Limites du multilatéralisme de Joe Biden

Limites du multilatéralisme de Joe Biden  

 

Le président des Etats-Unis entend d’un côté lutter contre la crise climatique et de l’autre promouvoir les valeurs démocratiques, analyse l’économiste Kemal Dervis dans une tribune au « Monde ».(extrait)

 

Tribune.

En avril, le président américain Joe Biden a réuni 40 dirigeants mondiaux pour un sommet virtuel sur la lutte contre la crise climatique. Parmi ceux-ci, il y avait des représentants des principaux pays émetteurs, tels que le président russe Vladimir Poutine et le président chinois Xi Jinping, ainsi que des chefs d’Etat particulièrement vulnérables aux effets du changement climatique. Des dirigeants de la société civile et des entreprises y ont également participé. M. Biden et de nombreux autres participants ont annoncé des politiques plus ambitieuses en vue du sommet des Nations unies sur le changement climatique (COP26) en novembre.

Les 9 et 10 décembre, Biden remplira une promesse préélectorale en organisant un autre rassemblement virtuel, baptisé « Sommet pour la démocratie ». Bien que les détails n’aient pas encore été divulgués, la réunion se concentrera sur « la défense contre l’autoritarisme, la lutte contre la corruption et la promotion du respect des droits humains ». M. Biden invitera à nouveau des responsables de gouvernements, de la société civile et du secteur privé.

Les objectifs des deux sommets illustrent des aspects très différents de la coopération multilatérale. La réduction des émissions de gaz à effet de serre pour lutter contre le changement climatique est l’archétype du bien public mondial (BPM), entraînant des avantages à la fois non rivaux et non exclusifs. Leur accumulation dans un pays ne diminue pas les avantages pour les autres, et personne ne peut en être exclu une fois qu’ils sont fournis.

Cela donne généralement lieu à un problème de passager clandestin, car chaque pays est incité à minimiser ses propres coûts pour fournir le BPM et à compter, à la place, sur les contributions des autres. Récemment, les nouvelles technologies permettant d’obtenir des avantages économiques nets d’une transformation verte ont réduit le problème, mais ne l’ont pas éliminé. Une coopération mondiale est par conséquent nécessaire pour y remédier.

En revanche, la démocratie et les droits de l’homme, bien qu’ils puissent générer des externalités positives, ne rentrent pas dans cette définition du bien public mondial, parce que leurs avantages bénéficient presque uniquement aux citoyens des pays qui les pratiquent. Atteindre les objectifs du sommet de Biden sur la démocratie dépendra donc beaucoup plus de valeurs communes et partagées.

Alors que la coopération sur les BPM peut se dérouler de manière pragmatique avec une participation mondiale, la coopération basée sur les valeurs et les croyances, elle, implique le défi de déterminer quels gouvernements peuvent être éligibles. Poutine et Xi Jinping ne seront vraisemblablement pas invités en décembre, car ils pratiquent et revendiquent des valeurs différentes de celles des démocraties libérales.

0 Réponses à “Limites du multilatéralisme de Joe Biden”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol