• Accueil
  • > politique
  • > Sondage Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus

Sondage Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus

Sondage Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus.

D’une manière générale, on pourrait considérer que le gouvernement joue les utilités car le président de la république est présent sur tous les terrains. Pour résumer il s’occupe de tout et le gouvernement fait le reste.

Dans ces conditions, pas étonnant que la plupart des ministres soit inconnus de l’opinion. Un sondage de « l’Obs » montre que la plupart des ministres du gouvernement ne sont pas connus ou très peu.
À peu près la moitié des Français n’ont jamais entendu parler des ministres et 27 % seulement savent quel poste occuppe chacun des 23 ministres testés dans le sondage. Ce gouvernement ne comptant réalité que cinq ministres « vedettes » parfaitement identifiés par les Français, Lemaire, Dupont Moretti, Darmanin, Véran et Attal connus par 80 % des Français en matière de popularité Lemaire domine avec 56 % .

La plupart des autres jouent les utilités et leur objectif est surtout de ne pas déplaire au président monarque. Même le ministre de l’éducation nationale suscite l’ignorance et l’indifférence. Même chose pour le ministre de la santé ou des armées.

Bref, un gouvernement taillé sur mesure pour que Macron occupe en permanence le devant de la scène et annonce avant tout le monde les orientations. Dernier sujet à la mode après la réunion fondamentale du Conseil national de la Refondation : la distribution de préservatifs pour les jeunes.! Pas inutile sans doute mais peut-être pas à la hauteur d’un président de la république. la sobriété annoncée par Macron est largement contredite dans les faits dans le champ immédiat de son action. Une contradiction de plus constate « Capital »

Visiblement , certaines promesses d’Emmanuel Macron n’engagent que ceux qui les écoutent. Quelques jours après sa réélection, le chef de l’Etat laissait filtrer dans la presse son intention de nommer un gouvernement resserré en vue des législatives des 12 et 19 juin dernier, avec une quinzaine de membres, pas plus. “Il n’y aura pas d’armées mexicaine”, jurait l’entourage du locataire de l’Elysée à France Info, dans une référence à peine voilée aux 42 ministres et secrétaires d’Etat (presque un record) du gouvernement Castex.

Las, le 20 mai dernier, jour de l’annonce de la composition du gouvernement Borne I, le secrétaire général de l’Elysée Alexis Kohler a longuement égrené les noms de 28 ministres, dont 15 “survivants” de l’ère Castex. Loin des promesses initiales. Pire, à l’occasion du remaniement post-législatives du 4 juillet, Elisabeth Borne a étoffé son gouvernement en nommant 16 nouvelles personnalités (6 secrétaire d’Etat, 10 ministres), alors qu’elle aurait pu se contenter de pallier les départs (Damien Abad, Justine Bénin, Yaël Braun-Pivet, Brigitte Bourguignon, Amélie de Montchalin).

Résultat, le gouvernement Borne II totalise 42 membres, Première ministre incluse, soit presque autant que l’équipe qui l’a précédée. Il faut remonter au gouvernement de Jean-Pierre Raffarin en 2004 (43 membres) pour retrouver un exécutif aussi foisonnant que ceux de Jean Castex et Elisabeth Borne. Heureusement, le record absolu de la Ve République, détenu par Michel Rocard et son bataillon de 49 ministres, n’a pas été égalé.

Outre qu’elle nuit à la lisibilité de l’action publique et invisibilise la plupart des ministres, cette débauche de moyens humains n’est pas sans conséquence pour les finances publiques. Selon nos calculs (voir méthodologie en fin d’article), la masse salariale annuelle des 42 membres du gouvernement Borne, Première ministre incluse, va atteindre 5,1 millions d’euros. Un montant quasi égal à celui du gouvernement Castex (5,2 millions d’euros), qui comptait un ministre de plus.

Pour trouver un gouvernement plus coûteux que ceux de Jean Castex et Elisabeth Borne, il faut remonter au moins 10 ans en arrière, c’est-à-dire avant que François Hollande, à son arrivée au pouvoir, ne baisse de 30% le traitement du président de la République ainsi que ceux du Premier ministre et des ministres. Malgré des effectifs plus restreints, la masse salariale des gouvernements Fillon II (32 membres, de juin 2007 à novembre 2010) et Fillon III (33 membres, de novembre 2010 à mai 2012) atteignait 5,5 millions d’euros.

Bien entendu, la masse salariale des ministres ne représente qu’une fraction du coût de fonctionnement d’un gouvernement, puisqu’elle n’intègre ni les rémunérations des conseillers ministériels (au nombre de 570, en 2021), ni celles des personnels chargés des fonctions support (cuisiniers, chauffeurs, secrétaires, officiers de sécurité…), qui occupaient 2.302 emplois sous Jean Castex.

En s’appuyant sur les documents budgétaires annexés au projet de loi de finances pour 2022, le député honoraire René Dosière, spécialiste du train de vie de l’Etat, avait estimé le coût global du gouvernement Castex à 160 millions d’euros par an, ce qui en faisait selon lui “le plus cher de la Vème République”. La présentation du projet de loi de finances pour 2023, fin septembre, permettra de savoir si le gouvernement Borne II fait tomber le triste record détenu par son prédécesseur, au grand dam des contribuables.

Méthodologie : Pour calculer la masse salariale annuelle des 42 membres du gouvernement Borne II, nous avons tout simplement additionné le traitement annuel de la Première ministre (182.436 euros) avec les rémunérations des 31 ministres (121.613 euros/an) et des dix secrétaires d’Etat (115.000 euros/an).

0 Réponses à “Sondage Gouvernement : des ministres pour la plupart inconnus”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol