• Accueil
  • > Archives pour juillet 2023

Archive mensuelle de juillet 2023

Page 2 sur 31

Niger: l’énorme manipulation de la Russie

Niger: l’énorme manipulation de la Russie

La réussie a réussi une manipulation énorme en persuadant certaines populations africaine comme au Niger qu(elle est le porte drapeau démocratique de la lutte contre le néo colonialisme. Un pays qui n’a jamais connu pourtant la moindre démocratie et qui n’a cessé d’envahir ses voisins non seulement pendant la période soviétique mais y compris après. C’est un peu comme si pour éteindre le feu du mécontentement, en Afrique on allait chercher un incendiaire.
Dans le Parisien , Le professeur émérite en histoire contemporaine à SciencePo Aix, Jean-Charles Jauffret, analyse les raisons de la colère.

Après le coup d’État survenu la semaine dernière au Niger, on a vu dimanche des manifestations « anti-français » dans les rues de Niamey. D’où vient ce sentiment ?

D’abord, il y a une déception des Nigériens que l’on peut attribuer à l’ensemble de la communauté internationale. Celle-ci, dont la France fait partie, a décidé de combattre le djihadisme au Sahel, un territoire qui fait six fois la taille de la France. À quoi voulez-vous aboutir ? Même si vous remportez des succès, il y aura toujours une grande partie de la population qui considère que depuis 2013, quand la France est venue au secours du voisin malien, les résultats ne sont pas probants.

Ensuite, pour le cas précis du Niger, il y a un contentieux avec la France qui est ancien. Dans ce pays, il y a la plus grande mine d’uranium du monde, la mine d’Arlit. Elle est immense et elle est essentielle, puisque c’est l’une des rares ressources naturelles du Niger. Mais les habitants ont le sentiment, depuis tant d’années, qu’ils ne subissent que les retombées négatives de son exploitation, notamment concernant la question des déchets radioactifs.

Ces deux éléments sont en outre venus favoriser une intense propagande russe. Derrière la situation actuelle, c’est le même principe qu’en Centrafrique ou qu’au Burkina Faso. La propagande russe explique à l’un des pays les plus pauvres du monde, que son énergie sert à enrichir un pays comme la France, ex-puissance coloniale. C’est remuer les vieux souvenirs coloniaux et c’est très facile.

Effectivement, on a vu les images des drapeaux russes dans les manifestations, quel rôle joue Moscou au Niger ?

Il y a une sorte de pillage organisé. Nous avons affaire à des Etats que je qualifie de mafieux et qui sont sous a coupe d’autres puissances, comme la Russie. Nous sommes face à un système de corruption à très grande échelle et l’exploitation des mines nigériennes bénéficie aussi au groupe Wagner. Vous ne pouvez pas vous imaginer la puissance d’un Prigojine en Afrique ! Ce putsch au Niger constitue un boulevard pour Wagner et les Russes dans les semaines qui viennent. On est en pleine déstabilisation.

Il s’agit du troisième d’Etat au Sahel depuis 2020…

Oui et il y a de quoi être très très préoccupé. Il ne faut pas faire l’autruche. C’est la confirmation que la région est contrôlée par la Russie. Et quand vous contrôlez le Niger, vous contrôlez 80% du Sahel. Avant le putsch, le pays restait une base arrière de la Frande. Il ne reste plus que le Tchad désormais, mais pour combien de temps encore.

Les raisons de la crise immobilière (Xavier Lépine)

Les raisons de la crise immobilière (Xavier Lépine)

Xavier Lépine, président de l’Institut de l’Épargne immobilière et foncière (IEIF), revient sur la crise qui secoue la crise immobilière dans la Tribune

Xavier Lépine A l’heure des injonctions plus contradictoires que jamais – le logement est inabordable pour une partie croissante de la population, les coûts d’adaptation aux dérèglements climatiques sont monstrueux, reconstruire la ville sur la ville – Patrice Vergriete, par la hauteur de vue qu’il amènera, est « l’homme » de la situation. Je n’ai qu’un seul grand regret, que son ministère ne soit que celui du logement et non pas celui de l’immobilier. A l’heure où l’avenir du bureau est questionné, où de très nombreux Français travaillent partiellement de chez eux, où l’immobilier de l’Etat est une partie intégrante de la solution, de mon point de vue, il me semble évident que les barrières des usages sont floutées et qu’une approche plus holistique de l’immobilier (résidentiel et tertiaire) serait plus efficace.


Au-delà de ces mouvements gouvernementaux, faut-il s’attendre à une crise immobilière de grande ampleur ?

L’immobilier est un temps long, très long. Et ce qui arrive aujourd’hui est la conséquence de ce qu’on appelle en mathématiques le modèle de Reasons, c’est-à-dire une accumulation d’événements parfois lointains, sans conséquences systémiques lorsqu’ils sont pris isolément, mais qui provoquent un accident « vital » par leur simple accumulation. Nous sommes entrés dans une crise structurelle qui est la conséquence de quarante années de politique du logement qui n’a fait que creuser les inégalités au lieu de les réduire. Nous sommes en effet dans une situation où en vingt ans les prix de l’immobilier ont doublé alors que les revenus n’ont augmenté que de 30% ; et sur 40 ans ils sont multipliés par 12 alors que les revenus n’ont augmenté que de 5 fois. Un mètre carré reste toujours un m² et le « logement » est devenu dysfonctionnel. Insuffisance de l’offre, vieillissement de la population, décohabitation… C’est vrai partout dans le monde et partout dans le monde il y a ce décalage croissant entre les prix de l’immobilier et les revenus où la valeur d’usage (loyer) n’a plus de relation avec la valeur d’échange (prix). Mais la France a particulièrement échoué, faute d’avoir su faire évoluer ses modèles (notamment d’avoir accepté de faire des financements à 25 ans avec des taux d’intérêts proches de zéro alors que l’offre de logement était insuffisante) et d’avoir trop politisé le débat sur le thème logement social versus privé.

Les politiques publiques en matière d’immobilier sont pourtant très volontaristes, avec des budgets conséquents. Pourquoi jugez-vous aussi sévèrement l’action de l’État ?

Nous avons eu après la Seconde guerre mondiale, et pendant près de quarante ans, une politique du logement extrêmement inclusive et bénéfique pour la population. Une succession de lois novatrices, disruptives, ont permis de lancer la machine. La loi de 1948 a certes limité la hausse des loyers mais après les avoir multiplié par trois pour rattraper l’inflation de l’occupation des années 1940 et relancer l’entretien des immeubles. Elle a permis également de développer la copropriété – renforcée à partir de 1965 – qui existait pourtant depuis le Code Napoléon. De même, pour solvabiliser la demande, a été créé le crédit immobilier à taux fixe, que tout le monde nous envie, avec une décision politique très forte à l’origine, celle de ne pas rémunérer les dépôts bancaires et pendant longtemps le monopole du crédit foncier permettant ainsi de « fixer » le coût de l’argent et par la même une très forte visibilité financière pour les ménages. Même la loi Malraux de 1962 sur les monuments historiques a permis de réduire considérablement l’insalubrité, ce qui pourrait d’ailleurs inspirer le gouvernement en matière d’isolation thermique. Enfin, la loi de 1967 a permis de développer un métier qui n’existait pas vraiment en France, celui de promoteur immobilier, pour répondre à une demande qui augmentait en flèche. Cinq ans après les rapatriements d’Algérie et surtout l’impact du baby-boom, les enfants nés par millions – 1 million par année- en 1945 ayant 22 ans en 1967 ! Et toute l’originalité française a été d’inventer la VEFA – la vente en l’état futur d’achèvement – pour développer une activité extrêmement capitalistique sans capitaux propres … à la différence des modèles anglo-saxon des REITS (promoteurs et partiellement investisseurs). Ce sont toutes des décisions extrêmement fortes, courageuses même, qui font que nous sommes passés d’une France de quelques pourcents de propriétaires en ville à une France de 58% de propriétaires. Ce qui reste en-dessous aujourd’hui de la moyenne européenne (70% en Europe avec les deux pays les plus riches d’Europe Suisse – 40% – Allemagne 50% très en dessous de la moyenne) car c’est un pourcentage qui n’augmente que marginalement depuis des années.

A partir de quand alors la politique en matière de logement a pris, selon vous, un mauvais tournant ?

L’arrêt de la convertibilité du dollar en or juillet 1971 – de fait la fin des accords de Bretton Woods – ont créé un nouveau monde et signé la fin des Trente Glorieuses, avec des monnaies instables, le triplement du prix du pétrole en 1973 – le dollar ce n’est plus de l’or et les pays producteurs l’avaient bien compris ! -, des taux d’intérêt qui grimpent, une forte inflation, du chômage et … des faillites de promoteurs en cascade. Puis une série de lois, toutes vertueuses au démarrage, a plutôt involontairement aggravé la situation. En tête, la loi de décentralisation de 1982 qui a donné le pouvoir de construire au maire avant qu’il ne s’aperçoive au bout de quelques années qu’il fallait plutôt faire moins de résidentiel et plus de bureaux pour être réélu. Après la crise immobilière de 1992-1994, la loi Perissol de 1995 incite les Français à investir dans le locatif. Ce qui revient à subventionner les catégories les plus aisées pour qu’elles achètent des logements locatifs pour les catégories les moins aisées avec comme effet de bord une sortie massive des investisseurs institutionnels du résidentiel locatif. Finalement, à chaque fois que l’État a sauvé la construction de logements, cela s’est traduit par une hausse des prix. C’était vrai pour le Perissol, c’était vrai aussi pour le Pinel qui a grandement alimenté la hausse des prix. La loi SRU de 2000 qui impose des quotas de logements sociaux a finalement malheureusement contribué à alimenter les prix du secteur libre.

Cette situation a empiré depuis les années 2000 : forte croissance mondiale très peu inflationniste avec l’arrivée de la Chine dans l’OMC, les taux d’intérêt baissent, les banques allongent la durée des crédits et les prix de l’immobilier explosent. Tout un système économique, social et fiscal dans un contexte de mondialisation qui fait qu’au total, le PIB nominal de la France a été multiplié par 7 en l’espace de quarante ans alors que la création monétaire l’a été de 50 fois. Concrètement, l’excès de croissance monétaire s’est répercuté sur les actifs, financiers bien sûr, mais également le prix de l’immobilier qui s’est envolé alors que les salaires ne suivaient que l’inflation général des prix à la consommation.

Quelle devrait être la réponse de l’État, selon vous ?

Nous avons souvent des réponses fiscales ou circonstancielles comme celles sur les meublés touristiques. Tout ceci est très cosmétique. Il serait grand temps de tout mettre sur la table et de voir vraiment ce qui marche et ce qui ne marche plus et l’État ne peut pas tout faire ; mais il peut être facilitateur. Il n’y a pas de solution unique mais un ensemble de réflexions profondes à mener. Les rénovations thermiques ne sont pas dans les moyens financiers de nombreux propriétaires alors même que l’immobilier est souvent très cher ; profitons de cette situation, l’immobilier peut servir de garantie pour autofinancer les travaux de rénovation énergétique via des prêts avance rénovation dont le capital serait remboursé lors de la mutation. Tous les jours, nous entendons de multiples petites voix qui nous disent que des centaines de milliers de logements ne seront plus louables faute d’avoir la bonne lettre (DPE)… et par ailleurs il faut démultiplier les logements sociaux… Proposons aux bailleurs privés de financer leurs travaux de rénovation en contrepartie d’un engagement à louer à des locataires éligibles au logement social (avec garantie locative). En contrepartie d’une baisse du loyer, nous adaptons le principe, déjà existant, d’un amortissement sur le bien. Cela soulage les organismes de logements sociaux et créé une mixité sociale beaucoup plus forte à l’intérieur des immeubles et nettement moins de coûts pour la collectivité.

Lire aussi
Rénovation énergétique des copropriétés : quand les travaux virent au casse-tête

Et quid des millions de mètres carrés de bureaux obsolètes ?

4 millions de m² de bureaux obsolètes rien qu’en région parisienne, 1,5 millions (3% du stock) de m² de plus chaque année… L’équation financière pour en transformer une partie en logements fonctionne de mieux en mieux car le prix des immeubles obsolètes est en train de chuter, mais se heurte à une lenteur, voire à une opposition de très nombreuses municipalités. A l’heure du ZAN, du recyclage urbain et de la lutte pour le climat c’est plus que choquant. Certains pays ont décidé d’accélérer le processus en réduisant le dispositif juridique à une autorisation de travaux. Nous avons historiquement su être les leaders de l’innovation en matière de logement, retrouvons cette dynamique en associant toutes les parties prenantes au service du logement durable pour tous : élus, règlementation, banques pour financer, investisseurs où chacun doit y trouver son intérêt.

Les banques et les assureurs pourraient-ils jouer un rôle plus important ?

Les banques prêtent moins car le crédit immobilier n’est pas un produit très rentable. Mais la dernière innovation financière dans le domaine du crédit immobilier remonte à 70 ans avec le crédit à taux fixe. Je suis frappé par le conservatisme du système bancaire dans ce domaine. Il existe pourtant une très grande variété de solutions financières. Par exemple, nous pouvons envisager que les propriétaires, qui sont généralement âgés, souscrivent un prêt avance mutation – remboursé au moment du décès – pour financer non seulement les travaux d’isolation thermique mais aussi transmettre par anticipation une fraction de leur héritage et permettre ainsi à leurs enfants ou petits-enfants d’avoir l’apport nécessaire pour acquérir leur logement. Nous parlons beaucoup de la solidarité intergénérationnelle en faveur des seniors mais l’inverse doit exister dans une société où le prix n’est plus accessible pour la majorité des générations montantes. C’est autorisé en France depuis la loi de 2006 mais les banques ne le font pas. Elles sont sans doute effrayées par les excès américains qui ont conduit aux subprimes, leur devoir de conseil sur ces montages et les possibles recours des héritiers. Mais il faut rappeler que le patrimoine immobilier des Français est de 8.000 milliards et est de plus en plus concentré, une aberration économique ! La vertu est au milieu des extrêmes et de nombreux pays proposent ce type de système en les encadrant.

Vous venez de créer une start-up, Neoproprio, qui remet au gout du jour le bail emphytéotique. A quel besoin cela répond-t-il ?

Il faut en effet de nouvelles voies pour débloquer un marché du logement devenu dysfonctionnel. Nous partons d’un constat : il est devenu presque impossible d’accéder à la propriété dans une grande ville. Ne rêvons pas, les prix du neuf comme de l’ancien ne vont pas baisser de 30%, les taux d’intérêts ne reviendront pas de sitôt à 1%, les coûts d’adaptation du logement au dérèglement climatique ne vont pas faire baisser les prix, le foncier continuera d’être rare… Les constructeurs automobiles ont su répondre à cette problématique en proposant « d’acheter en location » en proposant un coût abordable et largement choisi de manière optionnelle par l’acquéreur (apport, durée, option d’achat…) sur un bien dont la valeur résiduelle ne fait que baisser pour terminer à zéro. Neoproprio, c’est l’adaptation, via le concept d’un bail emphytéotique complété par des contrats, au logement… Un bien qui, à la différence essentielle d’une voiture, généralement s’apprécie dans le temps.

Concrètement, comment cela fonctionne-t-il ?

Nous proposons donc de libérer l’accès à la propriété, le dispositif permet de réduire d’un bon 30% le coût mensuel d’acquisition qui devient ainsi très comparable à un loyer. En acquérant son logement pour une durée de 25 ans à moitié prix et bénéficiant d’un engagement de rachat à tout moment, le néopropriétaire a ainsi la certitude de récupérer lors de la revente une part substantielle des mensualités qu’il aura payées : la différence entre le prix de rachat minimum garanti et le remboursement – anticipé – du principal restant dû du crédit immobilier qu’il aura contracté lors de l’acquisition. Une épargne – l’équivalent de trois ans de loyers s’il décide de déménager au terme de dix ans – qui peut alors servir d’apport personnel pour une autre acquisition.

Entre l’État qui subventionne et les banques qui fournissent le crédit, l’intervention d’une foncière dans l’équation permet, de manière rentable pour toutes les parties, de sortir de l’impasse actuelle ! L’immobilier peut constituer un formidable levier pour l’économie et la réduction des inégalités mais il doit être repensé de manière plus financière et moins obsessionnelle. Paradoxalement aux idées généralement reçues, c’est l’insuffisance d’innovations financières dans le secteur du logement alors que le monde s’est financiarisé qui est en partie responsable de la hausse disproportionnée des prix du logement. C’est précisément ce que nous proposons aux investisseurs institutionnels : investir dans le résidentiel de manière rentable avec un impact sociétal très puissant et noble, redonner l’accès à la propriété de leur logement à des générations entières via un partage du risque et de la rentabilité équilibré entre les deux parties.

Stupéfiants-Drogue: La France au cœur des trafics mondiaux

Stupéfiants-Drogue: La France au cœur des trafics mondiaux

par
Fabrice Rizzoli
Spécialiste des mafias et président de l’association Crim’HALT. Enseignant en géopolitique des criminalités., Sciences Po
dans The Conversation

« Narco-État » : le terme est désormais très répandu pour qualifier un territoire où de colossales sommes d’argent issues du trafic de drogue structurent l’économie criminelle. Cette formule est parfois employée pour désigner certains pays européens, y compris la France, la Belgique et les Pays-Bas. Certes, au regard des milliards d’euros produits par les entreprises, ces trois pays sont loin d’être des narco-États où tout l’appareil de production serait dédié à une activité criminelle. Il n’en demeure pas moins que le crime organisé est en plein essor en Europe et en France.

La drogue reste le premier facteur d’accumulation de richesse du crime organisé. Quelles sont les raisons qui font de la France un pays situé au cœur de la majorité des trafics sur le continent européen ?

Pour dresser un état des lieux du trafic de drogue, les chercheurs s’appuient sur trois indicateurs : les saisies, les surfaces de production et les enquêtes de consommation. Ces informations peuvent être croisées avec les déclarations des trafiquants qui témoignent devant les tribunaux ou dans des livres.

À l’échelle mondiale, le cannabis est de loin la drogue la plus consommée, mais la consommation de cocaïne augmente de manière significative, le nombre de saisies ayant explosé dans le monde depuis 2014. Le marché de l’héroïne est relativement stable, tout comme celui des drogues de synthèse. La grande nouveauté est l’essor des opioïdes de synthèse.

La situation de la France, notamment en termes d’augmentation des saisies ), est en cohérence avec la géopolitique mondiale des drogues.

Ces 20 dernières années, l’offre de cocaïne s’est « démocratisée » et a fortement augmenté dans les quartiers urbains populaires comme dans les territoires ruraux. On observe une hausse de la consommation de cocaïne proportionnellement aux autres drogues.

Les prix médians de toutes les drogues sont relativement stables, mais la pureté des produits est de plus en plus élevée. Le cannabis consommé aujourd’hui en France contient 4 à 5 fois plus de THC que celui consommé il y a 20 ans. Le nombre de personnes interpellées pour trafic de stupéfiants en France est en forte augmentation depuis 20 ans (doublement de 2005 à 2009). 44 000 personnes ont été interpellées en 2020.

Le secteur de la drogue générerait en France environ 3 milliards d’euros de gains par an et impliquerait 240 000 personnes pour le seul trafic de cannabis. Un des principaux moyens de distribution des drogues en France demeure le consommateur-revendeur. Une partie d’entre eux constituent une multitude de petits réseaux d’usagers-revendeurs qui s’approvisionnent via un trafic de « fourmis », en particulier aux Pays-Bas ou en Espagne. Le reste de la drogue consommée en France est acheminée par des réseaux criminels qui profitent de la mondialisation de l’économie.

Produites au Sud, les drogues sont consommées au Nord. Ni la France, ni la Belgique, ni les Pays-Bas ne sont en capacité de stopper leur arrivée. Le cannabis provient avant tout du Maroc, qui est l’un des principaux producteurs de résine de cannabis au monde. Cette production est un facteur de stabilité sociale dans la région du Rif, traditionnellement rebelle, très pauvre, où le cannabis fait vivre des centaines de milliers de personnes.

Si le cannabis marocain arrive si aisément en France, c’est dans une vaste mesure parce que Paris et Rabat ont des intérêts géopolitiques communs dont la préservation se fait au détriment de la lutte contre le trafic. Les forces de l’ordre sont tributaires de ces intérêts géopolitiques qu’elles ne maîtrisent pas. D’une part, une partie de l’élite politique et administrative marocaine est impliquée dans le trafic de drogue à travers des schémas de corruption ; mais, d’autre part, le Maroc est un allié important de la France dans la lutte contre le djihadisme en Afrique du Nord et dans la lutte contre l’immigration clandestine. C’est pourquoi, en dépit d’actions représsives dans les deux pays (éradication des plants de cannabis au Maroc et saisies en France), le trafic de cannabis perdure.

Notons également que, depuis cinq ans, le Maroc est devenu un hub pour la cocaïne, bien qu’il n’en soit pas producteur.

La cocaïne arrive en France par différents moyens. La voie maritime du commerce mondial demeure prégnante. La drogue voyage par conteneurs, avec la complicité de sociétés de transport ou à leur insu selon la technique du rip off. Les saisies de cocaïne dans le port du Havre sont passées de 2,8 tonnes en 2019 à 3,8 tonnes en 2020 puis 11 tonnes en 2021. Les ballots de cocaïne peuvent aussi être largués en mer et récupérés par des trafiquants, selon une technique mise en place par les clans galiciens dans les années 1980.

Aujourd’hui, 15 à 20 % du marché français de cocaïne est alimenté par la Guyane et 55 % des quantités de cocaïne saisies à l’entrée en métropole proviennent des Antilles et de la Guyane réunies. En 2021, le nombre de passeurs interpellés en Guyane a augmenté de 75 % par rapport à 2017 : 608 passeurs avaient été interpellés en 2017, pour 921 kilos saisis, contre 1 065 passeurs et 2 tonnes en 2021. 50 passagers par avion en provenance de Kourou sont potentiellement des « mules » !

En outre, le trafic vers la France passe par les zones de stockage mises en place par les trafiquants dans les années 2000 en Afrique subsaharienne (500 kilos saisis en 1997, 5 tonnes en 2007), puis dans les Caraïbes. Les trafiquants français installés dans les Caraïbes ont créé une « autoroute de la cocaïne par voilier » comme le démontrent les saisies de cocaïne depuis 10 ans.

Les zones de transit de la cocaïne dans les Caraïbes et en Afrique. Carte de Pascale Perez, dans Crime trafics et réseaux, Ellipes, 2012, p. 61.
De nouvelles routes s’ouvrent en envoyant la cocaïne par bateau en Russie et en Ukraine. Cette cocaïne revient ensuite sur le marché occidental par camion, comme en témoignent les saisies de cocaïne impliquant des organisations serbes et monténégrines. La guerre actuelle semble toutefois avoir provisoirement interrompu cette route.

La route « Amérique du Sud-Europe de l’Est » pour livrer la cocaine en Europe de l’Ouest. Carte Pascale Perez dans Crime trafics et réseaux, ed. Ellipes, 2012, p. 61.
La France est également le terminal de la route de la soie… de l’héroïne. Fabriquée essentiellement en Afghanistan, l’héroïne traverse toute l’Europe pour arriver en France à travers Milan puis la Suisse.

Enfin, en ce qui concerne les drogues de synthèse, le trafic est moins documenté mais il fait l’objet d’un « trafic de fourmis », en particulier en provenance des Pays-Bas (et de la province belge du Limbourg) devenus le principal producteur d’ecstasy au monde.

L’émergence des organisations trafiquantes des quartiers populaires est confirmée. Investies dans la vente de tous les stupéfiants soit en gros, soit en détail, elles gèrent 4 000 grands points de deal en France dans les grandes métropoles comme dans les villes moyennes.

Ces dernières années, on observe leur mainmise croissante sur le marché de la cocaïne, la diversification des produits revendus dérivés du cannabis (variétés hybrides, huiles, résines, concentrés) et le recours de plus en plus fréquent aux livraisons à domicile via des « centrales d’achat » recourant aux techniques propres au marketing direct (packaging, promotions, carte de fidélité…) par l’entremise des réseaux sociaux.

Pour protéger leur système, les coteries trafiquantes françaises n’hésitent plus désormais à employer des armes de guerre lors des règlements de comptes. Les enlèvements et séquestrations liés au trafic de stupéfiants sont devenus une pratique courante en France : 129 en 2020, 128 en 2022, soit une fois tous les trois jours, les chiffres réels étant sans doute plus élevés, toutes les victimes ne se signalant pas au regard de leurs activités.

La violence systémique déjà évoquée s’accompagne parfois d’une véritable force de corruption. À Canteleu, dans la banlieue de Rouen, une bande avait acquis un tel pouvoir d’intimidation qu’elle exerçait des pressions sur la mairie afin que celle-ci ferme les yeux sur ses activités. Les affaires de corruption des forces de l’ordre se succèdent. Sur la corruption du personnel politique, nous manquons de données judiciaires mais des sources existent.

Les réseaux dits « de cité » sont très organisés et efficaces en matière de logistique. Ils ne sont plus les petites mains des anciens gangsters français, qui dépendaient de l’approvisionnement de ces derniers. Dans les années 1990/2000, les caïds des cités devaient se rendre en Espagne pour discuter avec un narco-courtier de l’ancienne génération pour obtenir du cannabis. Depuis vingt ans, les narco-bandits des cités ont acquis une dimension transnationale en s’approvisionnant directement en Colombie et au Maroc, où ils sont parfois propriétaires des champs de cannabis.

Des barons français du narcotrafic sont présents à Saint-Domingue, à Dubaï ou au Maroc, et gèrent leur trafic à distance. Aujourd’hui, les cartels colombiens peuvent même envoyer des chimistes en France pour reconstituer la cocaïne dans un laboratoire de fortune.

Enfin, les narcos français scellent des alliances avec des mafias internationales, comme dans le cas de « joint-ventures » entre les gangs des cités et la mafia calabraise ou avec des cartels internationaux de la drogue.

Ce phénomène d’alliance est favorisé par le fait que la France est aussi une terre de repli, de blanchiment et parfois de trafic de drogue pour les organisations étrangères. Par exemple, la mafia albanophone joue un rôle important dans le trafic d’héroïne, particulièrement dans la région Rhône-Alpes, où elle tient 90 % du trafic d’héroïne.

Les données analysées ici révèlent la relative inefficacité du dispositif répressif en France. En plus du débat sur la légalisation des drogues, une des pistes qui pourrait être privilégiée est la confiscation des avoirs criminels générés par le trafic.

Cet article, rédigé à l’aide de la revue de presse quotidienne du site crimorg.com a été co-écrit avec Mehdi Ajerar, spécialiste de la géopolitique du crime organisé et du terrorisme. Mehdi Ajerar a rédigé, à l’Université Paris 8, un mémoire de géopolitique sur les représentations criminelles du trafic de drogue à Saint-Ouen à l’Université Paris 8. Il est titulaire d’un master 2 de criminologie au CNAM et membre de l’association Crim’HALT.

Conjoncture Immobilier : la baisse des ventes continue

Conjoncture Immobilier : la baisse des ventes continue

Le marché immobilier est en partie gelée d’une part par l’affaiblissement de la demande et par la hausse des taux d’intérêt. Conséquence les prix s’inscrivent dans une tendance baissière. La baisse des transactions pourrait atteindre 10 % comme celle des prix. Mais il faudrait une baisse de près de 25 % pour vraiment relancer le marché. Du coup, les candidats à l’accession attendent cette baisse des prix tandis que les vendeurs de leur côté font de la résistance vis-à-vis de leurs prétentions initiales. Par ailleurs dans le neuf on constate la chute d’environ 20 % des permis de construire

Le problème est à la fois conjoncturel du fait d’une inflation qui s’est envolée provoquant une hausse des taux d’intérêt difficilement supportable. Et de manière plus structurelle en raison de la progression folle des prix depuis une dizaine d’années, la cible des candidats à l’accession se réduit de plus en plus. En clair, de moins en moins de ménage disposent des moyens financiers nécessaires à leur projet d’acquisition. Une situation grave qui pourrait même provoquer une crise sans précédent de l’ensemble du secteur immobilier.

Les prix immobiliers à Rennes chutent ainsi de -14 %, suivi de Metz à -13 %, de Nantes à -11 %, puis de Bordeaux à -10 %.

La désertification des acquéreurs immobiliers fragilise tout un écosystème à la fois professionnel et sociétal. Le secteur des agents immobiliers déplore une baisse de leur activité de -40 % à -50 % sur les transactions immobilières depuis le début d’année 2023. Et les entreprises du bâtiment enregistrent faillite sur faillite.

Environnement-Chaudière à gaz interdite sauf à l’Élysée !

Environnement-Chaudière à gaz interdite sauf à l’Élysée !


Alors que la première ministre a annoncé la suppression d’installation nouvelle de chaudière à gaz à partir de 2026, le palais de l’Élysée lui va consacrer 100 000 €, une paille, pour l’installation d’une nouvelle chaudière à gaz. Ou la cohérence entre la pratique du pouvoir et ses orientations pour le commun des mortels.

L’existence de cette chaudière à gaz est signalée par la Cour des comptes dans son rapport annuel intitulé «Les comptes et la gestion des services de la présidence de la république». Analysant les dépenses de fonctionnement et d’investissement immobiliers, les Sages de la rue Cambon écrivent : «La Présidence a en outre mis fin à l’acquisition et la consommation de fioul à compter de septembre 2022, à la suite du remplacement d’une chaudière fioul par une chaudière gaz». Le tout pour la coquette somme de 100.000 euros.

«Le plan sobriété vaut aussi pour l’Élysée», explique-t-on l’entourage d’Emmanuel Macron. Et pour le respecter, les réparations sont indispensables. Seulement, depuis le 1er juillet 2022, l’installation d’une chaudière au fioul est interdite. Alors pas question de remplacer l’ancienne par une nouvelle dernier cri, moins consommatrice et moins émettrice de CO2. «La chaudière à gaz était notre seule solution» se justifie-t-on du côté de l’exécutif, «et le couple géothermie-gaz devrait permettre de réduire de près de 80% les émissions de CO2 liées au chauffage» .

Le rôle important de la biomasse dans la transition écologique

Le rôle important de la biomasse dans la transition écologique

par
Jérôme Mousset
Directeur bioéconomie et énergies renouvelables, Ademe (Agence de la transition écologique) dans The conversation

Depuis plusieurs années, les épisodes de sécheresse se multiplient et s’intensifient en Europe, charriant leurs conséquences dramatiques sur la production agricole, comme actuellement en Espagne. L’impact du changement climatique sur les forêts dans le monde est également renforcé par la mortalité accrue des arbres, une dégradation de leur état sanitaire et une réduction de leur vitesse de croissance notamment en lien avec les parasites et les incendies. Dans ce contexte, la place à octroyer à la biomasse dans la transition écologique et énergétique est au cœur d’un dilemme : on attend beaucoup d’elle pour lutter contre le changement climatique et en particulier pour contribuer à l’objectif de neutralité carbone, mais elle est aussi dès à présent impactée par l’accélération de ce même changement climatique.

Rappelons en premier lieu que la biomasse, souvent évoquée en matière d’énergie, couvre en fait l’ensemble de la matière organique d’origine végétale ou animale présente dans un espace donné : elle comprend donc à la fois les ressources venues du monde agricole et agroalimentaire (sa production, ses résidus, ses effluents d’élevage, ses biodéchets industriels…), des haies, des forêts et leurs filières de transformation (grumes, bûches, plaquettes forestières…), des productions issues de l’eau (algues) et des divers biodéchets collectés.

En partie valorisée dans les filières, la biomasse reste pour une autre partie dans les écosystèmes, notamment pour le maintien de la biodiversité.

En France, elle constitue une ressource importante très diverse dans ses gisements et ses caractéristiques. 45 % de la surface du pays est dédiée à l’agriculture et 31 % à la forêt – la France détient le 3e plus grand massif d’Europe. Plus méconnue, la biomasse issue du monde de l’eau est une voie émergente mais dynamique en recherche et innovation.

L’ensemble de ces ressources constitue un atout pour la transition écologique du pays et une richesse majeure pour la bioéconomie – ensemble des activités, des produits et services issus du monde du vivant.

On distingue trois grands types d’usages de la biomasse. Le volume le plus important de la biomasse agricole est dédié à la production alimentaire. Les produits biosourcés, fabriqués entièrement ou partiellement à partir de matière issue du vivant, couvrent un champ très large – allant des matériaux de construction et d’isolation aux composites utilisées dans l’automobile, aux matières utilisées dans l’habillement ou dans le monde de la chimie (peintures ou solvants par exemple).

Son troisième grand usage, historique, est la production d’énergie : de chaleur renouvelable, de biogaz, de biocarburants et d’électricité en cogénération, par exemple. Le bois énergie, qui représente 35,1 % en 2021 de la production primaire d’énergie renouvelable, constitue la première des énergies renouvelables en France.

Les scénarios prospectifs pour atteindre la neutralité carbone en 2050 – comme ceux élaborés par l’Ademe – donnent ainsi à la biomasse un rôle clé : aucun des quatre ne parvient à un résultat sans une contribution forte au monde du vivant. Sur le plan climatique, elle prend deux formes principales, le stockage du carbone et la substitution des ressources fossiles.

La biomasse étant constituée par nature de carbone capté par la photosynthèse, elle a une capacité à stocker massivement du carbone. Elle offre ainsi la possibilité de maintenir une quantité de carbone hors de l’atmosphère, et en augmentant ce stock de créer un puits de carbone, donc une absorption. Le carbone est principalement stocké dans trois grands compartiments – les sols, les arbres et les produits biosourcés.

À l’échelle mondiale, le carbone stocké dans les arbres et les sols est au moins trois fois plus important que celui stocké dans l’atmosphère. Toute variation de la quantité stockée affecte donc le bilan, positivement ou négativement. D’où la nécessité de maintenir les stocks et de mettre en place des stratégies visant à les augmenter, comme le retour au sol de la matière organique, le maintien des prairies ou l’agroforesterie.

L’effet de substitution consiste de son côté à remplacer l’usage de ressources fossiles par de la biomasse renouvelable avec le développement des produits biosourcés et des bioénergies. Compte tenu de son potentiel, son rôle est déterminant pour sortir de notre dépendance aux ressources fossiles non renouvelables et renforcer notre autonomie énergétique.

Au-delà de ces deux enjeux, la biomasse et les écosystèmes rendent évidemment de nombreux autres services à ne pas négliger. L’enjeu est d’utiliser cette biomasse renouvelable en veillant à ne pas dégrader la biodiversité, et quand cela est possible, de trouver des synergies positives permettant au contraire de la renforcer.

Le développement des haies et de l’agroforesterie répond par exemple à ce double enjeu de biomasse et de renforcement de la résilience des écosystèmes. Ces milieux jouent également d’autres rôles dans le cycle de l’eau, les paysages, sans oublier leur fonction récréative.

Tous ces enjeux étant étroitement liés, il est indispensable d’aborder la question des usages de la biomasse, et plus largement de nos besoins et niveaux de consommation, avec une vision systémique afin de définir le juste équilibre entre ces fonctions, la biomasse étant certes une richesse mais aussi une ressource limitée.

Ces multiples facettes expliquent que la place qu’elle doit occuper dans la transition fasse l’objet de nombreux débats. Il ressort de notre point de vue, trois défis majeurs : adapter les systèmes agricoles et forestiers, objectiver les bilans environnementaux et renforcer l’analyse systémique.

En tête des enjeux figure celui de préserver la qualité de nos écosystèmes dans ce contexte d’accélération des effets du changement climatique. La fréquence accrue des sécheresses, des canicules et des incendies affectent directement les écosystèmes agricoles et forestiers et génèrent une incertitude croissante sur les services attendus de ces milieux.

Tout affaiblissement des systèmes de production de biomasse compliquera l’atteinte de la neutralité carbone par une baisse du potentiel de stockage de carbone et par une réduction du potentiel de substitution.

L’adaptation des systèmes agricoles et forestiers au changement climatique est donc un axe prioritaire d’action pour les années à venir, en anticipant l’évolution du climat dans les investissements et les orientations des systèmes de production.

Aussi, l’adaptation des écosystèmes forestiers au changement climatique pour lutter contre le dépérissement des massifs et le renforcement de leur résilience constitue une priorité absolue. C’est tout l’enjeu du dispositif de renouvellement forestier de France 2030, qui vise à améliorer la résilience des forêts au changement climatique.

Sur le plan agricole, il s’agit de mobiliser les indicateurs agroclimatiques pour anticiper l’impact de l’évolution du climat sur les productions agricoles dans chaque territoire, et construire des stratégies d’adaptation pour chaque filière. Des démarches qui visent à aider la prise de décision afin que les investissements et les orientations de productions réalisés aujourd’hui soient cohérents avec le climat que nous aurons dans le futur.

Le fait d’avoir recours à de la matière issue du monde du vivant ne suffit pas à garantir un service environnemental optimal. Les avancées sur la compréhension des services rendus des usages de la biomasse montrent la nécessité de prendre toute la chaîne de l’amont à l’usage final du produit.

La contribution du bois énergie à la lutte contre le changement climatique est par exemple dépendant du type de ressource utilisé.

Aussi, pour objectiver les services environnementaux rendus par les usages de la biomasse, il est indispensable de tenir compte de son origine, de l’impact potentiel des prélèvements sur le puits de carbone, des pratiques sur la biodiversité, de la préservation de la qualité des sols, des effets de l’utilisation des intrants pour les productions agricoles ou de la gestion de la fin de vie des produits.

Compte tenu des enjeux environnementaux en cours et de la complexité de la biomasse, il est donc nécessaire de continuer à investir pour objectiver et quantifier les services environnementaux rendus par la biomasse, et notamment dans la science pour mieux comprendre les mécanismes à l’œuvre.

Il s’agit aussi, pour les projets de taille importante, de renforcer la traçabilité des produits en remontant jusqu’à la parcelle (et aux pratiques mises en place à cette échelle) pour avoir une garantie sur la plus-value environnementale des services rendus à la population.

Enfin, l’interconnexion des filières et des enjeux implique de repenser la gouvernance de la biomasse pour permettre une vision plus systémique et sortir d’une vision en silo, filière par filière.

Il s’agit de veiller par un suivi global de la biomasse à une cohérence et une compatibilité entre la diversité des ressources disponibles, l’état des écosystèmes, les niveaux attendus des usages prévus sur les bioénergies et les produits biosourcés. La ressource étant renouvelable mais limitée, cette analyse doit aider à définir des règles de priorisation et de partage. Plus généralement, il faut trouver des compromis entre les objectifs de substitution, de stockage de carbone, de préservation de la biodiversité ou de gestion de l’eau. Le suivi de la ressource biomasse et des usages est aussi à renforcer au niveau local à travers la planification territoriale, pour tenir compte de la diversité des milieux.

Indispensable à la transition écologique du pays, la biomasse demeure complexe à appréhender, avec de multiples dimensions environnementales, sociales et économiques. Le défi est de rechercher en permanence les équilibres entre ses différentes fonctions.

Co2 et Forêts: des puits-de-carbone-en-danger

Co2 et Forêts: des puits-de-carbone-en-danger

La forêt française, un puits de carbone en péril estime un papier « du Monde ». La capacité de stockage du CO₂ par les écosystèmes forestiers a été divisée par deux en dix ans. Une tendance inquiétante, alors que la France doit réviser sa stratégie visant à atteindre la neutralité carbone.

Et si la forêt française n’absorbait plus de CO₂ ? Et si, au lieu de constituer un précieux puits de carbone, elle contribuait elle aussi à réchauffer le climat ? Cette perspective inquiétante n’est pas aussi irréaliste qu’elle en a l’air. La tendance est en effet clairement à la baisse : la forêt française absorbe deux fois moins de carbone qu’il y a une décennie. Alors que le gouvernement doit publier, d’ici à l’été, les grandes lignes de la troisième édition de sa feuille de route visant à atteindre la neutralité carbone en 2050, cette diminution du puits de carbone forestier est un enjeu majeur.

Lundi 5 juin, à l’occasion de la publication d’un inventaire des émissions de gaz à effet de serre, les ministères de la transition écologique et énergétique ont fait état d’une « situation préoccupante » du secteur des terres et forêts.

Selon les dernières données officielles, la forêt française a absorbé, en 2021, 31,2 millions de tonnes de CO₂ (Mt CO₂), soit environ 7,5 % des émissions nationales. Mais c’est deux fois moins que dix ans plus tôt (57,7 Mt CO₂). Et depuis 1990, hors tempête, ce chiffre n’a été plus faible qu’à une seule reprise, en 2019 (– 30,1 Mt CO₂). Le Haut Conseil pour le climat est l’un des premiers organismes à s’être alarmé, dans son rapport de juin 2022, de la « dégradation significative de la capacité des forêts à capter du carbone », celles-ci demeurant malgré tout le principal puits naturel du pays.

En cause surtout l’exploitation industrielle des forêts

Économie, politique, société: les plus lus 30 juillet 2023 -6h45

Économie, politique, société: les plus lus 30 juillet 2023 -6h45

Des pays africains dans la gueule du loup russe !
Climat- les graves conséquences du réchauffement des mers
Endettement et néocoloniatisme : la pieuvre chinoise dans les pays pauvres
Le mythe du lithium « dit vert »
Malaise de la police: conséquence d’une grave crise de d’autorité et de légitimité du politique
immobilier: Menace de crise grave
Cirque juridique: DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république
Inflation : les grandes entreprises profitent et les ménages payent !
Climat juillet 2023: le plus chaud de la planète
Social-Inflation: Toujours à un très haut niveau dans l’alimentaire
Les raisons de la crise immobilière (Xavier Lépine)
Stupéfiants-Drogue: La France au cœur des trafics mondiaux
Conjoncture Immobilier : la baisse des ventes continue
Environnement-Chaudière à gaz interdite sauf à l’Élysée !
Le rôle important de la biomasse dans la transition écologique
Co2 et Forêts: des puits-de-carbone-en-danger

Sahel : La France chassée du Niger
Attal conscient de la catastrophe de l’éducation nationale et pour l’uniforme
Cirque juridico politique DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république
Immobilier: Baisse des permis de construire
Immobilier: Menace de bulles
Record de chaleur aussi dans l’Atlantique
Inflation: Toujours très haut niveau dans l’alimentaire
Moscou et les pays africains: Contre le colonialisme, la dictature !
La collision entre un bus et la voiture d’un chauffeur ivre a encore provoqué 2 morts .dans les Yvelines
Croissance deuxième trimestre : petite hausse
Sécheresse: Mauvaise gestion de l’eau pour l’UFC-Que choisir
Drogue: Le cancer qui gagne toute la société française
Conflit police-justice ou grave crise de légitimité du politique ?
Hausse des prix et inflation: Les grandes entreprises en profitent pas les ménages !
Quelle politique internationale contre la drogue
Transition écologique : qui doit payer ?

Le conflit police-justice révèle une grave crise de légitimité du politique
CLIMAT: le début de « L’ÈRE DE L’ÉBULLITION » ( ONU)
EDF: Des bénéfices au second semestre mais une dette de 65 milliards et 150 milliards à trouver
États-Unis : la hausse des taux n’empêche pas la croissance
Hausse des taux aussi de la BCE
Politique-Niger : la maladie des coups d’Etat en Afrique
Social-Alimentaires: Les prix toujours en hausse
Environnement- La climatisation : une aberration écologique
Livret A et assurance-vie en hausse
Mauvaise gestion de l’eau pour l’UFC-Que choisir
juillet 2023: le plus chaud de la planète
Santé : Où est la réforme ?
La « nationalité de papier » ?
La reconversion des dealers ?
Zone euro : Inflation à 5.5%
Inflation: Les grandes entreprises en profitent pas les ménages !

La climatisation : une aberration écologique
Borne: discours plat et insignifiant
Les régions menacées par les températures extrêmes
Interdiction des chaudières à gaz : un effet positif
France-Chômage stable
Perspectives économiques–Quelle évolution de l’inflation ?
Alimentaires: Les prix toujours en hausse
Sommet Russie-Afrique: pour mieux piller les ressources locales
Niger : la maladie des coups d’Etat en Afrique
Henri Guaino pour l’indexation des salaires»
Politique-La police révèle une grave crise de légitimité du politique
Le roi Macron désigne son héritier
Forêts: -puits-de-carbone-en-danger
Forêt et biomasse dans la transition écologique ?
Sauver les forêts: un coût de 10 milliards
La France plaide contre l’exploitation minière des fonds marins

La révolte dans la police révèle une grave crise d’autorité et de légitimité du politique
La biomasse dans la transition écologique ?
La police victime expiatoire de la justice ?
Les dangers de l’extraction du lithium « dit vert »
Chili : »l’hydrogène vert » le moins cher du monde
Santé: les dégâts de la financiarisation
Engie contre la suppression des chaudières à gaz !
Chaudière à gaz interdite sauf à l’Élysée !
Croissance mondiale :Légère révision en hausse par le FMI
Immobilier : la baisse des ventes continue
Trafic de drogue: La France au centre des trafics
La crise immobilière
Industrie Automobiles made in France: le mythe
Afghanistan : interdiction aussi des salons de beauté !
MÉDITERRANÉE: record de température de la mer
Conflit- après les banlieues, la police ?

Emeutes : le grand silence de Macron !
Drogue: La France au cœur des trafics
Logement : « L’accès à la propriété , un enjeu démocratique
Fin des tickets de caisse : une arnaque ?
Impôts : une baisse de deux milliards d’euros d’ici la fin du quinquennat, une misère !
La problématique de la crise immobilière
Economies budgétaires: Les dépenses sociales dans le viseur
Pétrole : hausse des cours depuis un mois
MBappé: : Une offre de 300 millions pour son transfert !
Macron- Ce qu’il faut retenir de l’interview : trop tardif, trop loin
Endettement : la pieuvre chinoise dans les pays pauvres
Climat- Réchauffement des mers: les conséquences
Blocage Céréales russe : des millions de victimes à prévoir
Automobiles made in France: le mythe
Canicule: conséquences sur la santé
Epargne-Livret A : la collecte en forte hausse, pourquoi ?

Environnement- G20: échec pour la réduction des énergies fossiles
Nouméa-Macron: Encore une intervention peut ne rien dire.
Energie- Électricité– Des centrales solaires dans l’espace ?
Nouméa : nouveau référendum ou nouveau statut
Epargne-Livret A : la collecte en forte hausse, pourquoi ?
Nucléaire: le garant d’une indépendance énergétique
Céréales : des millions de victimes avec le blocage russe
Politique-Violences: le grand silence de Macron !
Avenir du nucléaire: plombé par l’Etatisme ?
Nouvelle hausse des taux aux Etats-Unis et dans l’UE ensuite
Transport-Le train plus cher que l’avion, pourquoi ?
Combien de temps va durer l’inflation ?
Ingénierie solaire-: pour-des-règles-de-gouvernance
La drogue dans la jeunesse
Température juillet 2023: nouveau record mondial
Macron dans le Pacifique: une légitimité anecdotique

Politique: Un micro remaniement bidon…et provisoire
Poltique-Emeutes: le grand silence de Macron !
Politique: Un micro remaniement bidon…et provisoire
Livret A : la collecte en forte hausse, pourquoi ?
Électricité– Des centrales solaire dans l’espace ?
Le train plus cher que l’avion, pourquoi ?
Juillet 2023 : record du monde des températures ?
Le vivant : une référence pour transformer la société ? (Kalina Raskin)
G20: Pas d’accord concernant la réduction des énergies fossiles
Emmanuel Macron dans le flou… à Nouméa

Hôpital public »: la crise va s’amplifier selon le porte-parole des urgentistes de France
Emeutes: le grand silence de Macron !
KYLIAN MBAPPÉ À VENDRE pour 200 millions
Livret A: Encore un record
Climat: Une raison supplémentaire pour faire augmenter le prix des assurances
Remaniement du gouvernement : Des inconnus remplacent des inconnus !
La loi «Plein emploi» va augmenter mécaniquement le chômage
Record de chaleur: conséquences sur la santé
Des centrales solaire dans l’espace ?
Canicule: conséquences sur la santé
Un micro remaniement bidon…et provisoire
Un homicide routier: pourquoi ?
Ecologie et démocratie
Social-Pauvreté: record en France d’après l’Insee

Remaniement: Un gouvernement de courtisans
Réguler le football sinon attention aux faillites (Jean-Michel Aulas)
Nucléaire : deux nouveaux EPR2 à Bugey
Un micro remaniement bidon
Des énergies renouvelables qui rapportent à l’Etat mais coûtent à EDF
Croissance économique : conjoncture stable
Ficsalité: des influenceurs épinglés
Remaniement: Des inconnus remplacent des inconnus !
Changement climatique Méditerranée : en cause l’urbanisation
Devoir de mémoire en hommage aux héros – Poème: « Quelques pierres, quelques noms »
Canicule: conséquences sur la santé
Réchauffement des mers: les conséquences
Endettement des pays pauvres: la pieuvre chinoise
Protection de l’environnement par les grandes entreprises : surtout de l’affichage
Déficit balances des paiements nouveau record
Pauvreté: record en France d’après l’Insee
Sans rire: Macron fier de ce qui a été fait

Devoir de mémoire en hommage aux héros – Poème: « Quelques pierres, quelques noms »

Inflation-Les marges en hausse mais baisse des salaires (l’OCDE)
Politique-Sondage moral des Français: Près de 80 % pessimistes
Macron: le Président des chienlits
Violences : résultat du laisser-aller
Fiscalité : la France en tête en Europe
Finances publiques: Nouvelle dégradation des comptes en 2022
Société- L’environnement en otage entre les écolos bobos et les technocrates
Classement criminalité en Europe: la France en tête
Températures record dans plusieurs régions du monde.
Face à la crise: une dissolution ou un référendum pour Jean-Louis Debré

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Macron dit Jean Edouard 1er | TAM

Automobiles : Les voitures chinoises sont incontournables
Sécurité-Chiffres de la délinquance sous Macron
Territoires- La domination de la concentration urbaine
Prix-Inflation : 4,5 % sur un an
Politique-violences: Immobilisme et laisser-aller
Société-Emeutes: l’absurde et le néant
Société-L’environnement pris en otage entre les écolos bobos et les technocrates
ZFE: une nouvelle fracture sociale
Etats-Unis: confiance des consommateurs américains en juin toujours au plus haut
Nouvelle dégradation des comptes en 2022

L’environnement pris en otage entre les écolos bobos et les technocrates
Politique- Macron: le Président des chienlits
Politique: la dégénérescence de la gauche
Enseignement -Bac 2023: un taux de réussite ridicule de 91% !
Politique-Sondage situation du pays : Près de 80 % pessimistes
Transition écologique : Bruno Le Maire refuse de faire payer les riches
Automobiles-Sondage ZFE: 86 % des Français contre (étude Sénat) .
Violences -Politique de l’excuse ou politique d’autorité
Politique-14 juillet : le silence de Macron ….. enfin !
Santé-Grippe aviaire: menace pour l’homme
Automobiles-Sondage ZFE: 86 % des Français contre (étude Sénat) .
Violences -Politique de l’excuse ou politique d’autorité
Politique-14 juillet : le silence de Macron ….. enfin !
Santé-Grippe aviaire: menace pour l’homme
Sondage-Vacances : budget rétréci
Social- Marges en hausse mais baisse des salaires (OCDE)
Société- L’inflation plombe davantage les ménages pauvres
Centrales nucléaires EPR: on cherche financement !
Environnement et consommation : Faire varier la fiscalité pour des produits plus durables « CESE»
Livret A: » garanti » à 3%

Vacances : budget rétréci pour les Français qui partent en vacances
Santé : trop de médicaments qui ne servent pas à grand-chose
Inflation : net tassement aux États-Unis
Les faillites : Très forte hausse de 35%
Politique: 14 juillet :Macron va se taire….. enfin !
PS: Avec LFI comme allié , c’est la défaite pour l’éternité (Hollande)
Financement de la transition écologique : Bruno Le Maire refuse de faire payer les riches
Audience radio: France Inter solidement installée en tête
Prix Carburants : les distributeurs en profitent aussi
Grippe aviaire: nouvelle menace pour l’homme
Inégalités- L’inflation plombe davantage les ménages pauvres
Inégalités-Les marges en hausse mais baisse des salaires (OCDE)
Enseignement : Intégrer davantage la problématique de l’environnement
Afrique: quels partenaires pour la France
Développement: un autre politique de solidarité de la France
Inflation élevée : la faute à qui ?

Afrique: Près d’un milliard de personnes concernées par les conflits de l’eau d’ici 2050
14 juillet: un record de voitures brulées cette année ?
Sondage ZFE: 86 % des Français contre (étude Sénat)
Nouvelle législation floue pour le transfert des données personnelles de l’UE vers les Etats-Unis
Rencontre syndicats – Borne : Désaccord sur les sujets
Environnement–ZFE : des inégalités et des risques de révolte
Environnement–ZFE : des inégalités et des risques de révolte
Sommet de l’Otan : Hausse des dépenses militaires partout
L’inflation plombe davantage les ménages pauvres
Réacteur nucléaire : autorisation de prolongation au-delà de 30 ans
14 juillet : Macron va se taire….. enfin !
Sécheresse: 68% des nappes phréatiques trop basses
Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité
Société-Émeutes et fracture scolaire
Emeutes des quartiers: « L’intégration, ce n’est pas seulement le travail ou la sécurité, c’est aussi et d’abord la langue et les principes communs »
Russie: dictature numérique aussi
Les marges en hausse et baisse des salaires (l’OCDE)

La Turquie dans l’union européenne ? Erdogan rêve !
ZFE : des inégalités et des risques de révolte
Émeutes et fracture scolaire ?
Couple franco-allemand : mésentente cordiale !
Bruno Le Maire opposé à l’interdiction des chaudières à gaz
Croissance économique France : Risques de récession
Impôts: Des baisses qui dépendent de hausses ! (Bruno Le Maire)
Dépenses de cabinet le conseil : la gabegie du gouvernement (Cour des Comptes)
Croissance : révision en baisse
Semaine du 3 au 9 juillet: nouveau record mondial de chaleur battu
Les libertés-individuelles conciliables avec la lutte contre le réchauffement ?
Politique-Sondage moral des Français : Près de 80 % pessimistes
Sciences-Innovation et intelligence artificielle : vigilance
Ecole : pour une révolution
Threads menace Twitter
Pour une politique d’élimination du CO2
ZFE: 86 % des Français contre (étude Sénat) .
Zones à faibles émissions assouplies : mesure insuffisant pour l’association « Respire »

Environnement-Glyphosate : À nouveau autorisé dans l’union européenne
Santé-Les effets néfastes de la voitures sous-estimés
Croissance: Risques de récession
Automobiles : « Le moteur thermique va durer encore 70 ans «
Sciences-Intelligence artificielle: BRUNO LE MAIRE fait des promesses de coiffeur
Politique-: mort probable de la NUPES
Politique-Des socialos bobos, des insoumis gauchos et des écolos dingos: la dégénérescence de la gauche
Libre-échange: accord entre l’Union européenne et la Nouvelle-Zélande
Le ministre de l’économie opposé à l’interdiction des chaudières à gaz
Poème: « Quelques pierres, quelques noms »
Bac 2023: un taux de réussite ridicule de 91% !
Sondage moral des Français : Près de 80 % pessimistes
Futur bac : Il serait tenu compte des fautes d’orthographe !!!
Chauffage- « Interdire les chaudières à gaz n’a aucun sens » (Benoit Bazin, Saint-Gobain)
Fiscalité: Des baisses qui dépendent de hausses ! (Bruno Le Maire)

Emeutes -Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural
Sécurité- Interdire les feux d’artifice du 14 juillet ?
Perspective économique: Risques de récession
Politique et troubles sociaux -Macron, le Président des chienlits
Transition écologique : 7 milliards d’euros supplémentaires en 2024, annonce Elisabeth Borne, pris où ?
Intelligence artificielle: BRUNO LE MAIRE Fait des promesses de coiffeur
Foot:Pour Mbappé le PSG est limité !
Présidentielle 2027 : Carole Delga candidate
Automobiles : « Le moteur thermique va vivre au moins 70 ans » (Jean-Dominique Senard, Renault)
Bac 2023: un taux de réussite de 91% ridicule
Des socialos bobos, des insoumis gauchos et des écolos dingos: la dégénérescence de la gauche
Politique : Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES
Société-Emeutes : une perte complète de sens ( Alain Bauer)
Marchés: La hausse des taux plombe la bourse
Politique : Les dictatures sanglantes donnent des leçons de démocratie à la France !
Émeutes : le rôle des trafiquants de drogue
Poème: « Quelques pierres, quelques noms »

Secteur Immobilier : chute confirmée
Société-Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage caricatural
Société-Sondage émeutes des quartiers : l’échec de la politique migratoire
Climat : un accord minimal international pour décarboner le secteur fret maritime
Interdire les feux d’artifice du 14 juillet ?
Sondage situation de la France: Près de 80 % pessimistes
Après les émeutes : une rentrée sociale compliquée pour Marylise Léon ( CFDT)
Sondage Européennes 2024 : hausse de la droite
Une manif à Paris de tous les dangers
Emeutes: Les dictatures sanglantes donnent des leçons de démocratie à la France
Société-Emeutes : rage et perte complète de sens ( Alain Bauer)
Transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation
Politique-Macron, le Président des chienlits
Société-Emeutes: l’absurde et le néant
Société–Emeutes : le triomphe de la bêtise de gosses mal élevés et de l’impuissance politique
Emeutes -Reciviliser: d’abord à l’école
Climat et Fortes températures : ce n’est qu’un début !
Croissance économique: Risques de récession
Société-ÉMEUTES: initiées par les trafiquants de drogue

Immobilier : chute confirmée
Glyphosate : « On ne doit pas interdire pour faire plaisir à trois écolos du 8e arrondissement » (Jean-Baptiste Moreau)
Enseignement: un manque de 3100 candidats
Réchauffement climatique en France d’ici à 2050: Des conséquences dramatiques
Glyphosate : À nouveau autorisés dans l’union européenne
SNCF: » à nouveau » producteur d’électricité
La hausse des taux plombe la bourse
Fonds Marianne, Schiappa et le bling-bling macroniste
Sondage Émeutes : l’échec de la politique migratoire
Covid France 7 juillet 2023 : 985 cas supplémentaires en 24 heures
Sondage émeutes des quartiers : l’échec de la politique migratoire
Les effets néfastes de la voitures sous-estimés
Quelle nouvelle école ?
Emeutes urbaines : « Ne jamais oublier les banlieues ».
Violences: repenser l’éducation-des-garcons
Violences urbaines : la France a faim ?
Charges de la dette: La dépense la plus inutile
Politique de l’excuse ou politique d’autorité : le clivage pitoyable

Dérèglement-climatique-et-dérèglement-civilisationnel
Feu d’artifice 14 juillet : pour l’annulation à l’exemple du Bas-Rhin
Mea culpa de l’Elysée : pas de coupure réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?
Société-Crise de l’autorité et crise de la transmission
Pas de sénateurs pour les insoumis et mort probable de la NUPES
Tassement du volume des soldes
Production industrielle : léger rebond en mai et inquiétudes pour la suite
Activité économique : L’intérim en baisse
Croissance: Risques de récession
Crise des quartiers: une affaire de volonté
Société- Quelle place pour le travail ?
Ukraine: 700 000 enfants déportés par la Russie
Carlos Tavares dit non à la relocalisation de la Peugeot 208 électrique
Sondage popularité gouvernement : stable mais bas
ÉMEUTES: initiées par les trafiquants de drogue
Le recyclage des eaux usées
L’éloge de la rigueur

Energie: Attendre trop des panneaux solaires et des éoliennes est un mensonge
Des peines exemplaires… enfin !
Couper les réseaux sociaux en France…… comme en Chine ou en Russie ?
NAHEL: La famille porte plainte pour escroquerie à propos de la cagnotte de Messiha
Société-Reciviliser: d’abord à l’école
Emeutes: Macon passe de la pommades aux maires
Comptes de l’Etat: à nouveau rejetés par le parlement
Emeutes : Loi d’urgence .. et du flou
Température : nouveau record mondial le lundi 3 juillet
Le double discours des écolos politisés
Les émeutes révèlent la société du simulacre
Intox-La propagande Russe internationale: primaire et en gros sabots !
Société-Emeutes des quartiers : le triomphe de la bêtise de gosses mal élevés et et de l’impuissance politique
CRISE DE L’AUTORITE, CRISE DE LA TRANSMISSION
Guerre Ukraine: le défi de la dépollution
Fortes températures : ce n’est qu’un début !

Emeutes: l’absurde et le néant
Sénégal : le président Macky Sall renonce pour 2024
Prix carburant: à la baisse
Emeutes: Macron se réveille une semaine après !
Conséquence des émeutes : la mort d’un pompier
« France ruralités » : Un manque d’ambition et de financement
Macron et les banlieues : Immobilisme et laisser-aller
Pétrole : Nouvelle réduction de l’offre
Émeutes : au moins un milliard d’euros de dégâts pour les entreprises
Covid France 4 juillet 2023 : 985 cas supplémentaires 24 h
Le double discours des écolos politisés
Reciviliser: d’abord à l’école
ÉMEUTES: Attaques contre les mairie par les trafiquants de drogue
La propagande Russe internationale: en gros sabots !
Politique-Emeutes des quartiers : le triomphe de la bêtise de gosses mal élevés et et de l’impuissance politique

Inflation-Prix Alimentaire: pas encore de baisse mais +20% sur 2 ans
Jézabel Couppey-Soubeyran : « La transition écologique victime de l’hyperfinanciarisation
Emeutes quartiers: le grand vide politique
Zelensky veut être invité par l’Otan
ÉMEUTES: la honteuse attaque du domicile du maire de L’Haÿ-les-Roses
Rassemblements républicains devant les mairies ce lundi
Organisation du travail et révolutions technologiques
Les prix des céréales en baisse
Emeutes: un président dépassé
Twitter : accès limité par jour
Economie-Inflation : 4,5 % sur un an
Emeutes : rage et perte complète de sens ( Alain Bauer)
Macron, le Président des chienlits
Emeutes: Le résultat aussi de la ghettoïsation
Émeutes des quartiers: des pilleurs, des casseurs et des sauvages
Emeutes des quartiers : le triomphe de la bêtise et de l’impuissance
Emeutes des quartiers – Pourquoi la révolte ?

Prix Alimentaire: pas encore de baisse mais +20% sur 2 ans
Croissance économique : baisse en Chine de l’activité manufacturière
Emeutes – Pourquoi la révolte ?
Enjeux et chiffres du trafic de drogue
Chiffre de la délinquance sous Macron
Emeutes: le triomphe de la bêtise et de l’impuissance
Violences: au moins 700 commerces victimes
Émeutes urbaines : Qui se souvient que Macon a enterré le plan sur les banlieues de Borloo en 2018
Émeutes: de pilleurs, de casseurs et de sauvages
Covid France le 2 juillet 2023 : 985 cas supplémentaires en 24 heures
Politique-Macron et Marseille en Grand : surtout de la com’
Fin d ’Anticor : recul des libertés publiques
Politique- La crise démocratique : la réforme des institutions ne suffit pas ?
Climat et maladies tropicales
Aménagement du territoire -La domination croissante-des très-grandes-villes
CLIMAT: Objectifs impossibles à atteindre

Société- Pourquoi la révolte des banlieues
Transition écologique : qui doit payer ?
Société-Violence et police : quel cadre juridique ?
Violence: la responsabilité des parents
Macron, un Président qui cumule les crises
Etat d’urgence: 69% des Français pour
Inflation : 4,5 % sur un an
Dette publique France: plus de 3000 milliards soit 112,5% du PIB
Sondage police: avis favorables pour 57% des Français
Covid France 1er juillet 2023: 985 cas supplémentaires en 24 heures
Société- Show-bizz et climat : des stars qui prennent position à bon compte
Social-Pouvoir d’achat-Écart grandissant entre dividendes et salaires depuis plusieurs années
Economie-Automobile : la domination des entreprises chinoises incontournable
Politique-Macron boycotte toujours la CFDT !
Environnement-71 % des Français concernés directement par le changement climatique.
Territoires-La domination croissante-des très-grandes-villes
Crise Immobilier: Un problème de solvabilité
Politique -Russie: Après la rébellion, la purge
Emeutes-Banlieues: « Le risque d’ embrasement comme en 2005 ? »
La délinquance sous Macron

Révolte des quartiers : aussi terrain de pauvreté et d’insécurité
Budget: des chiffres bidon ! d’après la cour des comptes
Banlieues: « Le risque d’ embrasement comme en 2005 ? » Frédéric Dabi (Ifop)
Ukraine: l’UE s’engage un peu plus
Le poids du trafic de drogue
Politique et Société- La crise de l’État
La délinquance et Macron
Le concept d’Etat de droit en cause
Banlieues: des jeunes sans repère
Les chiffes du trafic de trafic de drogue
Violence et police : quel cadre juridique ?
Pourquoi la révolte des banlieues
Croissance : baisse en Chine
Déclaration des biens immobiliers : le couac !
Les chiffres de la délinquance avec Macron
Les chiffes du trafic de drogue

Russie: Après la rébellion, la purge
Hausse des Loyers: Prix plafonné à 3,5 % en 2024
Immobilier: Une crise de solvabilité
Le numérique et les pratiques culturelles
Climat en hausse et maladies tropicales qui s’acclimatent
Société-Violence et police : un problème d’encadrement juridique
Alimentaire: pas encore de baisse de prix mais 20% sur 2 ans
Climat: réchauffement de deux degrés à l’horizon 2030
Lutte climat: pas assez vite pour le Haut Conseil pour le climat (HCC)
Covid France 29 juin 2023 : 1680 cas supplémentaires en 24 heures et 10 morts
Les chiffes du trafic de trafic de drogue
La hausse des chiffres de la délinquance en 2022 sous Macron
Société- La crise de l’État-providence
Nouvelle déclaration des biens immobiliers: pourquoi ?
Poutine en sursis ?
Fret ferroviaire Lyon–Turin : pas seulement une question d’ infrastructure
Sciences-La-baisse-du-nombre-de-doctorants-va-affecter la recherche

Crimée: La Chine éventuellement pas opposée à la restitution à l’Ukraine
Pour un Euro numérique
La domination croissante-très-grandes-villes
La perspective d’un JDD journal d’extrême droite dénoncée
Automobile : la domination des entreprises chinoises incontournable
Immobilier : d’bord un crise financière
Automobiles: les perspectives de la voiture électrique (Luca de Meo, Renault)
Emploi: «On fait le tour du port»: la phrase de Macron contestée par la CFDT
Saga mafia Russie: Loukachenko sauve Prigogine….. pour l’instant
Covid France 28 juin 2023 : 1680 cas supplémentaires en 24 heures et 10 morts
Quel impact des feux de forêt canadiens en Europe ?
Société – Médias Bolloré: réactionnaire, populiste et vulgaire
Tentatives de rébellion en Russie : les conséquences Russie: et après ?
Artificialisation des sols : la proposition de loi adoucie adoptée
71 % des Français concernés directement par le changement climatique.
Macron boycotte toujours la CFDT !

Pouvoir d’achat-Écart grandissant entre dividendes et salaires depuis plusieurs années
La crise démocratique : la réforme des institutions ne suffit pas ?
Des amendes payables immédiatement par les consommateurs de drogue ?
Russie: comme d’habitude , Poutine ment à son peuple
Carrefour: suppression de 1000 postes
La défense et l’ Europe : quelles leçons de la guerre en Ukraine ?
Réindustrialisation en cours d’après le ministre Roland Lescure
JDD : Lagardère justifie le choix de Bolloré
Immobilier: transactions en panne en attendant la baisse des prix
Covid France 27 juin 2023: 213 cas supplémentaires en 24h
Show-bizz et climat : des stars qui prennent position à bon compte
Pour l’indépendance des journalistes
Suppression d ’Anticor : recul des libertés publiques
Assurance maladie: suppression jusqu’à 1.700 postes d’ici 2027
Médias Bolloré: réactionnaire, populiste et vulgaire

Poutine secoué par Wagner
Poutine-Prigogine : quelles conséquences ?
Macron et Marseille en Grand : surtout de la com’
Poutine–Prigogine : duel de criminels mafieux
Filière vin: Baisse de consommation et destruction de stocks
Erdogan veut interdire les manifestations kurdes en Suède !
Contrôle technique pour les deux roues: aussi pour les vélos ?
Show-bizz et action climatique : des stars qui prennent position à bon compte
Climat incendies canadiennes : les nuages jusqu’en France
Sécurité routière-Drogue CBD: Désormais interdit au volant
Européennes 2024: un scrutin serré
L’énigme Poutine
Energie-L’ alternative « de l’hydrogène vert » ?
Pour la paix, l’Ukraine dans l’OTAN ?
La-perspective-decoloniale-critique-l-universalisme-comme-projet-imperialiste
Rébellion de Wagner : Google actualités fermé en Russie
Écart grandissant entre dividendes et salaires depuis plusieurs années

Politique-Nouveau Pacte financier mondial : du bidon !
Développement pays pauvres : quelle aide publique
Environnement- La douteuse stratégie nationale bas carbone
Transport aérien: Industrie aéronautique: entre développement décarbonation
Retraites moyennes: autour de 1400 euros
« L’avion vert », la nouvelle escroquerie !
Folie technologique : Implants cérébraux sur l’homme dès cette année
Russie : un mauvais coup pour le moral des troupes
Russie : Coup d’Etat raté, accord ambigu avant règlement de comptes
Transport aérien : une neutralité carbone en 2050 douteuse !!!
Sécurité routière-Drogue CBD: Désormais interdit au volant
Ukraine et pays en développement : des initiatives diplomatiques douteuses
Mesure Indice des prix : quelle pertinence méthodologique ?
L’ambiguïté entre économie et morale
L’ alternative « de l’hydrogène vert » ?
Justice : le pouvoir supprime l’institution anti-corruption Anticor
Pays pauvres: Quels mécanismes de financement internationaux ?
Économie, politique, société: les plus lus 25 juin 2023 -6h31
Politique-Nouveau Pacte financier mondial : du bidon !
Développement pays pauvres : quelle aide publique

Consignes du verre : le retour
Alimentaire pourquoi la vente de produits bio patine
Aide au développement : Macron propose encore des taxes internationales
Le pouvoir et la justice supprime l’institution anti-corruption Anticor
Nouveau pacte financier mondial : un grand grand flou décevant
Armée Russe: la guerre ouverte avec Wagner
Mali: des élections en 2024 ?
Vers la production « d’hydrogène vert » ?
Indice des prix : quelle pertinence méthodologique ?
Grève au JDD: Un virage à droite de plus du journal
Transport aérien : une neutralité carbone en 2050 douteuse !!!
Société-Permis automobile dès 17 ans: Une mesure démagogique
Politique-Nouveau Pacte financier mondial : du bidon !
Ukraine: La Russie minimise ses pertes d’après Prigojine (Wagner)
L’Europe manque de leaders du numérique
Sud: développer les investissements privés dans les énergies propres
Quels mécanismes de financement internationaux pour les les pays du Sud ?
Une taxe transactions financières à 400 milliards d’euros par an

Agriculture : pourquoi La vente de produits bio patine
Morts d’enfants: La Russie inscrite sur la liste de la honte de l’ONU
Nouveau pacte financier mondial : quelle cohérence ?
Le retour de la consigne du verre
Drogue CBD: Désormais interdit au volant
Guerre: Ukraine et Sud global : des initiatives diplomatiques douteuses
Mesure de l’évolution prix : quelle pertinence méthodologique ?
LVHM: Pas d’objectif de profit seulement de « désirabilité »
Orientation JDD: Un virage à droite de plus
Covid France 23 juin 2023 :1420 cas supplémentaires en 24 heures
Espace: protéger les intérêts de l’Europe
Economie et morale
Repenser l’architecture financière internationale ?
Fin-de-vie-: aucune-obligation….encore heureux !
Climat : la Banque mondiale va aider davantage les pays les plus pauvres, enfin ?
Ukraine : 60 milliards d’euros supplémentaires pour financer la reconstruction

Dissolution des écolos violents de «Soulèvements de la terre»
Transport aérien : changer de modèle !!! (Karima Delli)
« Dette contre nature »: Le projet douteux de l’union européenne
Sondage voiture électrique: Trop chère pour les Français !
Permis automobile dès 17 ans: Une mesure démagogique
Livret A en hausse du fait des incertitudes
Alimentaire: Il n’y aura pas de baisse de prix
C8 et Hanouna: arrivée de la folle Ségolène Royal !
Dominique de Villepin dénonce le populisme et la démagogie des « Républicains »
Covid France 22 juin 2023 : 1702 cas supplémentaires en 24 heures
Ukraine et Sud global : des initiatives diplomatiques douteuses
Indice des prix : quelle pertinence méthodologique ?
Co-développement: Quelles aides publiques face aux crises ?
Emploi: la solution des PMP ?
CFDT: toujours le réformisme avec Marylise Léon
Nouveau Pacte financier mondial : du bidon !
La Russie minimise ses pertes d’après Prigojine (Wagner)

Troisième mandat Macron ? Richard Ferrand au Panthéon de la flagornerie
santé- Covid: vraiment la fin de l’épidémie ?
Pollution de l’air : l’Etat condamné symboliquement
Détournement de fonds aux jeux olympiques de 2024
Chômage : Malgré une croissance anecdotique, sous la barre des 8% d’ici 2025
Vers la dissolution des écolos violents de «Soulèvements de la terre»
Sondage Remaniement : mettre Macron sous tutelle des « Républicains «
Le permis dès 17 ans: Une mesure démagogique
Une centaine de nuits tropicales dans les grandes villes en France
Covid France 21 juin 2023 : 270 cas supplémentaires en 24 heures
La musique bénéfique pour le cerveau
Environnement et Transport aérien : une neutralité carbone en 2050 douteuse !!!
Pour des États généraux-du paysage ?
Pour-un-impôt-exceptionnel-sur-le-capital
Quelle aides publiques de développement face aux crises ?
La douteuse stratégie nationale bas carbone
« Réglement de comptes »: Carlos Ghosn réclame un milliard de dollars à Nissan
Paris 2024 : dix travailleurs sans papiers attaquent des géants du BTP devant les prud’hommes
Craignant d’être remplacée, Borne fait sa promo

Budget: Les économies de bouts de chandelle de Bruno Lemaire
Un troisième mandat présidentiel pour Macron ? (Richard Ferrand)
Climat : déjà la surchauffe
Transport aérien neutralité carbone en 2050 !!!
Méga commande de 500 avions à Airbus
Plan sobriété du gouvernement : des mesures gadgets
Retraites : le régime réformé déjà financièrement obsolète ?
Comme sur les pôles , les glaciers de l’Himalaya fondent de manière dramatique
Flagornerie- »Poutine un ami de l’humanité», selon le président algérien Tebboune
Covid France 20 juin 2023 : seulement 270 cas en 24 heures
Covid: vraiment la fin de l’épidémie?
Exploitations agricoles: une baisse régulière
Transport aérien: entre développement et décarbonation
Politique: Macron: chaque jour, un chèque et Lemaire pour la rigueur !
La loi de programmation militaire ne tire pas les leçons de la guerre en Ukraine
La « decivilisation » de Macron-: un contresens
Il y a aussi les drogués du travail
ChatGPT: fantasmes et réalités ?

Protestation contre la liaison fer Lyon-Turin: Une manifestation idiote de gauchistes
Environnement: « L’avion vert », la nouvelle escroquerie !
Sondage transport aérien: Les Français croient peu à la décarbonation de l’aérien mais veulent encore voyager
Aérien et Environnement- « Tout miser sur les carburants d’aviation durables est une erreur »
Alimentaire: pas de baisse de prix !
Immobilier : crédits en baisse d’ « Action Logement »
Énergies renouvelables : vers un accord européen
Aérien: La décarbonation de l’aviation devient une réalité pour la ministre !
Inflation : Des entreprises qui en profitent
Immigration illégale Royaume-Uni : en hausse malgré le brexit
Macron: chaque jour, un chèque et Lemaire pour la rigueur !
Dette publique : Le déni français
Quel avenir pour le syndicalisme ?
Industrie aéronautique: entre développement décarbonation
France : la pollution du secteur routier continue
Pensions moyennes: autour de 1400 euros
Implants cérébraux sur l’homme dès cette année ?
Transport aérien : un doublement de la flotte mondiale d’ici 20 ans

Politique et Mbappé : Macron, Nouvel entraîneur du PSG ?
Santé et médicaments – Relocalisation de la production: Du pipeau !
Secousses sismiques dans l’ouest: de temps en temps
Prix denrées alimentaires : un ralentissement de l’inflation mais pas de baisse des prix !
Prix : Denrées alimentaires : ralentissement de l’inflation mais pas de baisse des prix !
Politique-Borne en « campagne »: un plan bidon pour la ruralité
ENERGIES RENOUVELABLES: ACCORD EUROPÉEN
Environnement-Liaison fer Lyon-Turin: Une manifestation idiote de gauchistes
Environnement- « Tout miser sur les carburants d’aviation durables est une erreur »
Politique finale top 14 rugby: Macron sifflé… « brièvement » !
Transport et écologie : pour des véhicules plus efficaces, plus sobres et accessibles
Société-Pour une « réacculturation » des citoyens aux fondamentaux du droit
Manouchian: Entrée au Panthéon, un hommage aux héros d’origine étrangère
Dette publique: Finances publiques : Le déni français
Immobilier -Crise du logement : la maison individuelle remise en cause ?
Politique Macron: chaque jour, un chèque !
Société- L’enjeu d’un débat sur la valeur travail

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Macron dit Jean Edouard 1er | TAM

Denrées alimentaires : un ralentissement de l’inflation n’est pas une baisse des prix !
Environnement -Température :Nouveau record mondial en juin
Santé-Contre la marchandisation-des-soins
Séisme dans l’Ouest : une zone qui bouge de temps en temps
Sondage aérien: Les Français croient peu à la décarbonation de l’aérien mais veulent encore voyager
Transport aérien plus cher et plus rare ?
Le Mali -ou la Russie – réclame le retrait de la Minusma
Le commissaire européen au marché intérieur, Thierry Breton, s’explique sur les nouvelles technologies
L’avion vert: la nouvelle escroquerie !
Tremblement de terre en France vendredi
Société-Twitter et Musk: Dérive vers l’autoritarisme
UE: recul de l’inflation…pas des prix !
Projet liaison fer Lyon-Turin: Une manifestation idiote de gauchistes
Santé- Relocalisation de la production de médicaments: Du pipeau !
Borne en « campagne »: un plan bidon pour la ruralité
Politique-Macron: chaque jour, un chèque !
Débat sur la valeur travail: un enjeu de société
Politique et sport : Macron, Nouvel entraîneur du PSG ?
Covid France 17 juin 2023 : 2895 cas supplémentaires en 24 heures et 14 morts

Denrées alimentaires : un ralentissement de l’inflation n’est pas une baisse des prix !
Croissance Chine : tassement
Croissance France: à peine 0,6% en 2023 selon l’Insee
L’intersyndicale: Rendez-vous en septembre !
Le PIB est-il dépassé ?
Ruralité et Borne: Borne: un plan bidon
Société-L’enjeu d’un débat sur la valeur travail
Foot-Macron, Nouvel entraîneur du PSG ?
Numérique : l’État très en retard en matière d’effectifs
Voiture Électrique : une Citroën à 25 000 €
Nouvelles techs en ligne :Les risques de l’auto diagnostic
Néolibéralisme et démocratie
Contre -marchandisation-des-soins
BCE: Nouvelle hausse des taux
Météo-Température :Nouveau record mondial en juin
Lyon-Turin : Manifs anti TGV
France: 21.000 personnes espionnées en 2022
Économie, politique, société: les plus lus 16 juin 2023 -5h50
Denrées alimentaires : un ralentissement de l’inflation n’est pas une baisse des prix !
Croissance Chine : tassement

D’ici cinq ans la demande de pétrole va diminuer
Mieux évaluer l’accessibilité aux soins
L’enjeu d’un débat sur la valeur travail
Médicaments-Relocalisation de la production : Du pipeau !
Attaque d’Annecy : le criminel transféré dans un hôpital psychiatrique !
Train régional: Le premier modèle hybride
Nucléaire: huit nouveaux réacteurs au lieu de six
Attaque d’Annecy : le criminel transféré dans un hôpital psychiatrique !
Borne: un plan bidon pour la ruralité
Macron: chaque jour, un chèque !

Macron, Nouvel entraîneur du PSG ?

Sécurité routière : 65 % des jeunes ont utilisé leur téléphone en conduisant
Climat et météo : des températures déjà trop élevées
Chine : baisse des taux d’intérêt
Prix immobilier : tendance à la chute
Vacances d’été : budget en hausse ? pour ceux qui part en
Inflation États-Unis :
Financement libyen : Sarkozy encore dans la tourmente !
Importance croissante de TikTok pour l’information des jeunes
zones à faibles émissions: une bombe sociale
Covid France 14 juin 2023 : 2631 cas supplémentaires et 7 morts en 24 heures
L’urgence et l’importance d’un débat sur la valeur travail
nouveau rapport à l’orthographe ?
Twitter et Musk: Dérive vers l’autoritarisme
Pour une « réacculturation » des citoyens aux fondamentaux du droit
Accord UE-Mercosur: Les députés français contre mais Macron pour
Finances publiques : Le déni français-de la-dette
Immobilier -Crise du logement : le pavillon remis en cause ?
Manque de médicaments : relocalisation très insuffisante

Crise du logement : le pavillon remis en cause ?
Finances- Le déni français-de la-dette
CANNABIS- HHC : L’AGENCE DU MÉDICAMENT interdit notamment dans les bonbons
PSG- Départ de MBAPPÉ : le feuilleton continue !
Politique-Aurore Berger ( Renaissance): Hystérie et diarrhée verbale
GUERRE EN UKRAINE: lentes avancées de l’Ukraine
Le financement de Bruno Lemaire mis en cause par la justice
Energies renouvelables: multipliées par six ( Engie)
Finances européennes: Critiques de la Cour des Comptes
Indice Salaires des fonctionnaires : hausse de 1,5% du point d’indice au 1er juillet
Energie: Vers la fusion nucléaire ?
La question de l’accessibilité aux soins
Régulation géographique des médecins : le cas allemand
La sobriété punie par la capitalisme
Transition écologique : pour des véhicules plus efficaces, plus sobres et accessibles
Bouleversements écologiques: un tournant sociétal
Chauffage–Chaudières à gaz: la fin dès 2026 ?
Électricité : forte hausse de la demande et des prix d’ici une dizaine d’années
Économie, politique, société: les plus lus 13 juin 2023 -5h38
Crise du logement : le pavillon remis en cause ?

Société-La déferlante des drogues douces et dures en Europe menace la démocratie
Instabilité des revenus: Un mal qui nourrit aussi l’inquiétude générale
Le scandale de l’indigence de relations téléphoniques avec les services publics

Avenir de la CGT : le choix entre le déclin et l’action responsable
Poutine : un entourage de brutes incultes
Russie: Risque de conflit mondial ?

Liens
site poèmes-chansons-théâtre de l’auteur

Des pays africains dans la gueule du loup russe !

Des pays africains dans la gueule du loup russe !

L’attitude de certains pays africain est évidemment pitoyable même si une majorité ne tombent pas dans le panneau. Moscou qui n’a cessé d’envahir par la force les pays voisins depuis plus de 30 ans veut se faire le champion de la lutte contre le néo colonialisme. Et Moscou qui a imposé la dictature l’Union soviétique jusqu’à la chute du mur de Berlin. Moscou qui n’a jamais connu un seul moment de démocratie et où la violence et le crime régule les relations politiques.

La vérité c’est que nombre de pays africains sont dirigés par des quasi dictateurs qui viennent chercher auprès des Russes de quoi conforter leur maintien pouvoir grâce à des formes de garde nationale fournie par Wagner. Au final il n’y aura pas les céréales attendues et promises par Poutine mais une famine supplémentaire sur la population avec en plus la main de fer de Wagner sur la démocratie.

Il faut vraiment que ces pays soient tombés bien bas pour se jeter dans la gueule du loup russe qui en profite pour piller les ressources et entretenir une corruption qui nourrit la pauvreté et les inégalités.

Le président russe Vladimir Poutine a affirmé vendredi 28 juillet, au dernier jour du sommet Russie-Afrique à Saint-Pétersbourg, que Moscou et les pays du continent s’étaient engagés à promouvoir un «ordre mondial multipolaire» et à lutter contre le «néocolonialisme». «L’engagement de tous nos États à la formation d’un ordre mondial multipolaire juste et démocratique (…) a été réaffirmé», a déclaré Vladimir Poutine lors d’un discours de clôture, évoquant une «détermination commune à lutter contre le néocolonialisme» et les sanctions «illégitimes».

Cela ne doit pas dédouaner la France dans sa zone d’influence ou en général la politique diplomatique s’est révélée complètement incompétente sans parler parfois d’une présence militaire à la fois sous dimensionnée et ambigu quant à son rôle. Au total un immense échec de la politique de développement.

Climat- les graves conséquences du réchauffement des mers

Climat- les graves conséquences du réchauffement des mers

Depuis la mi-mars 2023, le mercure à la surface des océans grimpe à des niveaux inégalés en 40 ans de surveillance par satellite, et l’impact néfaste de cette surchauffe se ressent dans le monde entier.

par Annalisa Bracco
Professor of Ocean and Climate Dynamics, Georgia Institute of Technology dans the Conversation

La mer du Japon est plus chaude de 4 degrés Celsius par rapport à la moyenne. La mousson indienne, produit du fort contraste thermique entre les terres et les mers, a été bien plus tardive que prévu.

L’Espagne, la France, l’Angleterre et l’ensemble de la péninsule scandinave ont enregistré des niveaux de précipitations très inférieurs à la normale, probablement en raison d’une vague de chaleur marine exceptionnelle dans l’est de l’Atlantique Nord. Les températures à la surface de la mer y ont été supérieures à la moyenne de 1 à 3 °C depuis la côte africaine jusqu’à l’Islande.

Et sur le continent européen, la vague de chaleur est actuellement insoutenable, tandis que l’on bat tous les records.

Que se passe-t-il donc ?

El Niño est en partie responsable. Ce phénomène climatique, qui se développe actuellement dans l’océan Pacifique équatorial, se caractérise par des eaux chaudes dans le centre et l’est du Pacifique, ce qui atténue généralement l’alizé, un vent régulier des tropiques. Cet affaiblissement des vents peut affecter à son tour les océans et les terres du monde entier.

Mais d’autres forces agissent sur la température des océans.

À la base de tout, il y a le réchauffement climatique, et la hausse des températures à la surface des continents comme des océans depuis plusieurs décennies du fait des activités humaines augmentant les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.

Le graphique montre les températures de surface de la mer ces 22 dernières années. L’année 2023 est nettement supérieure aux années précédentes
Les températures de surface de la mer sont nettement supérieures à la moyenne depuis le début de la surveillance par satellite. La ligne noire épaisse correspond à 2023. La ligne orange correspond à 2022. La moyenne 1982-2011 correspond à la ligne médiane en pointillés. ClimateReanalyzer.org/NOAA
La planète sort également de trois années consécutives marquées par La Niña, le phénomène météorologique inverse d’El Niño, et donc caractérisé par des eaux plus froides qui remontent dans le Pacifique équatorial. La Niña a un effet refroidissant à l’échelle mondiale qui contribue à maintenir les températures de surface de la mer à un niveau raisonnable, mais qui peut aussi masquer le réchauffement climatique. Lorsque cet effet de refroidissement s’arrête, la chaleur devient alors de plus en plus évidente.

La banquise arctique était également anormalement basse en mai et au début du mois de juin, un autre facteur aggravant pour le mercure des océans. Car la fonte des glaces peut augmenter la température de l’eau, du fait des eaux profondes absorbant le rayonnement solaire que la glace blanche renvoyait jusque-là dans l’espace.

Tous ces phénomènes ont des effets cascades visibles dans le monde entier.

Les effets de la chaleur hors norme de l’Atlantique

Au début du mois de juin 2023, je me suis rendue pendant deux semaines au centre pour le climat NORCE à Bergen, en Norvège, pour y rencontrer d’autres océanographes. Les courants chauds et les vents anormalement doux de l’est de l’Atlantique Nord rendaient anormalement chaude cette période de l’année, où l’on voit normalement des pluies abondantes deux jours sur trois.

À lire aussi : Sécheresses historiques : que nous enseignent les archives ?

L’ensemble du secteur agricole norvégien se prépare désormais à une sécheresse aussi grave que celle de 2018, où les rendements ont été inférieurs de 40 % par rapport à la normale. Notre train de Bergen à Oslo a eu un retard de deux heures car les freins d’un wagon avaient surchauffé et que les températures de 32 °C à l’approche de la capitale étaient trop élevées pour leur permettre de refroidir.

De nombreux scientifiques ont émis des hypothèses sur les causes des températures anormalement élevées dans l’est de l’Atlantique Nord, et plusieurs études sont en cours.

[Plus de 85 000 lecteurs font confiance aux newsletters de The Conversation pour mieux comprendre les grands enjeux du monde. Abonnez-vous aujourd’hui]

L’affaiblissement des vents a rendu particulièrement faible l’anticyclone des Açores, un système de haute pression semi-permanent au-dessus de l’Atlantique qui influe sur les conditions météorologiques en Europe. De ce fait, il y avait moins de poussière du Sahara au-dessus de l’océan au printemps, aggravant ainsi potentiellement la quantité de rayonnement solaire sur l’eau. Autre facteur possible aggravrant la chaleur des océans : la diminution des émissions d’origine humaine d’aérosols (particules fines en suspension dans l’air) en Europe et aux États-Unis au cours des dernières années. Si cette baisse a permis d’améliorer la qualité de l’air, elle s’accompagne d’une réduction – encore peu documentée – de l’effet de refroidissement de ces aérosols.

Une mousson tardive en Asie du Sud

Dans l’océan Indien, El Niño a tendance à provoquer un réchauffement de l’eau en avril et en mai, ce qui peut freiner la mousson indienne dont l’importance est cruciale pour diverses activités.

C’est sans doute ce qui s’est passé avec une mousson beaucoup plus faible que la normale de la mi-mai à la mi-juin 2023. Ce phénomène risque de devenir un problème majeur pour une grande partie de l’Asie du Sud, où la plupart des cultures sont encore irriguées par les eaux de pluie et donc fortement dépendantes de la mousson d’été.

L’Inde a connu des températures étouffantes en mai et juin 2023. Shutterstock
L’océan Indien a également connu cette année un cyclone intense et lent dans la mer d’Oman, ce qui a privé les terres d’humidité et de précipitations pendant des semaines. Des études suggèrent que lorsque les eaux se réchauffent, les tempêtes ralentissent, gagnent en force et attirent ainsi l’humidité en leur cœur. Une série d’effets qui, à terme, peut priver d’eau les masses terrestres environnantes, et augmenter ainsi le risque de sécheresse, d’incendies de forêt comme de vagues de chaleur marines.

En Amérique la saison des ouragans en suspens
Dans l’Atlantique, l’affaiblissement des alizés dû à El Niño a tendance à freiner l’activité des ouragans, mais les températures chaudes de l’Atlantique peuvent contrebalancer cela en donnant un coup de fouet à ces tempêtes. Il reste donc à voir si, en persistant ou non l’automne, la chaleur océanique pourra l’emporter ou pas sur les effets d’El Niño.

Les vagues de chaleur marine peuvent également avoir des répercussions considérables sur les écosystèmes marins, en blanchissant les récifs coralliens et en provoquant ainsi la mort ou le déplacement des espèces entières qui y vivent. Or les poissons dépendant des écosystèmes coralliens nourrissent un milliard de personnes dans le monde.

Les récifs des îles Galápagos et ceux situés le long des côtes de la Colombie, du Panama et de l’Équateur, par exemple, sont déjà menacés de blanchiment et de disparition par le phénomène El Niño de cette année. Sous d’autres latitudes, en mer du Japon et en Méditerranée on constate également une perte de biodiversité au profit d’espèces invasives (les méduses géantes en Asie et les poissons-lions en Méditerranée) qui peuvent prospérer dans des eaux plus chaudes.

Ces types de risques augmentent

Le printemps 2023 a été hors norme, avec plusieurs événements météorologiques chaotiques accompagnant la formation d’El Niño et des températures exceptionnellement chaudes dans de nombreuses eaux du monde. Ce type de phénomènes et le réchauffement global des océans comme de l’atmosphère s’autoalimentent.

Pour diminuer ces risques, il faudrait mondialement réduire le réchauffement de base en limitant les émissions excessives de gaz à effet de serre, comme les combustibles fossiles, et évoluer vers une planète neutre en carbone. Les populations devront également s’adapter à un climat qui se réchauffe et dans lequel les événements extrêmes sont plus probables, et apprendre à en atténuer l’impact.

Endettement et néocoloniatisme : la pieuvre chinoise dans les pays pauvres

Endettement et néocoloniatisme : la pieuvre chinoise dans les pays pauvres

Au cours des deux dernières années, une nouvelle vague de défauts souverains a vu le jour dans les économies émergentes et en développement (Argentine, Biélorussie, Équateur, Ghana, Liban, Sri Lanka, Suriname, Ukraine, Zambie). Avec 25 % des économies émergentes et 60 % des économies en développement surendettées ou présentant un risque élevé de surendettement pour l’année 2022, le risque d’une série de défauts dans les EMDE reste élevé.

par Florian Morvillier
Économiste, CEPII

Erica Perego
Économiste, CEPII dans The Conversation

Le resserrement de la politique monétaire américaine, la hausse des primes de risque sur les dettes souveraines, la réduction des perspectives de croissance mondiale, les tensions géopolitiques inhérentes à la guerre en Ukraine et un niveau d’endettement public élevé constituent autant de vulnérabilités augmentant le risque d’épisodes de tensions sur les dettes souveraines des EMDE.

L’émergence de la Chine comme créancier public de grande envergure constitue une vulnérabilité supplémentaire pour les EMDE. Depuis 2015, la Chine est en effet devenue le principal créancier public des économies émergentes et en développement.

Les prêts de la Chine s’opèrent par l’intermédiaire de différents créanciers, situés directement sous la supervision du conseil d’État chinois, dont les plus importants sont deux banques publiques : la Banque de développement de Chine et la Banque d’export-import de Chine. Ces deux banques ont, entre 2000 et 2017, réalisé à elles seules plus de 70 % des prêts transfrontaliers directs réalisés par la Chine à destination des EMDE dont plus de 90 % à destination d’États souverains ou d’entreprises d’État.

Alors qu’en 2000, la dette publique extérieure des EMDE détenue par les créanciers publics chinois s’élevait à moins d’un milliard de dollars, en 2017 c’est 355 milliards de dollars que les créanciers chinois détenaient.

La politique de gestion des crises de la dette souveraine menée par la Chine dans les EMDE se fonde sur deux stratégies. La première consiste à restructurer la dette de ses débiteurs en la rééchelonnant s’ils sont proches du défaut ou en situation de défaut, tandis que la seconde repose sur l’octroi de « prêts de sauvetage » aux pays débiteurs en situation de grandes difficultés financières. Pour les EMDE, le fort endettement vis-à-vis des créanciers chinois les rend d’autant plus vulnérables que ces deux stratégies n’ont pas pour objectif de réduire le fardeau de leurs dettes.

En effet, les créanciers publics chinois ont, sur la période 2000-2019, restructuré la dette publique extérieure de leurs débiteurs en recourant majoritairement, dans 92 % des cas, au rééchelonnement par extension de la maturité de la dette et/ou suspension temporaire des paiements (graphique 2).

Une politique similaire à celle suivie par le Club de Paris (groupe informel composé de 22 pays créanciers) sur la période 1970-1999 quand la quasi-intégralité des allègements de dette consistait en un rééchelonnement ayant pour objectif de garantir la valeur faciale des créances détenues plutôt que restaurer la soutenabilité de la dette publique de ses débiteurs.

Ensuite, au cours des années 2000, le Club de Paris, ayant la volonté de restaurer la soutenabilité de ses débiteurs, a favorisé les rééchelonnements accompagnés d’une réduction de la valeur faciale de la dette (« haircut »), dans environ 70 % des restructurations. Une telle stratégie est plus favorable pour les économies en situation de défaut car, dans les années qui suivent, cette politique se traduit par une croissance économique plus élevée, une amélioration de la notation de crédit et une réduction de la pauvreté et des inégalités, contrairement à une politique se fondant uniquement sur un rééchelonnement qui ne réduit pas le fardeau de la dette.

En revanche, pour les EMDE fortement endettées vis-à-vis de l’empire du Milieu et qui font face à des épisodes de « stress » sur leur dette, la Chine leur vient en aide en leur fournissant des « prêts de secours » afin d’éviter un défaut de paiement imminent. Du fait de leurs très courtes maturités, ces prêts sont très fréquemment réitérés ce qui se solde par un allongement de la dette.

Ces prêts sont également octroyés à des taux d’intérêt considérablement élevés par rapport à ceux pratiqués par les créanciers multilatéraux comme le Fonds monétaire international (FMI) ou la Banque mondiale : en moyenne 5 %, un taux presque deux fois plus élevés que celui proposé par le FMI, alourdissant ainsi considérablement le fardeau des dettes. Ces renflouements répétés rappellent les pratiques de « prêts en série » du FMI au cours des dernières décennies et, plus généralement, les restructurations en série et les crédits-relais accordés par les créanciers privés pendant la crise de la dette des années 1980.

La stratégie consistant à procéder à des rééchelonnements de dette concerne principalement les économies en développement, tandis que la Chine recourt à l’octroi de prêts de sauvetage surtout dans les économies émergentes. Cette différence d’approche peut s’expliquer, en partie, par le niveau d’exposition différent des créanciers chinois aux emprunteurs souverains dans les deux groupes de pays : seuls 20 % des créances chinoises concernent les pays en développement (donc 80 % pour les pays émergents), ce qui peut expliquer que la Chine recourt pour eux à des rééchelonnements car un défaut de leur part n’a qu’un impact limité sur les bilans des créanciers chinois contrairement à un défaut des économies émergentes.

Au niveau international et face à l’incapacité des EMDE à servir leurs dettes à la suite de la crise sanitaire, une initiative de suspension du service de la dette (DSSI, pour debt service suspension initiative en anglais) avait vu le jour le 15 avril 2020, en pleine pandémie. Celle-ci a permis aux 73 pays éligibles, qui le souhaitaient, de suspendre temporairement (jusqu’à fin 2021) les remboursements d’intérêts et de principal sur les prêts bilatéraux du G20.

À la recherche de solutions plus pérennes, le G20 et les 22 membres du Club de Paris ont approuvé en novembre 2020 un nouveau « Cadre commun pour le traitement de la dette au-delà de la DSSI » pour permettre une remise permanente de dette aux pays éligibles. Ce nouveau cadre suppose une adhésion au principe d’égal traitement des créanciers formalisé par le Club de Paris.

Les EMDE pourraient donc être rassurés par la volonté de jure de la Chine de se coordonner avec les autres créanciers mais, de facto, elle a jusqu’il y a peu privilégié une approche unilatérale dans ses restructurations, en ne prenant pas part aux négociations multilatérales organisées par le Club de Paris. De plus, une grande partie des contrats signés avec les créanciers publics chinois contiennent une clause « No Paris Club » visant à garder leurs dettes hors des restructurations collectives pour obtenir un remboursement préférentiel par rapport aux autres créanciers.

Le durcissement toujours en cours de la politique monétaire dans les pays avancés et les mauvaises perspectives de croissance pour l’économie mondiale font craindre de nouveaux épisodes de « stress » et défauts des EMDE sur leur dette extérieure. La situation pourrait être plus délicate encore dans ces pays si la Chine décidait de poursuivre sa politique de gestion des crises de la dette.

En donnant son accord de principe sur « des pertes » sur ses créances lors de la restructuration de la dette souveraine du Ghana le 17 mai 2023, la Chine a fait un premier pas dans la bonne direction. Mais lors de la décision finale sur la restructuration de la dette souveraine de la Zambie, le 23 juin 2023, après presque trois ans de négociations, elle a à nouveau opté pour sa stratégie antérieure : rééchelonnement avec une période de grâce de 3 ans sur les paiements d’intérêt et extension de la maturité de la dette. Le début d’une nouvelle stratégie, que l’accord de principe pour le Ghana pouvait laisser espérer, reste encore à concrétiser.

Le mythe du lithium « dit vert »

Le mythe du lithium « dit vert »

L’extraction de lithium : une technique gourmande en énergie et en eau, Il est pourtant présenté comme la ressource verte par excellence puisque indispensable actuellement dans les batteries.( extrait dun papier de la Tribune)


« Il faut arrêter avec le mythe de la mine propre ! Tout ça c’est de la communication et du flan. On ne sait pas extraire de la matière du sous-sol de façon propre car, une mine, ça implique toujours à côté une grosse usine chimique de transformation, ce qui entraîne une exploitation, et à terme une pollution, de l’eau et des quantités importantes de déchets qu’on ne sait pas gérer », s’est insurgé Antoine Gatet, vice-président de France nature environnement (FNE).

Actuellement, bien que des alternatives apparaissent, le lithium est obtenu uniquement dans des mines de roche ou par évaporation de saumure. Extraire le lithium des roches est la technique utilisée, notamment en Australie, premier producteur au monde, et en Chine. Pour cela, il est nécessaire dans un premier temps de les broyer. De l’eau est ensuite ajoutée pour former une pâte qui sera placée dans un réservoir où de l’air insufflé permet de séparer le lithium de la roche.

Après filtration, la poudre de lithium obtenue est encore raffinée. Elle est ainsi chauffée à une température pouvant atteindre jusqu’à 1.000 degrés. Des produits chimiques et de l’eau sont ensuite ajoutés avant filtrage, peut-on lire dans un article de 2020 de la revue spécialisée Minerals Engineering.

Le processus, qui prend entre un et deux mois, est coûteux du fait de sa forte consommation énergétique. En outre, l’utilisation d’eau et de produits chimiques la rend peu respectueuse de l’environnement.

Dans le « triangle du lithium », constitué par les déserts de sel d’Argentine, de Bolivie et du Chili qui abritent les plus grands gisements de lithium identifiés au monde, le métal se trouve dans la saumure, un mélange d’eau et de sels.

Pour l’extraire, il faut pomper la saumure des profondeurs puis la placer dans des bassins géants afin que l’eau s’évapore. Une fois les sels solidifiés, ils vont tomber au fond des piscines après « 12, 14 ou 16 mois » en fonction des conditions climatiques, explique à l’AFP Corrado Tore, hydrogéologue de l’entreprise chilienne de lithium SQM.

La solution aqueuse obtenue est ensuite transférée vers une autre usine, d’où sortira, après filtration et ajout de produits chimiques, du carbonate de lithium et, dans certains cas, de l’hydroxyde. Bien que moins onéreuse, cette méthode d’extraction est également lente et surtout consommatrice de grandes quantités d’eau.

Des alternatives à l’extraction dans des mines ou par évaporation de saumure apparaissent néanmoins. Connues sous le nom d’ « extraction directe », ces techniques, en cours de développement, pourraient accélérer la production de lithium et réduire son empreinte environnementale.

Au Chili, SQM (une des deux entreprises autorisées à exploiter le désert d’Atacama d’où sont extraits 26% de la production mondiale) dit ainsi puiser en 2022 près de 400.000 litres d’eau par heure pour les besoins de son usine. Une inspection sur son site en 2013 avait révélé qu’un tiers des caroubiers, arbre rustique en raison de ses racines profondes, étaient morts, à cause du manque d’eau, a révélé ensuite une étude.

Malaise de la police: conséquence d’une grave crise de d’autorité et de légitimité du politique

Malaise de la police: conséquence d’une grave crise de d’autorité et de légitimité du politique


Au-delà des faits particuliers qui font émerger des contradictions entre le pouvoir politique et la justice, ressurgit le vrai problème de la crise d’autorité et de légitimité du politique.

L’autorité républicaine est en effet en pleine déliquescence et cela depuis des années. Progressivement, on a autorisé des prises de distance avec les règles qui conditionnent la vie en société. Tout commence souvent à l’intérieur des familles incapables de transmettre les valeurs de base puis se prolonge à l’école ou le pédagogisme a triomphé non seulement des programmes mais aussi de la discipline. La lâche suppression du service militaire a terminé le travail de destruction des liens sociétaux. Par parenthèse ce qui a transformé l’armée française en armée échantillonnaire qui serait vite balayée dans le cadre d’un conflit comme celui entre la Russie et l’Ukraine. Pour preuve nos reculs successifs en Afrique face à des ennemis pourtant de moindre importance. L’ensemble de la société s’est finalement accommodé de cette prise de distance avec les règles qui permettent de concilier liberté individuelle et libertés collectives.

La police est mise en cause mais c’est l’État tout entier qui est sur la sellette en raison d’absence d’orientation claire, de moyens et de cohérence.

Le problème de fond, c’est que le politique n’a plus de légitimité. Pour preuve, plus de 50 % des électeurs refusent désormais de voter et nos élus à tous les niveaux sont souvent choisis avec un socle d’électeurs de l’ordre de 10 à 15 %. Et certains des élus se croient investis pour imposer leur idéologie alors qu’ils ne représentent qu’une minorité.

Par ailleurs on a tout fait pour affaiblir les organisations intermédiaires qui permettaient d’entretenir des liens entre le politique et les citoyens. On leur a substitué des organisations fictives composées de technocrates, de courtisans et d’arrivistes.

Du coup dans chacun des secteurs, dans chaque couche de sociétés, l’accumulation de problèmes non traités fait sauter le couvercle de la cocotte-minute un moment donné. Le pays devient le champion du monde des chienlits Un seul exemple, l’économie de la drogue qui pourrit de plus en plus le pays et alimente les actions criminelles désormais dans un peu près l’ensemble des villes françaises et même les villes moyennes. Or le politique est largement responsable de cette situation d’abord parce que non légitime ensuite discrédité par sa politique clientéliste autant que par son immobilisme.

La restauration de cette légitimité est donc de l’autorité qui doit l’accompagner passe nécessairement par un retour aux pratiques démocratiques quand le pouvoir est aujourd’hui aux mains d’aventuriers incompétents, d’idéologues et de courtisans. La crise n’est donc pas celle de la police ou même de la justice mais celle de la société tout entière en panne de repères et de démocratie. Mais certains objecteront peut-être que la France a actuellement les politiques qu’on mérite. Une manière d’acter le déclin global du pays.

immobilier: Menace de crise grave

immobilier: Menace de crise grave


Menace de bulles dans l’immobilier à commencer par les SCPI. Au premier semestre 2023, la collecte nette des SCPI s’est élevée à 4,1 milliards d’euros, en repli de 23 % par rapport au premier semestre 2022 entraînant mécaniquement une baisse de la valorisation. Autre indice de la baisse, celle des permis de construire qui diminuent d’environ 20 %

Les Sociétés civiles de placement immobilier (SCPI) entrent dans une période difficile. Le géant de la gestion d’actifs Amundi a sonné le marché, lundi 24 juillet, en dévaluant de 12% à 17%, les parts de trois de ses principaux fonds immobiliers. Une décision qui pourrait faire tâche d’huile.

BNP Paribas Reim vient d’ailleurs d’annoncer une baisse de la valeur de la part de la SCPI Accimmo, comprise entre 15,28% et 17,28%. En mars dernier, une première alerte était passée presque inaperçue lorsque AEW Patrimoine a revu à la baisse la part de la SCPI Laffitte (-8,44%).« Je pense que quelques autres sociétés vont aussi suivre ce chemin », confie à La Tribune, Frédéric Puzin, cofondateur de la société de gestion Corum.

Officiellement, Amundi explique que cette baisse est due aux difficultés que subit l’immobilier cette année. « Le contexte d’inflation favorise plutôt les rendements locatifs mais la hausse rapide des taux de financement impacte, elle, la demande immobilière, via une baisse des volumes des transactions locatives et elle provoque ainsi la baisse des valorisations des biens », explique Marc Bertrand, directeur général d’Amundi Immobilier.

Selon une étude récente du think tank Terra Nova, les prix de l’immobilier pourraient chuter de 20% en 2023, en raison de la hausse des taux d’intérêt qui rend plus difficile l’accès au crédit pour les nouveaux acquéreurs. Cette situation s’annonce comme une crise majeure pour le secteur immobilier, qui a déjà connu de nombreuses phases difficiles par le passé. Les crédits immobiliers, accessibles à presque tout le monde ces dix dernières années, ont fait grimper les prix à des niveaux insoupçonnés.

Dans son rapport, Terra Nova estime que la hausse des taux d’intérêt est le principal moteur de cette baisse annoncée des prix de l’immobilier. Les taux d’emprunt ont en effet entamé une remontée depuis plusieurs mois, rendant plus difficile l’accès au crédit pour les futurs acquéreurs. Cette situation pourrait ainsi entraîner une baisse significative des prix, notamment pour les biens ne bénéficiant pas d’une situation géographique exceptionnelle ou d’une qualité de construction irréprochable.

De quoi fragiliser l’activité des professionnels : sur les quatre premiers mois de l’année, les défaillances de promoteurs étaient en hausse de 53,8% et celles de constructeurs de 55,6% selon les données du cabinet de conseil Altarès.

Cirque juridique: DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Cirque juridique: DUPOND-MORETTI devant la cour de justice de la république

Les règlements de compte entre certains membres de la justice et le ministre continuent avec la décision récente de renvoyer Éric Dupont Moretti devant la cour de justice de la république. Faut-il rappeler que cette cour de justice constitue une institution un peu particulière pour juger des délits des ministres et qu’elle est composée d’une majorité de politiques. Dans cette affaire tout le monde ce ridiculise : les magistrats, le ministre est au-delà de la justice tout entière

Pour preuve d’ailleurs la CJR n’a jamais prononcé de peine très grave. Un seul exemple lorsque Christine Lagarde est comparue pour l’affaire Tapie lui, on a jugé que l’octroi illégal de 400 millions à Tapie valait seulement un rappel à l’ordre de l’ancienne ministre des finances.

Il en sera de même évidemment avec le ministre de la justice d’autant qu’il s’agit d’une affaire complexe de règlements de comptes de procédures judiciaires. De quoi déconsidérer globalement encore un peu plus la justice.

Le futur procès du garde des Sceaux Eric Dupond-Moretti pour prise illégale d’intérêts devant la Cour de justice de la République (CJR) est une situation « inédite » qui le « décrédibilise » et qui « par ricochet, affaiblit l’institution judiciaire toute entière », ont estimé vendredi les deux principaux syndicats de magistrats.

Eric Dupond-Moretti est soupçonné d’avoir profité de sa fonction de ministre pour régler des comptes avec des magistrats auxquels il s’était opposé dans sa première vie d’avocat.

12345...31



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol