« Face au déclin, une économie plus responsable »

« Face au déclin, une économie plus responsable »

« Grâce à France 2030, une dynamique s’est enclenchée au service de la transformation de nos infrastructures vers une économie plus responsable », estime le président d’EY en France.(Dans « l’Opinion »). Selon une étude du European Center for International Political Economy parue en juillet dernier (Policy Brief N°07/2023), la France a perdu 11 places entre 2000 et 2021 dans le palmarès comparatif des Etats entre l’Europe et les USA. Elle est aujourd’hui au niveau de l’Arkansas en termes de PIB par habitant et au 20ème rang mondial selon l’OCDE. La France a dévissé au septième rang mondial des puissances économiques. A la fin 2021, l’industrie pesait pour 13,5% du PIB contre 23% en 1980. L’année 2003 fût la dernière à connaître une balance commerciale excédentaire et le déficit de la France a atteint un niveau record à 143,6 milliards en 2022.

Alors – oui, le déclin économique de la France est une réalité de long terme. Mais peut-on espérer avoir touché le fond ?

C’est toute la promesse de France 2030. Dix objectifs englobant principalement l’enjeu de décarbonation, mais pas exclusivement puisque, « placer la France en tête de la production de contenus culturels », figure, par exemple, parmi les autres maillons de cette colonne vertébrale de notre stratégie économique. 54 milliards d’euros sont avancés pour rivaliser avec l’Inflation Reduction Act (IRA) et ses 380 milliards de dollars. Avec sa vaste panoplie d’aides directes et de crédits d’impôts touchant aussi bien à la décarbonation qu’à l’investissement dans les secteurs stratégiques et profitant aux entreprises comme aux particuliers, l’IRA apparaît plus puissant.
.
Toutefois, la politique mise en place en France a permis d’ores et déjà de distribuer 21 milliards de subventions à plus de 4 000 projets ; en ce compris des investissements stratégiques comme les usines de batterie ou de semi-conducteurs ou bien encore la conversion à l’hydrogène de sites industriels majeurs.

L’article 5 du projet de loi de finances pour 2024 prévoit d’instituer un crédit d’impôt « industries vertes » pouvant aller jusqu’à 50% de l’investissement réalisé à l’intérieur d’un plafond de 350 millions par entreprise, selon la taille et les zones d’implantation. C’est un autre dispositif puissant au service des investissements industriels dans les énergies renouvelables et les pompes à chaleur.

Par ailleurs, avec 87% de son électricité décarbonée grâce au nucléaire, la France dispose d’un autre atout maître qu’il faut préserver et accentuer grâce aux renouvelables.

Le cadre nouvellement fixé au niveau européen, le 17 octobre dernier, pour une réforme de l’organisation du marché de l’électricité, et sa déclinaison au niveau national grâce à l’accord conclu 14 novembre entre l’Etat et EDF, ouvrent la voie d’un alignement des prix sur les coûts locaux de production dans le cadre de contrats moyen terme. La France pourrait ainsi offrir à ses industriels un prix stable de l’énergie.

Grâce à France 2030, une dynamique s’est enclenchée au service de la transformation de nos infrastructures vers une économie plus responsable. Pour réussir, encore faut-il que les nouvelles régulations de l’UE en matière d’émissions de carbone et d’entrée en vigueur progressive du MACF (Mécanisme d’Ajustement Carbone aux Frontières) ne génèrent pas trop d’effets de délocalisation des industries transformatives.

Alors, – oui, la France peut jouer gagnante dans cette course vers une économie plus responsable.

0 Réponses à “« Face au déclin, une économie plus responsable »”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol