• Accueil
  • > société
  • > Environnement et Déplacement : place à la démobilité ?

Environnement et Déplacement : place à la démobilité ?

Environnement et Déplacement : place à la démobilité ?

 

Bruno Marzloff, sociologue et président de la Fabrique des Mobilités, juge qu’il est temps de s’interroger sur les sources des déplacements, plutôt que de se concentrer sur les réponses aux besoins de mobilité qui ne cessent de croître.(dans la Tribune)

 

Jusqu’à une période récente employée en effet que les flux d’informations pourraient se substituer aux flux de déplacements physiques. Or c’est l’inverse qui se produit plus l’information circule, plus les besoins de déplacement augmentent. Sans parler évidemment du facteur explicatif majeur que constitue la structuration de l’urbanisme. NDLR 

Le concept de démobilité est apparu avec le confinement comme une contrainte très forte mais justifiée, à l’époque, par l’urgence sanitaire. De plus en plus, elle est défendue comme une réponse aux problèmes de congestion et de décarbonation de la mobilité. Comment peut-on cerner ce concept ?

BRUNO MARZLOFF. C’est un exercice difficile. A la Fabrique des Mobilités, Nous engageons un travail sur la meilleure façon de desserrer l’étau de la mobilité dans son approche quantitative, en définissant un nouveau corpus d’indicateurs pour justement modéliser le concept de démobilité. Il s’agit de sortir d’une logique où on additionne les flottes, la consommation de carburant et l’offre de transport qui servait jusqu’ici à analyser la mobilité, et pour s’ouvrir à ce qui se passe autour et en amont de ce qui construit la mobilité et de ce qui en définit les volumes. Pourquoi ? Notre société vit sur une inflation structurelle des mobilités carbonées depuis des décennies. Sauf que dans toutes les enquêtes d’opinion, nous observons que les Français souffrent de mobilité subie et qu’ils souhaitent moins de déplacement. Le concept de démobilité permet donc de répondre à ce dysfonctionnement entre offre et demande de mobilité, pas seulement en traitant l’offre, mais également la demande. Ce qui est invraisemblable, c’est de voir tout ce qui est mis en œuvre en matière de politique de mobilité ne sert qu’à absorber ce qui reste un excès de mobilité.

0 Réponses à “Environnement et Déplacement : place à la démobilité ?”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol