Cuba s’enfonce dans la misère et la révolte

Cuba s’enfonce dans la misère et la révolte

 

« Les gens manquent de tout, la situation économique et sociale est absolument horrible », a analysé lundi 12 juillet sur franceinfo Janette Habel, spécialiste de Cuba.

 

Interview sur France Info (extrait)

 

 

Pourquoi les manifestations interviennent maintenant ? Quelle est la goutte qui a fait déborder le vase ?

Janette Habel : La goutte qui a fait déborder le vase, elle existe depuis des mois, même beaucoup plus. La situation est terrible. Ce qui est même étonnant, c’est que ça ne se produise que maintenant. Les gens manquent de tout, la situation économique et sociale est absolument horrible. Il y a des problèmes d’alimentation, de médicaments, une pandémie de Covid-19 qui sévit comme sur tout le reste du continent, ainsi que dans les Caraïbes et en Amérique centrale. Cela aggrave considérablement la situation, il n’y a plus de tourisme, alors que l’économie est fondée dessus.

« Le fait qu’il n’y ait plus de tourisme fait qu’il n’y a plus de ressources. Le gouvernement est pris à la gorge, indépendamment des erreurs qu’il peut commettre. »

 

Si vous faites le tour de la situation, il y a eu en plus un cyclone Elsa, qui en a rajouté dans le désastre. Donc, on a la pandémie, la perte des ressources dues à l’absence de tourisme, plus d’envoi d’argent, plus de voyages, plus de transactions en dollars parce que tout ça est lié aux mesures prises par Donald Trump. Mais aussi des mesures économiques prises par le gouvernement au début de l’année qui ont aggravé les inégalités et la pauvreté, des coupures de courant parce que le pétrole qui arrivait du Venezuela n’arrive quasiment plus.

Tout ça dans un contexte de hausse de température, donc vous imaginez ce qui se passe dans les maisons avec les climatisations et les frigidaires qui se décomposent. Les médicaments, les vaccins, le manque de seringue, pas de technologie pour réparer ce qui ne marche plus… Le mécontentement social monte, ce n’est pas étonnant. La population n’en peut plus.

Les Cubains n’ont plus peur ?

Je pense qu’une partie de la population n’a pas peur à Cuba, c’est un peuple rebelle avec des grandes traditions. Le « je n’ai plus peur » doit concerner une petite partie de la population, mais je ne suis pas sûre que ce soit le sentiment général. Le sentiment majoritaire est que les gens veulent que ça change, ils protestent contre la politique menée par le gouvernement, dont ils ne savent pas très bien où elle va. Le gouvernement n’a pas caché les difficultés. Il a appelé ses partisans à descendre dans la rue face aux autres, il y a eu des gaz lacrymogènes, des arrestations… Il n’y a pas encore eu d’affrontements, il faut espérer qu’il y en aura pas, et que le gouvernement aura l’intelligence de les éviter.

Le pays est polarisé par la situation économique et sociale. Le premier problème ce sont les sanctions. Il faut quand même dire qu’avant tout autre chose, ce pays est victime depuis 62 ans de sanctions économiques absolument effarantes. Et d’un embargo qui ne cesse pas. C’est une politique de règlement de comptes, d’une partie aussi d’ailleurs de l’émigration cubaine aux États-Unis. Les responsabilités ne sont pas unilatérales. Il y a beaucoup de choses à dire sur la politique du gouvernement, mais ce n’est pas le seul fait du gouvernement. C’est une petite île de 11 millions d’habitants sans ressources, perdue au milieu de la mer des Caraïbes, à côté de la plus grande puissance du monde.

Ces manifestations spontanées, sont-elles susceptibles d’ébranler le pouvoir du Parti communiste ?

Oui c’est possible. D’abord, elles sont spontanées. Qu’ensuite, elles soient mises à profit, et qu’on essaye de les détourner au profit d’autres options politiques plus favorables aux États-Unis, certainement. Mais le point de départ, il est incontestablement spontané.

La société civile cubaine a beaucoup changé ces dernières années, elle a accès avec internet à des masses d’informations qu’elle n’avait pas auparavant. Ce sont des nouvelles générations, et il y a déjà eu des incidents au mois de novembre avec des artistes et des intellectuels, qui avaient été très mal gérés par le ministre de la Culture. Ces nouvelles générations sont traversées par des courants qui sont des tendances socio-politiques qui existent en Amérique latine, dans le monde. Ce n’est plus une société homogène comme elle a pu l’être dans le passé, c’est une société plus fragile. Le monopole du Parti communiste, et l’imposition d’une sorte de discipline de parti unique n’est pas possible, elle est absolument contre-productive.

0 Réponses à “Cuba s’enfonce dans la misère et la révolte”


  • Aucun commentaire

Laisser un Commentaire




L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol