Archive pour la Catégorie 'environnement'

Page 73 sur 80

Population des poissons : baisse de 50% en 40 ans

Population des poissons : baisse de 50% en 40 ans

Surexploitation, pollution, climat,  aménagement du territoire, autant de facteurs explicatifs pour comprendre la chute des populations de poissons (aussi des  oiseaux),  Une étude effectuée grâce à une base d’observation de 5.829 populations appartenant à 1.234 espèces.  Si l’indice Planète Vivante des populations marines du World Wildlife Fund « a enregistré une régression de 49% entre 1970 et 2012″, certaines des espèces concernées ont vu leur effectif fondre de près de 75%. Ainsi en Méditerranée, 89% des stocks sont épuisés. Et le rapport fait état d’un recul de 74% des effectifs de la famille englobant des poissons aussi prisés que le thon, le maquereau et la bonite. Au niveau mondial, la consommation moyenne par habitant de poissons est passée de 9,9 kg dans les années 1960 à 19,2 kg en 2012.  Globalement, « l’action de l’homme est à l’origine de ces tendances: de la surpêche et des industries extractives à l’aménagement du littoral et à la pollution, en passant par les émissions de gaz à effet de serre responsables de l’acidification océanique et du réchauffement des mers. »

Conférence climat : Hypothéquée par la crise

Conférence climat : Hypothéquée par la crise

Hollande commence à s’inquiéter sérieusement des chances de succès de la conférence climat qui doit se tenir à Paris à la fin de l’année. Des inquiétudes justifiées dans la mesure où en dépit de quelques avancées Il paraît peu vraisemblable que la conférence climat débouche sur des orientations contraignantes. Ce n’est d’ailleurs pas le l’objet de cette conférence qui doit laisser à chaque État le soin de définir les objectifs et moyens pour contribuer à la lutte contre le réchauffement climatique et la pollution. À moins de trois mois de cette conférence on est encore très loin d’un accord puisqu’il n’a pas même été possible de trouver le financement des réunions. Accessoirement il faudra trouver les 150 milliards destinés aux pays en voie de développement afin de les aider à réussir leur transition énergétique. La crise constitue évidemment un des facteurs explicatifs qui pourraient menacer cette conférence. L’environnement économique international est en effet fragilités et presque partout et la préoccupation première est de soutenir la croissance et l’emploi un objectif assez souvent contradictoire avec la prise en compte de l’environnement. D’une certaine manière la dégradation de l’environnement conjoncturel s’oppose aux évolutions structurelles. Du coup la France multiplie les manifestations pour tenter de sensibiliser l’opinion française mais aussi internationale. Dernier exemple France a annoncé jeudi, à 81 jours de l’échéance, la suppression d’aides à l’exportation de centrales au charbon polluantes. Le Premier ministre a adressé ce signal très attendu à l’ouverture d’une manifestation organisée au Palais de l’Elysée pour afficher l’engagement de la France en faveur du climat. »Nous supprimerons immédiatement les crédits export pour tous les nouveaux projets de centrales à charbon qui ne sont pas dotées d’un dispositif de capture et de stockage du CO2″, a dit Manuel Valls à plus de 400 invités – ministres, représentants de l’industrie et de la société civile, élus. Un geste insuffisant, de toute évidence, aux yeux de l’ex- ministre écologiste du Logement, Cécile Duflot, présente. « On peut continuer à être assez critique sur la traduction dans la politique du gouvernement français des engagements qui doivent être pris à la COP », a-t-elle confié à Reuters. La conférence des Nations unies sur le climat (COP21), prévue du 30 novembre au 11 décembre, est le plus grand rendez-vous international jamais organisé par la France et François Hollande en a fait un enjeu majeur de son quinquennat. Jeudi matin, le traditionnel tapis rouge déroulé pour les invités du chef de l’Etat dans la cour d’honneur du Palais de l’Elysée avait symboliquement été remplacé par un tapis vert.  »Il s’agit d’être capable de réussir ce qui est le rendez-vous sûrement le plus essentiel que le monde s’est donné à lui-même », a dit François Hollande en conclusion de la réunion. Six ans après l’échec de la conférence de Copenhague, la COP21 est considérée comme une des dernières chances de conclure un accord universel sur la réduction des émissions de gaz à effet de serre pour enrayer le réchauffement climatique avant que ses conséquences deviennent irréversibles. Les principaux intervenants, politique ou non, dont les ministres des Affaires étrangères et de l’Ecologie, Laurent Fabius et Ségolène Royal, ou l’ancien animateur de télévision Nicolas Hulot, aujourd’hui conseiller spécial du chef de l’Etat, ont insisté l’un après l’autre sur l’urgence d’un tel accord. « Plus tard, ce sera trop tard (…) On n’a pas le droit d’échouer », a averti le chef de la diplomatie française, tout en reconnaissant que la conférence de Paris ne pouvait pas régler tous les problèmes mais être un « point de bascule ».  Or les négociations sur un projet d’accord ne progressent que très lentement. Elles butent notamment sur le financement de l’aide à l’adaptation de l’économie des pays en développement et les plus exposés au réchauffement climatique, financement sans lequel ces derniers risquent de refuser de s’engager. « Il y a des progrès ils sont minces, trop minces encore, et donc il y a une incertitude », a reconnu François Hollande, qui de nouveau fait état d’un « risque majeur » d’échec.

Fermeture de Fessenheim : Ségolène Royal patauge encore davantage

Fermeture de Fessenheim : Ségolène Royal patauge encore davantage

 

 

Après son couac, puis son  rétro pédalage Ségolène s’enfonce encore davantage dans le dossier de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. D’un côté, elle affirme que l’engagement de Hollande de fermer la centrale de Fessenheim d’ici la fin de son mandat sera respecté. D’un autre elle précise que cette fermeture interviendra qu’avec la mise en service de la nouvelle centrale de Flamanville Or  personne n’est en capacité de dire quand cette centrale sera opérationnelle. Certainement pas avant 2018. Du coup nécessairement la fermeture de la centrale de Fessenheim sera aussi reportée. Plus exactement par le gouvernement qui succédera à celui de Hollande. Un bel exemple en tout cas l’hypocrisie. La procédure permettant la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim débutera dès 2016 et le processus sera irréversible avant la fin du quinquennat, même si son arrêt n’est pas effectif avant cette échéance, a dit mercredi Ségolène Royal. La fermeture de Fessenheim (Haut-Rhin) se fera « au plus tard en 2018″, mais EDF devra dire dès l’année prochaine comment elle va s’y prendre, a ajouté la ministre de l’Ecologie à la sortie du Conseil des ministres. Un décret sera pris pour « engager ce processus dès l’année prochaine », a précisé le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, à l’issue du conseil des ministres, soulignant lui aussi que ce processus serait « irréversible ».   »La procédure devra commencer dès l’année prochaine et donc les engagements présidentiels seront tenus », a dit Ségolène Royal au lendemain d’une polémique avec les écologistes sur ce dossier, qui réclament la fermeture de la plus vieille centrale nucléaire de France avant l’élection de 2017.Ségolène Royal a dit ne pas comprendre les vives critiques suscitées par les propos qu’elle avait tenus la veille au sujet des conséquences pour Fessenheim du report à fin 2018 de l’ouverture de l’EPR de Flamanville (Manche). La loi sur la transition énergétique, adoptée en juillet, prévoit le plafonnement de la production d’énergie nucléaire à son niveau actuel, ce qui imposera la mise à l’arrêt d’une centrale – a priori la centrale alsacienne – lors du lancement de l’EPR de Flamanville. Or EDF a annoncé la semaine dernière que la mise en service de Flamanville n’interviendrait pas avant 2018.

Des forêts de plus en plus menacées dans le monde

Des forêts de plus en plus menacées dans le monde

 

 

En vingt-cinq ans, leur superficie a diminué d’une surface équivalente à deux fois la France d’après un article du Figaro. . Les forêts jouent pourtant un rôle fondamental dans la lutte contre la pauvreté rurale, le réchauffement climatique et le maintien de la biodiversité. Le recul de la forêt se poursuit sur le globe mais à un rythme deux fois moins soutenu qu’il y a un quart de siècle. «Au cours des vingt-cinq dernières années, le taux de déforestation net mondial a ralenti de plus de 50%», indique un rapport très complet sur le sujet de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) sur le sujet publié à l’occasion du Congrès forestier mondial qui se tient cette semaine à Durban, en Afrique du Sud, avec 234 pays participants. Il est passé de 0,18% dans les années 1990 à 0,08% au cours de la période 2010-2015. Alors qu’en 1990, les forêts représentaient près de 4,13 milliards d’hectares soit 31,6% de la superficie mondiale des terres, en 2015 elles n’en représentent plus que 30,6%, soit une perte d’un peu moins de 130 millions d’hectares. Cela correspond à l’équivalent de la disparition d’un pays grand comme deux fois la France. Deux facteurs majeurs expliquent le recul des massifs forestiers. Tout d’abord, l’augmentation de la population mondiale entraîne la disparition de la forêt primaire, comme par exemple en Amazonie, au profit de gigantesques parcelles agricoles. En outre, plus de la moitié des habitants de la planète se concentre désormais dans les villes. Cette urbanisation croissante provoque la conquête de nouveaux espaces sur les massifs forestiers notamment destinés à construire des logements et les infrastructures qui les accompagnent. La route transamazonienne, longue de 4.223 km et qui relie le Pérou à l’Atlantique, en est la plus emblématique illustration. Les forêts jouent pourtant un rôle fondamental dans la lutte contre la pauvreté rurale en assurant la sécurité alimentaire et en fournissant aux habitants des moyens de subsistance. «Elles offrent aussi des services environnementaux vitaux comme l’air pur et la purification de l’eau tout en participant à la conservation de la biodiversité et à la lutte contre le changement climatique en diminuant les émissions de carbone», ajoute-t-il. Géographiquement, les plus grandes pertes de la superficie forestière du monde se situent dans l’hémisphère sud, des régions où la démographie est forte. C’est en Afrique et en Amérique du Sud que l’on enregistre le recul le plus fort de la forêt au cours des cinq dernières années avec respectivement 2,8 millions et 2 millions d’hectares. En revanche, la forêt a progressé dans de nombreux pays au monde et non des moindres. Les trois premiers où elle a crû le plus vite sont, par ordre d’importance, la Chine (+1,5 milliard d’hectares), l’Australie et le Chili. La France se classe 10ème avec un gain de 113.000 hectares par an.

 

Ségolène Royal- Fessenheim : couac et rétropédalage

Ségolène Royal- Fessenheim : couac et rétropédalage

 

Un gros couac et rétro pédalage de Ségolène à propos de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Un procédé habituel chez Ségolène qui a ainsi l’art de faire parler deux fois d’elle. Et très souvent car elle parle de tout et surtout de rien.  Sa méthode:  une grosse bourde et après avec un démenti. Une bourde pas complètement innocente car on sait que Ségolène n’a jamais été favorable à la fermeture de Fessenheim. Pour satisfaire les écolos Hollande avait d’ailleurs convenu de retenir la formule ambiguë « Fessenheim sera fermée d’ici la fin du quinquennat ». En réalité il est peu vraisemblable que la dite centrale soit fermée, la responsabilité en incombera au gouvernement suivant c’est-à-dire au gouvernement de droite qui maintiendra en service cet équipement. Or la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, a implicitement confirmé mardi que la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) ne fermerait pas d’ici la fin du quinquennat de François Hollande, comme le chef de l’Etat s’y était engagé. Cette annonce a suscité de vives critiques de responsables d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), notamment de l’ancienne ministre du Logement Cécile Duflot et du député Denis Baupin, pour qui la décision de fermeture « doit être prise maintenant ».  La loi sur la transition énergétique, adoptée en juillet, prévoit le plafonnement de la production d’énergie nucléaire à son niveau actuel, ce qui imposera la mise à l’arrêt d’une centrale – a priori la centrale alsacienne – lors du lancement de l’EPR de Flamanville. EDF a annoncé la semaine dernière que la mise en service de Flamanville n’interviendrait pas avant 2018, mettant à mal la promesse de François Hollande de fermer Fessenheim d’ici 2017.   »Il y a l’application de la loi, donc c’est assez simple maintenant puisqu’il y a un plafonnement de la production d’énergie nucléaire à 63,2 gigawatts, ce qui veut dire que quand Flamanville ouvrira, Fessenheim devra fermer », a dit Ségolène Royal à la presse en marge d’un déplacement à Strasbourg. « Donc Flamanville va ouvrir, puisque c’est 2018, et donc en effet Fessenheim devra fermer », a-t-elle ajouté. Fessenheim est la doyenne des centrales nucléaires françaises et sa fermeture est un engagement de campagne du chef de l’Etat, pressé par les écologistes de passer aux actes. Alors qu’il annonçait peu après son élection une fermeture fin 2016, François Hollande ne mentionnait plus en mars dernier que « l’horizon de la fin du quinquennat ». Le député écologiste Noël Mamère a estimé que cette annonce était « un très mauvais signe » à l’approche de la conférence sur le climat COP 21 à Paris. Il a jugé « cocasse » d’indexer la fermeture de Fessenheim sur la construction de l’EPR de Flamanville qui accumule les retards et dont « on ne sait même pas s’il ouvrira en 2018″.   »Il y a des élections présidentielles en 2017 et si d’aventure le président de la République n’est pas réélu, qu’il s’agisse de la droite, nous savons très bien ce qui se passera : il n’y aura pas de fermeture de Fessenheim », a-t-il dit sur iTélé.

 

Un nouveau parti écolo ou une micro organisation pour Placé et deRugy

Un nouveau parti écolo ou une micro organisation pour Placé et deRugy

Jean Vincent placé et François de Rugy, sitôt après leur départ d’Europe écologie les Verts, ont décidé de créer un nouveau parti « l’union des démocrates et écologistes». La question de savoir s’il s’agira véritablement d’un parti ou d’une micro organisation comme il en existe déjà chez les écolos. Tout dépendra aussi de la philosophie de ce parti et du contenu programmatique. La question est aussi de savoir s’il existe encore un espace  politique pour uen telle formation car si les citoyens sont de plus en plus sensibles aux questions environnementales ils n’adhèrent  pas forcément à la politisation de la problématique environnementale. Comme   d’habitude Daniel Cohn-Bendit a bien résumé la situation.  Interrogé par LibérationDaniel Cohn-Bendit est sceptique : « Est-ce que ramasser des morceaux cassés refait un vase ? Je ne crois pas », juge l’ex-dirigeant d’Europe écologie.  Les démissionnaires d’Europe écologie – Les Verts (EELV) ont vite rebondi. Jean-Vincent Placé et François de Rugy s’apprêtent à fonder leur propre parti, selon les informations de Libération.  Le sénateur de l’Essonne et le député de Loire-Atlantique, ainsi que « les anciens du Modem (mais aussi ex-Verts) et dirigeants du Front démocrate, Jean-Luc Bennahmias et Christophe Madrolle, se réunissent ce mercredi soir au Sénat pour créer l’Union des démocrates et écologistes« , affirme le quotidien ce 2 septembre. « Le sigle UDE (…) avait été déposé mi-août par le député François-Michel Lambert, suspendu d’EELV. » Cette future structure abritera aussi Génération écologie, précise Libé.  « On veut très vite y faire venir des gens », explique au journal Jean-Luc Bennhamias. L’UDE « prévoit de tenir une ‘convention’ en octobre avec élaboration d’un ‘pacte fondateur’ », précise Libération. « Son principe : positionnement au centre gauche, écologie positive, partenariat avec le PS. » Objectif : attirer les déçus du Modem, comme les écologistes insatisfaits du rapprochement avec le Front de gauche.

COP 21 : « Bartolone dénigre » ( Ségolène Royal)

COP 21 :  « Bartolone dénigre » ( Ségolène Royal)

 

Comme d’habitude Ségolène Royal ne prend pas de pincettes pour renvoyer Claude Bartolone dans ses baskets. Claude Bartolone qui avait émis des observations sur les conséquences de l’organisation de la COP 21 en matière de circulation des parisiens. Mais ces observations dont certaines justifiées t ont été considérées par Ségolène comme un dénigrement de ses équipes voir même du pays. Suprême injure au centralisme et à ses six élites Bartolone avait osé proposer que certaines réunions se tiennent en dehors de Paris. « C’est un peu dommage que Claude Bartolone dénigre le travail de l’organisation » de la COP 21, s’est donc  agacée Ségolène Royal sur I-Télé ce mercredi. La ministre de l’Ecologie répondait au président (PS) de l’Assemblée nationale, qui s’était inquiété mardi sur notre antenne d’éventuels « désagréments » que pourraient subir les Franciliens.  « Nous allons avoir la chance extraordinaire d’accueillir un évènement mondial où j’espère qu’il y aura de véritables décisions pour sauver la planète » avait déclaré Claude Bartolone sur BFMTV et RMC mardi. « Je ne voudrais pas que, pour les habitants de la région Ile-de-France, cela se traduise par des tracas supplémentaires », avait poursuivi la tête de liste socialiste aux régionales dont les dates coïncident avec la COP 21 (1er et 2nd tours les 6 et 13 décembre). « Il y a un travail considérable qui est fait », a rétorqué la ministre de l’Ecologie. « C’est un peu dommage que Claude Bartolone dénigre toutes les équipes qui travaillent depuis deux ans sur l’organisation de cette conférence ». « On est là pour constituer une équipe de France, capable d’accueillir une conférence climat qui va être regardée dans le monde entier, qui va faire rayonner la capitale, la région Ile-de-France et le pays tout entier « , a ajouté Ségolène Royal. « C’est une chance extraordinaire « . Claude Bartolone, tête de liste pour les élections régionales en Ile-de-France, avait dit avoir écrit à Manuel Valls pour le sensibiliser aux éventuels « désagréments » que pourraient vivre les Franciliens pendant l’organisation de la COP 21 en décembre. Le député de Seine-Saint-Denis avait suggéré la possibilité d’ »horaires décalés » pour les Franciliens au travail mais aussi des mesures dans les transports. « Pourquoi ne pas envisager, sur l’axe Châtelet-Roissy, notamment sur les RER B et C, un certain nombre de prises en charge par l’Etat de la gratuité dans les transports pour éviter un report sur la route? »  De même, « pourquoi ne pas envisager qu’un certain nombre de réceptions officielles n’aient pas lieu dans Paris intramuros », avait-il avancé sur notre antenne mardi.

 

Pas d’argent pour la conférence climat !

Pas   d’argent pour la conférence climat !

 

C’est pour le moins paradoxal mais il n’y a plus d’argent pour financer ce que Hollande considère comme le plus grand événement international de la période, à savoir : la conférence sur le climat. Dès lors  on se demande où on pourrait trouver les moyens financiers (de l’ordre de 100 milliards) pour aider les pays en voie de développement à opérer aussi leur transition énergétique. Comme c’était prévisible, cette conférence climat survalorisée par Hollande à des fins de politique intérieure risque d’avoir des difficultés à aboutir à des résultats significatifs qui engagent réellement les pays signataires  d’un éventuel accord. Certes compte tenu de l’enjeu, tout engagement réel, même insuffisant sera utile pour lutter contre l’élévation de la température et la pollution. Il faut toutefois rappeler que l’objectif de cette conférence climat n’est pas de définir des contraintes mais seulement quelques principes dont chaque État décidera des conditions de mise en œuvre. En clair chaque pays fera ce qu’il voudra. On mesure bien toutes les difficultés de l’exercice puisqu’on n’est même pas capable de réunir les fonds finalement assez dérisoires  l’échelle mondiale pour financer les réunions préalables. C ela démontre à l’évidence la faiblesse des désengagements qui pourtant doivent devraient impérativement être pris pour éviter les futures catastrophes écologiques. A trois mois d’un potentiel accord pour le climat à Paris, la secrétaire exécutive de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements Climatiques Christina Figuerès, tire en effet  la sonnette d’alarme lundi. Il n’y a plus d’argent pour financer toutes les réunions à venir.  On ne sait toujours pas comment les pays riches vont trouver les 100 milliards de dollars par an qu’il faut pour financer la lutte contre le changement climatique dans les pays pauvres. Mais ce que Christina Figueres a réclamé lundi matin, ce n’est pas ça. Ce sont les 1,2 million d’euros qui manquent pour payer l’organisation des réunions prévues cette semaine à Bonn, au siège de la convention de l’ONU sur le changement climatique.  La secrétaire exécutive a appelé tous les pays en mesure de le faire à donner une contribution pour aider au bon fonctionnement de l’organisme. Elle a par ailleurs ajouté qu’il n’y avait pas assez d’argent pour la prochaine réunion prévue une nouvelle fois Bonn en octobre ni pour la grande conférence de Paris à la fin de l’année. Selon le Quai d’Orsay, le budget pour cette conférence s’élèverait à un peu plus de 170 millions d’euros. C’est pourquoi Paris cherche à en faire financer aux moins 20% par des acteurs privés. Un financement qui fait polémique puisque certaines entreprises sont des secteurs gazier et pétrolier. Alors que justement le but de la conférence sera de limiter notre appétit pour leurs produits fossiles.

La distribution contre le gaspillage et les particuliers ?

La distribution  contre le gaspillage et les particuliers ?

 

 

Il est évidemment de bon ton d’accuser la grande distribution de gaspillage alimentaire. Ce gaspillage existe bien entendu mais il est marginal par rapport à celui des particuliers, lequel est 10 fois supérieur. En cause la question du packaging et des dates de péremption. Du faît du conditionnement certains produits ne peuvent être achetés que par six ou 12 en tout cas en quantité supérieure à celle de la consommation d’une semaine. En outre les dates de péremption ne rendent pas vraiment compte des dates où le produit devient non consommable. Du coup de  nombreux de produits consommables sont jetés par des particuliers. L’accord avec la grande distribution est utile mais c’est sans doute en direction des particuliers qu’il conviendrait d’engager une action pédagogique. Ségolène Royal a fait état jeudi soir d’un accord avec la grande distribution sur une convention d’engagements volontaires pour mieux lutter contre le gaspillage alimentaire en France. La ministre de l’Ecologie, du Développement durable et de l’Energie avait convoqué les représentants des grandes enseignes qui, tout en s’offusquant d’être désignées en coupables, s’étaient déjà engagées à signer le document. « Cette convention est vraiment un événement très important », a-t-elle déclaré sur BFM TV. Selon le député socialiste Guillaume Garot, auteur d’un récent rapport sur le gaspillage alimentaire, chaque Français gâche par an entre 20 et 30 kilos de nourriture, dont sept kilos encore emballés, soit environ 100 euros. Selon le ministère de l’Ecologie, 31% des produits jetés sont des légumes, 19% des fruits, 24% des liquides, 12% des féculents et 4% de la viande et du poisson. Le Conseil constitutionnel a censuré en août, pour une question de procédure, une disposition sur le gaspillage dans la loi de transition énergétique qui prévoyait notamment d’interdire aux grandes surfaces de rendre les invendus impropres à la consommation.  Selon Ségolène Royal, les enseignes se sont engagées à appliquer volontairement cette disposition, de même qu’à accepter l’obligation pour les magasins de plus de 400 m2 de signer des conventions avec des associations caritatives. L’interdiction pour les marques distributeur de faire des dons sera également levée et les dates de consommation « optimales », qui peuvent tromper le consommateur en l’incitant à jeter des produits consommables, seront supprimées.

Ségolène : des ampoules électriques gratuites pour les pauvres

Ségolène : des ampoules électriques gratuites pour les pauvres

 

Pour résoudre la question du climat, Ségolène propose d’offrir  des ampoules aux pauvres. Une proposition qui s’ajoute aux autres faites  quotidiennement pour occuper l’espace médiatique. L’infatigable Ségolène s’exprime en effet sur tout et surtout sur rien. Exemple la création de potagers dans les écoles, une proposition qui impliquera une révolution génétique des semences pour faire pousser des plantes dans le ciment ou le goudron. À noter aussi qu’il conviendra de supprimer les vacances scolaires pour récolter. Un détail sans doute pour Ségolène qui n’a pas dû souvent planter des pommes de terre. Cette fois il s’agit d’offrir des ampoules aux pauvres. Une mesure à la fois de justice sociale et de révolution écologique. Dans un ministère qui sert à peu près à rien depuis toujours, Ségolène occupe le terrain quitte d’ailleurs à s’exprimer sur des sujets auxquels elle ne comprend strictement rien. Exemple la crise chinoise qu’elle considère comme ‘relative’. Autre exemple les licenciements chez Alstom qu’elle contredit avec un culot incroyable. Mais l’essentiel pour Ségolène c’est de parler encore. À quand une distribution de bougies pour économiser l’électricité ? Des bougies pour les pauvres évidemment car comme le dit Ségolène la transition énergétique doit « profiter aux gens et être populaire ». À une semaine de la rentrée, Ségolène Royal multiplie les annonces afin de sensibiliser les ménages aux questions environnementales et préparer la COP21 qui se déroulera à Paris en décembre prochain. Afin de lutter contre le gaspillage alimentaire, la ministre de l’Écologie souhaite planter potagers dans les écoles.   Plusieurs « dizaines de milliers » de nouveaux convecteurs vont être « offerts » aux particuliers en remplacement de « vieux radiateurs », tandis qu’un million d’ampoules LED seront distribuées en partenariat avec EDF, a indiqué mardi 25 août Ségolène Royal. L’objectif est de « faire en sorte que la loi de transition énergétique profite aussi directement aux gens, soit populaire », a expliqué la ministre sur France 2. Comment va s’organiser ce dispositif ? La ministre explique avoir été en contact avec EDF qui va mettre à disposition un million d’ampoules LED. L’opération sera « financée par les certificats d’économies d’énergie » d’EDF, a-t-elle souligné. Ce dispositif gouvernemental oblige depuis 2006 les fournisseurs d’énergie à réaliser des économies d’énergie ou à mettre en place des mesures pour encourager leurs clients à le faire, telles que des aides financières pour les travaux de rénovation énergétique.  Une convention avec l’électricien public devrait être conclue « dans les prochains jours », avec pour objectif de distribuer une première tranche de « 100.000 ampoules dès le mois d’octobre », précise le ministère de l’Écologie. Durant cette phase expérimentale, les ampoules seront probablement acheminées « par courrier directement chez les particuliers » dont la liste aura été déterminée par des bailleurs sociaux ou par des collectivités territoriales  volontaires, a précisé le ministère. EDF a déjà mis en place des partenariats avec le fabricant Philips, puis avec Panasonic et Osram, afin de commercialiser respectivement 600.000 et 1 million d’ampoules LED, que le groupe français finance à hauteur de 20% à 30% en échange de CEE.  Cette mesure s’adresserait dans un premier temps aux « personnes à petites retraites, qui pourront « venir dans les mairies échanger deux ampoules qui consomment beaucoup d’électricité contre deux ampoules LED », lesquelles consomment 80% moins qu’une ampoule à filament.

 

Création à Paris d’un permis pour faire pousser des plantes !

Création à Paris d’un    permis pour faire  pousser des plantes

On apprend ce matin dans le Parisien qu’il est possible d’obtenir un permis pour faire pousser des plantes dans l’espace public. On espère évidemment que les formalités et le coût de ce permis de cultiver seront moins importants que celui du permis de conduire. Il s’agit bien entendu d’un gadget écolo car on se demande bien où il serait possible de cultiver fleurs et légumes à Paris à moins évidemment que l’INRA développe des semences OGM susceptibles de pousser sur le goudron ou dans la terre saturée d’urine de chien autour des arbres. L’article du parisien paraît assez surréaliste et mérite le détour extrait « Au pied des marronniers sur les trottoirs, il y a un rond de terre autour des arbres. Là pourront bientôt pousser des plantes, des marguerites, des tomates, et pourquoi pas un potager. Il suffit demander un permis. Soit vous repérez, près de chez vous, un petit bout de terre qui appartient au domaine public ; soit vous décidez d’installer sur le trottoir, devant la porte de votre immeuble, de grosses jardinières. Vous déposez ensuite un dossier. Il faut s’engager quand même à faire pousser des espèces locales (pas de plantes exotiques) et qui nourrissent les abeilles. La Direction des espaces verts peut vous accorder un permis de cultiver de trois ans »

« Climatitude » :la France seule au monde à agir (Ségolène) !!!

« Climatitude » :la  France seule au monde à agir (Ségolène) !!!

 

D’après l’inénarrable Ségolène Royal la France est le seul pays à avoir agi pour lutter contre le réchauffement climatique. La spécialiste en ingénierie sémantique se déclare donc championne du monde en matière de « climatitude ». Et pour cela La ministre de l’Écologie du Développement durable et de l’Énergie s’appuie sur son texte sur la transition énergétique ait été promulgué mardi 18 août au Journal officiel, En fait un texte pourtant minimaliste qui ne remet pas grand-chose en question car les contradictions sont nombreueses notamment sur le nucléaire. Et les échéances paraissent surtout inatteignables et renvoient la responsabilité aux gouvernements suivants.  Après le vote du texte, s’ouvre à présent deux chantiers principaux. En premier lieu, la publication de la Programmation pluriannuelle de l’énergie devra décliner les objectifs de mix énergétique prévus par la loi dans un schéma annuel contraignant. Elle aura ainsi la lourde tâche de définir quelles énergies devront, peu à peu, laisser la place à la part croissante occupée par les renouvelables. L’engagement de réduire le nucléaire à 50 % d’ici à dix ans pourrait jouer ce rôle, s’il n’était pas déjà considéré comme inatteignable. En ajoutant 2025 à une liste d’échéance déjà bien fournie (2020, 2030, 2050) il accentue la confusion devant cette succession d’objectifs contradictoires entre eux.  D’ailleurs par exemple la fermeture de Fessenheim n’est même plus par Hollande (qui renvoie en fait la patate chaude à son successeur en 2018). Ce qui choque surtout c’est le décalage entre les les réalités et les orientations. . Malheureusement cela ne vaut pas que pour les questions environnementales. C’est donc une loi de transition énergétique qui est surtout une loi d’intention.  À propos de la pollution générée par l’automobile rien de très nouveau non plus sinon quelques gadgets. Et si Ségolène Royal avait une mesure à retenir de ce texte de loi, ce serait le crédit d’impôt offert aux Français qui réalisent des travaux qui contribuent à cette transition énergétique. « Ils bénéficient d’un allègement de 8.000 euros pour une personne seule, et 16.000 pour un couple, donc il faut foncer avant l’été prochain », affirme-t-elle.  Rappelant qu’elle est « contre l’écologie punitive », Ségolène Royal affirme que ces dispositions législatives seront « bonnes pour factures et leur santé ». « L’objectif est de diminuer le réchauffement planétaire dont nous subissons tous les conséquences, on peut le voir par exemple avec la sécheresse (record cette année ndlr). »    »Les climato-sceptiques, on ne les entend plus, car cela n’a plus du tout de sens, lance Ségolène Royal. La France est le seul pays à être passée des discours aux actes, nous le faisons car nous sommes le pays car nous sommes le pays hôte (de la Conférence mondiale COP21 sur le climat de fin décembre) et que nous avons voulu exemplaire et montrer aux autres pays que c’était possible« .

Transition énergétique: pas payée par le contribuable mais par le consommateur (Hollande)

Transition énergétique:  pas payée  par le contribuable mais par le consommateur (Hollande)

 

Comme d’habitude Hollande entretient la plus grande confusion concernant le prix à payer pour la transition énergétique. Il affirme qu’il n’y aura pas de fiscalité pour cette transition et que ce sera aux consommateurs à payer. Cela signifie qu’il n’y aura pas d’impôts nouveaux sur l’énergie mais qu’on pourra payer plus cher par exmple  l’électricité (Une augmentation de 5 % vient d’ailleurs d’être décidée en douce pendant l’été). On pourra aussi augmenter les péages voir en créer r à l’entrée des villes. La subtilité consiste à autoriser l’augmentation des tarifs de certains produits et prestations pour compenser le non création de fiscalité. Mais dans ce contexte on voit mal comment on pourrait financer les infrastructures et les transports collectifs. Or c’est une priorité absolue compte tenu de la contribution massive de l’automobile à la pollution. François Hollande exclut donc , dans une interview à paraître jeudi, de financer par une nouvelle taxe ou un nouvel impôt la transition énergétique, mesure phare de son quinquennat, estimant que cette charge devait être assumée par les consommateurs pour plus d’équité. « Il n’est pas question de créer un impôt ou une taxe supplémentaire », indique le chef de l’Etat dans un entretien publié dans plusieurs titres de la presse régionale du groupe Ebra. « La transition énergétique ne doit pas être un prétexte pour augmenter les prélèvements. » « Je m’y refuse. Il n’est pas question non plus que des contribuables payent pour les gaspillages et les pollutions qui ne sont pas de leur fait », ajoute-t-il.  Promulguée cette semaine, la loi sur la transition énergétique contient un amendement programmant un quasi quintuplement de la fiscalité sur le carbone en 15 ans.  Prié de dire si elle serait payée par les consommateurs plutôt que par les contribuables, François Hollande a répondu : « Oui. Cela permet de répartir la charge sur les consommateurs, par rapport aux choix de consommation de chacun ».  Le chef de l’Etat juge par ailleurs « vitale » pour la planète la conclusion d’un accord en décembre à Paris où se tiendra la 21e conférence des parties de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21). Après l’échec de Copenhague en 2009 et l’accord en demi-teinte de Lima en 2014, la France espère aboutir à la conclusion d’un accord universel et contraignant visant à maintenir le réchauffement de la Terre en deçà de 2°C.   »Les preuves des effets désastreux du réchauffement climatique sont accablantes », souligne le chef de l’Etat. « Nous sommes en convergence avec Angela Merkel. Barack Obama a pris des engagements forts. La Chine est prête à s’impliquer ». « Il faut aussi démontrer aux pays émergents qu’il est possible de lutter contre le réchauffement climatique sans remettre en cause leur développement », a-t-il ajouté. Les 195 pays participants de la COP21 ont jusqu’au 1er octobre pour déposer leur contribution nationale de lutte contre le changement climatique. A l’heure actuelle, seuls 55 pays l’ont fait.

Japon : reprise du nucléaire

Japon : reprise du nucléaire

Le Japon qui avait mis fin à l’activité de ses centrales après la catastrophe de Fukushima  a décidé de relancer cette énergie. Mais des oppositions se font jour dans le pays d’abord parce que les conséquences de la catastrophe de Fukushima sont loin d’être apurées, aussi par ce qu’on reproche aux autorités la sous-estimation du risque volcanique. Mercredi, l’autorité japonaise de régulation nucléaire a jugé que deux réacteurs du sud-ouest du Japon remplissaient les critères de sûreté, une étape technique cruciale qui ouvre à la voie à un redémarrage dans les prochains mois. Réunis le matin, les membres de l’autorité ont approuvé un rapport de près de 420 pages selon lequel les dispositions techniques prises par la compagnie Kyushu Electric Power pour les tranches Sendai 1 et 2 (sud-ouest) étaient techniquement compatibles avec de nouvelles normes de sûreté.  C’est la première fois depuis la catastrophe atomique de Fukushima qu’est donné un tel avis de conformité, alors que l’intégralité du parc de 48 réacteurs du Japon est arrêtée. Cette approbation doit cependant encore être définitivement validée après un appel à commentaires publics d’une durée de trente jours. La certification définitive de sûreté de la part de l’autorité indépendante mise en place après le désastre du 11 mars 2011 est requise pour permettre une relance de tout réacteur de l’archipel, quel qu’il soit.  L’éventualité d’une relance prochaine des réacteurs rencontre cependant l’opposition de militants antinucléaire, à commencer par Greenpeace : « Des milliers d’habitants de la préfecture de Kagoshima (où se trouvent les réacteurs) et de la province voisine de Kumamoto ont fait part de leurs inquiétudes », a rappelé l’organisation écologiste. « Les principaux problèmes comprennent l’absence de plan réel d’évacuation de la population en cas de nécessité, notamment des personnes âgées, des enfants ou des individus hospitalisés », souligne Greenpeace. Les opposants, dont certains se sont immédiatement rassemblés devant le site mercredi pour protester, considèrent en outre que la compagnie Kyushu Electric Power et l’autorité ne sont pas parvenues à établir un diagnostic et une réponse précise au risque volcanique dans la région.

Sécheresse : restriction d’eau, du pipeau !

Sécheresse : restriction d’eau, du pipeau !

 

 

Face à la sécheresse la France a mis en place un plan sophistiqué de lutte pour économiser l’eau. Il existe quatre niveaux de vigilance. Mais même dans les zones concernées par la plus haute vigilance zone dite rouge le plan de lutte contre la sécheresse apparaît à la fois dérisoire et non respectée. Dans ces zones dites rouges on peut toujours voir de nuit comme de jour des canons à eau arrosée des cultures de maïs souvent d’ailleurs en pure perte. En effet de jour en pleine chaleur la moitié ou les trois quarts de cette eau s’évaporent aussitôt. Dans nombre de ces régions la culture de maïs très gourmande en nos et complètement inappropriés au climat. Des millions de tonnes d’eau sont ainsi gaspillés et l’interdiction de laver des voitures en comparaison paraît particulièrement désuète. La canicule fait encore des ravages. Après un début de mois de juillet brûlant sur tout le territoire et une légère pause sur les dernières semaines, les températures élevées sont de retour. À l’instar de la région Rhône-Alpes passée en alerte canicule pour trois jours depuis le 5 août, de nombreux départements sont victimes de la sécheresse. Et qui dit sécheresse, dit restrictions d’eau. Car avec les fortes chaleurs, la situation hydraulique se dégrade et l’eau devient de plus en plus précieuse, au grand dam des agriculteurs et des éleveurs. Depuis jeudi, 69 départements sont concernés par les restrictions d’eau. Pour connaître à tout moment cette liste, le site Propulvia du ministère de l’Écologie met en ligne une carte interactive (ci-dessous) qui permet de se renseigner sur les départements restreints en eau ainsi que le niveau de restriction.  Il existe quatre niveaux différents qui n’engendrent pas les mêmes restrictions. Ainsi, sur les 69 départements, cinq sont en état de vigilance (en gris sur la carte) pendant lequel les particuliers et les professionnels sont sommés de faire des économies d’eau. Après le seuil de vigilance, il existe trois niveaux d’alerte (jaune, orange, rouge) en fonction de la gravité de la situation et des mesures qui doivent être prise. Ainsi, 26 d’entre eux sont en jaune, onze en orange et le reste en rouge.  Pour les départements en simple alerte (jaune), les activités nautiques, l’arrosage des jardins et des espaces verts ainsi que le lavage de voiture sont interdites à certaines heures. Pour les professionnels, est prévue soit réduction de presque moitié des prélèvements agricoles, soit une interdiction totale pendant trois jours de la semaine. L’alerte renforcée (orange) prévoit à peu de choses près les mêmes indications mais au niveau supérieur. Pour les prélèvements agricoles, ils sont réduits à plus de 50% ou totalement interdits 3,5 jours par semaine. Pour les particuliers, l’interdiction est plus élevée, et parfois totale pour certaines utilisations.  Enfin, lorsque le niveau le plus élevé d’alerte, le niveau crise (rouge), est décrété, tous les prélèvements non prioritaires (santé, sécurité civile, eau potable et salubrité) sont totalement prohibés, même pour les agriculteurs et éleveurs.  Ces seuils sont définis localement par les préfectures grâce à un bulletin de la situation hydraulique délivré chaque mois par les directions régionales de l’environnement. Ils permettent de préserver les ressources en eau, qui deviennent un bien de plus en plus précieux sur la planète.  Ces dispositions servent également à prévenir les autres risques liés à la canicule et la sécheresse : les incendies. L’été, de nombreux feux de forêt se déclarent et brûlent souvent des hectares de pinède. Dans un souci écologique mais aussi sécuritaire, il existe donc une sorte de police de l’eau qui vérifie la bonne application des mesures.  Ainsi, l’Office national de l’eau et des milieux aquatiques (ONEMA) et les Directions départementales des territoires (DDT) sont là pour surveiller le respect de ces dispositions. Si elles ne sont pas bien appliquées, les responsables s’exposent à des sanctions administratives comme 1.500 euros d’amende.

 

Déchets nucléaires : La loi Macron annulée

 

Déchets nucléaires : La loi Macron annulée

 

On savait bien entendu que la loi Macron était une sorte d’auberge espagnole ou de vide grenier. Dès leur il fallait s’attendre à ce que certaines dispositions soient censurées par le conseil constitutionnel. Ce qui a été fait concernant les déchets nucléaires pour leur enfouissement à Bure. Un projet qui a pour objectif d’enfouir pendant plusieurs milliers d’années des déchets radioactifs. Le centre industriel de stockage géologique (Cigéo) de Bure est censé recevoir à l’avenir les déchets les plus dangereux produits par les centrales nucléaires, dont certains peuvent être radioactifs pendant des centaines de milliers d’années. S’ils ne représentent que 0,2 % du volume total des déchets de l’industrie nucléaire, ces résidus ultimes concentrent 98 % de la radioactivité. Selon le dernier inventaire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), publié en juillet 2015, il en a déjà été produit 3 200 m3, soit 30 % des quantités totales qui seront produites par le parc nucléaire durant toute sa durée de vie. Après un débat public où ont été envisagées plusieurs options, la France a considéré que la voie du stockage géologique en grande profondeur était celle qui présentait le plus de garanties en termes de sécurité. Ce choix a été entériné par une loi de 2006. Les colis de déchets, vitrifiés – qui sont pour le moment stockés sur les sites de production – devraient être enfouis dans des galeries souterraines creusées à 500 m de profondeur dans une couche d’argile imperméable. Cigéo devrait être implanté à Bure, aux frontières de la Meuse et de la Haute-Marne, à l’endroit de l’actuel laboratoire de recherche géré par l’Andra. Le coût du projet fait l’objet de controverses, variant de 15 à 35 milliards d’euros selon les estimations. Une évaluation réactualisée, commandée à l’Andra, se trouve depuis plusieurs mois sur le bureau de la ministre de l’écologie Ségolène Royal, qui ne l’a toujours pas rendue publique. Pour éviter le débat, un amendement dans la loi Macron sur la croissance a été  adoptée le 9 juillet dernier grâce à l’utilisation de l’article « 49-3 » par le gouvernement, suscitant la colère des écologistes. Regrettant un débat tronqué, les élus écologistes ont écrit au Conseil constitutionnel « pour attirer son attention sur les différents points d’inconstitutionnalité que pose cet amendement et sur la manière dont il a été adopté ».

 

Le plan climat d’Obama contesté par les lobbys

Le plan climat d’Obama contesté par les lobbies

 

Le plan d’ Obama qui vise à réduit les émissions de gaz à effet de serre et très contesté par les lobbys en particulier ceux du charbon. Un plan qui doit  surtout à substituer des énergies renouvelables aux centrales à charbon. Le président Barack Obama doit dévoiler ce lundi la version définitive de son plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques fonctionnant au charbon.  Le président Barack Obama doit dévoiler ce lundi la version définitive de son plan de lutte contre les émissions de gaz à effet de serre produites par les centrales électriques fonctionnant au charbon, a déclaré dimanche un haut responsable de son administration. Cette version-là du plan « Clean Power » vise à réduire de 32%, à l’horizon 2030, les émissions de C02 provenant du secteur de la production d’électricité, par rapport à leur niveau de 2005. Cela représente une augmentation de 9% par rapport à la proposition antérieure. Ce plan augure d’une transformation notable du secteur de l’électricité, car il encourage le passage aux énergies renouvelables aux dépens de la production d’électricité à partir du charbon. Il se fonde sur la prévision d’une capacité, en 2030, de produire 28% d’électricité à partir d’énergies renouvelables, contre 22% dans la précédente version du plan, présentée en juin. Certains groupes industriels et des élus d’Etats qui dépendent d’une énergie à base de charbon ont annoncé leur intention de contester ce plan en justice ainsi qu’au Congrès, en accusant l’administration Obama d’être responsable d’une future hausse du prix de l’électricité. La Maison blanche a estimé que ce plan marquait « le coup d’envoi d’une offensive tous azimuts en faveur du climat » de la part du président et de son administration.  »Mon administration va rendre publique la version définitive du plan America’s Clean Power, la mesure la plus importante que nous ayons prise pour lutter contre les changements climatiques », a déclaré le président Barack Obama dans une vidéo mise en ligne par la Maison blanche ce week-end.

 

Autoroute urbaine : Ségolène pour une limitation à 90kms

Autoroute urbaine : Ségolène pour une limitation à 90kms

 

On peut s’étonner qu’en France soit nécessaire d’avoir l’autorisation d’un ministre pour limiter la vitesse sur une portion très locale. Le signe sans doute que la France a du mal à sortir d’une gouvernance hyper centralisée. Quoiqu’il en soit La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, soutiendra la demande du maire de Valence (Drôme) qui souhaite limiter la vitesse à 90km/h sur la portion d’autoroute qui traverse sa ville, rapporte dimanche Le Parisien-Aujourd’hui en France. »Cette initiative montre que les élus locaux sont conscients des enjeux et prêts à prendre leurs responsabilités pour lutter contre la pollution », déclare la ministre, citée par le quotidien. Cette mesure serait justifiée par des considérations écologiques. Il n’est pas certain que le ralentissement de la circulation avec les bouchons que cela génère soit susceptible d’améliorer la situation. Ce ralentissement est par ailleurs sans doute davanatge  justifié pour des motifs de sécurité que pour  des raisons environnementales. En matière de pollution, il y a sans doute d’autres mesures plus significatives à prendre (développement du transport collectif ou voitures électriques par exemple). Ségolène Royal a donc été saisie mi-juillet par le maire de Valence, Nicolas Daragon (Les Républicains), qui souhaite faire baisser la vitesse de 110 à 90 km/h sur le segment de l’A7 qui traverse son agglomération.   »Le centre-ville de Valence est situé à moins de 300 m de l’A7 qui est l’axe routier le plus fréquenté d’Europe avec 70.000 véhicules par jour en moyenne », dit le maire dans une interview au Parisien. « Diminuer la vitesse des véhicules permettrait de réduire cette pollution car plus la vitesse moyenne est basse, moins il y a d’émissions », ajoute-t-il.   »Il est urgent d’engager des mesures significatives pour préserver la santé des populations touchées par ces portions urbaines d’autoroutes », souligne le maire. Ségolène Royal a prévu d’annoncer à la rentrée des mesures de lutte contre la pollution de l’air. Un rapport parlementaire a chiffré à près de 100 milliards d’euros par an le coût de cette pollution.  La ministre de l’Ecologie a dit cette semaine à Reuters qu’il fallait donner aux maires des grandes villes plus de liberté de manœuvre pour prendre des décisions comme la circulation alternée ou l’interdiction de sites urbains à la circulation en cas de pics de pollution.

 

Taxis, VTC, Uber : Macron veut mettre fin au grand bordel, bon courage !

Taxis, VTC, Uber : Macron veut mettre fin au grand bordel, bon courage !

 

Autant le dire le transport collectif en automobiles est devenu un grand bordel. Avec des règles très contraintes pour les taxis, des règles allégées pour les VTC et pas de règle du tout pour les Uber et autres associations lucratives «  collaboratives ». Macron veut repenser le modèle économique du secteur, bon courage ! D’autant qu’il ne s’attaque qu’à un aspect de la mobilité urbaine. Or toute perspective pertinente doit prendre en compte la totalité des modes afin notamment d’articuler la problématique de la mobilité avec la problématique environnementale. Ce n’est certainement pas avec une  table ronde d’uen journée que Macron y parviendra. Le ministre de l’Economie a donc annoncé la mise en place d’un groupe de travail afin de trouver une solution d’entente entre les différents acteurs du transport de personnes, quitte à réécrire la loi Thévenoud, qui ne satisfait ni les taxis ni les voitures de transport avec chauffeur (VTC). Le ministre de l’Economie Emmanuel Macron a indiqué lundi 27 juillet qu’il allait organiser fin août une table ronde réunissant les représentants des taxis et des voitures de transport avec chauffeur (VTC), afin de « repenser le modèle économique de tout ce secteur ». « On ne peut pas changer la loi tous les six mois sur tel ou tel paramètre, ou accepter qu’il y ait des violences comme celles que nous avons connues« , a expliqué Emmanuel Macron, faisant allusion à la dernière grève des taxis fin juin, en marge d’une visite d’un « accélérateur de start-up » à Paris, menée en compagnie du ministre des Finances britannique George Osborne. « Ce que nous souhaitons faire, c’est repenser le modèle économique de tout ce secteur, de manière à l’adapter à la modernité, à la demande de nos concitoyens qui veulent se déplacer plus simplement, parfois à moindre coût, et aussi au juste droit de l’ensemble des salariés des professionnels du secteur« . « A partir de la fin de l’été, nous allons mettre en place un travail apaisé avec l’ensemble des acteurs de ce secteur pour pouvoir proposer des solutions de long terme et constructives ». « On peut développer des nouvelles formes de transport, ce qu’on appelle les VTC ou autres, en prenant en compte les intérêts des taxis et en respectant les intérêts acquis ». « Notre rôle, c’est de donner un cadre mais de le donner de manière durable et juste, en permettant l’innovation et l’amélioration du service pour tous ». Le ministre n’a pas exclu au terme de ces discussions une réécriture de la loi Thévenoud du 1er octobre 2014, qui a renforcé les sanctions contre les services comme UberPop, dont les chauffeurs ne sont pas des professionnels du VTC, comme les chauffeurs UberX par exemple, mais de simples particuliers.

Revertitude: une loi de transition énergétique ……pour plus tard

Revertitude: une loi de transition énergétique ……pour plus tard

 

Une loi de transition énergétique mais pour plus tard. Pour Fessenheim pas de fermeture avant 2017 (pourtant une  promesse de Hollande) quant à au passage du nucléaire c’est en théorie prévu à l’horizon 2025. Il y a longtemps que Hollande ne sera plus au pouvoir. En fait une loi très imprécise pleine d’intentions et de contradictions  à gérer par les successeurs. En attendant on prolonge les actuelles centrales nucléaires et on annonce 100  000 emplois grâce à la croissance verte. Où, quand, comment ? Quand on aura déplacé les villes à la campagne et qu’on aura remplacé les centrales nucléaires par des bougies ! la varie « revertitude ».  C’est la magie du verbe « Ségolénien » qui propose tout et son contraire. Ce mercredi, le Parlement français a définitivement adopté la loi sur la transition énergétique par un dernier vote de l’Assemblée. Le texte, porté par la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal et cher aux écologistes, traduit notamment la promesse du président de réduire de 75% à 50% la part du nucléaire dans la production électrique à l’horizon 2025.   Cette loi lance en effet le compte à rebours vers une baisse de la dépendance de la France au nucléaire pour produire son électricité. «Le nucléaire flamboyant c’est fini», s’est ainsi réjouit le député EELV Denis Baupin. Mais de prévenir : «Maintenant il reste à organiser une transition en bon ordre, car il y a des questions de sûreté qui sont posées.» La méthode et les conséquences pour EDF et Areva sont encore floues. La loi prévoit en effet que la capacité du parc nucléaire français soit désormais plafonnée à 63,2 gigawatts, soit la puissance actuelle des 58 réacteurs (19 centrales) qu’il comprend. Ce plafond signifie qu’EDF ne pourra pas mettre en service de nouveaux réacteurs sans en arrêter d’autres, et ouvre donc la voie à la fermeture de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin) lorsque l’EPR de Flamanville (Manche) entrera en service. Le PDG d’EDF, Jean-Bernard Lévy, a laissé entendre la semaine dernière devant les députés que ce serait «plutôt dans la deuxième partie» de 2017. «J’ai voulu doter la France du futur modèle énergétique», a commenté Ségolène Royal dans les couloirs de l’Assemblée. «Les 100 000 emplois liés à la croissance verte s’accélèrent grâce à cette loi», a-t-elle assuré.

1...7172737475...80



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol