• Accueil
  • > politique
  • > Politique -L’intox des théocraties : arme de destruction des démocraties

Politique -L’intox des théocraties : arme de destruction des démocraties

Politique -L’intox des théocraties : arme de destruction des démocraties

Par Véronique Chabourine, membre du bureau de l’association pour une Renaissance européenne Paris, déléguée chargée de la communication. dans la Tribune.

En 2021, l’institut pour la diplomatie culturelle publie un rapport intitulé Sharp power and Democratic Resilience selon lequel de nombreux pays et en particulier les régimes autoritaires utilisent le Sharp power pour influencer les démocraties libérales. Paradoxalement, ces régimes autoritaires cultivent souvent assez bien leur soft power, comme l’exprime l’exemple de la Chine. Le sharp power est le résultat de l’interaction de multiples facteurs économiques, technologiques, politiques et sociaux.

La législation et la régulation ne suffisent pas. En avril dernier était présentée en conseil des ministres la loi de programmation militaire qui prévoit d’augmenter entre 2024 et 2030 de 4 milliards le budget cyber. Au même moment, Thierry Breton, annonçait le projet Cyber shield, qui est une infrastructure à la fois civile et militaire pensée pour mieux détecter les cyberattaques en amont. Depuis 2009, les États-Unis ont une structure similaire ; le commandement de la défense (USCYBERCOM) et la Cybersecurity Infrastructure Security Agency (CISA).

La mise en application des régulations est difficile car l’espace numérique ne connaît pas de frontière. La législation est différente pour chaque pays et la régulation peut être perçue comme une atteinte à la liberté d’expression. Le pouvoir arbitraire des entreprises technologiques est confronté sur des marchés étrangers à des régimes autoritaires et à des choix entre opportunités économiques et pressions politiques – comme l’exemple de Midjourney censurant la création d’image du président chinois ou l’exemple depuis le 27 octobre 2022 du rachat de Twitter par Elon Musk qui a permis à beaucoup de comptes de désinformation de réintégrer la plateforme et bénéficier de la certification payante de X, contrairement à certains comptes de fact checking qui eux, l’ont perdu en ne souscrivant pas à l’abonnement. Une question demeure : faut-il laisser le rôle de censeur à des entreprises privées ?

La cyber sécurité et la désinformation nécessitent une approche multifacette ; comme les exemples de l’Estonie, la Finlande et Singapour qui ont mis en place des mesures de sécurité techniques, juridiques et éducatives ainsi que des programmes de sensibilisation et de coopération internationale le démontrent.

L’éducation et la sensibilisation sont des piliers de la lutte contre la désinformation et de la protection de nos démocraties libérales. En France, les programmes d’éducation au média et à l’information (EMI) sont obligatoires. Former à l’école est essentiel mais si l’on veut lutter efficacement, il faut sensibiliser aussi tous les publics à la désinformation.

Pour 78% des Français, on peut parler d’une hygiène informationnelle insuffisante ; incarnée par manque de discernement quant à la source et à la fiabilité de l’information. En cela, les entreprises, les médias et les associations peuvent se faire relais de campagne de sensibilisation et d’éducation.

Le soft power et la diplomatie publique doivent aussi jouer un rôle important – Comme de renforcer la coopération internationale afin de continuer à faire pression sur les acteurs responsables de la désinformation – et de renforcer la pensée critique, la vérification des faits, et sensibiliser sur les enjeux de société par le cinéma et les séries.

Quelle part possède la fiction dans ce que nous vivons ? N’a-t-on pas vu des zadistes récemment en France masqués et en combinaison faisant écho au succès mondial Netflix La Casa del Papel ? Au-delà de la responsabilité qui leur incombe, les plateformes et le cinéma qui produisent de plus en plus de films sur ces sujets répondront de manière pertinente aux demandes du public sur les enjeux de société.

La collaboration multi-acteurs est indispensable, incarnée par des mesures politiques, économiques, sociales et culturelles et soutenues par l’engagement de la société civile, des médias et des institutions démocratiques.

0 Réponses à “Politique -L’intox des théocraties : arme de destruction des démocraties”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol