• Accueil
  • > Archives pour février 2021

Archive mensuelle de février 2021

Page 31 sur 31

Brexit : un accord essentiellement de libre échange

Brexit : un accord essentiellement de libre échange

Dans une tribune au « Monde », l’économiste Stéphane Madaule analyse les termes de l’accord de commerce et de coopération qui régit, depuis le 1er janvier, les relations économiques entre le Royaume-Uni et l’Union européenne.

Tribune. L’accord de commerce et de coopération est enfin signé entre le Royaume-Uni et l’Union européenne (UE). C’était le dernier texte majeur en négociation en vue de conclure le Brexit. Son entrée en vigueur est effective depuis le début janvier.

Au-delà des déclarations rassurantes des uns et des autres sur l’issue de ces négociations, personne ne sait si l’application de ce texte se fera dans la douleur ou engendrera une véritable coopération entre deux entités qui se séparent mais restent liées dans la durée.

Les deux protagonistes ont choisi d’un commun d’accord de continuer à échanger librement, sans taxes ni droits de douanes, pourvu que s’établissent des « conditions équitables pour une concurrence ouverte et loyale et un développement durable ».

Alors tentons de décrypter les quelques parties les plus emblématiques de ce texte de 1 354 pages, afin d’en analyser l’originalité et l’applicabilité.

Exigences apparemment contradictoires

Tout d’abord, il y a ce qui ne change pas. Pour les deux partenaires, ce sont toutes les dispositions qui concernent le non-subventionnement des activités productives et de services, l’interdiction de fausser la concurrence sur les appels d’offres publics ou par des appuis indus aux entreprises publiques, en ligne avec les règles habituelles prônées par l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Et puis, il y a ce qui change et innove.

Si l’Union européenne a accepté de continuer à échanger librement sans taxes ni droits avec le Royaume-Uni, elle a souhaité que ce ne soit pas un libre-échange déréglementé mais un libre-échange encadré par les règles de son marché intérieur. Toutefois, il était hors de question pour les Britanniques de ne pas recouvrer leur pleine souveraineté.

 

Afin de rendre compatible ces deux exigences apparemment contradictoires, les protagonistes de cet accord ont chacun fait un pas vers l’autre. Au titre X de cet accord (page 202), il est bien spécifié que « chaque partie est libre de définir son approche des bonnes pratiques réglementaires dans le cadre du présent accord d’une manière compatible avec son propre cadre juridique… ». 

Le Royaume-Uni y trouve ainsi matière à recouvrer effectivement la pleine maîtrise de ses lois et de ses règlements, sur le plan commercial notamment. Toutefois, pour l’UE, ces évolutions réglementaires ne doivent guère être susceptibles de créer des distorsions de concurrence.

Un tribunal d’arbitrage

En conséquence au point 4 (page 208) du titre XI, il est prévu que « les parties affirment convenir l’une et l’autre que leur partenariat économique ne peut générer des bénéfices de manière mutuellement satisfaisante que si les engagements en matière de conditions équitables pour une concurrence ouverte et loyale résistent à l’épreuve du temps, en empêchant les distorsions du commerce et de l’investissement, et en contribuant au développement durable ».

Recherche : la France déclassée

Recherche : la France déclassée

 

L’économiste Pierre-André Buigues suggère, dans une tribune au « Monde », d’augmenter de 25 milliards d’euros la dépense annuelle française de recherche et développement, et de supprimer le crédit d’impôt recherche, qui ne profite qu’aux multinationales.

Tribune. Tous les économistes reconnaissent qu’investir en recherche et développement (R&D) est un passage obligé pour stimuler la compétitivité d’un pays, et monter la part des hautes technologies dans sa production industrielle.

En France, les dernières nouvelles du côté de la pharmacie et de l’aéronautique, seuls secteurs à fort niveau de dépenses en R&D où la France a des positions fortes, sont très préoccupantes.

Sanofi a décidé de couper dans ses dépenses en R&D. La CGT estime que la R&D pharmacie (hors sa division vaccin) du champion français de la pharmacie comptait 6 350 salariés en 2008 et en compte moins de 3 500 aujourd’hui.

L’aéronautique, de son côté, est en plein marasme, et il est probable que l’investissement en R&D ne soit plus prioritaire.

Le problème est malheureusement plus général. La France est aujourd’hui un pays de seconde zone dans les secteurs de haute technologie et à haute intensité en R&D, loin derrière les pays du nord de l’Europe. Au mieux, notre pays se situe dans la moyenne de la zone euro. L’office statistique européen Eurostat fournit tous les éléments qui permettent d’établir ce diagnostic. Reprenons-en les principaux éléments.

793 euros par habitant

En premier lieu, une comparaison de l’intensité de dépenses en R&D par habitant entre les pays européens montre que la France est à peine au-dessus de la moyenne de la zone euro en 2019 (793 euros par habitant en France, contre 780 euros en moyenne pour la zone euro). Tous les pays nordiques, l’Allemagne, l’Autriche et la Belgique, ont des dépenses de R&D au-dessus de 1 200 euros par habitant, soit, au minimum 50 % de plus que la France.

En second lieu, grâce à ces investissements en R&D, ces pays du nord de l’Europe ont une industrie beaucoup plus spécialisée dans les secteurs de haute technologie. Ceux-ci pèsent chez nous deux fois moins que leur poids relatif dans les pays à fort investissement en R&D. La spécialisation relative en haute technologie de la France est même plus faible que pour l’ensemble de la zone euro.


«

États-Unis–Virage social : doublement du salaire minimum

États-Unis–Virage social : doublement du  salaire minimum

Le salaire minimum qui est actuellement de 7,25 dollars devraient passer à 15 $ à l’horizon 2025. Un véritable changement de cap social destiné à sortir une partie de la population de la pauvreté. Un changement de stratégie à la fois social mais aussi économique pour faire du retour de la consommation le moteur le plus dynamique de la croissance.

Aux États-Unis plus des deux tiers de la croissance repose sur cette consommation. Au-delà des aspects économiques c’est aussi une orientation de justice sociale. Une mesure assez radicale qui risque de jeter dans l’expectative certains y compris à l’étranger qui s’interrogent sur la manière de redonner du souffle à une activité partout assez atone.

La nouvelle secrétaire au Trésor, Janet Yellen estime que « augmenter le salaire minimum permettra à des dizaines de millions d’Américains de sortir de la pauvreté tout en créant des opportunités pour d’innombrables petites entreprises du pays ».

Tout dépend de la manière dont il va être mis en oeuvre, a-t-elle argué, relevant une hausse graduelle — 15 dollars à l’horizon 2025 — donnant « suffisamment de temps pour s’adapter ».

Mais l’administration Biden met en avant le cercle vertueux : rémunérer ceux qui ont les salaires les plus bas favoriserait des milliards de dollars de dépenses de consommation supplémentaires de biens et services fournis… par les petites entreprises.

Un taux horaire de 15 dollars d’ici 2025 augmenterait les salaires de 27,3 millions de personnes et sortirait 1,3 million de familles de la pauvreté, a calculé l’Office du budget du Congrès. Mais il estime aussi que cela pourrait faire perdre 1,3 million d’emplois.

Pour Gregory Daco, chef économiste chez Oxford Economics, au-delà de l’impact potentiel, la proposition illustre le virage social souhaité par Joe Biden.

Cela « confirme la volonté d’une administration de se concentrer davantage sur les inégalités sociales et raciales qui avaient conduit à de fortes tensions l’année dernière », souligne-t-il.

La proposition sera difficile à faire adopter même si les démocrates dominent les deux chambres.

Bernie Sanders a déjà évoqué le recours à un dispositif pour entériner la loi par une simple majorité.

Gestion Covid: la France critiquée à l’étranger

Gestion Covid: la France critiquée à l’étranger

La France est très critiquée pour sa gestion; en effet ,c’est le septième pays dans le monde où le coronavirus a fait le plus de victimes.

 

Un bilan désastreux, d’après le Lowy Institute, un think-tank australien qui a dévoilé en fin de semaine dernière son «Indice de performance Covid». En se basant sur six critères objectifs (nombre de cas, nombre de décès, nombre de dépistages pour 1 000 habitants…), cet indice compare la réponse sanitaire apportée par 98 pays à travers le monde, pendant les 36 semaines suivant le 100e cas confirmé de coronavirus dans chacun d’entre eux.

 

Outre la Nouvelle-Zélande, classée numéro un pour son contrôle de la pandémie grâce à une fermeture de ses frontières et à des mesures de confinement et de dépistage « rapides et énergiques », le Vietnam, Taïwan, la Thaïlande, Chypre, le Rwanda, l’Islande, l’Australie, la Lettonie et le Sri Lanka figurent parmi les dix premiers pays ayant apporté les meilleures réponses.

Le Brésil arrive en bas du classement (98e), suivi de près par le Mexique, la Colombie, l’Iran et les États-Unis. La France est, quant à elle, 73e sur les 98 pays classés.

Manif pro Navalny en Russie : Poutine fait arrêter près de 5000 participants

Manif pro Navalny en  Russie : Poutine fait arrêter près de 5000 participants

 

Lee dictateur mafieux Poutine n’a pas hésité encore à procéder à des milliers d’arrestations suite à une nouvelle manifestation pro Navalny.  L’opposant empoisonné par les services secrets russes, soigné en Allemagne et aussitôt arrêté -quand il est revenu en Russie-  pour des motifs complètement ridicules.

 

Il est clair que désormais la lutte a pris une autre dimension depuis Navalny a  révélé que Poutine détenait un immense palais d’un cout de l’ordre de 100 milliards et que de fait il était à la tête de la grande corruption généralisée en Russie alors que la crise économique et sociale serrages dans le pays.

 

Des rassemblements ont eu lieu dans des dizaines de villes. Des interpellations massives ont eu lieu (plus de 4.800), notamment à Saint-Pétersbourg et à Moscou, où l’on a dénombré respectivement plus de 1.000 et 1.500 arrestations. Dans la capitale, les forces de l’ordre ont déployé un dispositif impressionnant.

 

Le 23 janvier, quelque 20.000 manifestants, selon l’AFP, s’étaient rassemblés place Pouchkine, à environ deux kilomètres du Kremlin, et la foule avait été ­ensuite repoussée sur les boulevards environnants où des affrontements avaient eu lieu avec la police. «Poutine voleur», «Liberté (pour Navalny)», les mêmes slogans que la semaine dernière ont résonné dimanche et, dans les rangs des manifestants, les mêmes témoignages d’exaspération face à la corruption – le cheval de bataille de Navalny – mais surtout face à la dégradation des conditions de vie en Russie. La violence de la répression témoigne en tout cas de la nervosité d’un pouvoir mais aussi de sa fragilité qu’il repose essentiellement sur la répression de tout mouvement d’opposition politique y compris dans les médias.

Birmanie : coup d’Etat et arrestation d’ Aung San Suu Kyi

Birmanie : coup d’Etat et arrestation d’ Aung San Suu Kyi 

 

Au motif fallacieux que les élections récentes n’ont pas été justes car affectées par la crise sanitaire, les militaires n’ont pas hésité à faire un coup d’État et à arrêter Aung San Suu Kyi, première ministre de fait.

On comprend mieux l’attitude de l’intéressée jugée un peu répressive est critiquée à l’intérieur et surtout à l’étranger. L’ancienne lauréate du prix Nobel de la paix en 1991est la fille du partisan de l’indépendance birmane Aung San, qui est assassiné alors qu’elle a deux ans. En 1988, elle co-fonde et devient secrétaire générale de la Ligue nationale pour la démocratie (LND), un parti politique opposé à la junte militaire au pouvoir. En 1990, le gouvernement militaire annule les élections législatives, remportées par la LND, et place Aung San Suu Kyi en résidence surveillée. Durant son enfermement, celle-ci bénéficie d’un important soutien international et se voit attribuer le prix Nobel de la paix. Elle est libérée en 2010.

Bien que la Birmanie ait entamé une transition démocratique, le gouvernement auquel elle participe doit composer avec une armée toujours très puissante. En fait, on décèle  comprend mieux les manœuvres très étroites de San Suu Kyi   en réalité sous la tutelle des militaires. La tentation de la dictature est permanente chez ces militaires de Birmanie qui n’ont jamais vraiment accepté l’avancée de la démocratie

Le porte-parole de la LND Myo Nyunt a déclaré à Reuters par téléphone que Suu Kyi, le président Win Myint et d’autres dirigeants avaient été «emmenés» aux petites heures du matin. «Nous avons entendu dire qu’elle est détenue à Naypyidaw (la capitale du pays, ndlr), nous supposons que l’armée est en train d’organiser un coup d’État», a-t-il indiqué à l’AFP.

Le parti d’Aung San Suu Kyi, prix Nobel de la paix 1991, très critiquée à l’international pour sa gestion de la crise des musulmans rohingyas mais toujours adulée par une majorité de la population, a remporté une victoire écrasante en novembre. Il s’agissait des deuxièmes élections générales depuis 2011, année de la dissolution de la junte qui a régné pendant un demi-siècle sur le pays. L’armée conserve toutefois un pouvoir très important, ayant la main sur trois ministères clés (l’Intérieur, la Défense et les Frontières).

Bourse en hausse : une pseudo anticipation

Bourse en hausse : une pseudo anticipation

Klaas Knot, membre du conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne (BCE,) s’efforce d’expliquer la trop forte valorisation des valeurs boursières fondée sur l’espoir d’une sortie de crise permise par le vaccin.

Une explication un peu douteuse dans la mesure où lui-même doute de la reprise en 2021. Sans doute ce représentant de la banque centrale européenne veut-il sous-estimer les risques d’éclatement d’un éventuel krach boursier et au-delà d’une éventuelle déstabilisation du système financier.

“Nous voyons assurément des valorisations élevées”, a dit le gouverneur de la banque centrale néerlandaise dans une interview à la télévision publique. “Les marchés d’actions pourraient être en train d’anticiper le déploiement des vaccins et la réouverture des économies.”

“Les taux d’intérêt sont bas, ce qui est important pour les valorisations et qui conduit à des cours plus élevés”, a-t-il ajouté. Le problème pourrait être ailleurs à savoir que les investisseurs traditionnels ont poussé les feux avant la diffusion vers avril deux résultats financier des entreprises assez décevant et qui provoqueront nécessairement un mouvement à la baisse.

Il s’est dit d’ailleurs “prudemment optimiste” sur les chances d’une reprise d’ici la fin de l’année, lorsque la vaccination permettra de mettre fin aux confinements. “2021 aura probablement deux visages”, a-t-il ajouté.

Croissance Chine: -tassement aussi de l’activité manufacturière en janvier

Croissance Chine: -tassement aussi de l’activité manufacturière en janvier

Les résultats de l’activité manufacturière en Chine confirment la tendance dégagée chez les directeurs d’achats; à savoir; le net tassement de la croissance. En cause évidemment la troisième vague en cours du virus qui affecte la consommation et les investissements dans la plupart des zones économiques L’indice PMI manufacturier calculé par Caixin/Markit a reculé en janvier à 51,5 contre 53,0 le mois précédent, soit son plus faible niveau depuis juin dernier. Le consensus ressortait à 52,7.

D’après les données de Caixin/Markit, le sous-indice de production a reculé le mois dernier à 52,5, un plus bas depuis avril dernier, tandis que le sous-indice des nouvelles commandes a chuté à 52,5, soit leur rythme le plus faible depuis juin dernier.

Les nouvelles commandes à l’exportation se sont contractées en janvier après cinq mois consécutifs de progression, alors que le regain de la pandémie de coronavirus a pesé sur la demande étrangère. Ce n’est tassement de la croissance des exportations devrait ce retrouver dans l’affaiblissement de l’activité économique de la plupart des pays très touchés par le virus.

Croissance Chine: très net tassement

Croissance Chine: très net tassement

 

 

En raison sans doute de la crise sanitaire qui s’aggrave dans la plupart des parties du monde ,l’indice officiel des directeurs d’achat (PMI) est tombé à 51,3 sur le mois qui s’achève, contre 51,9 en décembre, a annoncé dimanche dans un communiqué le Bureau national des statistiques.

Il se maintient au-dessus de la barre des 50 qui sépare la croissance de la contraction sur une base mensuelle, mais ressort en dessous du consensus des analystes établi par Reuters, qui donnait 51,6.

D’une certaine manière la Chine constitue une sorte de indicateurs avancés de la conjoncture. Ce tassement constaté en Chine pourrait prendre des allures de stagnation voire de régression dans certains pays.

Coronavirus: 27 000 hospitalisés

Coronavirus: 27 000 hospitalisés

 

Comme d’habitude les chiffres du week-end concernant le nombre de cas ne sont pas significatifs du fait de la fermeture de certains laboratoires. 19.235 nouveaux cas confirmés de contaminations au coronavirus en 24 heures, soit environ 5.000 de moins que la veille, selon les données publiées dimanche par Santé Publique France (SPF).

Le COVID-19 a fait 195 morts supplémentaires dans les hôpitaux pour un bilan de 76.057 décès au total en France depuis le début de l’épidémie, selon les mêmes données.

Le nombre de personnes hospitalisées en France en raison du virus a augmenté de 331 en 24 heures, pour un total de 27.613 patients.

“Même si le virus circule à niveau élevé et même si les entrées en réanimation dépassent les sorties, nous ne sommes pas dans une hausse exponentielle”, a dit le ministre de la Santé Olivier Véran dans une interview au Journal du Dimanche.

1...2728293031



L'actu écologique |
bessay |
Mr. Sandro's Blog |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | astucesquotidiennes
| MIEUX-ETRE
| louis crusol