• Accueil
  • > Archives pour novembre 2022

Archive mensuelle de novembre 2022

Page 25 sur 31

Température 2015-2022 Années record

Température 2015-2022 Années record (ONU)

En matière de température, la réalité est cruelle. En effet en 2015 la Cop 21 a décidé d’objectifs complètement contradictoires avec l’évolution des températures. En effet, les années 2015–2022 ont atteint des records de hausse .

La COP21 devait engager les 195 États et l’Union européenne à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre. . Cet accord avait pour objectif de stabiliser le réchauffement climatique dû aux activités humaines diverses. Sur le long terme, l’objectif est de parvenir à la neutralité climatique (c’est-à-dire veiller à ne pas produire plus de CO2 que ce que la Terre est capable d’absorber, via les océans ou les forêts).

Afin de confronter les défis relatifs aux changements climatiques, les membres de la COP21 se sont mis d’accord sur 3 objectifs principaux :

Le maintien des températures en dessous de 2° C (d’ici à 2100) par rapport à la température de l’ère préindustrielle et prendre toutes les mesures possibles pour empêcher les températures d’augmenter de plus de 1,5° C ;Avec une température moyenne estimée de 1,15°C supérieure à celle de l’ère préindustrielle, l’année 2022 devrait se classer «seulement» à la cinquième ou sixième place de ces années les plus chaudes, en raison de l’influence inhabituelle, pour une troisième année consécutive, du phénomène océanique La Niña qui entraîne une baisse des températures. «Mais cela ne renverse pas la tendance de long terme ; c’est seulement une question de temps avant qu’il y ait une nouvelle année plus chaude», a insisté l’OMM, agence spécialisée de l’ONU.

D ‘après l’ONU, «les huit années de 2015 à 2022 seront probablement les huit années les plus chaudes enregistrées». La température moyenne sur la décennie 2013-2022 est estimée à 1,14°C au-dessus de celle de l’ère préindustrielle, contre 1,09°C sur la période 2011-2020.

«Les concentrations de CO2 dans l’atmosphère sont tellement élevées que l’objectif de 1,5°C (…) est à peine du domaine du possible», a commenté dimanche le patron de l’OMM Petteri Taalas. «C’est déjà trop tard pour de nombreux glaciers et la fonte va se poursuivre pendant des centaines voire des milliers d’années, avec des conséquences majeures sur l’approvisionnement en eau», a-t-il ajouté. Ainsi, les glaciers des Alpes ont enregistré en 2022 une perte record de masse de glace, avec une réduction d’épaisseur de 3 à 4 mètres, «beaucoup plus que lors du précédent record en 2003».
«Œillères»

Et les nouvelles ne sont pas meilleures du côté de l’élévation du niveau des océans, principalement liée à la fonte des calottes glaciaires. Le niveau des océans est aussi à un «record» en 2022, avec une hausse de 10 mm depuis janvier 2020, soit 10% de la hausse enregistrée depuis le début des mesures par satellite il y a près de 30 ans. Et le rythme d’élévation a doublé depuis 1993.

La planète a été en outre victime cette année d’une avalanche d’événements extrêmes, des inondations historiques au Pakistan aux canicules répétées en Europe, en passant par la sécheresse dans la Corne de l’Afrique. «Nous savons que certains de ces désastres, les inondations et la chaleur au Pakistan, les inondations et les cyclones dans le sud de l’Afrique, l’ouragan Ian, les canicules extrêmes et la sécheresse en Europe n’auraient pas été aussi graves sans le changement climatique», a commenté Friederike Otto, climatologue à l’Imperial College de Londres. «S’il y a bien une année où il faut réduire en lambeau et brûler les œillères qui empêchent l’action climatique, c’est celle-là», a ajouté Dave Reay, de l’Université d’Edimbourg.

Des taux bien peu prohibitifs

Des taux bien peu prohibitifs

Karl Eychenne, chercheur chez Oblomov et Bartleby, estime dans l’Opinion,( extrait) que les taux d’intérêt son peu prohibitifs et globalement la politique monétaire des banques centrales bien peu restrictives eu égard à l’inflation

Mercredi, la Réserve fédérale américaine remontait ses taux directeurs à 4%. Quelques jours auparavant, la Banque Centrale européenne avait elle aussi relevé son taux de refinancement à 2%. Il y a quelques mois encore, tous ces taux étaient proches de 0%. Ces hausses de taux ne semblent donc pas cadrer pas avec ce qui a été dit au-dessus : la thèse d’une politique monétaire qui serait toute en retenue, limite couarde.

Et pourtant c’est vrai. Les niveaux atteints par les taux ne sont pas du tout prohibitifs. Ils sont à peine restrictifs. Pour que les taux témoignent réellement d’une volonté farouche des Banques Centrales de faire reculer l’inflation au plus vite et au plus bas, il faudrait que les taux soient bien supérieurs aux niveaux actuels. Très concrètement, il faudrait que les taux réels (taux auxquels on retranche l’inflation) soient bien supérieurs à ce qu’on appelle des taux neutres. Le taux neutre définit une forme de coût réel de l’argent dans un monde parfait, celui d’une économie qui ne connait pas la crise et suit un long fleuve tranquille.

Selon les sources (Banques Centrales, FMI, Commission européenne), les taux neutres américains et européens sont estimés entre 0 et 2%, soyons larges. Considérons maintenant les taux directeurs réels des Banques Centrales : quelle inflation doit-on considérer pour les calculer ? Qu’importe. Que vous preniez l’inflation à 10% actuelle, l’inflation à 2,5% anticipée par les marchés pour les 10 prochaines années, ou bien l’inflation à près de 3% anticipée par les agents économiques pour ces mêmes 10 prochaines années, les taux réels obtenus ne sont pas du tout prohibitifs. Au mieux, vous obtenez des taux directeurs réels à 2% à peine supérieurs aux taux neutres, au pire à -10%.

Quelle politique énergétique ?

Quelle politique énergétique ?

Le gouvernement vient de lancer une concertation nationale sur le devenir du modèle énergétique de la France à l’horizon 2050 alors que la facture de l’électricité pour nos concitoyens augmente chaque jour obérant significativement leur pouvoir d’achat. Comment y apporter réponse lorsqu’il faut dans le même temps assurer la transition énergétique et le développement des ENR ? Par William Azan, Avocat à la Cour ( dans l’Opinion).

Notons que le pseudo débat sur la politique énergétique lancé par le gouvernement ne recueille en fait aucun écho d’autant plus que les lois « énergies » sont sur le point d’être adoptées par le Parlement NDLR

En substance, nous disposons de fabuleux moyens pour construire un modèle énergétique de qualité à la condition d’utiliser le plein potentiel du mix énergétique actuel et sans gaspiller le bénéfice des contributions publiques au financement du service public de l’énergie que nous payons à chaque échéance de nos factures d’électricité.

Il faut également que nous ayons le courage de dire que le développement des ENR ne peut se faire à couts socialement acceptables qu’en s’appuyant encore sur le parc nucléaire existant que nous devons non seulement entretenir, mais aussi développer.

Longtemps marqué par la stabilité de prix bas ; notre système né de la loi d’avril 1946 favorisait l’usager, mais aussi notre production industrielle française , disposant là d’un atout concurrentiel. Cet avantage considérable a disparu avec la dérégulation du marché de l’énergie et l’alignement des tarifs de l’électricité produite sur celle que gênèrent les centrales fonctionnant au gaz.

D’exportateurs d’électricité, nous sommes devenus importateurs ce qui accroit nos déficits commerciaux et fragilise notre tissu industriel. Notre indépendance est remise en question. La question première à trancher est donc celle de la consistance même de notre outil de production, car il constitue la matrice du système énergétique .

Pouvons-nous sérieusement renoncer au nucléaire en tout ou partie ? Ou devons-nous comme nos partenaires allemands prétendre au 0 carbone et ouvrir à nouveau nos mines de charbon ?
Poser la question c’est y répondre. Le parc nucléaire permet encore à la France d’être en pointe sur le terrain du développement des ENR.

En effet, il est le seul à offrir à bas cout une énergie constante alors que l’éolien ou le solaire ne fournissent qu’une énergie intermittente. Si l’on souhaite développer les filières du renouvelable, il faudra s’appuyer sur le nucléaire dont l’enjeu principal actuel est la modernisation.
Toute refonte de notre système global ne pourra s’envisager également qu’au travers d’un découplage du prix du gaz et de l’électricité dont on sait qu’il est à l’origine de l’inflation de la facture d’électricité pour chacun d’entre nous.

Si l’on souhaite atteindre des objectifs raisonnables sur le terrain du climat tout en conservant notre indépendance énergétique, nous devons nous appuyer sur nos points forts.

En effet, la France dispose d’une aptitude inégalée au niveau mondial au mix énergétique. Nous pouvons utiliser au-delà de l’atome, l’ensemble des filières des énergies renouvelables et pas seulement l’éolien ou le photovoltaïque. La géothermie, l’hydroélectricité, la biomasse, les pompes à chaleur, les réseaux de chaleur urbains constituent des leviers efficaces.
De même, nos infrastructures de transport et de distribution sont robustes, en bon état pour l’essentiel. Les collectivités territoriales peuvent enfin constituer des relais efficaces pour une meilleure maitrise de la demande d’énergie.

En priorité, le gouvernement doit abandonner la solution du bouclier tarifaire pour régler la crise énergétique actuelle.

Dans la panoplie des outils juridiques et politiques dont nous disposons, il y a mieux et plus efficace que ce propose la Commission européenne. Il est tout à fait possible de suspendre les dispositions de la loi NOME de 2010 afin de réguler, non par le haut, mais par le bas les prix de l’électricité et ce en vertu des pouvoirs de police économique dont l’Etat dispose lors de circonstances exceptionnelles. Cette solution est en pratique bien plus efficace pour la protection des consommateurs que celle d’une nationalisation dont nous n’avons pas les moyens tout simplement.
De même, les subventions européennes tout comme les tarifs de rachat particulièrement attractifs fixés par voie réglementaire (grâce à la contribution supportée par les usagers) doivent-ils être réorientés vers des ENR dont le bilan carbone est véritablement positif, ce qui n’est pas le cas pour l’éolien.

En réalité, le pilotage de nos politiques publiques et le développement des ENR doivent être beaucoup plus intégrés afin de s’assurer que l’intérêt général soit pris en compte en toute transparence sur l’ensemble des champs couverts par notre mix énergétique.

La loi SAPIN I permettrait aux collectivités locales de lancer des appels d’offres de puissance électrique selon des cahiers des charges précis. Ce mode de gestion qui permet d’assurer la transparence de la filière, autoriserait, au niveau départemental, le choix les ENR les plus adaptées au plan local et l’éolien ne serait utilisé que là où il est socialement accepté. Ce dispositif permettrait également aux collectivités de percevoir des redevances de la part des délégataires dans des proportions bien plus importantes que celles perçues aujourd’hui.

Au total , la garantie du pouvoir d’achat des usagers passe désormais autant par la maitrise des technologies innovantes que par la mise en œuvre d’outils juridiques plus anciens, mais qui ont fait leurs preuves.

Sandrine Rousseau: objectif prendre la place de Mélenchon en 2027

Politique- Sandrine Rousseau: objectif prendre la place de Mélenchon en 2027

Nombre d’observateurs politiques s’interrogent à propos de la stratégie politique de la provocatrice Sandrine Rousseau. Pourtant l’objectif est clair l’intéressée n’a jamais caché ses ambitions aussi bien sur le plan personnel que sur le plan politique.

Sa stratégie repose surtout sur la multiplication du buzz pour occuper toutes les cases de l’ultra gauchisme ( féminisme, LGBT, environnement, minorités raciales, anticapitalisme, wokisme).

Peu importe d’ailleurs, l’essentiel c’est qu’on parle d’elle. Une démarche réussie même si l’opinion est de plus en plus critique par rapport aux excès de l’intéressée et à sa pratique de la dénonciation y compris des individus.

Son premier objectif est de prendre sa revanche à l’intérieur d’Europe écologie les Verts qui ne l’a pas retenue pour les présidentielles de 2017. Pour cela, elle mettra en place une candidate proche d’elle. Mais elle vise plus loin à savoir 2027. Mais son ambition est de prendre la place de Mélenchon en faisant éclater les « insoumis » pour qu’une majorité la rejoigne sur ses combats sociaux et sociétaux.

L’intéressée est sans scrupules, ainsi a-t-elle écrit à Darmanin pour obtenir en vain la tête de l’institut d’études politiques de Lille. Elle a aussi tenté sans succès de prendre la tête de l’Institut régional d’administration de Lille . par contre , elle a eu la tête de Baupin et de Bayou accusés par elle seulement d’être des dragueurs !

Il n’est pas certain cependant que l’opinion adhère à cette rhétorique provocatrice par ailleurs pleines de contradictions et qui a du mal à dissimuler les ambitions démesurées de l’intéressée.Raphaël Proust et Caroline Vigoureux, journalistes politique à l’Opinion et le politologue Rémi Lefebvre décryptent la stratégie politique de l’écoféministe adepte du coup d’éclat permanent

Pour Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université et à l’IEP de Lille : « L’objectif est d’attirer l’attention sur elle. D’autant que Sandrine Rousseau c’est quelqu’un qui a assez peu de ressources collectives, c’est quelqu’un qui est assez isolé. Donc c’est assez emblématique du fait qu’en politique, maintenant, des personnalités sans grandes ressources collectives peuvent peser. Elle a émergé au moment de la primaire écolo, elle a un capital médiatique, évidemment, qu’elle alimente avec des propos volontiers transgressifs et provocateurs.
Ce qu’on peut dire aussi – d’ailleurs elle revendique complètement cette stratégie – c’est qu’elle est sur un créneau idéologique – l’écoféminisme – où il faut choquer les esprits. Pour elle, ce ne sont pas simplement des coups de communication, c’est aussi une stratégie politique.
Elle dit qu’il faut créer des électrochocs, il faut provoquer. Elle lance dans le débat des propos qui font réagir, et de ce point de vue là, elle estime faire avancer les causes qu’elle défend. »

pour Rémi Lefebvre : « La réponse est compliquée parce que c’est oui et non. Elle dessert cette cause parce qu’elle brutalise le débat public donc elle alimente les commentaires des réactionnaires qui fleurissent sur CNews ou dans la presse néo-conservatrice. Et, d’un certain point de vue, on peut dire aussi que ce n’est pas très efficace parce que ça discrédite la cause qu’elle veut défendre.
En même temps, je nuance mon propos : elle provoque quand même des débats. Par exemple : un débat sur le rapport à la viande. «Est-ce que la valeur travail est de gauche ou de droite ?» Le point peut-être positif, c’est que ça fait réfléchir. Et ça provoque peut-être aussi des prises de conscience. Donc c’est à la fois assez cynique, et en même temps ça peut être assez efficient d’un point de vue idéologique. »

Sandrine Rousseau: Une hystérisation politique existentielle

Sandrine Rousseau: Une hystérisation politique existentielle ?

Sandrine Rousseau se livre a une hystérisation pour exister politiquement faute de vraie base démocratique. Des excès qui visent surtout à attirer l’attention sur elle dans la perspective de futures échéances notamment en 2027 où elle pourrait bien prendre la place de Mélenchon. Raphaël Proust et Caroline Vigoureux, journalistes politique à l’Opinion et le politologue Rémi Lefebvre décryptent la stratégie politique de l’écoféministe adepte du coup d’éclat permanent

Quelle est cette stratégie ?
Caroline Vigoureux, journaliste politique à l’Opinion : « Sandrine Rousseau, c’est une personnalité qui correspond à tous les codes de l’époque. Elle a des positions très tranchées elle réagit sur tout, tout le temps, et beaucoup sur Twitter. Elle s’indigne, elle commente, elle met une pièce dans la machine à polémiques quand il le faut, et ça marche.
Alors certes ses méthodes sont contestées et contestables, mais malgré tout, elle dit quelque chose de l’air du temps. Les combats qu’elle porte – la lutte contre le réchauffement climatique, la lutte contre les violences sexuelles et sexistes – correspondent à une attente d’une partie de la jeunesse et de certaines féministes. »
« En tous les cas, je pose des mots qui sont issus des milieux militants et du terrain dans la sphère politique et je pense que c’est ça qui choque et qui n’est pas entendu », expliquait Sandrine Rousseau le 18 octobre sur le plateau de France 24. D’un point de vue médiatique, Sandrine Rousseau adopte une stratégie transgressive et provocatrice.

Rémi Lefebvre, professeur de sciences politiques à l’université et à l’IEP de Lille : « L’objectif est d’attirer l’attention sur elle. D’autant que Sandrine Rousseau c’est quelqu’un qui a assez peu de ressources collectives, c’est quelqu’un qui est assez isolé. Donc c’est assez emblématique du fait qu’en politique, maintenant, des personnalités sans grandes ressources collectives peuvent peser. Elle a émergé au moment de la primaire écolo, elle a un capital médiatique, évidemment, qu’elle alimente avec des propos volontiers transgressifs et provocateurs.
Ce qu’on peut dire aussi – d’ailleurs elle revendique complètement cette stratégie – c’est qu’elle est sur un créneau idéologique – l’écoféminisme – où il faut choquer les esprits. Pour elle, ce ne sont pas simplement des coups de communication, c’est aussi une stratégie politique. Elle dit qu’il faut créer des électrochocs, il faut provoquer. Elle lance dans le débat des propos qui font réagir, et de ce point de vue là, elle estime faire avancer les causes qu’elle défend. »

Caroline Vigoureux, journaliste politique à l’Opinion : « Alors la question concernant Sandrine Rousseau c’est de savoir si elle sert ou dessert sa cause, est-ce qu’elle est dans l’outrance ou est-ce qu’elle porte une forme d’audace ? »

Rémi Lefebvre
: « La réponse est compliquée parce que c’est oui et non. Elle dessert cette cause parce qu’elle brutalise le débat public donc elle alimente les commentaires des réactionnaires qui fleurissent sur CNews ou dans la presse néo-conservatrice. Et, d’un certain point de vue, on peut dire aussi que ce n’est pas très efficace parce que ça discrédite la cause qu’elle veut défendre.
En même temps, je nuance mon propos : elle provoque quand même des débats. Par exemple : un débat sur le rapport à la viande. «Est-ce que la valeur travail est de gauche ou de droite ?» Le point peut-être positif, c’est que ça fait réfléchir. Et ça provoque peut-être aussi des prises de conscience. Donc c’est à la fois assez cynique, et en même temps ça peut être assez efficient d’un point de vue idéologique. »

Avec cette stratégie du coup d’éclat permanent, Sandrine Rousseau aurait-elle en ligne de mire la présidence d’EELV ?

Raphaël Proust, journaliste politique à l’Opinion : « La députée de Paris ne peut prétendre à briguer le secrétariat national d’Europe Ecologie – Les Verts puisque les statuts du parti empêchent tout simplement les parlementaires de cumuler leur mandat avec cette fonction. Ce qui ne veut pas dire que l’écoféministe n’aurait aucune visée pour le congrès d’EELV prévu en décembre. Sandrine Rousseau y soutiendra la motion portée par la conseillère municipale de Lille Mélissa Camara.
Si Sandrine Rousseau était bel et bien parvenue pendant la primaire à intéresser et à faire voter un public essentiellement extérieur au parti, le congrès, lui, est un exercice résolument interne. Les contributeurs, les signataires des différentes motions en lice ne se privent d’ailleurs pas de dénoncer ce qu’ils considèrent comme une stratégie contre-productive d’hyper-hystérisation du débat politique.
Les polémiques qui l’ont opposé au communiste Fabien Roussel sont notamment pointées du doigt comme une série de buzz stériles. D’autres, enfin, lui reprochent de se servir de l’écologie politique comme d’un simple véhicule pour faire avancer sa cause prioritaire, en l’occurrence la lutte contre le patriarcat mais ce au détriment de la cohésion collective du mouvement écologiste.
Son rôle dans la médiatisation des accusations portées par une ex-conjointe de Julien Bayou à l’encontre de l’ancien secrétaire national des Verts pèse aussi dans la balance. L’intéressée reconnaît elle-même avoir mis en péril sa carrière politique avec cette sortie qui continue toujours de susciter un profond débat au sein de la Nupes.
Un insoumis reconnaissait ainsi pendant la dernière campagne présidentielle se méfier du caractère incontrôlable de la députée qui, pourtant, chantait déjà les louanges de Jean-Luc Mélenchon.
Et même si la motion défendue par Sandrine Rousseau venait à échouer au congrès d’EELV, le mouvement d’opinion qu’elle a contribué à faire émerger, lui, n’est pas prêt de disparaître, que ce soit d’ailleurs dans ou en dehors de son parti. »

Rémi Lefebvre : « Ses ressources, c’est d’être invitée dans les médias et de toucher le grand public, d’avoir une forme de notoriété. C’est important pour elle d’être chez les Verts parce que c’est son parti. Mais en fait, très clairement, elle va chercher un capital politique hors des Verts. »

Taux américains: : une hausse qui va secouer toutes les banques centrales

Taux américains: : une hausse qui va secouer toutes les banques centrales

La banque centrale américaine a une fois de plus bousculé le monde monétaire en décidant d’un nouveau relèvement des taux d’intérêt. L’objectif est bien sûr de lutter contre une inflation qui selon les indicateurs se situe entre 6 et 8 %. Quant aux taux d’intérêt, ils se situent maintenant près de 4 %. Il y a donc encore de la marge même si la Fed laisse entendre qu’elle va maintenant ralentir le processus d’augmentation des taux.La première conséquence à attendre sera un bouleversement des taux de change dont l’euro sera l’une des victimes.

L’enjeu est en effet de lutter contre l’inflation mais sans trop menacer la croissance. La croissance est encore satisfaisante en 2022, autour de 2,5 % mais elle devrait se tasser en 2023.Les prévisions n’accordent qu’une progression de l’activité de 1 % l’année prochaine. À noter que dans le même temps l’union européenne pourrait tutoyer la récession.

La plupart des banques centrales sont donc à la remorque des États-Unis, les plus forts taux d’intérêt américain attirent en effet les capitaux ce qui a pour effet de renforcer encore le dollar est inversement d’affaiblir les autres monnaies.

Inévitablement, les autres banques centrales devront aussi procéder à de nouveaux réajustements à la hausse des taux d’intérêt sinon le risque est grand de provoquer de nouvelles dévalorisations des monnaies par rapport au dollar.

La Banque centrale européenne (BCE) a décidé Récemment hausse de ses taux d’intérêt de 75 points de base. Il s’agit de l’augmentation la plus importante appliquée depuis 1999.

« Le taux d’intérêt des opérations principales de refinancement et les taux d’intérêt de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt seront respectivement portés à 1,25 %, 1,50 % et 0,75 %, avec effet au 14 septembre 2022″, a précisé l’institution de Francfort. Mais la différence entre les taux européens et américains sont encore énormes.

La banque centrale américaine (Fed) a donc relevé mercredi ses taux à leur plus haut niveau depuis près de 15 ans, et pense continuer à les augmenter, cherchant à tout prix à juguler la forte inflation, une tâche compliquée cependant par la menace d’une récession.

Lors de sa conférence de presse, le président de la réserve fédérale, Jerome Powell, a prévenu qu’il faudrait « du temps » avant que les hausses de taux d’intérêt ne ralentissent l’inflation et que cela passerait sans doute par un ralentissement de l’économie.

Partage de l’eau: enjeu public

Partage de l’eau: enjeu public

Les ultras cherchent souvent un prétexte pour agresser les forces de l’ordre et détruire mais l’État doit apporter la plus grande attention à la question de l’eau, argumente Paul Melun,
essayiste et président de «Souverains demain !» dans le Figaro à l’occasion des manifestations contre les bassines de Sainte Soline dans les Deux-Sèvres.

Ce samedi 29 octobre, à Sainte-Soline dans le sud des Deux-Sèvres, un cortège de manifestants s’est rassemblé pour dénoncer un projet de réserves d’eau pour l’irrigation. À l’appel du collectif «Bassines Non Merci», des milliers de personnes se sont réunies en dépit de l’interdiction de la manifestation par le préfet. Les opposants au projet de construction de 16 réserves d’eau pour les agriculteurs ont fait route vers la bassine afin de pénétrer dans le chantier.

les «méga bassines» d’eau menacent-elles l’environnement ?
.
Comme souvent, les militants écologistes qui constituent la «ZAD» ne sont pas des habitants du territoire, pour la majorité d’entre eux. Un jour à Notre-Dame-des-Landes contre le projet d’aéroport, un autre à Sivens contre la construction d’un barrage, la plupart de ces activistes pratiquent un militantisme nomade et transitent d’un combat à l’autre tout au long de l’année.
Souvent rejoints par des leaders politiques Verts ou d’extrême gauche à la recherche de popularité, les zadistes huent les plus modérés (Yannick Jadot en a fait les frais en Deux-Sèvres) et encensent les plus radicaux. Leurs combats écologistes sont souvent le paravent de luttes intersectionnelles radicales, dont le but est l’effondrement d’un pays, la France, qu’ils jugent conservateur et réactionnaire.

Si ces militants ne représentent souvent qu’une part infime de la population française, il n’en demeure pas moins que les sujets dont ils s’emparent ne sont pas débattus démocratiquement. La construction de bassines, tout comme le déploiement des éoliennes, ne donne en général lieu à aucune concertation avec les habitants des territoires ruraux, pourtant concernés au premier chef par ces projets. La démocratie locale est régulièrement bafouée par l’État et par les investisseurs privés.
Le projet de bassines de Sainte-Soline interpelle par son envergure : 14 hectares de bassin, 16 hectares d’emprise et 750.000 m3 d’eau. Sur les 300 exploitations agricoles que compte ce territoire, 220 sont engagées dans ce projet collectif, rapporte la Coop de l’eau sur son site.

Si notre pays veut assurer sa souveraineté alimentaire dans les crises, il doit se doter d’une agriculture performante, en mesure de nourrir l’ensemble de la population.

Certains arguments en faveur des bassines sont recevables. Les agriculteurs du département subissent les sécheresses et veulent légitimement pouvoir irriguer leurs sols, et ainsi éviter une baisse abyssale de leurs rendements. Si notre pays veut assurer sa souveraineté alimentaire dans les crises, il doit se doter d’une agriculture performante, en mesure de nourrir l’ensemble de la population. Nos agriculteurs aiment leur terre et alimentent le pays, et certains militants écologistes ont tort de l’oublier.

Néanmoins l’eau est un bien commun fondamental, qui mérite d’être partagé avec équité, dans un souci de préservation environnementale. Seul l’État, garant de l’intérêt général, peut assurer cette mission. C’est donc au gouvernement et aux élus locaux, qu’il appartient de régir le captage et la distribution de l’eau, non aux acteurs privés. La «guerre de l’eau» fait rage partout dans le monde, et va s’accentuer dans les prochaines décennies. Ce constat doit conduire l’État à réagir rapidement pour déployer une transition de notre modèle agricole afin de préparer la nation aux immenses défis que posent les perturbations du cycle de l’eau, induites par le dérèglement climatique.

Dans le respect de la démocratie écologique (référendums locaux, consultation des élus locaux), l’État doit planifier une vaste transition des usages en matière d’eau et d’environnement. Le président Macron a annoncé un plan de reforestation qui va dans le bon sens, mais il faut aller plus loin. Il est urgent de multiplier le nombre de prairies et de remettre en place des haies afin de garantir la biodiversité. Le modèle d’agriculture intensive, caractérisé par ses vastes plaines de monoculture doit progressivement évoluer vers un retour aux paysages de bocages, parsemés de cultures différentes et de bois. Les cultures trop gourmandes en eau, dans les zones sujettes aux sécheresses, devront être déplacées vers d’autres territoires où la pluviométrie est plus importante.
Ce chemin ne se fera ni sans le génie de nos agriculteurs, ni sans l’adhésion des populations rurales. Les zadistes n’offrent aucune solution alternative aux projets qu’ils dénoncent. Il faut donc que l’État se dote d’une véritable ambition politique, au service d’une planification de l’eau.

Politique et finances : EDF rachète les turbines de GE vendues à l’Américain par Alstom

Politique et finances : EDF rachète les turbines de GE vendues à l’Américain par Alstom

Retour En France des turbines d’Alstom soldés à l’Américain général électrique et rachetés par EDF. Une opération sulfureuse managée par Macron depuis 2014 .
Dans un premier temps, grâce à la bénédiction de Macron, les turbines d’Alstom de Belfort ont été rachetées par GE dans des conditions très troubles . Un rachat qui pourrait être lié à des intérêts politico-financiers facilités par des optimisations fiscales.Le géant industriel américain General Electric (GE) a eu recours à de l’optimisation fiscale en France entre 2015 et 2020, lui permettant de transférer jusqu’à 800 millions de profit à l’étranger, selon des informations publiées par le site d’investigation Disclose d’après le Figaro.

Depuis le rachat de l’usine de turbines de Belfort à Alstom en 2015, la multinationale américaine aurait fait échapper 800 millions d’euros de bénéfices vers la Suisse et l’État américain du Delaware, soit un manque à gagner entre 150 et 300 millions pour le fisc français, selon les bilans de l’usine et des audits consultés par Disclose.

Selon ce montage financier, l’usine de Belfort était une «unité de fabrication sous contrat» ou «prestataire» de filiales suisses de GE, qui se chargent des ventes et engrangent la plupart des bénéfices. L’usine de turbines pour centrales électriques versait également des redevances à sa maison mère américaine pour l’utilisation de sa marque et de ses technologies. Bercy aurait validé au préalable le schéma fiscal, selon un protocole de «relation de confiance» avec l’administration fiscale, indique Disclose.

Dans leur assignation déposée en décembre 2021, le syndicat Sud Industrie et le Comité social et économique (CSE) de GE reprochaient à l’entreprise d’avoir minoré le résultat fiscal de l’entité turbines à gaz de Belfort (GE EPF) par le biais de transfert de richesses vers des filiales à l’étranger, où la fiscalité est plus avantageuse. Ils réclament un rattrapage de participation sur la période 2015-2020.

Le CSE estimait à environ un milliard d’euros le montant des profits localisés dans les paradis fiscaux au détriment de GE EPF ces dernières années. EDF a annoncé depuis le rachat d’une partie des activités du site pour 1,2 milliard de dollars.

Le paradoxe c’est que EDF a été contraint par le gouvernement de racheter une partie de l’activité des turbines de GE !

Alstom, c’est le péché originel dans l’aventure macronienne », estimait il y a quelques mois Jérôme Sainte-Marie, président de la société d’études PollingVox. Une opération vécue comme un abandon de souveraineté et qui « a donné l’impression que l’intérêt national était mal défendu »; Un euphémisme !

Tweeter: mise en demeure de l’ONU

Tweeter: mise en demeure de l’ONU

Déjà inquiète des dérives de Twitter, l’ONU met en garde le nouveau propriétaire Elen Musk sur de nouveaux dérapages qui remettraient en cause les droits humains. Un rappel utile quand le milliardaire vient de liquider la moitié du personnel justement pour changer l’orientation du réseau social vers davantage d’excès libertariens.

« Je vous demande instamment de faire en sorte que les droits humains soient au centre du management de Twitter sous votre direction », a écrit Volker Turk.
Dans sa lettre ouverte, il dit son « appréhension au sujet de notre place publique numérique et du rôle de Twitter dans celle-ci ».
Pas « un début encourageant »

« Le respect de nos droits humains partagés devrait tenir lieu de garde-fous pour l’utilisation et l’évolution de la plateforme » et « comme toutes les entreprises, Twitter doit comprendre les dommages associés à sa plateforme et prendre des mesures pour y remédier », a-t-il ajouté.
En ce sens, les informations selon lesquelles Elon Musk a limogé toute l’équipe de Twitter qui était dédiée aux droits de l’Homme ne sont « pas, de mon point de vue, un début encourageant », a regretté Volker Türk.

Politique diplomatique : L’Allemagne joue de plus en plus solo

Politique diplomatique : L’Allemagne joue de plus en plus solo


Alors que la plupart des pays occidentaux tente de se désengager un peu de leur dépendance vis-à-vis de la Chine, l’Allemagne au contraire renforce ses relations. Le premier ministre allemand se rendra d’ailleurs prochainement en Chine sans concertation préalable avec l’Union européenne.

La dépendance de l’Allemagne aux importations chinoises s’accroît d’ailleurs . Sur la première moitié de l’année 2022, jamais les industriels allemands n’ont autant investi en Chine. La question d’une intervention plus poussée de l’Etat ou de Bruxelles sur ce sujet est posée.

Sur les six premiers mois de l’année, les importations allemandes en provenance de Chine ont grimpé de 45 % en valeur, Pékin étant le premier partenaire commercial de Berlin depuis six ans, devant la France et les Etats-Unis. Il n’y a donc aucun signe d’une quelconque réduction de la dépendance des importations vis-à-vis de la Chine .

En dépit des propos rassurants de Macron sur les rapports entre la France et l’Allemagne, le climat n’est guère à l’optimisme. Il est en effet clair que d’une façon générale- et déjà depuis longtemps- l’Allemagne a décidé de faire cavalier seul en poursuivant sa propre stratégie en fonction de ses intérêts économiques.

Ainsi dans beaucoup de domaines, le couple franco allemand est en panne. Notons d’abord que ce concept de de couple franco allemand n’est reconnu qu’en France. Bref un amour qui n’est pas totalement partagé. En cause , la conception de la gestion économique et financière. De l’autre côté du Rhin une conception orthodoxe et rigoureuse de l’action publique notamment dans le domaine financier. Et la France est considérée comme une sorte de parasite bavard qui vit en réalité au crochet de l’euro totalement soutenu par l’Allemagne. La France de son côté souhaiterait embarquer l’Allemagne dans nombre de projets européens quand l’Allemagne préfère des alliances avec les États-Unis ou des relations avec d’autres pays comme la Chine( en matière par exemple de batterie électrique pour l’automobile.)

L’Allemagne a préféré se lier avec la Russie en matière d’énergie en faisant du gaz russe sa principale ressource. À l’inverse, la France a misé sur le nucléaire. Une énergie contestée en Allemagne pour des motifs écologiques mais aussi politiques. L’Allemagne ne souhaite pas en effet que la France devienne une puissance industrielle internationale forte dans ce domaine.

On retrouve les mêmes oppositions concernant les questions de l’armement. Ainsi récemment l’Allemagne vient de décider un réarmement de l’ordre de 100 milliards en préférant du matériel américain et israélien au matériel européen. Pour l’avenir, de nombreuses oppositions demeurent concernant l’avion du futur(SCAF); l’Allemagne voudrait bien soutenir ce projet mais à condition de récupérer la technologie que maîtrise la France. ( Le Rafale est en effet par exemple le meilleur avion du monde indiscutablement), même chose pour le char de l’avenir et la défense anti aériennes. L’obsession de l’Allemagne, c’est toujours de servir les intérêts industriels de son pays.

Vis-à-vis de l’Ukraine l’Allemagne a tardé à opérer son virage vis-à-vis de la Russie en raison des questions d’approvisionnement de gaz russe.

Pour bien marquer sa différence, l’Allemagne vient de déclarer qu’elle doit être le pays central de la politique de défense européenne renvoyant la France un rôle accessoire ! Et même considérant que le matériel français ne marche pas! ( ministre de la défense)

Le dernier débat concerne la régulation des prix de l’énergie. La France et de nombreux pays proposent de dissocier le marché de l’électricité et le marché du gaz. Aussi d’instaurer une sorte de prix bouclier pour l’achat de l’électricité avec également des approvisionnement européen commun quand l’Allemagne souhaite gérer seule cette problématique. Bref il y a de l’eau dans le gaz et même dans l’électricité dans le couple franco-allemand

L’audience de TF1 plonge de 25 %

L’audience de TF1 plonge de 25 %

Conséquence directe du conflit avec Canal+ qui a bloqué la diffusion de la première chaîne de France, TF1 (et son groupe) voit son audience baisser de plus de 25 %.

Les deux groupes étaient en conflit commercial depuis septembre, la filiale de Vivendi ayant cessé de diffuser les chaînes de TF1 faute d’accord financier.
En conflit commercial depuis septembre, TF1 et Canal+ annoncent ce vendredi soir avoir signé un « nouvel accord de distribution », alors que la filiale de Vivendi avait cessé de diffuser les chaînes du groupe TF1 sur tous ses canaux de distribution, faute d’accord financier.

Cet accord qui renouvelle « sur le long terme » la distribution de toutes les chaînes du groupe TF1 (TF1, TMC, TFX, TF1 Séries Films, LCI), « ainsi que leurs services de rattrapage », auprès des abonnés du groupe Canal+ sera effectif à partir du lundi 7 novembre 2022, quelques semaines avant le début du Mondial de football au Qatar.
Les détails financiers de cet accord n’ont pas été divulgués.

L’arrêt de la diffusion de ses chaînes par Canal+ a été préjudiciable aux audiences du groupe TF1. En octobre, l’ensemble de ses cinq chaînes a vu sa part d’audience tomber à 25,6%, contre 27,7% un an plus tôt, selon Médiamétrie.

Economie, politique, société: les plus lus (6 novembre 2022–6h54)

strong>Economie, politique, société: les plus lus (6 novembre 2022–6h54)

Cop 27: Encore de pieuses promesses ?
Crise énergétique: Un surcoût de 60 milliards ?
Production électrique : EDF déraille encore !
Un service public en pleine crise
Allemagne Chine : le business avant la morale politique
Macron: Les petits dîners mondains à Bercy !
Croissance France: la production industrielle en net recul annonce la tendance baissière
Taux d’intérêt : un nouveau relèvement des taux américains qui va secouer toutes les banques centrales
Covid France 6 novembre 2022 : 29.438 cas supplémentaires en 24h.
Partage de l’eau: enjeu public
Politique et finances : EDF rachète les turbines de GE vendues à l’Américain par Alstom
Tweeter: mise en demeure de l’ONU
Politique diplomatique : L’Allemagne joue de plus en plus solo
L’audience de TF1 plonge de 25 %

Production électrique : EDF dérape encore!
Twitter surtout très menacé par son patron, Elon Musk
Etats-Unis : hausse du chômage en octobre qui traduit le ralentissement économique
Frédéric Beigbeder à l’Académie française ! Pourquoi pas aussi Cyril Hanouna ou Patrick Sébastien
Bidouillages et politique : EDF rachète les turbines de GE vendues àl’Américain par Alstom
Objectif politique de Sandrine Rousseau: prendre la place de Mélenchon en 2027
Police judiciaire : Une réforme contestée
Politique- Énergies renouvelables : le Sénat écarte justement le «droit de veto» des maires
Société-Les aides à domicile : Un métier de paria
COVID FRANCE 5 NOVEMBRE 2022 : 29 438 CAS SUPPLEMENTAIRES EN 24 HEURES
Avenir du Ferroviaire : le gouvernement refuse le plan de soutien voté à l’Assemblée nationale
Parlement-Projets de loi des énergies: Une politique de gribouille
Politique-Ukraine : Les honteux bombardements d’installation électrique par la Russie
Politique monétaire : un nouveau relèvement des taux américains qui va secouer toutes les banques centrales
Politique internationale : L’Allemagne joue de plus en plus solo
Politique-Les petits dîners de Macron à Bercy !
Production électrique : EDF dérape encore!

« Renaissance « : une campagne d’adhésion avec cotisation à 30 € par an, Pourquoi pas 3 euros ?
Eoliennes: prochain fiasco après le nucléaire
Twitter : 50 % des employés licenciés
Environnement-Bassines dans les Deux-Sèvres: Delphine Batho , pour avec les écolos, contre comme députée
Énergies renouvelables : le Sénat Écarte justement le «droit de veto» des maires
Politique–Sandrine Rousseau: objectif prendre la place de Mélenchon en 2027
Twitter menacé par les propos excentriques d’Elon Musk
Ecologie-Bassines dans les Deux-Sèvres: Delphine Batho , pour avec les écolos, contre comme députée
Production réduite notamment en raison des grèves
Covid France 4 novembre 2022 : 42 025 cas supplémentaires en 24 heures
La voiture électrique : moins polluante ?
Recrutement de talents internationaux : la France n’est pas assez séduisante
Arrêter la production des voitures thermiques est une erreur pour Thierry Breton, commissaire européen
Electricité: premières baisses de consommation
Les aides à domicile : Un métier de paria
Les petits dîners de Macron à Bercy

Réajustement des salaires sur l’inflation : le ministre des finances contre
Immigration : régularisation dans les métiers métiers qui connaissent une crise de manœuvre
Réchauffement climatique : L’Europe au-dessus de la moyenne mondiale !
Union européenne : Double punition avec inflation et récession en 2023
Taux d’intérêt : un nouveau relèvement américain qui va secouer toutes les banques centrales
Ukraine : Les honteux bombardements d’installation électrique de la Russie
Metavers: la désillusion
Covid France 3 novembre 2022 : 5.691 cas supplémentaires en 24h.
Projets Métavers: l’échec
Prévisions économiques Union européenne : inflation forte…. et récession
Frédéric Beigbeder à l’Académie française ! Pourquoi pas aussi Cyril Hanouna
Bassines dans les Deux-Sèvres: Delphine Batho , pour avec les écolos, contre comme députée
Europe: L’Allemagne joue de plus en plus solo
Partage de l’eau: une enjeu public
Sandrine Rousseau: objectif prendre la place de Mélenchon en 2027

Projets de loi des énergies: Une politique de gribouille
Ferroviaire : le gouvernement refuse le plan de soutien votée à l’Assemblée nationale
Quel avenir pour la fusion nucléaire ?
Prévisions météo : encore un hiver doux ?
Politique-Pour une écologie sans idéologie
Pollution Automobile : zéro émission en 2035, l’énorme mensonge !
Industrie automobile : le recul
>Bassines-Deux-Sèvres: Des objectifs climatiques compréhensibles instrumentalisés par les ultras
Dérèglement climatique: Record absolu de chaleur en octobre
Tweeter: Elon Musk lance le réseau social payant
Projets Métavers: l’échec
Prévisions économiques Union européenne : inflation forte…. et récession
Sandrine Rousseau: objectif, remplacer Mélenchon en 2027
Avenir Twitter menacé ?

Perspectives Union européenne : inflation forte…. et récession
Voitures électriques plus petites pour les rendre accessibles
Monnaie: La chute du yen
Rôle des syndicats dans les mouvements sociaux
Sondage popularité Macron : nouvelle baisse de 3 points à 37.7%
Social-Réforme des retraites: non au report de l’âge de départ
Distribution- Un Conseil national du commerce pour quoi faire ?
Nouvelles technologies- Métavers: la cruelle illusion ?
L’inflation repose la question du partage de la richesse
Covid France 1er novembre 2022 : 3.768 nouveaux cas supplémentaires en 24h

Métavers: la cruelle illusion ?
Le hausse d’inflation va tuer la croissance
Sobriété énergétique : le hold-up sémantique de Macron
Crise de l’énergie : faire davantage pour les entreprises (Xavier Bertrand)
Réchauffement climatique : les maladies tropicales menacent la France
Réforme des retraites: non au report de l’âge de départ ( CFDT)
Présidentielles Brésil : Lula vainqueur
Écologie–Sandrine Rousseau du côté des Black blocs
Sondage crise énergie : 10% des PME menacées de fermeture
Une hausse de l’inflation qui repose la question du partage de la richesse
Société–Pour une écologie sans idéologie
« Républicains »: changer la marque tuée par Sarkozy
Un Conseil national du commerce pour quoi faire ?

Economie: un choix entre la récession ou l’inflation ?
Union économique–Couple franco-allemand : le divorce !
Pour une écologie sans idéologie
Délinquance : les résultats catastrophiques de la police
Gouvernement Borne: record du nombre de ministres
Economie-Inflation France: un nouveau record qui repose la question du partage de la richesse
Suppression du changement d’heure : c’est pas pour demain !
Baisse de la consommation alimentaire de 0,7 %
Le danger économique d’un manque d’unité dans l’Union européenne (FMI)
Technocratie- Changement d’heure : un rituel ridicule et nuisible à la santé

Inflation Allemagne : supérieure à 10 % et 20 % pour l’alimentation
Automobile : zéro émission en 2035 l’énorme mensonge !
‘arnaque des influenceurs bientôt réglementée ?
Température : retour de l’été ?
Covid et politique: « Tout le monde dans le gouvernement s’en foutait » (Agnès Buzyn)
Politique- « Républicains » : Sarkozy tente d’expliquer sa nouvelle trahison !
Politique-Macron à la télé : Un discours plat et sans vision
Démocratie- Enquête d’utilité publique : une procédure caricaturale
Tweeter: Le pari fou d’ Elon Musk
Covid France 29 octobre 2022: 25.783 cas supplémentaires en 24h
Ecologie et société- Les automobilistes pauvres interdits dans les villes ?
nergie :les contradictions de la régulation par les marchés
Changement d’heure : un rituel ridicule et nuisible à la santé
Economie-Forte hausse des défaillances d’entreprises
Pour une révolution de l’enseignement professionnel –(Bruno Sola)
Inflation France: un nouveau record inquiétant

Tweeter: Le pari fou d Elon Musk qui pourrait lui coûter très cher
Nucléaire : un débat surréaliste
Hausse des taux de la BCE : 75 points de base
Macron en panne d’autorité et de vision
Total: Encore un bénéfice en très forte hausse
Ukraine : un accélérateur de transition écologique ?
Inversion des taux américains: alerte sur l’économie
Social-Journée d’action CGT du 27 octobre: un énorme fiasco
Forte hausse des défaillances d’entreprises
Covid France 28 octobre 2022 : 37.089 cas supplémentaires en 24h
Politique-Gouvernement Borne: une armée mexicaine !
Poutine: Le mensonge permanent pour rhétorique
« Renaissance », le parti de Macron: 10 000 adhérents au lieu de 400 000 !
L’imam Iquioussen remis en liberté par la Belgique !

Couple franco allemand: De l’eau dans le gaz !
Journée d’action CGT du 27 octobre: un énorme fiasco à prévoir
Macron: Un discours sans flamme et sans vision
« Fusion » nucléaire : la France veut son propre projet
Avenir : la fusion nucléaire
Meta (Facebook, Instagram…) : Chute des bénéfices
Energie : limites et contradictions de la régulation par les marchés
Enquête d’utilité publique : une procédure bidon
Chômage: une baisse de 10,9 % sur un an (catégorie A)
Covid France 27 octobre 2022 : 41 185 cas supplémentaires 24h
Gouvernement Borne: une armée mexicaine !
Politique: Macron en panne d’autorité
Société- Délinquance : les résultats catastrophiques de la police
Emmanuel Macron est coupé du réel
Superprofits: pas de référendum Nupes

Politique- Royaume-Uni : comme Macron, Rishi Sunak un techno-capitaliste (Adrian Pabst)
Crimes et délinquance : les résultats catastrophiques de la police
Budget 2023–2027: une trajectoire financière illusoire rejetée par l’Assemblée
Climat de guerre : l’enjeu des matières premières
Économie : Pour un plan urgence pour les entreprises très dépendantes de l’énergie
Automobile : une norme euro 7 suicidaire
Assurance chômage : Indemnisation Évolutive selon la conjoncture ( Sénat)
Macron en panne d’autorité
Politique: Sécurité et Darmanin : beaucoup de bla-bla
Foot -Salaire MBappé, un salaire de 630 millions en trois ans ou la folie du foot
« Républicains » : Sarkozy tente d’expliquer sa nouvelle trahison !
Agriculture, nucléaire:Le même désastre !
Les automobilistes pauvres interdits dans les villes
Covid: Tout le monde dans le gouvernement s’en foutait (Agnès Buzyn)
Météo: Bientôt le retour de l’été ?
Covid France 26 octobre 2022 : 59.653 cas supplémentaires en 24h

Un plan urgence pour les entreprises très dépendantes de l’énergie
Rishi Sunak, Premier ministre: La dernière chance pour sauver la Grande-Bretagne du naufrage ?
Trop de technocrates, mais pas assez de soudeurs
L’association franco-russe: Enquête pour corruption !
Chine: un troisième mandat de Xi Jinping plein d’incertitudes
Grande-Bretagne : l’impact mortel du Brexit
Un gouvernement en panne d’autorité
Transition écologique : la planification molle d’Élisabeth Borne
Energie : comme d’habitude, l’Allemagne joue solo
Covid France 25 octobre 2022 : 6.907 cas supplémentaires en 24h.
MBappé, un salaire de 630 millions en trois ans ou la folie du foot
Qatar: Coupe du monde , Sarkozy pour !
Sécurité et Darmanin : beaucoup de bla-bla
Le choix entre la récession ou l’inflation ?

Un vrai risque de crise financière grave (Mervyn King)
Donald Trump convoqué par la commission d’enquête
Pourquoi seulement Édouard Philippe seulement devant la cour de justice ?
Coupe du monde de foot au Qatar : Sarkozy soutient et pour cause
Expulsions OQTF: Olivier Véran ment, comme pour les masques
Politique: Sarkozy tente d’expliquer sa trahison !
Europe : risque de récession en 2023 avec persistance d’inflation forte (FMI)
L’environnement alibi du protectionnisme aux États-Unis
Voitures à hydrogène : Une commande prévisionnelle de 10 000 véhicules du Crédit agricole
Transition écologique : la planification molle d’Élisabeth Borne
Environnement -Droits accordés à la nature: des principes très théoriques
Energie: Un accord provisoire arraché à l’Allemagne
Prix et supermarchés : Des augmentations jusqu’à 30 %
Politique: Le gouvernement en panne d’autorité

Politique-Ukraine : la Russie recule pour éviter la capitulation
Politique : Déclin du néolibéralisme ?
Le gouvernement en panne d’autorité
Pénurie d’essence : Comment réguler les pénuries ?
Conflits à Edf : un accord salarial avec les syndicats
Transport ferroviaire »: pour un un plan d’investissements de 100 milliards d’euros en dix ans
Inflation et supermarché : Des augmentations jusqu’à 30 %
Planification écologique …. mais sans plan
Un délit d’alcoolémie à la chasse !
Sondage popularité Macon : en baisse à 35 %

Environnement et qualité de l’air: l’Etat condamné à une amende ridicule
Secteur immobilier: Le moment de vendre ou d’acheter ?
Mutation voiture- 100 % électrique en 2035 est-il réaliste ? ( interview de Macron)
Automobile et environnement : prendre le temps d’une vraie transition écologique
Inflation et pouvoir d’achat:82 % des Français critiquent le gouvernement
Grandes plates-formes numériques : la dépendance alarmante de la France
Grêves : l’irresponsabilité de l’ultra gauche
France: L’économie victime de la baisse du niveau scolaire et du manque de qualification
France- Productivité : le handicap français
Covid France 22 octobre 2022: +49.087 cas supplémentaires en 24h
Planification écologique : le micro plan d’Élisabeth Borne
GRANDE-BRETAGNE: Le financier Rishi Sunak ou le fantasque Boris Johnson ?
Le port de Hambourg à vendre aux chinois
Grèves interprofessionnelles CGT les 27 octobre et 10 novembre: Pour mobiliser ou pour enterrer ?
Droits accordés à la nature: des principes très théoriques
Prix de l’énergie: Un accord provisoire arraché à l’Allemagne
Edf- Nucléaire : un accord salarial avec les syndicats
Inflation: Des objectifs hypothétiques du ministre des finances
Déclin du néolibéralisme ?

Politique– couple franco-allemand : une chimère ?
Climat : température de jusqu’à fin octobre ?
BUDGET SÉCURITÉ SOCIALE: Fin de débat aussi avec le 49.3
Environnement–Pollution de l’air: l’Etat condamné à une amende ridicule !
Le retour de l’uniforme à l’école ?
Des objectifs hypothétiques du ministre des finances
Transport-Voitures électriques : L’objectif illusoire de 2035 !
Economie-Les insuffisances de la stratégie industrielle d’Emmanuel Macron
France- Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français
Covid France 21 octobre 2022 :+56.793 cas supplémentaires en 24h

Les insuffisances de la stratégie industrielle d’Emmanuel Macron
Covid : la vaccination accroît l’espérance de vie
Propositions pour revitaliser les zones rurales (AMF)
Voitures électriques : net tassement des productions de Tesla
À l’occasion du budget, une motion de censure pour rien
Allègements de cotisations: pas efficace au-delà de 2,5 smic ?
Après le budget, menace aussi sur e projet de la loi énergie nouvelle (« EnR »)
Ukraine : la Russie recule pour éviter la capitulation
Castex PDG de la RATP : une énarque pourquoi ?
Covid France 20 octobre 2022 : 63 0 31 cas supplémentaires en 24 heures
« Total » : des patrons hors-sol( CFDT)
Berlusconi déraille et est de nouveau ami avec Poutine !
Radicalité et CGT : aussi une guerre de succession
Total »: Reprise et encore une grève qui se termine mal

Poutine et Xi Jinping : Objectif étendre le champ de la dictature dans le monde
Environnement et Pollution de l’air: l’Etat condamné à une amende ridicule !
La Nupes : Un mouvement coupé du réel (Gaël BRUSTIER)
Ventes Automobile en Europe : Léger rebond sur tendance nettement baissière
Voitures électriques: surtout chinoises !
Grèves EDF: : des actions ciblées qui vont tuer l’entreprise
Manifestation CGT : un nouvel échec après celui de Mélenchon
Castex PDG de la RATP : encore un énarque !
Taxe foncière 2023 : Nouvelle hausse de 7 %
Covid France 19 octobre 2022 : 87 666 cas supplémentaires 24 heures
Le droit comme moyen de régulation
Climat: UNE HAUSSE DE 3,8°C EN FRANCE D’ICI 2100
Le patron de Total fatigué !
Le bitcoin, monnaie légale, s’écroule au Salvador
On encourage la récession!
Grève CGT: une action qui discrédite encore un peu plus le mouvement syndical
Liens

Pénurie de riz
Foot : Benzema enfin ballon d’or
Conflit Russie Ukraine : l’illusion de la France médiatrice
Action climatique:vie plus chère et moins de consommation ?
Politique: le déclin des dictatures
Manif vie chère de Mélenchon : Le fiasco
Conflits SNCF et dette
Conflit SNCF : encore une proposition de grève reconductible irresponsable et inefficace
Grève CGT mardi:Grève générale mardi : une participation surtout de fonctionnaires et assimilés
Covid France 18 octobre 2022 : 9421 cas supplémentaires en 24 heures
Pollution de l’air: l’Etat condamné à une amende ridicule
SONDAGE 49.3 POUR LE BUDGET: 66 % contre
SONDAGE Grève mardi – 49% des FRANÇAIS Contre
Fiscalité- 2022, l’année record !
Température : jusqu’à 35° !

AUTOMOBILE: Une aide jusqu’à 7000 € pour les voitures électriques (Macron)
Justice : La confusion entre État de droit et propagande
Grève chez les pétroliers: sortir de ce bourbier grâce à la transparence
Grève générale mardi : une participation surtout de fonctionnaires et assimilés
SNCF : encore une proposition de grève reconductible irresponsable et qui finira en eau de boudin
Grêve SNCF et dette
EDF: des grèves ciblées qui vont tuer l’entreprise
La voiture électrique est-elle vraiment plus écologique ?
Manif vie chère ou marche politique ?
Social-L’urgence de la revalorisation du pouvoir d’achat
Immobilier: Le moment de vendre ou d’acheter ?
Automobile- 100 % électrique en 2035 est-il réaliste ? ( intreview de Macron)
Iran : grève aussi dans le secteur pétrolier
Voitures électriques : objectifs 2 millions en 2030 pour 40 à 50 millions d’automobiles aujourd’hui !

Vers une chienlit sociale et politique
L’urgence de la revalorisation du pouvoir d’achat
France, une dépendance alarmante vis-à-vis des grandes plates-formes numériques
La première ministre britannique déjà en sursis !
Marche contre la vie chère ou marche politique ?
Automobile : la voiture électrique plus écologique
Automobile : prendre le temps d’une vraie transition écologique
Électricité : des grèves ciblées qui vont tuer EDF
SONDAGE Inflation. 82 % des Français critiquent le gouvernement
Covid France 16 octobre 2022 : forte hausse

Covid: Le risque d’une huitième vague très dangereuse
Prévision Croissance : nouvelle révision en baisse par le FMI
Energie- Greta Thunberg soutient actuellement les centrales nucléaires !
Politique- Iran- Voile islamique : « un accessoire de mode »
Environnement : la voiture électrique plus écologique ?
Environnement : la voiture électrique plus écologique ?
Conflits sociaux: vers la chienlit
Environnement et température automnale douce : Bouleversement de la biodiversité
Politique: Sandrine Rousseau l’écolo fonctionnaire appelle à la grève générale !
Les enjeux sociaux et politiques de la crise
Poutine prêt de capituler ?
Mouvements sociaux : l’irresponsabilité de l’ultra gauche
Economie-Déficit commercial de la France: Nouveau record dramatique
L’économie française victime de la baisse du niveau scolaire et du manque de qualification

Défaillances d’entreprise : En hausse
Le réchauffement climatique menace les vertébrés ( WWF)
La démolition de la valeur travail par l’ultra gauche
TOTAL: Un accord avec la CFDT mais refusé par LA CGT
Sandrine Rousseau l’écolo fonctionnaire appelle à la grève générale !
L’UE durcit sa position face à Poutine
Température automnale douce : Bouleversement de la biodiversité
Superprofits : les députés pour une taxe contre l’avis du gouvernement
France : attention aux risques de chienlit sociale et politique
Electricité EDF: Menace de la CGT
Carburant : Les enjeux de la crise
Réindustrialisation : Faire de l’inflation des matières premières une opportunité
France : attention aux risques de chienlit sociale et politique
Covid France 14 octobre 2022: 64 218 cas supplémentaires 24 heures

Pénurie de carburant : combien de temps ?……Un certain temps !
Climat : la voiture électrique plus écologique ?
Superprofits : les députés veulent une taxe contre l’avis du gouvernement
« ANNEXIONS ILLÉGALES » RUSSES EN UKRAINE: Largement condamnées par l’ONU
Vers une journée de grève générale par la CGT ?
Crise carburant- Les Français en colère mais partagés
CARBURANT: Entre Total et la CGT, l’affrontement de deux idéologies
Crises : l’innovation la clé du succès des entreprises
Carburant : une crise à plusieurs enjeux
Covid-France 13 octobre 2022 : 67.948 Cas supplémentaires en 24h
Alimentation: Halte à la course des prix toujours plus bas
Société-Le monde « merveilleux » de la transformation numérique
Plutôt la baisse de croissance que l’inflation pour la Fed
Bronchiolite : Alerte
Inflation : encore plus forte en 2023 en Allemagne

Le monde merveilleux de la transformation numérique !
Politique de défense : l’échec de la coopération franco-allemande
Greta Thunberg soutient actuellement les centrales nucléaires
Contrôle des subventions étrangères qui faussent le marché
Carburant : la réquisition pour Esso et les enjeux
Le travail est-il encore une valeur ?
nouvelle révision en baisse par le FMI
Panne d’essence ou de sens en France ?
Carburants: Une crise qui révèle aussi la crise politique
Société Iran- Voile islamique : « un accessoire de mode »
Iran : Un régime fondé sur le contrôle des femmes
Fiscalité: Des passoires à caractère surtout politique
Economie : l’activité en quasi stagnation
Covid France 12 octobre 2022 : forte hausse avec 94 753 cas supplémentaires en 24h

Société-Désertification du territoire : une dizaine de métropoles et le vide ailleurs
Désertification : Macron nomme un sous-préfet !
Le Brexit, début du déclin britannique
Réforme des retraites : opposition entre les anciens et les modernes dans le parti des « Républicain
Vers une économie de rareté ?
Voile islamique : « un accessoire de mode » pour les islamo-gauchistes !
Iran: d’abord la révolte des jeunes femmes
Données:les abandons répétés de souveraineté de l’Europe au profit des Etats-Unis pénalisent notre avenir
Renault brade Nissan ?
Le nouveau boucher russe Sergueï Sourovikin arrose de missiles au hasard l’Ukraine
Électricité : le fiasco de la distribution privée
Pénurie d’essence ou de sens en France ?
LE MEDEF contre l’obligation d’emploi de seniors
Des passoires fiscales à caractère surtout politique

Macron et Berger ( CFDT): La vision monarchique contre la vision social-démocrate
Total victime de son exhibitionnisme financier
Divorce entre Renault et Nissan ?
Les Français réfractaires aux changements ?
Les faiblesses des pays démocratiques face aux menaces globales
Macron : Président jusqu’en 2042 ?
Société- Voile islamique : « un accessoire de mode » pour les gauchistes ?
Un véritable régime d’apartheid
Société-Stopper toute exploitation animale ?
Quelle révolution industrielle en France?
Economie française : en quasi stagnation
La déconstruction de la valeur travail par l’ultra gauche
Ukraine : « La Crimée sera libérée »

Macron : objectif retour en 2032….. au secours
Voile islamique : un accessoire de mode pour les ultra gauchiste
Congrès des républicains : le lâchage de Sarkozy
Covid-19 en hausse mais moins dangereux ?
La campagne de Macron financée par les grandes fortunes
Environnement- Jeux d’hiver en Arabie Saoudite : un énorme business de transport de neige ?
Plan énergétique du gouvernement: superficiel
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Plan de sobriété énergétique du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel,vice pésident de de l’Association des maires de France
Changement: Les Français sont-ils des résistants au concept
Société-Stopper toute exploitation animale ?

Économie française : Croissance en quasi stagnation dès l’automne
Croissance : l’économie française va tomber en quasi stagnation
Crise Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » ( André Laignel, de l’Association des maires de France)
Politique: Un nouveau concept , « l’intelligence territoriale »
Politique- « La Provence » : encore un journal racheté par un grand financier
Hausse des taux d’intérêt: Opposition entre l’ONU et le FMI
Guerre en Ukraine : Un échec durable de la Russie
Filère Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
France : Quelle révolution industrielle ?
Révolution digitale: ça va vraiment tout changer ?
Changements: Les Français sont-ils des résistants au concept
Sondage Brésil : Lula favori
La déconstruction de la valeur travail par l’ultra gauche
Liz Truss, Première ministre britannique championne de l’impopularité internationale

Le retour de l’hyperpuissance américaine
Gaz : les erreurs de la France
Jeux d’hiver en Arabie Saoudite : un énorme business de transport de neige ?
Politique nucléaire : le pouvoir devra rendre des comptes
Twitter : Le coup de bluff d’Elon Musk ?
Durcissement probable de la position de la BCE contre l’inflation
Une union politique à 44 plus efficaces qu’à 27 ?
SONDAGE : trop d’assistanat pour 65 %
Sondage Macron :Baisse inquiétante de 4 points à 32 %
Covid France 7 octobre 2022 : encore 65 537 supplémentaires en 24h
L’inflation ralentit en septembre ?
Croissance : l’économie française en stagnation
Sondages politique Nupes : l’union de la gauche s’est discréditée avec les affaires
Plan de sobriété Énergétique du gouvernement: Anecdotique et superficiel

Manifs en Iran : » mort au dictateur »
Energie -Plan de sobriété du gouvernement : « C’est dérisoire » (Laignel, de l’Association des maires de France)
Sondage Retraites : Les Français disent non au report à 65 ans
Un pal sobriété bidon
Sobriété énergétique : un slogan de bobo
Un nouveau concept politique :l’intelligence territoriale !
Nouvelle vaccination Covid-19
L’Assemblée nationale a voté une nouvelle modulation des règles d’indemnisation.
Scandale Ferrand : La Cour de cassation passe l’éponge… pour prescription
Covid France 6 octobre 2022 : encore à un haut niveau
Twitter : nouveau coup de bluff à 45 milliards d’Elon Musk ?
L’agriculture numérisée des multinationales peut-elle être souhaitable et responsable ?
Discrètement la pieuvre chinoise avance ses pions dans le monde
Commerce mondial : risque de récession
Pétrole : Nouveaux risques de hausse des prix (OPEP)

Affaire Ferrand : Retour de la magouille financière ?
Finances: nouvelle guerre des monnaies !
Hausse des taux : Opposition entre l’ONU et le FMI
Erdogan , Intermédiaire et complice de Poutine
« La Provence » : encore un journal racheté par un grand financier
Naturopathie : ne pas tout mélanger
Stopper toute exploitation animale ?
Pour la décarbonation de tous les services publics !
L’arriviste ultra gauchiste Sandrine Rousseau risque de faire éclater EELV
Covid France 5 octobre 2022 : très forte augmentation 89.185 supplémentaires en 24h.
Nouvelles technologies: Une révolution digitale qui va tout changer
Education douce ou avec contraintes ?
Sécurité sociale : la Cour des comptes pour la réduction des dépenses de santé de la médecine libérale
Perte ou gain de pouvoir d’achat pour les Français en 2023 ?

Quelle révolution industrielle ?
LEMAIRE, MACRON, BORNE EN COL ROULÉ, DOUDOUNE ET BIENTOT EN UN PASSE-MONTAGNE ?
De petits avions à hydrogène près de Toulouse
Hydrogène: quel avenir pour cette technologie
Hydrogène-Élément clé de la transition écologique ?
Ukraine : Un échec durable de la Russie
Après le XXᵉ Congrès du Parti communiste chinois , Xi Jinping Encore plus puissant et …..plus dangereux
Royaume-Uni: La logique du déclin après le Brexit
La déliquescence de l’empire britannique
ONU: Donner une plus grande place à l’Afrique
Faut-il remettre en cause l’activité touristique en France ?
Justice: les plus riches continuent de s’enrichir
Réforme des retraites : une méthode monarchique
Covid France 4 octobre 2022 : 8690 cas supplémentaires en 24 heures

Quelle adaptation au nouveau monde du travail ? ( directeur général de l’OIT)
Crise de la dette : S&P dégrade la perspective du Royaume-Uni
Après le Mali, La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso
Des risque de crise financière d’après la BCE
Quelles orientations pour la fixation des prix en Europe
La révolte antitchador des Iraniennes met la gauche devant ses contradictions
Supermarchés: les conséquences de l’inflation
Éviter le pillage des ressources halieutiques
À quoi sert une opposition Parlement ?
Pour un vrai régime de protection des océans

La culture moteur de la transition écologique
Compatibilité entre progrès technique et progrès écologique ?
La Russie encore derrière le coup d’État au Burkina Faso ?
Politique : Appel aux « Refondations » de la gauche
Les villes de plus en plus rongées par la drogue et la violence
Retraite à 65 ans : la CFDT dit non
>Empreinte carbone : Les trois méthodes à prendre en compte pour calculer
Covid France 2 octobre 2022 : tendance toujours à la hausse avec 48261 cas supplémentaires en 24 heures

Risque de crise financière ?
Sciences-L’écologie aussi pour la prévention de la santé
Une révolution digitale qui va tout changer ?
Maths au Lycée : Bayrou responsable de l’abandon progressif
Conflit Russie Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
La réforme des retraites : en janvier… Peut-être !
Crise énergétique : conséquence des choix incohérents
Révolution énergétique : une volonté politique et un nouveau type d’aménagement de nos milieux de vie
Critique de Métavers: Substituer le fantasme au réel !
Température-Eté 2022 : La future norme ?
Economie-Productivité : le nouveau boulet économique français

Industrie: Particulièrement plombée par les coûts de l’énergie
Retraites : une concertation…pour rien ?
Productivité : le nouveau boulet économique français
Le lithium, prochain enjeu de la guerre économique
C’est parce qu’il est acculé que Poutine menacent de jouer la carte nucléaire
Un budget de 2023 auberge espagnole
Services publics et publique : enjeux structurels ?
Sauver la mer pour sauver l’homme
L’écologie aussi pour prévenir la santé ?
Covid France 30 septembre 2022 : haut niveau avec 51 366 cas supplémentaires 24 heures
Cryptomonnaies :le coût social et environnemental équivalent à celui de la viande
Poutine va-t-il annexer la Corse ?
La crise de recrutement dans les métiers terrains
L’enjeu d’une révolution anthropologique en France ?
La culture financière insuffisante des Français
Grande-Bretagne : la fin d’un Empire
La France parie aussi sur l’hydrogène
Recherche académique : Trop soumise à la vulgarisation médiatique
Refuser le chantage des plates-formes payantes
Retraites : d’une réforme universelle à une réformette
Les « déserts médicaux »: Une catastrophe bientôt dramatique
Reporting climatique : souvent du bidon
Décès d’Elizabeth II : Ras-le-bol de l’enflure médiatique
Ukraine: Où est la dissuasion occidentale ?
Covid France 29 sept 2022: hausse avec +53.410 cas supplémentaires en 24h.
Retraites : la réforme reportée en janvier… Peut-être !
Énergie et crise de l’électricité : conséquence des choix incohérents
Bourses : krach ou pas ?
Robotisation : l’homme transformé en animal de compagnie des robots ?
Liquidation de Camaïeu : 2600 salariés concernés par cette erreur de gestion
Marchés et inversion de la courbe des taux : L’alerte
Marchés financiers : secousses en Europe ?
Risque de récession mondiale (OMC)
En Iran, l’immense cri des femmes pour la liberté
Abandon progressif des maths au lycée : Bayrou responsable (en 1993)
Royaume-Uni: vers le déclin ?
La légitimité de la désobéissance civile des scientifiques ?
Boycotter la coupe du monde de foot au Qatar ?
L’emploi sous perfusion en France
Covid France 28 sept.2022: forte hausse avec +73.639 cas supplémentaires en 24h.
Vers un envol des taux d’intérêt ?
Référendum Poutine en Ukraine : un taux de oui de 273 % !
Réforme des retraites : reportée en janvier… Peut-être !
Numérique et développement durable : où en sont les entreprises françaises ?
Marchés: secousses en Europe ?
Dette France : record d’emprunt… et de coût
L’écologie coûtera plus cher (François Lévêque)
Après la Suède et l’Italie, l’Europe en question ?
Giorgia Meloni :Rassembler l’inconciliable ?
Macron coincé entre immobilisme et autoritarisme
Fonctionnaires: plus de 10 000 créations de postes
La révolution digitale va tout changer ?
Les superprofits gonflés par l’inflation ?
Entreprises : prendre en compte les aspirations écologiques des jeunes générations !
Chauffage: La sobriété surtout pour les pauvres
Remise en cause des véhicules électriques?
Italie: enjeux et risques après la victoire de la droite
Covid France 27 septembre 2022 : +7.489 cas supplémentaires en 24h.
Italie : probable gouvernement d’extrême droite mais pas fait pour durer
Cinéma : la crise des scénarios français
Budget : au moins autant de déficit
Retraites : coup de pouce supplémentaire de 0, 8 % !

Voir aussi théâtre

Macron dit Jean Edouard 1er

Cop 27: Encore de pieuses promesses ?

Cop 27: Encore de pieuses promesses ?

Comme la Cop 21, il est possible que la Cop 27 27 se traduise encore par de pieuses promesses. En effet depuis la Cop 21, rien n’a vraiment changé en termes de résultats mêmes si des évolutions sont en cours mais elles ne sont pas à la hauteur des enjeux et il faudra du temps pour qu’elle puisse donner des résultats.

La France en particulier n’a pas tenu ses objectifs en termes d’émissions polluantes et sans doute pour les faire oublier Macron émet le souhait qu’on augmente les contributions financières aux pays en voie de développement qui n’ont pas les moyens pour investir dans la lutte contre le changement climatique et qui en subissent pourtant les conséquences. Un voeu qui n’engage pas grand-chose, d’abord parce qu’il ne sera pas tenu, ensuite parce que le financement sera surtout assuré par tous les autres pays développés.

Au sommet dimanche et lundi, le locataire de l’Élysée devrait notamment mettre sur la table la question de la compensation financière pour les « pertes et dommages », déjà subis par les pays les plus pauvres en raison du changement climatique.

Mais les pays développés sont très réticents, et n’ont accepté l’an dernier que la création d’un « dialogue » sur la question, prévu jusqu’en 2024. Les pays riches s’étaient pourtant engagés en 2009 lors de la COP 15 à porter à 100 milliards de dollars par an en 2020 leur aide financière pour aider les plus pauvres à baisser les émissions et s’adapter aux effets du réchauffement.

Le contexte de crises mondiales ne devrait pas aider, entre guerre en Ukraine, tensions inflationnistes, spectre de récession mondiale et vives tensions énergétiques.
De quoi reléguer au second plan une crise climatique pourtant « existentielle, primordiale et omniprésente », selon les mots du ministre égyptien des Affaires étrangères, Sameh Choukri, qui présidera les discussions.

Les rapports alarmants se sont multipliés depuis la COP26 à Glasgow en 2021, quand près de 200 pays s’étaient solennellement engagés à « maintenir en vie » l’objectif le plus ambitieux de l’accord de

À l’époque, les dirigeants du monde entier s’étaient engagés à limiter le réchauffement à 1,5 degré par rapport à l’ère pré-industrielle, période où les humains ont commencé à brûler à grande échelle les énergies fossiles (charbon, pétrole ou gaz) qui émettent les gaz à effet de serre responsables du réchauffement.

Même si tous les pays tenaient leurs promesses, ce qui n’est encore jamais arrivé, le monde serait sur une trajectoire de hausse de 2,4 degrés d’ici la fin du siècle. Le dernier rapport du GIEC table désormais plutôt sur une hausse des températures de 2,8 degrés, un chiffre jugé « catastrophique » par de nombreux scientifiques.
Des relations entre la Chine et les États-Unis capitales
Il n’est pourtant pas certain que la COP27 débouche sur de vraies avancées en la matière, même si la présidence égyptienne vante une « conférence de la mise en œuvre ».

Crise énergétique: Un surcoût de 60 milliards ?

Crise énergétique: Un surcoût de 60 milliards ?

D’après un calcul de la Banque de France, le surcoût de la facture énergétique en 2022 pour la France représente 2,5 points de produit intérieur brut (PIB), soit environ 60 milliards d’euros de plus par rapport à 2021.

Mais ces calculs sont forcément assez approximatifs car on ne possède pas de prêt période de référence ( 2022 mais sans crise énergétique); on se fonde donc sur l’année précédente. En outre, tout ne serait être imputé à la problématique énergétique. Plus en amont de cette crise il y a eu en effet la hausse des matières premières notamment des métaux. Le problème vient aussi du réajustement monétaire après une politique monétaire très accommodante dont une grande partie n’a pas été dirigée vers les économies mais vers la spéculation.L’inflation est un moyen de réajuster la valeur réelle des monnaies Il y a aussi le phénomène de relocalisation de certaines productions qui entraînent des surcoûts structurels sans parler des dimensions environnementales elle aussi en général coûteuses.

« C’est le plus gros choc depuis 1974. A l’époque, la taille du choc était estimé à 2,8 points de PIB », souligne la Banque centrale. A l’époque, la crise pétrolière de 1973 avait mis fin brutalement à la période des « 30 glorieuses », synonyme de forte croissance et de plein emploi. Cette crise avait débouché sur une période de « stagflation », c’est-à-dire une croissance plate et une inflation élevée.

Actuellement la croissance européenne se dirige lentement mais sûrement vers la récession Le dernier indice PMI dévoilé ce vendredi 4 novembre indique que l’activité dans la zone euro s’est repliée à 48,1 en octobre contre 47,3 en septembre. L’activité est en expansion lorsqu’elle dépasse le seuil de 50 et en contraction en deçà de cette limite.
Il s’agit d’un plus bas depuis 23 mois. La conjoncture est particulièrement morose en Allemagne (45,1), en Italie (45,8) ou en Espagne (48). En France, l’activité demeure en territoire positif à 50,2 mais pourrait aussi plonger en récession si la situation continue de se dégrader dans les mois à venir.

Côté inflation, sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé (IPCH), qui sert de base de comparaison au niveau européen, augmenterait de 7,1% en octobre, après une hausse de 6,2 % le mois précédent. Sur un mois, il rebondirait de 1,3%, après -0,5% en septembre d’après les récents chiffres de l’Insee.

En attendant, chez les ménages, la hausse de l’inflation estimée à 6,2% en octobre par l’Insee continue de peser sur leur budget. Compte tenu du poids de l’énergie et de l’alimentaire dans le porte-monnaie des Français, la consommation a commencé à freiner pour de nombreuses familles obligées de se serrer la ceinture pour pouvoir se chauffer et se nourrir.

De ce point de vue, l’évolution de l’indice général des prix traduit peu la répartition du choc entre les ménages, les entreprises et l’Etat. D’après les modèles de la Banque de France, un tiers de ce choc serait encaissé par les ménages et deux tiers par les entreprises sans intervention publique.

Néanmoins, la mise en place des différentes mesures comme le bouclier tarifaire ou la ristourne sur le carburant a permis d’abaisser l’ampleur de ce choc chez les ménages et les entreprises. « Après intervention budgétaire, la sphère publique devient un financeur de ce choc ». Au final, les ménages encaisseraient 10% de ce choc, l’Etat un tiers et les entreprises un peu plus de 50%.
Lire aussiSans le bouclier tarifaire, « les prix de l’énergie doubleraient en 2023 » (Bruno Le Maire)

La dépendance de l’économie hexagonale aux énergies fossiles a pesé sur le pouvoir d’achat des Français. D’après une récente étude du cabinet Cambridge Econometrics, l’envolée des prix du gaz et du pétrole cet été est responsable de 40% de la hausse de l’inflation en France. Entre août 2020 et août 2022, les prix de l’énergie pour les ménages français ont bondi de 37%. Résultat, un ménage français médian aurait perdu 410 euros de pouvoir d’achat par rapport à 2020. Là aussi une évaluation assez approximative !

Compte tenu du renchérissement du coût de l’énergie, la perspective d’une réindustrialisation accélérée de l’Hexagone pourrait être mise à mal par cette crise énergétique particulièrement douloureuse.
En effet, le poids de l’énergie dans les coûts de production en France a tendance à augmenter et cette hausse pourrait s’installer dans la durée. Face à cette envolée, les industriels français pourraient encore délocaliser des sites de production dans des pays à bas coût. En prenant en compte ces répercussions indirectes, le coût de ce choc énergétique pour l’économie tricolore pourrait être encore plus élevé, surtout que les énergies de substitution au fossile se font attendre. Notamment du fait. Des contradictions de la politique énergétique

Production électrique : EDF déraille encore !

Production électrique : EDF déraille encore!


Le moins que l’on puisse dire, c’est que la situation n’aide pas EDF à promouvoir l’indispensable électricité nucléaire.D’une certaine manière dès voudrait discréditer le nucléaire qu’elle ne s’y prendrait pas autrement avec les retards d’entretien et les grèves Le constat est terrible 29 des 56 réacteurs nucléaires en France sont à l’arrêt. Des facteurs explicatifs externes à l’entreprise mais aussi des responsabilités internes.

Ainsi la production a été retardée après la nécessité de remettre aux normes la quasi-totalité des réacteurs. Une opération de grand carénage retardé par le Covid qui a neutralisé l’action des agents EDF et des sous-traitants. EDF n’a cependant rien fait pour développer une stratégie de rattrapage de cet entretien.

Récemment, il y a eu aussi une grève qui a paralysé les réacteurs en cours d’entretien. Il aura fallu attendre des semaines pour que syndicats et direction se mettent d’accord sur une revalorisation des salaires.

On ne peut s’empêcher de s’interroger sur les retards de production. Certains ont des raisons objectives mais certains pourraient constituer des formes de pression d’EDF pour obtenir de nouveaux financements en particulier concernant la construction EPR. Outre les questions techniques l’entreprise doit faire face à un management défaillant.Le groupe français a donc annoncé jeudi avoir abaissé sa prévision de production nucléaire en France pour 2022, en raison de l’impact des grèves sur la maintenance de ses réacteurs et l’allongement de la durée d’arrêt de 4 réacteurs nucléaires. . Résultat : la production nucléaire ne sera pas comprise entre 280-300 TWh (térawattheures) en 2022 comme l’énergéticien français l’envisageait jusqu’ici, mais devrait se situer dans une fourchette allant de 275 à 285 TWh (térawattheures).

Le groupe a confirmé ses estimations de la production nucléaire en France pour 2023 et 2024, soit respectivement 300-330 TWh et 315-345 TWh. Pour rappel, la capacité du parc français avoisine les 460 TW.

Cet environnement encore dégrader les résultats financiers du groupe. Par ailleurs se pose la question récurrente de la situation financière de l’entreprise qui traîne un lourd boulet d’endettement alors qu’elle doit aussi faire face au financement des nouveaux EPR.

1...2324252627...31



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol