Archive pour la Catégorie 'agriculture'

Page 14 sur 19

Alain Rousset :  » la 3e révolution agricole »’ (Alain Rousset)

Alain Rousset :  » la 3e révolution agricole »’ (Alain Rousset)

À l’occasion 1er Forum Agriculture Innovation, le 17 novembre à Bordeaux, le président du Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine Alain Rousset explique dans la tribune comment il compte accompagner l’innovation agricole et quelles sont ses priorités.

Alain Rousset, quelle est votre vision de l’agriculture innovante ? Quels sont les axes à travailler en priorité ?

« L’agriculture va devoir répondre aux besoins alimentaires de près de 10 milliards d’êtres humains d’ici 2050, tout en réduisant son impact environnemental et fournissant des ressources pour des usages énergétiques ou la chimie verte. A cela il faut bien entendu rajouter les contraintes liées au changement climatique qui vont peser sur nos modèles agricoles. L’innovation doit nous permettre de régler ce défi multifactoriel. C’est pourquoi, nous devons accélérer la 3e révolution agricole, l’Agri-Tech, qui sera basée sur les nouvelles technologies et la bio-économie. J’en veux pour preuve les techniques et technologies se développant de plus en plus dans le monde agricole et qui relevaient il y a encore seulement 5 ou 10 ans de la science-fiction : drones, robots, matériels et objets connectés, big data, analyses satellitaires… Bien évidemment, au-delà d’être technologiques, ces innovations devront également envahir le champ social et organisationnel voire commercial. Deux priorités majeures sont à mon sens à privilégier : l’adaptation au changement climatique et les réponses à apporter aux attentes sociétales. Bien entendu, la Région Nouvelle-Aquitaine s’engage dès à présent aux côtés des acteurs professionnels souhaitant relever ce double défi, notamment au travers d’un plan ambitieux de réduction massive de l’utilisation des produits phytosanitaires dans le vignoble bordelais. »

La Nouvelle-Aquitaine est la plus grande région agricole d’Europe. Quels sont ses points forts et sur quoi doit-elle s’améliorer ?

« En effet, pour la Nouvelle-Aquitaine l’agriculture est une chance pour notre économie et l’emploi régional (première région européenne agricole en valeur) puisqu’en 2015 avec 8,6 milliards d’euros, le secteur agricole et agroalimentaire est la locomotive de l’export dans la région. Ainsi, à elles seules les industries agroalimentaires concentrent près de 28 % des exportations avec notamment les boissons (essentiellement vins et Cognac) qui représentent 4,2 milliards d’euros de ventes, soit le double des ventes de la construction aéronautique et spatiale. Ce dynamisme économique a bien entendu un impact fort pour l’emploi, en particulier dans les zones rurales, ce qui explique que la Région soit n°1 en Europe pour sa masse salariale agricole avec 130.000 emplois dans ce secteur.
Ses points forts sont non seulement nombreux mais également diversifiés avec des produits sous signes de qualité (157 signes d’identification de l’origine et de la qualité) dont les vins et spiritueux, une agriculture biologique en pleine croissance, des grandes cultures (maïs, blé, tournesol), des élevages leader (1re place nationale en bovins-viande, ovins et caprins), des fruits et légumes (melons, fraises, tomates…). A cela s’ajoutent également les produits de la mer, en particulier une filière conchylicole dynamique et leader en France.
A mon sens, il faut aujourd’hui travailler sur 3 sujets prioritairement : conforter et améliorer nos parts de marchés à l’export, soutenir et pérenniser des filières d’élevages – surtout bovines – qui traversent une forte crise structurelle, et poursuivre la modernisation de nos industries agroalimentaires. »

Votre objectif est de passer d’une agriculture de compensation à une agriculture d’innovation. Comment mettre en place un modèle d’agriculture innovant mais aussi performant, équitable et préservant l’environnement ?

« L’agriculture de la Région Nouvelle-Aquitaine a tous les atouts en main pour y parvenir, notamment grâce à notre habitude de co-construire les politiques publiques avec l’ensemble des acteurs du monde agricole. Il est évident que l’innovation n’est pas une fin en soi mais bien une dynamique au service de cette mutation que doit mener l’agriculture aujourd’hui. Cette mutation intégrant aussi bien la compétitivité que la réduction de l’impact de l’agriculture sur l’environnement, les questions organisationnelles ou les conditions de travail. Ainsi, dans ce contexte de changement climatique il est essentiel d’être pionnier dans le passage d’une économie fondée sur les ressources fossiles à une économie issue de la biomasse, décarbonée. Cette bio-économie étant bien entendu basée sur des bio-ressources (agricoles, forestières, marine et bio-déchets) pour lesquelles la Nouvelle-Aquitaine possède d’énormes gisements à valoriser.
Tout cela doit nous rassembler, être le terreau de notre unité pour construire ensemble le futur de cette grande région. En matière agricole et agroalimentaire je souhaite ainsi placer ce mandat sous le signe du triptyque innovation – recherche – formation. Ces éléments nous garantissant la défense du leadership de cette région et notre compétitivité dans le futur. »

 

Vous avez dit en mars dernier : « Tant que l’agriculture restera scotchée avec les hypers, les chaînes, tant que l’on considèrera que c’est là l’avenir agricole, on se plantera. Que proposez-vous ?

« En effet, je pense que la question est : comment conserver le plus de valeurs ajoutées sur le territoire et au niveau des exploitations ? Il faut donc engager dès à présent un travail prospectif sur ce que pourrait être notre agriculture régionale d’ici 10 à 20 ans.
Il est ainsi essentiel pour l’agriculture de diversifier ses débouchés, qu’ils soient lointains ou locaux. A l’export, la Région accompagne les filières et les industries pour gagner de nouveaux marchés à l’étranger. D’ailleurs, dans ce domaine la France a des atouts, en particulier l’excellence sanitaire de ses produits et ses productions sous signes officiels d’origine et de qualité qui intéresse fortement des pays tel que la Chine. En ce qui concerne les circuits courts, le marché à conquérir pour nos exploitants agricoles est bien la restauration collective hors domicile. Rien que pour les lycées de Nouvelle-Aquitaine, cela représente plus de 30 millions de repas annuels. Il est donc indispensable que les denrées utilisées pour l’élaboration des plats soient locales. Comment ne pas s’interroger sur le fait que dans la première région d’élevage de France, la viande servie dans les établissements scolaires ou de santé provienne d’autres pays ? C’est pourquoi la Région s’engage fortement aujourd’hui avec la profession dans un travail pour optimiser l’approvisionnement local dans les lycées régionaux. »

 

(La Tribune)

 

 

Viande bovine: 3 ministres pour un programme humanitaire

 

 

Alors que les cours sont au plus bas pour la viande (en France parfois autour de trois euros le kilo et deux euros pour les bêtes de réforme,  soit très loin du prix de revient),  les ministres de l’agriculture recherchent une solution pour trouver  la fois des débouchés et pour diminuer l’offre. Stéphane Le Foll et ses homologues allemand et polonais, Christian Schmidt et Krzysztof Jurgiel, «  invitent la Commission européenne à travailler sur la mise en place d’un programme d’aide humanitaire +en nature+ portant sur des produits à base de viande bovine, au bénéfice des pays faisant face à un afflux de réfugiés », indique le ministère français de l’Agriculture dans ce communiqué. Les éleveurs français avaient déjà évoqué cette idée en marge du récent salon de l’élevage Space à Rennes, mais avaient alors reçu une fin de non-recevoir du Commissaire européen, Phil Hogan, selon un professionnel de la filière. Les professionnels du secteur avaient ensuite réitéré cette demande début octobre, lors du Sommet de l’élevage en Auvergne. Selon Guy Hermouet, président de la section bovins au sein de la Fédération interprofessionnelle du bétail et des viandes (Interbev), cette opération permettrait « d’aider des zones en état de guerre ou en grande difficulté en raison des migrants », mais aussi d’assainir le marché européen de la viande dont les cours s’effondrent, en raison d’un afflux massif de bêtes dans les abattoirs. Selon la Fédération Nationale Bovine, près d’un million de vaches laitières de plus qu’en 2015 vont en effet être abattues en 2016 dans l’ensemble des 28 pays membres de l’UE, afin de réduire drastiquement la production et soutenir ainsi les cours du lait. Les professionnels affirment s’être inspirés des Américains pour faire leur proposition. L’UE aide déjà financièrement les pays voisins de la Syrie – Turquie, Liban, Jordanie – qui accueillent des millions de réfugiés.

(Avec AFP)

 

30 % des agriculteurs menacés de disparition

30 % des agriculteurs menacés de disparition

 

 

Conséquence de la crise conjoncturelle mais surtout structurelle affectant notamment la production de viande de lait aussi de blé cette année. La Mutualité sociale agricole (MSA), sécurité sociale des agriculteurs, en attendait 60.000 demandes pour la prime d’activité, nouveau dispositif pour les travailleurs à revenus modestes qui a remplacé le RSA activité pour l’ensemble de 2016. Or, elle a déjà reçu 200.000 demandes depuis le début de l’année, a-t-elle souligné lors d’une conférence de presse mardi 11 octobre, une semaine après la présentation par le gouvernement de son plan d’aide. Ces requêtes concernent pour un tiers les chefs d’exploitations, et pour deux tiers les salariés agricoles. Cette explosion de la demande est un indicateur incontestable de l’aggravation de la crise agricole: alors qu’en 2014 18% des agriculteurs imposés au régime réel avaient eu des revenus équivalents à 354 euros par mois, en 2015 30% d’entre eux se sont retrouvés dans cette situation, notamment parmi les exploitants laitiers et les éleveurs bovins, relève la MSA. En 2016, la situation risque d’ailleurs encore d’empirer, avec la chute de 32% de la production de blé tendre en raison de la mauvaise météo., même s’il est à prendre avec plus de prudence: le nombre d’appels auprès de la permanence de prévention du suicide chez les agriculteurs, Agri’écoutes. Au premier semestre, ils ont été 1.700, soit une moyenne de 285 appels par mois, contre une centaine par mois sur la même période un an plus tôt. Si la nouveauté du dispositif, lancé en octobre 2014, et qui n’a commencé à être connu qu’à compter des mois de mars/avril 2015, compte sans doute, la MSA souligne également un changement dans la nature des appels. Ce sont en effet désormais de plus en plus souvent les épouses qui contactent Agri’écoutes, « par rapport au désarroi de leur mari ». Michel Brault, directeur général de la MSA, l’explique ainsi: « Lorsqu’il n’y a plus de revenus qui rentrent, un fort endettement, l’homme n’ose plus appeler. Il se réfugie dans le travail, ne s’occupe plus des papiers, des échéances. C’est le conjoint qui est confronté à cela ». Pourtant, le risque de suicide est concret: selon des chiffres publiés la semaine passée par Santé Publique France et la MSA, près de 300 agriculteurs se sont suicidés en 2010 et 2011, sur une population de 480.000 personnes, avec une surmortalité particulièrement marquée chez les éleveurs bovins (lait et viande) âgés de 45 à 54 ans. La MSA souhaite donc passer à la prise de contact directe et à l’accompagnement personnalisé, en s’appuyant sur ses 900 travailleurs sociaux présents sur tout le territoire.

(Avec AFP)

 

Elevage agriculture : un nouveau plan mal adapté

Elevage agriculture : un nouveau plan mal adapté

Le premier ministre doit annoncer un «pacte de consolidation et de refinancement des exploitations agricoles». Mais ce plan copie des précédents se limite à quelques aides publiques. Pas vraiment ce qu’attendent les éleveurs, les producteurs de lait ou les céréaliers très touchés cette année. Ce qu’ils souhaitent  ce sont des prix qui rémunèrent leur travail et non des aides et de nouvelles possibilités d’emprunt

Le monde de l’élevage souffre depuis l’effondrement des   prix. Selon les dernières estimations, les producteurs de lait devraient afficher un revenu historiquement bas de 2500 euros en 2016. Pis, la moitié d’entre eux vont clôturer leurs comptes en déficit. Dans le blé, le printemps pluvieux au nord d’une ligne Nantes-Lyon a fortement réduit les rendements, de 30 % en moyenne par rapport à 2015. Quant aux céréaliers, ils accusent une perte de 400 à 500 euros par hectare. Manuel Valls doit annoncer des mesures exceptionnelles, du type de celles retenues l’an dernier, comme un fonds d’allégement des charges dont une baisse de la taxe du foncier non bâti, une exonération des charges et un refinancement des emprunts à des taux situés entre 0,5 % et 1 %.

Le gouvernement devrait annoncer la mise en place d’un fonds de garantie d’environ 1,5 milliard en faisant appel à Bpifrance et à la Société interprofessionnelle artisanale de garantie d’investissements (Siagi). Le plan de sauvetage de l’élevage en 2015 avait permis de traiter 45.000 dossiers. Les services du ministère estiment cette fois-ci que 80.000 à 100.000 exploitations ont aujourd’hui besoin d’être refinancées, faute de trésorerie.

 

 

Les normes qui tuent l’agriculture

Les normes qui tuent l’agriculture

 

La protection de l’environnement, le contrôle de la qualité des produits nécessitent  évidemment une régulation et notamment des normes. Ceci étend l’agriculture et sans doute aujourd’hui le secteur  le plus bombardé par une armée de normes qui certes fournissent de nombreux emplois aux fonctionnaires en charge de les définir et de les contrôler mais qui tuent une activité déjà bien malade en particulier dans la viande et le lait. D’une certaine manière l’agriculture française vit dans un environnement réglementaire soviétique avec la bureaucratie en plus. Des normes qui compliquent évidemment la gestion administrative mais qui impose surtout des surinvestissements coûteux qui affectent la compétitivité des produits. Et pendant ce temps-là la France importe et boit du lait pas cher mais de mauvaise qualité en provenance d’Ukraine et produit dans les conditions d’il y a 100 ans. Le Sénat dresse donc une liste de 16 propositions pour alléger les contraintes administratives et environnementales qui « empoisonnent » la vie des exploitants et leur rentabilité économique. Rien de véritablement révolutionnaire dans la liste des 16 propositions présentées ce mercredi matin au Sénat pour alléger la vie des exploitations agricoles et les rendre plus compétitives. Le groupe de travail de la Commission Économique (*) de la Haute Assemblée, composé de neuf élus toutes tendances politiques confondues, dresse un inventaire à la Prévert de solutions théoriques. La plupart sont déjà connues puisqu’elles ont été publiées en d’autres temps et d’autres lieux, comme par exemple au sein des Républicains ou par des organismes professionnels agricoles, comme le premier syndicat du secteur, la Fnsea (Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles). Ainsi la proposition numéro 6, «développer l’expérimentation des normes avant leur généralisation», avait déjà été proposée par Nicolas Sarkozy, alors Président de la République en visite au Salon de l’Agriculture en 2010. Un vœu pieux qui était resté dans les placards pour ne pas froisser une partie de son électorat favorable au Grenelle de l’environnement. Tout comme la proposition numéro 7 «faire évoluer les contrôles en agriculture», un leitmotiv défendu tant par l’ancien ministre de l’Agriculture Bruno Le Maire, et ensuite par son successeur , Stéphane Le Foll. Mais qui, pour l’instant, est resté lettre morte. On peut dresser le même constat pour la proposition numéro 14 sur la gestion de l’eau et «la facilitation des retenues collinaires». Cela fait des années que les exploitants demandent aux pouvoirs publics quels qu’ils soient de simplifier la législation concernant la création d’étangs ou bassins de rétention. Et aujourd’hui, ils crient misère par ces temps de sécheresse car ils ne peuvent pas irriguer leurs champs. Sans oublier qu’ils doivent aussi, dans de nombreux cas, abreuver leurs animaux sur le réseau d’eau potable, les cours d’eau ou les puits étant à leur plus bas niveau. Un surcoût pour les fermiers et une aberration écologique, alors que les agriculteurs n’utilisent que 3% des eaux issues des précipitations, faute de pouvoir les stocker. Il en va de même pour le curage des fossés d’écoulement des eaux dans les champs. Il est interdit d’y toucher sous peine d’une amende administrative de la Police de l’eau, voire d’un emprisonnement. Laissé à l’abandon ces cours d’eau finissent par se boucher. Ils ont ainsi participé à l’inondation des terres agricoles au printemps dernier, lorsque les précipitations étaient trop importantes. Que dire de la nouvelle PAC (politique agricole commune) décidée par le gouvernement actuel, qui s’est révélée être une véritable usine à gaz à mettre en œuvre. Le contrôle des parcelles par photos satellites a ainsi pris dans de nombreux cas l’ombre d’un arbre pour une forêt, requalifiant ces terres agricoles en bois et les empêchant d’être éligibles aux aides agricoles. L’ombre de Kafka !

 

(*) Le président de la Commission est Gérard Bailly, sénateur LR du Jura et producteur de comté à la retraite. Son rapporteur est le sénateur UDI-DC de la Somme, Daniel Dubois.

 

Trop de blé de mauvaise qualité

Trop de blé de mauvaise qualité

 

 

D’après un article de BFM la récolte de blé sera exceptionnelle au plan mondial, l’inverse en France du fait des conditions climatiques. Le paradoxe cependant c’est qu’au plan international on risque de manquer de blé de bonne qualité, celui notamment destiné à la fabrication du pain. Ou les limites du productivisme qui affecte la nature des productions. Un phénomène pas vraiment nouveau qui appauvrit cependant à la fois les producteurs et le contenu des produits. Après avoir craint de mauvaises récoltes, les agriculteurs du monde se retrouvent avec de gigantesques stocks de grains. Contrairement à ce que les observateurs du marché des céréales avaient anticipé l’année dernière, les prix du blé notamment sont en train de dégringoler, sur fond de récoltes record. C’est un scénario totalement inattendu qui est en train de se jouer sur le marché des céréales. L’année dernière, avec l’abondance des phénomènes climatiques spécifiques, El Nino entre autres, et des prévisions météo très peu encourageantes, l’ensemble du monde agricole s’attendait à de mauvaises récoltes et a des cours qui auraient dû se tendre cette année. C’est pour cela que les céréaliers du monde ont tenté par tous les moyens de compenser, en plantant nettement plus que prévu, afin que les récoltes ne soient pas trop mauvaises, car ils anticipaient beaucoup de pertes. C’est précisément l’inverse qui s’est produit. Malgré quelques cas particuliers comme les inondations en France notamment, l’année s’est au contraire très bien passée. Pas de froid excessif lors de la saison hivernale, un taux d’humidité optimal et un très bon rendement des surfaces cultivables. Le résultat, selon la FAO, l’organisme agricole de l’ONU: une situation de très nette surproduction qui va perdurer. À vouloir trop prévenir, les producteurs ont trop planté et trop produit. Le prix standard du boisseau de blé est donc tombé à 3,83 dollars à Chicago, son plus bas niveau enregistré depuis 2006. Les prix du maïs et du soja, eux aussi, signent des plus bas pluriannuels, par effet d’entraînement. Mais c’est bien le blé qui reste dans une situation inquiétante pour beaucoup d’observateurs. Car ce ne sont pas des récoltes simplement meilleures qu’attendues, qu’ont réalisé les agriculteurs. Mais des récoltes record dans certains cas. Pour les mois d’hiver, les États-Unis ont engrangé 45 millions de tonnes de blé, une hausse de 21% sur un an. Le Canada est sur le point de signer sa 2ème meilleure récolte en 25 ans, avec 30,5 millions de tonnes. Et cela ne touche pas que le continent américain: l’Australie va même récolter 26,5 millions de tonnes, la meilleure depuis 5 ans, et la Russie, avec 70 millions, va devenir cette année le plus grand exportateur mondial de cette céréale… alors qu’il y a quelques décennies, le pays était même obligé d’importer du blé américain pour subvenir à ses besoins! Au total, le monde agricole aura produit cette année autour de 743 millions de tonnes de blé, selon les chiffres de l’International Grains Council. Un niveau record, avec une hausse de 1% sur un an. Les observateurs notent tous les signes d’un marché surapprovisionné: les producteurs commençant même à travers le monde à connaître des problèmes de stockage, laissant parfois le blé stocké à l’extérieur des silos, tant ils sont déjà pleins. Pour autant, cette forte baisse des prix signifie-t-elle une baisse des revenus pour les agriculteurs, et une baisse des produits alimentaires de base? Pas si sûr, répondent les experts. Car la vraie problématique quand il est question de blé est celle de la qualité. Et là aucune prévision possible… Le moment de la récolte étant le plus souvent la grande inconnue. Si le blé de bonne et très bonne qualité est employé pour la fabrication de la farine de boulanger, la farine de qualité moyenne ou basse est rachetée à prix plus modéré par les grands industriels de l’agro-alimentaire, pour fabriquer gâteaux et viennoiseries de base. Et pour l’instant, même si le marché manque de chiffres précis, les indicateurs semblent vouloir montrer que le blé de moyenne et basse qualité va être le plus abondant. Et là, on n’est plus dans une « simple » situation de surapprovisionnement: on va vers un marché agro-alimentaire mondial déséquilibré, avec un déficit de matière première pour les produits de qualité supérieure, et une surabondance de blé à faible valeur ajoutée. « Si on en croit les dernières indications », remarque le cabinet d’analyse américain US Wheat Associates, « on est endroit de se demander s’il y aura même assez de ‘bon blé’ pour tout le monde cette année. Et d’une situation de surapprovisionnement général, on pourrait assister à une situation de pénurie sur le blé de qualité ». De quoi prévoir une volatilité des cours sans doute jamais vue sur la fin d’année.

(Avec La Tribune)

Lait : un détournement de la valeur de la valeur ajoutée

Lait : un détournement de la valeur de la valeur ajoutée

Faute de capacité à commercialiser eux-mêmes leurs produits les producteurs de lait doivent se contenter de 35 % du prix final quand les industries agro alimentaires en récupèrent 42 %.  En 2015, les agriculteurs ont touché une part moindre sur le prix final d’un litre de lait que les entreprises telles que Lactalis qui le collectent et le transforment. Lorsqu’il achète un litre de lait demi-écrémé, le consommateur paie donc davantage pour sa collecte, sa transformation, son emballage et son transport que pour le lait en lui-même. Ainsi, alors qu’un éleveur laitier récupérait 35,5% du prix final en 2015, l’entreprise agro-alimentaire qui lui a acheté le lait touchait de son côté 42,1%. D’où les demandes insistantes des agriculteurs afin de revoir la répartition de la valeur ajoutée dans la filière lait. Viennent ensuite la distribution (17,1%) et la TVA (5,3%).Le porte-monnaie des éleveurs ne dépend donc pas que des fluctuations du prix du lait sur un marché mondialisé, mais aussi des négociations avec les industriels qui collectent et transforment le lait. Si les producteurs laitiers ont récupéré 35,5% du prix final d’un litre de lait en 2015, ce pourcentage peut rapidement évoluer à la hausse ou à la baisse. Alors qu’en 2002, les agriculteurs récupéraient 43,3 % du prix final d’une bouteille de lait, cette part est passée à 30,8% en 2007, comme le montre l’infographie ci-dessous. Une chute de près d’un tiers qui explique la nervosité des agriculteurs. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si les mouvements de fronde du secteur (2006, 2009, 2015) éclatent au moment où les prix du lait chutent mais aussi où la part qui leur revient recule.

(Avec AFP)

Lait: les producteurs doivent s’approprier la commercialisation

Lait: les producteurs doivent s’approprier la commercialisation

Dominique Chargé, président de la fédération nationale des coopératives laitières (FNCL)  expose ses solutions pour sortir de la crise du lait dans une interview au Figaro.

 

La filière laitière est en crise depuis environ deux ans, quels ont été les éléments déclencheurs?

 

Dominique CHARGÉ.- Tout d’abord, les Chinois qui importaient notre lait massivement, en raison de divers scandales autour de leur production locale, se sont brusquement retirés en 2014. Quelques mois plus tard, en août 2014, c’est un nouveau coup dur avec l’embargo russe qui a privé les producteurs laitiers européens de la vente de 250.000 tonnes de fromage et 40.000 tonnes de beurre. Enfin, en 2015, misant sur de nouveaux débouchés dans les pays émergents, l’Union européenne (UE) a supprimé les quotas laitiers, un outil qui régulait la production européenne. La hausse de la production ne s’est pas fait attendre notamment en Irlande (+40%). Les Pays-Bas, l’Allemagne et le Danemark en ont aussi profité pour accroître leur production. Quant à la production française, elle reste stable alors que les débouchés se réduisent mécaniquement. Le prix du lait en France est alors passé de 365 euros les 1000 litres en 2014 à 270-280 euros en 2016.

 

Comment fixe-t-on le prix du lait en France?
Il existe plusieurs catégories de marchés: français, européen, international. On trouve peu de croissance sur les deux premiers mais c’est le contraire sur le dernier. Chaque entreprise (Lactalis, etc.) fixe le prix du lait avec ses producteurs en fonction de ce que disent ces marchés et en fonction du niveau de valorisation qu’elle obtient. Elle est totalement libre. Le marché n’est pas encadré. Le prix du lait est très supérieur en France car le marché français est plus stable et plus valorisant et parce qu’il y a une volonté de certains acteurs (notamment les coopératives) de soutenir la filière et la trésorerie de leurs producteurs. Si tel n’était pas le cas, les producteurs ne pourraient pas vivre.

 

Quelles sont les voies de sortie de crise?

 

Le premier facteur de rééquilibrage du marché, c’est Bruxelles. Les instances européennes doivent se rendre compte qu’il y a un problème dans le fonctionnement du secteur. Au lieu de donner des aides indifférenciées à tous les producteurs, Bruxelles devrait mettre en place des aides au moment des crises à destination de productions ciblées (lait, viande, etc.). Deuxième point, il faut organiser la filière différemment. La France a réalisé une gestion sociale de la politique des quotas en choisissant de maintenir les petites exploitations et une production présente sur tout le territoire notamment les montagnes et massifs, au détriment de la compétitivité. Aujourd’hui, alors que le glas a sonné pour les quotas laitiers, les exploitations et les industries confrontées à une rude concurrence sont handicapées. Les pouvoirs doivent en tenir compte pour trouver des solutions de sortie de crise. À côté de cela, il est néanmoins important de souligner que les acteurs de la filière, qui n’ont donc pas cherché uniquement la compétitivité, ont eu ce souci d’excellence sanitaire qui fait aujourd’hui notre force sur le marché mondial. Cette gestion «sociale» qui favorisait la présence d’une production sur tout le territoire a aussi permis de développer nos produits régionaux, ce qui nous aide à nous différencier à l’exportation sur la qualité et les prix. Enfin, jusqu’à la fin des quotas laitiers, c’est l’administration qui imposait le nombre de litres de lait à produire aux agriculteurs, et à collecter aux industriels. Aucun statut juridique ne venait régir la relation entre les deux protagonistes. Aujourd’hui avec la fin des quotas laitiers, c’est le rapport de force qui prédomine, ce qui exacerbe la crise. En effet, les industriels décident de tout: le prix et la quantité. Or, pour être rentable, le producteur doit maîtriser ces deux leviers. Aujourd’hui, nous prônons le retour au pouvoir économique des producteurs par le biais d’organisations de producteurs économiques et commerciales, comme des coopératives de collecte par exemple. L’objectif est que ces organisations de producteurs s’approprient le marché pour l’adapter à leurs besoins tout en faisant vivre un modèle économique de façon autonome.

 

Mais si les producteurs demandent un prix trop élevé, les industriels ne risquent-ils pas de se tourner vers l’étranger?

 

Si l’on reste dans ce type de conflits, complètement. Les grands acteurs industriels privés ont déjà fait le choix de s’approvisionner ailleurs qu’en France et continueront si la filière française n’est pas compétitive. Le seul moyen de vendre à ces industriels est donc d’aller à la conquête des marchés. Les producteurs doivent s’approprier la commercialisation du lait pour capter la valeur ajoutée et la faire rejaillir sur leurs exploitations agricoles.

 

Crise du lait : la faute uniquement au marché ?

  • Crise du lait : la faute uniquement au marché ?

 

 

Comme souvent lors des crises on attribue au marché la responsabilité première des dysfonctionnements. Ce n’est ce pas faux mais encore faudrait-il approfondir les facteurs explicatifs. D’abord ce fameux marché a longtemps profité à la France qui a largement exportée ses  excédents dans le monde entier notamment en Russie et en Chine, marchés aujourd’hui partiellement totalement fermés. Second facteur explicatif, la suppression des quotas décidés par l’Europe ce qui a emballé l’offre (seulement plus 5 % en France mais 25 % par exemple en Irlande). Autre élément d’explication la trop grande spécialisation de certains producteurs dépendants uniquement du lait. Des producteurs par ailleurs lourdement endettés par l’énorme coût des investissements. Les différences de conditions de production et de coût conduisent  à des prix de vente du lait mondiaux qui varient du simple au triple par exemple autour de 0,10 € en Ukraine par litre alors  qu’il faudrait vendre le litre en France autour de 0,35 € pour permettre aux producteurs de dégager un revenu correct. Dans le même temps le consommateur, lui, est condamné à boire du lait industrialisé dans le goût est proche de l’eau. En conclusion, sans modification du rapport prix qualité et réforme des circuits de distribution, là filière française de les suivra sans doute le sort  de l’acier. Du coup, des producteurs de lait de Bretagne, de Normandie et des Pays de la Loire ont manifesté ce lundi devant le siège de Lactalis, à Laval. Ils reprochent au groupe laitier de ne pas les rémunérer suffisamment. Le porte-parole de la société, Michel Nalet, ne ferme pas la porte à des discussions sur les tarifs, mais il appelle les producteurs à prendre en compte la réalité du marché européen. Actuellement, les exploitants sont payés 256 euros les 1.000 litres de lait. Ils réclament 100 euros de plus. La Fédération nationale des producteurs de lait appelle les exploitants à manifester devant le siège de l’entreprise Lactalis à Laval, en Mayenne,  pour dénoncer des prix qui ne leur permet pas de vivre de leur production. « Ce prix est un prix qui a été décidé uniquement sur cette période estivale », a expliqué Michel Nalet, porte-parole de Lactalis. « Le prix du lait ne s’apprécie pas sur deux mois mais sur une année et rien ne dit que ce prix va rester sur ce niveau-là » a-t-il ajouté. La Fédération départementale des syndicats d’exploitants agricoles (FDESA) de la Mayenne promet une action dans la durée si les négociations ne sont pas rouvertes. « Nous n’avons jamais eu l’idée de bloquer toute discussion. Mais on ne peut pas à la fois guerroyer et demander une rencontre. Que les choses se passent raisonnablement. Nous sommes prêts à discuter avec les organisations de producteurs » a prévenu Michel Nalet. Le porte-parole de Lactalis alerte les producteurs sur la réalité du marché. « Aujourd’hui, nous avons aussi à faire face à une crise de surproduction, un environnement économique très concurrentiel » explique Michel Nalet. Le prix d’achat du lait varie d’un industriel à l’autre et Lactalis fait partie de ceux qui achètent au plus bas. Le porte-parole de Lactalis s’en est expliqué. « Notre groupe a proportionnellement beaucoup plus d’excédents à traiter. Ils sont commercialisés sur des bases de prix du lait autour de 220 euros les 1.000 litres, alors que nous sommes sur des prix d’achat aux producteurs à 260. Pratiquement 50% de nos volumes sont soumis à cette concurrence européenne internationale. Notre groupe est très affecté par des prix concurrentiels. »

(avec AFP)

 

Fruits et légumes : chers et immangeables

Fruits et légumes : chers et immangeables

Des fruits et légumes sans gout, et en augmentation de 10 à 20% ; En cause le climat et la tendance généralisée dans les grandes surface à commercialiser des produits qui ne sont pas à maturité.  Les prix des fruits et légumes ont en effet cet été battu des records, augmentant respectivement de 18 et de 10 % par rapport à 2015, notamment en raison de conditions météorologiques peu clémentes, indique le baromètre annuel de Familles Rurales publié dans le quotidien La Croix à paraître mardi. « Après deux années de relative stabilité, 2016 marque une rupture. Depuis la création de l’observatoire, il y a 9 neuf ans, les prix n’ont jamais été aussi élevés », souligne l’association de consommateurs.  Par rapport à l’an dernier, le prix moyen d’un kilo de fruits a augmenté de 0,53 euro, atteignant 4,10 euros. Pour les légumes, la hausse est de 20 centimes, à 2,30 euros. Les précédents records avaient été atteints en 2013, avec des étiquettes moyennes des fruits à 3,78 euros le kilo, et celle des légumes à 2,21 euros. Cette année, « les mauvaises conditions météorologiques expliquent en partie ces prix records », indique Familles Rurales. Parmi les plus fortes hausses : la pomme de terre (+36,9 %, à 1,78 euro/kg), la fraise (+36,6 %, à 7,72 euros/kg) et les melons (+17,7 %, à 2,46 euros/kg). « Tout augmente à l’exception des tomates et des carottes », en baisse respectivement de 4,9 % et 4,4 %. Pour les produits bio, les tarifs ont également flambé, progressant de 21 % pour les fruits (6,95 euros/kg), et de 4,1 % pour les légumes (4,1 euros/kg). Les écarts avec les fruits et légumes « conventionnels » se sont ainsi à nouveau creusés, atteignant leur niveau le plus important depuis 2007. Ils vont du tiers à plus du double, notamment pour les tomates, les haricots verts, pêches et nectarines, courgettes et pommes. Les fruits et légumes français restent compétitifs Les étiquettes ont augmenté dans l’ensemble des circuits de distribution, les tarifs des 8 fruits et 8 légumes du panel de Familles de France progressant de 14,21 % dans le hard-discount, de 14 % dans les hypers et supermarchés et de 19 % sur les marchés. Malgré des hausses de tarifs de 34 % depuis 2012, le circuit hard-discount reste néanmoins le plus avantageux en termes de prix pour les consommateurs, devant les grandes surfaces et les marchés.

(AFP)

Crise du lait : vers la faillite du secteur agricole

  • Crise du lait : vers la faillite  du secteur agricole

 

 

 

Une crise qui s’ajoute aux autres viande, blé etc. La crise du lait mène le secteur vers la faillite. 26 euros le litre à peine quand il faudrait 30 centime pour équilibrer et 35 centimes   pour dégager un revenu. Une crise qui n’est pas réellement nouvelle puisqu’elle découle directement de la surproduction organisée par l’Europe depuis la suppression des quotas laitiers en mars 2015. À cela il faut ajouter les restrictions des importations chinoises et russes. Nombre de pays en ont profité cependant pour augmenter leur production et les prix se sont écoulés. Selon le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, au moment où la production laitière avait progressé de 2,2 % en 2015, elle a bondi de 5,6 % les trois premiers mois de 2016. La palme du débit est décrochée par l’Irlande, avec un flux en hausse de 32 %, suivie de la Belgique (+ 21 %) et des Pays Bas (+ 15 %), alors que la France se limitait à + 0,5 %. Pour résumer les prix étaient de l’ordre de 400 euros pour 1000 l de lait en 2014 ce qui permettait de couvrir les coûts or en 2016 les prix pourraient tourner en moyenne autour de 250 €. En France les critiques des éleveurs visent surtout Lactalis premier producteur du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe cristallise ainsi les critiques des agriculteurs de la filière laitière, toujours sous tension. Lactalis, numéro un du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires, a insisté début juillet, face à la multiplication des critiques, sur la mise en place d’un «soutien financier allant au-delà des conditions contractuelles» et représentant «un complément de prix de 30 euros/1000 litres sur le prix de base» pour le mois de juillet. Pas suffisant, ont estimé les fédérations agricoles. À noter aussi que cette crise se superpose à celle du blé secteur ou du fait des conditions climatiques  la production a baissé de l’ordre de 40 %.

Crise du lait : vers la faillite du secteur agricole

  • Crise du lait : vers la faillite  du secteur agricole

 

 

 

Une crise qui s’ajoute aux autres viande, blé etc. La crise du lait mène le secteur vers la faillite. 26 euros le litre à peine quand il faudrait 30 centime pour équilibrer et 35 centimes   pour dégager un revenu. Une crise qui n’est pas réellement nouvelle puisqu’elle découle directement de la surproduction organisée par l’Europe depuis la suppression des quotas laitiers en mars 2015. À cela il faut ajouter les restrictions des importations chinoises et russes. Nombre de pays en ont profité cependant pour augmenter leur production et les prix se sont écoulés. Selon le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, au moment où la production laitière avait progressé de 2,2 % en 2015, elle a bondi de 5,6 % les trois premiers mois de 2016. La palme du débit est décrochée par l’Irlande, avec un flux en hausse de 32 %, suivie de la Belgique (+ 21 %) et des Pays Bas (+ 15 %), alors que la France se limitait à + 0,5 %. Pour résumer les prix étaient de l’ordre de 400 euros pour 1000 l de lait en 2014 ce qui permettait de couvrir les coûts or en 2016 les prix pourraient tourner en moyenne autour de 250 €. En France les critiques des éleveurs visent surtout Lactalis premier producteur du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe cristallise ainsi les critiques des agriculteurs de la filière laitière, toujours sous tension. Lactalis, numéro un du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires, a insisté début juillet, face à la multiplication des critiques, sur la mise en place d’un «soutien financier allant au-delà des conditions contractuelles» et représentant «un complément de prix de 30 euros/1000 litres sur le prix de base» pour le mois de juillet. Pas suffisant, ont estimé les fédérations agricoles. À noter aussi que cette crise se superpose à celle du blé secteur ou du fait des conditions climatiques  la production a baissé de l’ordre de 40 %.

Baisse du Tourisme : attentats et manifs responsables

 

En dépit de l’euro de foot organisé en France,  l’activité touristique a encore régressé au second trimestre. En cause, les conséquences des attentats, aussi les blocages et autres manifs qui ont contribué également à ternir l’image de la France. Les premières indications de l’été laissent supposer une nouvelle baisse pour le troisième trimestre notamment de la part des étrangers. La fréquentation touristique en France a donc rechuté au deuxième trimestre sous les effets d’une météo maussade et d’un faible nombre de jours fériés, même si l’Euro de football a permis de limiter les dégâts dans les villes de province qui ont accueilli des matches, selon les données publiées vendredi par l’Insee. Le nombre de nuitées dans les hébergements touristiques a ainsi chuté de 4,8%, à 92,4 millions, sur avril-juin par rapport à la même période de l’an passé, après une hausse révisée à 1,1% (1,0% estimé précédemment) au premier trimestre 2016. L’Insee souligne que le deuxième trimestre a compté cette année deux jours fériés, contre cinq en 2015. La baisse a été particulièrement marquée pour les nuitées étrangères (-8,5% contre -2,7% au 1er trimestre), atteignant une ampleur comparable à celle du 4e trimestre 2015, qui a été touché par les attentats de Paris et de Saint-Denis. La fréquentation des seuls hôtels a reculé de 3,5%, effaçant son rebond du 1er trimestre (+1,9%). La clientèle étrangère, en baisse pour le troisième trimestre consécutif, s’est encore contractée de 7,3%. Seuls les hôtels situés dans les grandes villes de province ont vu leur fréquentation augmenter (+1,5%) en partie grâce à l’Euro de football. Mais ceux de l’agglomération parisienne (-10,3%) ont été plus pénalisés par la défection de la clientèle étrangère. La fréquentation des autres hébergements collectifs touristiques (résidences, villages vacances) a chuté de 6,4%, là aussi en raison de la défection des étrangers (-20,2%). Les campings ont connu de leur côté un début de saison difficile avec un recul de 6,8% de leur fréquentation par rapport au printemps 2015.

(Avec Reuters )

 

Fruits et légumes de grandes surfaces : immangeables !

Fruits et légumes de  grandes surfaces : immangeables !  

Une  enquête de l’association de consommateurs CLCV confirme que nombre de fruits et de légumes vendus dans les grandes surfaces sont à peu près immangeables. Les pêches et les tomates en particulier. Durs comme la pierre, gonflée de produits chimiques et sans aucun goût. Le pire c’est que ces fruits pourrissent même avant de nourrir. Depuis 2010, l’association de consommateurs CLCV organise tous les ans des dégustations et des relevés de fruits d’été : abricots, pêches jaunes et blanches, melons (de 2010 à 2013), fraises et tomates (2014 et 2015). RTL vous révèle ce jeudi la 7ème étude de satisfaction l’association sur la qualité des fruits d’été achetés en grandes surfaces, en particulier les tomates et les pêches blanches. Et les résultats sont sévères ! Concernant les tomates, les résultats sont plus que décevants ! Seulement 32% des consommateurs estiment que leur qualité est satisfaisante, soit une baisse de 6% depuis l’an dernier. Le prix moyen constaté est de 2,3 euros le kilo. Il ressort aussi de cette étude que payer plus cher ses tomates ne semble pas constituer une garantie de satisfaction. De plus, les catégories proposées en rayon (rondes, en grappes, côtelées) semblent également n’avoir aucune pertinence sur le plan de la qualité. De plus, le goût des tomates vendues dans les grandes surfaces est loin de faire l’unanimité. En effet, seulement 20% des sondés jugent qu’elles ont très bons goûts ou un goût agréable, et plus de la moitié (53%) sont déçus ! S’agissant des pêches blanches, dont le prix moyen est de 3 euros le kilo, le résultat est certes meilleur : 51 % des panélistes sont satisfaits, mais, avec 28 % de répondants qui les qualifient de “ni bonnes, ni mauvaises”, des progrès importants restent à faire sur la qualité. Là encore, payer plus cher ses pêches ne permet pas d’avoir des fruits plus savoureux.
 Dans le détail par catégorie, les pêches plates paraissent davantage satisfaire les consommateurs que les pêches rondes (62 % contre 44 %) sans toutefois remporter totalement leur adhésion. Côté origine, les pêches espagnoles paraissent légèrement plus appréciées que les françaises (48 % contre 42 % pour les pêches rondes). Enfin, le goût des pêches blanches satisfait seulement 39 % des consommateurs, et plus d’un tiers sont déçus voire très déçus du goût des pêches.

 

(Avec RTL)

Sécheresse dans 30 départements

Sécheresse dans 30 départements

 

 

Il n’a pas plus depuis presque deux mois et le manque d’eau se fait sentir. L’usage de l’eau a donc été restreint dans 30 départements en raison de la sécheresse. Les restrictions concernent le sud et l’ouest de la France et sont d’importance variable. Dans le Sud-ouest, l’Ouest et au sud de la Bretagne, les zones les plus impactées par le manque d’eau, des arrêtés interdisent les prélèvements d’eaux non prioritaires, y compris à des fins agricoles. Seuls les usages pour la santé, la sécurité civile, l’eau potable ou la salubrité sont autorisés. Ces zones les plus impactées par le manque d’eau se trouvent dans les départements suivants : Vendée, Loire-Atlantique, Charente, Charente-Maritime, Deux-Sèvres, Indre, Dordogne, Eure-et-Loir, Gers, Haute-Garonne, Lot, Tarn, Tarn-et-Garonne et l’Aude mais également les Alpes-de-Haute-Provence. Ceci étant  ces mesures de restriction seront comme d’habitude très relatives et on pourra voir sans doute encore des arrosages de maïs en plein midi. De ce point de vue les restrictions relatives au lavage des voitures apparaît bien désuet. Les restrictions concernent la réduction des prélèvements agricoles, pour l’arrosage des jardins ou le lavage des voitures.

 

(Avec agences)

Agriculture : 4 à 5 milliards d’euros de pertes (FNSEA)

Agriculture : 4 à 5 milliards d’euros de pertes (FNSEA)

La baisse du rendement de la récolte du blé, la crise des prix du lait et les difficultés récurrentes dans la filière viande pourraient conduire à des pertes de quatre à 5 milliards d’euros dans l’agriculture française d’après la FNSEA. Xavier Beulin, président de la FNSEA, a reçu mercredi des agriculteurs et des responsables locaux de son syndicat pour faire le point sur la situation. Ces derniers lui ont dressé pendant plus de deux heures un tableau, souvent noir, des différentes filières: volailles, porcs, viande bovine, lapins mais aussi lait, un secteur très déprimé. « Crise de marché, crise climatique et crise sanitaire se cumulent », a souligné Xavier Beulin, avant de livrer une estimation du manque à gagner pour les agriculteurs. Le niveau des pertes dans l’agriculture française, pour laquelle « la situation n’a jamais été aussi grave », va s’élever pour 2016 « de 4 à 5 milliards d’euros », toutes filières confondues. Sur ces 4 à 5 milliards d’euros « de pertes sur la Ferme France, on estime qu’il y a 3 milliards, peut-être un peu plus », qui vont venir des céréales, selon le chef de file de la FNSEA. Cette filière connaît de grandes difficultés pour la deuxième année, avec « des cours mondiaux très très bas » auxquels s’ajoutent cette année une « crise climatique », qui a touché plus particulièrement le nord de la France. « C’est globalement une perte (de production) supérieure à 30% avec des pics parfois – je pense au blé dur – de 60%. C’est énorme », a déploré Xavier Beulin. Conséquence de cette situation, « la FNSEA travaille sur un plan de refinancement » des exploitations, « car à ce niveau de pertes, ce ne sont pas des mesures traditionnelles qui peuvent suffire », a expliqué Xavier Beulin. « Ce que nous allons demander au gouvernement, c’est de prendre en charge un fonds de garantie ou de réassurance qui devrait permettre aux banquiers, en direct auprès des agriculteurs, de leur proposer des conditions de taux, de durée (d’emprunts, NDLR) compatibles avec leur rentabilité », a-t-il poursuivi.

(AFP)

 

 

Nouvelle crise du lait

  • Nouvelle crise du lait

 

 

Une crise qui n’est pas réellement nouvelle puisqu’elle découle directement de la surproduction organisée par l’Europe depuis la suppression des quotas laitiers en mars 2015. À cela il faut ajouter les restrictions des importations chinoises et russes. Nombre de pays en ont profité cependant pour augmenter leur production et les prix se sont écoulés. Selon le Centre national interprofessionnel de l’économie laitière, au moment où la production laitière avait progressé de 2,2 % en 2015, elle a bondi de 5,6 % les trois premiers mois de 2016. La palme du débit est décrochée par l’Irlande, avec un flux en hausse de 32 %, suivie de la Belgique (+ 21 %) et des Pays Bas (+ 15 %), alors que la France se limitait à + 0,5 %. Pour résumer les prix étaient de l’ordre de 400 euros pour 1000 l de lait en 2014 ce qui permettait de couvrir les coûts or en 2016 les prix pourraient tourner en moyenne autour de 250 €. En France les critiques des éleveurs visent surtout Lactalis premier producteur du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires. Le groupe cristallise ainsi les critiques des agriculteurs de la filière laitière, toujours sous tension. Lactalis, numéro un du marché avec 17 milliards d’euros de chiffre d’affaires, a insisté début juillet, face à la multiplication des critiques, sur la mise en place d’un «soutien financier allant au-delà des conditions contractuelles» et représentant «un complément de prix de 30 euros/1000 litres sur le prix de base» pour le mois de juillet. Pas suffisant, ont estimé les fédérations agricoles. À noter aussi que cette crise ce superpose à celle du blé secteur ou du fait des conditions climatiques  la production a baissé de l’ordre de 50 %.

 

 

Nouveau geste en faveur des céréaliers en difficulté

Nouveau geste en faveur des céréaliers en difficulté

En raison d’une baisse catastrophique des rendements de blé (de l’ordre de 40 à 50 %),  le gouvernement avait décidé d’un certain nombre de mesures mercredi dernier pour faciliter la gestion des trésoreries ;  hier le ministère de l’agriculture a annoncé de nouvelles mesures.  Pas sûr cependant que ces dispositions soient de nature à combler les pertes qui pourraient atteindre 400 € par hectare. Point « Compte tenu des difficultés rencontrées par de nombreuses exploitations céréalières ou de polyculture-élevage », le niveau du prélèvement sur les aides du premier pilier de la PAC destiné à financer le paiement redistributif sera maintenu à 10% en 2017, a annoncé le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, dans un communiqué. Le niveau de ce prélèvement pour le paiement redistributif – une aide majorée pour les 52 premiers hectares de chaque exploitation – était de 5% en 2015, 10% en 2016 et devait passer à 15% en 2017, a précisé le ministère. L’humidité du printemps, le manque de luminosité et l’absence d’hiver ont favorisé le développement de maladies», déplore Alexis Patria, exploitant dans l’Oise, l’un des greniers à blé du pays.  Dans ce contexte particulièrement défavorable surtout après une année record l’an dernier, Stéphane Le Foll veut que les agriculteurs concernés «disposent de la trésorerie nécessaire à la relance d’un nouveau cycle de production». Pour atteindre cet objectif, il a mis au point un plan d’aide en cinq points qui reprend des mesures qui ont déjà montré leur utilité l’an dernier lors de la crise de l’élevage, comme par exemple le report d’un an des remboursements de prêts ou le dégrèvement de la taxe foncière sur la part non bâtie. Le détail des mesures déjà annoncées lors du dernier Conseil des ministres:

• les dispositifs de garantie des prêts par Bpifrance et de l’année blanche bancaire, mis en place dans le cadre du plan de soutien à l’élevage, sont étendus au secteur des grandes cultures;

• la procédure de dégrèvement d’office de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles sinistrées est instaurée également pour les céréaliers. Sont aussi accordés des délais de paiement ou des remises gracieuses des différents impôts et taxes auxquels sont assujettis les exploitants les plus en difficulté ;

• les céréaliers qui connaissent des problèmes de trésorerie peuvent également solliciter des reports de paiement de leurs cotisations auprès de leurs caisses de MSA ;

• les conditions d’accès aux remboursements mensuels des crédits de TVA sont assouplies. Cette mesure vise à améliorer à court terme la trésorerie des céréaliers en leur permettant de bénéficier d’un remboursement accéléré de TVA en 2016 ;

• le cas de force majeure sera invoqué auprès de Bruxelles pour que les agriculteurs concernés par les intempéries ne soient pas pénalisés. Ils devraient donc pouvoir toucher l’intégralité de leurs aides européennes même s’ils ne respectent pas les conditions environnementales pour les percevoir. C’est le cas par exemple pour l’implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) où des dérogations pourront être envisagées; Du côté des syndicats agricoles on reste mitigé. «Au bout de quatre ans, Stéphane Le Foll s’est enfin rendu compte de nos problèmes, note Philippe Pinta, président de l’Agpb (Association générale des producteurs de blé). Il reprend certaines de nos propositions mais pas totalement. Le cautionnement par la BPI pour renégocier les prêts à des taux plus faibles est une bonne chose mais il devrait être beaucoup moins cher. Par ailleurs il n’a rien dit sur la redistribution des aides de la Politique agricole commune vers d’autres filières à nos dépens». «Le montant de ce plan d’aide sera affiné début septembre lorsque les estimations de récolte seront confirmées», annonce-t-on au ministère de l’Agriculture. Une évaluation sera faite en octobre « pour faire le point sur la répartition de l’ensemble des aides européennes par type d’exploitation et par région, afin d’évaluer les conditions de la poursuite du paiement redistributif, pour atteindre l’objectif de 20% en 2018″, poursuit le communiqué.

(Avec Reuters)

Plan d’aide aux céréaliers

Plan d’aide aux céréaliers

La récolte de blé française sera cette année l’une des pires depuis plusieurs décennies avec de très faibles rendements; vraisemblablement en dessous des 60 quintaux à l’hectare. «Je n’ai pas connu cela depuis 1976, des rendements si faibles en baisse de 40% à 50%. L’humidité du printemps, le manque de luminosité et l’absence d’hiver ont favorisé le développement de maladies», déplore Alexis Patria, exploitant dans l’Oise, l’un des greniers à blé du pays.  Dans ce contexte particulièrement défavorable surtout après une année record l’an dernier, Stéphane Le Foll veut que les agriculteurs concernés «disposent de la trésorerie nécessaire à la relance d’un nouveau cycle de production». Pour atteindre cet objectif, il a mis au point un plan d’aide en cinq points qui reprend des mesures qui ont déjà montré leur utilité l’an dernier lors de la crise de l’élevage, comme par exemple le report d’un an des remboursements de prêts ou le dégrèvement de la taxe foncière sur la part non bâtie.

Voici le détail des mesures annoncées ce matin à l’issue du Conseil des ministres:

• les dispositifs de garantie des prêts par Bpifrance et de l’année blanche bancaire, mis en place dans le cadre du plan de soutien à l’élevage, sont étendus au secteur des grandes cultures;

• la procédure de dégrèvement d’office de la taxe sur le foncier non bâti pour les parcelles sinistrées est instaurée également pour les céréaliers. Sont aussi accordés des délais de paiement ou des remises gracieuses des différents impôts et taxes auxquels sont assujettis les exploitants les plus en difficulté ;

• les céréaliers qui connaissent des problèmes de trésorerie peuvent également solliciter des reports de paiement de leurs cotisations auprès de leurs caisses de MSA ;

• les conditions d’accès aux remboursements mensuels des crédits de TVA sont assouplies. Cette mesure vise à améliorer à court terme la trésorerie des céréaliers en leur permettant de bénéficier d’un remboursement accéléré de TVA en 2016 ;

• le cas de force majeure sera invoqué auprès de Bruxelles pour que les agriculteurs concernés par les intempéries ne soient pas pénalisés. Ils devraient donc pouvoir toucher l’intégralité de leurs aides européennes même s’ils ne respectent pas les conditions environnementales pour les percevoir. C’est le cas par exemple pour l’implantation des cultures intermédiaires pièges à nitrates (Cipan) où des dérogations pourront être envisagées;

Du côté des syndicats agricoles on reste mitigé. «Au bout de quatre ans, Stéphane Le Foll s’est enfin rendu compte de nos problèmes, note Philippe Pinta, président de l’Agpb (Association générale des producteurs de blé). Il reprend certaines de nos propositions mais pas totalement. Le cautionnement par la BPI pour renégocier les prêts à des taux plus faibles est une bonne chose mais il devrait être beaucoup moins cher. Par ailleurs il n’a rien dit sur la redistribution des aides de la Politique agricole commune vers d’autres filières à nos dépens». «Le montant de ce plan d’aide sera affiné début septembre lorsque les estimations de récolte seront confirmées», annonce-t-on au ministère de l’Agriculture.

 

(Le Figaro)

 

Glyphosate : encore pas d’accord

Glyphosate : encore pas d’accord

Toujours pas d’accord des membres de l’union économique pour interdire le Glyphosate (commercialisé  le plus souvent par Monsanto). Un enjeu  considérable pour Monsanto qui tire l’essentiel de ses bénéfices de la vente de ce désherbant le plus utilisé au monde. Pour preuve de cet enjeu économique Monsanto a fait l’objet d’une OPA de 62 milliards de dollars de la part de Bayer. Au départ la commission économique proposée un prolongement de l’exploitation de ce produit pour une durée de 15 ans ce qui avait fait réagir nombre de pays. Par la suite l’union économique a proposé un délai de 18 mois destinés notamment à lever les conduites les contradictions de certains organismes internationaux concernant les dangers que représente ce produit pour la santé. En l’absence d’autres molécules pour l’instant il est probable que c’est la solution qui sera retenue. Les Etats membres de l’Union européenne ont en effet  refusé lundi de prolonger de façon temporaire l’autorisation du glyphosate, un herbicide mis au point par Monsanto et largement utilisé dans l’agriculture et le jardinage. L’autorisation de vente dans l’UE de ce produit controversé expire à la fin du mois. « Il n’y a pas eu de majorité en faveur du glyphosate lors des consultations d’aujourd’hui », a annoncé à la mi-journée la porte-parole du ministère allemand de l’Environnement. Vingt Etats ont voté en faveur de la proposition de la Commission mais sept se sont abstenus, a-t-elle précisé. Seul Malte a voté contre, indique-t-on de source diplomatique européenne. Les experts devaient se prononcer à la majorité qualifiée sur la proposition soumise par la Commission européenne de prolonger à titre provisoire l’autorisation du glyphosate. L’exécutif, qui avait déjà échoué par deux fois cette année à faire adopter une prolongation de l’autorisation de l’herbicide, a désormais la possibilité de saisir un comité d’appel. La question sera à l’ordre du jour de la réunion des commissaires de mardi. Les conclusions contradictoires des scientifiques sur le caractère cancérigène du glyphosate ont conduit la Commission à proposer mercredi dernier un compromis consistant à prolonger provisoirement de douze à dix-huit mois l’autorisation du produit afin de permettre de nouvelles études.  Monsanto, le numéro un mondial des semences, n’a pas exclu d’engager un recours en justice. Et le lobby du secteur a critiqué l’incertitude qu’entretiennent les régulateurs. « Avec cette décision, tout ce qu’ils font, c’est de mettre en doute ce système et de créer de la peur et de la confusion parmi les consommateurs européens », a déploré Graeme Taylor, de l’Association de protection des cultures européennes (European Crop Protection Association). A l’inverse, des organisations écologistes et des collectifs citoyens plaident pour une interdiction totale des produits au glyphosate en l’absence d’un consensus scientifique. « Il est scandaleux mais pas inhabituel de voir la Commission maintenir des pesticides dangereux sur le marché une fois leur autorisation expirée (…) Ce qui est nouveau cette fois, c’est que des gouvernements ont fait attention et n’ont pas simplement endossé une proposition de la Commission », a déclaré Franziska Achterberg, directrice chargée de la politique alimentaire européenne pour Greenpeace.

(Avec Reuters)

La campagne française à vendre aux Chinois ?

La campagne française à vendre aux Chinois ?

 

Partout dans le monde les Chinois achètent des terres agricoles notamment en Afrique mais aussi en France. Pas étonnant les Chinois ont offert 15 000 euros à l’hectare quand le prix du marché est plus proche de 4 000 euros. . L’équivalent de 1.700 terrains de football de terres céréalières situées dans l’Indre près de Châteauroux est tombé dans le giron du conglomérat chinois Hongyang. L’année dernière, ces terres appartenant à cinq exploitations ont été regroupées au sein d’une société agricole. Quatre-vingt-dix-huit pour cent des parts sociales de l’entreprise ont ensuite été transférées au groupe Hongyang sans que la Safer, organisme chargé de l’aménagement rural, ait pu exercer son droit de regard. La Safer (Société d’aménagement foncier et d’établissement rural) ne peut intervenir que lorsque les terres sont cédées en direct, ou si 100% du capital d’une société agricole change de mains. La transaction est légale, aucun texte ne l’interdisant. L’homme d’affaires français Marc Fressange, président de la société Ouh la la basée en Chine et spécialisée dans l’exportation de vins et de produits fins, aurait agi en intermédiaire auprès de Hongyang. Une opération réalisée en toute discrétion. « Le foncier est en train de nous échapper, tonne Emmanuel Hyest, président de la fédération nationale des Safer. C’est un danger pour la profession agricole et pour les citoyens. Certes, les Chinois ont déjà investi dans les vignobles. Mais les surfaces sont plus petites et ce n’est pas vital. Concernant les céréales, notre autonomie alimentaire est en jeu. » À La Garenne près de Châteauroux, Hervé Coupeau, qui cultive des céréales et élève des volailles, sonne le tocsin. « Les Chinois ont acheté ces champs environ 15.000 euros l’hectare, alors qu’ils s’échangent plutôt à 4.000 euros l’hectare. On peut comprendre les vendeurs : leur faible retraite en fin d’activité les pousse à céder au plus offrant. En raison de la crise, certains sont aux abois. Mais cette spéculation bloque les moins fortunés »En tant que président du syndicat agricole FDSEA Indre, Hervé Coupeau redoute que Hongyang « embauche des salariés voire des intérimaires, alors que des familles doivent s’installer dans la région. C’est une question de vitalité. Nous souhaitons discuter avec le groupe pour qu’il loue des terres à de jeunes agriculteurs ».

1...1213141516...19



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol