• Accueil
  • > environnement
  • > Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire

Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire

Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire

 

Les deux anciens ministres Dominique Bussereau et Jean-Pierre Jouyet, et le maire de Châteaudun (Eure-et-Loir) Fabien Verdier invitent les pouvoirs publics, dans une tribune au « Monde », à soutenir les 233 sous-préfectures qui constituent la colonne vertébrale de la France, en aidant à relocaliser la production et à rénover les services publics.

 

Des moins peuplées – Château-Chinon (Nièvre), Jonzac (Charente-Maritime), Barcelonnette (Alpes-de-Haute-Provence), Confolens (Charente), Aubusson (Creuse), Le Marin (Martinique) – aux plus importantes – Lorient (Morbihan), Calais (Pas-de-Calais), Béziers (Hérault), Le Havre (Seine-Maritime), Mulhouse (Haut-Rhin) –, les villes sous-préfectures forment des pôles de centralité vitaux.

Ces villes, petites et moyennes (avec leurs intercommunalités), maillent la France ; et avec elles, ses habitants appartenant aux classes moyennes. Ce sont elles qui accueillent les lycées et collèges, les équipements culturels ou sportifs. Elles jouent un rôle fondamental dans l’accès aux services publics et privés, aux soins, aux commerces et aux loisirs. Ce sont elles qui, aujourd’hui, divergent vers les extrêmes.

Ce qui reste du maillage territorial de l’Etat s’organise le plus souvent à leur échelle. Depuis plus de vingt ans, la construction et la montée en puissance des intercommunalités les ont confortées dans un rôle d’animation de leur bassin de vie. Elles constituent et doivent constituer « les masses de granit » (terme qui à l’origine désigne les institutions mises en place sous le Consulat par Bonaparte) – avec leurs sous-préfectures – sur le sol de France.

Nombre d’entre elles ont été durement touchées, depuis de nombreuses années, par la désindustrialisation. Globalement, elles se sont paupérisées au gré des délocalisations d’activités économiques, du retrait de services publics de l’Etat, intégrant – au mieux – la sphère d’attraction des métropoles.

Ce sont en effet les plus grandes villes qui ont porté la croissance française depuis la fin du XXe siècle, concentrant les sièges d’entreprises, l’offre de services et de formations, de façon plus large les activités à forte valeur ajoutée. Le terme même de « métropole » est vécu comme un facteur d’attractivité par les grandes agglomérations qui peuvent en acquérir le statut.

L’armature des villes sous-préfectures est apparue dans la période récente comme celle de la France périphérique.

L’abandon de la politique d’aménagement du territoire, la métropolisation – vue comme une condition de la compétitivité de « l’entreprise France » dans la mondialisation – semblaient inéluctables, aller dans un sens de l’histoire où les villes petites et moyennes pourraient tout au plus profiter d’une position d’arrière-pays résidentiel des métropoles ou, pour celles qui avaient la chance de disposer d’atouts touristiques, de lieux de villégiature.

0 Réponses à “Désertification : le résultat de l’abandon de l’ aménagement du territoire”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol