• Accueil
  • > Archives pour octobre 2023

Archive mensuelle de octobre 2023

Page 2 sur 39

Retraite: fin du régime de retraite des présidents de la République ?

Retraite: fin du régime de retraite des présidents de la République ?

Sans doute des motif politiciens, les socialistes ont déposé et fait adopter par la commission des finances de l’Assemblée nationale une modification des conditions de retraite des présidents de la république. Ces derniers n’auraient plus de régime particulier et serait donc affiliés au régime général de la sécurité sociale. Mais pas de changement pour les députés eux-mêmes!

De fait, au bout de deux mandats, 8 ans, , un député bénéficie d’une retraite de 1.368 € net, ce à quoi peut prétendre le reste de la population française au bout de 40 ans de cotisation. Cette pension des députés est calculée au prorata des annuités acquises dans la limite d’un plafond fixé à 42 ans pour l’année 2023.

Une mesure visant qui se comprend mais qui n’est pas sans arrière pensé politique. En plus il faut noter la contradiction entre cette proposition de modification du régime spécial des présidents de la république et le maintien dans le même temps du régime tout aussi spécial des députés.

Les députés de la commission des Finances ont voté lundi une mesure proposée par le PS pour supprimer le régime spécial de retraites des présidents de la République, sans garantie que la disposition soit conservée lors du recours au 49.3. La mesure, adoptée lors de l’examen du budget 2024 de l’État en commission, s’appliquerait aux présidents élus après le 1er avril 2022, comme Emmanuel Macron.

Fin 2019, en plein bras de fer autour d’une précédente tentative de réforme des retraites, l’Élysée avait indiqué qu’Emmanuel Macron renonçait par avance à sa future retraite de président de la République, équivalente au salaire d’un conseiller d’État, à l’époque 6220 euros bruts mensuels. Il serait ainsi le premier président à renoncer au bénéfice de la loi du 3 avril 1955.

Le gouvernement pourra écarter cet amendement quand il déclenchera l’arme constitutionnelle du 49.3 dans l’hémicycle pour l’adoption sans vote de ce volet dépenses du budget de l’État.

Prix du pétrole : un doublement du prix avec un conflit au Moyen-Orient ?

Prix du pétrole : un doublement du prix avec un conflit au Moyen-Orient ?

Pour l’instant, il faut surtout noter que la guerre entre Israël et le Hamas n’a pas eu d’influence très néfaste sur les prix du pétrole. On ne peut cependant éviter de faire un scénario noir avec l’extension du conflit à tout le moyen Orient voir même au-delà.

La seule extension dans le champ géographique du Moyen-Orient aurait des conséquences graves car nombres de pays concernés sont aussi producteurs de pétrole.

L’Arabie saoudite, des Émirats arabes unis, du Koweït, de l’Irak ou encore de l’Iran, qui exporte encore 3 à 4 millions de barils par jour malgré les sanctions américaines. Ces nations pourraient décider de limiter leur production ou, dans le cas de Téhéran, être contraint de le faire.

Dans le pire des scénarios, le brut pourrait augmenter de 80 à 100 %.

Les hausses pourraient découler des limitations de production volontaire des pays producteurs en soutien aux palestiniens. Elle pourrait venir de l’implication de ses pays producteurs comme acteurs mêmes de la guerre. Enfin la guerre en agrandissant son territoire au plan international pourrait menacer les conditions d’acheminement du pétrole.

Pour les médias, il paraît assez 20 de faire des prévisions possibles sur l’évolution des cours. Ce qui est certain c’est une forte augmentation des prix contribuerait à assommer un peu plus une croissance déjà très faiblarde pour 2024 et au-delà.

Parmi les aspects positifs cependant, un environnement guerrier étendu pourrait créer un choc pour accélérer de manière beaucoup plus significative le recours à toutes les autres énergies.

Ballon d’or Foot: Messi, en sénateur, pour la huitième fois

Ballon d’or Foot: Messi, en sénateur, pour la huitième fois

Indiscutablement Messi est sans doute le meilleur joueur que le football ait connu. Ainsi il remporte pour la huitième fois le ballon d’heures mais cette fois encore plus que d’habitude en sorte de sénateur.

En effet sa saison de football notamment au PSG n’a rien d’extraordinaire. D’abord même présent il n’a joué qu’à mi-temps et s’est économisé sur le terrain encore plus que d’habitude. Il faut lui reconnaître cependant des traits de génie notamment car il a permis à l’Argentine de gagner la coupe du monde.

Intrinsèquement , c’est indiscutablement le meilleurs joueurs et sa présence sur le terrain se traduit quelquefois par des prouesses de vision du jeu et de distribution, parfois par des buts.

Mais ce qui le caractérise le plus souvent , c’est la discrétion de sa présence voire son absence sur le terrain alors que déjà il reste la moitié du temps sur le banc.

Messi joue déjà depuis plusieurs saisons sur un rythme de sénateur. Il a 36 ans mais grâce à ses économies d’efforts il pourra jouer facilement jusqu’à 40 ou 45 ans. En tout cas il n’a pas apporté grand chose au PSG, comme Neymar… autre sénateur !

Sondage présidentielles

Sondage présidentielles

Selon un sondage Ifop-Fiducial, la candidate du RN du Rassemblement national (RN) est en tête avec de 31 % à 33 % des intentions de vote, gonflant d’au moins 7,5 points son score du 10 avril 2022. Édouard Philippe atteindrait 25 % d’intentions. Gabriel Attal,le ministre de 34 ans est crédité de 19 % des suffrages, le plaçant comme le deuxième meilleur candidat du camp présidentiel. Il devancerait ainsi deux poids lourds du gouvernement, qui ne cachent pas leurs appétits: le patron de Bercy, Bruno Le Maire (18 %) et le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin (16 %).

Laurent Wauquiez ferait seulement 4,78 % de Valérie Pécresse . Éric Zemmour, qui avait obtenu 7,07 % des voix lors du dernier scrutin. Le président de Reconquête! réussirait quant à lui à conserver son socle électoral en décrochant 6 % à 7,5 % des intentions de vote.

Jean-Luc Mélenchon plonge avec au mieux 15 % des voix. Enlisé dans les polémiques depuis l’irruption de la guerre entre Israël et le Hamas, Jean-Luc Mélenchon perd jusqu’à 5 points d’intentions de vote par rapport à mars 2023. «Il est en décalage avec une majorité du peuple de gauche qui ne comprend plus son discours», explique Frédéric Dabi.

François Ruffin, n’obtient que 7 % des intentions de vote. Perçu comme un potentiel héritier de Jean-Luc Mélenchon, il serait même dépassé d’une courte tête par le communiste Fabien Roussel (7,5 %). Le patron du PCF, qui a pris ses distances avec la Nupes, parviendrait ainsi à tripler son score de la dernière présidentielle (2,28 %). Ni l’écologiste Marine Tondelier (1,6 % à 2%) ni le socialiste Olivier Faure (4 % à 6 %) ne bousculeraient le rapport de force dans les urnes.

Un sondage évidemment à relativiser pour 2027 mais qui donne la température de la popularité actuelle des candidats potentiels pour les prochaines élections présidentielles. À noter surtout l’éclatement de la gauche et son écroulement notamment celui de Mélenchon.

Nouveau « réveil » de la cause palestinienne

Nouveau « réveil » de la cause palestinienne ?

Les manifestations organisées dans de nombreux pays arabes et musulmans en soutien à la population de la bande de Gaza, depuis que la minuscule enclave palestinienne est pilonnée jour et nuit par Israël en riposte aux attaques du Hamas le 7 octobre 2023, ont replacé au cœur des discussions la problématique de la « cause palestinienne ». La conflagration au Proche-Orient remet en effet à l’avant-plan des discussions l’avenir des Palestiniens, à Gaza mais aussi en Cisjordanie et à Jérusalem-Est, où la situation s’est embrasée au cours des derniers jours. La cause palestinienne – une formule qui recouvre, on le verra, de nombreuses significations, parfois fort différentes – semble fédérer les opinions publiques dans le monde arabo-musulman, et cela depuis des décennies. Mais qu’en est-il au juste, et dans quelle mesure l’escalade actuelle du conflit peut-elle renforcer ces sentiments parmi les populations de ces pays ?

par Myriam Benraad
Responsable du Département Relations internationales & Diplomatie / Schiller International University – Professeure / Institut libre d’étude des relations internationales et des sciences politiques (ILERI), IÉSEG School of Management dans The Conversation

Une contribution intéressante mais qui fait l’impasse sur l’instrumentalisation des palestiniens et du Hamas par l’Iran dans le but de déstabiliser les pays arabes mais aussi l’Occident NDLR

L’attaque du Hamas – qui s’est soldée par l’assassinat de quelque 1 400 Israéliens, presque tous des civils, et de nombreux actes de barbarie à l’égard des victimes, sans oublier la prise de quelque 200 otages, dont des enfants en bas âge – n’a pas fait l’unanimité dans le monde arabe et musulman. Il serait en effet caricatural d’affirmer que le Proche-Orient tout entier se serait en quelque sorte rangé derrière ces atrocités.

Néanmoins, on ne peut nier que les événements du 7 octobre ont été perçus par certains segments des sociétés de la région comme une manifestation compréhensible de la « résistance » à la longue occupation des territoires palestiniens par Israël.

Des analyses de qualité et sans publicité, chaque jour dans vos mails.Dès les premières heures de l’assaut, ce sont ainsi des centaines de personnes qui, de Ramallah à Beyrouth, en passant par Le Caire, Bagdad ou Damas, sont descendues dans les rues pour chanter, danser et scander leur soutien au peuple palestinien et à sa cause historique. Les réseaux sociaux ont par ailleurs été envahis d’expressions de solidarité avec le Hamas, décrit comme « héroïque » face au sort des Palestiniens depuis des décennies, tandis que se propageait comme tendance sur X (anciennement Twitter) le hashtag #Palestine-is-my-cause.

Dans leur majorité, les dirigeants des pays arabes voisins ont fustigé Israël avec force et apporté leur soutien à Gaza, y compris dans ceux des pays qui avaient pu appuyer un rapprochement avec Tel-Aviv. Le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a décrit la riposte militaire d’Israël comme une « réaction allant au-delà du droit de se défendre » et s’assimilant à une « punition collective » contre les habitants de Gaza. En Irak, le premier ministre Mohammed al-Soudani a rappelé le soutien indéfectible de son pays à la cause palestinienne. En Syrie, le ministre des Affaires étrangères a qualifié l’opération du Hamas d’« honorable » et de « seule manière pour les Palestiniens d’obtenir leurs droits légitimes ». On peut s’interroger sur la sincérité des sentiments ici exprimés, même si tous reflètent, a minima, une posture imposée par la perception qu’ont ces dirigeants des attentes de leurs opinions publiques.

Beaucoup croyaient la cause palestinienne enterrée, ou, à tout le moins, reléguée au second plan, sur fond d’impasse des négociations de paix et d’une multiplication des crises au Proche-Orient qui avait recentré l’attention sur d’autres théâtres de conflit (Irak, Syrie, Yémen, Afghanistan…). Or la « question palestinienne » a désormais opéré son grand retour dans les cœurs et les esprits des peuples de la région, et plus largement sur la scène internationale.

La virulence des frappes israéliennes sur Gaza ces dernières semaines, et le désastre humanitaire provoqué par l’imposition d’un blocus total par l’État hébreu, sont indiscutablement autant de facteurs démultiplicateurs de l’appui apporté aux Palestiniens.

L’expression d’un soutien à la cause palestinienne et la manifestation d’une solidarité envers Gaza et le drame vécu par ses populations civiles ne rendent toutefois pas évidente l’identification des contours exacts de cette cause. De manière intuitive, ses partisans y arriment la notion générale d’une violation historique des droits d’un peuple, sans toujours être en mesure d’expliciter ce que recouvrent ces droits.

Pour certains, la cause palestinienne aurait pour dessein premier la création d’un État palestinien indépendant, quoiqu’il n’existe aucun consensus quant à son territoire et ses frontières : s’agit-il de la Palestine historique, celle d’avant 1948 ? Parle-t-on de la Palestine de l’après-1948, de celle issue de la guerre des Six Jours de 1967 ? Est-ce la Palestine comprise sous l’angle de la solution à deux États ou au sein d’un seul et même État avec Israël – État qui serait donc binational ?

Pour d’autres, la cause palestinienne porte avant tout sur le droit au retour des réfugiés palestiniens sur leur terre originelle, dont ils avaient été contraints de fuir en 1948 lors de la Nakba – la catastrophe, le désastre en arabe.

Au regard de la complexité de la situation proche-orientale et du temps qui a passé depuis la fondation de l’État d’Israël, une telle indétermination définitionnelle n’est pas surprenante. Le pourrissement du conflit israélo-palestinien et de la situation à Gaza comme en Cisjordanie a aussi énormément contribué à cet éclatement graduel de ce qui pouvait naguère apparaître comme une cause unifiée en plusieurs causes distinctes et pas nécessairement articulées entre elles.

Symptomatiquement, l’Autorité palestinienne elle-même, dans sa quête de vision pour l’avenir, s’interroge aujourd’hui sur l’essence de cette cause – sans grande clarté néanmoins – et sur les moyens d’y rallier le plus grand nombre. Au mois de décembre 2021, Mahmoud Abbas s’entretenait ainsi par téléphone avec le président russe Vladimir Poutine au sujet des « derniers développements de la cause palestinienne », puis rencontrait le maréchal Sissi à Charm el-Cheikh, dans le Sinaï, pour demander le soutien de l’Égypte aux Palestiniens. Dans les deux cas, aucune proposition concrète pour promouvoir cette cause n’était cependant apportée.

Il faut bien admettre que nombre d’États arabes, à commencer par l’Égypte, en paix formelle avec Israël depuis 1978, sont embarrassés par l’enchaînement des événements récents ; tout en acceptant de faciliter l’organisation et le passage de l’aide humanitaire vers Gaza, l’Égypte s’est d’ailleurs refusée à accueillir des flots de réfugiés palestiniens sur son territoire. Le discours d’appui des autorités à la cause palestinienne procède davantage de la pression exercée par la rue égyptienne, des milliers de manifestants clamant leur solidarité envers Gaza à travers le pays.

La colère est vive dans nombre d’autres capitales arabes, surtout après que le Hamas et le Hezbollah, avec le parrainage de l’Iran, ont appelé à plusieurs « jours de colère » en réponse à l’offensive d’Israël et au nombre toujours croissant de morts et de blessés parmi les civils à Gaza. « Mort à l’Amérique ! Mort à Israël ! », pouvait-on entendre ici et là dans les différents cortèges, ce qui illustre sans ambiguïté la persistance de la cause palestinienne, loin d’avoir été oubliée dans l’imaginaire collectif arabe et qui continue ainsi de résonner dans la conscience politique locale.

La Jordanie, autre État du Proche-Orient en paix avec son voisin, a échoué à contenir des protestations massives en faveur de Gaza, et ce d’autant que les Palestiniens représentent une composante significative de la population. En Libye, des centaines de manifestants ont brandi des drapeaux aux couleurs de la Palestine et couvert leurs visages du célèbre keffieh palestinien, défilant en hommage aux « martyrs » de Gaza et de Cisjordanie. D’importantes foules se sont rassemblées en Turquie et en Iran, à l’extérieur des ambassades israéliennes, mais aussi britanniques, américaines et françaises, pour hurler leur indignation face à la situation et à l’inaction de la communauté internationale.

Se pose en outre inévitablement la question de l’avenir des Accords d’Abraham signés en septembre et décembre 2020 entre Israël et plusieurs pays arabes et musulmans (Émirats arabes unis, Bahreïn, rejoints plus tard par le Maroc et le Soudan), de même que celle de la normalisation des relations de l’État hébreu avec d’autres pays pivots du Proche-Orient, à commencer par l’Arabie saoudite, qui a d’ores et déjà suspendu tout processus de rapprochement diplomatique avec Israël.

À l’échelle internationale, le combat pour la reconnaissance des droits du peuple palestinien n’est pas une nouveauté ; mais la guerre de Gaza revivifie cette cause. Si l’on connaît les actions du mouvement BDS (Boycott, Divestment and Sanctions) en Occident, qui vise à exercer des pressions sur Israël jusqu’à l’autodétermination pleine et souveraine des Palestiniens, on a pu voir émerger ces dernières années certaines tendances nouvelles, telle la mobilisation « Palestinian Lives Matter », en référence au mouvement antiraciste Black Lives Matter aux États-Unis.

Évidemment, les Palestiniens accueillent positivement ce regain de solidarité, car ils ont toujours considéré que sans un appui extérieur fort, leur lutte de libération nationale demeurerait irréalisable. Rappelons que la cause palestinienne s’est internationalisée dès les années 1960 ; à l’époque déjà, elle était principalement portée par les mouvances étudiantes et politiques de gauche, qui voient toujours dans cette cause une lutte d’émancipation contre une oppression coloniale impérialiste. La jeune génération palestinienne axe d’ailleurs la plupart de ses demandes autour de l’idée d’une égalité de droits avec les Israéliens, ce qui facilite la convergence de leur cause avec d’autres luttes, anticoloniales notamment.

Par-delà les risques d’instrumentalisation dont elle a toujours souffert, la cause palestinienne se reconfigure donc sous nos yeux, ouverte au monde et à différents possibles. Encore faudra-t-il apprécier dans quelle mesure les reconfigurations présentes, une fois passée l’actualité immédiate, le temps de la guerre, augureront d’un quelconque progrès au niveau politique à moyen et plus long terme.

Des fonds « responsables » pas très vertueux

Des fonds « responsables » pas très vertueux

De nombreux fonds mettant en avant leur « responsabilité » ou les investissements « verts » peuvent en réalité être des fonds conventionnels déguisés. Les fonds d’investissement dits « responsables » ne sont pas forcément plus vertueux que les autres

par
Mirco Rubin
Associate Professor, EDHEC Business School

Ioana-Stefania Popescu
PhD Student in Sustainable Finance, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST)

Thomas Gibon
Research Associate, Luxembourg Institute of Science and Technology (LIST) dans The Conversation

Le marché des produits d’investissements durables devrait représenter un tiers de l’ensemble du marché d’ici 2025, soit environ 53 000 milliards de dollars. Cependant, il n’existe pas de norme claire et consensuelle pour mesurer le caractère durable des produits d’investissement.

Les gestionnaires d’actifs, qui investissent l’argent au nom des investisseurs finaux comme les fonds de pension, les compagnies d’assurance ou bien les investisseurs privés, utilisent en effet différentes stratégies pour intégrer la durabilité, avec un degré d’exigence dont il est difficile de juger. Par exemple, l’utilisation des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance ESG comme indicateur de durabilité a été fortement critiquée et de nombreux fonds dits « responsables » ou « verts » peuvent en réalité être des fonds conventionnels déguisés.

Par conséquent, comment l’investisseur final peut-il être sûr qu’un portefeuille d’investissement est réellement vert et qu’il ne s’agit pas d’une simple tentative d’écoblanchiment (ou « greenwashing ») ? Qu’entend-on d’ailleurs par « vert » ?

Apporter des réponses à ces questions et aller au-delà des notations ESG comme indicateurs de durabilité nécessite d’employer des méthodes telles que l’analyse du cycle de vie (ACV). Cette dernière consiste à estimer de manière quantitative l’empreinte carbone (entre autres) liée aux fonds d’investissement, via les parts d’entreprises qui composent ces fonds.

Les facteurs d’émissions de gaz à effet de serre (GES) ainsi utilisés comprennent les émissions directes (Scope 1) et indirectes (Scopes 2 et 3), elles-mêmes liées aux secteurs économiques et pays dans lesquels chaque entreprise opère. Les données sont issues de tables entrées-sorties avec comptes satellites environnementaux (en anglais environmentally-extended multiregional input-output, EE-MRIO) qui s’appuient sur les statistiques nationales d’émissions atmosphériques ventilées par secteur d’activité.

Notons que cette méthode ne permet pas de quantifier de manière précise l’impact d’une entreprise, mais elle permet d’estimer de manière standardisée les impacts sur le cycle de vie complet associés aux activités d’une entreprise. Comme les fonds investissent parfois dans des centaines d’entreprises qui appartiennent à différents secteurs ou pays, seule une méthodologie globale pour l’estimation de l’impact sur l’ensemble des entreprises permet une agrégation facile au niveau du fonds.

En utilisant cette nouvelle approche, nous constatons dans une récente étude que les fonds d’investissement socialement responsable (ISR) ne sont pas systématiquement moins intensifs en carbone que leurs homologues conventionnels : 23 % d’un échantillon de 670 fonds ISR domiciliés en Europe ont une empreinte carbone directe (lié aux activités sur les sites de l’entreprise) supérieure à celle de l’indice de marché conventionnel MSCI World, choisi comme référence.

En analysant ensuite l’empreinte carbone indirecte, associée à la chaîne de valeur des entreprises dans lesquelles ils investissent, nous trouvons que 67 % des fonds ISR ont obtenu des résultats inférieurs à ceux de l’indice MSCI World, ce qui montre que de couvrir l’ensemble des activités en amont est essentiel à une représentation fidèle des impacts.

Comment l’investisseur final peut-il être sûr qu’un portefeuille d’investissement est réellement vert et qu’il ne s’agit pas d’une simple tentative d’écoblanchiment.
Dans l’échantillon de fonds analysé, les émissions liées à la chaîne d’approvisionnement représentent plus de la moitié de l’impact total ; cela en fait un élément essentiel de la mesure des émissions, permettant de comprendre dans quelles industries un fonds devrait investir moins (ou plus) pour obtenir la plus grande réduction des émissions de GES.

Par exemple, une entreprise peut être la mieux classée de son secteur pour ses performances environnementales, son siège social utilisant par exemple 100 % d’énergie propre, tout en étant fortement dépendante de la production d’électricité à partir de combustibles fossiles en Chine pour la fabrication externalisée de ses produits.

Ainsi, des classifications plus strictes imposées par les régulateurs devraient aider les investisseurs à faire la distinction entre les véritables fonds responsables et les fonds qui utilisent simplement le développement durable comme outil de marketing. Cependant, sur le marché, seul un très faible pourcentage de fonds durables peut être identifié comme fonds d’impact et fonds actifs – des fonds qui ont un objectif précis en matière de durabilité et qui investissent activement dans ce sens.

La plupart des fonds ISR se contentent toutefois de suivre les indices du marché ou de sélectionner les meilleures entreprises de leur catégorie dans tous les secteurs, même si cela inclut les entreprises utilisant des combustibles fossiles, et d’orienter les portefeuilles vers des secteurs déjà décarbonés, tels que la technologie ou la santé, tout en conservant des entreprises polluantes.

Sans être de véritables fonds responsables ou verts, ces fonds peuvent également obtenir de meilleurs résultats en matière d’empreinte carbone que, par exemple, un fonds investissant dans la fabrication de matériaux pour la production d’électricité bas carbone, simplement en raison des activités énergivores auxquels ce dernier est exposé. C’est la raison pour laquelle l’évaluation de l’empreinte carbone totale (absolue) doit être complétée par une évaluation des progrès accomplis (relative) dans la réalisation des objectifs de décarbonation, afin que les fonds à impact ne soient pas pénalisés.

Enfin, si notre outil d’estimation peut permettre d’améliorer la compréhension et le calcul de l’impact, il peut y avoir des différences au niveau des sous-secteurs qui ne sont pas mesurables avec notre modèle – par exemple, la base de données utilisée n’offre pas de distinction entre la fabrication de véhicules électriques et de véhicules thermiques. À l’avenir, un niveau de détail plus fin des bases de données environnementales pour l’estimation d’empreinte carbone ainsi que la mise à disposition de données physiques (et non plus uniquement monétaires) de la part des entreprises permettront l’application plus robuste de la méthode ACV, garantissant de meilleures estimations des impacts environnementaux à l’échelle d’un fonds.

Notons cependant qu’une mesure complète des émissions de GES, y compris les impacts de la chaîne de valeur en amont, n’est qu’une pièce du puzzle dans la mesure de la contribution à la décarbonation, qui n’entraînera pas de changement à elle seule. Il est temps de passer de l’évaluation à l’action : les fonds d’investissement devraient estimer leur responsabilité totale dans les effets du changement climatique et donner la priorité à l’action, en s’engageant auprès des entreprises détenues afin d’enclencher de véritables changements et d’évaluer les progrès accomplis dans la réalisation des objectifs de ces entreprises.

Crise du logement : changer de modèle

Crise du logement : changer de modèle

Un collectif de 26 acteurs du secteur immobilier appelle, dans une tribune au « Monde », à favoriser la mobilité des parcours résidentiels, bloquée aujourd’hui par les règles fiscales, urbanistiques et techniques.

Il est toujours bon de le rappeler : le secteur du bâtiment est responsable de près de la moitié de la consommation d’énergie et d’un quart des émissions de gaz à effet de serre en France. Si le « verdissement » de l’activité est en cours avec, il y a comme dans tous les secteurs, des engagements sincères, des projets remarquables porteurs de réels impacts, mais aussi encore beaucoup trop de discours marketing dévoilant en creux la résistance de l’ancien monde de l’immobilier.

Cette transformation nous semble trop lente et surtout fait l’impasse sur une question majeure : l’évolution des modes de vie et les aspirations contrariées de celles et ceux qui vivent dans ces logements dans un contexte de crise sociale montante. Y répondre pourrait aider à s’engager sur la voie d’une sobriété immobilière devenue nécessaire.

Une enquête IPSOS pour RTE révèle que 30 % des ménages, soit neuf millions de ménages représentant près de 20 millions de personnes, envisagent de déménager pour aller vers un logement plus petit et faire ainsi des économies (c’est l’argument principal cité par 50 % des répondants) ou simplifier l’entretien d’un logement devenu trop grand (Modes de production, sobriété et efficacité énergétique : état des lieux sur les comportements et attitudes des Français, juin 2023).

C’est le moment de réinventer le modèle !
La mobilité résidentielle permettant de changer de logement en fonction des évolutions de la vie de chacun est une attente majeure. Cette attente est aujourd’hui bloquée. Trop de ménages se retrouvent assignés à résidence, piégés par un système qui, dopé depuis plusieurs décennies aux taux d’intérêt bas et aux aides gouvernementales multiples, a engendré une flambée des prix de l’immobilier.

Si un grand nombre a vu sa richesse immobilière s’accroître, l’accès à la propriété des Français les moins aisés a aussi fortement baissé et le marché locatif est à son tour touché. La mobilité résidentielle est aujourd’hui grippée par la chute du marché de la construction neuve, affaiblie par la montée des taux d’intérêt et l’explosion du coût des matériaux.

Lire aussi : Article réservé à nos abonnés Quand l’immobilier n’est plus une valeur refuge

Ajouter à vos sélections
Le spectre des années noires de 1990 et 2008 ressurgit tandis que certains prédisent une cure de sobriété immobilière forcée pour les plus jeunes et les moins argentés dans la décennie à venir. C’est le moment de réinventer le modèle ! Nous devons d’abord prendre conscience que le parc de logements existant est aujourd’hui en

Un collectif de 26 acteurs du secteur immobilier appelle, dans une tribune au « Monde », à favoriser la mobilité des parcours résidentiels, bloquée aujourd’hui par les règles fiscales, urbanistiques et techniques

Il est toujours bon de le rappeler : le secteur du bâtiment est responsable de près de la moitié de la consommation d’énergie et d’un quart des émissions de gaz à effet de serre en France. Si le « verdissement » de l’activité est en cours avec, il y a comme dans tous les secteurs, des engagements sincères, des projets remarquables porteurs de réels impacts, mais aussi encore beaucoup trop de discours marketing dévoilant en creux la résistance de l’ancien monde de l’immobilier.

Cette transformation nous semble trop lente et surtout fait l’impasse sur une question majeure : l’évolution des modes de vie et les aspirations contrariées de celles et ceux qui vivent dans ces logements dans un contexte de crise sociale montante. Y répondre pourrait aider à s’engager sur la voie d’une sobriété immobilière devenue nécessaire.

Une enquête IPSOS pour RTE révèle que 30 % des ménages, soit neuf millions de ménages représentant près de 20 millions de personnes, envisagent de déménager pour aller vers un logement plus petit et faire ainsi des économies (c’est l’argument principal cité par 50 % des répondants) ou simplifier l’entretien d’un logement devenu trop grand (Modes de production, sobriété et efficacité énergétique : état des lieux sur les comportements et attitudes des Français, juin 2023).

La mobilité résidentielle permettant de changer de logement en fonction des évolutions de la vie de chacun est une attente majeure. Cette attente est aujourd’hui bloquée. Trop de ménages se retrouvent assignés à résidence, piégés par un système qui, dopé depuis plusieurs décennies aux taux d’intérêt bas et aux aides gouvernementales multiples, a engendré une flambée des prix de l’immobilier.

Si un grand nombre a vu sa richesse immobilière s’accroître, l’accès à la propriété des Français les moins aisés a aussi fortement baissé et le marché locatif est à son tour touché. La mobilité résidentielle est aujourd’hui grippée par la chute du marché de la construction neuve, affaiblie par la montée des taux d’intérêt et l’explosion du coût des matériaux.

Le spectre des années noires de 1990 et 2008 ressurgit tandis que certains prédisent une cure de sobriété immobilière forcée pour les plus jeunes et les moins argentés dans la décennie à venir. C’est le moment de réinventer le modèle !

Gaza : Scènes de pillage en attendant l’aide humanitaire

Après les scènes de pillage qui se sont développées à Gaza et le délitement des autorités locales, Paris et Londres Paris appellent à un « soutien humanitaire urgent
Il n’y a pas, insistent-ils, de temps à perdre.

Le Premier ministre britannique Rishi Sunak et le président français Emmanuel Macron ont souligné, dans une conversation téléphonique dimanche, la nécessité d’un « soutien humanitaire urgent à Gaza » après l’extension des opérations militaires d’Israël en réponse aux attaques du Hamas il y a trois semaines, selon Downing Street.

Les deux dirigeants ont également évoqué leur inquiétude face au « risque d’escalade dans la région », et se sont accordés sur la nécessité de « ne pas perdre de vue l’avenir à long terme de la région, en particulier la nécessité pour une solution à deux Etats », selon un porte-parole de Downing Street.

Ces déclarations interviennent alors que ce dimanche, l’ONU a mis en garde contre l’effondrement de « l’ordre public » dans la bande de Gaza. « Des milliers de personnes ont pénétré (samedi) dans plusieurs entrepôts et centres de distribution de l’UNRWA dans le centre et le sud » de Gaza, a affirmé l’agence de l’ONU pour les réfugiés palestiniens (UNRWA) dans un communiqué. « C’est un signe inquiétant que l’ordre civil commence à s’écrouler. »

Pour sa part, Antonio Guterres, le secrétaire général de l’ONU, s’est alarmé d’une situation « de plus en plus désespérée » à Gaza. « Je regrette qu’au lieu d’une pause humanitaire cruellement nécessaire, soutenue par la communauté internationale, Israël ait intensifié ses opérations militaires », a-t-il déclaré dimanche, lors d’une visite au Népal, après un voyage de quatre jours au Qatar.

Mais comme d’habitude le secrétaire général actuel de l’ONU parle beaucoup mais agit peut et son influence est marginale.

Hamas: deux postures de gauche

Hamas: deux postures de gauche

« Les polémiques sur les massacres du Hamas révèlent les contradictions historiques entre des cultures de gauche irréconciliables »

TRIBUNE
Jean Garrigues

Historien

La gauche est à reconstruire, estime le spécialiste d’histoire politique, dans une tribune au « Monde ». Or l’exemple de « la force tranquille » de François Mitterrand montre que la voie historique pour conquérir le pouvoir ne passe pas par le bruit et la fureur.

Les récentes polémiques autour des massacres perpétrés en Israël par le Hamas semblent avoir donné le coup de grâce à la coalition de la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes). Elles expliquent les récentes prises de position du Parti communiste, qui a appelé, le 15 octobre, à un « nouveau type d’union », ainsi que le « moratoire » du Parti socialiste (PS), réclamant une « clarification des valeurs et de la méthode de la coalition ».

Jean-Luc Mélenchon [leader de La France insoumise, LFI] lui-même estime dans un blog récent que « le point de non-retour est franchi ». Il est peut-être trop tôt pour le dire, car plusieurs considérations électorales pourraient conduire les partenaires de la coalition à la maintenir jusqu’aux élections européennes en juin 2024, ou bien à la réinitialiser sur des bases nouvelles, comme le réclament certaines figures de LFI, tel François Ruffin.

Mais ce qui est certain, c’est qu’en l’état cette coalition, conçue dans le contexte spécifique des élections législatives de 2022, n’apparaît plus en mesure de conduire la gauche au pouvoir. Il convient donc de s’interroger sur les causes de cette incapacité et sur les pistes de renouveau qui pourraient s’offrir à la gauche dans la perspective des élections futures, et notamment de la présidentielle de 2027.

Rappelons d’abord que dès la publication du programme de gouvernement de la Nupes, le 19 mai 2022, les quatre formations signataires ont admis diverger sur 33 des 650 propositions énoncées. Par ailleurs, les partenaires de LFI ont refusé de constituer un seul groupe parlementaire, contrairement aux souhaits de Jean-Luc Mélenchon, qui entendait imposer son autorité aux 151 députés de la Nupes.

Par la suite, la stratégie de conflictualité et d’obstruction systématique déployée par LFI à l’Assemblée nationale est devenue insupportable pour ses partenaires, qui ont fini par ne plus voter leurs motions de censure. Et, plus fondamentalement encore, les débats politiques majeurs ont révélé le caractère artificiel d’une coalition réunissant des partis opposés sur des questions essentielles, telles que la laïcité, la transition énergétique ou la défense des démocraties.

C’est ainsi qu’en décembre 2022 LFI se distingua de ses partenaires en refusant de voter la résolution soutenant l’Ukraine .

Foot Brest-PSG: Des insultes aussi pour Mbappé !

Foot Brest-PSG: Des insultes aussi pour Mbappé !

Il y a quelque chose qui ne tourne pas très rond chez certain supporters de football qui transforment leurs délires psychologiques en insultes voire en violence comme à Marseille. Ce week-end , Mbappé a été notamment victime d’insultes de la part d’une partie du public de Brest.

Des incidents trop fréquents dans un championnat français qui ne brille pas pourtant pour sa qualité. Il y a une différence de taille avec la mentalité des supporters britanniques. Il faut dire qu’il y a longtemps que les Anglais ont fait le ménage chez les supporters en les interdisant définitivement des stades.

Aujourd’hui ce sont surtout des supporters certes enthousiastes mais au comportement exemplaire. Par exemple quand ils reçoivent une équipe comportant un ancien joueur local, la foule a pour habitude de l’applaudir avant le match. En France au contraire l’ancien joueur local est sifflé.

La vérité, c’est qu’en France nombre de supporters ne sont pas de vrais connaisseurs du football. Beaucoup n’ont jamais pratiqué. La posture de supporters est alors instrumentalisée pour justifier toutes les frustrations et toute la bêtise humaine.

Comment comprendre par exemple que des supporters s’en prennent avant le match aux cars transportant l’équipe adverse. Il y a en France un grand nettoyage à faire dans les clans des supporters et les clubs ont parfois des responsabilités pour avoir été trop bienveillants vis-à-vis des violences de minorités. `

Lors de la victoire arrachée à Brest dimanche (3-2), Kylian Mbappé s’est montré très nerveux en fin de match, en chambrant le public breton lors de son troisième but et à sa sortie. Les supporters brestois ont entonné des chants insultants à son égard ainsi qu’envers Achraf Hakimi. Ce que l’attaquant du PSG a déploré.

« Mbappé est une salope », ont-ils ainsi scandé les supporters locaux.

« Certains n’ont vraiment jamais mis un pied sur un terrain de football peu importe le niveau », a tweeté Mbappé.

Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !

De toute évidence, certains supporters de Marseille confondent la posture de voyou et la posture de fan du club. Les violences ont été telles dimanche soir contre les cars transportant staff et supporters lyonnais que le match a du être annulé.

Après de tels incidents, il est clair que les autorités sportives voire judiciaires seront contraintes de prendre des mesures exemplaires non seulement contre les supporters voyous mais aussi malheureusement contre le club.

Ainsi plusieurs matchs pourraient être déplacés hors du vélodrome ou joué à huis clos. Et le moindre nouvel incident pourrait être entraîné des sanctions encore plus graves. Au total le club va être privé du soutien de son public, un soutien indispensable car le jeu de l’équipe est encore loin d’être satisfaisant et stabilisé. Le club va perdre aussi de très grosses recettes y compris sans doute de sponsors. Or les finances des clubs français sont particulièrement fragiles.

Le manque-à-gagner financier pourrait bien se traduire à la fin de la saison par la vente de plusieurs joueurs stratégiques. Et la plus grande menace serait alors la descente en seconde division. Surtout si de nouveaux incidents venaient à se traduire par une perte de points pour l’OM.

Le match de clôture de la dixième journée de Ligue 1 entre l’OM et l’OL a donc été annulé en raison de graves incidents avant la rencontre. Fabio Grosso a été blessé dans le caillassage du bus des joueurs et du staff.

Pas d’Olympico entre l’OM et l’OL ce dimanche soir, en clôture de la 10e journée de Ligue 1. Le match a donc été reporté en raison des graves incidents qui ont émaillé les heures avant la rencontre. Le bus transportant les joueurs et le staff lyonnais a été caillassé sur le chemin du Vélodrome. Deux vitres ont été brisées par deux pavés, Fabio Grosso et son adjoint ont été touché. Le coach de l’OL a dû se faire suturer le visage, touché au dessus de l’oeil.

L’arbitre François Letexier a expliqué la décision d’annuler le match dans une courte conférence de presse: « Une réunion de crise a eu lieu, elle a permis de prendre l’avis des parties prenantes à la suite des constatations des blessures des membres du staff lyonnais. L’OL ne souhaitait pas que la rencontre ait lieu. S’agissant de la décision de l’OL et du protocole que la Ligue a établi en la matière, la décision a été prise de ne pas débuter la rencontre. Elle n’aura pas lieu, la décision est désormais actée. La suite des événements ce seront des rapports établis aux autorités compétentes. »

La ministre des Sports, Amélie Oudéa-Castera, a réagi sur RMC: « Oui c’était la bonne décision. C’est totalement consternant. C’est révoltant, ces actes faits de haine, de bêtise, la négation même des valeurs du foot et du sport, c’est hallucinant. Il faut vite retrouver les auteurs, qu’ils soient sévèrement sanctionnés. Face à la gravité des faits, la Ligue prend la bonne décision. J’apporte tout mon soutien à l’OL, son entraîneur, son adjoint. J’ai une pensée pour les supporters qui se faisaient une joie de suivre ce match. Cette décision s’imposait. En termes d’équité sportive, c’était ce qu’il fallait faire. On a aussi besoin de marquer le coup. »

Notation financière de la France: maintenue de justesse par Fitch

Notation financière de la France: maintenue de justesse par Fitch

Six mois après avoir rétrogradé la France, L’agence de notation internationale maintient cette note mais de justesse. La note est assortie d’une perspective « stable », ce qui signifie que Fitch n’envisage pas de la modifier pour l’heure.

Fitch a toutefois jugé que les finances publiques françaises, et en particulier le niveau élevé de la dette publique, constituaient un point faible. La note de Fitch est assortie d’une perspective « stable », ce qui signifie que Fitch n’envisage pas de la modifier pour l’heure.

Fitch, qui attribue actuellement à la France la note « AA- », a toutefois jugé que la trajectoire de désendettement était limitée . « Le projet de budget pour 2024 et le programme pluriannuel envisagent seulement une réduction limitée du déficit budgétaire, de 4,9% en 2023 à 4,4% en 2024 », a relevé l’agence de notation.

Fitch s’attend à un déficit public de 4,6% en 2024 en raison d’une « estimation plus faible (que celle du gouvernement, Ndlr) de la croissance » et du « risque que des économies (…) ne soient pas réalisées ». Ainsi, l’agence a revu sa prévision de croissance du produit intérieur brut (PIB) en 2024 à +1,1%, contre +1,3% précédemment, en raison d’une demande plus faible et d’un commerce net légèrement plus faible. Fitch s’attend à ce que la croissance du PIB atteigne 1,7% en 2025, grâce à la reprise de la consommation privée.

Économie, politique, société: les plus lus 30 octobre 2023 -4h47

Économie, politique, société: les plus lus 30 octobre 2023 -4h47

Un désordre mondial appelé à durer (François Lenglet)
Transition énergétique: Retardée par manque de moyens
Société hyper numérique: Vers l’overdose ?
Société et Pauvreté : Deux fois plus de SDF qu’il y a 10 ans
Télécom et 6G: quelles perspectives ?
L’instrumentalisation de Gaza par l’Iran
Référendum–nouvelle trouvaille de Macron pour inscrire l’IVG dans la constitution
Transition énergétique: hymne aux énergies renouvelables !
Technocratie-Changement d’heure :toujours aussi idiot et nuisible à la santé
Sport-Coupe du monde de rugby : un arbitrage trop défaillant
Nouveau « réveil » de la cause palestinienne
Des fonds « responsables » pas très vertueux
Crise du logement : changer de modèle
Gaza : Scènes de pillage en attendant l’aide humanitaire
Hamas: deux postures de gauche
Foot Brest-PSG: Des insultes aussi pour Mbappé !
Ces supporters de Marseille qui vont tuer l’OM !
Notation financière de la France: maintenue de justesse par Fitch

Inflation : la hausse des prix perdure
Gaza- L’Iran provoque Israël en utilisant Hamas
Crise climatique et fin du monde
Pauvreté : Deux fois plus de SDF qu’il y a 10 ans
Changement d’heure :toujours aussi idiot et nuisible à la santé
Coupe du monde de rugby : un arbitrage trop défaillant
Energie propre: hymne à aux énergies renouvelables !
Guerre en Ukraine : un soutien relatif des Russes
Agence Fitch: Note de la France maintenue …. de justesse
Démagogie–nouvelle trouvaille de Macron pour inscrire l’IVG dans la constitution
Inflation- L’orthodoxie financière des banques centrales en cause
Spéculation-Les banques profitent aussi de l’inflation
Santé-Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions
Afrique : le rejet démocratique ?
Politique- Coalition contre le Hamas : Macron s’est encore planté
BCE et taux: Statu quo mais à très haut niveau
Santé-Médicaments : pénurie en France ?
Economie-Épargne et réindustrialisation : pour un livret A industrie durable
Rouler avec des vieilles voitures, c’est plus écolo ?
Un soutien à la politique de lutte contre l’inflation aux États-Unis

Dérèglement climatique et fin du monde
Société- Violences des quartiers : un micro plan
Stupéfiants: 10% des Français ont consommé du CBD
Épargne et réindustrialisation : pour un livret A industrie durable
Emeutes: pour le rétablissement du service militaire
Politique-Stratégie de Poutine : mettre « le bordel » partout dans le monde
L’enjeu de l’apprentissage de la lecture
Gaza- L’Iran provoque Israël à travers Hamas
Société-Évasion fiscale : plus de 10 000 milliards
Gaza: le piège émotionnel du Hamas (Dominique de Villepin)
Société–Vers l’overdose numérique ?
Economie-Inflation : la hausse des prix va continuer
Télécom–la perspective 6G
Assurance Habitation: De nouvelles hausses cette fois justifiées par les catastrophes naturelles
Transport combiné : toujours victime des grèves
France : chute inquiétante de la productivité
Relations économiques Afrique -France: satisfaisantes ?
Internet et mobile: La France des villes et la France des champs

Antisémitisme en forte hausse en France: 719 événements en trois semaines
Paix en Palestine: Indispensable mais sans les terroristes du Hamas
Émeutes : à quand le rétablissement du service militaire
Télécoms : Orange en tête pour la qualité de service
Épargne et relance : pour un livret A industrie durable
Amazon : un « petit » profit de 10 milliards au troisième trimestre
Total: Un « petit bénéfice » de 6,7 milliards de dollars au troisième trimestre
BCE et taux: Pas de baisse mais pas de hausse
Drogue: 10% des Français ont consommé du CBD
Violences des quartiers : un micro plan
Insécurité et violences : bilan désastreux et qui se dégrade encore
France: Chute dramatique de la productivité
Inflation : la hausse des prix va continuer
Automobiles électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!
Évasion fiscale : plus de 10 000 milliards
Proche-Orient–Hamas- 80 % des Français inquiets des conséquences en France
Entreprises : la quête de sens
Vers l’overdose numérique ?
Stratégie de Poutine : mettre « le bordel » partout dans le monde
Médicaments : une pénurie en France ?

Economie: la hausse des prix va continuer
Créations d’entreprises : Baisse en septembre
Chômage: Hausse avec inversion de tendance
Pouvoir d’achat: le CESE se réveille
Coalition contre le Hamas : Macron s’est encore planté
Grève de l’automobile aux États-Unis : projet d’augmentation de 25 % à terme
Insécurité : bilan désastreux et qui se dégrade encore
Société et Insécurité : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin
Société-Hommage aux professeurs tués: les élèves perturbateurs ne feront pas leur rentrée après les vacances
Hausse de l’insécurité pour une grande partie des Français
Europe -Multiplier par 10 l’éolien en mer : les Chinois se réjouissent
Voitures électriques: 50% dans quatre ans, l’utopie!
Distinguer opinion et expertise
Israël: le piège tendu du Hamas
Grande distribution et industriels : appel dans le désert d’une ministre inutile
Hamas- 80 % des Français inquiets des conséquences en France
Hamas- 80 % des Français inquiets des risques en France
Au Moyen-Orient: la main de l’Iran

Dérèglement climatique : la fin du monde en 2050 ?
Climat et environnement : la vie sur terre menacée
Déserts médicaux : le Sénat pris dans ses contradictions
ISRAËL-HAMAS: une guerre qui ne peut détruire le Hamas
Afrique : des pays qui se portent mieux
L’allongement des délais de paiement signale des difficultés de trésorerie des entreprises
Hamas : la coalition internationale de Macron a peu de chances d’aboutir
Les banques profitent aussi de l’inflation
Retraités: des manifestations pour demander 10 % d’augmentation
Véhicules autonomes : nouvelle déconvenue
Hymne à l’évasion fiscale légale ( L’Opinion) !
Objectif gouvernemental voitures électriques: 50% dans quatre ans: l’utopie!
Économie–France: Chute dramatique de la productivité
Afrique : le désenchantement démocratique
Vers la fin du paludisme ?
Biodiversité : le danger de tout raser et de replanter
Inflation : la hausse des prix va durer longtemps
Éolien : le marché des chinois , comme la voiture électrique !
Sécurité routière–Ralentisseurs : le conseil d’État se prononce enfin contre des non-conformités

Finances et Bourses: coups de semonce ?
Politique : Macron en Israël à contretemps !
L’orthodoxie financière des banques centrales en cause
Double langage du gouvernement avec la prolongation des antennes 5G Chinoises
50 % de voitures électriques dans quatre an: l’utopie du gouvernement
L’inflation plombe l’épargne
Bientot le pic des énergies fossiles (AIE) ?
Hamas: honteuse libération des otages au compte-gouttes
Les palestiniens véritables victimes du Hamas, de l’Iran et des régimes théocratiques arabes
Immigration : record en 2022
Afrique : le désenchantement démocratique
Evasion fiscale paradis fiscaux: plus de 1000 milliards
Société- Salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro
Antarctique: fonte accéléré des glaces
Économie : pourquoi le retard de l’Europe par rapport aux États-Unis
BCE et taux : Statu quo pour ne pas finir de tuer l’économie
Exportations d’armes :L’Allemagne n’est pas un partenaire fiable ?
France: Chute dramatique de la productivité

Politique-Les palestiniens véritable otages du Hamas, de l’Iran et des régimes théocratiques arabes
Soutien au Hamas de footballeurs: bête, ridicule et indécent
Un marginal, sans emploi, auteur des fausses menace à la bombe à Versailles
Israël : Mélenchon déraille encore un peu plus
Macron en Israël à contretemps
Médicaments : moins remboursés à l’avenir ?
Réchauffeur de plats industriels ou restaurateur ?
«Allah Akbar»: la secrétaire des écolos qui parle sans réfléchir et sans respirer pédale dans la semoule
Hommage aux professeurs tués: es élèves perturbateurs ne feront pas leur rentrée après les vacances
Aéroports : plus de 70 fausses alertes à la bombe…..depuis la Suisse !
Culture- Vers une « ChatGPTisation » du livre ?
Société-« Le Coran ne donne aucun blanc-seing pour la violence »
Politique monétaire : l’orthodoxie financière en cause
Social : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro
Bourses: coups de semonce ?
Evasion fiscale paradis fiscaux: Ça continue comme d’habitude
Dictature immonde en Iran : deux journalistes condamnées à des peines de six et sept ans de prison pour avoir rendu publique la mort de Mahsa Amini
L’état psychologique des enfants se dégrade

Socio-économie-La cogestion: au service du sens et de l’efficacité
Inflation et monnaie : l’orthodoxie financière en cause
L’école dans la tourmente
Inclusion : un concept douteux ?
Guerre Israël-Hamas : pour une condamnation des crimes
Les palestiniens véritable otages du Hamas, de l’Iran et des régimes théocratiques arabes
Les préretraités du foot européen en Arabie Saoudite et au Qatar
Désindustrialisation : une erreur collective (Louis Gallois)
Le dollar pour remplacer le peso ?
France : Réduction du déficit improbable d’après le FMI
Social-Un Haut conseil des rémunérations : encore un machin inutile !
Energie-Marché européen de l’électricité: Enfin un accord
Se reconnecter à la nature
Société-Insécurité et terrorisme : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin
Social-Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro
Ville et ZFE: « la collectivité doit savoir construire le récit de la ville de demain » !!! ( Pompili)
Social-Inégalités–Pour un big-bang entre revenus du capital et du travail
Société-Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule et indécent
Gauchisme écolo-Expulser des étrangers radicalisés, c’est du fascisme pour Sandrine Rousseau !

Insécurité et terrorisme : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin
Santé–Alimentation : Jusqu’à 1500 additifs
Transition écologique–Rénovation logement et voitures électriques : trop chers
Inégalités–Pour un big-bang entre revenus du capital et du travail
Expulser des étrangers radicalisés, c’est du fascisme pour Sandrine Rousseau !
Autoroute Castres–Toulouse : une manifestation qui risque d’être agitée
Emploi : petite hausse surprise
« ZFE: la collectivité doit savoir construire le récit de la ville de demain » !!! ( Pompili)
Explosion à Hôpital de Gaza: Israël pas responsable d’après les services de renseignement
Déclin culturel des couches moyennes
Consommation: un changement durable ?
Inflation : l’orthodoxie financière en cause
Société–La cogestion au service du sens et de l’efficacité
Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE
Environnement–Biodiversité :Le comité national propose mais le gouvernement dispose
Enseignement–Société-Mettre à jour ou supprimer l’orthographe ?
Immobilier-Le massacre de l’accession à la propriété
Société: Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule
Économie–Etats-Unis : Léger tassement de la croissance d’après la Fed… et statu quo des taux ?
Politique–Moyen-Orient : la grande manipulation de l’Iran

Pour un big-bang entre revenus du capital et du travail
Finances de la France : s’attendre à une punition par les agences de notation
Coût du Chauffage : 80 % des Français baissent la température
Rénovation logement et voitures électriques : beaucoup trop chère pour les Français
Alimentation : Jusqu’à 1500 additifs
Alimentation : trop de sucres et d’additifs
Moral des chefs d’entreprise : forte dégradation
Arras : le tueur ne fréquentait pas les mosquées
Alertes à la bombe à répétition: l’État ouvre la chasse aux tarés, un gibier particulièrement abondant
Loi immigration : les Français doutent de son efficacité
Déclin culturel des couches moyennes
Pouvoir d’achat : salaires réels bloqués depuis fin 2019 en zone euro
Attal pour l’expulsion du système scolaire classique des élèves radicalisés
Le terroriste d’Arras était inscrit dans le fichier S
Respecter les lois de la république ou partir (Darmanin )
Economie-Etats-Unis : Léger tassement de la croissance d’après la Fed… et statu quo des taux ?
Politique-Moyen-Orient : la grande manipulation de l’Iran
Conflit israélo-palestinien : Où est la politique européenne ?

Immobilier: La situation du logement en France en 2023 ( INSEE)
La catastrophe de l’accession à la propriété
Moyen-Orient : la grande manipulation de l’Iran
États-Unis : statu quo des taux ?
Immobilier : recentrage du prêt à taux zéro (PTZ)
49.3: Rebelote avec le budget
Vers l’euro numérique
Terrorisme : encore un tordu à Cannes qui tente un meurtre
Le soutien au Hamas des footballeurs est ridicule
Manifs propalestiniennes : aux préfets de se débrouiller d’après le Conseil d’Etat !
Terrorisme : Les drogués de l’intoxication religieuse
Maladies IA: Des enregistrements vocaux qui permettent de faire un diagnostic?
Santé- Progression des virus exotiques
Maladies tropicales. Un cas dengue en France
Foot –Fin de carrière pour Neymar encore blessé ?
Sondage terrorisme : 63 % ne font pas confiance au gouvernement et à Darmanin
Attentat d’Arras : la résistance des familles et de l’école, leviers majeurs
Israël-Hamas: Appel à la paix

Société-Mettre à jour ou supprimer l’orthographe ?
Transition écologique: impossible sans transports publics urbains
Immobilier : le taux d’endettement maximum autorisé tue aussi la solvabilité, un nouveau frein au crédit
Surendettement : hausse
Chômage en hausse et croissance tassée (OFCE)
Ligue 1 foot: Compte tenu de la médiocrité aucun candidat pour téléviser
Gaza – frappe sur un hôpital: 200 morts
Marché européen de l’électricité: Enfin un accord
Elections Européennes: le RN devant, la gauche s’enfonce
Ecole: hommage contesté : 68 élèves renvoyés
Le massacre de l’accession à la propriété
Reconnecter à la nature
Comment vivre l’horreur de ce temps
Insécurité-violences : bilan catastrophique et surtout des discours
Le Hamas a rejoint Al Qaïda dans l’horreur
Hamas: crimes contre l’humanité
Trump veut expulser musulmans et…. communistes
La situation du logement en France en 2023 ( INSEE)
Insoumis et Hamas : Danièle Obono impliquée

Contre la « salafisation » des esprits
Une conférence sociale qui débouche sur un haut conseil !
Société-Terroristes islamiques : des lâches , des barbares et des tarés
Biodiversité :Le comité national propose mais le gouvernement dispose
Société et Insécurité : bilan désastreux et surtout des discours
Terrorisme islamiste : encore un abruti auteur de deux meurtres à Bruxelles
Un Haut conseil des rémunérations : encore un machin inutile !
Inflation -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE
Epargne salariale : en hausse
Rugby France-Afrique du Sud : un match truqué ?
Le pouvoir d’achat immobilier entamé
Énergies renouvelables : sabotées par les intérêts pétroliers
Société- comment protéger les enseignants ?
Désinhibition de l’horreur
Mettre à jour ou supprimer l’orthographe ?
Eoliennes : La Cour des Comptes déraille
Touche pas au prof !
Une conférence sociale timide : un euphémisme !
Un chanteur employé de la SNCF en arrêt maladie licencié après passage à la télé

Terroristes islamiques : des lâches , des barbares et des tarés
Fin de la NUPES aussi pour le PS ?
Economie-Croissance France : vers la stagnation
Politique monétaire et inflation : l’orthodoxie financière en cause
Ménages et Consommation: un changement durable
Consommation: Le prix est devenu critère majeur
Terrorisme: 10.000 personnes à surveiller
Salaires: Toujours en retard
Pologne : Défaite des nationalistes populistes du pouvoir
Nupes : le PCF pour «une nouvelle» alliance à gauche
« Le Direktør », tableau critique des effets du pouvoir dans l’organisation du travail
Société «La haine». (Alain Bauer)
Santé: Pourquoi les cancersen hausse chez les moins de 50 ans ?
Hamas: Terrorisme ou crimes de guerre ?
Hamas: Le monde entre dans une période obscure
La cogestion au service du sens et de l’efficacité
Social -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE
Changer l’organisation du travail
Insécurité : bilan désastreux et surtout des discours

Société- Les Français assez indifférents face à la dette et aux déficits publics
Economie-Menace sur la croissance mondiale ? ( FMI)
Immobilier: un accès la propriété de plus en plus hypothétique
Croissance France : vers la stagnation
Société-Agents de service public: changer les règles
Société-Terrorisme islamique : des lâches , des barbares et des tarés
Prix- L’inflation se maintient en septembre
Inflation -Le pouvoir d’achat augmenterait en France !….. d’après l’INSEE
Iran et Hamas : déstabiliser le Moyen-Orient et les démocraties en Occident
Drame Arras: Surtout la conséquence de multiples renoncements
L’ exercice physiques pour lutter contre l’obésité
Sport et préparation mentale : le modèle du rugby français
Environnement: la question des ressources
Politique- Pourquoi l’extrême gauche est devenue pro-islamiste
Société et Consommation: un changement durable
Santé- Rendez-vous ophtalmos : 48 jours en moyenne….mais jusqu’à huit ou neuf mois
Inflation et Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière en cause

Social-Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE
Pétrole et Proche-Orient : les risques d’une nouvelle crise
Economie: La France est dans une situation délicate
L’inflation se maintient en septembre
Renoncement à la fibre dans certaines zones éloignées ?
Manif 13 octobre :entre 100 et 200 000 participants
Rendez-vous ophtalmos : 48 jours en moyenne….mais jusqu’à huit ou neuf mois
Terrorisme islamique : des lâches , des barbares et des tarés
Agent de service public: changer les règles
Consommation: un changement durable
Enseignement et culture-Plaidoyer pour la lecture intensive
Politique- Ukraine, Pacifique, Israël etc : la guerre avance dangereusement
Prix électricité : la folie européenne continue
Biodiversité-Les vers de terre: plus précieux que le glyphosate ?
Guerre Hamas–Israël -objectif de l’Iran: déstabiliser le Moyen-Orient et les démocraties en Occident
Social- Grève automobile aux Etats-Unis : Une contagion possible en Europe ?
Social- Un manque de reconnaissance au travail d’après un rapport du plan
Gaza : le piège d’une opération terrestre
Inflation et Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière dans le potage

Les vers de terre: plus précieux que le glyphosate ?
Hamas : Une guerre qui peut menacer l’économie mondiale (FMI)
Taux d’intérêt: L’orthodoxie financière dans le potage
Entreprises-La cogestion, réponse au manque d’intérêt et de productivité
Hamas Gaza : le piège d’une opération terrestre
Électricité : vers une limitation forcée de la consommation ?
La mobilité professionnelle, une réponse au pouvoir d’achat
Un manque de reconnaissance au travail d’après un rapport du plan
Hamas : la coupable ambiguïté de Mélenchon
Hamas : la position de LFI condamnées par 86 % des Français
Conflit israélo-palestinien : Le droit s’impose aux deux parties
Économie–Croissance France : La Banque de France fait dans l’optimisme avec plus 0, 1 % au troisième trimestre
Conséquence inflation :un surcoût de 120 euros par mois
Economie et Proche-Orient : les risques d’une nouvelle crise du pétrole
Politique-Gaza: le désespoir palestinien
Social–Augmentation des salaires : le Medef dit non
Le pouvoir d’achat augmenterait en France ! d’après l’INSEE
Minimas sociaux : Le risque de tomber dans la grande pauvreté

Une double sauvagerie sans nom inspirée par l’Iran
Une nouvelle réglementation des télécoms pour réduire la dépendance numérique de l’Europe
Bourse et Conjoncture: La baisse aussi du luxe
Politique-Ukraine, Pacifique, Israël etc : le champ international de la guerre avance dangereusement
Nouvelle hausse de salaire : le Medef dit non !
Régulation des prix de l’électricité : la folie européenne continue
Hamas: Mélenchon rétropédale un peu et s’enfonce davantage
Salaires États-Unis: la grève se développe dans l’automobile
Inflation États-Unis : des taux jusqu’à 5,5 %
Ukraine, Pacifique, Israël etc : le champ international de la guerre avance dangereusement
Économie–Menace sur la croissance mondiale ?
Hamas- Une double sauvagerie sans nom inspirée par l’Iran
Il faut une rupture avec les Insoumis ( Lamia El Aaraje, PS)
L’antisémitisme : la névrose de l’ultra gauche
Grève automobile aux Etats-Unis : Une contagion possible en Europe ?
Signe de crise : baisse des dons de la part des Français
L’islamisme radical définitivement discrédité par l’horreur des massacres
Gaza : le piège d’une opération terrestre
Interdiction pour Air France : le Mali se tire une balle dans le pied

Ruffin condamne, lui, les terroristes
Télécoms: Hausse des Tarifs
Proche-Orient : les risques d’une nouvelle crise du pétrole
Hamas: Une double sauvagerie sans nom inspirée par l’Iran
Croissance Allemagne : la récession s’amplifie
Menace sur la croissance mondiale ?
Les Français peu préoccupés par la dette et les déficits de l’État !
Inflation: un surcoût de 120 euros par mois
Politique- manifestations propalestiniennes interdites
Sondage-le parti de Mélenchon: un danger pour la démocratie pour 57 % des Français
Ukraine, Pacifique, Israël etc : le champ international de la guerre dangereusement
Palestiniens : la France défavorable à une suspension de l’aide
Gaza: le désespoir palestinien
Plaidoyer pour la lecture intensive
Dollar : monnaie de référence encore pour longtemps
Attaque du Hamas : un désastre
Autoroute A 69: On ne fera pas disparaître la voiture ( Béchu)

Retraites complémentaires : majorité de syndicats pour la revalorisation de 4,9 %
Nobel d’économie: la récompense à Claudia Goldin pour ses travaux sur les inégalités au travail hommes femmes
Hamas et Conflit Israël : la main de l’Iran pour empêcher le rapprochement avec l’Arabie Saoudite et d’autres pays arabes
Politique-Sondage présidentiel de 2027 : Attal en tête
Gaza: La fin de l’illusoire paix (Alain Bauer)
Conflit Israël : des risques aussi au Liban
Hamas et conjoncture: de ministre de l’économie fait dans l’optimisme
Fin du rituel des négociations annuelles dans la grande distribution ?
Croissance France
Conflit Israël–des conséquences durables sur le prix du pétrole
Gaza: Une autre guerre du Kippour ?
Union européenne : aides financières gelées pour Gaza
Budget de l’État : Recherche d’économies anecdotiques
Ne pas transformer le référendum en plébiscite
Hamas : les conséquences de horreur
Hamas : « actes antisémites » recensés en France
Horreurs du Hamas: Des manifestations de soutien à Israël en France
Santé mentale : dégradation notamment chez les jeunes
La couche d’ozone : Le trou de plus en plus important

Logement : un accès la propriété de plus en plus impossible
Superprofits : une micro taxe !
Sondage présidentiel de 2027 : Attal en tête
Élections Allemagne :l’extrême droite en hausse
Conflit Israël : la main de l’Iran pour empêcher le rapprochement avec l’Arabie Saoudite
Augmentation des salaires : prendre sur les profits des entreprises (Lagarde, BCE)
Les syndicats veulent l’indexation sur les prix et conditionner les aides aux entreprises
Israël : Mélenchon se marginalise encore à gauche
Pouvoir d’achat : des aides très ciblées ? lesquelles ?
Consommation : baisse et changement de comportement
Politique–financement de Sarkozy par Kadhafi : l’accusateur retourne sa veste pour 600 000 €
Gaza: La fin de l’illusion de paix
Maladies- Progression des virus exotiques
Vieillissement : l’exercice physique contre la perte d’autonomie
France- Après les émeutes le grand silence …..de Macron ?
Conflit Israël-Gaza : des conséquences dévastatrices
Pauvreté : nouveau cri d’alarme des associations
Carburant : Terra Nova pour des taxes évolutives

Économie et Société-La cogestion, réponse au manque d’intérêt et de productivité
Automobiles- Les vieilles voitures plus écolos que les nouvelles ?
Santé: Le rôle néfaste des influenceurs
Neutralité carbone: il faut tripler la production d’électricité nucléaire
Insécurité RATP : 900 chauffeurs agressés en 2022
Superprofits : une mini taxe !
« Conseil national de la Refondation » : en finir avec ce ridicule rituel !
Logement: Le gouvernement ignore la crise
Minima sociaux: hausse de la pauvreté
Crise logement social : de pire en pire
Liens

Comment rendre les vieilles voitures plus écolos que les nouvelles ?
Social- les salaires progresseraient plus vite que les prix !
L’avenir télévision classique menacé
Sécurité routière-Permis de conduire Conducteurs âgés : la France ne veut pas d’un examen médical !
Prix Pétrole : tendances à la baisse
Enseignemenet-Maths et français au collège: mise en place de groupes de niveaux
Politique-Azerbaïdjan : Risque de nouvelles ambitions guerrières
Défaillances d’entreprises en hausse de plus de 40%
Sondages: limite et instrumentalisation
Azerbaïdjan : des risques d’ambition guerrière encore plus importants
olitique–financement de Sarkozy par Kadhafi : l’accusateur retourne sa veste 600 000 €
Logement : un accès, à ,la, propriété, de ,plus, en, plus ,inaccessible
Immigration : Accord minimal dans l’Union économique
Augmentations des Retraites complémentaires : + 4,9 % au 1er novembre
Politique,-Européennes ,: Éclatement ,officiel, de ,la, gauche, provisoire, ou, définitif ?
Immobilier : vers un désastre
Finances-Une souscription nationale pour sauver l’Élysée
Le Nobel pour la liberté en Iran

Pétrole : tendances baissières des prix
Retraites complémentaires : Revalorisation de 4,9 % au 1er novembre
D’après Poutine, Prigojine serait mort de maladie !
Permis de conduire Conducteurs âgés : la France ne veut pas d’un examen médical
Une quête nationale pour sauver l’Elysée ?
L’avenir du modèle économique de la télé classique menacé
Mensonge- les salaires progressent plus vite que les prix !
Société-Une crise de confiance vis-à-vis de la justice
Social et économie–La cogestion comme réponse au manque d’intérêt et à la baisse de productivité
Finances-Bourse: quelle évolution ?
Sondage, limite et instrumentalisation
Azerbaïdjan : des risques d’ambition guerrière encore plus importants
Prix de l’électricité :D es augmentations incontournables
Européennes : Éclatement officiel de la gauche, provisoires ou définitif ?
Maths et français au collège: mise en place de groupes de niveaux
HAUT-KARABAGH: Pédale douce et en retard de l’Europe et de Macron
Gaz fluorés : accord européen pour accélérer la réduction

Des lois pour l’égalité qui font baisser les salaires !
Immobilier- la crise du foncier
Intox- D’après Bercy, les salaires progressent plus vite que les prix !
Marchés financiers : le plongeon des bourses jusqu’à quand
Immobilier: Vers une catastrophe
Le modèle économique de la télé classique menacé
Popularité : Macron gagne un point…. d’après le Figaro !
Retraites complémentaires: hausse de 4,9%
Foot :Le PSG à Newcastle : déjà cuit ?
Constitution de la Ve République : l’auberge Espagnole des impuissants
Socio-économie–La cogestion comme réponse au manque d’intérêt et à la baisse de productivité
Environnement–Automobiles: Les vieilles voitures plus écolos que les nouvelles ?
Ecole-De l’indispensable nécessité de l’écrit !
Punaise des lits: point de vue scientifique
Bourse: quelle évolution ?
Immigration : accord a minima dans l’union économique
Habillement : pouvoir d’achat et chaleur diminuent nettement les achats
Une crise de confiance vis-à-vis de la justice

Voiture ou transports publics ?
Le gouvernement ignore la crise du logement
Automobiles: Les vieilles voitures plus écolos que les nouvelles ?
Politique-Conseil national de la Refondation : arrêter ce ridicule rituel !
Budget 2024 et superprofits : l’arlésienne de la taxation
Greenpeace ,toujours, contre,le, nucléaire ,avec ,des ,calculs, de ,coin, de, table
Punaises de lit: Apprendre à s’en débarrasser
RATP : 900 agressions de chauffeurs en 2022 !!!
Pour une vraie neutralité carbone: tripler la production d’électricité nucléaire
Conseil national de la Refondation : arrêter ce ridicule rituel !
Macron : déjà une inflation d’ interventions de rentrée
Vente à perte de carburant : l’illusion
Une planification écologique discutable
De l’indispensable nécessité de l’écrit !
Bourse : le CAC 40 plonge et revient au niveau de 1999
D’après Bercy, les salaires progressent plus vite que les prix !
Logement social : de pire en pire
Financement de Sarkozy par Kadhafi : l’accusateur aurait retourné sa veste contre 600 000 €
Pauvreté confirmée avec la hausse des bénéficiaires de minima sociaux

Gendarmerie : 238 micros brigades d’ici 2027
Influenceurs et santé : le danger
Carburant : des baisses faibles et fragiles
Société-La cogestion comme réponse au manque d’intérêt et à la baisse de productivité
Les vieilles voitures plus écolos que les nouvelles ?
Retraites Complémentaire : réactualisation sous l’inflation ?
Aménagement du territoire et zéro artificialisation des sols: la région Auvergne Rhône-Alpes dit non
Aménagement du territoire: De plus en plus d’inégalités géographiques
Immobilier: Baisse des prix, Ce n’est qu’un début
Écologie–La radicalité fait reculer la cause environnementale

Ecologie- La taxe carbone de l’Europe pourrait rapporter…. des fermetures d’entreprises et de l’inflation
Politique-Macron à la télé le 24 septembre: Encore un fiasco
« Zéro artificialisation nette (ZAN): la région Auvergne Rhône-Alpes dit non !
Le lamentable abandon du haut Karabakh du pétrole et du gaz
Assurance chômage: patronat et syndicats réformistes contre la ponction financière de l’Unedic
Insécurité- Le bilan catastrophique de Macron
Insécurité-Coût des Violences quartiers : une facture de 730 millions
Société-Insécurité et drogue: « La France n’a plus de règles »
Macron à la télé lundi : un bla-bla de plus en plus inaudible
Macron encore à la télé lundi : ras-le-bol !
Écologie–La radicalité fait reculer la cause environnementale
C’est davantage écologique de rouler de rouler avec nos vieilles voitures ?
« Le Grand Sabotage climatique »
Covid: c’est reparti
Météo: Beau temps jusqu’à Noël ?
La gauche perdra avec Mélenchon aux présidentielles
Uniforme à l’école : Attal veut amplifier l’expérience
Croissance Chine : en panne
Alimentaire : Leclerc prévoit encore de nouvelles hausses de prix

Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse
Le lâche abandon du Haut-Karabakh… pour du pétrole et du gaz
Economie-Inflation États-Unis : encore 3,5 %
« Planification écologique »: Une illusion
Le pseudo rattrapage des salaires sur l’inflation
Pouvoir d’achat : la prochaine révolte sociale
Inflation en zone euro : ralentissement à 4,3 % sur un an
Immobilier- « Zéro artificialisation nette (ZAN): Refus d’application par la région Auvergne Rhône-Alpes
Social- Pouvoir d’achat : la prochaine révolte
Social-–Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse
Social- Durée du temps de retraite: Très fortes inégalités entre ouvriers et cadres
Profits exceptionnels des sociétés : le gouvernement choisit encore l’immobilisme
Environnement -Bouteilles plastiques : le gouvernement renonce à leur consigne généralisée
Politique-Le Conseil constitutionnel « autorise » un troisième procès pour Sarkozy et Fillon
Economie-Inflation : toujours au plus haut à près de 5 %
Economie-La cogestion comme réponse au manque d’intérêt et à la baisse de productivité

Politique- Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
La cogestion comme réponse au manque d’intérêt et à la baisse de productivité
Société- « Pour une redistribution des pouvoirs de décision au travail »
L’abandon du Haut-Karabakh… pour du pétrole et du gaz
Politique-Autonomie Corse : et moi et moi et moi ! (autres régions)
Politique-Brics: Une alliance sulfureuse pour rééquilibrer les rapports de force internationaux
Catastrophes: Une assurance privée ou la prise en charge par l’État
Immobilier : un taux d’usure qui fait doubler le montant de l’endettement en 10 ans
Inflation États-Unis : encore 3,5 %
La taxe carbone de l’Europe pouvait rapporter…. des fermetures d’entreprises
Social- Pouvoir d’achat : la prochaine révolte
Social-–Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse
Société-Profits et Dividendes en hausse mais pouvoir d’achat en baisse
Social-Le pseudo rattrapage des salaires sur l’inflation
Politique- Chine: Les limites de la gestion économique étatique
Aide carburant: un chèque charité de 8 euros par mois
« Planification écologique »: complètement anecdotique
Macron à la télé le 24 septembre: Encore un fiasco

Le Conseil constitutionnel autorise un troisième procès pour Sarkozy et Fillon
Croissance Etats-Unis : à 2,1% au 2e trimestre
» Carburant à prix coûtant » : un concept bidon
Energie Hydrogène, future filière d’excellence française ?
Le pseudo rattrapage des salaires sur l’inflation
Bouteilles plastiques : le gouvernement renonce à leur consigne généralisée
Tripler la production d’électricité nucléaire pour une vraie neutralité carbone
Marseille Chicago : encore deux morts soit 42 depuis le début de l’année
Marge exceptionnelle des sociétés : le gouvernement choisit encore l’immobilisme
Autonomie Corse : le piège politique
Brics: Une alliance sulfureuse pour rééquilibrer les rapports de force internationaux
Interview Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
Autonomie Corse : et moi et moi et moi ! (autres régions)
Energie- Russsie …( et Azerbaïdjan) : l’hypocrisie générale de l’Europe
Politique-Le Haut-Karabakh abandonné à cause du pétrole et du gaz
Haut-Karabakh : « Le triomphe de la force »
« Pour une redistribution des pouvoirs de décision au travail »

Foot- Et encore un nouvel entraîneur pour l’OM
Hausse du Prix du Carburant : un chèque charité de 8 euros par mois
Hausse prix du carburant : L’État responsable pour plus de 71 % de l’opinion
Politique- Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes
Hydrogène, Future filière d’excellence française ?
Budget Etat 2024 : le gouvernement va utiliser encore le 49–3
Une taxe à 600 millions sur les autoroutes et les aéroports
Pouvoir d’achat : Le prochain grand conflit en France
Essence – « Vente à prix coûtant » : encore un concept bidon
Emprunt record de la France à 285 milliards
Insécurité- La délinquance sous Macron
Durée du temps de retraite: Très fortes inégalités entre ouvriers et cadres
Inflation et prix alimentaires : pas d’évolution avant mars 2024 !
Profits et Dividendes en hausse mais pouvoir d’achat en baisse
Le faux rattrapage des salaires sur l’inflation
Enseignement: Retour enfin aux fondamentaux, à la discipline et à la laïcité ?
Le vrai prix de la voiture électrique
Les Nigériens en otage des dictateurs

Le président chez les grévistes….. aux États-Unis
Planification écologique : trop de contradictions chez Macron
Projet de loi pour obliger les négociations…. de prix en hausse ou en baisse ?
Bonus Automobiles électriques … produites surtout à l’étranger
Tarifs Électricité : nouvelle hausse début 2024 ?
Immobilier : pas de modification du plafond d’endettement
Complémentaire santé : coup de bambou surtout pour les séniors
Carburant- « Vente à prix coûtant » : encore un concept pipeau
Budget 2024 : le gouvernement va sans doute utiliser encore le 49–3
Pensions de retraite : + 5,2% en janvier 2024
Social- le prochain grand conflit du pouvoir d’achat en France
Gouvernement–Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
Société–Une inflation qui remet en cause le partage de la richesse
Afrique–Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livrés aux mains des terroristes islamistes
Construction d’autoroutes: pédale douce pour motif écologique
Construction de maisons : vers une chute de 50 % de la demande
Pourquoi une telle inertie des politiques climatiques
L’austérité écologique brutale serait suicidaire
À nouveau, un énorme trou de la sécurité sociale

Une l’écologie populaire et démocratique ?
Abaya: Interdiction encore confirmée par le Conseil d’État
Pouvoir d’achat : la prochaine explosion sociale
700 Millions pour d’hypothétiques RER en province
Fin des centrales à charbon : Fausse nouvelle promesse de Macron
Prix Carburant : un chèque charité
Environnement et « Planification écologique » : De l’anecdotique !
Croissance, dette, déficit : fortes critiques du Haut conseil des finances publiques
Des pompes à chaleur surtout chinoises
Macron à la télé: du bla-bla pour l’opposition
L’ADN circulant : nouvel outil pour le diagnostic des cancers
Électricité : nouvelle hausse de 10 % au 1er janvier ?
Niger, Burkina Faso et Mali : des pays bientôt livré aux mains des terroristes islamistes
Politique-Le Haut-Karabakh abandonné à cause du pétrole et du gaz <
Transition écologique : financement insuffisant
Croissance : conjoncture en baisse mais statistiques en hausse pour la Banque de France !
Emprunt Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?
Une inflation qui remet en cause partage de la richesse
Sondage Prix Carburant : les Français veulent une diminution de la fiscalité

Société France: La prochaine bataille sociale et politique sera celle du pouvoir d’achat
Macron à la télé : pas convaincant et même ennuyeux
Macron à la télé : toujours inaudible
Vers la remise en cause de l’OMC et du commerce mondial ?
À défaut de politique Écologique, « un conseil de planification » !
« Planification écologique » : De l’anecdotique !
Chine : les limites de la mainmise centralisée du parti communiste sur l’économie
Economie- «La décroissance a commencé» ( Jancovici)
Élections Sénat : recul pour Macron et Mélenchon
Carburant : Encore un chèque charité
Le Haut-Karabakh abandonné à cause du pétrole
Gaz russe : l’hypocrisie générale
Portrait Politique–Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
La CFDT veut des conditions aux aides aux entreprises
Pour un débat démocratique à la hauteur des enjeux du siècle
Economie-Baisse de productivité: en cause la faiblesse de l’industrialisation
Immobilier : augmentation du taux d’endettement ?
Prix Carburant : les Français veulent une diminution de la fiscalité

Populisme- Le ministre de l’économie soutient les influenceurs
« Planification écologique » : du pipeau
Ecologie: À défaut de politique « un conseil de planification » !
Politique – France–Angleterre : un rapprochement prématuré et dangereux
Propos de bobos « La migration transgressive: l’avenir du monde » !!
Politique–Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
Politique-Manif contre la police, défense de l’abaya, etc: Le suicide des « Insoumis »
Micro manif contre la police : échec et incident
Macron à la télé dimanche : un bla-bla de plus en plus inaudible<
Sondage popularité : Macron encore en baisse
La prochaine bataille sociale et politique sera celle du pouvoir d’achat en France
Economie-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions
Energie- Gaz russe : l’hypocrisie générale de l’Europe
Les nouvelles technologies : pour remplacer la religion !
Politique -L’absence en France d’une écologie politique libre et indépendante
Chine: Les limites de la gestion économique étatique
Baisse de productivité: en cause la faiblesse de l’industrialisation

Charles III à Versailles: Le luxueux dîner de la jet-set critiqué
Diplomatie- France–Angleterre : un rapprochement prématuré et dangereux
Populisme- Le ministre de l’économie déraille en soutenant les influenceurs
Guerre en Ukraine: 16 000 enfants enlevés par Poutine
Hausse du gazole : Arrêt de l’aide aux marins-pêcheurs , une nouvelle mort ?
Politique énergétique et- Gaz russe : l’hypocrisie générale de l’Europe
Environnement–Financement insuffisant de la transition écologique
Manif contre la police, défense de l’abaya, radicalisme gauchiste : Le suicide des Insoumis
Chute productivité: en cause la faiblesse de l’industrialisation
Activité économique France : forte baisse en Septembre
La stratégie antinucléaire allemande contre la France
Environnement-Planification écologique : du pipeau
Société-Le nombre de pays démocratiques en déclin dans le monde
Economie-Bruno Le Maire, le charisme d’une limande et le dynamisme d’une moule
Ecologie-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans
Ecole- Sans culture linguistique, pas de culture scientifique
Ecole- Niveau mathématiques des élèves de sixième : la catastrophe
« La migration transgressive: l’avenir du monde » !!

Environnement- Budget vert de l’État : largement du pipeau
Formation – Sans culture linguistique, pas de culture scientifique
Le ministre de de l’économie déraille en soutenant les influenceurs
Immigration- « La migration transgressive: l’avenir du monde » !!
Niveau mathématiques des élèves de sixième : la catastrophe
Service national universel: gadget Inutile
Automobiles- des bonus profitables surtout aux voitures étrangères
France–Angleterre : un rapprochement prématuré et dangereux
Charles III : le luxueux dîner à Versailles critiqué
Sondage popularité : recul de Macron et surtout de Borne
Zones côtières en péril avec la montée des eaux
Gaz russe : l’hypocrisie générale de l’Europe
Gazole : Arrêt de l’aide aux marins-pêcheurs , une nouvelle mort ?
Prix Carburant: pour le retour de la fiscalité flottante ( évolutive)
Enseignement: La bataille perdue de l’orthographe !
Ukraine: 16 000 enfants enlevés par Poutine
Environnement-Glyphosate : Autorisation prolongée de 10 ans
Le nombre de pays démocratiques en déclin dans le monde
Journaliste Ariane Lavrilleux en garde à vue : » métier en péril »
Elevage français: Un déclin qui favorise les importations

Électricité : retour à la consommation… en attendant Godot et le nucléaire !
Catastrophes climatiques : Augmenter les assurances ?
Assurances: des augmentations de 5 à 10 % de 2024 ?
Gaz: Mieux évaluer le potentiel de la biomasse
Voitures électriques- Une suppression théorique des bonus sur les voitures étrangères
La pauvreté progresse
Pauvreté : Un plan très insuffisant
Croissance 2023 France: L’OCDE optimiste, prévoit 1%
Politique-Planification écologique : du pipeau
Service national universel pour tous: encore un mensonge
Croissance verte : un concept douteux ?
De nouvelles origines de l’homme en Zambie
Comme Édouard Philippe récemment Martine Aubry impliquée pour corruption
« La migration transgressive: l’avenir du monde » !!
Société- Sans culture linguistique, pas de culture scientifique
Fret ferroviaire français: après l’arlésienne , la mise à mort !
Voitures électriques- des bonus profitables surtout au voitures étrangères
Conjoncture économiques-Croissance : la Banque de France bricole encore ses prévisions

!
Les chiffres de la délinquance avec Macron
Les chiffres du trafic de drogue

Russie: Risque de conflit mondial ?

Liens
site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Un désordre mondial appelé à durer (François Lenglet)

Un désordre mondial appelé à durer (François Lenglet)

Dans un entretien à La Tribune Dimanche, François Lenglet explique les raisons pour lesquelles le désordre mondial est amené à durer dans La Tribune.

Dans votre dernier ouvrage*, vous décrivez les désordres du monde, en expliquant que cela devrait durer longtemps. Pourquoi ?

FRANÇOIS LENGLET- Les crises politique, géopolitique et inflationniste actuelles ont une seule et même cause. Nous vivons la fin de l’ordre planétaire hérité de la Seconde Guerre mondiale, et plus encore de la Chute du Mur, dominé par les États-Unis. C’est une période de transition, un phénomène récurrent dans l’histoire. Depuis la fin du XVe siècle, les maîtres du monde se succèdent sur des périodes d’environ 80 ans : France, Royaume-Uni… Ils régulent les relations entre pays, structurent la diplomatie et l’économie. Les transitions durent une vingtaine d’années, l’équivalent d’une génération. C’est le temps nécessaire au renouvellement des élites. L’autre scénario, c’est une guerre qui rebat les cartes du pouvoir. On l’a vu en France en 1815, quand la classe dirigeante issue de la Révolution et de l’Empire fut balayée par la défaite, ou en 1945, quand les leaders de la IIIe République ont quitté le champ politique après la Libération.

Les États-Unis et l’Allemagne sont-ils toujours nos meilleurs alliés ? L’un semble obnubilé par la Chine, l’autre par sa démographie…

Le cycle qui s’achève fut celui de l’hyperpuissance américaine, qui a donné lieu à la mondialisation. Celle-ci n’aurait pas pu se produire sans un maître du monde qui a fait disparaître le risque géopolitique, imposé ses normes et sa monnaie. La guerre d’Ukraine sonne la fin de ce cycle. Les opposants comme la Russie se dressent, le commerce devient difficile. La Chine va se fermer et les multinationales vont partir. On en voit chaque jour des signaux. La plupart des entreprises, lucides, s’y préparent. Les États-Unis demeurent toutefois le leader du camp occidental. Sans eux, l’Ukraine serait russe. Contrairement à ce qu’en pense Emmanuel Macron, il n’y a pas de voie indépendante pour l’Europe sans l’Amérique. Nous devons donc mutualiser nos forces avec eux. Constatons que la Pologne, qui aura un jour la première armée du continent, achète du matériel militaire américain. Pour sa part, l’Allemagne est un pays durablement affaibli, qui vit mal cette situation. Elle est pénalisée par sa dépendance au gaz russe et par son choix de sortir du nucléaire, qui l’éloignent de la France.

Selon vous, la Chine ne prendra pas le leadership de la planète car elle n’est pas désirable. Que voulez-vous dire ?

Plusieurs raisons à cela. Le maître du monde s’impose d’autant mieux qu’il fait envie. L’ Amérique a suscité admiration et soumission. C’est le monde libre par excellence, qui fait rêver par sa musique, son entreprenariat, ses champions de l’informatique, etc.

Son soft power est d’une efficacité redoutable. La génération du baby-boom fut américanisée avec l’influence de la culture, de la musique, du mode de vie. Et quand on est persécuté dans un pays, on se dit toujours qu’il sera possible de refaire sa vie aux Etats-Unis. Cette croyance ne fonctionne pas avec la Chine. Ce pays est au bout de sa croissance, il perd 7 millions d’actifs par an à cause de sa démographie déclinante. Et puis, qui veut aller vivre dans une dictature ? La plupart des Chinois riches ont un passeport américain. La réciproque n’est pas vraie. En conséquence, nous entrons dans une période sans maître du monde. Les anciens empires se reconstituent autour d’un leader régional fort. Les confrontations s’aiguisent.

Nous avons appris, avec Montesquieu ou Kant, que le commerce était le meilleur antidote à la guerre. Mais la guerre est revenue. Avons-nous mal commercé ?

Le « doux commerce » est une illusion fréquente. Le commerce crée des dépendances, par exemple pour l’approvisionnement en métaux rares, en médicaments, en biens de consommation courants… Lorsque vous êtes du bon côté, comme la France avec les États-Unis, vous n’en prenez pas conscience tout de suite. Les Américains s’en sont rendu compte et ils ont voté Trump. Le commerce n’altère pas les passions humaines. Il est secondaire par rapport au besoin d’identité, qui s’exacerbe lorsque les frontières sont ouvertes.

Le protectionnisme n’est-il pas toujours nationaliste, donc guerrier ?

Non, je ne le crois pas. Le nationalisme, c’est la guerre, comme le disait François Mitterrand. Pas le protectionnisme. La Suisse vit paisiblement derrière des frontières peu perméables. Le commerce international a certes atténué les inégalités entre pays mais il a accru les inégalités à l’intérieur des pays. Le protectionnisme consiste à prendre soin de sa communauté nationale, y compris des étrangers en situation régulière. Sinon, c’est l’essor du populisme et du nationalisme, qui profitent de la peur. La demande de protection est saine et légitime mais les partis socio-démocrates et libéraux ne s’en sont pas occupé. Roosevelt arrive au pouvoir en 1933 avec un discours social et protectionniste que l’on qualifierait aujourd’hui de populiste. Mais il ramène le pays dans le chemin de la démocratie et il devient le leader du monde libre. Il faut aller chercher les gens là où ils sont.

Les populistes en Europe sont peu « rooseveltiens ». Sont-ils voués à l’emporter, comme au Royaume-Uni ?

Le Brexit était une demande forte or elle a été exécutée par des incompétents, des aventuriers. Richi Sunak est plus malin que ses prédécesseurs. Il va tempérer le Brexit. Au regard de la classe politique anglaise qui s’était engouffrée dans le mensonge, je doute que le populisme ait un avenir. On le voit aussi en Pologne, où la droite radicale a perdu ou en Italie, où Giorgia Meloni a adapté son programme à la réalité. L’avenir, c’est que les partis humanistes traitent le désir de protection des gens. Les Anglais voulaient reprendre leur destin en mains, quoi de plus légitime ? La situation finira par se normaliser car la maison du Royaume-Uni, c’est l’Occident. Et sa place sur la scène internationale est celle d’une grande diplomatie.

Attendez-vous un nouvel ordre mondial ? Ou bien la crise est-elle, comme dit Edgar Morin, un état permanent de nos sociétés ?

Nous sommes dans un monde où chacun entend jouer sa partie. Cela va rester turbulent. Un nouvel ordre verra le jour. Le « Sud Global », autour des puissances chinoise ou indienne, dispose d’un avantage démographique majeur, principal déterminant des forces diplomatiques et militaires. L’Occident devra sans doute changer de stratégie, en forgeant des alliances au gré de ses intérêts plutôt que de s’imposer unilatéralement par la puissance, la domination ou la prédation. Un moment décisif aura lieu à Taïwan où la confrontation entre la Chine et les États-Unis va se dénouer. Les premiers font du retour de l’île dans leur giron un cas ontologique. Les seconds peuvent y perdre leur influence mondiale en matière de sécurité.

Malgré ces constats, vous entrevoyez une vie plus sereine, plus libre et plus épanouie dans le futur. Notamment par la semaine de quatre jours ou les nouvelles technologies.

Oui ! Pendant que les équilibres géopolitiques changent dans la tension, l’innovation schumpétérienne se poursuit, notamment avec l’IA. C’est un réservoir formidable de productivité. Donc de baisse du temps de travail – un processus multiséculaire – ou d’accroissement des richesses. L’innovation nous aidera aussi pour la décarbonation. Je suis donc optimiste. La technologie n’est jamais bonne ou mauvaise en soi, tout dépend de ce que nous en faisons.

* Combien de temps ça va durer, Plon, 2023
Propos recueillis par Nicolas Prissette

Transition énergétique: Retardée par manque de moyens

Transition énergétique: Retardée par manque de moyens (Jean-Laurent Bonnafé, BNP Paribas)

Jean-Laurent Bonnafé, 62 ans, directeur général de BNP Paribas, regrette que faute de financement suffisant , la transition énergétique prenne du retard en Europe. Dans la Tribune
(extrait)

Une interview intéressante du patron de la BNP mais qui reste assez floue sur l’ampleur et la nature des moyens financiers NDLR

Où en êtes-vous dans la transition énergétique ?

Nous accélérons fortement, en mobilisant tous nos moyens pour accompagner des projets permettant de substituer les énergies bas carbone aux énergies fossiles. Le groupe est ainsi devenu le numéro un mondial des green bonds, les émissions obligataires vertes, alors qu’il n’est plus que 26e mondial pour les émissions obligataires du secteur pétrolier et gazier. En 2022, 60 % de notre portefeuille de crédits à la production d’énergie finançaient déjà la production d’énergies bas carbone. Nous visons 80 % d’ici à 2030. Mais nous devrions y parvenir plus tôt, dans le courant de l’année 2026, en réduisant entre autres nos financements à l’exploration-production pétrolière de 80 %. Nous déployons cette stratégie de transition dans tous les secteurs, en sélectionnant des projets et des entreprises dont les trajectoires d’émissions de gaz à effet de serre diminuent dans la durée.

Et pour les particuliers ?

Les objectifs sont identiques, tant pour les ménages que pour les TPE. Nous finançons l’achat de voitures électriques et hybrides, tout comme la rénovation des logements. Nous souhaitons pouvoir offrir de la mobilité par différents moyens, avec un ensemble de services destinés à évoluer dans le temps, en fonction des progrès technologiques. Là encore, la transition coûte cher. Une étude récente démontre que financer l’achat d’un véhicule électrique et la rénovation énergétique d’un logement représente quatre ans de capacité d’épargne pour un foyer moyen. Des accompagnements publics restent donc essentiels. Il s’agit d’un sujet collectif : la rénovation énergétique demeure hors de portée pour un certain nombre de ménages.

En 2022, 60 % de nos crédits à la production d’énergie finançaient la production d’énergies bas carbone. Nous visons 80 % d’ici à 2030.

Face à la puissance du plan américain, l’Europe a-t-elle mis en place un cadre adapté au financement de la transition énergétique ?

Les États-Unis sont un marché intégré, doté d’une politique fiscale unique et efficace, à la différence de l’Union européenne. Un tel plan ne peut se concevoir de ce côté-ci de l’Atlantique. En matière de financement de la transition énergétique, la réponse européenne reste à construire, pour l’essentiel. Il faudra en particulier s’appuyer sur les initiatives des différents pays, sans en entraver la bonne marche du fait d’un cadre européen parfois trop rigide.

Regrettez-vous l’absence d’un marché européen des capitaux ?

Bien sûr. Dans ce domaine, l’Europe est au point mort. Rien n’avance depuis vingt ans. On a peur de voir grand, alors que nous nous mesurons à des géants. Le risque est réel que des investissements se réalisent ailleurs, là où ces marchés sont plus puissants. Les marchés de capitaux sont un levier essentiel pour accompagner et financer la transition énergétique dans son ensemble, comme l’économie plus généralement.

12345...39



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol