Afrique-Sahel : La France chassée du Niger

Afrique-Sahel : La France chassée du Niger

Après le Mali, puis le Burkina Faso c’est maintenant au tour du Niger qui préfère la dictature de potentats locaux liés à la Russie que la présence de la France. La conséquence évidemment de l’ambition de quelques dictateurs locaux qui veulent se partager le fromage à la place de leurs prédécesseurs mais aussi la conséquence du travail de la Russie pour déstabiliser des pays pauvres prêts à se jeter dans n’importe quelle aventure politique et démocratique en échange du pillage de leurs ressources non seulement par la Russie mais aussi par leurs dirigeants.

Certes le pouvoir à Niamey était très faible et ne contrôlait en réalité qu’une région autour de la capitale le reste étend dans la main de clans et de terroristes. L’armée Niger n’a jamais fait preuve d’une grande efficacité contre le terrorisme et a du faire appel au renfort aussi bien de la France que les États-Unis.

La France est sans doute coupable de n’avoir pas prévu la catastroph,e preuve d’une nouvelle faillite de son corps diplomatique mais aussi de son armée échantillionnaire. Un nouvel échec aussi de la politique internationale de Macron

Cette dictature va encore détériorer un peu plus les conditions sociales d’un pays particulièrement pauvre et inégalitaire. Le combat contre le néo colonialisme est évidemment un prétexte quand on prétend sauver la démocratie avec l’appui des Russes et de Wagner.

Si les putschistes de Niamey suivent leurs voisins, ils pourraient vite demander à la France de quitter les lieux. D’ailleurs, dès jeudi 27 juillet, ces militaires ont accusé la France d’avoir enfreint la fermeture des frontières en faisant atterrir un avion militaire à l’aéroport international de Niamey.

À court et moyen terme, la France pourrait donc totalement disparaître du paysage au Sahel, signant ainsi la fin de ce qu’on a appelé la Françafrique dans cette partie du continent. Il faut dire que les solutions de repli pour l’armée française sont peu nombreuses.

« Il n’y a aucune solution de repli dans la région, souligne le journaliste spécialiste de l’Afrique, Antoine Glaser. Cela veut dire qu’il y aura sans doute une partie des militaires français, entre 1 500 et 2 000 effectifs, qui rentreront en France. Je les imagine mal s’installer au Tchad, alors qu’il va y avoir des élections extrêmement incertaines à N’Djamena, avec le maintien de la dynastie des Déby au pouvoir. Petit à petit, c’est une période historique pour la France qui se termine, une période post-coloniale de présence militaire. De la Mauritanie au Soudan, les djihadistes ont réussi à faire fuir l’ensemble des Occidentaux. »

D’ailleurs, avant ce coup de force, la tendance était déjà à la diminution du nombre de militaires français au Sahel et dans cette partie de l’Afrique. C’était le souhait d’Emmanuel Macron de retirer des troupes du Gabon, du Sénégal ou encore de la Côte d’Ivoire. Les récents événements qui viennent de se dérouler au Niger pourraient encore accélérer cette tendance.

0 Réponses à “Afrique-Sahel : La France chassée du Niger”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol