Archive mensuelle de mars 2022

Page 7 sur 45

Élection présidentielle : le risque d’une crise démocratique

Élection présidentielle : le risque d’une crise démocratique

Un papier de » l’Opinion » qui attire l’attention sur les risques d’une abstention record combiné à un vote anti système.

 

 

Et si le choc démocratique tant redouté était programmé ? Pas une « surprise » à la manière du 21 avril 2002 mais plutôt la perspective d’une combinaison empoisonnée entre une abstention record et un vote anti-système à un niveau sans précédent. A 21 jours du premier tour de l’élection présidentielle, jamais autant d’électeurs n’avaient envisagé la grève civique, au point d’enfoncer le désintérêt historique de 2002 (28 %). Et jamais les candidats « protestataires » n’avaient franchi aussi largement, tous ensemble, le seuil des 50 %.

S’enracinent ainsi en France deux sentiments, fruits d’une même défiance: l’élection suprême est devenue inutile ou, selon, propice à une déconstruction de la démocratie représentative. Cette vérité est douloureuse, pour les élites et pour les partis de gouvernement traditionnels, disqualifiés : les Français restent un peuple politique, mais désormais majoritaire à considérer que le système politique et les institutions républicaines ne sont plus le lieu des solutions. Entre abstention et révolution, point de salut !Après tout, notre pays pâtit d’une fatigue démocratique commune à tout l’Occident, partout carburant des populismes (langueur que la crise ukrainienne pourrait, qui sait, soigner). Sauf que le débat surréaliste – et unique en Europe – sur l’illégitimité supposée d’un Président mal élu laisse supposer qu’au fond, pour se faire entendre, mieux vaut casser que voter. Sauf que l’absolutisme de notre régime présidentiel empêche de purger cette colère populaire qui finit par paralyser le pouvoir. Avec plus d’adresse qu’un Gérard Larcher, Jean-Luc Mélenchon affirme que « si on ne tranche pas cette fois-ci encore, ce ne sera pas bon pour la stabilité de la France. » Contre la poussée des démagogies, la réforme institutionnelle devient la mère des réformes.

Ukraine : Concentration de la guerre au Donbass ?

 

Ukraine : Concentration de la guerre au Donbass ?

Vendredi 25 mars, l’armée russe a assuré vouloir désormais concentrer son offensive sur l’est de l’Ukraine. Le commandement russe, par la voix de l’adjoint au chef de l’état-major Sergueï Roudskoï, a déclaré que « l’objectif principal » était la « libération du Donbass ». Des propos qui détonnent, alors que jusqu’ici, la Russie assurait vouloir  »démilitariser et dénazifier l’Ukraine » dans son ensemble. Le lendemain, le président américain Joe Biden a déclaré à Varsovie qu’il « n’était pas sûr » que cette annonce signifiait un changement de la stratégie russe en Ukraine.

Julien Théron, chercheur à Sciences Po Paris, spécialiste en conflits et sécurité internationale et coauteur avec Isabelle Mandraud du livre Poutine, la stratégie du désordre (Ed. Tallandier, 2021) revient pour franceinfo sur les enjeux derrière cette déclaration.( Franceinfo)

Franceinfo : Le commandement russe a annoncé que l’objectif principal était à présent « la libération du Donbass ». S’agit-il d’une affirmation fiable ? 

Julien Théron : Il est important de rappeler que les arguments mis en avant par la Russie pour justifier l’offensive en Ukraine s’inscrivent dans un système de propagande auprès de la population russe. Depuis le début du conflit, les objectifs du Kremlin, censés être remplis, ne sont pas connus, on ne sait pas de quoi il est question. Le Premier ministre russe [Mikhaïl Michoustine] avait d’abord annoncé une extension des combats mais, même si la Russie a frappé dans l’ouest de l’Ukraine, cet objectif a échoué. La Russie avait ensuite annoncé vouloir prendre les villes les plus importantes. Ce plan a aussi échoué car les villes principales n’ont pas été prises. Même la ville de Marioupol, attaquée, n’est pas remportée par la Russie. Moscou avait ensuite dessiné une poussée de ses troupes du sud vers le nord de l’Ukraine, afin de couper le pays en deux, le long du fleuve Dniepr. En réalité, s’il y a des changements d’objectifs dans la stratégie donnée à l’armée, cela révèle de décisions politiques. C’est ce qu’il faut voir : il y a un lien entre une certaine incapacité militaire à pénétrer plus en profondeur dans les territoires ukrainiens et la redéfinition militaire de Moscou.

On a donc maintenant l’objectif de la prise du Donbass en entier. Mais lorsque Poutine a reconnu l’indépendance des deux entités séparatistes de l’est de l’Ukraine [les "Républiques populaires" autoproclamées de Donetsk et Louhansk], il ne reconnaissait pas l’ensemble du territoire administratif. En fait, Poutine est en train d’expliquer que ce qu’il veut, c’est prendre l’ensemble de ces deux territoires. Ce qui n’est pas encore fait. Le territoire de Louhansk est presque totalement contrôlé par la Russie, mais ce n’est pas le cas pour celui de Donetsk.

Quelles seront les répercussions de cette annonce pour le Donbass ?

On pourrait bien voir un renfort sur le front Est, mais il faudrait pour cela de nouvelles troupes. Or il est compliqué de mettre en place un tel renforcement. Un redéploiement des forces disposées ailleurs prendrait du temps. Il est compliqué, dans un territoire en conflit, de bouger des armées sur des centaines de kilomètres. Il est difficile de savoir comment la Russie pourrait vraiment renforcer ce front par rapport à ce qu’elle fait déjà depuis un mois. Sans oublier que les autorités russes maintiennent toujours leur objectif « de dénazifier«  l’ensemble de l’Ukraine.

Cette déclaration pourrait-elle jouer sur les négociations entre Kiev et Moscou, actuellement au point mort ?

L’annonce, en elle-même, n’aura pas d’effets directs sur les négociations. La Russie n’a cessé de multiplier les effets d’annonce depuis le début de l’offensive. C’est le rapport de force militaire sur le terrain qui définit les objectifs politiques et donc les négociations diplomatiques. Plus la situation devient difficile pour la Russie, plus cela poussera Moscou à la négociation. Pour ce qui est des territoires de l’Est, l’idée pour l’Ukraine n’est pas de céder ces territoires à la Russie. L’idée, c’est que l’Ukraine gagne la guerre, ça a été très clair. Le président Volodymyr Zelensky a déclaré qu’il y avait des discussions, mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il est prêt à accorder l’indépendance à ces territoires.

Prague :Grosse manif de Russes contre Poutine

Prague :Grosse manif de Russes contre Poutine

« Nous sommes contre Poutine », a déclaré Alexander Sibrimov, un étudiant de 19 ans venu manifester à Prague avec son père. « Nous ne sommes pas d’accord avec sa politique. C’est une façon de montrer au monde que les choses qui se passent en Ukraine ne sont pas bonnes. »

Moscou dit avoir déclenché une « opération militaire spéciale » visant à démilitariser et « dénazifier » son voisin et nie avoir pris pour cible des civils. L’Ukraine et ses alliés occidentaux dénoncent une invasion non provoquée.

La République tchèque abrite 45.000 Russes, ce qui représente la quatrième communauté étrangère de l’ancien pays communiste.

Près de 200.000 Ukrainiens vivaient en République tchèque – ce qui en fait la plus grande communauté étrangère – avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie le 24 février.

Le gouvernement tchèque estime que 300.000 Ukrainiens se sont réfugiés sur son sol.

 »

Ménager la susceptibilité de Poutine ? POURQUOI ?

Ménager la susceptibilité de Poutine ? POURQUOI ?

 

Dans les salons parisiens et sur les plateaux de télé, les experts autoproclamés ( souvent des retraités en mal existentiel ou des lobbyistes) militent  en faveur d’une certaine bienveillance vis-à-vis de Poutine. Pour eux, il est inutile de se montrer trop dur à l’égard du dictateur russe qui pourrait prendre ombrage de l’attitude trop radicale des occidentaux.

 

Le problème,  c’est qu’il y a déjà une vingtaine d’années que les occidentaux se montrent particulièrement bienveillants vis-à-vis de Poutine qui profite de chaque conflit mondial pour déstabiliser un peu plus la paix. Or Poutine est un terroriste, criminel au surplus qui a déjà effacé de la carte plusieurs territoires et plusieurs populations, qui en a envahi d’autres.

Jusque-là les occidentaux ont toujours trouvé des circonstances atténuantes à Poutine considérant que l’objectif était surtout de ne pas contrarier celui qui pouvait répandre la terreur.

En fait il y a beaucoup de cynisme dans cette attitude car les occidentaux ont aussi voulu ménager leur intérêt économique, l’Allemagne en particulier mais la France aussi. Pourquoi en effet autant de déférence vis-à-vis d’un boucher qui ne connaît que la force face à la raison.

Certes la stratégie ne pourra pas être modifiée en quelques jours mais l’objectif est bien d’abattre ce dictateur qui pille et appauvrit son peuple et de déstabilise les autres partout où il le peut.

L’objectif doit être de rompre avec la Russie toute échange commercial à terme tant que la dictature fera office de démocratie.

 

À terme,  la même stratégie diplomatique devrait être employée vis-à-vis de la Chine. L’Occident n’a rien à gagner à se montrer aussi bienveillant et même complice  vis-à-vis de ces dictatures qui tuent la liberté et grignotent petit à petit celle des pays occidentaux . La bataille des valeurs doit prendre le pas sur l’intérêt du business des grandes sociétés qui comme en d’autres temps ont privilégié leurs profits par rapport aux valeurs démocratiques.

Poutine, « le boucher » (Biden)

Poutine, « le boucher » (Biden)

Biden semble moins disposé que certains Européens à se montrer bienveillant vis-à-vis de Poutine. Ainsi lors de sa visite en Pologne, le président américain a tenu à rappeler leurs devoirs aux membres de l’OTAN qui doivent  se montrer solidaires en cas d’attaque d’un de ses membres. Un rappel à tous compris par exemple à la Hongrie. Biden le président américain a traité Poutine de  » boucher ».

 

Biden emploie la même stratégie de communication que Poutine et emploie la terreur sémantique en traitant le dictateur de « boucher ». La simplification et le rapport de force utilisés  en permanence par Poutine, lui-même.

 

« Ne pensez même pas à avancer d’un centimètre en territoire de l’Otan. » La menace de Joe Biden a été très claire. Samedi, lors d’un discours à Varsovie, avant son retour aux États-Unis, le président américain a eu des mots très durs vis-à-vis de Vladimir Poutine , qualifié de « boucher » ou de « dictateur » plus tôt dans la journée : « Cet homme ne peut pas rester au pouvoir. »

Vendredi, pourtant, avançant que « les premiers objectifs [étaient] remplis », Moscou a affirmé que les troupes russes allaient se concentrer sur l’est de l’Ukraine, fief des séparatistes prorusses, et « la libération du Donbass ». Un changement de stratégie ? Ou un message surtout destiné à l’opinion publique russe pour cacher les ratés de l’entrée en guerre de son armée  ? En fait, « l’offensive éclair des Russes pour prendre très rapidement le contrôle du gouvernement ukrainien n’a pas marché », rappelle Marie Dumoulin, directrice du programme Europe élargie au centre de réflexion European Council on Foreign Relations. Même si les Russes semblent revoir leur stratégie à la baisse, cela ne veut pas dire que le conflit va baisser en intensité. « Le conflit va s’inscrire dans la durée, prévoit Marie Dumoulin, et il va être particulièrement brutal. »« Nous devons être lucides, a d’ailleurs affirmé le président américain à Varsovie, cette bataille ne sera pas gagnée en quelques jours ni en quelques mois. Nous devons nous armer pour le long combat à venir. »

Sans doute les deux afin de transformer une défaite en pseudo victoire. Le problème c’est que cette guerre risque de se prolonger dans le temps car les ukrainiens ne sont pas prêts d’abandonner une partie de leur territoire. Poutine de son côté pourrait employer tous les moyens nécessaires à son maintien au pouvoir en Russie.

Samedi, trois missiles ont d’ailleurs frappé un dépôt de carburant et une installation de défense à Lviv, la grande ville de l’Ouest, relativement épargnée depuis le début du conflit. Cinq personnes ont été blessées.​

« La Russie procède toujours par escalade », prévient Tetyana Ogarkova. Pour la responsable du département international à l’Ukraine Crisis Media Center, ses soldats « s’essoufflent sur le terrain ; ils subissent des contre-offensives, alors ils peuvent être tentés d’utiliser des armes chimiques »« Préoccupée », l’Otan a promis jeudi de fournir à l’Ukraine des équipements de détection et de protection contre les armes chimiques, biologiques et nucléaires. « Entendre que l’Otan va nous livrer ces équipements, réagit amèrement Tetyana Ogarkova, c’est comme si, au lieu d’arrêter un agresseur, vous dites à la victime ; “Tiens, je vais te faire un pansement.”»

Ukraine : l’Europe et Poutine englués ?

Ukraine : l’Europe et Poutine englués ?

L’Europe s’est mise elle-même en danger en ne diversifiant pas assez ses importations. Il lui faudra au moins trois ans et un recours massif à des solutions d’énergies propres pour parvenir à se libérer de la Russie en 2025, évoque un papier de la « Tribune « .(extrait)

De son côté, Vladimir Poutine a riposté aux sanctions par une mesure inattendue, en exigeant de l’Union européenne de régler ses achats de pétrole et de gaz en roubles..

Accusé de financer la guerre, l’Occident pèse le pour (faire pression sur Poutine et les oligarques) et le contre (plonger l’économie mondiale en récession avec un baril à plus de 200 dollars) d’un durcissement des embargos. Le fragile consensus de Bruxelles apparu lors de la journée des trois sommets -OTAN avec Biden, UE et G7 – montre que l’Occident n’est pas prêt non plus pour une troisième guerre mondiale. Bien sûr, des « lignes rouges » ont été brandies, comme celle de l’utilisation éventuelle d’armes chimiques ou biologiques ou a fortiori nucléaire tactique. Mais, au-delà de la communication, la guerre est évidemment impensable entre puissances nucléaires. en tout cas improbable…

« Paix impossible guerre improbable », c’était le titre du premier chapitre du célèbre livre de Raymond Aron « Le grand Schisme » dans lequel l’éternel opposant de Sartre a popularisé en France la naissance de la guerre froide en 1947, un équilibre de la terreur précaire mais durable. En 2022, la nouvelle guerre froide est bien pire puisque le nombre de puissances nucléaires s’est élargi et Kim Jung-Un joue avec nos nerfs à la roulette nord-coréenne

La venue du président américain Joe Biden en Europe et son passage par la Pologne à 100 km de la frontière polonaise a certes permis à l’Occident de resserrer les rangs, mais malgré le déploiement de troupes supplémentaires qui portera à plus de 100.000 hommes le nombre des soldats US pour défendre l’OTAN, c’est, une fois de plus, le parapluie nucléaire américain qui nous protège. 

.En réalité, le cynisme l’emporte dans cette morbide diplomatie de l’énergie, car les Etats-Unis espèrent bien que le gaz naturel liquéfié américain remplacera dans les ports européens le gaz russe. Le « Freedom Gas » succède au soldat Ryan…

Signe que le jeu d’échec sanglant qu’il a ouvert le 24 février est dans l’impasse, Poutine recule. Ce n’est pas encore la retraite de Russie, dans l’autre sens, mais un premier pas que fait le ministère russe de la Défense en annonçant vendredi que l’armée va désormais se concentrer sur la « libération complète » de la région du Donbass, russophone, à l’est de l’Ukraine. Cela signifie-t-il que la Russie admet un mois après le déclenchement de la guerre que la conquête de toute l’Ukraine sera impossible.

Il est encore trop tôt pour espérer le retour de la diplomatie. L’autre retraite de Russie concerne les entreprises occidentales inquiètes pour leur réputation alors que les opinions occidentales dénoncent les violences contre les populations civiles. Côté français, le groupe Mulliez et ses enseignes Auchan, Décathlon et Leroy Merlin, mais aussi Renault et Total ont été au cœur de la tempête.

Patrick Pouyanné a été pris pour cible par le candidat écologiste à la présidentielle Yannick Jadot qui n’a pas hésité à accuser TotalEnergies de « complicité de crimes de guerre »… et lui a répondu sur le même ton en moquant sa place dans les sondages et en assurant que l’exposition du groupe en Russie est « très gérable ».

 

Seul Poutine peut arrêter cette Raspoutitsa, cette boue ukrainienne qui peut atteindre plus d’un mètre de profondeur lors de la fonte des neiges et lors de pluies de l’automne et dans laquelle s’embourbe et son armée et l’économie mondiale.

 

A moins de 20 jours du premier tour et un mois avant le tour décisif de la présidentielle, La Tribune a sondé avec l’IFOP le regard des Français sur la place de leur pays sur la scène internationale. Inquiets de la guerre en Ukraine, ils sont en train de tirer les leçons de la crise sanitaire et se préparent pour le choc économique de la crise énergétique qui vient. Les Français voient leur avenir dans une Europe indépendante des énergies carbonées, si besoin par un mode de vie plus sobre avec un recours accru au nucléaire. L’Europe et la proximité sont plébiscitées comme la réponse la plus appropriée pour affronter un avenir incertain.

Quel prix sommes-nous prêt à payer et pour combien de temps pour maintenir la pression sur la Russie. Voilà ce qui se joue en Occident et cette arme agitée par Poutine a un visage, l’inflation, cet impôt que ne dit pas son nom.

Les Français commencent à le ressentir. Cette semaine, le taux des emprunts d’Etat a franchi la barre des 1% et cela se répercute déjà sur celui des crédits pas encore des prix immobiliers. Pour limiter la casse, et face au risque de tensions sociales et du retour des « gilets jaunes » au carré, le gouvernement multiplie les chèques pour freiner la hausse des prix mais ces mesures qui dépassent les 22 milliards d’euros à date sont jugées coûteuses et trop peu ciblées par de nombreux économistes.

Tout va augmenter, donc, y compris les salaires. La métallurgie vient de décider de relever de 3,1% les minimas dans le secteur, soit en deçà des 5% demandés par les syndicats pour compenser la hausse des prix. La question va monter pendant ce qui reste de la campagne électorale. Pour ou contre un Smic à 1400 euros, la guerre en Ukraine et ses répercussions est en train d’y apporter la réponse.

Parmi les principaux effets collatéraux de la crise ukrainienne, Bruxelles est obligé de revoir de fonds en comble sa stratégie agricole. Pour sécuriser sa production et compenser la perte du blé d’Europe de l’Est dont vont souffrir les pays méditerranéens, la stratégie Farm to fork, de la ferme à la fourchette, de montée en gamme vers le bio est à terre.

Changement d’heure d’été : toujours le même rituel ridicule

Changement d’heure d’été : toujours le même rituel ridicule

 

 

 

Ce week-end, il  va falloir se soumettre à nouveau au rituel ridicule de changement d’heure ; Non seulement le changement d’heure ne permet pratiquement aucune économie d’énergie mais il est néfaste pour la santé. Il faut être un technocrate pour penser le contraire. En matière d’énergie, ce qui est économisé  le matin est dépensé le soir et inversement. C’est un peu comme si on décidait de raccourcir les mois d’une journée pour réduire la consommation mensuelle ! Des études récentes montrent que l’avancement de l’heure au printemps (qui retarde la sécrétion de la mélatonine – l’hormone du sommeil) peut réduire le temps de sommeil de façon transitoire, et ainsi augmenter le nombre et la gravité des accidents cardiaques pendant au moins 7 jours après le changement d’heure  et augmenter la fréquence des accidents du travail et de la circulation. Selon le Dr Marc Schwob: « Changer d’heure provoque entre autres des troubles du sommeil et de l’attention. Les enfants et les personnes âgées sont particulièrement touchés et mettent environ une semaine pour s’adapter aux nouveaux horaires ».

Au-delà de la phase transitoire d’adaptation au nouvel horaire, le coucher du soleil tardif en été peut rendre l’endormissement plus difficile.  54 % Selon un sondage Opinion Way pour Comprendre Choisir, les Français seraient majoritairement contre cette pratique du changement d’heure (54 %), contre un peu moins d’un sur cinq favorables (19 %) et un peu plus d’un sur quatre indifférents (27 %). (59 %) mettent en avant un impact négatif sur « le sommeil, l’alimentation ou l’humeur » (75 %). Ce dernier constat est régulièrement appuyé par des études sur l’impact du changement d’heure dont une  réalisée par la Commission européenne, qui écrit que « la santé peut être affectée par le changement de biorythme du corps, avec de possibles troubles du sommeil et de l’humeur ». En 2008, une étude suédoise publiée dans le New England Journal of Medicine, s’appuyant sur des statistiques du pays entre 1987 et 2006, constatait elle « une augmentation statistiquement significative du risque de crise cardiaque » dans la semaine suivant le changement d’heure, notamment celui d’été. La baisse de consommation d’éclairage pourrait être compensée par l’augmentation des besoins de chauffage le matin au début du printemps. Un rapport de l’École des Mines de 1992 concluait cependant à un effet minime (< 0,1 TWh pour la France). La généralisation des lampes plus économes en énergie (les lampes fluocompactes et plus récemment les lampes à LED) réduit l’économie d’énergie permise par le passage à l’heure d’été.

Une étude portant sur l’État de l’Indiana conclut que la faible économie d’énergie réalisée sur l’éclairage est très largement compensée par une utilisation accrue de la climatisation. Le supplément d’énergie consommée est estimé dans ce rapport d’environ 2 à 4 %.  Un rapport remis au Sénat français en 1997

concluait : « Il ressort de l’ensemble de cette étude que les avantages annoncés ou attendus du changement semestriel de l’heure ne sont pas suffisamment importants pour compenser les inconvénients ressentis par les populations », en particulier en ce qui concerne la santé publique, les conditions de travail et les modes de vie, l’agriculture, la protection de l’environnement et la sécurité routière.

Economie, politique, société: les plus lus (27 mars 2022- 6h30)

Economie, politique, société: les plus lus   (27 mars  2022-  6h30)

Poutine un jour devant la justice internationale ?

Présidentielle 2022 : Macron sur les sites de rencontre !

Société: L’impossible simplification administrative

 

Afrique : réhabiliter les farines locales

Afrique : réhabiliter les farines locales 

Le Camerounais Téguia Bogni, auteur et spécialiste culinaire, rappelle  dans le Monde l’importance du pain sur le continent, alors que le prix du blé atteint des sommets.Le blé tendre en particulier est passé d’environ 200 € à 400 € la tonne. Une évolution facteur de crise alimentaire et sociale dans les pays pauvres

Tribune. 

L’augmentation du prix du pain peut conduire à la déstabilisation d’un pays. Il n’existe, a priori, aucun lien direct mais il faut reconnaître que la hausse du prix des denrées dites de première nécessité fait courir le risque d’un choc social chez les couches les plus défavorisées, notamment dans les pays pauvres du monde.

En Afrique, par exemple, de nouvelles « émeutes de la faim », après celles de 2008, pourraient menacer les pouvoirs en place, voire les renverser. A l’inverse, la bouche qui mange ne parle pas. Aussi, les Etats intègrent-ils des outils pour maîtriser les prix de vente de certains produits alimentaires de base tels que le riz, la farine, le lait, le sucre ou l’huile.

On consacre une attention particulière au pain fait à base de farine (de blé), qui constitue, depuis plusieurs décennies, l’une des principales composantes des rations alimentaires de nombreuses populations. Dans la rue et sous les chaumières, le pain se décline sous toutes les formes : associé à la viande, au poisson, aux œufs durs ou frits, à l’avocat, au miel, aux tartines, aux sauces ou encore aux salades. Le pain est omniprésent et le « pain chargé » est devenu une institution telle, au Cameroun par exemple, qu’on oublierait presque que la culture du blé est peu répandue en Afrique.

Le Cameroun est justement de ces pays qui ne lésinent pas sur les moyens pour désamorcer toute contestation d’humeur en rapport avec le pain. En avril 2021, le ministère du commerce signait un énième accord avec le Syndicat patronal des boulangers pour le maintien du pain de 200 g au prix de 125 francs CFA (0,19 euro). A la faveur de la crise sanitaire mondiale, le prix de la farine avait en effet connu une hausse importante.

En Côte d’Ivoire aussi, en décembre 2020, une rumeur persistante annonçait plus du doublement du prix du pain. Il se disait alors qu’il passerait de 150 à 350 francs CFA (0,23 à 0,53 euro). Le ministère du commerce et de l’industrie avait vite fait de trouver des solutions pour éviter le soulèvement social annoncé. Tout s’était joué, là aussi, sur la réduction des marges bénéficiaires des boulangers, distributeurs et commerçants. Avec ces rapports de force, le pain figure au palmarès des aliments de grande consommation dont les prix ont le moins augmenté ces dix dernières années.

 

Russie le dilemme : Le business ou l’honneur

Russie  le dilemme : Le business ou l’honneur

 

Il est difficile d’être convaincu par les circonvolutions des grands multinationales qui justifient le maintien de leurs activités en Russie au motif soit qu’elles perdraient des parts de marché soit que cela affecterait la situation sociale de leurs salariés russes. Dans tout conflit il y a forcément des victimes et en particulier avec Poutine on ne fait pas la guerre en dentelle. La vérité sans doute, c’est que des grandes multinationales évoluent entre cynisme et opportunisme. Une attitude déjà connue dans le passé guerrier de la France.

Editorial du « Monde ».
 La frontière entre pragmatisme, réalisme et cynisme est souvent ténue dans le milieu des affaires. Elle est aujourd’hui difficile à tenir pour les entreprises étrangères encore présentes en Russie, malgré les sanctions internationales décidées en rétorsion à l’invasion de l’Ukraine. Un mois après l’agression perpétrée par le régime de Vladimir Poutine, une pression grandissante s’exerce sur celles qui ont choisi de rester. La France, deuxième investisseur étranger dans le pays, se retrouve confrontée de façon aiguë à ce dilemme consistant à trancher entre éthique et business.La réactivité des entreprises et leur capacité à prendre des décisions radicales sont souvent fonction du poids de leurs activités en Russie dans leur chiffre d’affaires. Fermer quelques magasins comme les groupes de luxe s’y sont résolus et accepter de perdre quelques millions d’euros de profits n’a évidemment pas le même impact que de renoncer à des milliards d’investissements dans des installations industrielles (Renault ou TotalEnergies), tout comme se séparer d’une banque locale qui compte 2 millions de clients (Société générale).

Partir dans la précipitation sans en avoir pesé les conséquences pour les salariés, la population russe et l’équilibre financier de l’entreprise n’est pas forcément la garantie que les sanctions contre le système poutinien seront efficaces. Abandonner des actifs du jour au lendemain peut même faire les affaires des oligarques, qui se feront un plaisir de les reprendre à prix bradé, tout en continuant à faire tourner l’activité. Dans ce domaine comme dans celui de l’approvisionnement énergétique, il faut se méfier des solutions simples à des problèmes éminemment complexes.

Reste que certaines entreprises jouent la montre en tablant sur un retour rapide à la normale. Cette stratégie est risquée, car rien ne garantit une issue du conflit à court terme. Surtout, il se passera sans doute du temps, même après l’arrêt des combats, avant que la Russie ne revienne dans le concert des nations.

Dans le même temps, ces groupes doivent surmonter des enjeux de réputation compliqués. En dénonçant l’attitude de trois de nos fleurons devant les parlementaires français, Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, a enclenché un mécanisme efficace auprès de l’opinion publique. « Renault, Auchan, Leroy-Merlin et autres doivent cesser d’être des sponsors de la machine de guerre », a accusé le président ukrainien. Face à cette charge, le discours des entreprises, qui se piquent d’être « socialement responsables », risque de sonner de plus en plus faux au fur et à mesure que les atrocités dans les zones de combat prendront de l’ampleur. Renault, qui a fini par prendre conscience que la situation devenait intenable, est désormais prêt à se désengager de Russie.

La pression de l’opinion ne doit pas seulement s’exercer auprès des entreprises. Celles-ci ont beau jeu de répéter qu’à ce stade elles respectent scrupuleusement le cadre des sanctions internationales. « Ma position est de laisser les entreprises libres de décider pour elles-mêmes », insiste Emmanuel Macron. Si la communauté internationale estime qu’il est nécessaire d’imposer un retrait clair et net de Russie, que les instances compétentes prennent leurs responsabilités en ne laissant plus le choix aux entreprises. Compter sur la bonne volonté de ces dernières est soit hypocrite, soit naïf. Dès lors que les Occidentaux considéreront que la solution pour desserrer l’étau sur l’Ukraine passe par des sanctions plus systématiques, ils doivent le dire clairement et se donner les moyens de les appliquer.

Le Monde

Pour un capitalisme écologique ? ( « L’Economie politique »)

Pour un capitalisme écologique ? ( « L’Economie politique »)

La revue trimestrielle consacre ce numéro à la transformation de l’approche comptable afin de coller aux nouveaux enjeux environnementaux. ( « Le Monde »). L’idée d’un capitalisme écologique va évidemment faire bondir ceux  qui parmi les écolos comme par exemple l’agitée du bonnet comme  Sandrine Rousseau qui sont davantage d es révolutionnaires anticapitalistes que réellement écologistes.

La nomination d’Emmanuel Faber, il y a quatre mois, à la tête du Conseil international des normes extra-comptables (ISSB), le pendant dans le domaine de la soutenabilité de l’organisme qui élabore les normes comptables internationales, apporte une vague d’espoir dans l’océan de doutes que nous traversons. L’ancien PDG de Danone – il a été remercié le 14 mars – qui s’est battu pour que la multinationale qu’il dirigeait accède au statut de « société à mission » introduit par la loi Pacte, est en effet connu pour son « activisme » en faveur d’un capitalisme responsable, dont la planète a grand besoin.Si l’on considère la comptabilité comme le langage de l’économie, tout l’enjeu de ce numéro de la revue éditée par le magazine Alternatives économiques est de mettre en avant des normes « qui permettraient d’inventer un modèle comptable adapté à un capitalisme écologique », énoncent les professeurs de sciences de gestion Bernard Colasse et Frédérique Déjean. Dans les comptes publics, le capital humain est par exemple systématiquement occulté. Or, selon les deux auteurs, « la comptabilité ne se contente pas de décrire le réel, elle agit sur lui par les comportements et les décisions des acteurs sociaux qu’elle induit ». Et de fait, la loi Pacte (« pour la croissance et la transformation des entreprises ») votée en 2019 par la France s’inscrit pleinement dans cette dynamique.

Prolongeant la réflexion sur les modèles comptables, Alexandre Rambaud présente le modèle CARE (pour comptabilité adaptée au renouvellement de l’environnement), porté par un collectif de chercheurs, d’ONG et d’entreprises. Il s’agit d’une réflexion très ambitieuse qui ne conçoit pas le capital d’une entreprise ou d’une organisation comme un actif à valoriser pour les actionnaires, mais comme une dette financière, sociale ou écologique, à rembourser. Le consultant Jean-Louis Weber étudie, quant à lui, le système de comptabilité économique de l’ONU et observe que la dégradation de la biodiversité n’est pas suffisamment suivie. Enfin, Xavier Timbeau, directeur de l’Observatoire français des conjonctures économiques, va un cran plus loin : modifier les règles comptables ne suffira pas pour changer le capitalisme, affirme-t-il.

Dans ce même numéro, l’économiste Anne-Laure Delatte et le politiste Benjamin Lemoine reviennent sur la stratégie mise en œuvre par le ministre de l’économie et des finances, Bruno Le Maire, de cantonner la dette Covid (215 milliards d’euros) et de s’engager dans la voie de son remboursement par une ressource fiscale. Ils déplorent le recours à une solution qu’ils jugent conservatrice, placée sous le sceau de l’austérité. Le gouvernement écarte ainsi, selon eux, toute politique alternative qui pourrait comprendre deux axes majeurs : « une réforme fiscale pour s’attaquer aux inégalités en hausse pendant la crise » et une coordination des politiques budgétaires et monétaires, permettant le retrait d’une partie des dettes publiques, vis-à-vis des pressions du marché.

Ukraine : Pour des sanctions contre les régimes africains fantoches manœuvrés par la Russie

Ukraine : Pour des sanctions contre les régimes africains fantoches manœuvrés par la Russie

Certains « Etats criminels » du continent sont utilisés par Moscou comme « réservoirs de ressources naturelles et humaines pour soutenir son effort de guerre », analyse Nathalia Dukhan, de l’organisation The Sentry.

 

Tribune.

 

Pour contrer l’invasion russe de l’Ukraine, les pays membres de l’OTAN ont choisi de livrer une guerre économique agressive à la Russie. Ils devraient également appliquer des sanctions ciblées contre les kleptocraties africaines alliées du Kremlin et sous influence de l’armée de l’ombre de Vladimir Poutine, le Groupe Wagner. Ces mesures viseraient à combattre la montée en puissance d’Etats criminels, satellites de la Russie, utilisés comme des réservoirs de ressources naturelles et humaines pour soutenir, à long terme, l’effort de guerre russe.

En retrait depuis la chute de l’empire soviétique, le Kremlin a renforcé son activité diplomatique sur le continent africain à partir de 2017, en promouvant un discours très anti-occidental et des accords de type « armes et protection contre ressources minières et stratégiques ». Ce rapprochement, confirmé par le premier sommet Russie-Afrique, qui s’est tenu à Sotchi en octobre 2019, n’a rien d’anodin.

Historiquement, l’Afrique a surtout été considérée pour ses réserves de ressources stratégiques. Sur fond de pillage colonial exercé par les puissances européennes, le continent a joué un rôle essentiel au cours de la seconde guerre mondiale en participant à l’effort de guerre aux côtés des pays alliés. Avec la menace d’une troisième guerre mondiale, le Kremlin entend lui aussi s’assurer d’une contribution africaine.

C’est ainsi que la Centrafrique, longtemps considérée comme un pré-carré français, a fait son entrée en 2018 dans la sphère d’influence russe. Ce pays riche en ressources naturelles, classé 188 sur 189 selon l’indice de développement humain et décimé par deux décennies de conflits armés meurtriers, est devenu en quatre ans un modèle que Moscou entend exporter à d’autres pays africains. Estimée à quelque 2 000 hommes, la présence du Groupe Wagner y a profondément modifié le paysage politico-sécuritaire et économique.

The Sentry, l’organisation pour laquelle je travaille, a confirmé le financement par le groupe russe de vastes campagnes de propagande anti-françaises, anti-ONU et anti-occidentaux. Au cours de l’année 2020, un véritable hold-up électoral s’est joué, sur fond de guerre d’influences, forçant le second mandat du président Faustin-Archange Touadéra et une quasi-mise sous tutelle du pays par le Groupe Wagner.

I

L’incompatibilité entre science et démocratie ?

L’incompatibilité entre  science et démocratie ?

 

L’ancien délégué interministériel au ­développement durable Christian Brodhag plaide, dans une tribune au « Monde », en faveur d’institutions associant les citoyens à la construction de politiques basées sur une connaissance scientifique acceptée.

 

Tribune.

 

 L’offre politique et le débat de la campagne présidentielle semblent, pour l’instant, se réduire à un marketing politique qui conduit les candidats à formuler des propositions visant spécifiquement chacun des segments de la population.

Or, la somme des intérêts particuliers n’est pas l’intérêt collectif. Faire société dépasse les échelles catégorielle et individuelle. En société, la liberté individuelle repose aussi sur des règles collectives et des institutions qui organisent les droits et les devoirs des citoyens. Faire société au niveau de la nation repose sur la confiance dans les institutions et sur l’usage de règles collectives acceptées.

Le débat sur les institutions est aujourd’hui dominé, au mieux, par des revendications de participation plus démocratique, au pire par la dévalorisation des élus et de la démocratie représentative elle-même. L’insoumission et la contestation du « système » rallient les électeurs vers les partis extrêmes.

L’économiste et sociologue allemand Max Weber (1864-1920) distinguait, il y a un siècle, trois sources de légitimité : deux modèles archaïques, les pouvoirs traditionnel et charismatique, remplacés historiquement par le modèle rationnel légal, qui appuie l’élaboration du droit sur les institutions sociales et politiques.

Or, les deux modèles archaïques reviennent en force. Le pouvoir traditionnel prend aujourd’hui la forme de revendications religieuses solidement installées dans les Etats religieux. Le pouvoir charismatique prend la forme de leaders tribuniciens en prise directe avec le peuple, via notamment les réseaux sociaux. Les « démocratures » tiennent lieu de modèles alternatifs, au niveau mondial.

En s’incarnant dans la bureaucratie et la technocratie, le modèle « rationnel légal » n’a pas tenu ses promesses. En s’éloignant du peuple, il a perdu sa légitimité. L’Etat n’est plus ce Léviathan qui possède et contrôle toutes les informations. L’information et les connaissances sont désormais partagées. Le numérique et les réseaux sociaux contribuent à la décrédibilisation des institutions, et même de la réalité au profit de vérités alternatives.

Il est donc aujourd’hui nécessaire d’actualiser et de dépasser le modèle rationnel légal, si l’on veut sauver la démocratie. Les transitions écologique et numérique sont des défis nouveaux pour les institutions et les règles sociales, parce qu’elles les transforment en profondeur. En effet, elles ne touchent pas directement les règles elles-mêmes, mais les connaissances qui fondent ces règles, et celles qui orientent les comportements des acteurs et des institutions.

Agriculture : risque de famine mondiale

 

Agriculture : risque de famine mondiale

La réduction de la production suite au conflit entre la Russie et l’Ukraine conjuguée à l’envolée folle des cours va créer une situation de famine dramatique dans nombre de pays peu développés (Afrique notamment).Le prix du blé tendre en particulier à environ doublé en un an passant de 200 € à 400 € la tonne. D’où l’objectif d’augmenter de façon considérable la production en Europe.

 

 

Finalement les objectifs environnementaux de réductions programmées de l’agriculture sont bousculés par la guerre en Ukraine. Continuer de produire le plus possible en Ukraine, mais surtout produire davantage en Europe : tel est le vœu, face à l’impact potentiel de la guerre sur l’alimentation mondiale, des ministres européens de l’Agriculture, qui se sont réunis lundi à Bruxelles. L’objectif était notamment de formuler les demandes des Etats membres à propos des mesures d’urgence de soutien aux agriculteurs que la Commission européenne doit valider mercredi.

Ces mesures sont cruciales au regard du contexte de la guerre en Ukraine, qui perturbe les chaînes d’approvisionnement européenne et la sécurité alimentaire mondiale. Le conflit pèse en effet sur le transport des marchandises et les productions à venir de l’Ukraine comme celle de la Russie. Ces deux pays sont des exportateurs importants de plusieurs céréales et oléagineux comme d’intrants agricoles.

L’objectif est aussi  que l’Europe puisse jouer un rôle face aux famines redoutées dans les pays important leur nourriture qui, en particulier dans les régions les plus pauvres, risquent de ne plus être en mesure d’en payer le prix.

Les ministres européens soutiennent donc l’abandon, au moins provisoire, des règles européennes sur les terres en jachère, visant à y protéger la biodiversité.

La France a d’ailleurs déjà décidé, dans le cadre de son plan de résilience, « l’adaptation ou le report de mesures réglementaires » susceptibles de limiter la disponibilité d’engrais, telles qu’un règlement sur le stockage contre lequel les producteurs d’engrais ainsi que la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (Fnsea) se battent depuis des mois, tout en promettant de développer l’usage d’engrais organiques produits dans l’Hexagone.

Les 27 ont aussi donné le feu vert à l’apport par l’Ue d’une aide en urgence aux agriculteurs ukrainiens,.

Le président Zelensky, …..l’anti Macron

Le président Zelensky, …..l’anti Macron 

Le président ukrainien est devenu le « showrunner » du destin de l’Ukraine, accusant par contraste le caractère ridicule et narcissique des figures classiques du pouvoir, estime la philosophe Sandra Laugier, dans une tribune au « Monde ».

Un président ukrainien à comparer évidemment à Macron qui se vautre lui dans la posture du monarque condescendant NDLR

 

Tribune.

 

« Show me a hero and I’ll write you a tragedy » (« Montrez-moi un héros, et je vous écrirai une tragédie »). Ce mot de l’écrivain américain F. Scott Fitzgerald (1896-1940) a une étrange actualité avec l’émergence d’un acteur de série télévisée, Volodymyr Zelensky, héros de la série Serviteur du peuple (2025-2019) où il incarne un homme ordinaire, Vassili Goloborodko, professeur d’histoire-géo, accédant un peu par accident à la présidence de l’Ukraine, et qui en 2019, au moment où débute la 3e saison de sa série, « réalise » ce scénario. Porté par un parti politique qui porte le nom même de la série, il est alors effectivement élu président de son pays.

Ce n’est évidemment pas la première fois qu’une série TV rejoint le réel. Les séries TV ont désormais une telle place dans la vie des spectateurs qu’elles sont, non seulement selon l’expression consacrée « un miroir de la société », mais aussi agissent sur le monde, précisément par ce mode sériel de l’attachement au héros identifié à l’acteur.

On se souvient que l’acteur Martin Sheen, qui incarnait le mythique président Bartlet dans la classique The West Wing, était si populaire en 2000 qu’un sondage NBC le plaçait loin devant George W. Bush et Al Gore pour la présidentielle.

 

La série culte 24 Heures chrono, dont chaque épisode de la saison raconte une heure de la vie d’un agent antiterroriste, a démarré au lendemain du 11 septembre [2001], alors qu’elle avait été programmée et filmée bien avant. The Handmaid’s Tale anticipait les attaques redoutables de la présidence Trump contre les droits des femmes. La Casa de Papel a offert des mots d’ordre et des sons aux mobilisations de ces dernières années. Homeland, dans sa saison 5 écrite en 2014, mettait en scène des cellules djihadistes européennes et était diffusée en France pendant les attentats de novembre 2015.

Il faut revoir aujourd’hui Chernobyl, alors que les centrales nucléaires sont bombardées en Ukraine et ne répondent plus au téléphone ; et les splendides saisons 4 et 5 du Bureau des légendes, sous emprise russe.

Mais l’acteur Martin Sheen n’a jamais été président des Etats-Unis, ni l’excellent Dennis Haysbert, même s’il a habitué son public à un président noir en incarnant de façon prémonitoire David Palmer dans 24 Heures.

 

Zelensky, lui, est devenu le « showrunner » du destin de l’Ukraine. Jamais l’impact d’une série sur la vie réelle n’a été aussi direct. Il est d’ailleurs remarquable que Serviteur du peuple soit une production ukrainienne, mettant clairement en évidence la globalisation de la production des séries. C’est une série non américaine qui a offert au futur président ukrainien le rôle de sa vie et l’a vu passer du « soft power » au pouvoir, même si Serviteur du peuple est imbibée de culture démocratique américaine.

1...56789...45



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol