Pour la fin des plastiques d’origine pétrolière

Pour la fin des plastiques d’origine pétrolière

Par Frédéric Van Gansberghe, CEO de Futerro
dans la Tribune

En tant que pionnier et expert en matière de PLA (acide polyactique), nous sommes particulièrement préoccupés par l’inaction de l’Union Européenne et de la France en matière de promotion des plastiques biosourcés. Alors que les États-Unis ont récemment annoncé leur intention de sortir des pétro-plastiques dans les vingt prochaines années pour se diriger vers des solutions d’origines organiques, l’Europe reste à la traîne. Il est de notoriété commune que les plastiques biosourcés pourraient offrir une alternative durable aux plastiques d’origine fossile, contribuant ainsi à réduire les émissions de gaz à effet de serre et à lutter contre le changement climatique. Cette option, en effet d’origine biosourcée est dans la majorité des cas recyclable par voie mécanique et chimique et dans certains compostables (industriellement). Cependant, malgré ces avantages, l’Union Européenne ne prend pas suffisamment de mesures pour promouvoir l’utilisation de plastiques biosourcés en Europe. Malgré les ambitions du « Green Deal » qui prévoit la neutralité carbone d’ici à 2050 et du « Circular Economy Action Plan » qui souhaite supporter le développement de la bio-industrie, les actions concrètes manquent, au même titre que des engagements forts.

Les plastiques biosourcés absents des prises en compte dans l’emballage
Après avoir fermé le développement des bioplastiques dans le secteur des plastiques à usage unique (SUPD), l’Europe prévoit d’interdire le développement de ce nouveau secteur dans le packaging qui représente plus de la moitié du marché des bioplastiques. Via le PPWR (Règlement européen sur les emballages et déchets d’emballages) actuellement en négociation, l’idée est de promouvoir l’utilisation du recyclage, qui est une solution louable, mais ne prévoit aucun cadre pour les plastiques biosourcés même.

Ce texte ne considère pas, avec le même intérêt, l’incorporation dans les emballages, du contenu biosourcé avec celui du contenu recyclé. Or les plastiques biosourcés peuvent parfaitement être recyclés dans les systèmes de recyclage existants. De plus, ils offrent une alternative durable et sûre pour les applications d’emballage où la réutilisation n’est pas une option, en particulier lorsque des exigences strictes en matière de sécurité alimentaire et de santé des consommateurs doivent être respectées.

Aucune différence n’est faite quant à la nature du plastique dans son réemploi
Dans la même dynamique, la loi AGEC en France et le décret n°2021-516 fixent comme objectif d’atteindre la fin de la mise sur le marché d’emballages en plastique à usage unique d’ici 2040. Pour y parvenir, la loi précise une méthode de sortie définie via des décrets quinquennaux prévoyant des objectifs dits « 3R », de réduction, de réemploi et de recyclage des emballages en plastique. Le premier décret 3R pour la période 2021-2025 a été publié en avril 2021.

Or, cette loi et le décret s’y rapportant ne prévoient aucune différence quant à la nature du plastique et traitent de la même manière les plastiques biosourcés alors qu’ils sont reconnus pour participer à l’économie circulaire. Pire, certains articles restrictifs limitent considérablement le développement de matériaux innovants biosourcés.

L’Europe doit incarner la neutralité carbone face à la Chine et aux USA
Il est d’autant plus triste de voir que de nombreux investissements ont été faits par l’UE et la France afin de développer une filière forte autour des biomatériaux et de la bioéconomie en supportant massivement divers projets de R&D, mais qui finalement, se voient bloquer l’accès au marché par des règlementations dissonantes et schizophréniques par rapport aux ambitions de neutralité carbone.

J’appelle les décideurs européens à prendre des mesures concrètes pour promouvoir l’utilisation de bioplastiques. Il leur faut continuer à encourager la recherche et le développement, mais aussi et surtout soutenir l’implantation de projet industriel Européen, permettant d’assurer, à plus long terme, une indépendance économique face à des forces émergentes telles que la Chine et les Etats-Unis.

Nous sommes convaincus que les bioplastiques peuvent et vont contribuer de manière significative à la création d’une économie circulaire plus durable et plus résiliente en Europe, la seule question est de savoir s’il ne sera pas trop tard lorsque les décideurs politiques auront pris conscience de l’impact de leurs décisions ces dernières années.

Il est temps pour l’UE de prendre des mesures ambitieuses pour encourager leur adoption. Nous sommes prêts à travailler avec les décideurs européens pour concrétiser cette vision et faire de l’Europe un leader mondial de la transition vers les plastiques bio renouvelables

0 Réponses à “Pour la fin des plastiques d’origine pétrolière”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol