Archive pour la Catégorie 'finances'

Page 9 sur 51

Création d’un fonds de pension à la française (Macron)

Création d’un fonds de pension à la française (Macron)

Le projet de loi, baptisé #noé, devrait ouvrir la voie à la création d’ »une forme de fonds de pension à la française », a annoncé le ministre de l’Economie Emmanuel Macron.  »Il faut ramener le capital qui est celui de nos épargnants vers le financement de l’économie réelle. (…) Il faut développer une forme de fonds de pension à la française et adapter le cadre fiscal, et c’est cela aussi que je vais proposer dans les prochaines semaines », a-t-il précisé lors d’une rencontre avec des acteurs de l’économie numérique, à Bercy. « Il y aura un projet de loi qui sera présenté en janvier sur la table du Conseil des ministres. (…) Je ferai une première série de propositions à la mi-décembre, puis un point début janvier et il y aura un texte de loi présenté en janvier », a-t-il précisé lors d’une rencontre avec des acteurs de l’économie numérique, à Bercy.

« Compte-Nickel » compte bancaire alternatif des buralistes fait un tabac

« Compte-Nickel » compte bancaire alternatif des buralistes fait un tabac

Pour un abonnement annuel de 20 euros, Compte-Nickel offre le service bancaire minimal : une carte MasterCard, un RIB, un site Internet et un service clients. L’inscription se fait en cinq minutes. Une adresse et une pièce d’identité suffisent, aucune condition de revenus n’est exigée. Car le compte, débité instantanément, a la spécificité de ne pouvoir être débiteur. Pas d’argent ? La carte est bloquée. Un modèle qui évite aux ménages les plus modestes des frais d’agios punitifs. « Nous sommes le seul service bancaire qui ne fasse pas payer les pauvres plus cher que les riches ». Tout en séduisant une cible extrêmement large, du chômeur au bobo argenté, bien au-delà des populations fragiles (chômeurs, interdits bancaires) visées à l’origine. « Je vois de tout, confirme un buraliste du VIe arrondissement parisien. Des étudiants en colocation, une dame qui confie la carte à son employée de maison, des jeunes salariés… » la start-up qui a lance le compte Nickel pense atteindre bientôt la barre de 1 million de clients. . Déjà un millier à s’être équipés d’une borne Compte-Nickel, les bureaux de tabac seront bientôt trois fois plus nombreux. Un investissement de 1 million d’euros. « Nous sommes en train d’instruire les dossiers de 1.700 buralistes qui seront bientôt équipés », précisent les responsables de la start-up. Pour ces petits distributeurs, confrontés à une baisse des ventes du tabac, des jeux et des timbres fiscaux, Compte-Nickel est un relais de croissance et une façon d’améliorer leur image. De vendeurs de tabac, ils deviennent banquiers. Plus chic. D’où l’implication forte de leur organisme professionnel, la Confédération nationale des buralistes de France, actionnaire historique, qui a renforcé sa participation à 6,1%.  Distribué plus largement, Compte-Nickel veut aussi toucher d’autres publics. En octobre, il a lancé une offre pour les mineurs. Pour le même prix que leurs aînés, les 12-18 ans peuvent ouvrir un vrai compte. Seule différence, toutes les transactions sont validées par un parent.  Autre vaste territoire de chasse, Compte-Nickel va attaquer début 2016 le marché des professionnels, une cible de 4,5 millions de clients : très petites entreprises (moins de dix salariés et 2 millions de chiffre d’affaires), professions libérales, artisans… Là encore, il cassera les codes et les prix, sur un marché plutôt mal couvert. Chiches sur les facilités de paiement, les banques pratiquent des marges élevées sur la location de terminaux. « Comme pour les particuliers, nous serons quatre à cinq fois moins chers que les banques »,

Budget 2016 : le gouvernement recule

Budget 2016 : le gouvernement recule

 

 

Devant la grogne,  le gouvernement renonce à des reformes structurelles comme la dotation aux collectivités locales dont la baisse est reculée d’un an (Après on fait quoi ?), comme la révision de l’APL, les impôts locaux des retraités modestes. Finalement le budget présenté à Bruxelles devient de plus en plus théorique car dans le même temps on a aussi annoncé dans plusieurs ministères des dépenses non financées. Malheureusement la faible croissance  (autour de +1% pour le PIB)  ne permettra pas non plus d’engranger des rentrées fiscales suffisantes.  Le gouvernement a finalement décidé aussi de ne pas appliquer la mesure modifiant le calcul de l’allocation aux adultes handicapés qui suscitait des indignations. Après la flambée des impôts locaux des retraités et l’affaire du foncier non-bâti, ce sont maintenant les handicapés qui dénonçaient une injustice fiscale. Le projet de loi de finances 2016 prévoyait de diminuer les aides accordées aux personnes handicapées lorsqu’elles épargnent sur un livret A, rémunéré aujourd’hui à 0,75%. La mesure, qui suscite la colère des personnes invalides, concerne les intérêts des comptes d’épargne non imposables (livret A, Plan d’Épargne Logement…). Face à ces nombreuses critiques, la secrétaire d’Etat aux Personnes handicapés, Ségolène Neuville a finalement décidé de ne pas appliquer cette mesure en l’état. Les 200.000 personnes qui souffrent d’une incapacité totale de travailler, à partir de 80% d’invalidité, n’aurait plus touché le complément logement dès le premier euro d’intérêt perçu. L’Association des Paralysé de France (APF) dénonçait cette situation en faisant circuler une pétition.  Selon l’APF, cette mesure réduirait le montant de l’Allocation adulte handicapé – actuellement 807 euros par mois au maximum – pour les bénéficiaires ayant de l’argent de côté, mais surtout leur ferait perdre des droits connexes qui ne sont ouverts qu’à ceux qui touchent l’allocation à taux plein (complément de ressources de 179 euros par mois, ou majoration pour la vie autonome de 105 euros mensuels.) 

 

L’Arabie Saoudite pas d’accord avec la dégradation de sa note

L’Arabie Saoudite pas d’accord avec la dégradation de sa note

 

En un peu plus d’un an le pétrole a perdu à peu près la moitié de sa valeur. Du coup les ressources de l’Arabie saoudite, l’un des principaux producteurs, ont été réduites d’autant. Mécaniquement cela a entrainé la croissance des déficits publics et l’agence S&P a dégradé l’Arabie saoudite qui n’apprécie guère cette évaluation négative. L’Arabie saoudite a vivement critiqué samedi l’agence d’évaluation financière Standard and Poor’s (S&P) ayant dégradé la veille la note du royaume, en raison de craintes pesant sur le déficit après la baisse des prix du pétrole.   »L’évaluation est le fruit d’une réaction précipitée, injustifiée et ne se basant pas sur la réalité, a indiqué le ministère des Finances dans un communiqué, d’après l’agence officielle SPA.  L’agence se base sur « des facteurs temporaires et intenables », a-t-il poursuivi. L’agence de notation S&P a dégradé vendredi d’un cran à « A+ » la note long terme de l’Arabie Saoudite, chef de file de l’OPEP touché par la baisse des cours du brut. La perspective d’évolution de la note du pays demeure négative, selon un communiqué de l’agence de notation américaine qui se dit prête à abaisser la note dans les deux prochaines années « si le gouvernement ne parvient pas à réduire durablement et de façon importante le déficit » de ses finances publiques. S&P explique s’attendre à ce que le déficit budgétaire de l’Arabie Saoudite, l’un des tout premiers producteurs mondiaux de pétrole, augmente à 16% du Produit intérieur brut (PIB) en 2015 contre 1,5% en 2014, en raison de la forte chute des prix du pétrole. En février, S&P avait placé la note du royaume sous perspective négative expliquant qu’ »en raison de sa haute dépendance au pétrole », la situation de ses finances publiques était en train de s’altérer. L’agence de notation se réservait alors la possibilité d’abaisser la note de l’époque (AA-) dans « les deux prochaines années ».

Dollar trop faible ?

Dollar trop fort ?

 

 

Il est clair qu’on est entré dans une phase de guerre des monnaies avec par exemple la Chine qui dévalue et le dollar qui monte et surtout partout la baisse des taux. La hausse de près de 20% du dollar depuis l’été 2014 pèse en effet sur les exportations des Etats-Unis et les profits des entreprises américaines, freinant la reprise économique outre-Atlantique. Elle affecte aussi les économies émergentes en contribuant à l’effondrement des prix des matières premières et en accroissant le poids de leur dette libellée dans la devise américaine. La Réserve fédérale, elle-même, s’en est inquiétée faisant référence aux effets de l’appréciation du taux de change sur l’économie pour justifier le mois dernier sa décision de reporter la hausse de ses taux directeurs. La question pourrait bien se retrouver à nouveau au cœur des discussions lors de la réunion de son comité de politique monétaire cette semaine. Un affaiblissement du dollar semble toutefois difficile à envisager alors que les autres grandes banques centrales poursuivent leur politique ultra-accommodante quand elles ne s’inquiètent pas ouvertement de l’appréciation de leur monnaie.  Les prévisionnistes anticipent dans leur grande majorité une dépréciation du dollar contre les autres monnaies de réserve à l’horizon des douze prochains mois.  Pour Willem Buiter, chef économiste de Citi et ancien responsable monétaire à la Banque d’Angleterre, un dollar plus faible permettrait de conjurer le risque d’un retour en récession ou d’une période prolongée de croissance inférieure au potentiel de l’économie mondiale. Les économistes de Deutsche Bank estiment que le commerce extérieur amputera la croissance du produit intérieur brut américain de 0,7 point de pourcentage cette année, contre une contribution négative de 0,5 point attendue en janvier. Autre conséquence négative : Le ralentissement de la croissance dans les économies émergentes est déjà largement à l’œuvre. La Banque mondiale, qui s’attendait en janvier à ce que leur croissance atteigne 4,8% cette année, a abaissé cette prévision à 4,4% six mois plus tard. Malgré la prudence manifestée par la Réserve fédérale sur le relèvement de ses taux directeurs, les politiques monétaires ultra-accommodantes poursuivies par les autres grandes banques centrales poussent le dollar à la hausse.

Taux : ils vont rester négatifs en Suisse

Taux : ils vont rester négatifs en Suisse

Et cela  tant que cela sera nécessaire pour la politique monétaire, déclare Fritz Zurbrügg, vice-président de la Banque nationale suisse (BNS), dans les colonnes du journal dominical Zentralschweiz am Sonntag. « Les taux d’intérêt resteront bas tant que la politique monétaire le justifiera », dit-il en ajoutant que l’environnement de taux bas dans le monde contribue à contenir les taux suisses. Une éventuelle hausse des taux d’intérêt de la Réserve fédérale américaine serait une bonne chose pour la Suisse, en renforçant l’attractivité du dollar, estime-t-il. L’économie helvétique, tournée vers l’exportation, souffre de la vigueur du franc depuis que la BNS a abandonné en janvier le cours plafond du franc à 1,20 pour un euro. Un mois plus tôt, en décembre 2014, la banque centrale avait imposé un taux des dépôts négatif pour la première fois depuis les années 1970, facturant à 0,25% les dépôts à vue. « Le franc serait encore plus fort sans des taux d’intérêt négatifs », fait valoir Fritz Zurbrügg dans l’interview.  Interrogé par le Schweiz am Sonntag, le directeur de la Finma, l’autorité de surveillance des marchés financiers en Suisse, estime de son côté que les taux d’intérêt bas resteront en place pendant des années voire des dizaines d’années. « Il est possible que les taux d’intérêt bas durent non seulement des années mais des décennies », assure Mark Branson, en notant que les banques et compagnies d’assurance devront s’adapter à cette situation. « Un tel environnement est historiquement unique. Plus longtemps durera cette phase, plus difficile sera la sortie une fois que les taux d’intérêt redeviendront attractifs. »

Banques centrales : la planche à billets partout

Banques centrales: la planche à billets partout

 

Progressivement l’assouplissement se généralise dans toutes les principales banques centrales qui tentent comme elles peuvent de soutenir une économie mondiale en danger. Il ya eu d’abord récemment la FED qui a décidé de maintenir le statu quo sur les taux alors qu’elle aurait dû  les relever fin 2015, un objectif repoussé en 2016 ou plus tard. Il y a eu cette déclaration de la BCE qui envisage une politique encore plus accommandante avec notamment rachats d’actifs. Et hier la nouvelle décision surprise en Chine d’abaisser ses  taux. La baisse de taux annoncée par la Banque populaire de Chine est la sixième en moins d’un an et s’accompagne d’une réduction du taux de réserves imposé aux banques, dans le but de soutenir le crédit et la croissance.  En clair on faiat marcher la planche à billets et on inonde de liquidités les marchés. Une opération pour l’instant qui conforte surtout les marchés des cations. Pour le reste pas sûr que les banques centrales puissent vraiment peser significativement sur le redressement économique international. De ce point de vue l’outil monétaire a des limites.  La banque centrale chinoise a donc annoncé vendredi une baisse de ses taux d’intérêt, la sixième en onze mois, et elle a de nouveau réduit le montant des liquidités que les banques doivent garder en réserves, dans le but de stimuler le crédit et l’activité économique. La politique monétaire de la Chine redevient ainsi aussi accommodante que lors de la crise financière de 2008-2009, ce qui traduit la préoccupation de Pékin face à la dégradation régulière de la situation économique.  La croissance de la deuxième économie mondiale est tombée au troisième trimestre à 6,9%  ( un chiffre » politique »  très contesté par les experts. et elle pourrait afficher sur l’ensemble de cette année son plus bas niveau depuis un quart de siècle.

Résultats financier Google : en hausse grâce à la pub

Résultats financier Google :  en hausse  grâce à la pub

 

Finalemenet c’est surtout la pub qui permet à Google près de 4 milliards de bénéfice net. Plus évidemment l’optimisation fiscale qui progresse avec le chiffre d’affaires.  Le chiffre d’affaires du troisième trimestre a atteint 18,68 milliards de dollars, contre 16,52 milliards un an plus tôt, alors que les analystes prévoyaient en moyenne 18,53 milliards selon le consensus établi par Thomson Reuters I/B/E/S. Le bénéfice net a progressé à 3,98 milliards de dollars, soit 5,73 dollars par action de classes A et B, contre 2,74 milliards (3,98 dollars) un an plus tôt. Hors éléments exceptionnels, le bénéfice par action ressort à 7,35 dollars, à comparer à un consensus de 7,21 dollars.

BCE : soutien au marché des actions

BCE :  soutien au marché des actions

 

 

De fait en maintenant sa politique de taux très bas, la BCE apporte un soutien au marchés des actions, le marché obligataire état de moins en moins rémunérateur. De plus la BCE n’exclut pas d’amplifier sa politique accommandante pour soutenir l’activité nettement en accroissant le volume des liquidités. Les Bourses européennes ont terminé jeudi en forte hausse et l’euro est repassé sous 1,12 dollar à la suite des déclarations jugées rassurantes du président de la Banque centrale européenne, Mario Draghi, sur la volonté de l’institution de Francfort de continuer à soutenir la croissance en zone euro.  La BCE a laissé ses taux et son programme d’achats d’actifs inchangés mais Mario Draghi a promis qu’elle débattrait en décembre de l’opportunité d’agir davantage pour soutenir les prix et l’activité. La décision du Conseil des gouverneurs de maintenir les taux à leurs plus bas niveaux historiques était largement anticipée par les investisseurs.  Ceux-ci ont en revanche été surpris par les propos du président de la BCE annonçant que le Conseil avait débattu jeudi de l’opportunité d’une baisse du taux de la facilité de dépôt de la banque, qui est déjà négatif.

Le Livret A : nouveau recul

Le Livret A : nouveau recul

La décollecte continue. En cause la faible rémunération et surtout la situation économique et sociale car contrairement à ce qui est affirmée l’inflation est loin d’être nulle sur les dépenses contraintes. Du coup en francs constant le pouvoir d’achat est amputé (exemple les impôts locaux non pris en compte dans l’indice des prix de l’INSEE). et les Français réduisent leur épargne (pour ceux qui en font !).  Les épargnants retirent donc plus d’argent de leur Livret A qu’ils n’en déposent. Une tendance constante depuis six mois, encore confirmée en septembre. D’après les chiffres de la Caisse des dépôts et consignations, la décollecte est a atteint le mois dernier 2,38 milliards d’euros. Au total, 256,8 milliards d’euros étaient déposés sur ce produit d’épargne à la fin du mois de septembre. En général les mois de septembre, d’octobre et de novembre ne sont pas propices aux dépôts. Avec la rentrée, les épargnants ne placent pas beaucoup d’argent sur leur Livret A. De plus, le taux d’intérêt de cette épargne est de moins en moins attractif : il est fixé à 0,75% depuis le premier août dernier. Le Livret de développement durable (LDD) connaît aussi un certain désamour.  Pour autant, cette décollecte est inférieure à celle connue sur l’ensemble de l’année 2014. La CDC affiche 6,21 milliards d’euros de décollecte, contre 6,13 milliards l’an passé.

Italie : des baisses d’impôt

Italie : des baisses d’impôt

Encore des raisons de mettre la commission en colère après la décision du président du conseil italien de réduire les impôts Le président du Conseil italien, Matteo Renzi s’appuie sur les résultats du déficit budgétaire ramené à 2 %. Mais Bruxelles souligne que la dette publique demeure encore bien trop excessive autour de 130 % du PIB. Une bonne part des baisses d’impôts prévues sera financée par l’emprunt, ce qui ralentira le rythme de réduction des déficits et de la dette publique négocié entre Rome et la Commission. Selon les tenants de l’orthodoxie budgétaire, la reprise de la croissance amorcée en Italie, après trois ans de récession, devrait inciter le gouvernement à privilégier la consolidation budgétaire. Au contraire, Matteo Renzi, qui a fait des promesses de baisses d’impôts son cheval de bataille depuis sa prise de fonction l’an dernier, estime qu’il mérite une plus grande « flexibilité » budgétaire en échange des réformes mises en oeuvre, notamment sur le marché du travail et l’éducation. « Le budget est techniquement exceptionnel, » a-t-il déclaré dans une interview radiophonique cette semaine. « Pour la première fois, les impôts sont réduits en Italie. » Il souligne que même si son rythme de réduction est plus lent, le déficit budgétaire baissera encore l’an prochain, grâce à la faiblesse des taux d’intérêt attachés à la dette de l’Etat, et restera nettement sous la barre des 3% du PIB. Le mois dernier, le gouvernement a porté son objectif de déficit 2016 de 1,8% à 2,2% du PIB et très légèrement revu en hausse sa prévision de dette publique, la plus importante de la zone euro après la Grèce, de 130,9% à 131,4% du PIB.

Collectivités locales : les dépenses de personnel plombent les finances

Collectivités locales : les dépenses de personnel plombent les finances

Nombre de départements (voir d’autres collectivités locales) sont au bord de la faillite. En cause le transfert de responsabilité de l’État insuffisamment compensé financièrement, la baisse des dotations de l’État aussi la dérive des dépenses. Notamment les dépenses de personnel qui ont encore augmenté de 4 % l’année dernière. Ce que dénonce une nouvelle fois les magistrats de la Cour des Comptes. Ils préconisent de ne pas remplacer tous les départs en retraite ou de faire travailler les fonctionnaires effectivement 35 heures par semaine. Seul un effort conséquent sur les dépenses permettra d’éviter une baisse durable des investissements des collectivités. Parmi les dérives des dépenses des départements il faut surtout signaler celle concernant le financement du RSA. Un RSA qui a vu son nombre de bénéficiaires augmentés de manière explosive (plus 1 million de bénéficiaires depuis 2009).

Renault : le gouvernement veut conserver son pouvoir d’intervention

Renault : le gouvernement veut conserver son pouvoir d’intervention

D’après le site internet de Challenges, l’Etat français aurait fait savoir à la direction de Renault qu’il s’opposait à l’abaissement de la participation de celui-ci au sein de Nissan dont il possède 43,4% du capital depuis 1999, ainsi que l’a annoncé la presse japonaise la semaine dernière. Pour l’Etat français, si Renault passe sous les 40%, cela autorisera Nissan à détenir des droits de vote, chose impossible pour le moment en vertu du droit français qui l’interdit dans les situations de participations croisées à ce niveau de participation. Pour l’heure, le Japonais détient 15% du capital de Renault mais zéro droit de vote. « Pourquoi donner des droits de vote à Nissan ? », a déclaré une source gouvernementale à Challenges. « On ne voit pas clairement pourquoi Renault devrait se sacrifier en vendant des actions Nissan », explique une autre source au site internet selon qui cela reviendrait à ce que « Renault s’affaiblisse lui-même ». Et de rappeler que lorsque Nissan est entré dans le capital de Renault en 2002, l’Etat français était encore propriétaire de 25,9% du capital du constructeur automobile français. D’après une information publiée la semaine dernière dans le journal japonais Nikkei, Renault pourrait passer sous la barre des 40% de participation. Cette perspective se justifierait par la montée en mai dernier de l’Etat français dans le capital de Renault, et par voie de conséquence dans Nissan. Le gouvernement français avait ainsi imposé les droits de vote double en Assemblée générale des actionnaires. La force publique avait atteint 23,2% du capital tout en assurant vouloir revenir à sa position initiale de 15% une fois la disposition adoptée.   Mais, plus largement, la question d’un rééquilibrage capitalistique entre les deux alliés s’imposait par l’évolution des rapports de force entre les deux partenaires. Si les constructeurs avaient des poids similaires en 1999, aujourd’hui, Nissan pèse plus de deux fois Renault en termes d’immatriculations. En tout état de cause, il apparait que les divergences entre Carlos Ghosn, grand architecte de cette alliance, et l’Etat français est de plus en plus criantes.

Des départements en faillite ?

 

Des départements en faillite ?

Paradoxalement c’est maintenant la Cour des Comptes qui s’inquiète de la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales notamment au département. Cinq départements pourraient se retrouver en faillite dès 2015, une bonne vingtaine en 2016 et au total une quarantaine en 2017. En cause des charges non compensées financièrement aux collectivités locales. En particulier le coup du RSA. RSA dont le nombre de bénéficiaires a augmenté de près de 1 million depuis 2009 entre parenthèses 1,5 bénéficiaires en 2009, 2,5 millions de bénéficiaires en 2015. Et s’ajoute maintenant la baisse globale des dotations de l’État. Une situation qui en outre va peser sur les investissements publics et donc l’emploi local. La Cour des comptes s’inquiète de la baisse des dotations de l’État aux collectivités territoriales. Dans un rapport révélé par Les Échos, l’institution juge que les conséquences sont « alarmantes ». « Les perspectives d’évolution des finances locales mettent en évidence les limites d’une baisse des dotations appliquées selon la logique du coup de rabot« .  Entre 2015 et 2017, l’État devrait verser 11 milliards d’euros mais cela pourrait entrainer un « recul inquiétant de l’épargne brut des collectivités locales », rapporte Le Figaro. La Cour des comptes évoque aussi la baisse des investissements locaux. Les Sages de la rue Cambon ont ainsi étudié 33 villes de plus de 100.000 habitants. Une vingtaine d’entre elles prévoit une baisse moyenne de 15% de leurs dépenses d’équipements.  Cette moyenne pourrait être plus élevée pour Paris, Dijon, Lyon, Marseille et Le Havre. À noter que les collectivités réalisent environ 70% de l’investissement public. D’ici à 2017, « les communes verraient leurs capacités de désendettement grimper à 12 ans, contre 7,8 en 2014. Le ministre des Finances, Michel Sapin, estime que l’on peut « faire des économies notamment en baissant les frais de fonctionnement. Et les frais de personnel en font partie ».

Méga rachat d’EMC par Dell pour 67 milliards

Méga rachat d’EMC par Dell pour 67 milliards

un méga rachat pour 67 milliards de dollars qui va permettre à Dell de prendre ses distances avec les marchés du PC et de s’orienter vers la gestion et de stockage des données cela afin de concurrencer IBM, Cisco et Hewlett-Packard dans les domaines de l’informatique dématérialisée (« cloud »), de la mobilité et de la cybersécurité.   »Je ne crois pas que Dell et EMC pouvaient survivre seuls à long terme: ils avaient vraiment besoin l’un de l’autre », a commenté Eric Johnson, doyen de l’Owen School of Management à l’université Vanderbilt. « Dell était majoritairement tourné vers le grand public, un marché horrible. EMC disposait de produits pour les entreprises mais manquait d’une offre complète. »L’opération valorise EMC à 33,15 dollars par action, en prenant pour base le cours de clôture de vendredi. L’action EMC perdait 0,5% à 27,72 dollars à Wall Street en matinée. Dell, numéro trois mondial du PC, propose 24,05 dollars en numéraire, ainsi qu’un « tracker », un titre qui répliquera l’évolution du cours de Bourse de VMWare, la filiale de logiciels de virtualisation d’EMC, laquelle demeurera une entité indépendante et cotée.  L’action VMWare chutait de près de 10% à 70,85 dollars. « Le rapprochement de Dell et d’EMC crée un géant des solutions pour les entreprises », a déclaré Michael Dell, qui sera le président-directeur général du nouveau groupe.

Fiscalité nouvelle : Sapin dit non à Ayrault

Fiscalité nouvelle  :  Sapin dit non  à Ayrault

Finalement sapin ne fait que reprendre les promesses de Hollande qui prévoyait une véritable réforme fiscale avec en particulier le regroupement de la CSG notamment avec l’impôt sur le revenu. L’idée générale étant  de créer un impôt « citoyen » progressif qui pèserait sur tous les contribuables. Une idée qui n’est pas forcément injuste mais qui en réalité vise surtout à accroître l’assiette de la fiscalité pour augmenter les recettes. Cette proposition de Jean-Marc Ayrault est aussi une certaine revanche par rapport à son successeur à Matignon. Une proposition évidemment largement soutenue par beaucoup de parlementaires de gauche qui se réjouissent toujours d’une augmentation des recettes fiscales. Le ministre des Finances, Michel Sapin, a jugé lundi « intéressante » la proposition de Jean-Marc Ayrault de moduler la CSG et la prime d’activité pour rendre la première progressive mais a estimé sa mise en oeuvre « complexe » au regard du droit. L’ancien Premier ministre a déposé avec un autre député PS, Pierre-Alain Muet, deux amendements au projet de loi de finances pour 2016 qui prévoient d’une part d’enclencher la fusion de la CSG et de l’impôt sur le revenu, d’autre part de lier CSG et la future prime d’activité. Ils plaident pour la fusion des deux au sein d’un « impôt citoyen sur le revenu » qui ne constituerait toutefois pas une réelle fusion, puisque deux « composantes » demeureraient : l’une familiale (l’impôt sur le revenu), l’autre « individuelle » (la CSG). Les deux députés font valoir, dans l’exposé de leur amendement, que les revenus d’activité sont affectés à double titre et que la CSG fait débuter l’imposition du revenu à « un taux très élevé » pour « la moitié la plus modeste » des Français.   »Il faut y travailler et nous allons y travailler, y compris en mettant en place la capacité de percevoir l’impôt (sur le revenu, ndlr) à la source », a-t-il dit.

Les Bourses européennes en hausse avant la baisse

 

Les Bourses européennes en hausse avant la baisse

Le mouvement de yo-yo va continuer pour les bourses notamment européennes. Normalement la bourse devrait  constituer un  des indicateurs avancés de la conjoncture mais la masse de liquidités en circulation transforme plutôt les marchés un casino. Cette semaine on a été surtout rassuré par l’attentisme de la Fed quant à un éventuel relèvement des taux. Du coup compte tenu de la faible rémunération sur le marché obligataire les opérateurs se sont reportés sur le marché des actions. Pour autant les dernières informations relatives à l’économie internationale provenant aussi bien du FMI que de l’OCDE ne sont pas très optimistes sur l’évolution de l’activité mondiale. En outre les bourses n’ont encore pas intégré en Europe la baisse très significative des exportations allemandes qui va porter un coup à la croissance européenne. Pour autant Les Bourses européennes ont terminé en hausse vendredi, portées par le rebond des valeurs minières, à l’issue d’une semaine faste, la meilleure depuis janvier pour plusieurs grands indices et dominée par le sentiment que les politiques monétaires resteront accommodantes dans un avenir proche. La Bourse de New York était également orientée à la hausse au moment de la clôture en Europe, dans le prolongement de la séance de la veille qui a vu l’indice Standard & Poor’s-500 clôturer à un pic de sept semaines. Si la tendance se maintient jusqu’à l’issue de la séance, le S&P-500 pourrait connaître sa plus forte progression hebdomadaire de l’année.

 

 

lien:

  • site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Ferrari : un appel de près de 1 milliard à Wall Street

 

Ferrari  : un appel de près de 1 milliard à Wall Street

Ferrari n’aura sans doute aucun mal à lever près d’un million de dollars pour son introduction en bourse à New York compte tenu bien entendu de sa réputation mais aussi et surtout de ses résultats financiers. Ferrari prévoit en effet de lever jusqu’à 900 millions de dollars (793 millions d’euros) à l’occasion de son introduction en Bourse à New York, montrent les documents déposés vendredi auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC).  La filiale de voitures de sport de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) a l’intention de vendre 17,175 millions d’actions, soit environ 9% de son capital, à un prix unitaire compris entre 48 et 52 dollars. FCA, qui possède environ 90% du capital de Ferrari, a annoncé son intention de distribuer le reste de sa participation à ses actionnaires.  Ferrari, connue dans le monde entier pour son emblème au cheval cabré et pour son écurie de Formule 1, devrait être cotée d’ici quelques jours sur le New York Stock Exchange sous le symbole RACE.  Après la mise en Bourse, Piero Ferrari, vice-président et fils d’Enzo, le fondateur de la marque, conservera 10% du capital de l’entreprise.  Piero Ferrari et la famille Agnelli, via sa holding financière Exor, pourraient en outre s’assurer le contrôle d’environ 50% des droits de vote, ce qui leur permettrait de faire barrage à tout offre d’achat hostile.  Exor possèdera environ 23,6% des actions Ferrari au terme de la scission, qui devrait avoir lieu début 2016. Dans le dossier déposé à la SEC, Ferrari précise prévoir de publier au titre du troisième trimestre un chiffre d’affaires de 720 à 730 millions d’euros, en hausse de 9% à 10% sur un an.  Son excédent brut d’exploitation (Ebitda) devrait avoir progressé de 19% à 22%, à 210-215 millions d’euros.

 

 

lien:

  • site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Volkswagen : dans le rouge en 2015 et davantage en 2016

Volkswagen : dans le rouge en 2015 et davantage en 2016

les résultats financiers de Volkswagen seront mauvais en 2015 mais sans doute catastrophique en 2016 pour l’année en cours il faudra faire face au rééquipement et à l’adaptation de certains véhicules. Le constructeur a déjà provisionné plus de 6 milliards dans cet objectif. Mais pour 2016 la note risque d’être encore beaucoup plus salée car cette fois il faudra payer les les amendes des ces états aussi faire de très gros investissements pour permettre l’adaptation des moteurs au nouvelles normes de pollution, les normes américaines mais aussi la norme euro 6 pour l’Europe. L’ensemble de ses coups supplémentaires pourrait représenter de leur de 50 milliards. De quoi déstabiliser Volkswagen. La marque VW de Volkswagen sera sadonc  déficitaire cette année car elle devrait supporter l’essentiel des retombées néfastes de l’affaire de manipulation des tests d’émissions, ont dit vendredi deux sources proches du constructeur automobile. VW représente cinq millions environ des 11 millions de véhicules diesel qui, de par le monde, doivent être rééquipés car ils sont peut-être dotés du logiciel permettant de contourner la procédure des tests. Le ministère des Transports allemand a dit vendredi que 3,6 millions de voitures du constructeur Volkswagen ayant un moteur de 1,6 litre devraient être rééquipées en Europe. Le premier constructeur automobile européen a provisionné 6,5 milliards d’euros au troisième trimestre pour couvrir les frais induits par le scandale et, selon l’une des sources, l’essentiel de cette charge sera imputé sur le bilan de sa principale marque, soit VW.Le Spiegel avait le premier, ce vendredi, fait mention de cette perte éventuelle. VW s’est refusé à tout commentaire. Volkswagen doit publier ses comptes du troisième trimestre le 28 octobre. Ils intègreront également 500 millions d’euros de charges de restructuration au Brésil et en Russie, ainsi qu’une plus-value de 1,4 milliard d’euros tirée de la vente de parts dans Suzuki, observe Marc-Rene Tonn, analyste de M.M. Warburg.

Hausse des taux d’intérêt :la FED tergiverse

Hausse des taux d’intérêt :la FED  tergiverse

 

La FED  continue grande d’entretenir la plus grande confusion sur la perspective d’une hausse des taux pendant des mois elle n’a cessé d’affirmer que cette hausse des taux était incontournable dès lors qu’on constaterait une amélioration de l’emploi et de l’activité. Or elle ne cesse de faire des reculs successifs pour retarder encore sa décision en s’appuyant d’abord sur le tassement de l’activité économique mondiale. Ce que constatent  d’ailleurs l’OCDE et  le FMI qui réclament  à cet égard la plus grande prudence. Du coup la FED qui observe aussi une diminution de la croissance des emplois aux États-Unis semble prête à reporter encore sa décision. Mais c’est hésitations alimente la volatilité des marchés et ne donne pas une perspective claire. La Réserve fédérale américaine a donc estimé que l’état de l’économie n’était pas loin de justifier une hausse des taux d’intérêt en septembre, mais les responsables de la politique monétaire aux Etats-Unis ont jugé qu’il était prudent d’attendre des données montrant que le ralentissement économique mondial ne faisait pas dérailler l’activité du pays. Selon le compte-rendu de la réunion de politique monétaire des 16 et 17 septembre, il apparaît que les banquiers centraux se sont montrés préoccupés des signes suggérant un ralentissement économique mondial, tout en estimant que ceci n’avait pas « de manière significative » bouleversé les perspectives pour l’économie. La Fed avait pris les investisseurs en observant le statu quo monétaire lors de la réunion du mois de septembre, alors qu’une première hausse des taux d’intérêt en près de 10 ans avait été anticipée. Le fait que la banque centrale américaine ne resserre pas sa politique monétaire avait été interprété comme le symptôme d’une conjoncture mondiale bien plus déprimée que prévu, ce qui s’était traduit par une forte chute des marchés actions mondiaux dans les jours qui avaient suivi. Selon le compte-rendu, la plupart des membres du comité de politique monétaire de la Fed ont jugé lors de cette réunion qu’il était toujours justifié de relever les taux « d’ici la fin de l’année ». Depuis, des chiffres de l’emploi pour le mois de septembre largement inférieurs aux attentes ont conduit nombre d’acteurs de marché à exclure toute hausse des taux en 2015, sentiment en partie à l’origine du rebond de Wall Street depuis le début du mois.

1...7891011...51



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol