Société–Inflation: Les plus pauvres davantage concernés

Société-Inflation: Les plus pauvres davantage concernés

Les Français ne sont pas tous logés à la même enseigne face à la hausse des prix. S’il ne s’agit pas d’une surprise, c’est l’un des principaux enseignements chiffrés par l’Institut national de la statistique et des études économiques dans sa dernière note de conjoncture publiée ce jour. L’alimentation par exemple ne représente que 14% du budget des 20% des ménages les plus aisés contre près de 19% pour les 40% des ménages les plus modestes. Le panier alimentaire de ces derniers comporte davantage d’huiles et autres produits gras « dont les prix sont parmi les plus dynamiques (+20% environ sur un an en janvier 2023) ».

La structure de consommation des moins aisés est différentes, la part des dépenses contraintes (alimentation, services, transports) est plus élevé que dans les ménages plus favorisés. En moyenne, l’INSEE annonce environ une hausse de 6 % sur un an mais pour les ménages les plus modestes l’inflation moyenne est plus proche du double.

Sur le premier mois de l’année, l’inflation a été supérieure de 1,2 point pour les ménages dont la personne de référence a plus de 75 ans quand elle était inférieure de 1,3 point pour les ménages dont la personne de référence a plus de 30 ans. « Le fait d’être locataire (ce qui est plus souvent le cas des ménages jeunes) est actuellement de nature à réduire l’inflation d’ensemble, car le poids du loyer dans le budget réduit alors mécaniquement la part des autres postes, dont l’alimentation et l’énergie notamment qui présentent de fortes hausses de prix », analyse l’Insee.

En cette période de flambée dans les rayons des enseignes de la grande distribution, les écarts générationnels d’inflation tiennent aussi logiquement au poste alimentaire. Là aussi, la part de l’alimentation varie d’un budget à l’autre: elle est de 11% pour les moins de 30 ans et presque deux fois plus importante chez les plus de 60 ans (21%). « Pour les plus jeunes, en revanche, le poids des services de restauration, moins touchés par l’inflation, est plus important », souligne l’Insee. Pour ne rien arranger, les ménages les plus âgés achètent davantage de produits protéinés d’origine animale comme les viandes, les poissons, les oeufs et les produits létiers qui ont enregistré une hausse plus prononcée de leurs prix que la moyenne sur l’année écoulée.

SUR LE MÊME SUJET
L’inflation confirmée à 6% sur un an en janvier
Inflation: une baisse attendue après le mois de juin
Allemagne, Espagne, Italie: comment l’inflation touche nos voisins européens?
La logique est plus ou moins la même entre les ménages les plus modestes et les plus aisés. L’alimentation ne représente que 14% du budget des 20% des ménages les plus aisés contre près de 19% pour les 40% des ménages les plus modestes. Le panier alimentaire de ces derniers comporte davantage

0 Réponses à “Société–Inflation: Les plus pauvres davantage concernés”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol