Le mot sobriété à toutes les sauces

Le mot sobriété à toutes les sauces

 

 

Audrey Tonnelier du « Monde » note l’évolution du discours et les incantations à la sobriété tant pour les particuliers que pour les entreprises. Reste pendant que les moyens concrets de cette sobriété demeurent à préciser et à mettre en œuvre. Sinon ce concept de sobriété demeurera un slogan ( (Ou un moyen de justifier de très fortes hausses). NDLR

 

 

 

C’est une petite phrase qui est passée inaperçue, prononcée lundi 29 août en fin de journée. « La sobriété vise certes à passer l’hiver, mais c’est surtout la condition sine qua non de la réduction de notre empreinte carbone à l’horizon 2050 », a lancé Agnès Pannier-Runacher devant un parterre de chefs d’entreprise réunis pour l’université d’été du Medef à l’hippodrome de Longchamp. Un vocable loin d’être anodin de la part de la nouvelle ministre de la transition énergétique, qui vient de passer quatre années à Bercy.

« Sobriété » : le mot est lâché. Et il est désormais sur toutes les lèvres, de la première ministre, Elisabeth Borne, qui a exhorté les entreprises à mettre en place des plans d’économie d’énergie, sous peine de pâtir de « rationnement », jusqu’au patron du Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, qui s’est ouvertement dit partisan d’une « croissance sobre ». En passant par le ministre de l’économie Bruno Le Maire, mardi, qui a lancé un vibrant appel à « toutes et tous, pas uniquement les entreprises », afin de « faire preuve de plus de sobriété ».

Le même Bruno Le Maire pourtant, début mars, assurait : « Le ministre de l’économie n’est pas là pour dire : vous devez faire ceci ou vous devez faire cela. » Une position en ligne avec les principes qui furent longtemps ceux d’Emmanuel Macron, partisan de la libre entreprise et du libre choix, désireux de proposer à ses concitoyens des « jours heureux » et d’incarner une forme d’espoir face aux extrêmes, le chef de l’Etat ayant longtemps assimilé sobriété et décroissance. Il raillait le « modèle amish » des opposants à la 5G, en septembre 2020. S’il a prononcé le mot « sobriété » pour la première fois en février, dans son discours de Belfort, il s’est empressé d’ajouter qu’il ne fallait en aucun cas le relier à l’« austérité énergétique. »

Six mois plus tard, le ton a changé. Les répercussions de la guerre en Ukraine, la crise énergétique et l’urgence toujours plus grande de la transition climatique ont radicalement modifié la donne : c’est en annonçant « la fin de l’abondance » que le chef de l’Etat a lancé sa rentrée. Entre-temps, même les grandes entreprises s’y sont mises : le 26 juin, les patrons des trois énergéticiens français (TotalEnergies, EDF, Engie) signaient dans le JDD une tribune commune pour appeler à une « prise de conscience ». Ils prônaient « une action collective et individuelle pour que chacun d’entre nous – chaque consommateur, chaque entreprise – change ses comportements et limite immédiatement ses consommations énergétiques ». Un moyen, aussi, de s’acheter une image en responsabilité, et de pousser les pouvoirs publics à prendre leur part.

0 Réponses à “Le mot sobriété à toutes les sauces”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol

TESTING