion totale de l’équipe russe a été qualifiée par certains « d’option nucléaire » et des athlètes innocents auraient alors dû être considérés comme des « victimes collatérales »». Une telle comparaison «est hors de toute mesure quand il s’agit de sport. Imaginons un instant les conséquences de « l’option nucléaire »», a-t-il ajouté. «Le résultat est la mort et la destruction. Ce n’est pas la mission du mouvement olympique» !

(Avec AFP)

Marseille foot : l’OM toujours invendable

Marseille foot : l’OM toujours invendable

D’après les informations d’Europe 1, seules trois offres sont parvenues toutes en provenance du Moyen-Orient et pour des prix très bas. La propriétaire de l’OM, Margarita Louis Dreyfus,  n’aurait aucune confiance dans la crédibilité de ces repreneurs potentiels. De quoi inquiéter la mairie de Marseille : « on souhaite que ça aille le plus vite possible », reconnaît Richard Miron, adjoint aux sports. « C’est un processus qui dure », poursuit l’adjoint. « Mais les choses ont un prix, les clubs ont une cote et encore faut-il que cette cote soit la plus estimée possible », Mais  Margarita Louis Dreyfus veut faire argent de tout. Pourtant elle a hérité de l’immense fortune de Robert Louis Dreyfus passée ainsi sous pavillon russe ;  très critiqué pour sa gestion de l’Olympique de Marseille (et pour cause elle a vendu tous les  meilleurs joueurs au cours des dernières saisons) elle ambitionne de redresser la valeur de vente potentielle de l’Olympique de Marseille. Le problème c’est que l’Olympique de Marseille ne vaut à peu près rien surtout compte tenu de ses lamentables résultats sportifs qui se confirment avec les matchs amicaux de l’été 2016. . La raison commanderait que Margarita Louis Dreyfus cède le club pour le franc symbolique afin qu’un repreneur sérieux puisse redonner à Marseille le club que ses supporters exceptionnels méritent. La vérité c’est que son mari Louis Dreyfus aujourd’hui décédé, lui, s’intéressait vraiment au football et avait mis son argent personnel au service du club. Ce n’est pas le cas de Margarita Louis Dreyfus qui ne sait vraiment jamais intéressée au football et en plus qui espère tirer un profit de la vente d’un club. Le risque évidemment c’est qu’avec l’affaiblissement de l’effectif l’Olympique de Marseille pourrait encore flirter avec la descente en ligue deux pour la saison 2016 2017. En attendant Margarita Louis Dreyfus a désigné un nouveau président. L’Italien Giovanni Ciccolunghi succèdera lundi à Vincent Labrune.  Louis Dreyfus a annoncé ce mardi qu’il prendrait ses fonctions dès lundi prochain.  Ancien patron d’Adidas en Russie, membre du board de la holding Louis-Dreyfus depuis cinq ans, cet Italiens de 72 ans a été un « proche collaborateur de Robert Louis-Dreyfus », si l’on s’en tient au communiqué de Margarita Louis Dreyfus. Spécialiste du marketing sportif, Ciccolunghi devra préparer le club à une vente annoncée depuis plusieurs mois, pour laquelle les négociations sont en cours. Jean-René Angeloglou, « ami de la famille Louis-Dreyfus depuis plus de 30 ans », selon le communiqué, travaillait à l’OM depuis sa reprise par la famille Louis-Dreyfus en 1997 et connaît bien les rouages du club. Une assemblée générale doit se tenir jeudi après-midi au siège du club, pour entériner le changement de gouvernance, avec directoire et conseil de surveillance.

 

 

Dopage Russie : dopage Russie : le CIO se dégonfle

Dopage Russie : dopage Russie : le CIO se dégonfle

 

En dépit du rapport accablant de l’agence mondiale antidopage, le CIO s’est lavé les mains et à renvoyé la responsabilité aux fédérations internationales pour éventuellement exclure la Russie des JO. Pas étonnant de la part de ce sulfureux comité international olympique composé de membres cooptés liés par ailleurs aux Etats et aux multinationales. Faudrait-il aussi ajouter des choix très politiques des villes organisatrices sans parler de problèmes de corruption. De leur côté les fédérations internationales ne sont pas blanches tant vis-à-vis du dopage que des affaires financières, voir par exemple ce qui s’est passé dernièrement à la FIFA pour le foot. Le Comité international olympique (CIO) a décidé dimanche de ne pas suspendre la délégation russe des Jeux olympiques de Rio, qui s’ouvrent le 5 août, et de laisser aux fédérations sportives internationales le soin de trancher si les athlètes russes peuvent y participer. L’annonce du CIO fait suite à l’appel de l’Agence mondiale antidopage (AMA) à exclure la Russie des Jeux de Rio, après la publication d’un rapport indépendant qui a conclu à un dopage répandu des athlètes russes notamment aux Jeux d’hiver de Sotchi en 2014. Le CIO avait d’ores et déjà fait savoir que des procédures disciplinaires seraient engagées à l’encontre des responsables russes mentionnés dans le rapport McLaren, qui a été dévoilé lundi. Ce rapport, élaboré par le juriste canadien Richard McLaren, a fait état de cas de dopage répandus de sportifs russes et de dissimulations lors d’une série de Jeux olympiques d’été et d’hiver et en particulier lors des jeux d’hiver de Sotchi, organisés par la Russie. La commission exécutive du CIO s’est réunie dimanche par téléconférence et a décidé que la question de la participation des Russes incombait aux différentes fédérations internationales. La participation de tout athlète russe sera en outre soumise à de rigoureux tests antidopage, indique le CIO. Un sportif russe ne pourra participer que si la fédération internationale dont il dépend lui a donné le feu vert.

 

(Avec Reuters)

Foot fric : 120 millions pour Pogba et 95 millions d’euros pour Higuain

Foot fric : 120 millions pour Pogba et 95 millions d’euros pour Higuain

 

Il est clair que depuis longtemps le transfert des joueurs de foot atteint des sommes démentielles. En cause l’argent qui coule à flots en provenance des droits télévisés (finalement payée par les téléspectateurs) notamment en Angleterre. Accessoirement aussi le prix des places pour assister à un match. (De 30 à 130 € en Angleterre). Il faut aussi ajouter à cela le business sur la revente des joueurs et les recettes des produits dérivés. Ceci étant  le montant des transferts est  condamnable pour des motifs sportifs et éthiques, il peut s’expliquer sur le plan économique. Le montant  correspond un certain nom de critères d’évaluation découlant des retombées attendues L’estimation de la valeur d’un joueur sur le marché des transferts découle de plusieurs critères rationnels. L’Observatoire du football du CIES a ainsi établi un algorithme créé à partir de 1.500 transactions opérées dans les cinq grands championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France et Italie) ces dernières années. Cette méthode de calcul permet d’obtenir une estimation précise pour tel ou tel joueur. Un outil en ligne permet d’effectuer en quelques clics d’effectuer une simulation en renseignant plusieurs données du footballeur. Certaines, plus importantes que d’autres peuvent vite faire monter la facture. C’est justement le cas dans la transaction qui concerne Paul Pogba. Un critère important concerne l’âge du joueur. Plus il est jeune, plus le potentiel de progression d’un joueur est important. A 23 ans, Paul Pogba dispose en théorie d’une grande marge de progression et pourra, en plus, faire l’objet d’une revente dans les années à venir. Tout le contraire d’un joueur âgé de plus de 30 ans, qui offre peu de perspectives de plus-value. Celui-ci peut aussi s’envoler en incorporant le poids marketing de la recrue, ce qu’elle peut apporter en terme de retombées médiatiques et publicitaires pour le club et dans le domaine des produits dérivés où excelle Manchester United (171 millions d’euros de bénéfices l’an dernier selon Forbes). Dans ce secteur qui n’est pas pris en compte par le CIES ou le site transfertmarkt, Paul Pogba fait bel et bien partie du gratin des joueurs européens à fort potentiel. Adidas l’a compris en faisant signer en février dernier au milieu de terrain un contrat en or sur dix ans estimé à quarante millions d’euros. (Avec le Figaro)

 

Foot : pourquoi 120 millions pour le transfert de Pogba ?

Foot : pourquoi 120 millions pour le transfert de Pogba ?

 

La somme peut paraître démentielle et elle l’est effectivement. Ceci étant elle correspond un certain nom de critères d’évaluation découlant des retombées attendues L’estimation de la valeur d’un joueur sur le marché des transferts découle de plusieurs critères rationnels. L’Observatoire du football du CIES a ainsi établi un algorithme créé à partir de 1.500 transactions opérées dans les cinq grands championnats européens (Allemagne, Angleterre, Espagne, France et Italie) ces dernières années. Cette méthode de calcul permet d’obtenir une estimation précise pour tel ou tel joueur. Un outil en ligne permet d’effectuer en quelques clics d’effectuer une simulation en renseignant plusieurs données du footballeur. Certaines, plus importantes que d’autres peuvent vite faire monter la facture. C’est justement le cas dans la transaction qui concerne Paul Pogba. Un critère important concerne l’âge du joueur. Plus il est jeune, plus le potentiel de progression d’un joueur est important. A 23 ans, Paul Pogba dispose en théorie d’une grande marge de progression et pourra, en plus, faire l’objet d’une revente dans les années à venir. Tout le contraire d’un joueur âgé de plus de 30 ans, qui offre peu de perspectives de plus-value. Celui-ci peut aussi s’envoler en incorporant le poids marketing de la recrue, ce qu’elle peut apporter en terme de retombées médiatiques et publicitaires pour le club et dans le domaine des produits dérivés où excelle Manchester United (171 millions d’euros de bénéfices l’an dernier selon Forbes). Dans ce secteur qui n’est pas pris en compte par le CIES ou le site transfertmarkt, Paul Pogba fait bel et bien partie du gratin des joueurs européens à fort potentiel. Adidas l’a compris en faisant signer en février dernier au milieu de terrain un contrat en or sur dix ans estimé à quarante millions d’euros. (Avec le Figaro)

 

Foot Marseille : un nouveau président pour un OM invendable

Foot  Marseille : un nouveau président pour un OM  invendable

Décidément Margarita Louis Dreyfus veut faire argent de tout. Pourtant elle a hérité de l’immense fortune de Robert Louis Dreyfus passée ainsi sous pavillon russe ;  très critiqué pour sa gestion de l’Olympique de Marseille (et pour cause elle a vendu tous les  meilleurs joueurs au cours des dernières saisons) elle ambitionne de redresser la valeur de vente potentielle de l’Olympique de Marseille. Le problème c’est que l’Olympique de Marseille ne vaut à peu près rien surtout compte tenu de ses lamentables résultats sportifs. La raison commanderait que Margarita Louis Dreyfus cède le club pour le franc symbolique afin qu’un repreneur sérieux puisse redonner à Marseille le club que ses supporters exceptionnels méritent. La vérité c’est que son mari Louis Dreyfus aujourd’hui décédé, lui, s’intéressait vraiment au football et avait mis son argent personnel au service du club. Ce n’est pas le cas de Margarita Louis Dreyfus qui ne sait vraiment jamais intéressée au football et en plus qui espère tirer un profit de la vente d’un club. Le risque évidemment c’est qu’avec l’affaiblissement de l’effectif l’Olympique de Marseille pourrait encore flirter avec la descente en ligue deux pour la saison 2016 2017. En attendant Margarita Louis Dreyfus a désigné un nouveau président. L’Italien Giovanni Ciccolunghi succèdera lundi à Vincent Labrune.  Louis Dreyfus a annoncé ce mardi qu’il prendrait ses fonctions dès lundi prochain.  Ancien patron d’Adidas en Russie, membre du board de la holding Louis-Dreyfus depuis cinq ans, cet Italiens de 72 ans a été un « proche collaborateur de Robert Louis-Dreyfus », si l’on s’en tient au communiqué de Margarita Louis Dreyfus. Spécialiste du marketing sportif, Ciccolunghi devra préparer le club a une vente annoncée depuis plusieurs mois, pour laquelle les négociations sont en cours. Jean-René Angeloglou, « ami de la famille Louis-Dreyfus depuis plus de 30 ans », selon le communiqué, travaillait à l’OM depuis sa reprise par la famille Louis-Dreyfus en 1997 et connaît bien les rouages du club. Une assemblée générale doit se tenir jeudi après-midi au siège du club, pour entériner le changement de gouvernance, avec directoire et conseil de surveillance.

 

La Russie exclue des jeux olympiques pour dopage

La Russie exclue des jeux olympiques pour dopage

 

Il est évident que nombre de disciplines sportives sont gangrenées par le dopage et cela en raison notamment des sommes folles qui sont en jeu. Si on ajoute à cela les préoccupations nationalistes on aura compris que nombre d’épreuves sont faussées. Cependant les ex pays de l’Est et la Russie en particulier avaient en quelque sorte institutionnalisé le dopage. L’affaire ne date pas d’hier mais le comité international olympique s’est enfin réveillé et menace même d’exclure tous les sportifs russes des JO de Rio. A moins de trois semaines des Jeux de Rio, le Comité international olympique (CIO) a donc promis lundi « les sanctions les plus dures » après la publication d’un rapport selon lequel Moscou a dissimulé les tests antidopage de sportifs russes dans de multiples disciplines avant les Jeux olympiques d’hiver de Sotchi en 2014. Le CIO n’a pas précisé quelle réponse il apporterait aux multiples appels à bannir la totalité des sportifs russes des JO en étendant les mesures qui frappent déjà les équipes d’athlétisme et d’haltérophilie. Mais son président, Thomas Bach, a déclaré que l’enquête indépendante menée par l’Agence mondiale antidopage (AMA) avait révélé « une atteinte choquante et sans précédent à l’intégrité du sport et des Jeux olympiques ». « Le CIO n’hésitera pas à prendre les sanctions les plus dures contre tout individu ou organisation impliqués », a-t-il déclaré dans un communiqué, précisant que la direction du CIO adopterait ses premières décisions mardi. L’AMA a quant à elle explicitement appelé le CIO à envisager de bannir tous les sportifs russes des JO de Rio. L’enquête de l’AMA, dévoilée lors d’une conférence de presse à Toronto, affirme qu’un laboratoire de Moscou a couvert le dopage des athlètes russes, en échangeant les échantillons d’urine des athlètes dopés contre des échantillons sains.  L’avocat canadien qui a dirigé le rapport, Richard McLaren, assure que le ministre russe des Sports a supervisé cette manipulation. Selon lui, le personnel du laboratoire était obligé de participer à ce système de dopage d’Etat. L’enquête de la commission fait suite aux accusations de l’ancien directeur du laboratoire antidopage de Moscou, Grigori Rodchenkov, qui avait révélé il y a deux mois au New York Times que des dizaines d’athlètes russes, dont quinze médaillés, avaient utilisé des produits dopants et faussé les résultats de leurs contrôles, avec le soutien des autorités sportives.(Avec Reuters)

Euro foot 2016 : espoir, déception mais aussi ennui

Euro foot 2016 : espoir, déception mais aussi ennui

Du fait notamment des résultats de l’équipe de France l’euro foot 2016 a suscité un grand enthousiasme populaire. La France avait de sérieux chances de l’emporter face au Portugal d’où l’immense déception après la défaite. Un manque de chance sans doute, aussi peut-être aussi en cause un physique atteint sauf pour un joueur, Sissoko qui a surnagé au cours de cette rencontre particulièrement stressante mais aussi ennuyeuse. À noter encore une fois l’excellente  prestation du gardien de but français. Cet euro foot 2016 ne restera sans doute pas dans les annales concernant la qualité du jeu. La plupart du temps les matchs ont été cadenassés par les défenses, de ce fait ce ne sont pas toujours ceux qui ont produit le meilleur jeu qui l’ont emporté. D’une certaine manière, c’est la caractéristique du foot moderne, les défenses prennent le pas sur les attaques. Bref hormis le suspense le spectacle est ennuyeux. Les tirs au but deviennent de plus en plus rares, les contre-attaques aussi et on passe la plupart du temps à transmettre la balle en arrière ou à faire circuler le ballon de manière latérale. Bref c’est le foot des défenses qui triomphent. La meilleure preuve c’est cette victoire du Portugal qui certes mérite d’avoir remporté la victoire finale mais dont le jeu insipide tout au long de cet euro foot témoigne de ce qu’est le plus souvent le foot moderne. Pour ce match France Portugal la France n’a pas suffisamment imposé sa vitesse et son engagement et s’est englué dans le faux rythme imposé par les Portugais. Reste cependant que cette équipe de France a quand même fait rêver le pays en dépit de son parcours souvent très accroché. Le bilan reste de positif car cette compétition européenne aura fait émerger une nouvelle génération de jeunes joueurs très talentueux.

Euro foot 2016 France Portugal : une victoire pour sortir la France de la déprime

Euro foot 2016 France Portugal : une victoire pour sortir la France de la déprime

 

 

Il est clair que la perspective d’une éventuelle victoire de la France dépasse la seule problématique sportive. Les Français ont en effet un impératif besoin d’une victoire pour oublier le climat délétère qui règne dans le pays tant sur le plan économique, que social, politique ou sociétale. Pour une fois François Hollande qui se positionne en commentateur a sans doute raison : Une victoire des Bleus aurait une « bonne incidence » sur le moral des Français. Dommage que François Hollande ne soit pas davantage acteur dans le redressement du moral des Français. On sait que les Français sont sans doute le peuple le plus pessimiste du monde actuellement, ils ont des raisons objectives tellement le décalage est grand entre le potentiel de la France et les piètres résultats dans le domaine socio économique en particulier. Le récent débat sur la loi à confirmer l’incapacité du pays à réunir la dynamique de toutes les forces sociales pour engager les réformes structurelles qui s’imposent. Une illustration de cet immobilisme qui caractérise le pays. Un immobilisme largement entretenu par la radicalité de certaines forces sociales incapables de se concerter et d’accepter le moindre compromis. Témoin encore la posture de la CGT et du Medef qui rejettent  la loi pour des motifs complètement opposés. Bref une vraie caricature de la démocratie sociale. Caricature dont la responsabilité incombe aussi en grande partie à Manuel Valls qui a voulu faire un coup politique en voulant démontrer par sa posture intransigeante qu’il était l’opposé de François Hollande et qui aussi à profiter de l’occasion pour écarter Macron afin de tenter d’apparaître, lui,  comme le seul  de la réforme. Bref un spectacle lamentable tant  pour l’étranger que pour la plupart des Français. Alors une victoire des Français à l’euro pour tout résoudre ? Sans doute non mais enfin un moment de bonheur pour nous sortir de la médiocrité économique, sociale et politique.

1...34567...14



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol