Archive pour la Catégorie 'agriculture'

Page 5 sur 19

L’agroécologie : une perspective réalisable

L’agroécologie : une perspective réalisable

.Élisabeth Claverie de Saint-Martin, directrice générale déléguée à la recherche et à la stratégie du Cirad, à Montpellier, explique dans la tribune pourquoi l’agro écologie est une perspective réalisable. Elle évoque un scénario « Sain » où le développement de l’agroécologie a une place importante et qui permettrait d’atteindre une sécurité alimentaire et nutritionnelle mondiale durable en 2050.

 

 

Que révèlent les crises épidémiques qui nous frappent sur notre rapport au monde vivant et sur les liens qu’il nous faut faire avec notre agriculture et notre alimentation ?

ELISABETH CLAVERIE DE SAINT-MARTIN, directrice générale déléguée à la recherche et à la stratégie du Cirad - Du point du vue du Cirad, cette crise épidémique était possible, les risques étaient présents. Nous qui travaillons sur les maladies animales, qui sont à l’origine de 75 % des nouvelles maladies infectieuses chez l’être humain, nous savions que certaines de ces maladies pouvaient passer à l’Homme. Nous avions constaté grâce à nos activités, en Asie du Sud-Est notamment, beaucoup d’émergences de maladies nouvelles dans des zones où les modes d’agriculture et les modes de contact entre les animaux sauvages et l’Homme ont changé. L’enseignement principal de cette pandémie, c’est que l’adoption de modes de production plus durables est une urgence ! L’agroécologie n’est pas un rêve inatteignable… Et cela va de pair avec notre mode de consommation, ce que nous mangeons. On a pris l’habitude de penser séparément, mais même si ça a été utile à un moment donné, il faut arrêter de travailler en silo : on ne peut pas travailler sur les systèmes alimentaires sans regarder la biodiversité ou le climat, et inversement. Santé des écosystèmes, santé humaine et animale sont

Les huiles végétales flambent

Les huiles végétales flambent

 

 

Sous l’effet de la demande chinoise les tuiles végétales flambent et en vue parfois leur prix doublé en un an ,

Conséquence de ces achats massifs, l’indice FAO (agence des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation) des prix des huiles végétales a atteint début mars son plus haut niveau depuis avril 2012, bondissant de quelque 90% depuis son dernier point bas fin 2020.

En France, le colza a vu ses prix sur le marché à terme augmenter de plus de 25% depuis la mi-

« Le prix de l’huile de tournesol a été multiplié par deux. Elle est à 1.800 dollars sur le marché spot; le record absolu qui date de 2008 est de 1.900 dollars », a souligné Olivier Delaméa, directeur général d’Avril Végétal, division du groupe Avril, numéro un français des huiles de table.

Cette flambée des cours a-t-elle au moins profité aux premiers intéressés, les agriculteurs? De manière marginale, à en croire Arnaud Rousseau, président de la Fop (Fédération des producteurs d’oléoprotéagineux), car selon lui plus de 80% des grains ont été vendus avant la flambée des cours.

Le problème est que les huiles végétales comme non d’autres productions agricoles font l’objet de spéculations et que les cours sont très volatiles en fonction de des tendances des bourses.

 

« Une politique agricole qui mène aux suicides »

« Une politique agricole qui mène aux  suicides »

Jean-François Bouchevreau, président de Solidarité Paysans, et le philosophe Marc Crépon, appellent, dans une tribune au « Monde », à agir sur les causes de la crise agricole

 

 

 

Tribune.

 

 

En France, en 2015, il y a eu 605 suicides dans le monde agricole : 233 salariées et salariés, et 372 agriculteurs et agricultrices ont mis fin à leurs jours sans réaction à la hauteur des enjeux. Des chiffres qui montrent l’impasse du modèle de développement agricole industriel.

Nous qui accompagnons et défendons au quotidien des agriculteurs en difficulté, nous affirmons que ces paysannes et paysans ne sont pas des statistiques. Derrière chaque suicide, c’est une personne qui souffre et a perdu tout espoir. C’est une famille dont la vie est brisée, des enfants dont un des parents est parti pour toujours. Ces souffrances sont l’effet d’une violence insupportable faite aux paysannes et aux paysans que nous dénonçons.

Depuis 2019, avec l’immense succès du film Au nom de la terre, d’Edouard Bergeon, et la médiatisation du sujet, les politiques commencent à s’intéresser au suicide des paysans. Une mission parlementaire sur les difficultés en agriculture et la prévention du suicide a été confiée par le premier ministre au député Olivier Damaisin, qui a présenté son rapport en décembre 2020.

Ce rapport ne parle que de repérage, fichage, mentorat, communication, ignorant totalement les hommes, les femmes qui devraient être au centre d’un tel travail. A aucun moment il ne se questionne sur les causes de ce mal-être, contrairement aux sénateurs, Françoise Férat et Henri Cabanel, qui ont présenté le 17 mars, 64 recommandations, appelant l’Etat à se mobiliser, notamment sur la question cruciale de la faiblesse des revenus des agriculteurs.

Il faut revenir au sortir de la seconde guerre mondiale, et des lois d’orientation agricole de 1960-1962, pour comprendre les responsabilités. Le pouvoir politique et ce que l’on appelait alors « la profession » (c’est-à-dire les organisations agricoles institutionnelles : syndicalisme majoritaire, coopération, mutualité sociale agricole et chambres d’agriculture) se sont mis d’accord sur la « modernisation de l’agriculture » ; « la profession » gérant le développement agricole, en accord avec le pouvoir politique.

En 1955, il y avait 2 307 000 exploitations agricolesen 2013 il en restait 451 606, soit une disparition de 1 855 394 exploitations. C’est un autre résultat de cette politique agricole cogérée, de concentration des moyens de production, de l’endettement, de la surcharge de travail, qui a installé le modèle industriel pour lequel l’emploi paysan est toujours la variable d’ajustement au fil des crises.

 

 

« Relocaliser la production de viande bovine »

« Relocaliser la production de viande bovine »

Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse ; Pierre Venteau, député de la Haute-Vienne ; Alain Perea, député de l’Aude ; Olivier Damaisin, député du Lot-et-Garonne ; Martine Leguille-Balloy, députée de Vendée militent pour « Relocaliser la production de viande bovine »

 

Cinq députés LREM plaident pour une remise à plat de notre façon de consommer de la viande bovine. « Peut-on accepter de faire venir de la viande de l’autre côté du globe et, dans le même temps, faire faire plus de 1 000 kilomètres à des animaux vivants pour rejoindre des centres d’engraissement à l’étranger ? », interrogent-ils. La réponse suppose de s’intéresser à la structuration de la filière.

Oui, la France souffre d’un déficit de viande bovine, mais pas de n’importe laquelle ! En l’état actuel des choses, celle issue de femelles. En effet, pour servir la restauration hors domicile, nous importons actuellement force viande de vaches de réformes laitières et de veaux issus des pays du Nord (Allemagne et Pays-Bas), mais également d’Amérique du Sud. Dans le même temps, c’est paradoxal, nous exportons des jeunes bovins mâles vivants, qui vont se faire engraisser en Italie et en Espagne. Pourquoi ? Parce que, pour l’instant, ces jeunes bovins ne correspondent malheureusement pas à nos habitudes alimentaires.

Cette situation doit nous interpeller à la fois sur le plan de l’empreinte environnementale que cela entraîne et sur le plan du bien-être animal. Peut-on accepter de faire venir de la viande de l’autre côté du globe et, dans le même temps, faire faire plus de 1 000 kilomètres à des animaux vivants pour rejoindre des centres d’engraissement à l’étranger ?

Cette situation interroge, surtout quand il est établi que les systèmes naisseurs-engraisseurs finissant l’élevage de la totalité des animaux présentent une résilience toute particulière. Car oui, le système de naisseur-engraisseur valorise parfaitement les surfaces de prairies permanentes tout en conservant un assolement de polyculture favorable à la biodiversité, au stockage du carbone et à l’autonomie protéique. L’essence même des principes de l’agroécologie !

Pour les zones où les cultures sont difficilement possibles, ne serait-il pas intéressant de passer à un système de mutualisation afin de diminuer les coûts de production dans des ateliers collectifs d’engraissement plutôt que d’envoyer nos jeunes bovins vers l’Italie, un pays qui veut de plus en plus du « 3IT » à savoir de la viande née, élevée et abattue en Italie ? Il apparaît donc évident que la future PAC doit encourager et soutenir particulièrement les systèmes de production de bovins avec finition, et pas seulement au travers des aides directes.

Les nombreuses aménités de ces systèmes méritent également l’accès simplifié aux éco-schémas reconnaissant l’existant, aux mesures agro-environnementales et climatiques, systèmes accompagnant l’évolution des pratiques, et à de puissants soutiens à l’investissement tant en matière de bien-être animal que de capacités de production.

« Le sujet n’est pas la quantité de la viande consommée, mais plutôt sa qualité. Pour mémoire les 500 grammes de viande rouge hebdomadaires conseillés par le Programme national nutrition santé (PNNS) pour les adolescents ne sont jamais atteints en France, et de loin, dans les différentes enquêtes disponibles »

« Nouveaux débouchés ». Le sujet n’est pas la quantité de la viande consommée, mais plutôt sa qualité. Pour mémoire les 500 grammes de viande rouge hebdomadaires conseillés par le Programme national nutrition santé (PNNS) pour les adolescents ne sont jamais atteints en France, et de loin, dans les différentes enquêtes disponibles.

Oui, il faut s’habituer à consommer cette viande autrement que dans des produits ultra-transformés, et il conviendrait plutôt de s’assurer que cette viande soit issue de cheptels français et rémunérant équitablement les éleveurs.

Sur ce dernier point, il semble aujourd’hui que la puissance publique est le dernier recours, vu l’incapacité de ces filières à se structurer et à avancer des propositions de régulation des prix et des volumes et de contractualisation.

C’est justement ce qui est fait, tant par le renforcement des contrôles sur les négociations commerciales que par les appels du ministre de l’Agriculture à introduire du jeune bovin dans les cantines.

Nous devons sortir des sentiers battus et trouver de nouveaux débouchés pour la viande de qualité de nos mâles, et ce, y compris dans d’autres pays que l’Italie. De plus, nous devons nous mobiliser pour que nos enfants apprennent à apprécier à quotidien notre viande d’excellence y compris celle de nos bovins mâles.

L’enjeu est clair : nous devons nous fixer comme objectif de substituer la viande d’importation par nos jeunes bovins en relocalisant massivement leur finition en France et en la consommant dans la restauration hors domicile.

C’est bon pour le climat, c’est bon pour le bien-être animal, c’est bon pour la santé et c’est bon pour notre économie !

C’est pour toutes ces raisons que nous travaillons activement sur l’élaboration d’un plan soutenant la relocalisation de la production de viande bovine avec le cabinet du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation.

Jean-Baptiste Moreau, député de la Creuse ; Pierre Venteau, député de la Haute-Vienne ; Alain Perea, député de l’Aude ; Olivier Damaisin, député du Lot-et-Garonne ; Martine Leguille-Balloy, députée de Vendée.

Déforestation : quelle prise en compte de l’intérêt général ?

Déforestation : quelle prise en compte de l’intérêt général ?

A l’occasion de la Journée internationale des forêts, dimanche 21 mars, le botaniste Francis Hallé dénonce, dans une tribune au « Monde », la « bienveillance » envers l’abattage et le commerce du bois, et prône une compensation pour les dommages causés à la nature et à l’humain.

Un fait banal pour commencer : un propriétaire forestier ou un exploitant abat ses arbres ou exploite une parcelle de forêt qui lui appartient, puis il vend son bois à un prix qui dépend de l’essence considérée et qui est fixé par les règles du marché. Il est le seul bénéficiaire de l’opération et cela nous paraît normal, puisque cet homme est propriétaire de la ressource.

Depuis des siècles, les choses se passent ainsi et jamais personne n’a protesté contre la déforestation – à l’exception de quelques philosophes ou de quelques poètes : Ronsard, Hugo ou Giono. Cette relative bienveillance envers les abattages et le commerce du bois se justifiait par le fait que, jusqu’à une époque récente, ces activités étaient artisanales et que leurs conséquences restaient discrètes, voire imperceptibles.

Mais les temps ont changé, les abattages se sont industrialisés et les contraintes écologiques de notre époque amènent à questionner un processus d’exploitation qui fonctionnait bien dans le passé, mais qui paraît maintenant trop simple ; car s’il y a un bénéficiaire, il y a aussi des perdants.

« Les arbres absorbent le CO, fixent le carbone atmosphérique, nous fournissent de l’oxygène, régulent le débit des eaux, ils ont une influence bénéfique sur notre santé physique et mentale… »

Des perdants ? Qui sont-ils ? Nous tous, car les arbres abattus représentaient un patrimoine qui nous garantissait un environnement viable, et même agréable ; ces arbres absorbaient le COqui réchauffait l’atmosphère, ils fixaient le carbone atmosphérique, ils nous fournissaient de l’oxygène, agrémentaient nos paysages, inspiraient les peintres et les poètes, régulaient le débit des eaux, amélioraient la fertilité des sols et les protégeaient contre l’érosion ; en outre, ils avaient une influence bénéfique sur notre santé physique et mentale, tout en favorisant le développement et le maintien d’une diversité biologique dont nous savons maintenant qu’elle est vitale pour l’espèce humaine.

A notre époque, n’est-il pas devenu anormal, voire insupportable, que l’industrie du bois tue et détruise des êtres vivants sans tenir aucun compte des services qu’ils nous rendaient ?

Nous devons prendre conscience que le fonctionnement de cette industrie repose sur une comptabilité fallacieuse puisque, dès lors que la nature est détruite, nous cessons de bénéficier de tous les services qu’elle assurait gratuitement, sans que nous recevions quoi que ce soit en échange, et sans qu’aucune disposition juridique ou financière ne garantisse que les dommages écologiques seront compensés par ceux qui en sont les responsables.

L’avenir agricole en question (Sébastien Abis)

L’avenir agricole en question (Sébastien Abis)

 

 

Sébastien Abis est directeur du Club Déméter et chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris). Il est aussi codirecteur de l’ouvrage annuel Le Déméter, qui explore les grandes thématiques agroalimentaires mondiales, dont la prochaine édition est prévue en février. Il propose, avec la série Le dessous des tables​, une prise de hauteur sur les défis agricoles et alimentaires. Il vient de publier une Géopolitique de l’Agriculture (Ed. Eyrolles). Chronique dans l’Opinion.

L’année 2020, pourtant si exceptionnelle, n’a pas eu d’impact sur la performance structurelle que la France réalise en matière d’exportations agricoles et agroalimentaires. A 62 milliards d’euros, elles représentent 15% du total des exportations nationales.

Ce résultat agricole et alimentaire ne cesse de progresser depuis vingt ans. En 2000, les exportations du secteur représentaient 10 % de notre commerce extérieur. C’était 12 % en 2010, année où le montant dépassait pour la première fois la barre des 50 milliards d’euros. Il n’a plus jamais été en dessous depuis. La dynamique s’explique par la hausse des volumes, mais aussi par le renchérissement du prix de certains produits depuis le début de ce siècle.

Le marché mondial a faim : la planète compte deux milliards d’habitants de plus qu’au début de ce nouveau millénaire. Avec au passage une croissance significative de la taille des classes moyennes mondiales, notamment asiatiques, qui réclament des quantités, mais aussi de la qualité pour leur consommation alimentaire. Des vents porteurs pour la France agricole et agroalimentaire qui bénéficie d’une image d’excellence à l’étranger.

« Au niveau géographique, l’année 2020 ressemble aussi aux tendances lourdes de ces dernières années : 53 % des exportations se font à destination d’Etats membres de l’Union européenne »

Vins et spiritueux. En 2020, le montant des exportations agricoles et agroalimentaires, 62 milliards, dépasse de loin celui enregistré par l’automobile (40 milliards), l’aéronautique ou la pharmacie (35 milliards d’euros chacun). La ventilation est assez fidèlement polarisée sur les produits et pays clefs du commerce agricole et agroalimentaire de la France. Les boissons (vins et spiritueux) assurent le quart de ces exportations. Arrivent ensuite les céréales, brutes et transformées, qui représentent 17 %. Le lait et les produits laitiers pèsent 10 %, suivis du segment fruits et légumes qui compte pour 9 % (en intégrant les produits transformés). Parmi les autres principaux secteurs, les viandes et abats (5 %), les huiles et oléagineux (3 %) et le sucre (3 %). Nous pourrions aussi mentionner le cas spécifique de filières moins dominantes, comme les semences (1,5%) qui confèrent un poids stratégique à la France, leader mondial à l’export sur ce segment. Tous ces produits tirent depuis deux décennies la performance agricole et agroalimentaire du pays à l’international.

Au niveau géographique, l’année 2020 ressemble aussi aux tendances lourdes de ces dernières années : 53 % des exportations se font à destination d’Etats membres de l’Union européenne (UE). Cinq d’entre eux assurent la moitié de ces flux : Allemagne (11 %), Belgique (10 %), Italie (8 %), Espagne (8 %) et Pays-Bas (6 %). Hors UE, la France exporte principalement au Royaume-Uni (9 %), aux Etats-Unis (7 %), en Chine (5 %). Dans le top 15 des destinations françaises figurent sept Etats membres de l’UE et neuf pays européens, ce qui révèle l’importance des marchés extra-communautaires. Il faut également noter les éléments suivants : l’Afrique dans son ensemble pèse 6 % (plus que la Chine…), le Moyen-Orient 3% et la Russie 0,5% seulement.

«I l faut souligner que la France, au niveau mondial, est passé du deuxième au septième rang des pays exportateurs agricoles et agroalimentaires entre le début des années 1990 et 2020. Notre part de marché, sur cette période, s’est affaissée, passant de 9 % à 3 % »

Pénurie de main-d’œuvre. Revenons sur ce chiffre de 62 milliards d’exportations pour 2020. Un quart provient des produits agricoles. Avec près de 47 milliards d’euros, l’agroalimentaire domine largement. C’est le premier secteur industriel de France : il représente 20% de son tissu économique et emploie directement un demi-million de personnes. A l’heure où l’on parle de réindustrialisation du pays, il serait opportun de maintenir les secteurs déjà dynamiques. Or, l’agroi-ndustrie est menacée de pénurie de main-d’œuvre : 30 000 emplois seraient actuellement non pourvus. Le travail en usine, en milieu rural et dans l’industrie agroalimentaire n’attire que très peu. Et pourtant les conditions s’y améliorent et l’on devrait revaloriser tous ces métiers productifs dès le plus jeune âge. Si la France entend créer de l’emploi dans des zones rurales et dans l’industrie, elle aura besoin de compétences et de nouveaux talents au service de cette souveraineté productive et de circuits courts solides dans la durée.

Si ces chiffres doivent être appréciés à la hauteur de ce qu’ils génèrent en termes d’économie, d’emploi et de rayonnement, il faut les remettre en perspective. D’abord, la France importe aussi des produits agricoles et agroalimentaires. Le montant a doublé en deux décennies, atteignant 56 milliards en 2020, soit 11 % du total des importations françaises. Dans ces achats, 80% sont de l’agroalimentaire (produits de la mer, produits à base de viande ou de fruits et légumes, chocolats et confiseries, etc.) et 85% des protéines aquatiques consommées proviennent de l’importation. Le développement de l’aquaculture peut être l’un des axes phares dans la stratégie de reconquête de souveraineté alimentaire pour les secteurs où la France est réellement fragile.

Certes, la France dispose d’une balance commerciale excédentaire en agriculture et dans l’agroalimentaire, mais ce solde de 6 milliards d’euros en 2020 est le plus faible enregistré depuis le début du millénaire. La plupart des années ont connu un excédent supérieur à 10 milliards, avec même en 2012 un pic à 13 milliards. Nous observons une érosion de cette balance commerciale depuis 2016. La France perd surtout en compétitivité sur les marchés communautaires alors qu’elle progresse sur le grand large. Nous sommes le premier exportateur agricole et agroalimentaire européen vers les pays tiers, mais le troisième vers les pays membres de l’UE. Néanmoins, il faut souligner que la France, au niveau mondial, est passé du deuxième au septième rang des pays exportateurs agricoles et agroalimentaires entre le début des années 1990 et 2020. Notre part de marché, sur cette période, s’est affaissée, passant de 9 % à 3 %.

« Comment éviter que la mise en place de mécanismes d’ajustement carbone aux frontières, prévus par l’UE, ne provoque des mesures en miroir de la part de pays qui feraient alors le choix de ne plus s’approvisionner en Europe? »

Filières vulnérables. A l’heure où la crise Covid recentralise l’agriculture et l’alimentation parmi les secteurs stratégiques à soutenir, pour qu’ils puissent être performants avec constance tant ils déterminent la sécurité collective d’une nation, il apparaît sans doute nécessaire de réfléchir à ces chiffres du commerce. La France peut-elle réduire certaines importations, relocaliser quelques productions, agricole ou de transformation, et si oui comment faire en sorte qu’une ardeur joyeuse s’en dégage ? Autrement dit, comment garantir des revenus aux agriculteurs de certaines filières vulnérables vis-à-vis de concurrence étrangère et comment faire en sorte que les consommateurs consentent (ou puissent) à payer plus cher leur nourriture ?

Cela pose aussi la question des ressources : financières pour investir dans l’innovation, le développement industriel et les transitions de pratiques ; humaines pour avoir des personnes qui travaillent dans un secteur aujourd’hui peu attractif. En outre, comment éviter que la mise en place de mécanismes d’ajustement carbone aux frontières, prévus par l’UE, ne provoque des mesures en miroir de la part de pays qui feraient alors le choix de ne plus s’approvisionner en Europe ? Un débat difficile, dans lequel il semble toutefois indispensable d’inclure une réflexion économique et géopolitique, puisque l’exportation agricole et agroalimentaire fait aussi partie des atouts de l’Europe et de la France pour créer de la valeur sur le continent, exister dans la mondialisation et contribuer aux besoins de certaines régions. A moins que l’on décrète que notre seul horizon doive être celui du marché communautaire ? Espérons alors que l’UE ne se délite pas à son tour et préparons-nous à un monde encore plus instable et moins solidaire.

Un dernier coup porté aux producteurs de lait avec la suppression de l’origine

Un dernier coup porté aux producteurs de lait avec la suppression de l’origine

 

 

le Conseil d’État a tranché, il n’est pas nécessaire d’indiquer l’origine géographique du lait. Un coup supplémentaire porté à la filière déjà dans un état désespéré puisque les prix d’aujourd’hui ne sont pas supérieurs à ceux qui existaient il y a 20 ou 30 ans !

 

Certes l’origine du lait ne constituait peut-être pas le facteur dominant de la crise. Pour autant le risque c’est de voir pénétrer en France encore davantage de lait étranger d’autres pays d’Europe voire au-delà.

 

Pourtant les conditions de production géographique ne sont pas sans lien avec la qualité du lait.

« Par décret du 19 août 2016, le Premier ministre a rendu obligatoire, à titre expérimental, l’indication de l’origine du lait ainsi que du lait et des viandes utilisées comme ingrédient dans des denrées alimentaires préemballées, pour la période allant du 1er janvier 2017 au 31 décembre 2018″, une période d’expérimentation prorogée par décrets jusqu’au 31 décembre 2021, rappelle la décision, dont l’AFP a pris connaissance vendredi 12 mars.

Le groupe laitier avait demandé l’annulation de cette obligation, soutenant qu’elle était contraire au règlement du 25 octobre 2011 du Parlement européen et du Conseil de l’Union européenne concernant l’information des consommateurs sur les denrées alimentaires.

La raison invoquée : l’absence de lien avéré entre l’origine (UE ou non UE) du lait, et ses propriétés, a indiqué la plus haute juridiction administrative dans un communiqué synthétisant sa décision.

 

Agriculture: la question du foncier

Agriculture: la question du foncier

 

Jean Viard, sociologue, évoque bouleversement démographique en cours dans le monde agricole  mais  évoque aussi la question centrale du foncier

La moitié de près de 450 000 agriculteurs français partira en retraite d’ici à dix ans. Il va falloir renouveler profondément ceux qui font l’alimentation française. C’est un bouleversement profond !

Oui, mais il faut le relativiser. Tous les agriculteurs ne sont pas des descendants de paysans sur plusieurs siècles. La France agricole a déjà connu, dans son histoire contemporaine, deux grandes vagues de renouvellement. Après la Première guerre mondiale, il y avait en France 300 000 jeunes veuves, sans compter toutes les jeunes filles qui avaient perdu leur promis. Les bras d’hommes manquaient aux champs. Certaines jeunes femmes sont devenues ouvrières agricoles, mais des hommes sont aussi venus d’ailleurs en Europe, de Belgique notamment, ou des ruraux non agricoles. Après la Seconde guerre mondiale, le nombre de fermes a fondu, passant de 3 millions en 1945 à 440 000 aujourd’hui. Il y a donc eu peu d’arrivants sur la période, la tendance étant plutôt que les fermes « se mangent » les unes les autres. Mais tout de même : beaucoup de main-d’œuvre saisonnière venait d’Espagne, d’Italie, notamment dans les régions de vignes. Et comme les mères des familles paysannes poussaient les filles à partir vers la ville pour accéder au « propre », au « moderne », c’est par les filles des travailleurs saisonniers – qui épousaient les héritiers locaux – que s’est fait le renouvellement. L’idée du groupe ancestral, homogène, est donc à nuancer, même s’il reste fondateur.

La ruralité, la France paysanne, restent-elles néanmoins la base de l’identité nationale ?

Le modèle politique de la France, dès 1870 après la commune de Paris, s’est appuyé sur un nombre important de paysans qui, alliés aux bourgeois des villes – la France des propriétaires –, devait soutenir la « République paysanne » face aux mouvements ouvriers des villes. Et depuis, les paysans français ont fait, chaque fois, ce que la République leur a demandé de faire. Sous la IIIe République, être propriétaire, chef de famille, conseiller municipal et soldat. Garantir donc la République, tenir les 36 000 communes, et mourir à la guerre, puisque des bataillons entiers de jeunes paysans ont peuplé les tranchées quand l’Allemagne envoyait ses ouvriers. La France a fait alors le choix d’un peuple agricole nombreux pour des raisons politiques, peu productif car sur des fermes trop petites. Et c’est ce qui explique la colonisation « par la terre », en particulier en Algérie : il fallait importer une alimentation produite en quantité insuffisante sur notre sol.

«Le modèle agricole qui aujourd’hui pose problème fut une victoire paysanne, au nom de l’indépendance alimentaire d’une nation marquée par les pénuries de la guerre et par la décolonisation»

En quoi cela explique-t-il aussi la suite de l’histoire agricole française ?

Il a fallu conquérir « l’indépendance alimentaire » après 1962, pendant gaulliste de « l’indépendance par le nucléaire ». D’où le développement de l’agriculture « chimique» et technique, remembrement, arasement des haies, concentration des fermes… Le modèle agricole qui aujourd’hui pose problème fut une victoire paysanne, au nom de l’indépendance alimentaire d’une nation marquée par les pénuries de la guerre et par la décolonisation. On ne doit pas oublier pourquoi les paysans se sont lancés dans ce modèle, ce qui explique qu’il soit difficile, pour un certain nombre d’agriculteurs âgés, de remettre en cause cet héritage, car c’est ce qu’ils ont appris de leurs pères qui, eux, étaient très fiers du travail accompli. A juste titre. Dans cette optique, les agriculteurs ont recherché depuis un demi-siècle à faire toujours plus moderne – avec les machines, le confort, la propreté, l’investissement technologique – pour ne plus être considérés comme des « ploucs ». Mais la grande « méditation collective » créée par la pandémie change les choses. Des centaines de milliers de gens vont changer de vie, de métier, déménager. Une sorte de Plouc Pride (Valerie Jousseaume, éditions de l’Aube) émerge. Nos attentes vont être de ne pas avoir souffert pour rien et que cela ne se renouvelle pas. La pression pour une lutte radicale contre le changement climatique s’accélère. Les sondages sont déjà très nets. On va se détacher de la modernité pour s’intéresser à l’esprit des lieux, à l’unicité des terroirs, à l’art de vivre mais dans un environnement numérique et hyper connecté. Le futur est coopération et limites, local et connexions.

Cela avait déjà commencé avec l’arrivée de nouvelles générations qui font un retour à la terre. Qui sont les « nouveaux agriculteurs» ?

Un quart des nouveaux arrivants ne sont pas des successeurs directs. Mais il y a parmi eux beaucoup d’héritiers au deuxième degré, des petits-fils d’agriculteurs… Ils ont fait des études commerciales ou numériques. Ils développent des exploitations en prenant la question dans le sens inverse de ce qui a été fait jusqu’ici : ils pensent « qu’est-ce que les consommateurs ont envie de manger ? » Penser à l’utilisateur en premier, c’est un changement radical de paradigme pour l’agriculture ! Et cela se matérialise dans la petite transformation, le circuit court, la vente directe, le marché paysan, l’Amap, le bio… Cela permet au client de remettre un visage sur l’aliment et bouscule tout le monde agricole. Les coopératives, démonétisées, ont dû recommencer à parler de qualité, à se réapproprier l’esprit des lieux qui relie le terroir à la nourriture. Cette démarche, du consommateur au champ et non du champ au consommateur, a beaucoup d’avenir.

C’est une agriculture qu’on met en avant, qui fait rêver, mais ce n’est pas toute l’agriculture !

Non ! Elle ne peut pas répondre à toutes les attentes. Il y a une agriculture de « matière première » (soja, blé, maïs, lait, patates…) qui doit être fournie en grande quantité et peu chère. C’est d’ailleurs l’histoire de la Politique agricole commune. La nourriture est la première garantie que le politique doit donner à la population. Et comme la France n’a pas fait le choix, comme le Japon ou la Grande-Bretagne, d’externaliser son agriculture, elle aura toujours besoin de grandes productions. Ce qui va changer c’est la place de l’élevage, de la viande. Les préoccupations environnementales poussent à sa réduction. On mangera sans doute plus de carottes-boeuf que de boeuf-carottes, comme dit Thierry Marx.

L’agriculture reste-t-elle un métier d’avenir ?

Elle est d’autant plus un métier d’avenir qu’une bataille considérable s’est engagée, avec un changement nécessaire de modèle. L’agriculture doit s’ouvrir au captage du carbone, au bois, à la biomasse, à l’énergie éolienne ou solaire, à la protection des paysages et des écosystèmes. La ville a beau être prise dans sa révolution « écolo-bobo-bicyclette», penser qu’elle peut subvenir seule à ses besoins avec l’agriculture urbaine, cela reste une illusion : Paris consomme, par exemple, 3 millions d’œufs par jour… On verra, en revanche, de nouvelles formes agricoles émerger. Je plaide pour la naissance de 40 000 fermes communales qui serviront les besoins locaux des écoles, comme à Mouans-Sartoux par exemple. Nous aurons sans doute, bientôt, 100 000 fermes bio. De nombreux agriculteurs cultivent déjà sans labours, dans le respect des sols. Ce sont ces projets nombreux qui doivent nous rassembler autour du soin au corps charnel de la patrie, composée de 53 % de terres arables et de 20 % de forêts. Le métier va de plus en plus devenir ultra-technique, qualitatif. Il va falloir investir beaucoup dans la recherche de nouveaux outils, dans la surveillance des champs depuis l’espace, la formation continue… Les savoirs ont changé. Avec l’arrivée de nouvelles générations, on apprend désormais dans les livres autant que dans les champs. Une libération des carcans de la transmission familiale. La chance de l’agriculture est dans le renouvellement des générations !

Vous récusez une certaine spécificité de l’agriculture…

Il faut arrêter de dire que c’est un métier de fils de paysan et plutôt le considérer comme un métier comme un autre. On peut l’apprendre, exactement comme les autres ; il faut développer des pépinières agricoles comme on développe des pépinières d’entreprises, avec des accompagnements de projets, comme pour les start-up. Cela reste, toutefois, un métier contraignant, où on travaille quand la nature a besoin, quel que soit le temps, ce qui est une différence fondamentale avec la société urbaine, société de l’intérieur qui ne sort que quand il faut beau.

Comment régler la question cruciale du foncier ?

La nouvelle agriculture se heurte à cette question. Les jeunes agriculteurs ne peuvent plus passer leur vie à racheter le sol, cela ne peut pas être un objectif. Ceux qui entrent ne doivent pas porter cette charge, bien trop lourde. C’est un énorme capital immobilisé et s’en libérer permettrait un travail plus qualitatif sur l’innovation et les marges. Il faut réfléchir à des coopératives foncières régionales qui reprendraient les terres en viager pour les louer. Peut-être avec des actionnaires ruraux ou résidents secondaires, le bail pouvant être très long et même transmissible. Il y a de nombreux pays en Europe, comme l’Allemagne, où les paysans ne sont pas propriétaires de la terre. La terre est aussi un enjeu symbolique : séparer le foncier du paysan, c’est aussi faciliter les arrivées, et rompre avec la logique selon laquelle si on n’est pas de la famille ou du milieu, on n’a pas sa place.

FOIE GRAS bientôt interdit au Royaume-Uni « DANS LES PROCHAINS MOIS »

FOIE GRAS bientôt interdit au Royaume-Uni « DANS LES PROCHAINS MOIS »

Il est il est difficile de savoir si la possible interdiction du foie gras au Royaume-Uni correspond à une préoccupation environnementale notamment vis-à-vis du bien-être animal ou une sanction vis-à-vis de l’Europe notamment de la France. En effet le Royaume-Uni n’est pas très exemplaire en matière de respect écologique. L’interdiction britannique serait justifiée par les conditions jugées barbares des les animaux qui servent à fabriquer le foie gras.

 

Élevage : 60 millions d’aides d’urgence

Élevage : 60 millions d’aides d’urgence

 

Face à la crise très grave que subissent les éleveurs du secteur bovin, un plan d’urgence de 60 millions a été décidé par le gouvernement. Il concernera les éleveurs qui ont gagné moins de 11.000 euros en 2020, tout en incitant la filière à continuer à se restructurer.

 

Au-delà de l’élevage, le revenu des fermes françaises a reculé en 2020, a estimé l’Insee fin décembre, conséquence de mauvaises récoltes de céréales et de betteraves, mais aussi de la baisse des rentrées d’argent des élevages porcin et bovin (lait et viande). Les éleveurs dénoncent régulièrement le fait qu’ils doivent vendre leurs bêtes à un prix inférieur à leurs coûts de production, eux,  en forte hausse

La Fédération nationale bovine (FNB) a récemment calculé qu’un éleveur bovin avait gagné en moyenne 8000 euros en 2020, soit moins de 700 euros par mois.

Les enjeux de la transformation de l’agriculture française

Les enjeux de la transformation de l’agriculture française

 

Le président de l’organisation syndicale se penche dans l’Opinion  sur les enjeux de la prochaine PAC, qui couvrira la période se terminant en 2027

 

 

 

 

Les jeunes doivent être la pierre angulaire de la prochaine PAC 2023-2027. C’est très simple : à l’issue, 45% des agriculteurs seront en âge de partir à la retraite. Nous n’avons plus le droit à l’erreur. Plus que jamais, le renouvellement des générations, en France comme dans le reste de l’Europe, est LE défi de ces prochaines années pour sauvegarder notre capacité à produire mais aussi la vitalité des territoires ruraux ! Je veux y voir une opportunité, un bassin d’emplois et de vocations considérable, et j’aimerais que Bruxelles, mais aussi Paris, y voient la même chose.

Deux options s’offrent à nous : la première est de miser sur un domaine qui recrute, qui nourrit et qui crée du dynamisme local en favorisant le maintien de l’agriculture dans les territoires. Faut-il vraiment citer la deuxième : ne pas être à la hauteur des enjeux, remettre en question notre souveraineté alimentaire et l’opportunité d’une alimentation locale et de qualité.

Parce que nous n’avons plus le choix, pour sauvegarder notre souveraineté alimentaire, les jeunes ont formulé des propositions concrètes pour une politique agricole commune en faveur d’un pacte ambitieux avec les citoyens européens, qui maintienne des hommes nombreux sur les territoires, qui préserve les ressources naturelles et qui protège et rémunère les agriculteurs.

«Pour trois départs à la retraite, seuls deux jeunes s’installent: mettons un coup d’arrêt à cette perdition par un investissement conséquent! Doublons le budget à l’installation»

A l’heure des négociations européennes sur les outils de demain, et à la veille des arbitrages que devra rendre le ministre de l’Agriculture et de l’alimentation, Julien Denormandie, concernant la déclinaison française de la PAC, il est encore temps de prendre les bonnes décisions en faisant le pari de la jeunesse. A commencer par un budget à la hauteur. Aujourd’hui, pour trois départs à la retraite, seuls deux jeunes s’installent : mettons un coup d’arrêt à cette perdition par un investissement conséquent ! Allons-y réellement. Pour les jeunes, doublons le budget à l’installation en passant de 2% à 4% des aides de la PAC. Mais également en ciblant mieux les aides.

Dans un contexte de libéralisation des activités économiques, dont l’agriculture n’est pas épargnée, et pour lutter contre le subventionnement de fonds d’investissement, la concentration des terres, ou encore la rétention des aides – et du foncier –, nous appelons à un meilleur ciblage des soutiens vers les agriculteurs actifs, réellement présents sur les territoires, au service d’une agriculture durable que les citoyens appellent de leurs vœux. Cela ne peut se traduire que par l’élaboration d’une définition stricte de l’actif agricole basée notamment sur un niveau de formation, sur l’acte de production, de gouvernance de l’exploitation, sur des critères de revenu et de temps de travail, et dont les exploitants en âge de bénéficier d’une retraite à taux plein seraient exclus. Pour atteindre ce dernier point et faciliter la transmission des exploitations agricoles, nous attendons du gouvernement qu’il concrétise notamment la revalorisation des retraites à minimum à 85% du smic dans les plus brefs délais.

«Pour que l’agriculture concilie rémunération des agriculteurs et respect des attentes des consommateurs, la PAC doit accompagner la structuration de filières créatrices de valeur»

Nous soutenons une agriculture à visage humain, forte d’exploitations nombreuses, indépendantes et durables, qui maintient des voisins plutôt que des hectares : remettre l’agriculture en « mode projet », redonner une vision de long terme à ce secteur stratégique et essentiel. Pour que l’agriculture concilie rémunération des agriculteurs et respect des attentes des consommateurs, la PAC doit accompagner la structuration de filières créatrices de valeur. Pour cela, nous appelons à un renforcement des soutiens ciblés (aides couplées, aides à l’investissement) qui agissent comme levier pour mieux organiser l’amont agricole, regrouper l’offre, poursuivre la montée en gamme et permettre à chacun d’accéder à une alimentation locale, durable et rémunératrice pour ses artisans.

Enfin la vision de long terme demande de se confronter à l’urgence climatique. En tant que jeunes, nous sommes certainement la première génération d’agriculteurs à pleinement réaliser les évolutions nécessaires face au changement climatique, tout en subissant au quotidien le phénomène. Il est indispensable d’armer les jeunes pour lutter contre le dérèglement climatique et préserver les ressources naturelles, véritable outil de travail des agriculteurs. Cela passe d’abord par l’élaboration de stratégies stables et solides pour accompagner la transition écologique sur le long terme. D’autre part, adossés à une politique d’investissement qui accompagne les changements, les fameux « programmes écologiques » proposés pour la future PAC doivent être appréhendés comme une opportunité. Ils devront permettre la rémunération des pratiques agroécologiques et créer un nouveau débouché économique vertueux, en faveur notamment des énergies renouvelables, du stockage de carbone, de la protection des sols, de l’optimisation des intrants, du bien-être animal, etc.

Les évolutions climatiques imposent aussi de protéger les agriculteurs, premiers touchés par des aléas plus fréquents, plus intenses. Il faudra renforcer les moyens mais réformer les outils existants, en apportant une attention particulière à la prévention et à la formation, pour apporter une réponse efficace et durable aux agriculteurs.

Nous sommes à la fin d’un cycle, ne cherchons pas d’excuses pour la génération actuelle et celle à venir… Les jeunes sont prêts à s’engager, faire face et relever les défis maintenant, mais cela ne pourra se faire que si des actes forts et engagés concrétisent les déclarations politiques.

Samuel Vandaele est président des Jeunes agriculteurs.

Les exportations de vins en recul de 14 %

Les exportations de vins en  recul de 14 %

Les exportations françaises de vins et spiritueux ont reculé de 13,9% en 2020, souffrant de la crise sanitaire et des taxes appliquées sur les vins français aux États-Unis, leur premier marché à l’étranger, a annoncé jeudi la Fédération des exportateurs de vins et spiritueux (FEVS).

Les exportations de spiritueux ont fortement décliné (-19,4% en valeur) avec la fermeture des cafés, clubs, restaurants et hôtels dans le monde entier pendant les confinements. Les ventes de vins français à l’étranger ont elles baissé de 11,3% (dont un recul de 18% aux États-Unis), essentiellement en raison de la taxe punitive de 25% appliquée par Washington en réponse à un conflit transatlantique aéronautique, a indiqué la FEVS, qualifiant 2020 d’année «au-delà» du «difficile».

« Conserver la naturalité des forêts »

« Conserver la naturalité des forêts »

Les écologues François Ramade et Annik Schnitzler dressent, dans une tribune au « Monde », un portrait accablant de la gestion des bois et forêts périurbains par l’Office national des forêts, qui privilégie une productivité à court terme au détriment de la biodiversité.

Tribune.

 

 En dépit des déclarations répétées de l’Office national des forêts (ONF) sur sa prise en compte des impératifs de préservation des écosystèmes forestiers, force est de noter que cet organisme public n’a pas changé de stratégie depuis des décennies. Les constats effectués dans les habitats forestiers français, en particulier dans les bois et forêts périurbains comme ceux d’Île-de-France, démontrent que l’ONF persiste dans une gestion « productiviste » et à courte vue des forêts, fondée sur la seule exploitation des ressources en bois commercialisable (vente de bois d’ameublement, de construction et de chauffe).

Pour répondre aux demandes de l’Etat et aux objectifs financiers qui lui sont fixés par les ministères de l’agriculture et des finances, il continue à considérer les forêts comme des champs d’arbres, à l’image des champs de maïs. Il persévère dans la recherche exclusive des rendements maximum à l’hectare, quels qu’en soient les conséquences biologiques et les effets à long terme – la responsabilité de l’Etat se trouvant ainsi engagée.


Les bois et forêts périurbains, poumons vitaux des villes, qui permettent des échappées de plus en plus nécessaires aux citadins, tant sur le plan des loisirs que sanitaire, sont le signe peut-être le plus alarmant du désastre en cours. Pour prendre un exemple, si les coupes rases d’arbres dans la forêt domaniale de la Malmaison/bois de Saint-Cucufa (Hauts-de-Seine), sous l’égide de l’ONF, peuvent être jugées peu significatives en raison de leur surface encore limitée (3 ha, sur 6 annoncés), elles soulèvent en fait des problèmes majeurs. En effet, des chênes parfois centenaires, en parfaite santé, y sont abattus au prétexte que certains châtaigniers sont atteints par la maladie de l’encre, et d’énormes engins, qui tassent les sols de façon irréversible, rasent sur leur passage tous types de troncs.

Abattages à grande vitesse

Ces abattages qui ignorent les obligations mises par le législateur à un développement durable (en particulier la loi 1086 de 2016) et sont effectués discrètement, à grande vitesse (parfois sous-traités à des sociétés non professionnelles de droit étranger), peuvent légitimement conduire les Franciliens et futurs habitants du Grand Paris à s’alarmer.

Durant des décennies, l’ONF a pratiqué le remplacement quasi systématique d’arbres feuillus par des résineux. Ont été ainsi détruits de magnifiques boisements au profit de conifères dont la croissance est rapide et donc la productivité nettement plus élevée à l’hectare. Ces résineux, qui ne sont pas à leur place du point de vue écologique, sont fragiles, sensibles aux attaques parasitaires, et leur litière est facilement inflammable, acidifiée, tandis que sa faune est moins diverse que celle des forêts feuillues originelles.

 

Brexit : La pêche sacrifiée ?

Brexit : La pêche sacrifiée ?

 

 

La pêche faisait partie des derniers ajustements de l’accord commercial convenu entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. On sait depuis longtemps que l’Allemagne militait pour un accord à tout prix préservant le marché commun. L’Allemagne a obtenu satisfaction comme le Royaume-Uni concernant l’absence de droits de douane sur les échanges de biens. Restait  le différend sur la pêche qui ne concerne que quelques pays dont la France.

Un accord à l’arrache a été obtenu un peu sur le dos des pêcheurs et encore pour une période transitoire. La France et l’Union économique ont plié. Pour preuve l’Union économique et la France prévoient déjà des plans de soutien financier pour une activité dont l’équilibre était déjà très fragile. L’accord prévoit finalement qu’au terme d’une période de transition de cinq ans et demi, jusqu’en juin 2026, les pêcheurs de l’Union européenne devront chaque année reverser au Royaume-Uni une somme équivalant à 25% de leurs prises dans les eaux britanniques (soit 160 millions d’euros environ).

L’accès aux eaux britanniques devra alors être renégocié annuellement, notamment s’agissant des eaux territoriales, situées entre 6 et 12 miles marins au large des côtes du Royaume-Uni. Mais une décision qui bouleverserait l’équilibre actuel exposerait Londres à des représailles sous forme de droits de douane.

La période de transition est plus longue que les trois ans acceptés initialement par la Grande-Bretagne mais plus courte que les 14 ans réclamés au départ par l’UE, a souligné Boris Johnson. Et la somme versée par les pêcheurs européens à partir de 2026 reviendra à accroître « d’environ deux tiers les prises des pêcheurs britanniques dans les eaux du Royaume-Uni », se félicite Downing Street. Reste à régler la question de son calcul, et notamment des prix retenus pour évaluer la valeur des poissons pêchés.

Le négociateur européen Michel Barnier a estimé que cet accord demanderait « des efforts » aux pêcheurs de l’UE. Mais il a assuré qu’ils seraient « accompagnés » par l’Union européenne.

 

Surpêche : pas d’accord à l’OMC

Surpêche : pas d’accord à l’OMC

Dans le cadre d’objectifs fixés par l’ONU, l’OMC a été chargé de conclure d’ici 2020 un accord sur la suppression de certaines subventions gouvernementales contribuant à la surpêche.

L’échec de l’OMC à parvenir à un accord multilatéral remet non seulement en cause les capacités de l’organisation mais inquiète également les écologistes, qui comptaient sur une entente pour contrer le déclin alarmant des stocks de poissons.

“C’est décevant”, a commenté Rémi Parmentier, conseiller stratégique pour Friends of Ocean Action. “Ils ont eu 20 ans pour résoudre ce problème et sur certaines questions, ils sont encore presque à la case départ”, a-t-il ajouté.

Selon l’agence alimentaire des Nations unies, près de 90% des stocks de poissons marins sont actuellement pleinement exploités, surexploités ou épuisés.

La fin de la ferme des mille vaches

La fin de la ferme des mille vaches

 

La ferme picarde dite « des 1.000 vaches » a annoncé ce vendredi l’arrêt de son activité laitière en 2021, une « satisfaction » pour les opposants à ce projet qui a déchaîné la lutte entre éleveurs et adversaires d’une agriculture « productiviste ». « Nous arrêtons la collecte du lait à partir du 1er janvier 2021 », a déclaré à l’AFP un porte-parole de l’exploitation, confirmant une information du Courrier picard .

« Si nous avions eu 1.000 vaches, le modèle était viable. Il était intéressant car il permettait aux éleveurs de se regrouper et aux équipes de tourner […] Or, nous n’avons pas obtenu l’autorisation », a déploré la même source. La ferme conserve en revanche ses 1.000 hectares de terres pour y produire blé, lin, betteraves et pommes de terre.

«Agribashing : stop  !»

«Agribashing : stop  !»

  » Agribashing, stop », déclarent des parlementaires dans une tribune à l’Opinion .

 

Un jeune agriculteur du Finistère, dont les bâtiments avaient été tagués d’insultes, a dévoilé la fresque « Nourrir notre Humanité » de l’artiste breton Heol, qui recouvre les slogans injurieux.

Olivier Damaisin, député LREM du Lot-et-Garonne, a été chargé, en février dernier par le Premier ministre, d’une mission ayant pour objet la prévention et l’accompagnement des difficultés rencontrées par les agriculteurs, qui conduisent à une recrudescence des suicides dans le monde rural. Il s’alarme des attaques contre l’agriculture et contre celles des antispécistes, décidés à éradiquer l’élevage.

Depuis quelques années, le phénomène de l’agribashing grandit et de plus en plus, nos agriculteurs sont visés par des intimidations, des dégradations, des insultes. Des individus vont jusqu’à s’introduire dans leurs exploitations. Ils font des films aux commentaires orduriers, avant de jeter les exploitants en pâture sur les réseaux sociaux. Parfois même, les intrus dégradent, cassent et volent.

Ces actes de malveillance répétés, nous devons les prendre très au sérieux : ils gâchent la vie de leurs victimes, inquiètes chaque jour de savoir ce qui peut leur arriver. Ce qui peut arriver à leurs familles, à leurs bêtes. Ces militants, souvent des antispécistes radicaux, nourrissent la défiance et l’hostilité envers notre modèle agricole.

Chaque jour sur le terrain, dans ma circonscription, je vois les sacrifices que doivent accepter nos agriculteurs, toute la passion qu’ils mettent dans leur métier et le soin qu’ils donnent à leurs animaux. La réalité, c’est qu’ils font un travail difficile, exigeant, et pourtant essentiel. Ils ne connaissent pas de repos, font une partie de la renommée de la France et nous permettent de bénéficier de produits d’une qualité exceptionnelle. Ils se soumettent à des contrôles stricts et réguliers, s’investissent pour améliorer le bien-être animal.

. La loi est particulièrement vigilante sur ces sujets, et c’est elle seule qui doit s’appliquer. L’Etat est là pour veiller à son application et lui seul est légitime dans ce rôle. Rien ne justifie une quelconque intimidation.

Cette façon d’imposer ses opinions par la violence a atteint son paroxysme le 28 août dernier, avec l’intrusion sur l’exploitation des Divanac’h, éleveurs du Finistère. Celle-ci s’est soldée par des tags absolument abjects sur leur silo, comparant leur métier au nazisme et leurs méthodes d’élevage à un camp de concentration.

Pour moi, c’est la comparaison de trop ! Non, ces pratiques agricoles – même si elles ne conviennent pas à tout le monde – n’ont rien à voir avec la doctrine raciste de l’Allemagne des années 1930-1940. Non, le fait de produire de la viande à destination de la consommation humaine n’a rien à voir avec la Shoah et l’extermination de millions d’êtres humains. Il est inadmissible que ces mouvements utilisent la peur et la menace pour parvenir à leur objectif final : la fin de l’exploitation animale. Avoir des convictions n’autorise pas tous les actes !

Il y a quelques jours, la réaction positive et intelligente de cette famille a été dévoilée, sous la forme d’une fresque recouvrant les tags et portant ce message positif de résilience : « Nourrir notre humanité ». Ce message illustre parfaitement le rôle fondamental des agriculteurs. Je tiens à saluer ce geste admirable, ainsi que l’artiste Héol, qui a réalisé cette fresque et que je félicite également pour la qualité de son travail. Une telle réaction de non-violence, d’appel à la tolérance, était la meilleure conduite à tenir face à ces individus.

Faire d’un acte caché, puisque réalisé de nuit, une œuvre publique, faire d’une accusation unilatérale violente un prétexte pour renouer le dialogue, voilà qui demandait du courage et une ouverture d’esprit incroyables. C’est ce genre d’initiatives qui est à soutenir, que l’on doit espérer voir se multiplier, non les cas d’intrusions et d’agressions, en progression constante depuis quelques années. En 2019, la gendarmerie ne recensait pas moins de 15 000 attaques, soit deux actes de malveillance par heure contre les agriculteurs.

Pire encore, ces actions sont soutenues par des associations nationales, qui ont pignon sur rue, telles que L214, qui a été jusqu’à déposer une requête, avec le soutien de la Ligue des Droits de l’Homme, demandant le démantèlement de la cellule nationale de suivi des atteintes au monde agricole, « Déméter » – créée en octobre 2019, au sein de la gendarmerie nationale, elle est destinée à apporter une réponse globale et coordonnée à l’ensemble des problématiques qui touchent celui-ci et assurer la sécurité de ses acteurs. On marche sur la tête ! Imaginez qu’un agriculteur a été condamné à payer 3 000 € pour frais de justice à l’association instigatrice des violences dont il a été victime. Jusqu’où ira-t-on ?

La plupart des agriculteurs en détresse ont l’impression de mener leur travail en conscience, et que, si évolution de leurs pratiques il doit y avoir, elle doit être envisagée sur le moyen et le long terme, en adéquation avec l’évolution du marché de l’alimentation. C’est également cette vision de la transition écologique que nous défendons, nous parlementaires.

Que ce travail soit ainsi foulé aux pieds – malheureusement pas seulement au sens figuré – par des intégristes qui ne considèrent qu’une partie des problématiques et des enjeux de leur métier au mépris de toutes les autres, voilà ce qui est incompréhensible, alors qu’il serait si simple de se mettre autour d’une table et de discuter des problèmes. Ceci d’autant plus que la plupart des agriculteurs seraient prêts à ouvrir les portes de leur exploitation pour faire connaître leurs méthodes au grand public.

Il faut continuer à dénoncer tous ces actes, même les plus « anodins » aux yeux de l’opinion publique – comme se boucher le nez devant un pulvérisateur, faire des doigts d’honneur, railler les enfants à l’école –, de même que cette prétention à s’affranchir des lois pour jouer les « justiciers masqués » au nom du respect de sa propre volonté. Nous avons instauré la laïcité pour que toutes les religions aient droit de cité, le même principe s’impose en matière d’orientations alimentaires et de sensibilité écologique.

Entre l’usage des phytosanitaires et leur dispersion dans l’air, la cause animale, les nuisances sonores et odorantes, les agriculteurs sont de plus en plus perçus comme des pestiférés – parfois par d’anciens citadins venus installer leur résidence principale ou secondaire à la campagne sans aucun souci de ses usages.

La diffusion du film d’Edouard Bergeon, Au Nom de la terre, et du livre de Camille Beaurain, Tu m’as laissée en vie, ont grandement contribué à faire prendre conscience à l’ensemble des Français de la réalité quotidienne des agriculteurs, ainsi que du modèle « urbano-centré  » que nous avons laissé se développer au détriment de la ruralité et de ses principaux acteurs, les agriculteurs.

Prévention. L’agribashing faisait aussi partie de ma mission de prévention. Analyser la situation avec davantage d’objectivité était l’une des raisons qui ont poussé le gouvernement à me la confier. Quand on connaît mieux, il est plus facile de faire de la prévention. Or l’agribashing a un rôle considérable, peut-être même le plus important, dans le mal-être de nos agriculteurs.

Mon message à leur endroit est donc « ne restez pas seuls  ». Parlez, dénoncez, faites-vous entourer et soutenir, mais surtout ne vous faites pas justice vous-mêmes ! N’hésitez pas à contacter la Chambre d’agriculture, votre syndicat, les dispositifs Déméter ou Vigiagri. En cas de menaces, l’agriculteur ne doit pas hésiter une seconde à s’adresser à sa brigade locale de gendarmerie, dont chacune dispose d’un « référent sûreté » formé aux problématiques du monde agricole. S’il le souhaite, il peut également solliciter un diagnostic de sûreté, gratuit, dans son exploitation.

Pour lutter efficacement contre l’agribashing, il nous faut impérativement une stratégie collective. Les observatoires de l’agribashing, mis en place par le Ministère de l’Agriculture à l’échelle des départements vont dans ce sens. Par la prévention, l’échange de bonnes pratiques, le renseignement et la réponse judiciaire, nous parviendrons à des solutions communes, efficaces et concertées pour endiguer ce phénomène.

Les agriculteurs sont au centre de l’attention de notre gouvernement. Travailler à leur redonner dignité et reconnaissance de leur travail et de leur apport incommensurable à notre société, fait partie de nos priorités. Toutefois, c’est à chacun, à son niveau de citoyen, de s’emparer de ce problème et de ne pas laisser faire. Notre vivre ensemble, ainsi que notre souveraineté alimentaire et notre modèle agricole, méritent cet effort, pour la réussite de notre transition, non seulement écologique, mais aussi sociétale et humaniste.

Chicago: matières premières agricoles en hausse

Chicago: matières premières agricoles en hausse

Les cours des céréales à Chicago ont terminé en solide hausse ce lundi, soutenus par le temps sec en Amérique du sud qui handicape le soja et le maïs tandis que le blé a suivi.

Le cours du principal contrat de soja, qui avait atteint le seuil des 12 dollars le boisseau dans la nuit, a conclu à moins de 9 cents sous ce sommet, en hausse néanmoins de 0,88%. «Le temps en Amérique du sud a poussé le cours à la hausse. Il fait trop sec dans le centre et nord du Brésil et il faudra attendre la semaine prochaine avant de la pluie», a indiqué Dan Cekander, de DC Analysis. Il a souligné qu’il était «inhabituel pour la région du Mato Grosso», grosse productrice mondiale de soja, «de connaître presque dix jours secs d’affilée» à cette époque de l’année. Ces conditions ont aidé les cours du soja mais aussi du maïs.

Le boisseau de blé (environ 27 kg) pour livraison en décembre, le plus actif, a terminé à 5,9875 dollars contre 5,9325 dollars vendredi, en hausse de 0,92%. Le boisseau de maïs (environ 25 kg) pour livraison en décembre, le plus échangé, a fini à 4,2650 dollars contre 4,2325 vendredi, avançant de 0,76%. Le boisseau de soja (environ 27 kg) pour livraison en janvier, le plus échangé, a terminé à 11,9150 dollars contre 11,8100, en progrès de 0,88%.

Acheter des produits français ( FNSEA)

Acheter des produits français ( FNSEA)

sur Europe 1, la présidente de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), Christiane Lambert, a lancé un appel à tous les Français pour qu’ils consomment des produits locaux à Noël et favorisent ainsi le « made in France ». « C’est très important pour garder cette alimentation durable et cette production durable que nous avons en France », a-t-elle déclaré.

Les filières dans la tourmente ne manquent pas : foie gras, pintades, chapons attendent d’être dégustés. Mais avec la fermeture des restaurants, le manque à gagner pour les producteurs pourrait être conséquent. « Notre demande, c’est que les Français commandent dès maintenant et réservent leurs produits. »

Producteurs et industriels collaborent pour s’adapter à cette période inédite. Par exemple, les réunions de familles allant probablement se tenir en comités restreints, les conditionnements des produits devraient évoluer pour adopter des formats plus petits. « Si les Français sont aux rendez-vous, cela va donner du cœur à l’ouvrage aux producteurs. »

Christiane Lambert invoque une forme de patriotisme : « Vos achats sont vos emplois », martèle-t-elle.

Environnement-La plus grande ferme verticale de France !

Environnement-La plus grande ferme verticale de France !

La plus grande ferme verticale en France va bientôt être créée notamment pour approvisionner la chaîne Monoprix. Il s’agit de produire des plantes près des lieux de production. Le problème sans doute c’est que ces plantes ne connaîtront jamais ni le soleil, ni le sol, ni les nutriments habituels. La lumière sera essentiellement artificielle, elles seront sous perfusion d’engrais et de produits chimiques pour aboutir à des ersatz de plantes certes présentables mais gustativement  et sanitairement  très discutables. Une espèce de chimie agricole urbaine.

4.500 mètres carrés de surface, 6.400 mètres carrés de culture, 12 mètres de hauteur et 10 millions de plantes produites chaque année: c’est le projet de Jungle, startup d’agriculture urbaine qui promet ainsi de créer la plus grande ferme verticale de France. En cours de construction à à Château-Thierry, dans l’Aisne, la ferme devrait être complétée en 2021, selon Gilles Dreyfus, co-fondateur et PDG de la startup, qui prévoit un chiffre d’affaires de plus de 10 millions d’euros annuel.

Dans la vision de Jungle, qui compte aujourd’hui 19 salariés, la ferme de l’Aisne devrait ainsi voir bientôt naître deux petites soeurs: une dans l’Ouest de la France en 2021, et une dans le Sud en 2022.

 

1...34567...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol