Inflation Carburant : plus cher en France

Inflation Carburant : plus cher en France


La France possède l’une des plus grandes sociétés de pétrole mondiales; pour autant; c’est aussi l’un des pays le carburant est le plus cher. En cause plusieurs facteurs explicatifs ,d’abord et surtout le montant des taxes parmi les plus importantes au monde. Ensuite, la spéculation entre la production de pétrole et la production de carburants dont certaines augmentations ne sont nullement justifiées. Aussi la hausse des coûts logistiques. Enfin certaines hausses discrètement ajoutées en cette période d’inflation et qui permet aux sociétés pétrolières de faire encore davantage de bénéfices que précédemment.

Les prix des carburants vendus en France sont parmi les plus élevés de l’Union européenne. Le litre de diesel (toutes taxes comprises) s’achetait en moyenne 1,72 euro au 1er mai. Pour le sans-plomb 95, la pompe affichait 1,91 euro le litre en moyenne, contre 1,79 euro le 21 février 2022. Soit une augmentation de 6,7% depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, selon le bulletin hebdomadaire de la Commission européenne (lien en anglais). Pour les conducteurs qui font le plein de gazole dans les stations-service françaises, le constat est d’autant plus rageant que de l’autre côté des frontières hexagonales, les carburants ont retrouvé leurs prix d’avant-guerre.

Concernant le gazole, la France se classe troisième des pays de l’UE où le litre est le plus cher. Seules la Suède et la Finlande affichent des tarifs plus élevés, respectivement 1,86 et 1,87 euro/litre. Même constat pour le sans-plomb 95 : l’Hexagone est deuxième du classement européen, uniquement précédé de la Finlande (1,97 euro/litre).

Comment expliquer un prix si élevé en France par rapport à nos voisins européens ? Plusieurs raisons sont avancées par l’Union française des industries pétrolières (Ufip). La première est la hausse du prix de l’éthanol, l’un des composants du sans-plomb 95 E10. Ce carburant est l’un des plus consommés dans l’Hexagone. Il est composé de 10% de bioéthanol contre seulement 5% pour le sans-plomb 95 E5, préféré dans les pays voisins. Cette hausse résulte de l’augmentation des prix du gaz, matière première essentielle dans la production de l’éthanol. « Ces produits ont vu leurs coûts monter en raison de la hausse des prix des matières premières agricoles, à cause de la guerre en Ukraine. Cela représente un surcoût de 2 à 3 centimes par litre », détaille Olivier Gantois, président de l’Ufip, sur franceinfo.

De telles différences tarifaires pourraient aussi s’expliquer par les multiples grèves et blocages qui se sont déroulés dans les raffineries contre la réforme des retraites. « A partir du moment où les raffineries ne marchent plus, il faut aller chercher [du carburant] ailleurs, en l’occurrence dans les importations, ce qui est toujours plus cher », explique sur France 2 Francis Pousse, président de la branche stations-service et énergies nouvelles de Mobilians, le syndicat des métiers de la distribution et des services de l’automobile.

Les distributeurs accusés de gonfler leurs marges
Autre raison possible : les marges brutes auraient explosé ces quatre derniers mois. Elles correspondent à l’écart entre le prix du carburant lorsqu’il sort de la raffinerie et le prix hors taxes auquel il est vendu dans les stations-service. « Depuis janvier, [les distributeurs] ont des marges brutes de l’ordre de plus de 25 centimes au litre, alors que d’habitude, c’est 15 centimes au litre », assure François Carlier, délégué général de l’association Consommation Logement Cadre de Vie (CLCV). Dans une étude publiée mercredi 10 mai, l’association affirme que les distributeurs tentent de « rattraper les pertes » du second semestre 2022, lorsqu’ils n’avaient pas répercuté la hausse des cours due à la guerre en Ukraine, allant même jusqu’à consentir des marges négatives. Une accusation réfutée par l’Ufip. « Sur le prix des carburants, nous estimons qu’en distribution, la marge nette – le bénéfice qui nous reste après avoir couvert les coûts – est de l’ordre de 1 à 2 centimes par litre », s’est défendu Olivier Gantois sur franceinfo.

La ministre de la Transition énergétique, Agnès Pannier-Runacher, a réitéré mardi ses appels aux distributeurs pour que les prix des carburants « baissent plus vite » et reflètent « au plus proche » le recul des cours internationaux du pétrole. Le président du comité stratégique des centres E. Leclerc, Michel-Edouard Leclerc, a jugé, mercredi sur BFMTV, cette demande « gonflée » alors qu’un « gros fournisseur » comme TotalEnergies, qui engrange « des milliards de bénéfices », n’est pas « tenu de baisser ses prix ».

0 Réponses à “Inflation Carburant : plus cher en France”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol

TESTING