Covid : une épidémie qui va durer

Covid : une épidémie qui va durer

 

pour le chef du service des maladies infectieuses et tropicales de l’hôpital Tenon (Paris), Gilles Pialoux, le passe  sanitaire est un outil imparfait et ne suffit pas. Pour lui, l’épidémie va durer. ( Interview dans le JDD, extrait)

 

interview

L’extension du passe sanitaire est-elle en mesure d’éviter une vague de submersion à l’hôpital?
L’éviter, non. En limiter l’intensité, oui. Le passe sanitaire restreint la circulation du virus et des individus. Mais plusieurs facteurs font que l’envahissement de l’hôpital ne pourra sans doute pas être évité. D’abord, le passe est un outil imparfait, y compris sur le volet vaccination : elle atténue mais n’empêche pas complètement la transmission, la protection qu’elle entraîne n’est pas de 100% et sa durée est inconnue. Le passe à lui seul ne suffira donc pas à contrôler la vague Delta : il faut associer la vaccination, la stratégie dépister-isoler-tracer et les mesures barrière. L’efficacité de ce type de prévention combinée a été prouvée pour le sida, pour la sécurité routière, pour la prévention du mélanome… Or, des erreurs de communication ont été faites à ce sujet.

 

Peut-on vraiment « tomber le masque » une fois qu’on est vacciné, comme l’a affirmé le ministre de la Santé, Olivier Véran?
On n’a pas enlevé la ceinture de sécurité quand est apparu l’airbag, et les gens à jeun ne conduisent pas au-dessus de 130 km/h. Tout message contradictoire est contre-productif dans la prévention. Dire aux gens qu’ils peuvent ôter le masque dans l’espace public, c’est une erreur. Déjà, il y a autant d’espaces publics que de conditions de vie. Quand 150 personnes attendent leur glace sur l’île de Ré, l’espace est-il libéré? Non, c’est un espace aéré mais confiné. Il ne faut pas abandonner le masque sous couvert de vaccination. Je ne suis pas pour le tout-vaccinal, mais je suis pour que les gens soient tous vaccinés.

Est-on désormais dans une pandémie de jeunes non vaccinés?
Certes, ce sont les 18-29 ans qui ont le plus d’échanges de proximité tout en étant les moins vaccinés, et la moyenne d’âge à l’hôpital et en soins critiques baisse. Mais ils ne sont pas les seuls à remplir les services. Il ne faut pas perdre de vue qu’on a au bas mot 3 millions de personnes très vulnérables non vaccinées : des plus de 60 ans, des personnes obèses qui, elles, entrent à l’hôpital. Il y a un autre angle mort : les patients immunodéprimés. Cette semaine, on a placé en réanimation quelqu’un qui a eu une greffe du rein, vacciné avec trois doses, mais dont l’organisme ne répond pas au vaccin. Il faut trouver une solution pour ces personnes, notamment avec les anticorps monoclonaux préventifs.

Sur les littoraux méditerranéen et atlantique, des hôpitaux approchent déjà de la saturation. Va-t-on rappeler des personnels soignants alors qu’ils sont en congés?
C’est une mesure incluse dans le plan blanc, mais ça aurait un effet regrettable. A côté de la vague épidémique, il y a une vague d’épuisement des soignants. On voit des arrêts de travail, des burn-out ; dans mon hôpital, plusieurs personnes se sont rétractées de leur poste pour ‘danger grave et imminent pour leur vie ou leur santé’, comme le Code du travail les y autorise.

 

Faut-il craindre des démissions en série chez les soignants qui refusent la vaccination?
Je suis très confiant sur ce point : les chiffres montent et ils vont continuer de monter avec le passe et l’obligation. Il y a un tout petit noyau de soignants opposés ; pour ceux-là, on verra au cas par cas. Il ne faut pas que les gens perdent leur travail de ce fait, car on n’a pas les moyens de se passer d’eux en ce moment.

 La ville de New York a opté pour le passe vaccinal et non sanitaire. Faut-il exclure les tests négatifs du dispositif?
Je n’y vois pas de gain. La culture française vaccino-sceptique prend beaucoup d’ampleur et brasse des mouvements très différents, des inquiets aux ‘antivax’ et aux complotistes. Si on décide d’être plus stricts, mieux vaudrait passer directement à la vaccination obligatoire. Si le cours des événements continue dans le même sens, c’est probablement l’étape suivante. Il y a urgence à ouvrir un débat parlementaire ou citoyen sur cette question mais sans passer en force, surtout compte tenu de l’agrégation de tensions sociales. Mais on n’abandonnerait pas pour autant le reste des mesures barrière!

 Atteindra-t-on réellement un jour l’immunité collective?

Le seuil d’immunité collective a été rehaussé par le variant Delta au-delà de 80%, et il va encore falloir beaucoup de pédagogie pour l’atteindre. Je pense qu’il y a plus de gens à aller chercher que de gens à convaincre. La dernière étape avant la vaccination obligatoire, c’est d’aller vers les exclus, les oubliés de la santé. Et il faut surtout expliquer que le fait que le vaccin n’écrase pas totalement le risque de transmission n’est pas un argument contre celui-ci, mais un argument pour la prévention combinée.

Le Conseil constitutionnel a censuré le caractère obligatoire de l’isolement des malades. C’est un trou dans la raquette?
Sur le plan sanitaire, je le déplore. Cette mesure a si bien marché dans les pays asiatiques. Il va falloir de la pédagogie pour faire comprendre que ce n’est pas l’isolement en soi qui a été censuré. De plus, on ne cesse de perdre du terrain en matière d’identification des cas contact. Au 5 août, selon Santé publique France, le nombre de personnes identifiées à partir d’un malade était à son niveau le plus bas en 2021.

Peut-on espérer que cette quatrième vague soit la dernière?
Quand on voit la situation actuelle en Chine ou en Australie, on est contraints à l’humilité. La stratégie du ‘vivre avec’, au sens libertaire du terme, en laissant les jeunes se contaminer etc., a échoué. Mais cette quatrième vague, c’est aussi l’échec du ‘zéro Covid’. Alors, oui, il y aura probablement d’autres vagues : on ne va pas se débarrasser du coronavirus de sitôt. On peut faire l’hypothèse que les pays qui s’en sortiront seront ceux dont le niveau vaccinal sera considérable, avec des vaccins adaptés aux variants, et qui vont développer une thérapeutique sans abandonner la prévention combinée. Mais, dans tous les cas, la réponse doit être mondiale.

0 Réponses à “Covid : une épidémie qui va durer”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol