Archive mensuelle de mai 2021

Page 31 sur 32

Birmanie : San Suu Kyi toujours en détention et sans avocat

Birmanie :  San Suu Kyi toujours en détention et sans avocat

La lauréate du prix Nobel de la paix 1991, toujours en détention et sans possibilité de recevoir un avocat depuis son arrestation lors du putsch du 1er février. Elle a d’abord été accusée de tricherie dans des élections qu’elle a gagnées ensuite d’avoir trahi des secrets d’État et d’avoir importé du matériel interdit. Elle risque plusieurs années de prison et d’être exclu du monde politique.

Depuis trois mois, la répression est sanglante ce qui n’empêche pas des manifestations quasi quotidiennes avec notamment des grèves qui paralysent un certain nombre de secteurs de l’économie. Il y aurait près de 800 personnes qui sont tombées sous les coups de la junte militaire et 3500 qui seraient en détention, d’après une ONG locale.

De son côté la junte militaire accentue la répression profitant de la relative paralysie du conseil de sécurité de l’ONU la Chine et la Russie appuient de fait la dictature des militaires en Birmanie

 

Présidentielle: Hidalgo, candidate potentielle ne veut pas de primaire

Présidentielle: Hidalgo, candidate potentielle ne veut pas de primaire

 

 

 

Anne Hidalgo, la maire Paris prépare de toute évidence sa candidature aux présidentielles. Pour preuve elle refuse par avance toute idée de primaires avancées par les écolos et le parti socialiste. Sans doute l’intéressée voit-elle une incompatibilité aussi d’alliance avec le parti de Mélenchon d’autant que ce dernier entend bien maintenir sa candidature.

 

À noter qu’elle fait une proposition innovante en voulant développer l’apprentissage qu’elle considère comme une révolution indispensable après le bac pour des jeunes. «Je ne suis pas favorable à une primaire. Une primaire à l’américaine s’adresse à tout le corps électoral. En France, ce n’est pas la même logique: elle mobilise surtout les militants ou les sympathisants», fait valoir Anne Hidalgo. Quant à ses propres ambitions, «à l’automne, ce sera le moment de prendre une décision», considère-t-elle, alors que les dernières études d’opinion ne la créditent – au mieux – que de 10% des intentions de vote, sans qualification pour le deuxième tour.

 

«Nous avons beaucoup de travail devant nous. J’y prendrai toute ma part. Pour cela, je m’appuie sur un réseau de maires, par la plateforme ‘Idées en commun’, afin de faire germer des propositions», a encore expliqué la maire de Paris. «Je trace ma route», a-t-elle ajouté. En faite Anne Hidalgo compte surtout sur les sondages pour donner une légitimité à sa candidature et éviter ainsi une primaire.

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

Environnement- Ressource eau : une dangereuse financiarisation

 tribune dans le Monde par ​​​​​​Patrice Fonlladosa*

 

 

Lundi 7 décembre 2020 : une première sinistre à la Bourse d’échange de marché à terme à Chicago, avec l’introduction de contrats à court terme sur l’eau, les premiers du genre. D’un bien commun faisant l’objet d’un droit adopté par les Nations Unies en juillet 2010, voilà qu’il deviendrait une commodité exclusive et privée, dans la directe ligne de pensée de l’économiste australien Mike Young.

Les arguments évoqués – parfois contradictoires, à contresens et singuliers – mélangent allégrement rareté, régulation dite « optimale », protection de la ressource, économie de ses usages, jusqu’à cette déclaration qui ne souffre d’aucune ambiguïté : « Ce n’est pas parce que l’eau est la vie qu’elle ne doit pas avoir un prix », a affirmé à l’automne dernier Willem H. Buiter, l’ex-chef économiste de Citigroup, aujourd’hui professeur invité à l’Université de Colombia.

Imaginés pour répondre aux besoins de régulation du marché agricole californien, ces outils financiers ne répondent à aucune des causes de la rareté, des pollutions ou des impacts du changement climatique. Droit de propriété aliénable ? Droit d’utilisation monnayable ? En fait, deux visions s’opposent radicalement : celle de la ressource naturelle exploitable et celle du bien commun fondamental partageable.

Car, si les océans couvrent 70 % de la planète, seuls 0,26 % reste disponible en eau fraîche utilisable pour les besoins humains, selon l’Unesco et l’Institut américain d’études géologiques (USGS). Alors que plus de 1,6 milliard de personnes n’ont toujours pas accès à l’eau potable et que les impacts du changement climatique et de l’urbanisation sans frein commencent seulement à se faire sentir depuis une décennie, des financiers imaginent – et mettent en œuvre – des instruments de couverture de risque liés à la rareté d’un bien vital.

Ce n’est pas un signal faible mais une alerte à ne pas prendre à la légère et qui semble pourtant à la fois peu relayé et très défendu par plusieurs établissements financiers de premier rang (BNP Paribas, Citigroup, Macquarie, pour n’en citer que quelques-uns). Dès lors, cet « indicateur » va sans nul doute – et rapidement – voir son reflet apparaître dans d’autres pays et, en Afrique où les réserves hydrauliques sont très importantes, susciter de potentielles prédations.

L’Organisation des Nations Unies anticipait déjà dès 2020 une « concentration des ressources pour les acteurs majeurs, au détriment des plus modestes ». On est loin de « l’hydrosolidarité » mise en avant régulièrement depuis quinze ans… Et, si l’on n’y prend garde, par des mesures de régulation raisonnée basées sur des politiques publiques affirmées, ces guerres de l’eau jusqu’à présent presque toujours évitées seront notre futur proche.

Aux conflits d’usages déjà existants, n’ajoutons pas ce sel amer de la spéculation financière, car si le service de l’eau a un coût – il faut bien pomper, produire, traiter, distribuer – l’eau comme ressource n’a, elle, pas de prix.

​​*Ancien administrateur du Medef et ex-président du comité Afrique du Medef international, ​​​​​​Patrice Fonlladosa préside aujourd’hui le think tank (Re)sources.

Économie -Le plan de relance français : une liste à la Prévert

Économie -Le plan de relance français : une liste à la Prévert

 

l’Europe a prévu un plan de relance de 750 milliards. Un plan qui est d’ailleurs embourbé dans les procédures européennes et étatiques et qui restent encore à approuver. Il  ne sera sûrement pas opérationnel avant 2022 voire au-delà. La France a proposé son propre plan. Il s’agit d’un plan d’une centaine de milliards qui était présenté à Bruxelles puisque 40 milliards devraient être financés par l’union économique.

En réalité,  un plan très vague qui couvre à peu près tout englobant la transition énergétique, les technologies et les équipements. Bref une sorte de liste à la Prévert comme l’indique le président de la commission des finances de l’assemblée :

 

« Un peu une liste à la Prévert », a pointé le président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale Eric Woerth, lors d’une audition du ministre de l’Economie Bruno Le Maire et de son ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt.

Mais la France devra justifier son plan de relance ou les accompagner par des réformes structurelles qui sont pour l’instant gelées comme par exemple la réforme des retraites renvoyées après les présidentielles de 2022.-

De toute manière ce plan européen beaucoup trop tardif et trop faible par rapport à la relance américaine prévoit notamment un soutien de 1900 milliards pour la relance socio-économique et de 2000 milliards pour le développement des infrastructures. Une différence qui pourrait peser lourdement sur le différentiel de croissance entre les deux zones.

Les membres du comité monétaire de la banque centrale des États-Unis se préparent en moyenne à 6,5% de croissance dès cette année. Une telle flambée, comparable aux prévisions des économistes privés, serait sans précédent depuis 37 ans. En décembre, la prévision médiane des dix huit membres du comité n’était que de 4, 2%. Pour l’Europe on aura bien du mal à atteindre la perspective de 4 % retenus par les institutions européennes.

 

 

La défaite pharmaceutique française

 La défaite pharmaceutique française

 

Le consultant en biotechnologie Claude Allary rappelle, dans une tribune au « Monde », que l’échec français sur le vaccin anti-Covid 19 n’est qu’un aspect de la difficulté à industrialiser en France les découvertes de la recherche en santé.

 

Tribune.

 

 La fierté française a été touchée en apprenant que ni l’Institut Pasteur ni le géant pharmaceutique Sanofi n’avaient pu mettre au point un vaccin prévenant l’infection due au nouveau coronavirus. Nous devons nous contenter de remplir des flacons, une phase finale de production à faible valeur ajoutée économique.

Mais il est une autre défaite française singulière, c’est celle de la cession d’Yposkesi à des capitaux étrangers, seulement quatre ans après la création de cette entreprise de fabrication de médicaments issus des biotechnologies. Après des années chaotiques qui n’ont pas permis de faire décoller ce bel outil industriel, les fonds apportés par SK, un chaebol (conglomérat) coréen, qui prend 70 % du capital, permettent d’envisager un meilleur avenir. Les salariés d’Yposkesi à Evry (Essonne) ont retrouvé le sourire.

Qu’est-ce qui a fait capoter ce projet français audacieux ? N’aurait-on pas pu trouver d’autres voies ?

 

Les actionnaires, AFM-Téléthon et BPI, ont jeté l’éponge. Ils avaient apporté l’argent des donateurs du Téléthon complété par de l’argent public en 2016 pour créer Yposkesi. En réalité, ce n’était pas une création, mais un transfert des activités préindustrielles de Généthon.

Généthon est le fer de lance des instituts de recherche financés par l’AFM-Téléthon. Un beau succès depuis sa création il y a trente ans, avec des produits commercialisés grâce à des licences données à de grands industriels américains, plus compétents en développement et plus riches pour mener à bien l’élargissement des découvertes de Généthon.
Généthon a permis de faire progresser la recherche en thérapie génique, une approche très innovante pour les maladies génétiques graves, permettant enfin de traiter des enfants en souffrance.

 

Mais on peut faire de la bonne recherche tout en étant de piètres industrialisateurs. C’est bien ce qui a miné le projet Yposkesi : sous-investissement, design industriel inadapté, insuffisance de moyens techniques pour le « scale-up » (l’entrée dans la phase de croissance régulière), management confus, gouvernance lourde.

Depuis longtemps, l’Etat souhaitait pourtant qu’une filière de production biotechnologique se renforce, mais c’est tout le contraire qui s’est produit : en 2019 déjà, le LFB, groupe biopharmaceutique détenu à 100 % par l’Etat, a cédé CellForCure, un autre établissement industriel de thérapie génique, au groupe pharmaceutique suisse Novartis.

Repenser la sécurité des occidentaux

 Repenser la sécurité des occidentaux 

 

Le départ de l’armée américaine du sol afghan aura des conséquences sur la sécurité des Etats-Unis, mais aussi sur la nôtre, le risque étant que l’Afghanistan redevienne un sanctuaire pour les groupes terroristes, souligne, dans une tribune au « Monde », Philippe Caduc, spécialiste de l’intelligence économique.

« Un retrait des troupes. Une solution politique. » » Tel était le conseil que Mikhaïl Gorbatchev adressait à Barack Obama, en 2010, sur la meilleure façon de sortir de la guerre en Afghanistan. Et il ajoutait : « Cela requiert une stratégie de réconciliation nationale. » L’ancien chef de l’Union soviétique parlait d’expérience, puisque c’est cette même stratégie qu’il avait tenté de mettre en œuvre à la fin des années 1980.

Mais si l’armée soviétique s’est bel et bien retirée d’Afghanistan en 1989, la réconciliation nationale ne s’est pas produite. Les talibans ont pris possession du pays, et Al-Qaida y a établi ses bases opérationnelles d’où sont partis les attentats du 11 septembre 2001.

 

C’est pourtant cette stratégie de la « double voie » qu’a tenté de mettre en place l’administration Obama à partir de 2010 (alors que près de 100 000 militaires américains étaient présents en Afghanistan), en lançant des négociations secrètes avec les talibans. Malgré une baisse considérable de l’engagement militaire américain (10 000 militaires à la fin du second mandat d’Obama, en 2017), ces discussions avec les talibans échouèrent.

Donald Trump s’inscrivit lui aussi dans une approche « retrait-réconciliation » en fixant au 1er mai 2021 la date de retrait définitif des troupes américaines, sans obtenir davantage de résultats sur le chapitre réconciliation nationale, ni de concessions de la part des talibans.

L’insécurité repart

C’est ce qui explique la décision de Joe Biden d’un retrait total des 2 500 militaires américains encore présents sur le sol afghan, ainsi que des troupes de l’OTAN, au 11 septembre, mettant ainsi un terme à la plus longue guerre menée par les Etats-Unis, qui a coûté la vie à près de 2 200 de ses soldats et à plus de 100 000 Afghans. Le préalable de la réconciliation nationale a disparu, puisque jugé inatteignable par la nouvelle administration américaine.

Pour éviter que l’Afghanistan ne redevienne un centre d’opérations terroristes dirigées contre l’Occident, les Etats-Unis vont devoir mettre en place une stratégie antiterroriste offshore

La question qui se pose désormais est celle des conséquences de cette décision sur la sécurité du pays, sur celle de ses voisins mais aussi sur la nôtre. Si les 130 milliards de dollars [environ 108 milliards d’euros] déversés par les Etats-Unis ont alimenté la corruption, ils ont aussi permis d’améliorer les conditions de vie des habitants des grandes villes afghanes, et en particulier de Kaboul.

Covid-19 :  » L’inculture scientifique des élites responsables du déclin »

Covid-19 : «  L’inculture scientifique des élites responsables du déclin »

 

Philippe Juvin, maire LR de La Garenne-Colombes et médecin, pense que la première étape d’un réarmement intellectuel passe par plus de culture scientifique chez les dirigeants.

 

Tribune dans le Monde.

 

 

Quel est le point commun entre le déclassement scientifique et industriel de la France, la déroute de l’administration dans la gestion de la crise sanitaire et l’appauvrissement du débat dans la sphère publique ? A des degrés différents, tous sont les conséquences de l’affaiblissement de l’enseignement et de la culture scientifiques dans notre société.

Un des effets les plus considérables de l’effondrement de la culture scientifique concerne l’élite gouvernante du pays, qu’il s’agisse des hauts fonctionnaires ou des hommes politiques, souvent les mêmes d’ailleurs. Les polytechniciens, seuls hauts fonctionnaires sensibilisés aux sciences et techniques, ont quasiment disparu des postes-clés de l’Etat au profit des énarques, dont la culture est naturellement administrative. Moins d’un quart des polytechniciens intègrent le service de l’Etat. Le pays ayant donc choisi (ou accepté) de ne plus exiger de ses grands serviteurs une culture scientifique, il ne faut pas s’étonner que ceux-ci n’en comprennent pas les grands enjeux.

Ainsi, même si les causes en sont évidemment complexes, comment ne pas s’interroger sur la relation entre cet affaiblissement de la culture scientifique des élites et notre impréparation face à la crise sanitaire ? Ou avec notre décrochage en matière d’innovation et de recherche ? Le triste sort réservé à [la biotech française] Valneva est malheureusement révélateur. Ni les ministères concernés ni l’ANSM (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé), pourtant informés très tôt, n’ont pris au sérieux les résultats prometteurs du candidat vaccin de cette société nantaise, ne faisant que conditionner d’éventuelles aides à la constitution d’un énorme dossier administratif. Au même moment, les Britanniques et les Américains, agiles et baignés d’esprit scientifique, lui disaient banco. Résultat : l’usine se monte en Ecosse. A l’image de nos chercheurs qu’on laisse fuir à l’étranger et nourrir nos propres concurrents…

Cette inculture scientifique des élites a des effets encore plus profonds dans la conduite des affaires de l’Etat. Prenons l’exemple de l’évaluation des politiques publiques. Alors que la France décroche dans tous les classements internationaux, on continue à scander, sans jamais argumenter, que nous avons « le meilleur système de santé », « le meilleur système éducatif », « la meilleure protection sociale », « les retraites les plus protégées »… Si nos élites avaient été formées à la démarche scientifique, elles analyseraient, compareraient et concluraient naturellement à la nécessité de nous inspirer d’expériences qui fonctionnent ailleurs. Ce que nous ne faisons quasiment jamais.

L’écroulement prévisible du bitcoin

L’écroulement prévisible du bitcoin

 

 

Le bitcoin est passé sous la barre d’un dollar, raconte Philippe Brassac, directeur général du Crédit Agricole, qui, avec 50 autres personnalités, a imaginé à quoi ressemblerait l’actualité du n° 3000 du journal l’Opinion, le 30 avril 2025.

 

Tribune

 

 

Deux ans jour pour jour après le passage du bitcoin sous la barre d’un dollar, de nombreux articles s’étonnent encore de la cécité collective dont nous avons pu faire preuve. Les impacts désastreux de ce que l’on a ironiquement appelé « la crise des crypto-passifs » sont encore bien présents. Nous nous sommes heureusement bien remis de l’effet perte de « richesse » qui n’avait en réalité jamais existé dans l’économie réelle. Il reste néanmoins de façon très pesante, et c’est sans doute la spécificité la plus singulière de cet évènement, une crise de nature politique et morale ressentie sur toute la planète.

Comment exiger des comptes à des responsables, puisque nous savions dès le départ qu’il n’y en avait pas ? Quelles mesures corriger, là où il n’y a pas de régulation ? Comment injecter de la liquidité de secours dans un système non monétaire et hors de tout contrôle ? Comment avoir imaginé une valeur durable en absence d’utilité objective autre que le caractère spéculatif ? Comment tant de personnes informées, sensées et éduquées ont pu se convaincre que la valeur du bitcoin ne pouvait que monter dès lors que le moindre doute provoquerait inéluctablement une prophétie autoréalisatrice inverse ? Comment ne pas avoir vu plus simplement que le masque de la nouveauté technologique dissimulait le visage millénaire de l’appât du gain ?

Toutes ces questions feront couler encore beaucoup d’encre. Economistes, historiens, philosophes et politiciens identifieront sans aucun doute rétrospectivement les signes avant-coureurs dans le but de nous éviter de tomber à nouveau dans un tel travers. Serons-nous pour autant immunisés contre la spéculation ? Je ne le parierais pas, même pour 1 bitcoin.

Pour la création d’un organe indépendant de régulation des dépenses publiques

Pour la création d’un organe indépendant de régulation des dépenses publiques

Michel Bouvier , Professeur émérite de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la Revue Française de Finances Publiques et Président-Fondateur de l’Association pour la Fondation Internationale des Finances Publiques (Fondafip) propose la création d’un organisme indépendant pour la régulation des finances (chroniques dans l’Opinion)

 

 

Tribune

 

La crise sanitaire maîtrisée, il faudra « remettre sur pieds » des finances publiques dont les fondamentaux ont été sérieusement bousculés par la nécessité de parer au plus pressé. La question de leur soutenabilité va se poser de manière cruciale. Une stratégie financière publique nouvelle s’avérera indispensable pour maîtriser un déficit et une dette publique susceptibles de mettre en cause l’équilibre politique, économique et social de la société.

A cette question, particulièrement délicate, il ne pourra plus être répondu seulement par des propositions plaidant pour une maîtrise des dépenses publiques et de la dette ou encore pour une baisse de la pression fiscale. L’application de ces propositions récurrentes depuis un demi-siècle dans les politiques mises en œuvre n’a pas été à la hauteur des résultats escomptés. Il n’est qu’à observer la progression de la dette publique : +274% depuis 1975 (cf. étude Janus Handerson, « Sovereign debt index », avril 2021).

Face aux crises économiques et budgétaires qui ont jalonné cette période la seule réponse nouvelle apportée a été la modernisation de la gestion publique qui s’est amorcée du côté des collectivités locales dans un premier temps pour se poursuivre ensuite au sein de l’Etat. Malheureusement le développement de la culture gestionnaire qui a vite occupé les esprits a masqué un autre besoin essentiel pour l’efficacité du système financier public, celui de l’adaptation de son dispositif de décision, qui est de l’ordre du politique, à un environnement en pleine métamorphose.

 

Or, c’est là une question centrale à laquelle il est urgent de répondre. Il est en effet justifié de se demander si la structure actuelle de ce dispositif est totalement adaptée au contexte contemporain. On peut déplorer que les réponses apportées à cette question confondent logique politique et logique de gestion. Il est proposé des objectifs, par exemple de réduire les dépenses, et des instruments de gestion empruntés au management des entreprises, sans toutefois jamais remettre en cause, l’organisation du dispositif de décision qui se situe en amont.

 

Deux types de changement s’imposent, d’une part changer de modèle intellectuel, d’autre part changer de modèle institutionnel

Certes, il est nécessaire de maîtriser l’évolution des dépenses ainsi que des recettes fiscales. Quand on considère le poids de ces dépenses et de l’impôt et plus encore leur progression ascendante dans le temps à la suite des crises à répétition qui se sont succédées depuis les années 1970 on ne peut nier qu’il y a là un problème. Si la crise sanitaire a accéléré cette progression sans pour autant l’avoir créée, elle nécessite cependant des solutions inédites pour assainir les finances publiques. Ces solutions passent par une réforme du modèle de régulation, de pilotage de l’ensemble interactif que forment les finances de l’Etat, des collectivités locales et de la sécurité sociale. Deux types de changement s’imposent, d’une part changer de modèle intellectuel, d’autre part changer de modèle institutionnel.

Il est primordial de changer de modèle intellectuel. On ne peut tout à la fois continuer à penser les finances publiques à travers le seul et unique prisme de l’économie tout en admettant qu’elles forment un système complexe. Elles répondent à des logiques diverses et la façon de les approcher doit elle-même être diverse. Il s’agit de rompre avec une logique d’exclusion, qui ne reconnaît pas, et a fortiori ne les formalise pas, les multiples interactions et la multi rationalité qui caractérisent les finances publiques. Une telle démarche conduit à des analyses qui ne peuvent qu’être partielles engendrant des décisions faussement rationnelles.

Sa composition plurielle, publique et privée, permettrait non seulement de coordonner les décisions mais aussi de définir des dispositifs communs et des stratégies concertées pour la mise en œuvre de financements collectifs

Mais un changement de modèle intellectuel fondé sur la pluridimensionnalité du système financier public n’est pas suffisant. Il doit être suivi par la création d’un organe de régulation qui lui corresponde en tous points. Le processus politique actuel de décision qui concerne ce système n’en reflète pas la complexité. Il convient de l’enrichir par un organe de régulation à multiples acteurs. Autrement dit une institution partenariale réunissant les représentants des champs économiques, politiques, et sociaux concernés (représentants de l’Etat, des collectivités locales, de la sécurité sociale, des partenaires sociaux). Celle-ci devrait avoir pour fonction de participer, par la concertation, à la régulation des finances publiques. Elle devrait pour ce faire être aidée d’experts aux compétences en reflétant la pluralité disciplinaire. Sa composition plurielle, publique et privée, permettrait non seulement de coordonner les décisions mais aussi de définir des dispositifs communs et des stratégies concertées pour la mise en œuvre de financements collectifs.

On en est conscient, une telle voie n’est pas facile à emprunter car elle implique de bousculer des habitudes de penser et de faire. Elle est cependant la seule qui pourrait permettre de créer un modèle de finances publiques adapté à la société actuelle comme à celle de l’après Covid-19.

Michel Bouvier est Professeur émérite de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, directeur de la Revue Française de Finances Publiques et Président-Fondateur de l’Association pour la Fondation Internationale des Finances Publiques (Fondafip).​

Bénéfice BNP : 1,17 milliards pour le premier trimestre

Bénéfice BNP : 1,17 milliards pour le premier trimestre

 

Les résultats sont plutôt bons pour la BNP en particulier grâce aux opérations de marché. Le bénéfice net a augmenté de 37,9% à 1,77 milliard d’euros (2,14 milliards de dollars) par rapport à l’année précédente, dépassant la prévision moyenne de 1,20 milliard dans un sondage d’analystes compilé par Refinitiv.

Le chiffre d’affaires est en hausse de 8,6% à 11,83 milliards d’euros, au-dessus des 11,2 milliards attendus par les analystes.

Dans ses activités de banque de financement et d’investissement, le chiffre d’affaires a augmenté de 24,3%, soutenu par un bond de 41,4% de son activité marchés.

BNP Paribas a déclaré qu’un rebond des opérations sur actions a compensé une baisse de 15,7% des opérations sur titres à revenu fixe, devises et matières premières.

«Les activités de dérivés primaires, de crédit et de matières premières se sont très bien comportées mais le contexte était moins favorable qu’au premier trimestre 2020 pour les activités de taux et de change», a indiqué la banque dans un communiqué.

L’activité actions de BNP a rapporté 697 millions d’euros, une bonne performance par rapport à l’an dernier, lorsque des suspensions généralisées de dividendes ont anéanti l’ensemble de ses bénéfices.

La banque a élargi ses activités sur les actions, en achetant les unités de courtage de premier ordre et de négociation électronique de Deutsche Bank en 2019. Le mois dernier, elle a annoncé qu’elle prendrait le contrôle total de sa société de courtage en actions Exane pour renforcer ses activités européennes.

Cependant, ses activités plus importantes de titres à revenu fixe, de matières premières et de devises ont été à la traîne de ses concurrents. Les revenus des ventes de titres à revenu fixe et de devises de Deutsche Bank ont ​​augmenté de 34%, tandis que Goldman Sachs a enregistré une hausse de 31% de ces transactions.

Les actions de BNP Paribas ont gagné 24,7% jusqu’à présent cette année, surperformant une hausse de 23,8% pour l’indice Stoxx Europe 600 Banks.

Economie, politique, société: les plus lus

Economie, politique, société: les plus lus

 

États-Unis : les autorités lancent un audit sur le 737 MAX

États-Unis : les autorités lancent un audit sur le 737 MAX

 

 

Les ennuis continuent pour le 737 Max, le régulateur américain de l’aviation (FAA) a indiqué jeudi avoir lancé un audit sur le processus utilisé par Boeing pour effectuer des changements mineurs sur ses lignes de production, suite à la découverte d’un problème électrique sur les 737 MAX.

Le constructeur aéronautique avait informé la FAA début avril avoir repéré, lors d’un contrôle de routine, un problème au niveau du système d’alimentation électrique d’un élément dans le cockpit. Ce problème affecte au total « environ 106 avions » 737 MAX, dont 71 aux Etats-Unis, avait précisé le groupe.

Boeing a dans la foulée demandé à 16 compagnies exploitant son avion vedette de ne plus faire voler certains appareils fabriqués après un changement de conception début 2019.

Englué depuis plus de deux ans par les déboires du 737 MAX, cloué au sol après deux accidents mortels, Boeing avait pourtant pu reprendre les livraisons de son appareil-vedette fin 2020 suite au feu vert de plusieurs régulateurs et en a acheminé plus de 85 depuis.

Cela lui avait aussi permis d’enregistrer en février, puis en mars, plus de commandes d’avions que d’annulations pour la première fois depuis novembre 2019.

Aujourd’hui, la FAA enquête sur l’origine du problème de fabrication qui a conduit au problème de mise à la terre de l’installation électrique affectant certains Boeing 737 MAX.

 

Super League de foot : le capitalisme en cause

Super League de foot : le capitalisme en cause

Philippe Naccache et Julien Pillot, enseignants-chercheurs à l’Inseec Business School explique dans la Tribune la logique capitaliste qui a gagné le football et qui a fait émerger l’idée de la Super ligue européenne.

 

Tribune

 

Au moment d’annoncer le projet de Super League européenne de football, le dirigeant de la Juventus de Turin, Andrea Agnelli, a eu ces mots : « Le football n’est plus un jeu mais un secteur industriel et il a besoin de stabilité [...] Nous sommes tous nés comme un jeu, mais nous ne pouvons plus lancer les dés et voir quel chiffre sort, aujourd’hui nous sommes une industrie de 25 milliards [d'euros]« .

Si les paroles de M. Agnelli ont une résonance toute particulière, c’est qu’elles se font l’écho d’un trait saillant du capitalisme et de nos constructions sociétales modernes : le désir d’abolir l’incertitude, et les risques qui en découlent. Inutile de remonter loin dans le temps pour s’en convaincre. La gestion de la crise engendrée par la Covid-19 est emblématique de cette volonté farouche de réduire « quoi qu’il en coûte » les incertitudes liées à la casse économique et sociale, là où le capitalisme – au moins dans sa matérialisation néo-libérale – aurait vu dans cette crise – comme dans n’importe quelle autre – l’opportunité de purger l’économie de ses entités les moins efficientes. Hors périodes de crise, nous inventons sans cesse des outils, parfois de politique monétaire tel le quantitative easing, parfois juridique à l’image du principe de précaution, avec cette même volonté de réduire les risques et incertitudes.

Voilà un excès de prudence qui a de quoi surprendre des économistes qui ont été bercés par les enseignements de Schumpeter et qui se rappellent que l’innovation est le moteur de la croissance. Le capitalisme – et les constructions juridiques afférentes telles que les droits de propriété intellectuelle par exemple – aurait donc cette vertu d’inciter à la prise de risque entrepreneuriale sans laquelle l’innovation n’est pas possible. Dans cette logique, c’est bien la perspective de pouvoir dégager une rente qui pousse l’investissement, stimule la concurrence, invite au progrès. Il ne peut y avoir d’exploitation sans exploration préalable. Pas plus que de succès économique sans mérite.

Or, dans les faits, la réalité de ce système s’avère quelque peu différente. Les entrepreneurs, ces héros du capitalisme libéral, ne semblent pas être attirés outre mesure par le risque. C’est le principal enseignement d’une étude de référence sur la psychologie de l’entrepreneur menée par Brockhaus en 1980. Celui-ci montrait que ces derniers ne présentent pas une propension à prendre des risques différents des managers et de la population générale. Est-ce si étonnant ? Nous sommes très majoritairement averses au risque. La plupart des études en économie comportementale le démontrent. C’est d’ailleurs cette aversion au risque qui nous pousse au conservatisme car, c’est bien connu, « on sait ce que l’on perd, on ne sait pas ce que l’on gagne ».

 

Il ne faut d’ailleurs pas s’y tromper : l’objectif premier de la création de la Super League européenne reposait autant sur la maximisation de profits de ses membres que sur la réduction de l’incertitude économique engendrée par l’aléa sportif.

Il nous faut également nous rappeler du travail effectué par le regretté David Graeber. Dans son livre « Bureaucratie », Graeber suggérait que le capitalisme libéral produit des règles bureaucratiques à la seule fin de maximiser son profit. Une idée d’ailleurs reprise et précisée dans son ouvrage « Bullshit Jobs » dans lequel il affirme que le capitalisme a produit un grand nombre de fonctions totalement dispensables n’ayant pour seul objectif que d’occuper la population et lui donner les moyens de consommer. Dans le même ordre d’idée, toujours selon Graeber, JP Morgan Chase – la même banque qui se portait garante du projet de Super League à hauteur de 5 milliards de dollars – réaliserait 70% de ses bénéfices grâce aux frais de tenus comptes et autres agios…. très loin des profits que devraient réaliser ces institutions en rémunération des risques via l’octroi de ressources aux entreprises émergentes, notamment dans les technologies les plus risquées. Pour Graeber, « libre échange et marché libre signifient en réalité création de structures administratives mondiales, essentiellement destinées à garantir l’extraction de profits pour les investisseurs. »

Nous trouvons donc dans une situation quelque peu étrange dans laquelle les tenants du système capitaliste glorifient la prise de risque et le profit qui est sa récompense alors que dans le même temps ces derniers s’appliquent à museler toute dynamique concurrentielle. Vouloir enterrer la promotion par le mérite dans le sport, comme le suggérait le projet de Super League européenne de football, n’est que l’aboutissement d’un sport devenu… un business dérégulé comme les autres.

A l’instar des civilisations visées par Paul Valéry, nos sociétés sont « mortelles » en ce qu’elles ont besoin d’inertie pour fonctionner correctement. Mais c’est paradoxalement cette inertie qui les tue, en ce qu’elle entrave tant leur capacité que leur volonté d’anticiper les évolutions ou de s’adapter à celles-ci. A l’heure où l’Humanité doit affronter des périls historiques, sur les plans sanitaires, diplomatiques et environnementaux, ce constat d’un capitalisme conservateur et trop préoccupé à préserver et exploiter ses rentes fait l’effet d’un cruel désenchantement.

Euronext : leader dans les actions en Europe

Euronext : leader dans les actions en Europe

L’opérateur de marchés paneuropéen qui vient de procéder au rachat de Borsa Italiana (Milan), devient leader européen des marchés actions.

Le nouvel ensemble pro forma représente 1,4 milliard d’euros de chiffres d’affaires, près de 800 millions de résultat opérationnel et une capitalisation quatre fois supérieure à celle de l’introduction en Bourse en 2014.

En 2018, Euronext rachète la Bourse de Dublin, puis en 2019, la Bourse d’Oslo au terme d’une bataille avec le Nasdaq. En 2020, c’est au tour du dépositaire danois CSD d’être racheté, puis en 2021, la Bourse de Milan, une compétition remportée face à Deutsche Börse ou à l’opérateur suisse Six Group (qui vient de racheter la Bourse de Madrid). Aujourd’hui, Euronext occupe la première place en Europe pour les transactions sur les actions et les fonds indiciels (ETF) et devient l’un des principaux dépositaires (activités post-marché), avec 6.000 milliards d’euros actifs sous conservation. Enfin, grâce à la Bourse de Milan, Euronext prend pied dans la négociation des obligations.

L’Italie devient donc le premier contributeur au chiffre d’affaires du nouveau groupe (34%), devant la France (28%), les Pays-Bas (17%) et la Norvège (11%). En 2015, la Bourse de Paris représentait 60% du chiffre d’affaires d’Euronext .

Activité économique union européenne : en récession

Activité économique union européenne : en récession

Nouvelle contraction de 0,6% en zone euro et de 0,4% dans l’Union européenne au cours du premier trimestre, selon les dernier chiffres de l’office de statistiques européen dévoilés ce vendredi 30 avril.

Avec deux trimestres consécutifs, l’économie est entrée en récession sous l’effet des mesures de restriction et du retard dans la campagne de vaccination.

Une situation à comparer avec le dynamisme économique constaté au États-Unis (plus 6%) et la Chine (+18%) qui  affichent des performances économiques bien meilleures. Le risque de décrochage de l’Europe face aux deux autres puissances mondiales s’accentue. En cause évidemment des mesures plus restrictives en Europe qu’ailleurs du fait du retard de la vaccination.

Même l’Allemagne enregistre un recul de 1,7 % de la croissance au premier trimestre. ce mauvais chiffre contribue grandement à faire reculer l’activité dans l’ensemble de la zone euro.

Dans le sud de l’Europe, le Portugal enregistre le plus fort recul de croissance (-3,3%) entre janvier et mars.. L’Italie (-0,4%) et l’Espagne (-0,5%) affichent également de piètres chiffres de croissance.. La  France s’en tire mieux que la plupart de ses voisins avec un PIB qui accélère à 0,4% sur les trois premiers mois de l’année. Malgré ce rebond, la consommation est restée relativement atone au cours du mois de février et le commerce extérieur reste empêtré dans de lourdes difficultés.

« Le PIB ne connaît pas de rebond fort au premier trimestre (+0.4%) après le repli des 3 derniers mois de 2020 dû au confinement de novembre. Le PIB est toujours très en-dessous du niveau de la fin 2019 (-4,4%). Les ménages restent plutôt pessimistes et ont une contribution limitée à la croissance. Le retour sur la tendance d’avant-crise sera très longue, voire quasiment impossible. Le coût de cette crise en termes d’activité et d’emploi va être élevé », a expliqué l’économiste d’Ostrum Asset Management Philippe Waechter sur son blog.

Croissance France : un rebond très limité

Croissance France  : un rebond très limité

De toute évidence la croissance française aura bien du mal à dépasser les 4 % officiels prévus. On est loin de la dynamique de reprise constatée aux États-Unis ou en Chine. La France devra se contenter d’un petit rebond de 0,4 % pour le premier trimestre. En cause évidemment la crise sanitaire et les mesures restrictives mais sans doute aussi des raisons plus structurelles. Globalement la situation de la production notamment manufacturière en recul devient inquiétante.

Sur son niveau de 2019, le PIB  est encore en retard de plus de 6,4 %. En cause notamment la mollesse de la consommation intérieure.

Après le recul de 1,4% du PIB enregistré au dernier trimestre 2020, la reprise de l’économie vient notamment du léger redressement de la consommation des ménages (+0,3%), même si elle est restée fortement contrainte par les restrictions sanitaires (couvre-feu, fermeture des grands centres commerciaux, des restaurants, lieux culturels, etc.). En mars, elle a ainsi de nouveau reculé de 1,1%.

L’activité est surtout tirée par la construction (+4,2%), tandis que la production de biens est repartie à la baisse, notamment dans l’industrie manufacturière. «Le début d’année a été très perturbé, avec des problèmes de fret maritime, les pénuries de matières premières et de semi-conducteurs dans l’automobile», explique Selin Ozyurt.

Globalement, la production totale (services, industrie, construction) se rapproche légèrement de son niveau d’avant crise, avec un écart de -4,3%. Mais les disparités sectorielles demeurent, souligne l’Insee, avec des services marchands, très pénalisés par les restrictions sanitaires, qui restent davantage éloignés de leur niveau d’avant crise.

Carbone : le bilan de la forêt amazonienne devient négatif

Carbone : le bilan de la forêt amazonienne devient négatif

 

Depuis 10 ans le bilan carbone de la  forêt amazonienne est devenu négatif, la forêt émet davantage de carbone qu’elle n’en absorbe.

Selon une étude, les pertes de carbone de l’Amazonie brésilienne sont environ 18% supérieures aux gains, a précisé dans un communiqué l’Institut français de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement (Inrae). «C’est la première fois qu’on a des chiffres qui montrent qu’on a basculé et que l’Amazonie brésilienne est émettrice» nette de carbone, explique à l’un des auteurs, Jean-Pierre Wigneron, chercheur à l’Inrae.

 

 

L’étude met d’autre part en avant la responsabilité méconnue, mais majeure, des «dégradations» de la forêt. Contrairement à la déforestation qui fait disparaître la surface boisée, les dégradations incluent tout ce qui peut l’abîmer, sans pour autant la détruire totalement : arbres fragilisés en bordure des zones déforestées, coupes sélectives, petits incendies, mortalité des arbres liée à la sécheresse. Des atteintes moins facilement décelables que de grandes étendues rasées.

Bagnolet : deux ans de prison seulement pour avoir tabassé un policier

Bagnolet : deux ans de prison seulement pour avoir tabassé un policier

 

L’homme qui a tabassé policier à Bagnolet le 26 avril a écopé seulement de deux ans de prison. En outre il était interdit de séjour et devait retourner dans son pays, le Maroc.

L’agression des deux policiers de la CSI75 (compagnie de sécurisation et d’intervention, NDLR), survenue lundi lors d’une opération contre des dealers, a été particulièrement violente. L’un des agents, âgé de 32 ans, a été roué de coups par une vingtaine d’individus, notamment à la tête. «Le collègue a des contusions sur tout le corps. Il a vraiment eu peur de mourir et doit la vie à son casque dont la visière a été explosée», explique au Figaro Josias Claude, secrétaire départemental pour Paris du syndicat Unité SGP Police-FO.

 

Covid France : encore 5675 patients en soins critiques

Covid France : encore 5675 patients en soins critiques

5675 patients étaient en soins critiques vendredi, soit plus de 300 de moins qu’en début de semaine. 271 morts à l’hôpital sont toujours à déplorer. 28.930 malades sont actuellement hospitalisés, dont 1433 arrivés en 24 heures. 24.299 cas ont été détectés depuis la veille.

Plus de 150 millions de cas de Covid-19 ont été recensés dans le monde et  3.168.333 morts selon un bilan établi par l’AFP. Les États-Unis sont le pays le plus touché en nombre de morts avec 575.194 décès, suivis par le Brésil (401.186), le Mexique (216.447), l’Inde (208.330), et le Royaume-Uni (127.502). La France compte environ 100 000 morts.

1...2829303132



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol