Archive pour la Catégorie 'actu-économie politique'

Page 3 sur 814

Réforme EDF. L’indépendance énergétique française menacée ?

Réforme EDF. L’indépendance énergétique française menacée ?

 

Si le gouvernement français se soumet aux exigences de la Commission européenne, cela signifiera la fin de l’opérateur historique et constituera une menace directe pour l’indépendance énergétique nationale, avertit le chercheur Dominique Finon dans une tribune au « Monde ».

 

L’objectif principal du projet de réorganisation d’EDF baptisé « Hercule » est de faire accepter une nouvelle réglementation des prix du nucléaire par Bruxelles, à côté d’autres objectifs tels que la recherche d’un meilleur cadre de financements pour les projets nucléaires futurs.

Le projet consiste donc à séparer les activités de production des activités de commercialisation, afin de rendre transparents tous les achats d’EDF qui devront être faits sur le marché de gros, au même titre que ses concurrents fournisseurs. Pour ce faire, seraient créées des entreprises autonomes de statut différent : « EDF bleu », publique, pour les productions nucléaires ; « EDF vert », privatisable jusqu’à 35 %, qui inclurait les activités commerciales d’EDF aux côtés d’autres activités régulées. Le tout serait coiffé et piloté étroitement par une holding publique.

Or Bruxelles veut imposer une version beaucoup plus dure. La Commission veut que la holding soit sans rôle stratégique ni financier ; elle veut imposer une séparation totale entre les nouvelles entités d’EDF pour empêcher toute circulation de ressources financières entre elles et toute coordination entre filiales. Bref, ce serait la fin d’EDF à part entière si le gouvernement se soumettait aux exigences de Bruxelles.

Cette situation est de fait le résultat d’une longue histoire où les gouvernements français successifs ont toujours cherché à résister à la mise en œuvre intégrale du modèle de marché dans le secteur électrique, en en faisant le moins possible en matière de transposition des directives et en inventant des dispositifs dérogatoires aux règles de la concurrence.

Ils ont ainsi retardé le plus possible la disparition des tarifs réglementés de vente (TRV) pour les industriels pendant les années 2000, puis pour les ménages pendant les années 2010. Le maintien des TRV rend en soi difficiles les entrées de fournisseurs alternatifs, qui doivent s’alimenter sur le marché de gros à des prix supérieurs.

Si la réticence permanente de la France à appliquer le modèle de marché apparaît légitime politiquement, car il s’agit de faire profiter les industriels et les ménages français de la « rente nucléaire », cette recherche régulière de dérogation aux règles de la concurrence a placé la France sous l’œil suspicieux de la Commission européenne. Et à force de vouloir déroger, le piège est en train de se refermer, avec le sacrifice d’EDF sur l’autel du marché et de la concurrence.

Le dangereux déni de dette (Jean Pisani-Ferry)

Le dangereux déni de dette (Jean Pisani-Ferry)

 

Ce qui est malsain, avec la proposition d’annuler la dette, c’est le déni de réalité consistant à affirmer que l’Etat peut effacer une partie de ses engagements sans que cela ne coûte à personne, estime l’économiste dans sa chronique au Monde. .

Chronique.

 

En arrivant à la Maison Blanche, Joe Biden a trouvé une dette publique de 27 000 milliards de dollars (22 380 milliards d’euros) et un déficit public de 3 600 milliards de dollars. Sa première décision a pourtant été d’engager un plan de soutien de 1 900 milliards, qui viendra s’ajouter aux 900 milliards votés en décembre 2020 à l’initiative de son prédécesseur. Au total, 13 points de produit intérieur brut (PIB), financés par endettement, vont être injectés dans l’économie américaine au cours des mois à venir.

En France, comme dans la zone euro, un soutien budgétaire de l’ordre de 4 % du PIB a permis en 2020 de maintenir le revenu moyen des ménages. En 2021, l’effort dépendra de la situation sanitaire, mais la mécanique restera la même. Le plan européen apportera peut-être un demi-point de PIB supplémentaire. Même en comptant des stabilisateurs automatiques plus puissants, on restera très en deçà des 13 points de PIB américains.

Outre-Atlantique, l’initiative Biden fait controverse : ce plan, disent les critiques, sollicite à l’excès des marges de croissance plus limitées qu’on ne le croit, et risque de déboucher sur une poussée inflationniste. Mais l’augmentation de la dette publique n’alarme personne.

En France, en revanche, où pourtant la dette est plus faible (115 % du PIB au lieu de 129 %), c’est paradoxalement sur celle-ci que se concentrent les débats. Le premier ministre Jean Castex a chargé une commission de préparer le redressement des comptes. Certains envisagent un recul de l’âge de la retraite. Les avocats de l’impôt fourbissent leurs armes. Le cantonnement a ses partisans. Et un petit groupe d’économistes mène campagne pour une annulation des 3 000 milliards d’euros d’obligations d’Etat détenues par la Banque centrale européenne (BCE).

Ces discussions sont prématurées. Avec maintenant le spectre d’une persistance de la pandémie, personne ne sait quand la situation reviendra à la normale. Dans ce contexte, l’impératif est ailleurs : amplifier la réponse sanitaire, continuer à protéger le revenu des personnes, prévenir le décrochage des plus vulnérables, préserver les entreprises.

En raison du niveau des taux, et grâce à l’action de la BCE, les Etats peuvent s’y consacrer sans se soucier de leurs conditions d’emprunt. Le premier risque pour la France n’est pas que cette crise la laisse trop endettée, c’est qu’elle la laisse industriellement et socialement anémiée.

Énergie : les défis des opérateurs historiques

Énergie : les défis des opérateurs historiques

 

Face aux mutations du marché et à une concurrence accrue, les opérateurs énergétiques historiques cherchent leur voie entre stabilité et agilité, constate l’économiste Sophie Méritet dans une tribune au Monde.

Tribune.

 

 Confrontés à un environnement en pleine mutation, les énergéticiens européens se sont engagés dans une revue de leurs actifs et de leurs stratégies. Dans ce contexte, la diminution de l’empreinte carbone est une priorité.

La réglementation constitue un facteur structurel de transformation dans le secteur de l’énergie. Les autorités nationales et européennes ont défini des objectifs dans la lutte contre le changement climatique, tout en incitant le développement de nouveaux modes de consommation et de production, comme l’autoconsommation. Malgré la réduction record de 7 % des émissions en 2020, liée à la crise sanitaire, l’atteinte des objectifs fixés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre demeure un défi. Dans la transition énergétique, les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique jouent un rôle croissant. (avec pour objectif en 2030 de porter la part des énergies renouvelables à au moins 32 % et d’améliorer l’efficacité énergétique d’au moins 32,5 %).

Les investissements dans les énergies propres ne sont plus uniquement le fait des Etats, mais aussi des entreprises. L’abandon des énergies carbonées peut être un choix stratégique motivé par la diminution volontaire de l’empreinte carbone, comme par la recherche de rentabilité. Les centrales à charbon ne sont par exemple plus aussi rentables qu’avant sous l’effet des réglementations européennes environnementales plus strictes et de la hausse des prix des combustibles. Pas étonnant donc que les groupes énergétiques se retirent des actifs thermiques comme les constructeurs General Electric et Siemens, ou progressivement les opérateurs Engie ou RWE.

Les actionnaires incitent les énergéticiens à se diversifier en se tournant vers des énergies moins carbonées. Récemment, des plans d’investissements massifs dans les énergies vertes ont été annoncés par les groupes européens (par exemple l’italien Enel, avec 17 milliards d’ici 2023 et 70 milliards d’ici 2030 dans le solaire ou l’éolien, ou l’espagnol Iberdrola, avec 75 milliards d’euros dans la transition écologique). A court terme, ces dépenses auront un impact négatif sur la rentabilité. A long terme, elles permettront de pérenniser les activités. La réduction des subventions, avec une hausse des taux, représente néanmoins un risque à ne pas sous-estimer dans le secteur des énergies renouvelables.

A ce mouvement d’investissement dans les énergies renouvelables s’ajoutent deux éléments de rupture : les innovations technologiques et les comportements des consommateurs. Ces derniers prennent l’habitude de produire leur énergie, ou de la stocker, de façon autonome. Avec les progrès techniques, les coûts continuent de diminuer, aussi bien pour les sources d’énergies propres, comme l’éolien (– 39 % sur le terrestre, selon l’Agence internationale pour les énergies renouvelables [Irena], entre 2010 et 2020), que pour les batteries des véhicules électriques et celles de stockage stationnaire (en moyenne – 13 % par an depuis deux ans, selon l’Irena).

Post brexit : Les Pays-Bas bénéficiaires

Post brexit  : Les Pays-Bas bénéficiaires

 

Le Brexit se révèle comme un véritable casse-tête administratif pour les échanges en provenance du Royaume-Uni. D’où la décision de certaines grandes firmes internationales de se délocaliser dans les Pays-Bas.( On notera toutefois que le phénomène d’inscription des entreprises aux Pays-Bas -Dont la fiscalité est très laxiste- n’est pas nouveau mais là il s’accélère).

Les Pays-Bas sont doublement bénéficiaires du brexit  avec d’une part la bourse d’Amsterdam qui le mois dernier a supplanté la bourse de Londres, d’autre part avec une vague d’installation de sièges sociaux. À noter aussi un certain détournement des flux commerciaux via les ports des Pays-Bas qui empruntaient précédemment les ports britanniques.

Des incertitudes persistantes sur les conditions commerciales post-Brexit ont poussé 78 compagnies internationales à déménager aux Pays-Bas en 2020, a annoncé jeudi l’Agence néerlandaise des investissements étrangers (NFIA).

Selon la NFIA, « de nombreuses entreprises au Royaume-Uni connaissent actuellement des problèmes », dus notamment à de nouvelles procédures administratives et à des délais de livraison supplémentaires.

Les Pays-Bas s’affichent pour l’instant comme les grands bénéficiaires du Brexit, une récente étude du Financial Times constatant que la Bourse d’Amsterdam a supplanté le mois dernier celle de Londres en tant que plus gros marché d’actions d’Europe.

Les aides publiques devront prendre fin (la déclaration inutile de la Banque de France)

Les aides publiques devront prendre fin  (la déclaration inutile de la Banque de France)

 

Depuis que la Banque de France ne sert plus à grand-chose, ses dirigeant pratiquent une politique de communication qui selon les cas s’aligne sur celle de la banque centrale européenne (qu’ils espèrent un jour diriger) et où celle du gouvernement. Ainsi le gouverneur de la Banque de France vient-il de délivrer une nouvelle vérité de Lapalisse en indiquant que les aides devront prendre fin

 

On peut faire ce difficilement plus banal et plus évident. Les aides publiques ne pourront éternellement continuer et progressivement devront diminuer quand la situation endémique et les mesures de restriction se seront fortement atténuées.

 

Ce genre de déclaration du gouverneur de la banque de France n’apporte strictement rien. Ou alors il faudrait le compléter avec une perspective temporelle est aussi des modalités sur la réduction des enveloppes de soutien public.

 

Ou alors c’est simplement la reprise d’un discours d’austérité histoire de maintenir l’ambiance pour le cas où les Français ne seraient pas convaincus des dégâts de la crise sanitaire, sociale ,économique et financière.

 

Du côté monétaire, tant que la situation d’inflation trop basse persiste, nous devons agir sans hésiter au nom même de notre mandat », souligne François Villeroy de Galhau, également membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE). Le gouverneur de la banque de France prend des précautions oratoires vis-à-vis de l’inflation dont il écarte bien imprudemment le retour considérant que l’amorce de la reprise des prix aux États-Unis ne peut contaminer l’Europe

Chômage États-Unis : hausse

 Chômage États-Unis : hausse

 

Alors que les indicateurs économiques paraissaient relativement optimistes notamment en matière de croissance, ils viennent d’être contrariés par la publication de la hausse du chômage pendant la semaine du 7 au 13 février.

. Entre le 7 et le 13 février, 861.000 personnes se sont inscrites au chômage, quand les analystes en attendaient 775.000.

Cela représente 13.000 inscriptions de plus que la semaine précédente, pour laquelle les données ont été révisées en hausse: ce sont 848.000 personnes qui s’étaient inscrites, soit 55.000 de plus qu’initialement annoncé. En revanche, le nombre de personnes touchant une aide pour le chômage ou la perte de revenus a diminué au cours de la dernière semaine de janvier, selon les dernières données disponibles, également publiées jeudi.

Les États-Unis comptent désormais 18,3 millions de bénéficiaires d’une allocation, un chiffre qui avait grimpé à 20,4 millions la semaine précédente. Cela représentait 2,6 millions de personnes de plus que la semaine précédente, en raison de la prolongation jusqu’en mars des aides au chômage pour tous les bénéficiaires. Ainsi, les nombreux Américains dont les droits au chômage avaient expiré avaient pu se réinscrire.

Le taux de chômage a reculé de 0,4 point en janvier, pour s’établir à 6,3%. Mais selon le président de la Banque centrale américaine (Fed), il est en réalité plus proche des 10% en raison que nombreux Américains ne touchent aucune allocation.

Economie, social, société : les plus lus

Economie États-Unis : la crainte de l’inflation

Economie États-Unis : la crainte de l’inflation

Alors que nombre d’experts ont renvoyé à beaucoup plus tard le problèmede  l’inflation, les réalités économiques reprennent le dessus avec le risque de hausse des prix aux États-Unis parallèlement à une reprise de la consommation. Pour preuve aussi des risques inflationnistes:  la hausse en même temps du taux des bons du trésor.

 

Pourtant nombre d’experts n’ont cessé d’affirmer que la conjoncture était à l’abri de risques inflationnistes pour des années en raison des taux très bas offerts par les banques centrales sur des masses de liquidités.

 

Il est pourtant clair que ce risque va réapparaître sitôt que la demande fera pression sur l’offre. Et cela d’autant plus que des inquiétudes se manifestent sur la valeur à terme des grandes monnaies ( suralimentées par les masses de liquidités). Avec le redémarrage de la croissance, inévitablement l’inflation risque de partir. On constate d’ailleurs aux États-Unis une hausse très significative de 1,3 % sur les prix à la production sur un mois.

 

Les dépenses des consommateurs américains ont été en janvier supérieures de 5,3% à celles de décembre, de 7,4% à celles de janvier 2020, selon les données publiées mercredi par le département du Commerce. Cette hausse est la première après trois mois de baisse. «La seule explication logique (…) est que la deuxième série de mesures de relance a touché sa cible et a été dépensée presque immédiatement», souligne l’économiste Joel Naroff dans une note.

Les comptes en banque des ménages américains ont en effet été un peu renfloués par le plan de relance de 900 milliards de dollars adopté fin décembre au Congrès et ratifié par Donald Trump, après des mois de négociations. Les chèques de 600 dollars par personne et les allocations chômage prolongées leur ont permis d’acheter des appareils électroniques, meubles et objets pour la maison, livres, instruments de musiques, articles de sports et de loisirs. Même les bars et restaurants, qui souffrent particulièrement de la crise, ont vu leurs ventes grimper, pour la première fois depuis septembre.

Certains experts craignent un emballement, et une forte hausse des prix, à l’instar de Larry Summers, ancien secrétaire au Trésor de Bill Clinton et principal conseiller économique de Barack Obama, qui craint «des pressions inflationnistes inédites depuis une génération». La question est surtout de savoir si cette hausse des prix sera durable ou seulement temporaire – liée notamment à un effet de comparaison par rapport aux prix faibles du printemps 2020 et à l’emballement après une année de restrictions.

L’urgence du dialogue social

 L’urgence du dialogue social

Par souci d’efficacité mais aussi parce que cela contribue à favoriser une vie plus démocratique, le rôle du dialogue social doit être renforcé pour apporter une contribution décisive au rebond économique en cours après la période de confinement ayant entrainé un arrêt des activités estiment Jacques Barthelemy avocat-conseil en droit socialet et Gilbert Cette professeur associé à l’Université d’Aix-Marseille.

 

 

 

Le rebond économique en cours pourrait être renforcé par un rôle plus grand conféré au dialogue social dans l’élaboration, via les accords de performances collectives (APC), des compromis transitoires visant à concilier la protection du travailleur et l’intérêt (voire la survie) de l’entreprise. Ces compromis pourraient s’inscrire dans une supplétivité accrue, y compris dans le domaine salarial, des normes conventionnelles de branches vis-à-vis de celles élaborées au niveau de l’entreprise.

Par souci d’efficacité mais aussi parce que cela contribue à favoriser une vie plus démocratique, le rôle du dialogue social doit être renforcé pour apporter une contribution décisive au rebond économique en cours après la période de confinement ayant entraîné un arrêt des activités. Durant cette période, a été renforcé un dispositif d’activité partielle (autrefois nommé « chômage partiel ») afin de protéger d’un côté les entreprises du risque de défaillance et les travailleurs du risque de licenciements collectifs. Ce dispositif a logiquement été rendu moins généreux à partir de la sortie du confinement dans une double perspective de maîtriser les finances publiques et d’inciter à la reprise d’activité. Le système français demeure, malgré cette réduction, le plus généreux parmi ceux en vigueur dans les pays comparables.

Responsabilisation. Le dispositif parallèle d’activité partielle de longue durée (APLD) subit aussi une réforme en profondeur. Il reste plus favorable que celui reconfiguré d’activité partielle mais il doit résulter d’un accord collectif, de branche ou d’entreprise. Cela atteste d’une volonté de l’Etat de responsabilisation des partenaires sociaux par l’édification de compromis entre rémunérations et garanties d’emploi. Pour autant, l’APLD et le dispositif de droit commun d’activité partielle sont à la fois complexes et très onéreux pour les finances publiques ainsi que contraignants sur le terrain des rémunérations. Il serait, au nom de l’intérêt général, souhaitable que les deux constructions soient progressivement rendues moins attractives et que soient rendus plus attractifs les accords de performance collective (APC) grâce, notamment, à une aide publique qui aurait un caractère incitatif.

Les minima salariaux conventionnels de branche attachés à une qualification relèvent-ils (ou non) de « l’ordre public professionnel », auquel il est impossible de déroger ?

Au nom de l’intérêt de l’entreprise – qui ne se résume pas à celui des détenteurs du capital – l’accord organisant l’APC peut prévoir de nombreux aménagements dans la relation contractuelle individuelle au nom de l’avantage créé pour la collectivité de travail. Si ces aménagements affectent un élément substantiel du contrat de travail, l’existence d’une norme créée au nom de l’intérêt de la collectivité peut, en cas de refus du salarié, conférer une cause réelle et sérieuse de licenciement éventuel. L’accord créant l’APC peut organiser pour des périodes transitoires des baisses de salaires contreparties de garanties d’emploi, bien sûr dans le respect à la fois de dispositions impératives, d’ordre public comme le smic ou relevant de la qualification d’élément substantiel absolu du contrat de travail. Le rôle de l’accord créant l’APC pourrait encore être amplifié.

Les normes, en matière de rémunération, résultant de la convention collective de branche, pourraient être transitoirement écartées par cet accord. La concrétisation, de fait, de l’objectif emploi, de l’intérêt de la collectivité rend plus aisément acceptable la réduction d’avantages individuels, d’autant qu’elle est temporaire. D’où du reste une question essentielle : les minima salariaux conventionnels de branche attachés à une qualification relèvent-ils (ou non) de « l’ordre public professionnel », auquel il est impossible de déroger ? Cette question souligne l’importance d’une réflexion sur la primauté de l’intérêt de la collectivité, spécialement au nom de l’emploi, et donc du rôle fondamental de l’accord collectif.

Tissu conventionnel. On voit dans ce qui précède l’importance de privilégier le tissu conventionnel dans la construction du droit (pratique) du travail. La responsabilité de la loi, du règlement devrait s’exprimer de façon impérative exclusivement sur ce qui ressort des droits fondamentaux. Dans cette perspective, la négociation de branche doit voir son rôle fortement dynamisé, dans le contexte actuel de restructuration des branches professionnelles qui en réduit massivement le nombre. Cette dynamisation s’inscrirait dans la logique de supplétivité des ordonnances travail, supplétivité des normes légales vis-à-vis des normes conventionnelles de branche et d’entreprise, et supplétivité des normes conventionnelles de branche vis-à-vis de celles élaborées au niveau de l’entreprise.

Adopter une stratégie ambitieuse fondée sur un rôle accru du dialogue social favoriserait l’épanouissement d’un droit social – et pas seulement du travail – conférant une place prépondérante au droit conventionnel et donc à la négociation collective et au dialogue social

Ce dernier aspect est important dans la mesure où l’entreprise est le lieu le plus approprié pour l’élaboration des normes transitoires. Mais par la négociation collective car c’est le seul moyen, au nom de l’intérêt général, de concilier protection du travailleur, de sa santé et de son emploi, avec la performance économique de l’entreprise, et même dans de nombreux cas sa survie. L’accord sur l’APC pourrait ainsi devenir le véhicule le plus à même de répondre à des situations d’urgence. Cela rend indispensable, parce qu’on est alors sur le terrain de l’intérêt général, une stimulation des volontés par un accompagnement budgétaire mais moins généreux que les dispositifs destinés actuellement à l’activité réduite, dont l’APLD.

Adopter une stratégie ambitieuse fondée sur un rôle accru du dialogue social favoriserait l’épanouissement d’un droit social – et pas seulement du travail – conférant une place prépondérante au droit conventionnel et donc à la négociation collective et au dialogue social. Cela exige une grande qualité du dialogue social, rendue possible par l’accord de méthode ayant pour finalité équilibre des pouvoirs entre les parties, comportement loyal des négociateurs et exécution de bonne foi des textes signés.

Jacques Barthelemy est avocat-conseil en droit social (honoraire). Gilbert Cette est professeur associé à l’Université d’Aix-Marseille. Ils sont co-auteurs de Travailler au XXIe siècle – L’uberisation de l’économie ?, Editions Odile Jacob, 2017.

L’automatisation : le grand enjeu d’Amazon

L’automatisation : le grand enjeu d’Amazon

Un article du Wall Street Journal aborde la problématique de l’automatisation pour une entreprise comme Amazon grande utilisatrice de main-d’œuvre.

 

Amazon a bien plus d’employés que ses concurrents, que ce soit Microsoft, Google ou Apple, et nombre d’entre eux sont des travailleurs manuels peu qualifiés, et non des ingénieurs logiciels. L’entreprise est également partenaire avec environ 2,4 millions de vendeurs tiers sur sa marketplace, qui génèrent la majorité des ventes sur sa plateforme de e-commerce. Mais le nouveau directeur général, M. Jassy — un fidèle adjoint et un disciple dévoué du fondateur Jeff Bezos — dispose d’un outil puissant pour manager un tel bataillon d’employés et de partenaires : une infrastructure logicielle en cloud tout aussi étendue qu’il chapeaute depuis sa création.

Si Andy Jassy parvient à faire en sorte que les algorithmes s’occupent des salariés et des partenaires de manière aussi humaine qu’il manage apparemment les individus avec lesquelles il travaille personnellement, cela pourrait constituer son principal legs en tant que directeur général

La manière dont Amazon utilise des logiciels pour tout gérer ne ressemble à aucune autre entreprise ou presque, à l’exception peut-être des géants de la « gig-economy » (économie à la tâche) que sont Uber, Lyft, DoorDash et Instacart. Qu’ils conduisent une camionnette de livraison, qu’ils prélèvent des articles sur des étagères ou qu’ils essaient de faire le suivi de leurs stocks de produits pour éviter d’être déréférencés, les employés, les sous-traitants et les vendeurs tiers d’Amazon sont contrôlés, évalués, récompensés — et font même l’objet de signalements en vue être sanctionnés ou coachés — par des logiciels.

Bien que M. Jassy soit souvent décrit par ceux qui ont travaillé pour lui comme quelqu’un ressemblant beaucoup à Jeff Bezos — mais peut-être en plus doux et chaleureux —, on peut affirmer qu’il existe actuellement un fort contraste entre la façon dont il se comporte dans ses relations quotidiennes et celle dont les algorithmes et l’intelligence artificielle d’Amazon traitent les millions d’employés de terrain et de marchands sur sa marketplace. Si M. Jassy parvient à faire en sorte que les algorithmes s’occupent des salariés et des partenaires de manière aussi humaine qu’il manage apparemment les individus avec lesquelles il travaille personnellement, cela pourrait constituer son principal legs en tant que directeur général.

Ayant fondé Amazon Web Services à partir d’une petite start-up qu’il a dirigée au sein d’Amazon, au début des années 2000, pour en faire le mastodonte du secteur du cloud (qui génère la moitié des bénéfices d’Amazon), M. Jassy a une parfaite compréhension non seulement des arcanes Internet des innombrables entreprises de la tech, de Netflix à Slack, qu’AWS accompagne, mais aussi comment cette unité est connectée à la myriade d’activités exploitées par Amazon lui-même. Aujourd’hui âgé de 53 ans, M. Jassy a rejoint Amazon en 1997, juste après avoir obtenu son diplôme de la Harvard Business School.

L’expérience acquise par M. Jassy dans le domaine du cloud ne l’a peut-être pas préparé à prendre la tête d’un concurrent comme Walmart, dont le modèle est toujours basé sur les magasins physiques. Mais, avec ses vingt-quatre ans passés chez Amazon, il dispose de tous les atouts pour diriger les activités de l’entreprise, que ce soit le e-commerce ou le reste de son empire tentaculaire. (Le cloud computing est une technologie informatique à distance accessible par Internet, centrale dans un nombre incalculable de domaines, de la révolution mobile aux dizaines de services que nous considérons comme allant de soi, comme par exemple le streaming ou l’IA).

L’empire Amazon est aujourd’hui confronté à des défis — technologiques, opérationnels et réglementaires — aussi importants que ceux auxquels il a dû faire face par le passé.

Andy Jassy pourra-t-il trouver un équilibre entre le statut d’Amazon, un des plus grands employeurs américains, et la volonté de la société d’automatiser autant de tâches que possible ?

Primo, une question concerne l’essence même de la société qu’Amazon souhaite être. Ses dirigeants insistent sur leur volonté de préserver la santé de leurs employés et de leur donner des opportunités de carrière et de formation. Mais la façon dont Amazon manage à la fois ses salariés et les vendeurs tiers via des algorithmes est souvent en contradiction avec ces aspirations. Si M. Jassy décidait d’apporter des changements, Amazon parviendra-t-il à concevoir ses logiciels et ses systèmes de manière à ce qu’ils répondent mieux aux besoins de ceux auxquels ils servent et sur lesquels ils exercent leur pouvoir ?

Secundo, l’infrastructure en cloud qu’Amazon utilise pour gérer et conclure des transactions avec ses millions de clients héberge également des systèmes qui, selon de nombreux témoignages, poussent ses employés à travailler encore plus dur, et laissent souvent ses vendeurs tiers dans le flou sur la meilleure manière de naviguer sur sa marketplace — ce qui alimente les plaintes et les enquêtes sur ses pratiques en matière de conditions de conditions de travail et de concurrence. Amazon va-t-il concevoir ses systèmes de manière à améliorer la qualité de vie de ses employés et à promouvoir des relations meilleures et plus transparentes avec ses marchands ?

Tertio, M. Jassy pourra-t-il trouver un équilibre entre le statut d’Amazon, un des plus grands employeurs américains, et la volonté de la société d’automatiser autant de tâches que possible ? Enfin, dans quelle mesure pourra-t-il atteindre ses objectifs alors les enquêtes antitrust et les appels au démantèlement de l’entreprise se multiplient ?

Le départ de M. Bezos de son poste de directeur général donne à l’entreprise l’occasion d’essayer de redorer son image publique, à Washington et dans le monde entier. Beaucoup de ceux qui ont travaillé avec M. Jassy expliquent que, bien qu’il ressemble à M. Bezos à certains égards, il est d’un naturel plus doux et plus réservé.

Vice-président senior de la vente au détail chez Amazon de 1997 à 2002, David Risher a travaillé en étroite collaboration avec M. Jassy. « Si l’on se fie à son passé, il va diriger tout autant avec son cœur qu’avec sa tête, assure M. Risher. Il manage toujours avec une véritable empathie, pas en faisant semblant. » Les deux hommes sont toujours en contact : M. Jassy est membre du conseil consultatif de l’association Worldreader de M. Risher, qui aide les enfants défavorisés à avoir accès aux livres numériques.

Dans les activités de e-commerce d’Amazon, à toutes les étapes de la chaîne d’approvisionnement, les humains intègrent rapidement des emplois qui ne nécessitent presque aucune formation. Cela a été rendu possible par la manière dont ces tâches sont régies et encadrées par les algorithmes et l’automatisation. Dans les centres logistiques les plus sophistiqués d’Amazon, par exemple, les employés collectant des articles sur les rayonnages robotisés sont surveillés par des caméras équipées d’un système d’intelligence artificielle. Un lecteur de code-barres connecté au cloud contrôle la vitesse à laquelle ils choisissent les articles, le nombre et la durée de leurs pauses et s’ils prennent les bons articles et les placent aux bons endroits. Les responsables ne doivent intervenir que si le logiciel signale un problème, par exemple si un employé prend du retard.

Un porte-parole d’Amazon rejette l’idée que, dans les entrepôts, toute personne est « gérée par un algorithme », au motif que tous les collaborateurs ont au-dessus d’eux un manager humain qui en est responsable et les coache s’ils ne répondent pas aux objectifs de rendement. « Nos travailleurs de terrain sont le cœur et l’âme d’Amazon », et reçoivent les mêmes avantages que les autres employés de l’entreprise dès leur premier jour de travail, ajoute le porte-parole. Par le passé, Amazon avait assuré que seul un faible pourcentage de ses collaborateurs étaient licenciés ou quittaient l’entreprise pour manque de performances.

L’entreprise a eu recours à de nombreuses stratégies pour entraver la syndicalisation dans ses locaux, avançant, entre autres, qu’une main-d’œuvre syndiquée réduirait la flexibilité nécessaire pour continuer à s’adapter

Les logiciels, eux, ont déjà remplacé les salariés qui s’occupaient des comptes des partenaires commerciaux. Même les grandes marques qui décident de vendre sur Amazon ont pour la plupart affaire avec les systèmes automatisés de l’entreprise. L’IA régit presque entièrement la façon dont les vendeurs sont traités sur la marketplace d’Amazon, et il n’est pas toujours facile de travailler avec elle, explique Jason Boyce, qui a été pendant dix-sept ans l’un des 200 meilleurs vendeurs sur la plateforme, et a ensuite fondé Avenue7Media, qui aide les entreprises à vendre sur la marketplace d’Amazon.

« Leur IA n’est pas toujours très subtile », estime-t-il. Il arrive que les listings de vendeurs soient réduits sans préavis ou presque : les petites entreprises doivent alors se débrouiller pour payer les salaires, ajoute-t-il.

« Amazon investit lourdement pour épauler ses vendeurs, car nous travaillons ensemble pour servir leurs clients et protéger leurs marques, déclare un porte-parole d’Amazon. Il est dans notre intérêt économique de minimiser les perturbations affectant les ventes de nos partenaires commerciaux, et nous travaillons dur pour éviter les erreurs en matière d’exécution. Nous contactons tous les vendeurs présentant peu de faibles risques ou permanents avant de les suspendre, et nous fournissons des indications claires pour qu’ils puissent faire appel de ces décisions par l’intermédiaire de notre équipe. »

Jeff Bezos, doté d’un indéniable talent de vision à long terme, semble avoir choisi le bon moment pour nommer un nouveau directeur général imperturbable qui a l’opportunité, et peut-être le tempérament, de redorer le blason d’Amazon

M. Jassy pourrait choisir d’améliorer ces systèmes, ou, au contraire, se contenter d’automatiser la plupart des rôles occupés par des employés. Et, si les régulateurs n’interviennent pas, il pourrait faire de même dans les relations avec nombre de ses partenaires et des marchands présents sur sa marketplace.

A l’heure actuelle, Amazon cherche autant d’employés que possible. Mais selon les résultats des actions destinées à renforcer la syndicalisation au sein de l’entreprise, celle-ci pourrait bientôt avoir une autre grande raison d’automatiser le plus rapidement possible des postes. L’entreprise a eu recours à de nombreuses stratégies pour entraver la syndicalisation dans ses locaux, avançant, entre autres, qu’une main-d’œuvre syndiquée réduirait la flexibilité nécessaire pour continuer à s’adapter.

Il est clair qu’Amazon veut utiliser ses infrastructures d’IA et de cloud computing pour mener à bien une automatisation encore plus poussée, comme par exemple sur la livraison autonome, à la fois par drones et véhicules sur roues. Alors qu’au niveau local, Amazon sous-traite à des milliers de franchisés le dernier kilomètre de livraison sur son propre réseau logistique, la société pourrait mettre fin aux contrats avec ces entreprises pratiquement du jour au lendemain, comme elle l’a déjà fait par le passé, sans que cela n’affecte la taille des effectifs qu’elle emploie directement.

M. Bezos, doté d’un indéniable talent de vision à long terme, semble avoir choisi le bon moment pour nommer un nouveau directeur général imperturbable qui a l’opportunité, et peut-être le tempérament, de redorer le blason d’Amazon. Outre la syndicalisation, le plus grand défi qui se profile dans l’immédiat pour l’entreprise pourrait être d’affronter, pendant des années, des séries auditions devant le Congrès et des enquêtes fédérales cherchant à déterminer si Amazon constitue un monopole susceptible d’être démantelé, souligne Paul Armstrong, analyste du secteur et créateur du bulletin d’information What Did Amazon Do This Week.

Sous la direction de M. Jassy, « je pense que vous risquez de vous retrouver avec un Amazon plus ennuyeux », ajoute M. Armstrong. Connu pour son sang-froid et son souci du détail, M. Jassy a aussi l’avantage de ne pas s’identifier à l’entreprise aussi personnellement que M. Bezos, son créateur. Cela pourrait lui être utile, car il sera contraint de comparaître devant le Congrès de manière récurrente et de passer une grande partie de son temps à s’enfermer avec ses avocats, si les actions antitrust contre Amazon se concrétisaient.

Utiliser l’IA, les logiciels et l’automatisation pour alléger les tâches des employés, ou pour les obliger à travailler plus dur afin de suivre le rythme, est un choix auquel toutes les entreprises sont confrontées à l’ère de la numérisation. Mais aucune ne l’est plus qu’Amazon. Il est possible que M. Jassy choisisse de gérer cette transition différemment de M. Bezos, connu pour son exigence. Il est également possible qu’il se sente contraint, à cause de la surveillance des régulateurs, de gérer les choses autrement que son prédécesseur.

(Traduit à partir de la version originale en anglais par Grégoire Arnould)

Traduit à partir de la version originale en anglais

Sanofi : les actionnaires institutionnels doivent peser sur la stratégie

Sanofi : les actionnaires institutionnels doivent peser sur la stratégie

L’économiste Stéphanie Villers explique, dans une tribune au « Monde », qu’en misant sur l’Investissement socialement responsable (ISR), les actionnaires de Sanofi, notamment les investisseurs institutionnels, pourraient utilement peser sur les choix stratégiques de l’entreprise dont ils détiennent la majeure partie du capital.

Tribune. A l’annonce de la distribution de 40 % de ses bénéfices réalisés en 2020 sous forme de dividendes, nombreux sont ceux à avoir poussé des cris d’orfraie contre Sanofi. Un scandale dans un contexte de crise Covid sur fond d’échec à l’innovation et de suppression de postes. Comment notre fleuron pharmaceutique peut-il distribuer près de 4 milliards d’euros à ses actionnaires alors qu’il a échoué dans l’élaboration d’un vaccin efficace contre le Covid-19 et qu’il s’apprête à licencier ?

On comprend, vu de loin, que ces décisions puissent choquer. Se permettre de se montrer à la fois dispendieux après un échec industriel et socialement brutal paraît choquant. Pour autant, rappelons la mécanique boursière. Elle peut se résumer en une confrontation de l’offre et de la demande. Ainsi, face à un tel revers sur sa capacité à innover et à entrer dans le jeu de la concurrence internationale, la meilleure défense à court terme pour le groupe est de montrer patte blanche en matière de gestion financière, pour apaiser les craintes des actionnaires sur l’intérêt de conserver l’action Sanofi en portefeuille.

 

Ne rien faire et ne rien proposer risquerait, à l’inverse, de déclencher une désaffection des marchés pour le titre Sanofi et, in fine, une sanction sur sa valeur pouvant aller jusqu’à l’effondrement de son cours. La stratégie boursière qu’ont conduite les dirigeants de Sanofi en annonçant cette distribution conséquente de dividendes vise ainsi à ménager leurs actionnaires. 

Les investisseurs institutionnels, acteurs incontournables

Mais il reste une marge de manœuvre qui demeure entre les mains de ces derniers pour rectifier le tir. Un changement de comportement des actionnaires pourrait se révéler décisif et adresser un signal apaisant à toutes les personnes réticentes à la finance. L’ère de l’après-Covid oblige à revoir collectivement notre modèle économique et financier. Or les investissements éthiques ne doivent pas être réduits en outils marketing, ils doivent impliquer concrètement le versement de dividendes responsables.

Il faut en effet mettre les actionnaires face à leurs responsabilités, qu’elles soient en matière de gouvernance, d’environnement ou de stratégie de long terme. En mai, l’assemblée générale de Sanofi aura lieu pour décider du montant et du paiement des dividendes. Une occasion pour l’ensemble des actionnaires de faire entendre leur voix. 1.7 % du capital est détenu par les salariés. Leur poids n’est pas assez important pour peser dans la balance.

Economie, social, société : les plus lus

Épargne : une moyenne de 276 € par mois qu’il veut rien dire

Épargne : une moyenne de 276 € par mois qu’il veut rien dire

 

Selon un sondage réalisé fin janvier par Opinion Way pour Meilleurplacement.com (conseiller en solutions d’épargne et de placement) les Français économiseraient à moyenne de 276 € par mois. Une moyenne qui ne veut strictement rien dire tellement les écarts sont importants. En effet l’essentiel de l’épargne est réalisé par moins de la moitié des Français. En clair , la plus grande partie n’épargne rien du tout. Ensuite , il y a aussi des écarts considérables chez ceux qui peuvent se permettre de mettre de l’argent de côté

Cette tendance à la hausse de l’épargne a été exacerbée par la crise sanitaire et  17% des seniors témoignent économiser plus de 500 euros par mois.. «Les seniors sont ceux qui voyagent, qui vont voir des spectacles… entre les confinements successifs et la peur d’attraper le virus, ils n’ont plus dépensé dans ces activités. Il est tout à fait logique qu’ils contribuent le plus à la cagnotte Covid», analyse Opinion Way. .

 

(*) L’enquête a été réalisée les 27 et 28 janvier 2021 sur un échantillon de 1035 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus.

Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

Le bitcoin : au-dessus des 50 000 $, la folie continue !

La folie continue avec le coin maintenant au-dessus de 50 000 $ et qui a augmenté de 70 % depuis un an.

L’immense spéculation en cours alimentée par certains patrons de grandes entreprises comme celui de Tesla pourrait bien constituer une dramatique escroquerie pour beaucoup de petits porteurs. Surtout si on rappelle l’extrême volatilité d’une cryptomonnaie  qui ne repose en faite sur aucun actif et peut rechuter brutalement comme en 2018.

 

La semaine dernière, le constructeur automobile électrique Tesla a créé la surprise en annonçant avoir investi 1,5 milliard de dollars de sa trésorerie en bitcoin. Le patron de Tesla et homme le plus riche du monde, Elon Musk, n’hésite pas à vanter les mérites des cryptomonnaies sur les réseaux sociaux.

 

La bataille est à la fois spéculative mais aussi stratégique. Pour certains il s’agit de faire monter la cryptomonnaie  au plus haut avant la prise de bénéfice dont le coût sera payé par les investisseurs naïfs. Mais pour d’autres ,il s’agit de menacer le système financier et la souveraineté monétaire des Etats. En faite de supprimer même nombre de souverainetés des Etats dont l’action en l’absence de monnaie serait forcément très réduite.

 

Le marché des cryptomonnaies ne fait cependant pas l’unanimité: plusieurs banquiers centraux, comme Andrew Bailey au Royaume-Uni, ont écarté l’idée de considérer le bitcoin comme une monnaie à part entière, ou même comme un «or numérique» qui servirait à conserver la richesse.

Algérie: le retour du Hirak ?

Algérie: le retour du Hirak ?

 

Ce n’est pas encore le retour généralisé du Irak mouvement de protestation contre l’absence de démocratie et de progrès social en Algérie. Cependant des milliers de personnes ont manifesté mardi 16 février dans l’est de l’Algérie, à Kherrata, le berceau du mouvement anti-régime Hirak, pour le deuxième anniversaire du soulèvement populaire, au moment où le président Abdemadjid Tebboune est sous pression pour juguler la crise politique qui secoue le pays depuis février 2019.

 

Le mécontentement est toujours présent en Algérie en dépit des fausses promesses du pouvoir pour davantage de démocratie et de justice sociale. Sur le fond, les protestataires réclament surtout que soit mis fin à l’appropriation des richesses nationales par l’oligarchie de l’ancien FLN et de ses proches.

 

Reprenant ses activités après sa longue absence à l’étranger, le président a mené ce week-end des consultations avec plusieurs partis politiques, y compris de l’opposition, en vue de scrutins locaux et législatifs anticipés d’ici la fin de l’année. Tandis que la nouvelle loi électorale doit être présentée au Parlement, Abdemadjid Tebboune s’apprêterait à procéder à un remaniement du gouvernement. Bref du bidouillage politique quand on attend une révolution démocratique économique

M6 : une concentration de la télé en France mais avec qui ?

  • M6 : une concentration de la télé en France mais avec qui ? 
  • Suite notamment la décision de vente des actionnaires du groupe M6, le patron actuel Nicolas de Tavernost estime qu’un regroupement dans l’audiovisuel français est incontournable pour faire face à la concurrence mondiale. Le problème c’est avec qui car il n’y a pas grand monde- hormis le groupe de TF1 -de suffisamment puissant pour constituer un pôle international de poids . En matière d’audience en 2020, France Télévisions reste en tête avec 28,8% de pda (-0,1 point) devant TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films et LCI) à 26,8% (-0,4 point) et M6 (M6, 6Ter, W9 et Gulli), en hausse de 0,1 point à 14,6%. Les autres chaînes accèdent qu’à une audience relativement marginale et n’ont  pas la puissance nécessaire surtout pour s’engager dans une production télévisuelle significative.

Pour une finance durable et sociale

Pour une finance durable et sociale

 

Philippe Zaouati ,directeur général de la société de gestion Mirova ,milite pour une finance durable et sociale dans une tribune à l’Opinion.

 

 

Tribune

 

Après une année 2020 marquée par une crise sanitaire aussi inattendue que violente, il est assez aisé de comprendre l’adhésion croissante à la philosophie et aux sujets de la finance durable.

Pourtant, en se concentrant au cours des dernières années sur le thème de la préservation de l’environnement et de la biodiversité, la finance durable n’a-t-elle pas mis au second plan le rôle des entreprises sur la question des fractures sociales, fiscales et probablement des fractures politiques et démocratiques ? Je suis convaincu que le traitement des inégalités sera dans les prochaines années un déterminant essentiel de la finance durable.

La crise sanitaire a montré que l’entreprise n’était pas une île, à distance du tumulte ambiant. Les questions sociales sont évidemment de son ressort. Loin de l’insularité, l’entreprise se trouve au cœur de la mêlée sociale. C’est d’ailleurs sur les actions des entreprises, autant que sur celles des gouvernements, que se concentrent les débats : précarisation des employés, voire recours à des indépendants non-salariés, creusement des écarts de revenus, inégalités entre les femmes et les hommes, discriminations raciales et sociales, évasion ou optimisation fiscales… Il est clair que la société en attend davantage des entreprises, et à raison.

Dans un contexte où les entreprises bénéficient d’un pouvoir plus important que jamais, face à des Etats limités dans leur capacité d’action, elles doivent prendre leur part de responsabilité. D’autant plus que l’accentuation des inégalités dans les pays développés est directement liée à une concentration de la valeur boursière aux mains d’un très petit nombre d’entreprises. Faut-il rappeler qu’à la fin de l’année 2020, cinq entreprises américaines représentaient à elles seules un quart de la capitalisation du S&P500 ?

Des entreprises de plus en plus puissantes, ayant des impacts de plus en plus grands sur nos modes de vie et notre cohésion sociale, ne peuvent pas s’écarter de l’intérêt général en réduisant leur contribution collective

Pacte démocratique. Cette polarisation sociale est un sujet que la finance durable ne peut plus mettre au second plan. La pandémie que nous traversons a permis une prise de conscience sur des problématiques portées depuis longtemps par les acteurs de l’investissement durable : lien entre économie et santé publique, gestion des infrastructures et des services publics, maîtrise des chaînes d’approvisionnement et risques induits par leur fragmentation, dégradation rapide de la biodiversité et déforestation… L’accroissement des inégalités, les fractures sociales et territoriales, les ruptures du pacte démocratique qui s’ensuivent, restent quant à elles, pour le moment, insuffisamment prises en compte. Pourtant, la crise sanitaire de 2020 n’a fait qu’aggraver une situation déjà explosive.

Cette fracture sociale peut sembler loin des questions économiques. C’est tout l’inverse. La baisse tendancielle de la taxation des grandes entreprises est, je crois, au cœur de cette problématique. Des entreprises de plus en plus puissantes, ayant des impacts de plus en plus grands sur nos modes de vie et notre cohésion sociale, ne peuvent pas s’écarter de l’intérêt général en réduisant leur contribution collective.

C’est un enjeu difficile pour la finance durable qui doit se préoccuper de la question sociale, la lutte contre les inégalités et l’évasion fiscale. Pour reconnecter création de valeur financière et traitement de ces fractures, il faudra « convaincre » les marchés que les entreprises performantes sont celles qui contribuent à l’intérêt général.

Philippe Zaouati est directeur général de Mirova.

Redonner du souffle à la politique d’aide au développement ( Le Drian)

Redonner du souffle à la politique d’aide au développement ( Le Drian)

Le ministre des affaires étrangères annonce, dans une tribune au « Monde », que la France va concentrer son aide au développement sur 19 pays prioritaires, en particulier au Sahel, dans les domaines du climat, de la biodiversité, de la santé, de l’éducation et de l’égalité.

Tribune. Quelques semaines ont suffi à la pandémie de Covid-19 pour faire éclater les contradictions d’un monde tissé d’interdépendances, mais hanté par la tentation du chacun pour soi. Soudainement, les désordres de ce « monde d’avant » nous ont tous rattrapés. Partout, jusqu’en France.

Un an plus tard, force est pourtant de constater que le « monde d’après » qui devait lui succéder est loin d’avoir tenu ses promesses. Non seulement la compétition des puissances n’a rien perdu de sa brutalité, mais elle a gagné des terrains nouveaux. Y compris ceux-là mêmes où la coopération internationale est plus nécessaire que jamais.

Aujourd’hui, nous vivons dans un entre-deux. Il est temps de choisir le monde que nous voulons vraiment, et de commencer à le construire avec nos partenaires de bonne volonté. C’est pourquoi nous avons fait le choix d’une relance diplomatique solidaire, mais sans naïveté. Car la sortie de la crise pandémique se jouera là où elle a commencé, sur la scène internationale.

Le prétendu « nationalisme vaccinal », qui fausse aujourd’hui le débat public, manque donc deux fois sa cible. D’abord parce que notre souveraineté n’est jamais aussi ferme que lorsqu’elle est française et européenne. Si nous n’avions pas fait bloc entre Européens, qui peut penser que nous aurions été mieux armés pour défendre nos intérêts dans un marché mondial en tension ?

Ensuite pour une raison d’ordre sanitaire : face au Covid-19, l’immunité sera globale ou ne sera pas. Tant que la pandémie n’aura pas été maîtrisée partout, les efforts accomplis ici resteront à la merci de nouveaux variants. Pour réussir, la vaccination doit être conduite à l’échelle du monde entier.

Biens publics mondiaux

La leçon de ces mois d’adversité est claire : ce qui protège les Français, c’est la solidarité. La solidarité européenne et la solidarité internationale, que nous devons refonder à la lumière des défis d’aujourd’hui, comme nous avons commencé à le faire l’été dernier, avec la Commission européenne, en créant un pont humanitaire aérien vers le Burkina Faso et la RDC [République démocratique du Congo], où la menace d’Ebola plane toujours, de même qu’en Guinée.

En même temps qu’un impératif de justice et d’humanité, c’est une question d’efficacité. Dès mai 2020, la France, l’Union européenne et l’OMS ont lancé l’initiative ACT-A, qui a permis de jeter les bases d’une riposte globale et coordonnée.

Dans le cadre de sa facilité financière Covax, plus de deux milliards de doses ont déjà été sécurisées, à destination des pays à revenu faible et intermédiaire, qui méritent mieux que la douteuse « géopolitique du vaccin » dans laquelle certains voudraient les enfermer. Ne fût-ce surtout, à bien y regarder, que par des effets d’annonce.

Coronavirus : les économies asiatiques résistent mieux

Coronavirus : les économies asiatiques résistent mieux

L’économiste Sébastien Lechevalier explique, dans une tribune au « Monde », pourquoi les économies d’Asie orientale ont été moins affectées par la crise pandémique que celles de l’Union européenne.

Tribune. Même s’il est trop tôt pour analyser les conséquences économiques à moyen terme de la crise sanitaire, il est urgent de comprendre non seulement l’impact différencié de cette crise en Asie orientale et en Europe, mais aussi ce qu’elle révèle sur la structure des économies de ces deux régions. Il est surtout essentiel à ce stade de ne pas se tromper d’analyse, d’un point de vue européen.

D’une part, l’arbre chinois ne doit pas cacher la forêt asiatique dans sa diversité. D’autre part, les lectures déclinistes qui mobilisent l’Asie orientale pour souligner les problèmes européens sont à proscrire car elles ne cherchent pas à approfondir les causes de cette différence. Dans ce contexte, il faut identifier les dynamiques socio-économiques sous-jacentes tout en mettant en perspective la crise actuelle.

Du point de vue des faits, le constat est assez simple. Cette pandémie, dont les premiers cas semblent avoir été observés en Asie, aura au total bien moins touché ce continent-là que l’Europe. Il n’est pas possible à ce jour de donner une explication définitive à pareille observation. Parmi les raisons plausibles, on ne peut pas exclure que les politiques publiques mises en œuvre face à la pandémie ainsi que le fonctionnement des systèmes de santé aient contribué à cette différence.

Or, ces politiques ont été diverses en Asie et ne sont pas toutes passées par des contraintes majeures sur les libertés individuelles, loin s’en faut. Le cas de la Corée du Sud est particulièrement intéressant car les autorités ont pu éviter un confinement généralisé avant l’été 2020 par le recours à une stratégie de tests massifs couplée à l’isolement des cas détectés. La Corée du Sud n’avait pas plus de capacités de tests que la France, mais le gouvernement a réagi extrêmement rapidement dès la détection du premier cas et a su mobiliser l’ensemble du secteur de la santé au service de sa stratégie.

Le cas de Taïwan est assez comparable à celui de la Corée du Sud. Quant au Vietnam, il est sensiblement différent puisqu’il n’a pas disposé des mêmes capacités de tests ; les mesures introduites par le gouvernement vietnamien ont été plus coercitives, passant par des interdictions d’entrée sur le territoire ou de déplacement. Cependant, la forte réactivité des autorités vietnamiennes a permis d’éviter un confinement étendu à l’ensemble du territoire.

De façon générale, une caractéristique commune aux pays d’Asie orientale est que le recours au confinement strict a été localisé dans le temps et dans l’espace, avec un meilleur suivi des malades. Dans tous les cas, l’économie a été mieux préservée, sans que les impératifs sanitaires soient pour autant sacrifiés. Les pays asiatiques ont ainsi dépassé le dilemme qui a tant occupé les gouvernements européens.

Economie, social, société : les plus lus

12345...814



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol